Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Sarkozy ce lundi à Bruxelles : oui à un sommet économique ?

Sarkozy ce lundi à Bruxelles : oui à un sommet économique ?

Une partie difficile pour le « Superman » du volontarisme... Les arguments et les suggestions du président français auraient plus de poids si la dette n’était pas un tel fardeau et si la fuite en avant n’était pas aussi incompréhensible...

A l’Eurogroupe, on sait se tenir. Politique et politesse... Sarkozy sera donc bien accueilli. Avec tous les honneurs dus à son rang et avec cette mobilisation médiatique qu’il affectionne tant, lui qui souffre, selon Eric Marty (disciple de Roland Barthes et l’un des invités d’un déjeuner « intellos » de l’Elysée) « d’une sorte de libido communicationnelle ». D’ailleurs, les ministres, réunis autour de Junker, le Premier ministre luxembourgeois qui préside ce faux «  mini-gouvernement » économique de la « zone euro », diront à quel point ils apprécient cette venue présidentielle. Une marque de révérence, de respect et une preuve d’activisme volontaire. Une première même. Avant lui, seul le président du Conseil italien Silvio Berlusconi avait lui-même présenté ses projets budgétaires devant l’Eurogroupe en 2005, mais il remplaçait son ministre de l’Economie, Giulio Tremonti, qui, à l’époque, avait démissionné. Sarkozy sera là et Christine Lagarde aussi.

« Que Sarkozy monte en première ligne dans une réunion de ce type, c’est plutôt encourageant, surtout quand on se souvient de son absentéisme honteux dans les réunions ministérielles quand il était le premier flic de France », sourit un habitué des réunions bruxelloises. « On se demandait s’il savait que l’Union européenne existait. Aujourd’hui, il montre qu’il faut compter avec lui, sinon sur lui. Son festival lors du dernier Conseil européen a impressionné, même s’il se voit plus important qu’il n’est. « Sauveur de l’Europe », il n’y a que lui qui s’y voit... ». Junker (photo) se montre même enthousiaste dans l’attente de la réunion d’aujourd’hui :"J’applaudis".

8caaeb057c194b88c038933b159644ce.jpg

Mais, nous l’avons déjà écrit sur RELATIO, Sarkozy ne sera pas à la fête. On écoutera ses « je veux », mais on lui rappellera ce qu’il pourrait ou devrait... Ne serait-ce que pour respecter les engagements de la France, des engagements pris quand il était au gouvernement, donc au pouvoir. « Les arguments et les propositions de Sarkozy auraient plus de poids si les contentieux n’étaient pas aussi lourds et nombreux entre la France et l’Union », souligne un haut fonctionnaire européen (français et pas spécialement « de gauche »). C’est bien l’avis de tous les observateurs bien informés. Même la candidature de DSK pour le FMI risque d’en souffrir... Mais cette candidature qui sucite tant de craintes au PS ne se jouera sans doute pas aujourd’hui. Tout au plus,Sarkozy pourra se rendre compte des candidats poussés ou non par les Polonais, les Italiens et d’autres.

3712b75be1ae746801f52bb19cc9f00c.jpg

Aujourd’hui, dans son interview fleuve au Journal du dimanche, le président français annonce qu’il proposera à l’Eurogroupe l’organisation d’un sommet européen à la rentrée sur la politique économique. « Je proposerai lundi qu’il y ait, à la rentrée, une réunion européenne des chefs d’Etat et de gouvernement pour parler de la politique économique » Voilà qui est plutôt positif. Mais il a une façon de le dire qui fait sourire : « J’expliquerai à nos partenaires ce que nous allons faire pour retrouver de la croissance », dit-il. « Super-Sarko » prof d’économie, donneur de leçons sur la croissance ! Il a été locataire de Berçy, il est vrai. Et il n’y a pas marqué son passage que par la réception d’une star de la scientologie...

Des mots à préciser

Qui plus, ses « je veux » et sa volonté de « ne respecter aucun tabou » se heurtent à des confusions de vocabulaire. Le « protectionnisme », aujourd’hui, c’est quoi ? A Bruxelles, l’expression « ligne Maginot » revient à la mode quand on parle de la France et de son « ADN colbertiste ».

Le retour à la « préférence communautaire », c’est quoi avec les accords de l’OMC ? Une « politique industrielle volontariste », c’est quoi quand on voit les faiblesses (françaises d’abord) de l’Airbus ?

Le « patriotisme économique », c’est quoi concrètement quand LU, qui fait partie du patrimoine passe sous contrôle américain ?

La lutte contre les « délocalisations », c’est quoi quand les entreprises françaises... délocalisent à tour de bras ? En quoi, la construction européenne est-elle le « cheval de Troie de toutes les menaces que portent en elles les transformations du monde », alors qu’elle seule, plus forte et plus soudée pourrait jouer un rôle régulateur. Pascal Lamy en sait quelque chose...

En quoi, « Bruxelles » fait-elle preuve de « naïveté dans les négociations dans le cadre de l’Organisation mondiale du commerce » ?

a163bb7c09a782d08dcec930ec01ec46.jpg

« Il nous faut rejeter la notion selon laquelle les seules politiques à mettre en oeuvre face à la mondialisation seraient de nous en retirer ou de nous cacher. Nous ne pouvons faire ni l’un ni l’autre, et je crois que le nouveau gouvernement français le reconnaît », lâche M. Mandelson , le commissaire mis directement en cause, qui « voit mal » comment son expérience politique « a pu le rendre naïf » et qui rappelle que le bloc européen est le premier exportateur mondial, « ce qui démontre, à quel point l’Union européenne profite de l’ouverture des marchés mondiaux ».

Que cache la suppression de l’expression « concurrence libre et non faussée » dans le nouveau traité ? Et que signifient les attaques contre la Banque centrale et contre « l’euro trop fort », alors que ce sont surtout les monnaies chinoises et japonaises qui ne sont pas au bon niveau et que le dollar subit les faiblesses intrinsèques de l’économie américaine ?

La Commission conteste ces critiques de Paris : « le taux de change ne joue qu’un rôle limité dans les résultats des exportations des pays individuels », constate-t-elle en notant que la balance commerciale de la France s’est, elle, améliorée vis-à-vis des Etats-Unis, mais détériorée vis-à-vis de l’Allemagne. « Il y a donc lieu de chercher ailleurs les causes des résultats décevants de certains membres de la zone euro en matière d’exportations ». Qu’en pense le Pr Sarkozy ?

UNE PILE DE CONTENTIEUX

Ces points de frictions s’ajoutent à d’autres contentieux qui s’accumulent. On ne chôme pas à la représentation permanente de la France auprès de l’Union européenne...

Non seulement, Sarkozy se heurte à la Commission et à la plupart des autres Etats membres sur les négociations d’adhésion avec la Turquie, mais de difficiles négociations portent (entre autres) sur le monopole de la Française des jeux et du PMU dans le domaine des paris sportifs, qui fait l’objet d’une procédure de la Commission, ou de la pêche au thon et à l’anchois, dont l’interdiction suscite la colère des pêcheurs, les réserves sur la réforme vini-viticole, ou des retards dans la transcription des directives dans le droit français (qui vaut quelques amendes à la France)...

Ce président-professeur aura surtout des explications à donner sur une question très précise et essentielle : les gouffres des DEFICITS !

>>>Il devra expliquer pourquoi il a décidé de reporter à 2012 l’assainissement des finances publiques françaises afin, selon ses voeux, de créer un "choc fiscal" pour permettre à la France "d’aller chercher ce point de croissance supplémentaire".

Cette décision viole plusieurs engagements de la France. Elle foule aux pieds son programme de stabilité approuvé le 30 janvier par l’UE et qui prévoit une réduction importante du déficit dès 2007 afin de parvenir à un déficit proche de zéro et à un endettement inférieur à 60 % du PIB en 2010.

Circonstance aggravante : cette échéance 2010 avait, en outre, été solennellement réitérée en avril dernier par tous les ministres des Finances de la zone euro, qui s’étaient engagés à tirer parti de la forte croissance actuelle - 2,6 % dans la zone euro cette année - pour accumuler des réserves en prévision du vieillissement de la population.

En plus elle est dangereuse pour la France elle-même. On ne peut pas vivre en surendettement chronique et, surtout, on ne peut pas sans risques graves pratiquer à Paris une politique aux antipodes de ce qui est fait (avec succès) à Berlin...

650e8fc6a1defecf32bdeb24b42ad81c.jpg

A L’OPPOSE DE LA LIGNE ALLEMANDE

Aucun économiste sérieux ne peut prendre à la légère les arguments avancés avec un courage mal récompensé par François Bayrou durant la campagne présidentielle et qui justifie son abstention lors du vote d’investiture du cabinet Fillon.

Le ministre allemand des Finances, Peer Steinbrück, est déjà sorti de la réserve que lui impose l’axe franco-allemand. « S’il est confirmé que la France revient sur ses engagements, il y aurait un problème, non seulement du point de vue allemand, mais aussi de celui de la Commission et d’autres Etats membres ». Le président de la Banque centrale européenne (BCE), Jean-Claude Trichet, a renchéri : l’objectif 2010 est « essentiel pour la cohésion de la zone euro », a-t-il martelé.

Même politiquement, Sarkozy fait une entorse grave à son engagement d’appliquer son programme : sa promesse de réduire le déficit de 0,5 % par an passe par pertes et profits (plus par pertes que par profits). Le gouvernement a déjà renoncé à ramener les déficits publics à 1,8 % en 2008 après 2,5 % en 2007, puisque l’on parle désormais d’une stabilisation l’an prochain (peut-être).

LA DETTE SE CREUSE ENCORE

>>> Son pari sur la reprise de la croissance (demain, il fera beau...) serait plus crédible si les mesures annoncées par le gouvernement français ne suscitaient pas autant de scepticisme dans les milieux européens. "Fuite en avant", dit-on à Bruxelles.

Explications techniques sur un point, par exemple : le seul coût du « paquet fiscal » qui sera soumis cet été au Parlement est évalué à 0,6 % du PIB par la déduction fiscale des emprunts immobiliers (0,3 point de PIB), la suppression des droits de succession (0,1 point) et l’exonération des charges sociales pour les heures supplémentaires (0,2 point).

C’est d’autant plus inquiétant que la pente actuelle est mauvaise : la dette publique est repartie à la hausse au premier semestre pour atteindre environ 65 % du PIB au lieu de 63,7 % fin 2006, et son déficit en fait le cancre de la zone euro, surtout par rapport à l’Allemagne, qui devrait avoir un déficit de 0,6 % cette année à comparer aux 2,5 % français. La perspective d’une plus-value de deux à cinq milliards d’euros dans les recettes fiscales pour 2007 pour compenser un dérapage des dépenses sociales de l’ordre de quatre milliards d’euros n’est qu’une mince compensation.

« Ce ne sont pas des réformes structurelles », estime un responsable de la Commission. « Elle n’auront aucun impact sur la croissance ». Et elles mettent en péril la santé de l’euro. « Il est très important pour la monnaie unique de mener une politique budgétaire très exigeante », a déclaré le Premier ministre portugais, José Socrates.

df7c82ddcb4d5b9f97606865546afa0e.jpg

POUR UN GOUVERNEMENT ECONOMIQUE

« Il faut être réaliste. Il est évident qu’il y a une différence entre une obligation juridique et une obligation politique », a expliqué le ministre portugais des Finances, Fernando Teixeira dos Santos.

Pire pour Sarkozy et pour tous ceux qui pensent qu’il faut effectivement que l’Eurogroupe devienne une force politique réelle : le « cavalier seul » français risque de compromettre pour longtemps les progrès (pourtant à faire) vers une meilleure gouvernance économique de la zone euro pour faire contrepoids à la Banque centrale européenne (BCE). C’est pourtant l’un des "dadas" de Nicolas Sarkozy. Et c’est ce qui rend difficilement compréhensible ce que les diplomates spécialisés dans les affaires économiques et financières appellent, en privé, les « incohérences de l’Elysée ».

Sarkozy adore l’adversité. Il sera servi. Mais dans ces domaines-là, les exhortations ne servent pas à grand-chose. Seuls les chiffres et les faits comptent. La « culture du résultat » prônée doit s’appliquer (aussi) à l’Elysée puisque c’est là que tous les pouvoirs sont concentrés. Elle suppose de remplacer le « volontarisme », (ce « vélo en chambre », comme dit Bourlanges) par une vraie volonté. Mais il paraît que « ce que Sarko veut, Sarko peut ». Alors...

903f99caa1c36076c89570b5e07981cf.jpg

D’ailleurs, on apprécie à Bruxelles la présence de Christine Lagarde (photo) à Bercy ("ouverte et compétente, avec son capitalisme pragmatique"), on est très satisfait de retrouver l’excellent Michel Barnier sur les dossiers agricoles et le choix de DSK est jugé, indépendamment de ses aspects politiciens un très bon choix. "Il a le profil incontestablement"... Mais des Français à la tête de l’OMC, de la Banque centrale européenne, à la BERD et au FMI, cela fait beaucoup, non ? A voir...

Au moins, Sarkozy n’hésite pas à aller dans l’arène : c’est plutôt bien, même en tenant compte de sa « libido communicationnelle »...

Daniel RIOT


Moyenne des avis sur cet article :  4.47/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 9 juillet 2007 09:38

    Nicolas Sarkozy aura besoin de toute sa force de négociateur pour débloquer l’Europe.

    Il a besoin de toutes les énergies de droite et de gauche qui ont tous la même vision de la France et de l’Europe sans tomber dans les travers du liberalisme anglo-saxon.

    L’occasion est donné avec le départ du très médiatique Tony Blair dont son successeur n’a aucune ambition sur l’Europe.

    Oui,nous pouvons compter sur la volonté politique du nouveau président pour faire avancer l’Europe vers une meilleure approche de l’Europe.


    • maxim maxim 9 juillet 2007 10:14

      bonjour.... dans votre article ,j’ai surtout retenu qu’il était question de l’€uro trop fort ........

      et je partage cette remarque comme beaucoup ,et nous avions déjà débattu ensembles plusieurs fois sur ce sujet .....

      regardez les prix actuels comparés à l’évolution des salaires et des pensions ,si vous faites votre marché ,les prix donnent le vertige ,et si vous convertissez en Francs ces prix ,d’autant plus que les hausses vont arriver ,vous constatez tout de même que cette belle monnaie qui fait l’orgueil de notre « belle Europe » fait plutot des ravages dans le quotidien .....

      le litre d’essence à 1 €uro,45 comme j’ai pu le voir par endroit ,ça fait le litre à 10 balles mine de rien .... le kilo de cerises à plus de 5 €uros ,ça fait 35 francs la poignée ,on a presque envie de bouffer les noyaux à ce prix là ,laitues à 2€50 pièce ,14 francs quelques feuilles de salade ..... avant l’€uro ,une telle envolée des prix aurait déclenchée un bordel géneral ...... de plus cet €uro nous défavorise pour l’exportation de nos produits ......

      je pense comme beaucoup que cette monnaie est beaucoup trop forte et nous dessert ,aussi bien dans notre quotidien que dans les échanges internationaux ......


      • ExSam 9 juillet 2007 10:45

        Maxim

        C’est le moins qu’on puisse dire. Une catastrophe économique, un désert social, une prison qui s’assied sur le référendum citoyen du 29 Mai et que Riot, à grands de stylos solennels qu’il donne en bon chambellan à Sarko, conforte.

        C’est un scandale total que Sarko refuse de nous donner référendum. Ce type N’EST PAS un démocrate, mais Riot lui tranquille commente tout celà de très haut. Toujours commente le pouvoir, toujours aux basques du pouvoir. Riot, il ya plein de gens très mécontents des prix, comme de l’absence de démocratie intolérable pour ce référendum. Y a plein de boites qui licencie à fond, et toi tu viens nous faire du Duhamel. Ca suffit !

        La presse devrait dénoncer cette mesure dictatoriale unanimement. Si toute la presse le faisait cette mesure sauterait dans les trois jours. Mais il n’y que les petits gaulois demeurant encore libres : Le Canard, CQFD, le Plan B et autres Vache Folle.

        Lamentable. Après les Riot et leurs congénères, non content de faire des petites brèves pisseuses sur les journalistes des Echos et de la Tribune, s’étonneront des critiques contantes et croissantes qu’on adresse à la presse...Cherchez l’erreur.


      • maxim maxim 9 juillet 2007 14:17

        EX Sam et Parkway .....

        mon commentaire n’est destiné qu’a mettre en avant la hausse exorbitante de la vie depuis le passage à l’€uro ,et nous sommes tous concernés ..... la croissance est certainement bonne puisque les indicateurs économiques sont au beau temps ,tant mieux ,et il faudrait que ça profite à tout le monde .....

        il n’en demeure pas moins que cette monnaie trop forte nous penalise et je suis persuadé que c’est un moins pour empecher les délocalisations vers des pays à faibles revenus et sans charges sociales vers où nos entreprises sont tentées de partir ..... certains économistes ont parlé de dévaluation pour limiter les dégats,et je suis de cet avis .....


      • goc goc 9 juillet 2007 10:43

        Quand comprendrons-nous tout le mal que cet individu peut faire à la France

        En espérant que ce ne soit pas trop tard !!!


        • Mijo Mijo 9 juillet 2007 11:05

          Merci pour cet article.

          Les autorités de Bruxelles parviendront-elles à enrayer les dérives qui nous conduisent droit dans le mur ? Avec la défense de castes privilégiés, de quelques puissants lobbies et de son économie cartellisée, la France semble devenir complètement anachronique.

          Vous dites : « Que cache la suppression de l’expression « concurrence libre et non faussée » dans le nouveau traité ? »

          En voilà une bonne question. Il faut bien préserver le monopole du PMU, de la Française des Jeux, d’EDF, et sauver le soldat nuke, non ? Quant à nos start-up innovantes dans la high tech et les énergies renouvelables, elles finiront par s’installer sous des cieux économiques plus favorables. Après tout, le monde est maintenant un petit village...


          • Neos 9 juillet 2007 11:27

            « Les arguments et les propositions de Sarkozy auraient plus de poids si les contentieux n’étaient pas aussi lourds et nombreux entre la France et l’Union », souligne un haut fonctionnaire européen (français et pas spécialement « de gauche »). C’est bien l’avis de tous les observateurs bien informés.

            Merci à Daniel Riot pour cet excellent article.

            Nous allons bien voir ce que pèse politiquement la volonté d’un homme face à 26 Etats membres.


            • stradiuvarius 9 juillet 2007 21:28

              Ou dit autrement ce que pèse un pays, la France, contributeur net de la zone Europe avec Allemagne, Pays bas et Danemark pour des pays moyen âgeux type ex pays du Bloc sovietique, Espagne portugal , Grèce !

              Bref quand on met la main au porte monnaie pour soutenir la croissance voir financer les déficits des autres pays membres de l’UE, on est en minimum en droit de leurs imposer notre point de vu et notre façon de penser. Sorti du giron stricto technocratiques dont les euroconnards ont peine à se départir vous l’aurez noté, cela se nomme faire de la politique, respecter ses engagements,en un mot être cohérent . Et les Français n’ont pas élu le Président de la république de l’Europe, mais le président des Français et de la France, et si l’Europe n’est pas contente avec cela, qu’elle aille donc se faire f.... clairement, calmement, Zen quoi !


            • Forest Ent Forest Ent 9 juillet 2007 11:57

              Il arrivera à Sarkozy la même chose qu’à Berlusconi : il ne sera pas très pris au sérieux.

              C’est bien schizophrène tout ça. Un discours « officiel » pour une Europe-puissance indépendante des US, contre la surévaluation de l’Euro, contre la Turquie. Et en pratique des ministres comme Lagarde, Kouchner et Jouyet. Le oui et le non sont dans un bateau.

              Je ne retrouve plus où, mais il y a un chroniqueur économie qui a bien résumé tout ça en disant : « si Sarkozy veut vraiment un euro moins fort, il lui suffirait de demander que la BCE ait un objectif d’inflation de 4% plutôt que 2%, et il lui faudra alors se débrouiller avec les retraités français. »


              • arturh 9 juillet 2007 13:11

                Après les articles au sujet de Sarkozy et son mini-traité européen (S’il croit que ça va se passer aussi facilement que ça !, etc, etc), voici donc les articles au sujet de Sarkozy et sa politique économique en Europe (S’il croit que ça va se passer aussi facilement que ça !, etc, etc)...


                • patroc 9 juillet 2007 15:47

                  Enfin un article qui rassure ! La politique économique de Sarko, désastreuse, va creuser un abîme entre une majorité de français, travailleurs pauvres obligés de combler une dette nationale faramineuse par des augmentations de charges qui les condamnent à travailler plus tout en perdant un système social en voie de privatisation et un patrimoine économique, financier, immobilier, vendu pour cause de dette, et leurs « élites » proclamés, entrainés dans la concurrence au profit, et « obligeant » toujours plus pour leur propre confort. Entendre des détracteurs de sa vision politique et économique en hautes instances fait plaisir. Espérons qu’ils ne se laisseront pas prendre par ses boniments (il est très fort pour çà !) et s’en tiendront aux faits et aux chiffres... Le premier couac à la « réalité » économique de Sarko ?...


                  • Linda 9 juillet 2007 16:54

                    Quelqu’un pourrait-il m’expliquer quel est le rapport entre l’Euro fort et l’augmentation des prix des biens de consommation courante ? La raison de cette augmentation ne se trouve-t-elle pas ailleurs ? Quel serait le prix du litre d’essence si on retournait à la parité euro-dollar ?

                    Napoléon 1/2 fait beaucoup de vent et beaucoup de fumée mais, outre le fait qu’il nous fait passer pour des cons en Europe et dans le Monde (j’entends encore ma mère m’expliquer qu’il nous représenterais mieux à l’étranger !), je ne vois pas à quoi il va arriver en passant son temps à répéter que tout est de la faute des autres. A un moment où à un autre son absence de résultats va bien finir par se voir.

                    Certains français me font penser à ces gamins qui ne veulent pas qu’on désinfecte leur plaie par ce que ça pique et qui ne tardent pas à se retrouver avec du pus.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès