Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Nobel 2012 : l’Union Européenne, c’est la paix !

Nobel 2012 : l’Union Européenne, c’est la paix !

Hommage posthume à François Mitterrand qui déclarait le 17 janvier 1995 : « Le nationalisme, c’est la guerre ! ». Le Prix Nobel de la Paix 2012 vient rappeler l’objectif premier et atteint de la construction européen : pacifier durablement ce vieux continent qui n’avait cessé, avant 1945 et depuis plusieurs millénaires, d’être en guerres quasi-continuelles.

Le lendemain de l’adoption définitive du Traité budgétaire européen (TSCG) par les parlementaires français, le Prix Nobel de la Paix 2012 a été attribué à l’Union Européenne. Le Comité Nobel a communiqué cette récompense le matin du 12 octobre 2012 à Oslo, dans un pays qui avait refusé son intégration européenne en 1995.

Pour l’expliquer, il a déclaré ceci : « L’Union et ses ancêtres contribuent depuis plus de six décennies à l’avancement de la paix et à la réconciliation, la démocratie et les droits de l’home en Europe. » et a ajouté très lucidement : « L’UE connaît actuellement de graves difficultés économiques et des problèmes sociaux considérables. Le Comité norvégien du Nobel souhaite souligner ce qu’il considère comme le résultat le plus important de l’UE : la lutte réussie pour la paix et la réconciliation, et pour la démocratie et les droits de l’homme. Le rôle stabilisateur joué par l’UE a participé à faire passer la majorité de l’Europe d’un continent de guerre à un continent de paix. ».

On pourra toujours critiquer le principe des Prix Nobel, leur attribution arbitraire, le manque parfois de discernement en l’attribuant à des personnalités qui n’avaient encore rien accompli jusque là (comme en 2009)… mais je ne vais pas bouder mon plaisir de voir l’Union Européenne récompensée pour son but principal, à savoir, celui de garantir la paix durablement sur un continent qui fut passablement belliqueux dans le passé encore récent.

Car oui, il faut le dire et le répéter, le marteler : la construction européenne est avant tout un beau projet, un projet du cœur, celui d’en finir avec les guerres en Europe. Ce n’était pas évident et c’est pour cela qu’elle repose sur les deux ennemis d’hier, à savoir la France et l’Allemagne, et l’adhésion à l’Union Européenne a permis au moins de pérenniser non seulement la paix (la Croatie sera le prochain et 28e pays à adhérer dans quelques mois) mais aussi la démocratie (la Grèce, l’Espagne, le Portugal, et tous les pays d’Europe centrale et orientale anciennement sous le joug communiste qui ont adhéré le 1er mai 2004).

C’est donc une magnifique démonstration des fondamentaux auxquels il faut toujours revenir quand on veut avoir une vision du monde et de l’avenir : garantir la paix !

Et cette paix, il faut bien l’avouer, elle est tellement normale, tellement habituelle, qu’on n’y pense plus. Quand j’écris "on", je m’y inclus bien sûr, n’ayant pas moi-même connu la guerre (ce qui est une chance que je savoure et espère savourer toute ma vie). Il existe une tranche de la population, que je dirais née entre 1950 et 1975, qui n’a ni connu la guerre ni vécu en Européen, entre autres par la généralisation du programme d’échanges étudiants Erasmus.

Ceux qui ont connu la guerre n’ont même pas hésité à faire l’Europe dans un souci de réconciliation. C’est en particulier le principal actif des deux longs septennats de François Mitterrand, celui d’avoir choisi l’Europe en mars 1983 (ce n’était pas évident) mais on peut aussi saluer le Général De Gaulle qui aurait très bien pu laisser à l’abandon le Traité de Rome signé le 25 mars 1957 et qui, par ses relations avec le Chancelier allemand Konrad Adenauer et l’approfondissement de l’amitié franco-allemande (Jacques Chirac et Gerhard Schröder avaient même proposé une citoyenneté commune franco-allemande), a évidemment créé le pas décisif pour la construction européenne. De même, Valéry Giscard d’Estaing a compris qu’il fallait démocratiser les institutions européennes en faisant élire directement par le peuple les députés européens et en instituant le principe des sommets européens réunissant les chefs d’État et de gouvernement européens.

Ceux, plus jeunes, qui ne vivent finalement que dans un ensemble bien moins national et bien plus international (et pas seulement européen), ont, eux aussi, l’idée que la construction européenne est un processus non seulement indispensable mais enthousiasmant pour la paix.

Notons d’ailleurs que ce programme Erasmus, si cher à la concorde des peuples européens (lorsqu’un jeune vit avec d’autres jeunes Européens, les connaît, les comprend, il est a priori moins enclin à leur faire la guerre), qui permet chaque année à 230 000 étudiants de suivre une année d’étude dans un autre pays de l’Union Européenne que le sien, risque cruellement de s’arrêter car il n’y a pas de budget prévu pour 2013. Cela ne coûte pourtant que 450 millions d’euros, ce qui est assez faible par rapport aux montants impliqués par le MES ou le TSCG.

Mais le gros de l’électorat se situe entre ces deux générations, et il n’a connu dans ses tripes ni la guerre ni l’Europe. C’est pour cela qu’il peut y avoir de la frilosité, des refus d’avancée européenne, même des peurs dont la crise économique renforce évidemment l’ampleur et aussi le besoin de trouver un bouc émissaire à tous les problèmes (l’Europe a ainsi été utilisée comme tel par la grande partie de la classe politique).

François Mitterrand avait eu l’intuition qu’une Europe politique était la seule solution non seulement pour conforter la France comme puissance économique mondiale mais aussi pour pérenniser la paix sur le continent européen. En impulsant avec le Chancelier Helmut Kohl la monnaie unique quelques mois après la Réunification allemande, et en proposant un référendum en septembre 1992 pour ratifier le Traité de Maastricht, il a permis au débat d’entrer dans la société française.

François Mitterrand était hanté par la Seconde guerre mondiale et voulait favoriser une paix durable. L’un de ses meilleurs discours est sans doute lorsqu’il s’adressa au Parlement européen de Strasbourg le 17 janvier 1995, à la fin de son second septennat : « Il faut transmettre, non pas cette haine, mais au contraire la chance des réconciliations que nous devons (…). Chacun a vu le monde de l’endroit où il se trouvait, et ce point de vue était généralement déformant. Il faut vaincre ses préjugés. Ce que je vous demande là est presque impossible, car il faut vaincre notre histoire, et pourtant, si on ne la vainc pas, il faut savoir qu’une règle s’imposera, Mesdames et Messieurs : le nationalisme, c’est la guerre ! La guerre n’est pas seulement le passé, cela peut être notre avenir, et c’est vous, Mesdames et Messieurs les députés, qui êtes désormais les gardiens de notre paix, de notre sécurité et de cet avenir. ».

Et en effet, le nationalisme est un mouvement très récent, qui a deux siècles et qui a été l’alibi de nombreux tyrans pour faire la guerre et provoquer la mort de centaines de millions de personnes. Le nationalisme n’est pas une valeur en soi.

L’esprit européen n’est pas contraire au patriotisme. Au contraire, il le complète avantageusement dans une dynamique d’union qui fait la force.

Ce Prix Nobel de la Paix 2012 est donc une piqûre salutaire de rappel pour dire, non seulement à la face du monde mais d’abord aux citoyens européens eux-mêmes, ceux qui doutent, que cette construction européenne, parfois laborieuse, parfois chaotique, parfois en proie aux hésitations, est un acquis essentiel dans la paix des peuples.

Et en cela, c’est un hommage historique à tous les bâtisseurs de l’Europe.

J’espère que ce Prix Nobel va réveiller les responsables européens pour apporter un financement pérenne au programme Erasmus, et au-delà donner un espoir aux peuples pour renouveler leur enthousiasme, et qu’il fera évoluer la Journée de l’Europe comme une véritable fête de la paix.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (12 octobre 2012)
http://www.rakotoarison.eu

Pour aller plus loin :
Texte intégral de la déclaration du Comité Nobel du 12 octobre 2012.
Traité adopté par la France.
Discours de François Mitterrand du 17 janvier 1995 (texte).
Discours de François Mitterrand du 17 janvier 1995 (vidéo).
La construction européenne.
Un Président pour l’Europe.
Le TSCG, un traité raisonnable.
Fête de l’Europe.
Pax Europeana.
Un autre Prix Nobel de la Paix.
 


Moyenne des avis sur cet article :  1.49/5   (89 votes)




Réagissez à l'article

94 réactions à cet article    


  • al.terre.natif 12 octobre 2012 14:56

    Ce nobel n’est pas un hommage à la paix, c’est une manière de valider la construction Européenne telle qu’elle se fait aujourd’hui ... c’est à dire : sans les peuples.

    Historiquement, la construction européenne à bien été en opposition à la guerre ! Mais ... oublier les peuples, les écraser sous le poids de décisions extérieures à cette même Europe, tel un TSCG, sont EXACTEMENT ce qui pourrait ranimer les vielles rancœurs.

    Nous l’avons vu récemment, les nationalisme reviennent en force partout en Europe. Quelle en est la raison ? Est-ce que c’est cette europe qui ne tiens pas compte des hommes et femmes qui la compose qui mérite le nobel de la paix ?

    N’est-ce pas la guerre que l’on prépare aujourd’hui chez nous en écrasant les peuples sous des politiques d’austérité ? Ce nobel est mauvaise farce, dans la même lignée que le nobel de la paix d’Obama.


    • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 12 octobre 2012 19:10

      Pas du tout.
      Je souscris à cet article.
      Je n’ai pas connu de guerre chez moi. J’ai 54ans et c’est la première fois depuis des siècle que quelqu’un de mon âge peut dire ça.
      A méditer.
      Maintenant si vous préfèrez vous taper dessus que de discutern c’est votre problème, mais s’il vous plait, allez faire vos guerres entre vous.
      Donc merci MM Schuman, Adenauer et Monnet, j’espère que ça durera, j’ai des enfants.


    • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 12 octobre 2012 19:11

      Allons-y les moinssages, ça défoule. Remarquez, c’est mieux que des bombes....


    • mac 12 octobre 2012 19:42

      Vous n’avez pas connu de guerre et c’est tant mieux pour vous, mais si vous ne regardiez pas la ligne bleue des Vosges, vous sauriez que le guerre à sévi durement dans les Balkans il y a peu. C’est donc complètement faux de dire que le guerre n’a pas sévi en Europe depuis 1945.
      De plus nous menons de nombreuses guerres à l’extérieur au nom de « la liberté », de la lutte contre le terrorisme ou de nos intérêts ?
      Dans le genre, du moment que ça va pour ma gueule tout va bien, l’Europe actuelle est effectivement une bénédiction...


    • Pie 3,14 12 octobre 2012 20:08

      Les Balkans étaient -ils dans l’UE ?

      La guerre de l’ex Yougoslavie est la conséquence de l’effondrement du bloc soviétique.

      L’UE qui n’a pas d’armée n’a rien pu faire, l’OTAN pas grand chose. En revanche, l’action de l’Europe a été déterminante dans le règlement de la paix et la démocratisation de la région.


    • sirocco sirocco 12 octobre 2012 21:49

      "Je n’ai pas connu de guerre chez moi. J’ai 54ans et c’est la première fois depuis des siècle que quelqu’un de mon âge peut dire ça.
      A méditer.
      Maintenant si vous préfèrez vous taper dessus que de discutern c’est votre problème, mais s’il vous plait, allez faire vos guerres entre vous.« 

      Vous avez dû remarquer que les USA, depuis la 2ème Guerre Mondiale, ont en permanence 2 ou 3 guerre »sur le feu« . Cela leur semble nécessaire à l’expansion de leurs vision du monde, de la »civilisation« , de la »démocratie« , du »bien« ... et à lutte contre les conceptions opposées. Et c’est très bon pour leur florissante industrie d’armement.

      Sans être aussi belliqueuse, la France a souvent été en guerre durant les dernières décennies (Vietnam, Egypte, Algérie, Tchad, Kosovo, Irak, Libye... pour ne citer que les conflits les plus connus). Et ce n’est pas fini : elle s’apprête à en découdre au Mali, peut-être en Syrie et en Iran... Ce ne sont pas des guerres »entre vous« , comme vous le pensez. Vous êtes impliquée dedans en tant que citoyenne française et vos impôts servent à les financer.

      Mais comme vous dites, cela ne s’est pas passé »chez vous". Eh oui, les pays occidentaux sont suffisamment puissants pour faire la guerre ailleurs, dans les autres pays, en général dans le Tiers Monde. Comme ça ils en retirent tous les avantages sans en subir aucun inconvénient. Les morts, les destructions, le chaos, c’est pour les autres, pas pour eux. Eux, ils récoltent les contrats de reconstruction, le pétrole, les minerais... De cela je suppose que vous vous lavez les mains ?...


    • sirocco sirocco 12 octobre 2012 21:52

      Excuses et rectification : « ...impliqué en tant que citoyen français... »


    • taktak 12 octobre 2012 21:53

      @ pie.
      Votre argument est une pure argutie. La Slovénie n’est elle pas dans l’UE ? La Croatie ne va t elle pas y entrer ?
      En un mot posez vous cette question : l’UE qui a été si prompte (Allemagne et Vatican en tête) à reconnaitre et soutenir les volontés nationaliste ET sécessionniste de ces deux pays n’a telle par une responsabilité directe dans l’explosion de la Yougoslavie et dans la guerre civile qui s’en est suivie ? 

      Sinon il n’est pas besoin d’être bien vieux pour avoir vécu la guerre froide, et donc un affrontement militaire sans combats sur le sol de l’Europe... A ce titre, l’UE sous la tutelle de l’Otan n’installa t’elle pas des missiles pershing pour menacer Moscou ?

      Enfin, il me semble particulièrement mesquin de ne juger de l’absence de guerre que parcequ’elle ne se produit pas directement sur son sol. Oseriez vous ainsi dire que les différents présidents américain depuis Truman (Obama compris sic) méritent le Nobel puisqu’ils ont permis l’absence de guerre sur le sol américain....


    • Romain Desbois 12 octobre 2012 23:00

      « oublier les peuples, les écraser sous le poids de décisions extérieures à cette même Europe, tel un TSCG, »

      Pourquoi ce révisionnisme ? Qui votent aux européennes, qui votent aux présidentielles et aux législatives ?

      Tout ce que l’UE fait l’est en accord avec les députés européens et/ou les ministres,les GVT et les chefs d’Etat de l’UE !!!

      Avant le traité de Lisbonne , il fallait même l’unanimité des Etats.

      Les électeurs ont mis Sarkozy au pouvoir avec une large majorité à l’assemblée (merci les abstentionnistes).Il avait annoncé qu’il repasserait le TCE via la voix parlementaires
      (ALERTE TROLLS : je sais il ne l’avait pas écrit dans son programme, tant pis pour vous, fallait pas vous en contenter avant de voter).

      Les électeurs ont mis Hollande et Sarkozy au deuxième tour (merci les abstentionnistes) et ont mis Hollande au pouvoir avec une large majorité.
      (oui il avait dit qu’il renégocierait le traité,est-ce pour cela que vous avez voté pour lui au premier tour ? Alors fallait voter autrement si vous ne vouliez pas de l’UE)


    • mac 13 octobre 2012 11:14

      @ Romain Desbois
      Le traité de Lisbonne est, à bien des égards, une véritable tromperie pour les électeurs.
      Ceux-ci avaient majoritairement refusé son contenu en 2005 et on l’a fait repassé, à la va vite, par la biais de discours électoraux de Sarkozy qui parlait à l’époque de traité simplifié.
      Le problème c’est que quand on regarde les textes, le traité de Lisbonne reprend l’essentiel du traité constitutionnel de 2005 et qu’il n’a rien de simplifié.
      Que les électeurs soient un peu perdus avec l’Europe, c’est une chose, mais de dire que c’est les électeurs qui on voulu la situation actuelle, c’est un peu rapide voire malhonnête. La vérité c’est qu’on leur a un peu forcé la main.


    • Anaxandre Anaxandre 13 octobre 2012 14:21

       Derrière les mensonges et les beaux discours sur la Paix et les Droits de l’Homme se cache en vérité l’avancement de la prise de pouvoir totale par la ploutocratie transnationale dont les buts avoués pour qui sait chercher sont la spoliation des richesses des Nations et des Peuples, le démantèlement des Services Publics au profit du secteur privé, la fin des dernières institutions nationales encore un tant soit peu démocratiques et en définitive, la fin des États-Nations et des Peuples Souverains.

       Tels étaient les projets des Maîtres du monde d’hier et ils sont en passe de réussir leur pari :

       « Nous sommes reconnaissants au Washington Post, au New York Times, Time Magazine et d’autres grandes publications dont les directeurs ont assisté à nos réunions et respecté leurs promesses de discrétion depuis presque quarante ans. Il nous aurait été impossible de développer nos plans pour le monde si nous avions été assujettis à l’exposition publique durant toutes ces années. Mais le monde est maintenant plus sophistiqué et préparé à entrer dans un gouvernement mondial. La souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est assurément préférable à l’autodétermination nationale pratiquée dans les siècles passés. » David Rockefeller

       Alors observons maintenant certains articles du fameux MES de cette UE de la Paix, des Droits de l’Homme et de la Démocratie :

       "Le MES, ses biens, fonds et avoirs, où qu’ils se trouvent et quel qu’en soit le détenteur, jouissent de l’immunité et de toute forme de procédure judiciaire, sauf dans la mesure où le MES renonce expressément à son immunité dans le cas de toute procédure ou par les conditions de tout contrat, y compris la documentation sur les instruments financiers.« 

        »Les propriétés, les fonds et les actifs du MES, où qu’ils se trouvent et quel qu’en soit le détenteur, sont exempts de perquisition, réquisition, confiscation, expropriation ou de toute autre forme de saisie ou de prise par l’exécutif ou par des actions judiciaires, administratives ou législatives. Les archives du MES et tout document appartenant au MES ou détenu par lui sont inviolables. Les locaux du MES sont inviolables.«  (extraits de l’art. 32)

        »Dans l’intérêt du MES, le Président du Conseil des gouverneurs, les gouverneurs, les gouverneurs suppléants, les directeurs, les directeurs suppléants, comme le Directeur Général et membres du personnel doivent être à l’abri de poursuite à l’égard des actes accomplis par eux dans leur qualité officielle et jouissent de l’inviolabilité à l’égard de leurs papiers officiels et documents.« (extrait de l’art. 35)
       
       Ne vous laissez plus berner par les discours de vos bourreaux ! La société qui s’annonce sera un mélange de 1984, du Meilleur des Mondes et de Fahrenheit 451 (pour ceux qui connaissent déjà ces livres, lisez La Guerre Éternelle de Joe Haldeman). Ces auteurs ont vu, chacun à sa manière, à quelles folies certains éléments du Système peuvent conduire. (C’était la parenthèse »Romans et Détente"... !).

       Et plus le pouvoir de la ploutocratie transnationale sera écrasant et visible, plus il usera de la force et de la propagande pour se maintenir coûte que coûte dans un pouvoir bientôt sans partage. La partie est déjà bien avancée, ne le voyez-vous pas ?...


    • Anaxandre Anaxandre 13 octobre 2012 14:29

       J’ajoute ce lien pour ceux qui douteraient encore de ce que j’avance et pour certains qui auraient encore la naïveté de croire en la politique et dans la « gauche » en particulier : http://www.youtube.com/watch?v=qV67la-loZY (vous reconnaitrez aussi un sympathique personnage incontournable des (faux) débats d’Yves Calvi à gauche de Rocard).


    • Anaxandre Anaxandre 13 octobre 2012 14:43

       Allez, un autre petit lien pour se détendre en vingt secondes : http://www.dailymotion.com/video/xu9hgb_lapsus-de-flamby_webcam


    • Romain Desbois 13 octobre 2012 19:46

      mac

      Mais que je sache , on n’a pas obligé les électeurs à voter Sarkozy et lui donner une large majorité à l’assemblée !!!!

      Si les électeurs n’écoutent pas les émissions politiques et votent sans savoir , tant pis pour nous tous !

      Et que les abstentionnistes fassent leur mea culpa , car ils en sont également responsables.


    • Roubachoff 14 octobre 2012 07:07

      @Aguéra

      Depuis très longtemps, tous les Américains peuvent dire qu’ils n’ont pas connu la guerre chez eux. Pourtant, leur pays est impliqué dans des conflits en permanence. En conséquence, votre argument n’a aucune valeur.


    • Sylvain Rakotoarison Sylvain Rakotoarison 14 octobre 2012 14:45

       À Mac 12 octobre 19:42 ,

      Merci de votre contribution. Bien sûr que je ne suis pas aveugle, mais justement : les Balkans n’étaient pas dans l’Union Européenne pendant leur guerre. Seule la Slovénie est entrée en 2004, bien après la fin de la guerre, et la Croatie entrera en 2013 (j’en parlerai plus tard). Les pays qui ont intégré l’Union Européenne ne se sont pas fait la guerre entre eux et la démocratie a été pérennisée, ce qui était loin d’être évident (Grèce, Portugal, Espagne, puis ex-pays satellites de l’URSS).

      Après, imposer la paix ailleurs est plus difficile, vu que cela dépend aussi des pays belligérants, mais on a vu que lorsque l’UE était critiquée, c’était aussi parce qu’elle manquait d’une seule voix (comme sa position sur la guerre en Irak), et donc, critiquée par manque d’Europe, pas trop d’Europe. Pour l’instant, l’UE ne « mène » aucune guerre au nom de quoi que ce soit, puisqu’il n’y a aucune politique commune à ce stade (malgré les traités). Il faudrait au contraire renforcer la diplomatie européenne et renforcer son rôle sur le plan international. Ce serait peut-être plus efficace pour en finir avec les guerres. Je rappelle que les plus anti-européens semblent aussi anti-américains, pourtant, vouloir l’intégration européenne et vouloir que l’UE devienne une puissance mondiale qui compte, c’est vouloir avant tout en finir la prédominance des USA. Il faut savoir ce qu’on veut. Il faut surtout arrêter de prendre les gens pour des demeurés...

      Cordialement.


    • Sylvain Rakotoarison Sylvain Rakotoarison 14 octobre 2012 14:52

      (correction) vouloir en finir AVEC la prédominance américaine.

      Je note que les incohérences d’argumentation pour ceux qui critiquent l’UE sont très nombreuses dans les commentaires.


    • al.terre.natif 15 octobre 2012 12:16

      @l’auteur

      « vouloir l’intégration européenne et vouloir que l’UE devienne une puissance mondiale qui compte, c’est vouloir avant tout en finir la prédominance des USA. Il faut savoir ce qu’on veut. Il faut surtout arrêter de prendre les gens pour des demeurés... »

      mais qui veut que l’europe soit une puissance mondiale ? Qu’est ce que vous appellez une puissance mondiale ? de pouvoir s’ingérer dans les politiques des autres pays ? De pouvoir prélever les ressources du tiers monde ? Ce n’est pas tout de souhaiter des choses, il faut aussi prendre en compte ce qu’elles impliquent !!

      Une chose est sûre, sans être « anti-américain », je ne souhaite pas que mon pays suive cette voix ultra libérale et mondialiste ! Mon pays, via l’europe se dirige tout droit vers cet objectif, et je ne le souhaite pas. Ce n’est pas une question de manque de reflexion, ni de « demeurés », juste de refus d’une orientation à long terme, qui, je trouve, est pénalisante pour les peuples qu’elle est censée représenter et défendre.

      Et concernant la démocratie dans la machine européenne, je vous conseille la lecture de Circus Politicus ... Edifiant !


    • Daniel D. Daniel D. 12 octobre 2012 15:01

      Interressant votre fiche d’auteur et l’orientation de vos article : un pur produit de l’empire et un parangon de propagande. On dirais un Erwanet mais en version ecrite.

      Pour l’article : L’avenir montreras ce qu’est l’Europe, et ce n’est pas la paix, c’est la mort des peuples au profit des financiers/industriels/collabos politiques.

      NON A L EUROPE !!!!!

      Tout ce cirque qui doit amener au marché transatlantique puis a la mondialisation doit être arrêter avant que la dernière guerre soit lancé par ces imbéciles complétement cinglé !

      Dehors les europeistes et les collabos !

      Daniel D.


      • Louise M 13 octobre 2012 10:28

        @ DAniel D


        juste une précision , je pense qu’il est préférable de dire
        NON A L’UNION EUROPEENNE, institution politique anti démocratique au service des banques

        plutot que non à l’Europe , qui est une entité géopolitique historique regroupant les peuples européens . 

      • Anaxandre Anaxandre 13 octobre 2012 14:39

         Si l’Italie avait les mêmes intérêts géopolitiques ou géostratégiques que la Pologne vous n’auriez peut-être pas tord, mais ce n’est pas le cas ; de même que les intérêts d’Estonie ne sont pas ceux de la Grèce. Et votre Europe plus politique que financière conduira aux mêmes aberrations, à savoir l’ingouvernabilité inter-étatique au profit de l’OTAN, donc de Washington, et finalement des mêmes ploutocrates transnationaux bien peu soucieux du bien-être des peuples. La Démocratie se dissout dans son expansion, retenez-le.


      • non667 12 octobre 2012 15:03

        à sylvain
        c’est quoi ta marque de vaseline ? smiley smiley smiley


        • Pierre-Yves Martin 12 octobre 2012 15:33

          Faut-il en rire (jaune) ou s’en ecoeurer ?

          L’œuvre de l’U.E. pour la paix : l’alignement inconditionnel sur une OTAN qui a étendu son impérialisme au monde entier, le Kosovo, la guerre froide en Moldavie ou ailleurs, l’approbation bruyante à des élections truquées mais l’indignation vertueuse lorsque les élections truquées ne leur conviennent pas, etc. etc.

          Le prix Nobel comme instrument de propagande parmi d’autres : dommage.

          Mais, selon une formule célèbre : ce qui est exagéré est sans importance.


          • ThaTon ThaTon 12 octobre 2012 15:33

            Soit vous êtes un escroc, auquel cas vous ne me lirez pas, soit vous avez passé l’âge de la crédulité béate et il serait plus que temps de vous élargir l’esprit et de cultiver un tout petit peu la curiosité.

            Ce n’est pas l’Union Européenne qui a préservé un semblant de paix intra-continentale depuis 67 ans. C’est la bombe atomique et ce, malgré l’UE. C’est à elle que revient l’honneur du Prix Nobel de la Paix.

            Pour autant, ce témoignage que se partagent aussi bien Carter, Peres, Kissinger qu’Obama et pour lequel on a proposé Mussolini, Hitler ou Staline fait honneur à ce glorieux héritage en célébrant aujourd’hui l’Union Européenne.


            • Antoine Diederick 12 octobre 2012 20:35

              Bravo Tha Ton....je vous plussoie, la bombe , cette menace de la paix pour la paix...


            • ThaTon ThaTon 12 octobre 2012 20:39

              La nature humaine étant ce qu’elle est, c’est effectivement la situation aujourd’hui, plus certainement que n’importe quel fantasme sur l’amour universel.


            • mac 12 octobre 2012 15:33

              Après Obama, le prix Nobel à l’Europe. Suivront peut-être, le FMI, l’OCDE, la Banque mondiale et pourquoi pas Goldman Sachs ?
              Pour info, au cas où ça vous aurait échappé, l’Europe à connu la guerre après 1945. De plus plusieurs pays européens font la guerre ailleurs, des guerres que certains (pas tout le monde) qualifient de « justes » mais des guerres tout de même...


              • Aldous Aldous 12 octobre 2012 15:35

                Vu qu’Obama a eu aussi le prix nobel de la Paix, cette décoration est tout à fait appropriée au moment où l’UE soutien Al Qaida en Syrie et s’apprête à attaquer l’Iran. smiley


                • BA 12 octobre 2012 16:03

                  Prix Nobel de la paix 2012 : l’Union Européenne.

                   

                  Prix Nobel de chimie 2012 : Alfred Nobel, inventeur de la dynamite, car l’Union Européenne va exploser.

                   

                  Prix Nobel de physique 2012 : Edward John Smith, commandant du Titanic, pour ses travaux sur la mécanique des fluides.

                   

                  Prix Nobel de médecine 2012 : la BCE, car la BCE a guéri la Grèce.

                   

                  Prix Nobel de littérature 2012 : Herman Van Rompuy, pour l’ensemble de son oeuvre :

                   

                  http://www.lesoir.be/actualite/belgique/2010-04-15/van-rompuy-presente-son-recueil-de-haikus-764586.php.


                  • Antoine Diederick 12 octobre 2012 20:32

                    a BA, très bon....je me suis laissé dire que dans le contexte actuel belge Herman à la faveur de quelques prêtes jésuites ....le consensuel belge est parfois comique....

                    ceci, j’ai du respect pour les jésuites dont j’écoute parfois la grande intelligence à la messe.... smiley

                    mais, ne puis m’empêcher.... smiley


                  • curieux curieux 12 octobre 2012 22:21

                    Et tous ces prix Nobel font partie du groupe : prix Nobel de la Connerie, je n’ose pas dire Saloperie.Ah, zut, je l’ai dis.


                  • curieux curieux 12 octobre 2012 23:00

                    Finalement, j’aurais bien vu BHL. Ca n’aurait étonné personne, un grand pacifiste


                  • jullien 12 octobre 2012 16:16

                    Le Prix Nobel de la Paix 2012 vient rappeler l’objectif premier et atteint de la construction européen (sic) : pacifier durablement ce vieux continent
                    Justement non : l’UE ne peut pas garantir la paix car elle n’a pas d’instruments pour cela.
                    http://www.agoravox.fr/actualites/europe/article/55-ans-apres-une-tentative-de-119141


                    • jullien 12 octobre 2012 16:19

                      Comme l’a fait remarquer un humoriste américain, toute satire politique a été dépassée par le prix Nobel de la paix de Kissinger.


                      • foufouille foufouille 12 octobre 2012 16:19

                        pacifier durablement ce vieux continent a coups de matraques

                        il y avait combien de candidats contre barrosso ?


                        • LeClérocrate 12 octobre 2012 16:21

                          « Car oui, il faut le dire et le répéter, le marteler : la construction européenne est avant tout un beau projet, un projet du cœur, celui d’en finir avec les guerres en Europe. »


                          J’ai bien ris.
                          Il est urgent de revoir vos cours d’histoire.

                          Et comme vous avez l’air d’aimer Mitterand, voici une autre citation :
                          « La France est en guerre et les français ne le savent pas » (en parlant de l’impérialisme américain)

                          • Antoine Diederick 12 octobre 2012 20:37

                            Mitterand et la voracité états-uniennes...

                            Ils veulent tout.

                            Celui qui veut tout, n’aura rien.


                          • dadascope dadascope 12 octobre 2012 16:22

                            Mwahahaaaha ! excellente vanne ! la meilleure blague du mois !!!!

                            ...

                            Ah ? euh..Comment ca ?.. on me dit que ce n’est pas une plaisanterie ... ?!?!...

                            Ou alors il y a une faute d’orthographe, j’en fais souvent moi-meme, je ne vous tiendrai par rigueur.

                            Vous vouliez dire :

                                      « L’europe, c’est la paie ! »


                            • Nums Nums 12 octobre 2012 16:42

                              Prix Nobel 2012 du journalisme citoyen : Sylvain Rakotoarison.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès