Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Mais où Wallons-nous ?

Mais où Wallons-nous ?

Au bistro de la Toile :

chimulus bistro copie.jpg

 

- Alors Victor, où wallons-nous ? Où wallons-nous ?

- On ne sait pas où on va Loulle, mais on y va ! Mais est-ce que nous valons les Wallons ? Certainement pas. A écouter les machines à bruits et les lucarnes à décerveler, ces moins de quatre millions de Gaulois arriérés bloquent la marche vers le bonheur ultra libéral de cinq-cents millions d'Européens ! Mais au contraire, ces Wallons sont l'honneur de l'Europe. Ils montrent la voie. Ils prouvent que l'on peut encore s'opposer aux diktats de la finance et des conglomérats mafieux multinationaux. Et leur ministre-président est le seul, je dis bien le seul qui a les aliboffis bien pendus parmi la foultitude de politicards soucieux avant tout de leurs propres intérêts en se foutant comme de leur première magouille de l'intérêt général des peuples qui les ont élus. En disant NON à ce traité félon, négocié sournoisement sur le dos des populations par des technocrates irresponsables élus par personne, ils redonnent de l'ESPOIR à ces peuples régulièrement manipulés, méprisés, trompés. Comme le peuple français qui a voté NON à la « constitution européenne » et a été baisé jusqu'au trognon par Sarko et ses sbires, sur injonction des euronuisibles de Bruxelles. Comme les Irlandais, sommés de revoter jusqu'à ce qu'ils « votent bien ». Comme les Grecs, écrasés par la morgue de l'Europe teutonne.

- Alors, il faut frexité ? Foutre le camp de l'U.E. ? Comme les Britiches avec leur Brexit ?

- Certainement pas. L'Europe est la plus belle utopie réalisée. Mais elle a été dévoyée par une dérive fatale vers l'ultralibéralisme, vers cette « concurrence libre et non faussée » qui met surtout en concurrence les laborieux des pays entre eux. Entre le salaire minimum d'un Bulgare (160 euros) et celui d'un Luxembourgeois (1900 euros), il y a un sacré fossé. Les pays membres de l'U.E. n'ont d'ailleurs pas tous de Smic. Trois groupes se distinguent : - Les salaires inférieurs à 500 euros (Bulgarie, Roumanie, Lituanie, Lettonie, République tchèque, Estonie, Hongrie, Slovaquie, Pologne, Croatie) ; - Les salaires minimums entre 513 et 790 euros (Portugal, Grèce, Malte, Espagne, Slovénie) ; - Les plus hauts salaires, entre 1343 et 1923 euros (Royaume-Uni, France, Irlande, Pays-Bas, Belgique, Luxembourg, Allemagne). Les six autres Etats membres (Autriche, Chypre, Danemark, Finlande, Italie, Suède) ont fixé un salaire minimum par branches ou prévoient que les salaires minimums soient déterminés par négociation entre les partenaires sociaux. Longtemps intransigeante sur la question, l'Allemagne a mis en place un salaire minimum de 8,50 euros de l’heure le 1er janvier 2015. Dès lors les rapaces de la finance qui ont pris le pouvoir et qui régissent l'Europe ont tout loisir de faire se concurrencer entre eux les sans-dents qui n'ont que leur sueur à vendre. Avec les « travailleurs détachés », autre appellation de la répugnante directive « Bolskesteim », l'esclavage revient à la vitesse Grand V.

Donc, pas question de quitter l'Europe, mais il faut la refonder. A quelques pays seulement, autour des membres fondateurs historiques. La sortie de la Grande-Bretagne montre la faillite de l'Europe actuelle. Il faut en profiter pour renverser la table et tout remettre à plat. En refondant les institutions européennes sur des bases réellement démocratiques, où la Commission serait responsable devant les citoyens européens et non un machin hors-sol à la solde de tous les lobbies, dirigé par des voyous comme Barrosso et Junker. Et c'est faisable : la petite mais héroïque Wallonie le prouve ! Par la volonté d'un élu courageux elle met à la poubelle cette horreur économique qu'est le Ceta.

- Espérons que, finalement, les Wallons ne se déwalloneront pas… Bon. Mais explique-moi simplement en quoi ce traité commercial est nuisible ?

- Il y a dans ce traité – 1598 pages, uniquement en Anglais !!! - des choses probablement positives, en tout cas facilitant les échanges commerciaux entre les 30 millions de Canadiens et les 435 millions d’Européens (plus 500 millions puisque les Rosbifs ont brexités !). Mais le hic, c'est que ce traité se veut global et pas seulement commercial. La France a réussi à en faire sortir la culture, mais pour combien de temps ? Donc, dans ce Ceta, il y a beaucoup de sauce pour cacher deux choses essentielles qui sont rédhibitoires.

La première, c'est l'institution de tribunaux privés devant lesquels les multinationales pourront trainer les États dès lors que ceux-ci voteraient des lois susceptibles de nuire à leurs intérêts. Cette privatisation de la justice, au seul profit des entreprises et au détriment des peuples et des États qu’ils se sont choisis, est scandaleuse. Elle est rejetée par toutes les populations formant l’U.E.

Dans les faits, à travers de telles juridictions privées, composées d’avocats d’affaires et de juristes au service des entreprises, les multinationales pourraient attaquer un gouvernement qui, prendrait, par exemple, des décisions contre le tabagisme, et réclamer des sommes fabuleuses pour « compenser » leur manque à gagner. Ou contre l'interdiction de la fracturation pour l'extraction des gaz de schistes. Juridictions sans appel possible. Dès lors, avec une telle épée de Damoclès suspendue au-dessus de leur tête, aucun gouvernement n'osera voter des lois allant à l'encontre des intérêts des multinationales. C'est la mort de la démocratie et l'avènement des ploutocraties.

- Plouto quoi ? C'est quoi ce truc ?

- C'est du Grec, comme bien des mots français. De « ploutos », richesse, fric et « kratos », pouvoir. C'est le gouvernement des riches au profit des seuls riches. C'est exactement ce qui caractérise le fonctionnement de l'U.E. actuelle, dans laquelle les « lobbies », les groupes de pression des multinationales influent sur la Commission qui propose les « directives » que les États de l'Union sont ensuite contraints d'intégrer dans leurs législations nationales. Nous pouvons dire un énorme MERCI aux Wallons qui, seuls, font face à ces horreurs.

- Et la deuxième choses rédhibitoire ?

- Çà concerne la libéralisation des services. C'est très vaste, ce ne sont pas seulement les banques ou les assurances mais tous les nouveaux secteurs de l'économie, de la santé à l'éducation, en passant par l'énergie et la culture, malgré les réticences de la France. D'ordinaire, dans les accords de pays à pays, les partenaires établissent une liste des secteurs qu'ils incluent dans les accords. C'est ce qu'on appelle « liste positive ». Mais le traité Ceta, comme Tafta et Tisa (une autre belle saloperie) veut inverser cette logique en instituant des « listes négatives ». C'est-à-dire que les États devront établir la liste des secteurs d'activité qu'ils veulent explicitement exclurent du domaine de juridiction des accords. Tout le reste étant dès lors libéralisable ! Ce qui ouvrira la possibilité de libéraliser par défaut. Les États seront donc menacés de poursuites s'ils maintiennent des monopoles publics ou favorisent leurs entreprises locales pour relancer leur économie par exemple, à moins d'avoir auparavant négocié des exemptions dans certains secteurs.

- Ah ouais. C'est dingue ce truc. C'est mettre nos systèmes politiques à la merci des seuls marchands de soupe, des multinationales qui deviennent ainsi supérieures aux États. C'est effectivement la fin de la démocratie. Mais attend Victor, comment nos gouvernants, nos soi-disant élites ont-ils pu accepter ça ? Et pourquoi les médias nous enfument ? Ils sont incompétents ou complices ?

- Ils sont plus complices qu'incompétents. Alors qu'est-ce qu'on dit aux Wallons ?

- Merci, mille merci ! Et, tè, Victor, en leur honneur, on va trinquer à la bière ! J'ai à la cave quelques boutanches de « Trappistes » sérieuses.

- A la nôtre et aux Wallons !

 

Illustrations : merci à Chimulus et à X - Droits réservés


Moyenne des avis sur cet article :  4.44/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • devphil devphil 25 octobre 13:04

    Toujours aussi juste et excellent sur le ton de l’humour 


    Merci 

    • fred.foyn fred.foyn 25 octobre 13:07

      Respect aux Wallons, les seuls qui ait du bon sens dans cette UE-Mafieuse !


      • joletaxi 25 octobre 13:48

        oui, comme c’est beau !!
        surtout que à tout point de vue, la Wallonie devrait être un modèle non ?
        Modèle de gestion et d’honnêteté pour les politiques.
        Bon, on a bien dessoudé un ministre , grande figure du socialisme sur le mode Marseille, on a bien eu quelques soucis , d’accusations,mais tout cela est du passé, même VanbCoo est redevenu respectable.
        Sur le plan économique, on est dans les traces des grandes figures,les Solvay,Cockeril, Boel, et tant d’autres, et avec le plan Marshal, ça boume grave.
        Ils ont même réussi à ce que Caterpillar préfère transférer ses activités en France, tellement il règne un climat attractif pour les méchants capitalistes(Caterpillar qui s’est implanté là, à grands renforts de genuflexions ,car ces salauds voulaient aller chez les ménapiens, allez comprendre)
        Bref, un modèle je vous dis
        Et à Bruxelles, il y a la baronne de Lasne, avec elle , les travailleurs vont être bien défendus.
        Bruxelles qui sombre doucement, comme la wallonie, surtout que les transferts nord sud vont un jour prochain cesser, cela va être un grand bon vers une société écolo

        Le parti socialiste ,à sa grande frustration a été (enfin)évincé du pouvoir au profit d’un gouvernement d’inspiration flamande( traduisez, entrepreneurial, pragmatique, gestionnaire,et... conquérant)
        Ils ont pendant des semaines mobilisé tous leurs nervis syndicaux pour tenter de faire tomber la nouvelle équipe, avec des grèves idiotes et impopulaires.
        Sans aucun résultat, (fort heureusement)sinon ,la perte de confiance de leur électorat, qui écoute plutôt les promesses d’un groupuscule d’inspiration Marxiste, Trotskiste ou un machin dans le genre.(on se demande d’ailleurs quel bornés peuvent encore écouter ces imbécilités) qui s’envole dans les sondages.
        Même l’empereur de Mons n’y croit plus.
        Débordé sur sa gauche, complètement décrédibilisé, le parti a sauté sur cette occasion pour se refaire,prenant en otage 500 millions d’européens.
        Car bien entendu, tous les autres sont soit des imbéciles, soit des vendus, ou les deux au choix, la lumière a jailli à l’ombre des terrils et autres vestiges d’un passé où cette région était à la pointe.
        Au passage, cela va encore un peu renforcer les séparatistes flamands, qui n’en demandaient pas tant.

        Alors oui, soyons fiers de nos ptit patrey


        • TSS 25 octobre 19:29

          @joletaxi
           Commentaire hors sujet ! le texte porte sur 2 points précis

           1)les tribunaux privés ayant barre sur les etats.

           2) la liberalisation sauvage.

           ces deux points sont une abberation ! .Quand on voit le resultat de la privatisation

          d’une partie de « pole emploi » ,plus cher et resultat moindre... !!

           


        • Samson Samson 25 octobre 23:20

          @joletaxi
          "... un gouvernement d’inspiration flamande( traduisez, entrepreneurial, pragmatique, gestionnaire,et... conquérant)« 
          Traduisez plutôt flamingant et néo-libéral dogmatique ! Obligé pour cause de participation gouvernementale de mettre la pédale un peu plus douce sur les francophones, le parti du »Gauleiter d’Anvers« se voit - pour ne pas trop décevoir ses nostalgiques électeurs de la »heren-ras«  (race des saigneurs, ou des »bons à rien« ) - obligé de régulièrement »déraper« sur les étrangers pour flatter son racisme rabique.
          A constater l’impéritie budgétaire de ce gouvernement qui s’ajoute à la catastrophe sociale qu’il a déjà enclenché, notre gouvernement fédéral se profile comme encore plus désastreux que les coalitions $ociali$tes qui l’ont précédé (et ce n’est pas peu dire !)

           »... un groupuscule d’inspiration Marxiste, Trotskiste ou un machin dans le genre.(on se demande d’ailleurs quel bornés peuvent encore écouter ces imbécilités) qui s’envole dans les sondages.« 
          Sûrement pas Trotskiste ! Historiquement marxiste-léniniste d’obédience stalinienne, le PTB est le dernier parti de gauche radicale dans le paysage politique belge.
          Tant qu’à exprimer dans les urnes notre ras-le-bol et notre frustration, nous préférons - nos $ociali$tes étant de fait (presque) aussi pourris et vendus que les vôtres et que les $ociali$tes €uropéens en général -, les aiguillonner sur leur »gauche" en optant pour sa version radicale (5% aux dernières élections, mais maintenant crédité de 15% d’intentions de vote en Wallonie) plutôt que pour les sirènes brun-Marine.
          A constater la conversion en urgence de nos $ociali$tes aux vertus de la démocratie face à l’Union €uropéenne, c’est apparemment une stratégie efficace ! smiley


        • Parrhesia Parrhesia 25 octobre 13:55
          Salut Victor ! Et salut les Wallons !

          Il est où votre bistro de la toile ?
          J’ai bien envie d’aller y faire un tour, histoire de trinquer !
          Sans modération, bien sûr !!!

          • fcpgismo fcpgismo 25 octobre 14:13

            Révolution 

             art 35 de la constitution de 1793
            Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

            • zygzornifle zygzornifle 25 octobre 14:25

              petit grain de sable dans les rouages de l’EU .....


              • Madame michu (---.---.39.228) 25 octobre 17:11

                @zygzornifle

                Le pot de terre contre le pot de fer !

                A quand une fatwa contre ce courageux et intègre élu ?


                • Samson Samson 25 octobre 22:25

                  @alainmarc
                  Ici aussi !
                  Mais la plus amusante que j’ai lue, c’est là !
                  Pourvu que vous exiliez d’abord vos nuisibles (Sarko, Valls, Macron, Flamby, Le Pen, ...) à Sainte-Hélène ou ailleurs, nous vous accueillerons bien volontiers ! smiley


                • bonalors 25 octobre 21:51

                  heuresement que les Wallons sont la la la car nous on est cons cons cons
                  c est pas un alexandrin mais presque


                  • Bertrand Loubard 25 octobre 22:11

                    La libération des services c’est aussi l’ouverture aux « proxies » de tous poils de l’aventure de la guerre sans frontière « que c’est d’ailleurs les mauvais qui la font pas bien avec des gaz et des armes de destruction massive comme l’ont bien montré Blaire, Bush, Hollande, Cameron, Clinton, Sarkozy, etc"). En Afrique centrale c’est le cas depuis près de 30 ans....mais on ne dit rien...(de toutes les façons ce ne sont que des nègres ..."ils savent ce qu’ils ont à faire, nous n’avons qu’à regarder ailleurs"  comme disait Susan Rice)


                    • Samson Samson 25 octobre 22:12

                      « Et leur ministre-président est le seul, je dis bien le seul qui a les aliboffis bien pendus parmi la foultitude ... »
                      ... ou plus prosaïquement un des premiers dirigeants $ociali$tes €uropéens suffisamment réaliste pour comprendre que c’est au peuple et non aux technocrates qu’il reviendra de le reconduire - ou pas - dans sa fonction, et tourner en conséquence sa veste dans le sens du vent ! Mais une telle prise de conscience - qu’on aimerait voir bien plus unanimement partagée par tous ceux qui osent encore se revendiquer de Jaurès ou du Socialisme - mérite à tout le moins respect ! !

                      « L’Europe est la plus belle utopie réalisée. Mais elle a été dévoyée par une dérive fatale vers l’ultralibéralisme, vers cette « concurrence libre et non faussée » qui met surtout en concurrence les laborieux des pays entre eux »
                      Le dogme de la Sainte Compétitivité dans toute sa splendeur : l’alignement par le bas ne peut se faire qu’en commencant par aligner les standards de vie de tous les €uropéens sur ceux déjà honteusement dévolus par l’€urope au peuple grec, avant de les ramener tôt ou tard au fort enviable niveau du Bangladesh !

                      « J’ai à la cave quelques boutanches de « Trappistes » sérieuses. »

                      A moins qu’en parfait mécréant, vous restiez un inconditionnel des brassages « sanctifiés » - auquel cas je ne peux que vous recommander un(e) « Orval » -, je vous suggère une bonne « Chouffe Houblon ». Elle déménage plutôt agréablement, pourvu qu’on la trouve !

                      Allez, j’en débouche une de ce pas pour trinquer avec vous ! smiley


                      • epicure 26 octobre 04:12

                        En tout cas mon ami Al C. de chicago est pour les arbitrages privé, pour pouvoir porter plainte contre les états qui limitent injustement ses bénéfices, qui le limitent dans sa circulation des marchandises et des personnes de sexe féminin, ainsi que dans sa gestion d’établissements honorables.
                        Il appréciait aussi, avec ses amis, la libération des services pour pouvoir investir son argent plus librement dans des activités autorisées par les états.


                        • ENZOLIGARK 26 octobre 11:07

                          Avec OU sans : Droit dans le mur ! . ... АФФ ИСС ... 


                          • Ruut Ruut 26 octobre 19:20

                            Merci au gouvernement de Wallonie qui contrairement a mes représentants Nationaux ne semblent pas corrompus.


                            • VICTOR VICTOR 27 octobre 16:52

                              Merci et reconnaissance aux Wallons qui se sont bien battus.

                              « Déclaration du Royaume de Belgique relative aux conditions de pleins pouvoirs par l’Etat fédéral et les Entités fédérées pour la signature du CETA

                              A. La Belgique précise que, conformément à son droit constitutionnel, le constat que le processus de ratification du CETA a échoué de manière permanente et définitive au sens de la déclaration du Conseil du 18/10/16, peut résulter des procédures d’assentiment engagées tant au niveau du Parlement fédéral qu’au niveau de chacune des assemblées parlementaires des Régions et des Communautés. Les autorités concernées procéderont, chacune pour ce qui les concerne, à intervalles réguliers à une évaluation des effets socio-économiques et environnementaux de l’application provisoire du CETA.

                              Au cas où l’une des entités fédérées informerait l’Etat fédéral de sa décision définitive et permanente de ne pas ratifier le CETA, l’Etat fédéral notifiera au Conseil au plus tard dans un délai d’un an à compter de la notification par ladite entité de l’impossibilité définitive et permanente pour la Belgique de ratifier le CETA. Les dispositions nécessaires seront prises conformément aux procédures de l’UE.


                              B. La Belgique a pris acte de ce que l’application provisoire du CETA ne s’étend pas à diverses dispositions du CETA, notamment en matière de protection d’investissement et de

                              règlement des différends (ICS), conformément à la décision du Conseil relative à l’application provisoire du CETA. Elle a en outre pris acte du droit de chaque partie à mettre fin à l’application provisoire du CETA conformément à son article 30.7.

                              La Belgique demandera un avis à la Cour Européenne de Justice concernant la compatibilité de l’ICS avec les traités européens, notamment à la lumière de l’Avis 1/94.

                              Sauf décision contraire de leurs Parlements respectifs, la Région wallonne, la Communauté française, la Communauté germanophone, la Commission communautaire francophone et la Région de Bruxelles-Capitale n’entendent pas ratifier le CETA sur la base du système de règlement des différends entre investisseurs et Parties, prévu au chapitre 8 du CETA, tel qu’il existe au jour de la signature du CETA.

                              La Région flamande, la Communauté flamande et la Région de Bruxelles-Capitale saluent en particulier la déclaration conjointe de la Commission européenne et du Conseil de l’Union européenne à propos de l’Investment Court System.


                              C. La déclaration du Conseil et des Etats membres traitant des décisions du Comité conjoint du CETA en matière de coopération réglementaire pour des compétences relevant des Etats membres confirme que ces décisions devront être prises de commun accord par le Conseil et ses Etats-membres.

                              Dans ce contexte, les gouvernements des entités fédérées indiquent que, pour les matières relevant de leurs compétences exclusives ou partielles au sein du système constitutionnel belge, elles entendent soumettre toute coopération en matière de réglementation à l’accord préalable de leur Parlement, de même que et informer de toute décision réglementaire qui en

                              découlerait.


                              D. L’Etat fédéral ou une entité fédérée compétente en matière agricole se réserve le droit d’activer la clause de sauvegarde en cas de déséquilibre de marché, y compris lorsque ce déséquilibre est identifié pour un seul produit.

                              Des seuils précis seront déterminés dans les 12 mois qui suivent la signature du CETA

                              déterminant ce que l’on entend par déséquilibre de marché.

                              La Belgique défendra les seuils ainsi déterminés dans le cadre du processus de décision

                              européen.

                              La Belgique réaffirme que le CETA n’affectera pas la législation de l’Union européenne concernant l’autorisation, la mise sur le marché, la croissance et l’étiquetage des OGM et des produits obtenus par les nouvelles technologies de reproduction, et en particulier la possibilité des Etats membres de restreindre ou d’interdire la culture d’OGM sur leur territoire. En outre, la Belgique réaffirme que le CETA n’empêchera pas de garantir l’application du principe de précaution dans l’Union européenne tel que défini dans le traité sur le fonctionnement de l’Union européenne et, en particulier, le principe de précaution énoncé à l’article 191 et pris en compte à l’article 168, paragraphe 1, et à l’article 169, paragraphes 1 et 2, du TFEU.

                              En cas de demande concernant les indications géographiques (AOP et IGP) d’une des entités fédérées, le gouvernement fédéral s’engage à la relayer sans délai à l’Union européenne. »

                              Source : http://rf.llb.be/file/6f/5811e50fcd70fdfb1a589e6f.pdf





                              • Samson Samson 28 octobre 15:06

                                @VICTOR
                                Mouais !
                                Ils ont certainement obtenu quelques améliorations mais - question de réflexes, probablement ! - se sont couchés bien vite !
                                Bref, mieux que rien, mais eut pu mieux faire ! smiley


                              • zygzornifle zygzornifle 30 octobre 11:52

                                Je suis Wallon mais Bruxelles m’a défoncé l’oignon ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès