• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Selon l’OIT, l’Allemagne est responsable de la crise en zone (...)

Selon l’OIT, l’Allemagne est responsable de la crise en zone euro !

Le président de la République ne cesse de nous vanter le modèle économique allemand selon Le Point, ce qui a un certain impact dans la population française, puisque selon un sondage de l'Ifop réalisé entre le 4 et 6 janvier et que Le Figaro nous révèle : plus de six français sur dix estiment nécessaire de s'inspirer du modèle économique de l'Allemagne.

Mais avant-hier, l'Organisation internationale du travail (OIT) a épinglé la politique allemande de compétitivité par les salaires, dans un rapport, y voyant "la cause structurelle" de la crise en zone euro.

Ce rapport de l'OIT, institution de l'ONU basé à Genève, a été dévoilé dans Le Monde. Il accuse ni plus ni moins l'Allemagne d'être à l'origine de la crise dans la zone euro. Selon lui : "L'amélioration de la compétitivité des exportateurs allemands est de plus en plus identifiée comme la cause structurelle des difficultés récentes dans la zone euro",

Selon Le Monde l'OIT pointe du doigt la politique salariale "déflationniste", mise en place en Allemagne ces dix dernières années  : "Les coûts du travail en Allemagne ont chuté depuis une décennie par rapport aux concurrents, mettant leur croissance sous pression, avec des conséquences néfastes pour la viabilité de leurs finances publiques".

Le rapport souligne que la refonte du marché du travail faites par le chancelier Gerhard Shröder entre 2003 et 2005, par des réformes du nom de "Hartz", ont accéléré le placement des demandeurs d'emplois du fait du raccourcissement des durées d'indemnisation du chômage dans des "jobs à un euro de l'heure", salaires très inférieurs à ceux fixés dans les convention collectives.

Cette politque a conduit la zone euro à un marasme économique, toujours selon l'OIT, entraînant les autres pays européens à considérer que l'unique solution pour rester compétitifs était de souscrire également à cette politique de bas salaire. Mais le plus grave, relève l'OIT est que "les pays européens en crise n'ont pas pu utiliser le moteur des exportations pour compenser la faiblesse de leur demande domestique puisque leur industrie ne pouvait pas profiter d'une demande intérieure allemande plus forte."

L'Allemagne sur la période 1995 à 2001 a vu sa consommation intérieure amputée du fait de cette politique de très bas salaire, et par ailleurs elle a conduit à un accroissement des inégalités des revenus pendant et après la réunification, selon des données récentes de l'OCDE.

Ce rapport de l'OIT, devrait remettre les pendules à l'heure sur ce soi-disant "modèle économique allemand" que veut nous vendre Nicolas Sarkozy à tout prix au risque de nous faire plonger encore plus dans la récession et la pauvreté.

Sources : Le Point, Le Figaro, Le Monde,


Moyenne des avis sur cet article :  4.37/5   (57 votes)




Réagissez à l'article

92 réactions à cet article    


  • Daniel Roux Daniel Roux 26 janvier 2012 10:53

    L’Allemagne joue son jeu, comme la France joue le sien. Que nous le voulions ou non, nous vivons dans un monde concurrentiel.

    Pour expliquer notre déclin, nous avons le choix entre :

    1) Admettre nos erreurs et tirer les conséquences pour les corriger.

    http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/des-paradis-aux-enfers-de-la-84586

    Ce ne sera pas facile d’autant que les responsables politiques manquent de courage, mais nous restons à la fois maîtres et responsables de notre avenir, pour le meilleur et pour le pire.

    2) Désigner un bouc émissaire.

    Un choix de facilité, finalement assez confortable pour les responsables politiques qui s’exonèrent de tout. Nous pourrons pointer l’autre du doigt, trépigner, quémander mais au final, c’est le pire qui nous attend.

    Quant au bouc émissaire, au mieux, il compatit et se frotte les mains du déclin d’un concurrent (et non d’un ennemi), au pire, il nous tourne le dos et lie d’autres alliances avec des partenaires plus dynamiques.

     


    • menou69 menou69 26 janvier 2012 11:56

      Je vous ferais remarquer que ce n’est pas la France qui a désigné l’Allemagne responsable de la crise dans la zone euro, mais l’OIT une organisation faisant partie de l’ONU et qui réside à Genève.

      L’Organisation internationale du Travail (OIT) est la seule agence des Nations Unies dont les membres sont des représentants des gouvernements, des employeurs et des travailleurs. Cette structure tripartite fait de l’OIT un forum unique où les gouvernements et les partenaires sociaux de l’économie de ses 183 Etats Membres peuvent discuter ouvertement, en toute liberté, de leurs expériences et comparer leurs politiques nationales.

      Selon l’OIT, tous les pays européen commerçant avec l’Allemagne ont été pénalisé du fait de la baisse des salaires des allemands, allant jusqu’à être payé à 1 euros de l’heure, imposée entre 2003 et 2005 par le chancelier Gerhard Shröder, et que Merkel a continué d’appliquer.

      Ils ont de ce fait fait baisser le coût de leurs produits, et sont entrés en concurrence déloyale avec leur homologue européens, censés faire partie du même marché.

      L’OIT les accuse d’être responsable de la crise de la zone euro avec raison car l’Allemagne par l’appauvrissement de ses citoyens a plonger les autres États européens, qui ont refuser d’appauvrir les leurs, dans l’incapacité de faire concurrence aux produits allemands.

      Alors que l’Europe est basée sur la solidarité entre les pays membres, l’Allemagne a fait fi de cette solidarité en privilégiant son marché au détriment des autres et veut maintenant diriger l’Europe et imposer ses point de vue économiques et financier.

      L’Allemagne a tué l’Europe définitivement ! La France n’est pas la seule à être touchée, la crise est générale dans la zone euro.

      En France, comme en Italie, les gouvernements successifs ont privilégiés une couverture sociale de leurs citoyens contrairement à l’Allemagne qui a laissé une grande partie de ses citoyens dans la misère. D’ailleurs si vous lisez les journaux allemands vous voyez que beaucoup n’approuvent pas cette gestion de leur gouvernement et manifestent et se rebellent régulièrement.

      Je vous le redis cet article révèle uniquement la position de l’OIT !


    • MmeRosa 26 janvier 2012 12:38

      En même temps, les jobs à 1 € ne sont pas la règle générale, mais plutôt des revenus d’appoint pour les bénéficiaires du hartz 4 (équivalent du RSA/ RMI ). Mais il est vrai que les travailleurs « pauvres » (moins de 900€ par mois) pullulent et que pour eux l’Arbeitsamt (ANPE) doit verser des compléments de salaires (jusqu’a 200 € par mois), pour pouvoir par exemple payer leurs loyers.

      La situation est trés mal vécue par les dits travailleurs qui se retrouvent en situation d’assistance donc en situation de mépris par rapport à la société, mépris qui est commun à celui des français pour l’assistanat. C’est donc un mal profond et une « déprime » diffuse qui rends les allemands les moins favorisés moroses, amers...Et comme il y a à mon avis une certaine résignation (due à la culture ou à la nature du peuple allemand) on voit très peu de révolte, voire de colère, plutôt un sourd enfermement sur soi même (alcool, pitbull, xénophobie) . Je le sais j’habite en Allemagne.


    • Mor Aucon Mor Aucon 26 janvier 2012 14:19

      Menou, je suis d’accord avec votre commentaire mais il n’empêche qu’il me semble que l’OIT a exagéré. L’Allemagne n’est responsable ni de la financiarisation de l’économie mondiale ni de la crise des subprimes qui a déclenché la crise européenne. Par contre, il est évident qu’elle fut favorisée par les déséquilibres structurels de la zone euro et que la défense acharnée qu’elle fait, de sa situation privilégiée, constitue la principale cause du manque de réactivité de L"UE face à la crise.


    • menou69 menou69 26 janvier 2012 14:21

      @ MmeRosa

      Merci pour vos précisions sur ce que vivent les travailleurs allemands, étant sur place vous êtes plus à même que moi pour cela.

      Je ne sais pas si les allemands sont conscients de l’impact de la politique salariale déflationniste mis en place par le chancelier Gerhard Shröder sur les pays européens qui ont refusé, eux, de baisser les salaires et ont décidé de privilégier la couverture sociale de leurs citoyens.

      Comment ont-ils reçu la déclaration de l’OIT ? Quelle a été la réaction de la presse allemande ? Pouvez-vous me l’indiquer ?

      Bonne journée à vous


    • menou69 menou69 26 janvier 2012 14:29

      @ Mor Aucon

      Je suis d’accord avec vous sur le fait que l’Allemagne n’est pas responsable ni de la financiarisation de l’économie mondiale ni de la crise des subprimes qui a déclenché la crise européenne, mais elle s’est enrichie sur le dos des autres européens et de plus refuse de financer les plus faibles alors que l’Europe est basée sur la solidarité entre ses membres ! La faiblesse de Nicolas Sarkozy face à Angela Merkel renforce la sensation de toute puissance de l’Allemagne et de sa supériorité qui existe d’ailleurs depuis des décennies.


    • Defrance Defrance 26 janvier 2012 14:49

       Bonjour a tous,

         L’Allemagne triche énormément , depuis longtemps sur son import camouflé et son export de « made in Germany » qui est de plus en plus du « made in n’importe ou » !

         Déjà dans les années 90 des poulets débarquaient a Hambourg das des emballages " élevés et abattus en Allemagne alors qu’en vérité ils arrivaient de Saïgon ! 

       Je dénonce depuis des années la triche des allemand qui exportent du « made in n’importe ou <http://www.spiegel.de/wirtschaft/unternehmen/0,1518,809251,00.html> » déguisé en Made in Germany !

       Et on leur cire les pompes en les montrant en exemple !
       Dejà dans les années 80-90 mon épouse a vu arriver a Hambourg des poulets Vietnamiens dans des emballages marqués "élevés en Allemagne" !

       Une scie sur Table a 89 euros « Made in germany »  ??????
       Une ponceuse de 600w a 25 euros « Made in Germany »  ???????

       Quand on regarde à l’intérieur de ces machines, TOUT vient d’Asie y compris l’emballage !  ! le montage est « peut être » réalisé en Allemagne par des 1€ jobs , mais rien de plus !

      Les plans de la Commission de l’UE
      L’industrie est inquiète « Fabriqué en Allemagne »

      DAPD

      L’équipementier automobile ZF Friedrichshafen AG : DIHK craints "des dégâts immenses » causés par les plans de l’UE

      L’UE veut compliquer la *tâche de l’étiquette "Fabriqué en Allemagne"* claire : Il faut seulement distinguer les produits qui composent *d’au moins 45 *pour cent de matières recyclables allemand. Les entreprises sont outrés - et selon la DIHK (chambre d’industrie et du commerce), menace également la perte d’une orientation du consommateur.


      Berlin - Il est considéré comme l’un des sanctuaires de l’industrie allemande - selon violente chute de la réponse de l’économie sur les plans de l’UE : Le label « Fabriqué en Allemagne » appareils avec le changement envisagé à l’origine du droit des biens en danger, a déclaré le Président de la DIHK Hans Heinrich Driftmann au journal « Die Welt ». "Si l’avenir de l’origine et la valeur des matières sont cruciaux pour de nombreux produits ne sont plus considérés comme allemands," at-il dit.

       Commissaire Algirdas Semeta envisage de rendre le label "Fabriqué en Allemagne" qu’aux produits qui sont dérivés d’au moins 45 pour cent de la portion de valeur de l’Allemagne. Jusqu’ici, selon les règles de l’UE, le pays est le pays d’origine, où « la dernière transformation substantielle et économiquement justifiée et" a été faite. Par conséquent, aujourd’hui, les produits sont également marqués avec l’étiquette « Fabriqué en Allemagne », si ils ont fait plus de*90 pour cent étranger*, mais ont été modifiés en Allemagne.


      Driftmann dit le journal continue, les plans de la Commission européenne, a entraîné une perte énorme pour l’économie allemande. L’initiative de Bruxelles toucherait principalement les exportations à forte intensité de secteurs comme l’industrie automobile, électrique, mécanique et génie végétal. Les consommateurs devraient également être privé d’un guide important, a dit Driftmann.

      Une décision finale sur l’évolution de l’origine légale des biens n’a pas diminué. La résistance au projet, non seulement dans les affaires, même au sein de l’autorité de la Commission, il est controversé.

      La raison pour laquelle les plans de l’UE était un différend sur des droits antidumping sur les produits de la Corée du Nord qui ont été fabriqués à partir de câbles d’acier chinois. Contre les marchandises coréennes du Nord de Bruxelles actuellement imposées fonctions. En revanche, un groupe allemand s’était plaint devant la Cour européenne de justice (CEJ). Les cordes étaient faites de pièces chinoises et ne furent assemblés en Corée du Nord, il dit. Le groupe a gagné.

      De plus la democratie n’existe pas en Allemagne, le FDP qui permet a la droite de survivre est autour de 3 a4% dans les sondages !

       les allemands veulent aussi revenir a l’assurance maladie publique !

      traduction google) 

      *Primes d’assurance élevées**
      Fuites de l’assurance santé privée*

      Le projet de loi a été salé, le grand choc : de nombreux compagnies d’assurances privées ont leurs contributions à la première A fortement augmenté en Janvier. Or, selon les informations SPIEGEL augmente le nombre de patients privés qui veulent retourner à l’assurance obligatoire.


      Hambourg - Beaucoup assurance santé privée ont dès Janvier 2012 augmenté leurs contributions, parfois jusqu’à 50 pour cent. Maintenant, le nombre de patients privés, qui veulent passer à l’assurance maladie obligatoire de manière significative. « nous sommes submergés de demandes de renseignements téléphoniques d’assurés privés qui veulent revenir au Public », explique Wilfried Jacobs, chef du Spiegel AOK Rheinland / Hambourg DER. Le même rapport a également d’autres fonds.

      Pour Barmer GEK environ 27 600 assurés ont déjà changé quitté la concurrence privée au cours de la dernière année, neuf pour cent de plus qu’en 2010. Une tendance similaire a été confirmée, le technicien de la compagnie d’assurance-maladie dit SPIEGEL. Il étudiés dans la dernière année, 68 000 patients refuge privé, près de douze pour cent de plus qu’en 2010. 

      Échappatoires pour la sortie

      Le législateur a prévu pour le retrait du fonds privés dans des cas exceptionnels. Quiconque est au chômage, par exemple, est autorisé à quitter l’assurance maladie privée, ainsi que les employés dont le salaire dans la limite de l’assurance obligatoire de € 45 900 glissades, ou travailleurs indépendants, le passage à un poste permanent avec un niveau de salaire similaire.

      Quiconque est sérieux au sujet du changement, dont certaines espèces pour vous aider à trouver des échappatoires, "Il y a des moyens pouraider les patients privés", explique un gestionnaire de l’assurance maladie dit SPIEGEL. « Pourvu que l’employeur respectif consente."

         


    • Mor Aucon Mor Aucon 26 janvier 2012 15:02

      Il faut aussi faire un peu la part des choses en Allemagne car les responsabilités pèsent plus sur les partis libéraux allemands que sur l’ensemble du pays. Par exemple, les libéraux français ont une part de responsabilité, dans la financiarisation des économies, beaucoup plus grande que les interventionnistes allemands. Le clivage nationaliste, malgré la propagande souverainiste, ne correspond pas à la réalité de la situation, c’est le clivage entre les grandes théories économiques qui est en jeu.


    • lagabe 26 janvier 2012 16:19

      c’est la politique d’un certain schoder SPD donc gauche , agenda 2000 qui a couduit à cela , c’est pas A.Merkel


    • Mor Aucon Mor Aucon 26 janvier 2012 16:40

      Ça c’est de la propagande souverainiste à usage franco-français et c’est faux.


    • HELIOS HELIOS 26 janvier 2012 17:13

      ... je peux vous confirmer que le « made in germany » est une illusion

      Ceux qui achetent, par exemple des petits modeles de chez Volkswagen ne semblent pas savoir d’où viennent les voitures.

      J’ai personnellement voyagé pendant mes vacances sur un cargo (RORO) revenant d’Amerique du sud... il s’est arrete dans deux ports bresilien pour charger des milliers ’je dis bien des milliers c’est a dire environ 2500 voitures, qui ont ete debarquées dans le port privé de Emdem en Allemagne.

      Ces modeles fabriques au Bresil sont evidement qualifiés de « made in germany » !


    • Defrance Defrance 26 janvier 2012 17:18

        Non Lagabe a raison, Merkel n’a fait qu’emplifier la situation créée par le socialiste vert Schroeder qui se gave maintenant chez Gaspromm ! 


    • simir simir 26 janvier 2012 17:22

      J’ai pour particularité d’avoir 3 membres de ma belle famille qui habitent à Mlada Boleslav en Tchéquie et qui travaillent chez Skoda qui est implanté dans cette ville. 

      Et bien pour 650 € / mois ( et l’essence est plus chère que chez nous) ils y fabriquent des Skodas bien sûr mais aussi des boites de vitesses et pas mal de pièces qui sont réexportées chez VAG.
      Ah le made in Germany c’est plus ce que c’était !!!!

    • Defrance Defrance 26 janvier 2012 18:09

       Merci Simir, 

         d’apporter de l’eau a mon moulin . Le problème est que nos dirigeants semblent en extase devant un modèle en carton pâte, ou si ils le croient vraiment c’est qu’ils sont mal informés ! 

        La Hongrie, patrie du père et du grand père de qui vous savez, exilé en Autriche puis en Allemagne en 1944 pour fuir les rouges qui ne sont arrivés qu’en 56 fait aussi partie de l’arrière cour du made in Sogenante Germany !  ! 


    • Defrance Defrance 26 janvier 2012 18:15

        c’est Allemand a partir de 10% du prix venant d’Allemagne ( ex le cable électrique avec la prise Allemande) sur du Made in RPC la transforme immédiatement a du made in Germany ! 

         Alors que chez nous les importateur de made in RPC se font montrer du doigt en vendant moins cher dans l’emballage d’origine , sans rien cacher au consommateur !

       l’honnêteté ne paye plus ! 


    • Defrance Defrance 26 janvier 2012 18:18

       @ helios, 

          C’est marrant, les putes de luxe du Dr Hartz, drh de Volksvagen venaient aussi du Bresil pour recompenser l’auteur de Hartz IV dans les Palaces Parisiens ( ou peut être aussi au Carlton ?)


    • Jason Jason 26 janvier 2012 23:49

      Defrance,

      Je confirme. C’est grâce à une tricherie habile que les exportations de ce pays vers le reste de l’Europe sont si élevées.

      Il faut porter ce scandales au grand jour et cesser de faire des ronds de jambe et de nous bassiner avec un modèle trompeur.


    • platon613 27 janvier 2012 11:31

      Comme vous dites : Désigner un bouc émissaire c’est trop facile !

      Lisez cet article

      La France menacée de faillite. Bientôt Junk-Bonds ?

      L’économiste français Artus s’attend à une dégradation supplémentaire de la France. L’Allemagne prendrait de plus en plus le rôle de leadership en Europe, car la France tomberait à cause de graves problèmes économiques. " À long terme, le pays est menacé par un défaut de paiement en raison de l’explosion de sa dette et de la stagnation économique."...

      http://www.news26.tv/econmie/1603-la-france-menacee-de-faillite-bientot-junk-bonds.html


    • Defrance Defrance 27 janvier 2012 20:10

       merci Jason, 

       cela fait plaisir d’être comprit de temps a autre, mais le bulldozer a desinformer est tres puissant ! 

         Les allemands sont des hypocrites des tricheurs qui profite d’une renommée qui fut vrai il y a maintenant plus d’une génération ! 

        Tous comme les moutons GB venant de Nouvelle Zélande ! 

        A ce propos allez voir ma denonciation de l’imposteur qui ne sort pas de la moderation !


    • lulupipistrelle 26 janvier 2012 14:14

      Portnawak... un « pauvre » allemand serait dans la classe moyenne en France.

      Pas de chance pour le pauvre Est-allemand... Il aurait pu accéder à la société de liberté occidentale dans les mêmes conditions que les autres démocraties ex-populaires, la Hongrie par exemple, et se retrouver aujourd’hui avec une TVA à 27 %... mais non, il a bénéficié de la bonne volonté des frères de l’Ouest, qui ont payé une grosse CSG dès 89, pour intégrer les lands de l’Est, les reconstruire et les moderniser... et de ce fait ils ont réduit leur consommation personnelle...ce qui a appauvri les partenaires commerciaux ...

      Non mais on croit rêver ! Les efforts des uns en faveur des autres = un nivellement vers le bas pour partager, deviendrait l’argument pour expliquer la récession dans le reste de l’Europe ? Ben les nuls n’ont pas de pudeur.

      Qu’aurait-on fait en France si on avait dû assimiler 17 millions de citoyens, et un territoire sans infrastrucutres, dévasté comme après-guerre ? Le seul élément récent qui peut nous faire réfléchir, c’est la manière dont on a réintégré 1 million de Pieds-noirs et les Harkis, après 1962...

      L’OIT proteste contre la gestion allemande ? C’est un organisme onusien ? et ils sont combien les Etats qui peuvent en remontrer à l’Allemagne question gestion, et efficacité ?

      Ceci dit l’Allemagne peut sûrement mieux faire...
      La pauvreté et le chômage ça y existe aussi... mais avec pragmatisme, la situation réelle est quand même meilleure qu’ailleurs.
      Le pauvre Est allemand n’a que 75 % du niveau de vie de l’Ouest-allemand mais par rapport à un Hongrois ou a un Slovaque, ça représente quoi ? et par rapport à un Français moyen ?


      • simir simir 26 janvier 2012 17:30

        @ lulu

        La RDA n’était pas un territoire sans infrastructures ni industries. Elle était même dans les 10 eres économies mondiales 
        C’est la Treuhandanstalt qui a tout détruit éliminant ainsi les entreprises de l’Est concurentes avec les leurs ( Zeiss, RFT, complexes pétro chimiques, IFA) 
        Traduction de Treuhand : main fidèle c’est pas explicite pour vous ?

      • lulupipistrelle 26 janvier 2012 18:15

        Désoléée de vous contredire, mais l’économie est-allemande et l’état de l’Allemagne de l’Est ce sont deux choses différentes, parce que l’URSS pressait la RDA comme un citron.

        Il y avait des villes-vitrines, comme Leipzig, mais le reste du pays était resté dans l’état de la fin de la guerre.
        Un exemple : Rostock, avec des échafaudages pour tenir les façades des immeubles depuis 1945, avec un système d’égout et d’adduction d’eau complètement obsolète, pareil pour le gaz et l’électricité... Et les rues, et les routes !!!! Pour aller vite, pour reconstruire l’Allemagne a lancé des appels d’offre dans toute l’ UE d’alors... Et à Rostock, ce sont des entreprises françaises qui ont refait les égouts et l’adduction d’eau...

        Autrement dit, même la France a gagné quelque chose dans cet effort de modernisation payé par l’Allemand de l’Ouest.

        Quant aux usines , elles étaient obsolètes.. elles aussi auraient dû être modernisées, mais ça ne dépendait pas des pouvoirs publics...
        Mon mari en a visité une ,en chimie (1995), qui fut ensuite rachetée par une boîte américaine, puis fermée.( *)

        Même sur Agoravox , j’ai lu des témoignages sur le délabrement de la RDA... par rapport à la Hongrie, par exemple... et pour cause, puisque tout l’effort économique est-allemand était englouti par l’URSS...

        (*) tout ceci résulte d’observations personnelles, et de conversation avec les gens...


      • Defrance Defrance 26 janvier 2012 18:28

        @lulu, 

          Les Lands du Sud sont ils est vrai les plus riches, mais si tant de bien a été fait a l’est, comment explique t on que la gauche y est LARGEMENT majoritaire ? N’y a t il pas des gens comme Kohl qui se sont gavé comme dans l’affaire Elf Leuna


      • simir simir 26 janvier 2012 20:12

        @ Lulu

        On ne juge pas une industrie d’un pays en se limitant à la visite d’une seule usine 6 ans après la fin de la RDA. On se doute que la Treuhand a tout fait pour que ces industries tombent. Dans mon village il existait encore dans les années 80 des fonderies ou l’on faisait la coulée à la main Cela reflétait il pour autant toute l’industrie française ? Tiens à propos savez vous que dans tout l’Est de la France jusqu’en 2006 (maintenant je ne sais plus car je ne travaille plus ) une bonne partie des cables de transmission régionaux de France télécoms étaient encore ceux posé par l’armée allemande ?
        Quant au réseau d’eau dans mon village on l’a changé en entier il y a 4 ans c’était encore un réseau en poteries qui fuyait de partout (voyez il n’y a pas qu’en RDA) Plus sérieusement ces micro-événements ne veulent rien dire. 
        Par contre les statistiques qui suivent permettent d’apprécier la situation
        En 1988 la RDA fabriquait 260 litres d’essence par habitant contre 293 en France, 6935 kWh d’électricité contre 5878 en belgique, 28 camions par 10000 habitants contre 30 en RFA, 298 machines à laver la France 229.
        La Deutche Bank a reconnu que la RDA n’avait que 20 milliards de DM de dette et était solvable.
        La destruction de la grande industrie a commencé en 1990. De nombreux combinats comptaient de 10000 à 30000 travailleurs. Cette concentration devait disparaitre pour prévenir toute résistance éventuelle, et pour ouvrir le marché aux sociétés ouest allemandes.
        La Treuhand a liquidé 30% des entreprises et a offert le reste pour 1 DM symbolique a des sociétés et des spéculateurs ouest allemands.
        En 1997 la production industrielle ne représentait plus que 45,6% du niveau de 1989. Une telle désindustrialisation n’est jamais arrivée en temps de paix.
        La sidérurgie de Brandenburg totalement détruite, l’usine de tracteurs et la filature de cette même ville n’existent plus. Plus aucun appareil photo ni caméra de Pentacon (j’ai acheté un Praktica en 1980 il avait déja une cellule à l’arséniure de gallium alors que les japonnais concurrents en étaient encore au germanium beaucoup plus lent )
        Plus de camions (Ifa construisait d’exellents 4x4)
        Kruppstahl a acheté avec subsides d’Etat le laminoir d’Oranienburg et l’a fait arrêter en 1993.
        L’usine berlinoise de chauffage et de centrales électriques a fait faillite en 1993. 1850 ouvriers sur la paille
        L’industrie est pour 90% aux mains de sociétés allemandes de l’Ouest, donc également les bénéfices
        Les florissants champs de blé d’antan sont en friche. L’agriculture nourissait tous les habitants de RDA. Les chaînes de grande distribution ont éliminé tous les produits agricoles est allemands du marché. Beaucoup regrettent les excellents concombres ou saucissons par exemple.
        Des 850000 agriculteurs de RDA il ne restait plus que 170000 dix années après.
        La surface cultivable a diminué de 20% le cheptel de 50% pour les bovins et de 65% pour les porcs.
        En 10 ans de capitalisme 1,1 millions de personnes ont quitté la partie Est la natalité a baissé par peur de l’avenir.
        Alors on a peut être réparé le réseau d’eau et les maisons ne tiennent peut être plus avec des échafaudages mais allez voir à la campagne : beaucoup de villages sont à l’agonie.
        Maintenant la fable de l’URSS qui s’accaparait tout je vous rapellerai que les usines qu’ils avaient enmené pour dommages de guerre ont toutes été reconstruites par la suite.
        Le pétrole maintenant l’URSS leur en vendait sous les cours mondiaux à tel point que la RDA qui n’a pas un seul champ de pétrole exportait de l’essence et du Diesel (Lu dans les mémoires de Gorbatchev) Tout leur matériel militaire était aussi vendu par l’URSS à des prix inférieurs au matériel de l’Ouest (comparez un peu le prix d’un Mirage à celui d’un Mig idem pour les avions civils)
        Voila et même si certaines marchandises manquaient la RDA était la 9 eme puissance mondiale en 1970 après de laborieuses années de reconstruction
        Les 1250 milliards d’€ investis dans l’ex RDA n’ont étés en fait qu’un « soutient » aux capitalistes allemands qu’il a bien fallu payer par la suite (austérité Schröder et Merkel)

      • lulupipistrelle 26 janvier 2012 20:46

        Oui c’est sûr... ma ville a commencé le changement des conduites d’eau qui avait plus de 150 ans, il y a 5 ans... et c’est loin d’être fini.

        Mais je ne pense pas que ce soit comparable au délabrement est-allemand, quand même.

        Pour les gens qui avaient l’habitude de voyager dans les pays de l’ESt, la RDA c’était quand même une sacrée gifle... visiblement parlant... toute leur production servait à payer des dommages de guerre à l’URSS ...
        Ensuite on sait ce qu’il est arrivé : leurs usines rachetées, puis fermées... parce qu’il fallait quand même pas exagérer et priver l’Ouest de travail (ça c’est mon avis)...

        PS : une usine chimique c’est quelque chose d’assez simple... un spécialiste sait à quoi s’en tenir d’un seul coup d’oeil.


      • Jason Jason 26 janvier 2012 23:51

        Et par rapport au Pakistan, c’est le paradis. Vous vous foutez du monde. Comparez ce qui est comparable. On est dans les pays les plus riches du monde.


      • moussars 27 janvier 2012 14:49

        Oui c’est vous qui rêvez ! C’est vous qui n’avez pas de pudeur !
        Les faits sont les faits :
        Schroeder n’a rien d’un socialiste. Maintenant il est chez Gasprom, après avoir bien servi ce dernier dans les derniers mois de son poste de chancelier... Tout comme Blair avec les financiers...
        30 % des Allemands gagnent moins de 700 €.
        L’Allemagne est le pays européen est celui qui perdrait le plus à un effondrement de l’économie européenne puisqu’elle doit son excédent commercial à son dumping rapporté par de nombreuses contributions (produits fabriqués en Europe de l’Est et Asie et estampillés germany ; salaires indignes...). Son marché intérieur est très insuffisant.
        L’Allemagne est en train de scier la branche sur laquelle elle... et ne joue pas l’Europe.


      • Defrance Defrance 27 janvier 2012 20:20

         @ Jason et Moussard, 

            on ne peut pas comparer bien sur un pays en guerre depuis 50 ans, soumis a la pression américaine et afghane a l’Allemagne ou a la France, par contre la qualité de vie est de plus en plus attaquée chez nous (les suicides sont un signe) , mais en revenant sur le sujet, bien sur que l’Allemagne triche, la qualité de vie est pire qu’en France ( exception faite des Lands frontaliers de la suisse comme par hasard) ! 

         Personnellement, je constate en y passant beaucoup de temps que la qualités de vie est meilleure au Vietnam qu’en France ! (c’est malheureusement en train de se dégrader) ! 

          Mais l’Allemagne est un leurre qu’il faut dénoncer ! j’ai deux enfants qui survivent en Allemagne je peux vous avouer que sans aide familiale ils seraient a la rue depuis longtemps 


      • lulupipistrelle 26 janvier 2012 14:23

        PS:J’ai lu sur Agoravox que la situation des SDF en Allemagne était encore plus dramatique qu’en France... Certes, vu le climat... et vu que les SDF français descendent dans le Sud pour survivre aux rigueurs de l’hiver...Dormir dehors par 5° à Nice sur la Côte d’Azur, c’est pas pareil que dormir dehors en Allemagne.. passer ses journées dehors non plus.


        • Defrance Defrance 26 janvier 2012 15:01

           Selon les associations caritatives ( le gouvernement ne veut pas faire ce type de statistiques ) l’age moyen du SDF Allemand est de 33 ans, contre 48 en France ! Le dr Hartz ( DSK allemand) a fait beaucoup de mal au petit peuple allemand, et il n’est pas rare chez les jeunes, ,de cumuler 3 emplois pour gagner 1000€ par mois (cas de ma fille) ! comme cela le gouvernement voit monter la courbe de l’emploi ? 


        • lulupipistrelle 26 janvier 2012 15:32

          @Defrance : Je vous crois,33 ans c’est un chiffre terrible... à relativiser cependant, parce que des SDF allemands dans la cinquantaine et plus, il y en a plein les villes du Sud, en France et en Espagne...
          Quant aux petits boulots qu’il faut enchaîner, c’est une situation que j’ai bien connu dans ma jeunesse...ici, en France, mais aujourd’hui les jeunes de ma ville n’ont même plus cette possibilité.

          De toute façon la nécessité fait loi. C’est une période transitoire. Autant que je sache, cette attitude volontariste est destinée à passer un cap difficile... mais je suis sûre que les Etats bien intentionnés préfèreraient que l’Allemagne, elle aussi recoure à l’emprunt plutôt que de se serrer la ceinture. En revanche, je suis certaine que le peuple allemand est solidaire, comprend cet effort, comme toujours. Qu’est-ce que vous imaginez : qu’on domine économiquement le monde en se laissant aller aux solutions de facilité qui ont ruiné les autres économies ?


        • Defrance Defrance 26 janvier 2012 15:47

          @luluppistrelle, 

             sans tomber dans l’assistanat, je trouve que les « adultes Allemands » sont très égoïstes, surtout les hommes des classes les plus élevées. 

             Par contre, pas de recensements, obligation d’avoir un domicile fixe ce qui fait par exemple que le problème des roms ne se pose pratiquement pas. Je me se,ns plus sur aussi en Allemagne, pas de nécessité de fouilles en entrant ou sortant des magasins et un savoir vivre exemplaire sur la route qui n’existe pas chez nous ! 

           


        • Fergus Fergus 26 janvier 2012 16:30

          Bonjour, Lulupispistrelle.

          Le nombre des SDF est également très élevé en Allemagne, mais leur situation n’est pas aussi dramatique qu’en France, malgré un climat effectivement plus rude. La raison : l’Etat finance les Cultes, mais en contrepartie ceux-ci ont l’obligation de prendre en charge les SDF. D’où un très faible nombre de décès contrairement à ce que l’on constate chez nous.

          Je vous invite, à cet égard, à lire mon article du 14 septembre « SDF : l’effrayant bilan de Sarkozy  ».

          Cordialement.


        • Defrance Defrance 26 janvier 2012 17:16

              D’un autre coté les allemands s’inquiètent du manque de natalité, mais il est presque impossible de mener une vie de famille dans les conditions actuelles des jeunes en Allemagne ? 

             Ils ont même tenté « d’importer » des bébés « d’asie » depuis une vingtaine d’années qui s’averent être un drame a l’adolescence de ces enfants déracinés . 


        • mojique mojique 26 janvier 2012 22:44

          Commençons à virer l’Allemagne de l’Europe.


        • Jason Jason 26 janvier 2012 23:59


          8 millions de pauvres en France, c’est déjà pas mal, non ? Et 3,2 millions d’illettrés, ça peut s’arranger si on fait des cours à la belle étoile sur les plages, non ?

          Tout ça n’est pas grave, disent certains sur ce fil. La pauvreté étant plus supportable en Méditerranée, on va faire des trains spéciaux vers les mers du sud. C’est ainsi qu’on traitait les pauvres et les fous au Moyen-âge. Décidément, on n’arrêtera pas la stagnation.

          Vous oubliez que vous êtes dans l’un des pays les plus riches du monde.

          Elles s’appellent comment vos théories ?


        • merkel ...c’est fini...

          ILS NE S AIMENT PLUS ........................QUI VA S’ OCCUPPER DES ENFANTS.........LES CITOYENS......................

          QUI VA PAYER.

          LES CITOYENS L ’HYDRE A 2 TETES EST MORT...

          L UMP EST MORTE

          DU VENT RIEN QUE DU VENT........DES PROMESSES NON TENUES ET CHACUN SES EUROS.....DANS SES POCHES....BIEN REMPLIES

          VOYOUS 


        • moussars 27 janvier 2012 15:03

          « Les solutions de facilité » ! Pour qui ?
          95 % des gens font là où on leur dit de faire !!!
          Vous pouvez me dire comment on peut lutter contre le délit d’initié des financiers qui a mis toute l’économie en l’air et qui a permis à leurs auteurs de manager les politiciens et les médias ?

          Demain, je mets le SMIC à 450 euros, je diminue de 30 % le remboursement de la sécu et autant les retraites inférieures à 1500 €... et je place la France en têtre des pays exemplaires. C’est ça que vous voulez ?
          Mais c’est ce qu’il y a de plus facile à faire ! Donnez la grande partie de l’augmentation de la richesse aux déjà très (trop) aisés -les rentiers de la finance notamment, qui ne prennent aucun risque !!!)-, ou/et diminuer leur cote-part à la richesse du pays comme c’est le cas depuis trop longtemps, n’importe qui sait faire ça !!!


        • surfin 26 janvier 2012 16:20

          d’où l’imposture de l’idée selon laquelle une autre UE, une UE progressiste, serait possible, alors que travaillistes britanniques et sociaux-démocrates allemands sont à droite de la droite en France

          quand en UE il y a eu une très vaste majorité de gouvernements sociaux-démocrates, à la fin des années 90, rien n’a changé

          je ne dis pas que l’UE est le problème, je dis qu’en tous cas l’UE n’est pas la solution

           

           


          • Fergus Fergus 26 janvier 2012 16:33

            Bonjour, Surfin.

            Ce n’est pas l’Union européenne en tant que telle qui est en cause, mais ce qu’en font les pays qui la composent. Rien n’interdit, si les majorités de progrès l’emportent progressivement dans les pays les plus importants, un virage social dans l’avenir. Mais je reconnais que la route sera longue et difficile...


          • Defrance Defrance 26 janvier 2012 17:27

              Bonjour Fergus, 

                 C’est le modéle Européen , calqué en parti sur le modèle étasunien qui est a bout de souffle, avec en plus la mondialisation sauvage qui détruit l’emploi au bénéfice quasi unique des spéculateurs ! 

              Quand la sueur d’un ouvrier , employé qui transpire pour gagner sa vie aura autant de valeur que la sueur du spéculateur qui ne transpire que quand il perd de l’argent auront la même valeur, alors cela ira peut être un peu mieux ? 


          • simir simir 26 janvier 2012 20:34

            Bonjour Fergus

            Il ne peut pas y avoir de construction européenne avec une majorité de pays dirigés par des gouvernements réactionnaires comme c’est le cas.
            Que cela vous plaise ou non il n’existe pas de mouvement social européen, dès lors faire reposer la transformation du système européen sur de nouveaux traités comme le propose la gauche est irréaliste à court et à moyen termes. 
            On l’a vu avec la Grèce, aucune lutte à l’échelle européenne pour soutenir le peuple grecq
            Attendre tout d’une hypotétique réecriture de traités européens est particulièrement démobilisateur et offre en revanche un boulevard aux forces d’extrême droite et on fait quoi en attendant ? On continue à délocaliser, à licencier, à imposer l’austérité aux plus pauvres ?

          • lulupipistrelle 26 janvier 2012 16:36

            Je ne connais de l’Allemagne que ce que j’y ai vu moi-même, et je ne fais que des comparaisons que d’après mon expérience (ou celle de mon conjoint).

            Je n’ai aucune formation en économie, et donc je ne fais que des observations triviales.

            J’habite une région française « riche » dans une ville « riche », dans un quartier populaire
            (=majoritairement pauvre avec quelques personnes aisées et des miséreux).
            Ma référence en Allemagne c’est la Bavière, le Bade Wurtemberg, mais mon mari lui connait aussi l’Allemagne de l’Est, la Ruhr, la Rhénanie, Hambourg...

            Nous avons des liens familiaux d’une part, et des relations de travail avec l’Allemagne...depuis plus de trente ans.

            Tout le monde est très remonté contre nos voisins et partenaires allemands, parce qu’ils surmontent leurs erreurs et leur difficultés, grâce à leur pragmatisme, quand en France nous ne savons pas nous adapter aux changements, même prévisibles.

            En France, faute de s’aimer soi-même, on préfère détester les autres, quand ils ne tombent pas dans les mêmes erreurs que nous.

            C’est pitoyable.


            • Jason Jason 27 janvier 2012 00:09

              Vous oubliez de dire que les Allemands trichent beaucoup, pratiquent le dumping salarial, et surfent sur un « made in Germany » tout à fait frauduleux.

              Si les gouvernants français parlent du modèle allemand, c’est pour diminuer les salaires et les couvertures sociales, obstacles aux profits. Le MEDEF et autres associations patronales se frottent déjà les mains.

              Quant à la dette, vous n’entendrez personne en France qui veuille porter le chapeau. C’est simple, c’est la faute à personne. Alors qu’une politique d’emprunts aveugles, sans instruments financiers adaptés (frein sur la négotiation au second marché des obligations d’Etat) a été gobée par tout le monde depuis 30 ans.

              Conlusion, c’est la faute des voisins, qui sont meilleurs. Quelle foutaise !


            • moussars 27 janvier 2012 15:08

              Vous parlez du pragmatisme des Schroeder, des Merkel... sur le dos des petits et moyens salariés ?
              Ce sont bien sûr les 30% vivant avec moins de 700 Euros (chiffre officiel) qui ont supplié les premiers nommés... qui les ont écoutés...

              Ah la démocratie occidentale !


            • Aldous Aldous 26 janvier 2012 16:39

              Il n’est pas inutile de rappeller aux vertueux Allemands qui traitent les Grecs de tricheurs et de faignasses un certain scandale Siemens qui a devoile comment le grand industriel allemand arrosait copieusement les decideurs grecs (des pots de vin de plus de cent millions d’Euro selon la presse Allemande) pour les convaincre de passer des contrats mirifiques aupres de leur firme pour des montants mirobolants que le contribuable grec n’est pas capable de rembourser.


              Aujourd’hui le PDG de Siemens-Grece est en taule, mais le tribuable grec continue de rembourser.




              • lavabo 26 janvier 2012 16:48

                ouai Siemens c’est pas l’Allemagne. C’est en faisant des raccourcis comme ca qu’on raconte n’importe quoi.


              • lulupipistrelle 26 janvier 2012 16:49

                Les vertueux Allemands ont leur scandale Siemens, une espèce d’affaire « Elf »... en somme. Le PDG DE Siemens est en taule, comme le PDG d’Elf le fut en son temps...

                Le contribuable grec rembourse, mais que dire du citoyen gabonnais ?


              • Aldous Aldous 26 janvier 2012 16:51

                J’ajoute a cela l’analyse d’un économiste de l’OCDE sur le développement effréné la corruption au sein de l’UE :



                Une des plus graves erreurs de l’Europe économique en Europe de l’Est, est celle d’avoir aidé une clique à s’installer aux commandes des pays.

                La corruption, pratique mafieuse, pratiquée, tolérée, endurée, ignorée, régie par la loi du silence et de la peur est un phénomène essentiellement liée aux lois du marché et à la concurrence. Les petits pays ont appris à se vendre et les grands à les acheter.

                Elle fonctionne à travers un réseau d’intermédiaires qui se construisent une cour et vendent parfois cher leur silence bloquant les institutions démocratiques à tous les niveaux.

                La diplomatie impliquée : Connaissant ces pratiques, politiciens et chefs d’entreprises venus de démocraties plus mûres sont obligés d’entrer dans le jeu. Et le cercle infernal ne s’arrête pas, au contraire, dans ces temps de crise financière, il semblerait que certains réseaux de blanchiment d’argent se soient intensifiés. Mais, comme il s’agit réellement de mafia, personne ne parle, personne ne peut rien prouver. L’intermédiaire est protégé parce qu’il sait trop de chose, les autres se taisent parce qu’ils ne sont pas protégés.

                Et le citoyen dans tout ça : L’affaire Siemens est une affaire entre clans politiques, elle ne passionne guère le simple citoyen. Les scandales qui n’aboutissent pas, l’arrogance de certains ont usé le peu de conscience politique d’un peuple qui essaie de vivre le mieux possible. L’affaire Siemens aura dévoilé qu’une simple double nationalité permet d’éviter le pire à certains et qu’en Europe, on fait confiance aux représentants de l’État pour appliquer les décisions de Bruxelles, mais pas à la justice de l’État. Il est à regretter que sur ce terrain aussi les institutions européennes soient une nouvelle fois absente pour donner une solution et qu’une simple extradition soit si difficile.

                Une guerre de principes est engagée et l’Europe de l’Ouest aurait tout intérêt à revoir sa politique de l’autruche à ce sujet, car ces dernières années, il semblerait que des personnes à l’Ouest s’accommodent de plus en plus à ces pratiques à l’Est comme à l’Ouest...





              • Aldous Aldous 26 janvier 2012 16:58

                @lavabo


                Visiblement a l’OCDE il y a des gens qui pensent que si, Siemens est symptomatique des pratiques de corruption que la libre concurrence a encouragé en UE.

                Ce que je veux dire, c’est que pour que les dirigeants grecs soient corrompus, il a fallu que d’autres Européens jouent les corrupteurs.

                Et, je ne sais pas si vous avez remarqué, mais les chefs de gouvernements se sont mués en VRP des grands groupes industriels.

                Si vous continuez a croire que tout cela est dû à un atavisme grec, c’est que vous n’avez rien compris a la deregulation !

              • Defrance Defrance 26 janvier 2012 18:34

                 Vous avez raison Aldous, 

                     Si les grecs n’avaient pas a payer quelques U-Boot Germains, Merkozy n’aurait pas ouvert sa bourse si facilement ! 

                  Les grecs n’auront bientot plus à manger, mais ils ont des sous marins ? 


              • moussars 27 janvier 2012 15:15

                Bien sûr !
                M’enfin, intéressons-nous au comportement de Bruxelles qui a laissé entrer la Grèce dans l’Euro tout en sachant très l’état de ce pays alors. De son endettement et de sa situation financière sur lequel Eurostat, les commissaires, les principaux pays européens ont fermé hypocritement les yeux !
                Et pour récompenser les bandits comme l’ancien patron de Goldman Saachs, on l’a nommé à Francfort !
                Qui se fout de la gueule de qui ?
                Pourquoi la grande majorité des commissaires et hauts cadres de Bruxelles ont des « casseroles » américaines ???


              • Richard Schneider Richard Schneider 26 janvier 2012 17:19

                Depuis longtemps pour la première fois la population allemande est en augmentation. Mais cela n’a rien à voir avec sa natalité - une des plus basses d’Europe. Mais grâce à l’afflux de Grecs, Espagnols, Ukrainiens ... La plupart sont de jeunes diplômés qui ne trouvent plus de travail dans leur pays.

                Non seulement, le modèle économique allemand a contribué à appauvrir les pays européens gros importateurs de produits made in Germany, mais a aussi développé les inégalités entre les Allemands.

                Ainsi Les D.N.A. ont publié le 26/08/2011, un article de DAVID PHILIPPOT, intitulé : En Allemagne « Les inégalités demeurent croissantes ».

                Les pauvres sont de plus en plus pauvres, les riches de plus en plus riches. La première économie du continent ne parvient pas à estomper des inégalités sociales de plus en plus flagrantes.

                Deux chiffres font réfléchir :

                 - 660 000 retraités allemands de 65 à 74 ans sont obligés de compléter leurs revenus par des mini-jobs. Le nombre est deux fois plus élevé qu’il y a dix ans, constate l’étude réalisée par le ministère fédéral du Travail.

                 - Un enfant allemand sur six vit sous le seuil de pauvreté.

                L’Allemagne d’Angela Merckel éprouve des difficultés de plus en plus grandes à masquer la face moins reluisante de son modèle de société, souvent cité en exemple. À tel point que l’éditorialiste de la Frankfurter Allgemeine Zeitung s’est interrogé dans les colonnes de ce journal conservateur :

                « Et si le capitalisme ne servait que les intérêts des plus riches ? ».

                Diverses études tendent à prouver « l’effet ciseau » qui élargit le fossé entre les plus pauvres et les plus riches. Un exemple parmi d’autres : la société de conseil Cap Gemini produit des études annuelles et comparatives sur la richesse nette des plus aisés. Il y a deux fois plus de très riches qu’en France ou en Grande-Bretagne.

                Seuls le Japon et les USA comptent davantage de très riches.

                Aujourd’hui, les 10% des Allemands les plus riches ont des revenus 11 fois supérieurs aux 10% les plus pauvres. Plus éclairant encore : la comparaison des patrimoines révèle que les 10% les plus riches possèdent plus de la moitié des richesses (56%) et les 10% les plus pauvres n’en détiennent que 2%.

                Comme le résume Joachim Möller, directeur de l’institut du marché du travail (DIAB), l’Allemagne est actuellement le pays où les inégalités salariales s’accroissent le plus rapidement.

                Alors l’Allemagne, nouveau pays de cocagne ? Devons-nous à tout prix nous aligner sur le modèle allemand ? Et pour être complet, dans une dizaine d’années la population allemande sera bien plus « vieille » que la française : avec un taux de natalité très bas, il n’y aura pas de renouvellement des générations, à moins d’une immigration massive venue des pays d’Europe (du Sud, essentiellement) que le modèle allemand tant vanté a mis à genoux.

                Une éventualité pas si absurde que ce que l’on pourrait penser : et si l’Allemagne, faute de clients, ne trouve plus de débouchés pour ses exportations - vitales pour son économie et sa Weltanschauung ? Ils feront quoi, les Allemands ? 


                Voir aussi : sur Agora : Bruno Delarivière (22 nov.2011)  : Allemagne de cocagne



                • lulupipistrelle 26 janvier 2012 18:20

                  Peut-être mais les riches Allemands ne planquent pas leurs richesses à l’étranger... à la différence des fortunes françaises...
                  Les entreprise allemandes dominantes ont-elles encore leur siège social en Allemagne, ou comme TOTAL les ont-elles délocalisés ?


                • Defrance Defrance 26 janvier 2012 20:16

                   @ Lulu, 

                     Vérifiez , combien se sont fait pincer a la frontière de la Suisse et du Liechtenstein ? Rappelez vous l’affaire des CD que woerth a fini par hériter sans qu’on ne sache quels noms etaient dessus ? ( Bettencourt n’etait pas seule) 

                     


                • lulupipistrelle 26 janvier 2012 23:28

                  Il y a deux ou trois ans une affaire a défrayé la chronique : des voisins s’étaient associés... pour torturer un escroc qui devait leur planquer leurs écocrocs en Suisse.... Oui il y a sûrement des fuites mais ce sont des petits épargnants...

                  Les vrais riches ne cachent rien... on peut s’en convaincre quand on passe devant le Château des Thurn und Taxis , par exemple... ou qu’on s’aventure jusqu’à leur conciergerie...

                  Et les riches « moyens » de Grünwald, à Munich aussi , montrent leur standing.

                  Mais ce sont quand même les riches entreprise qui en jettent un max...

                  Mais personne n’a répondu à la question : où sont les sièges des grandes entreprises allemandes, en Allemagne ou à l’étranger ?

                  Quelqu’un a dit que Allemagne favorisait l’épargne, peut-être mais ce qui est sûr c’est que les Allemands investissent dans leur immobilier, tout en s’achetant des résidences secondaires à l’étranger, au soleil...
                  Avant, les droits de mutation étaient très bas 2 % quand les nôtres étaient à 7% , et actuellemnt, il n’y a pas de droit de succession en ligne directe juqu’à 300 000 euros.


                • lulupipistrelle 26 janvier 2012 23:32

                  PS : Il n’ y a pas d’ISF en Allemagne. Ceci explique peut-être cela.


                • ecocool 26 janvier 2012 17:22

                  La mémoire du peuple est courte : grace a une certaine mainmise sur les medias, les banques sont parvenues a lui faire oublier qu’elles etaient les grandes responsables de la crise de la dette, encourageant et captant les flux et jouant au casino avec les produits derives. Pour asseoir une certaine assurance, elles ont coutume de recruter des ingenieurs/mathematicien de haut vol qui construisent des modeles, de simples modeles ...

                  En sus de cela, s’est-on jamais intéressé au controle des banques centrales. Dans quelles conditions les prets de plusieurs milliards sont-ils saisis, vérifiés, de quelle(s) nationalité(s) sont les acteurs qui réalisent ces opérations ?

                  Quels sont les logiciels utilisés ? Sont-ils audités et dans quelles conditions ? Comportent-ils des failles ou simplement des fonctionnalités cachées ? Est-il par exemple possible de donner secrètement des euros à un état, à une entreprise sans laisser de traces ?

                  Car la banques des banques, la BCE, a comme adhérents aussi de simples enteprises (privées) !!! De quel droit ?

                  Il ne s’agit pas de paranoia, mais de controler de l’organe qui régule nos vies, paye, allocations, retraites ...

                  Rappelons que la FED, le pendant americain de la BCE, a été épinglée par la chambre des représentants pour avoir égaré la bagatelle de 9000 milliards de $. Et ils ne se sont surement pas évaporés :
                  http://www.fluctuat.net/6873-Ou-sont-les-9000-milliards-perdus-de-la-FED-


                  • zany 26 janvier 2012 18:06
                    Bon faut arrêter là, avec un discour anti-boches car il ont un pays qui fonctionne, alors que nos politique ont favoriser le pillage et l’affaiblissement du pays est risible.

                    Il est des moment ou il faut bouger, tachez de vous préparer à un chaos grave en France dû à un arrêt des échanges mondiaux, rassembler des produits de première nécessite, médicament boîte de conserve, armes, si vous avez un jardin investissez dans un potager, voir acheter des poules.

                    http://gold-up.blogspot.com/2012/01/georges-soros-chaos-economique-emeutes.html


                    Si ont compte trop sur nos élites ont vas crevé de faim dans pas longtemps, nous allons affronter une situation de crise dramatique, tachez de vous y préparer dés maintenant.

                    Les villes ne serons pas sûre, la campagne cela devrais allez et encore ce sera pas la joie
                    Commencer le rationnement, préparer vos valises au cas ou il faille bouger.

                    Allez la France en à vue d’autre, bonne chance à tous, selon mon intuition cela aura lieu cet hiver prochain, voir en début d’année.

                    Ce ne sont pas des paroles à la légère, tenez en compte. 

                    • Vipère Vipère 26 janvier 2012 18:08

                      Bonjour à tous

                      Dites-moi, Menou

                      Pourquoi la France a les yeux rivés sur l’Allemagne et devrait selon certains sondages « réalisés » selon le Firgaro auprès de français qui diraient vouloir s’inspirer de la politique Allemande (au conditionel ?

                      J’ai de sérieux doute sur les sondages du Figaro ! 

                      SARKOZY et la Droite ultra-libérale se gargarisent de l’Allemagne qui est citée à tout bout de champ comme l’exemple à suivre ! Hors, l’Allemagne exemplaire, point de salut !

                      Il se trouve d’autres pays dans l’Union Européenne, non moins exemplaires, mais, jamais cités par la Droite.
                       
                      Pourquoi, Les pays scandinaves qui vont bien économiquement (la Suède, la Norvège, l’Islande, la Finlande) ne font pas la Une des discours Sarkozien ? 

                      Serait-ce par ce que la Droite ne veut que nous vendre
                      un modèle économique ultra-libéral ? 


                      • lulupipistrelle 26 janvier 2012 18:23

                        La droite, peut-être, ou peut-être pas...
                        La bonne question n’est-ce pas plutôt : le Français a-t-il envie de vivre comme les Scandinaves, ou comme les Allemands ?


                      • Vipère Vipère 26 janvier 2012 18:29

                        Nous parlons de modèle économique ! 

                        Et les dirigents de la France ne voient aussi que l’Allemagne et ses résultats positifs, en matière de commerce éxtérieurs, sous l’angle économique !


                      • Defrance Defrance 26 janvier 2012 18:51

                         la Suède, moins d’habitant que Paris ne peut pas être comparé a une nation comme la France ou L’Allemagne, de plus seul le tiers Sud du pays est habité ? 

                          Dans ce cas, on a l’Islande (3-400 000 habitants) qui a su faire un bras d’honneur à la finance ? 

                          Le probleme est toujours le même, les monstres finissent toujours par périr car de plus en plus gourmands ! Par conséquent l’Europe que l’on veut nous imposer finira par imploser ? 


                      • lulupipistrelle 26 janvier 2012 19:02

                        Le modèle suédois égalitaire fait-il rêver ? ... et en plus, eux aussi, ils ont leurs petites combines...
                        Il y a quelques années, dans une PMI très proche, une entreprise suédoise a passé une commande assez importante, à une petite condition : un petit scooter italien à ajouter dans le camion de livraison... pour le fiston du patron... Que croyez-vous qu’il fut fait ?


                      • dawei dawei 26 janvier 2012 18:11

                        Apres avoir traité de racistes germanophobes dignes des heures les plus sombres etc .. toute personne critiquant un temps soit peu la politique europenne du gouvernement allemand , le commité central (figaro, le point, le monde ...) de la bienpensance nous y autorise gracieusement car l’OIT confirme les critiques. MErci o garents de la bienpensance de donner raison à ces ex-germanophobes patentés réhabilités donc en fins analystes . 
                        Et encore un point de gagné pour le seul mouvement qui a su se montrer pertinent dans sa critique vis à vis de l’Allemagne : Le Front de Gauche !


                        • Vipère Vipère 26 janvier 2012 19:01

                          Defrance

                          Il n’est pas non plus question du nombre d’habitants ! Mais de santé économique d’un pays, aussi petit soit-il !

                          J’aurai pu parler de la Suisse, (7 783 000 habitants) démocratique, petit pays qui se porte bien économiquement et emploie un nombre important de français ! 




                          • lulupipistrelle 26 janvier 2012 19:04

                            Ben voilà un pays , où une majorité de Français aimeraient vivre...


                          • Defrance Defrance 26 janvier 2012 20:11

                              Bien sur qu’un petit pays LIBRE de ses mouvements se maintient plus facilement en bonne santé qu’une grosse machine administrative qui se soucie plus de ses administrateurs que de ses administrés ! 


                          • lulupipistrelle 26 janvier 2012 23:34

                            Exactement.

                            Moi j’ai voté non au Traité Constitutionnel...


                          • Binitials 26 janvier 2012 19:02

                            Ca fait longtemps qu’une telle idée est scandée sans que personne n’écoute. La question des salaires ne me convainc guère à elle seule, elle n’est qu’un rouage dans un modèle allemand qui vise à s’enrichir en agressant ses voisins.


                            J’écoutais aujourd’hui sur BFM qu’en 2002 la France n’avait aucun déficit commercial, elle était à l’équilibre. Aujourd’hui il est de 75 Milliards ... L’Euro est responsable de cet état de fait.. EN particulier avec l’Allemagne qui a a largement profité. 

                            Ce pays pratique une politique mercantiliste avec ses partenaires. Il subventionne ses exportations pour abaisser leur coût à taux de change fixe et donc rendre ses entreprises compétitives. EN échange, il a règlementé son marché intérieur et en particulier celui des services (où nous sommes meilleurs) dans le but que personne ne puisse pénétrer son marché et rééquilibrer la balance ...

                            Enfin il taxe fortement sa consommation pour favoriser l’épargne. Avec cette épargne il rachète à l’étranger ... 

                            Donc oui l’allemagne nous agresse et nous n’avons aucune monnaie pour nous protéger.




                            • Vipère Vipère 26 janvier 2012 19:10

                              Binitials

                              L’Allemagne ne serait donc pas « la partenaire commerciale idéale » mais une scélérate qui joue avec ses partenaires, selon des règles extra-européenne et ne respecterait pas la conccurence prescrite par l’Europe ?


                              • Vipère Vipère 26 janvier 2012 19:13

                                Le modèle scandinave ne fait pas rêver la France monarchique, c’est évident !


                                • lulupipistrelle 26 janvier 2012 19:17

                                   Et oui....


                                • Marc Bruxman 26 janvier 2012 19:29

                                  L’Allemagne et les pays d’europe du nord en général (pays-bas, danemark, ...) ont fait ce qu’il fallait pour redevenir compétitif y compris face aux pays émergents.

                                  L’Allemagne a investit sur ses entreprises plutot que sur sa finance (elle n’a pas cédée à la facilité), elle n’a pas connu de bulle immobilliére et d’enrichissement facile sponsorisé par l’état qui distribuait les niches fiscales immobilliéres.

                                  D’autres pays ont jugés qu’il était inutile de faire tous ces efforts et que l’endettement permettait, à court terme de cacher la misére. Mais la vérité est que le roi est nu.

                                  Le résultat est la. Effectivement l’Allemagne est plus compétitive et elle nous pique des marchés. Mais on ne peut pas lui reprocher. Le monde ne se limite pas à l’europe.

                                  Si les autres pays d’europe avaient fait ce qu’il faut simultanément, les allemands seraient un peu moins à la fête actuellement mais l’europe dans son ensemble se porterait mieux. Mais bon faire de la dette sans réformer étant tellement plus simple pour les politocards.

                                  Et n’oublions pas non plus que l’Allemagne a connu et connait encore ce que l’europe connait. Sa réunification a été un laboratoire et ils s’en sont au final bien tirés. Avec un peu de discipline ailleurs, on peut nous aussi bien nous en tirer.


                                  • exocet exocet 26 janvier 2012 20:51

                                    « Avec un peu de discipline ailleurs, on peut nous aussi bien nous en tirer. »

                                    Eh oui, Marc Bruxman, je souscris à votre analyse, bien qu’il soit un peu tard pour nous en France, avec la dette que nous nous trimballons depuis quarante ans, étoffée au fil des ans.
                                    Car le principal problème de cette crise, c’est que nos états empruntent tous les ans plus qu’ils ne remboursent, un peu comme une famille qui gagnerait 2000 euros par mois et en dépenserait 3000.
                                    C’est le cas en France actuellement, voir le camembert sur votre déclaration d’impôts, notre état emprunte environ un tiers de son budget chaque année.

                                    Et depuis toutes ces années, des forces très puissantes sont à l’oeuvre pour que l’état continue d’emprunter toujours plus :
                                    -Les obligés du système, entreprises fournisseurs de l’état, grandes entreprises demanderesses de subventions et de ristournes d’impôts et charges, les syndicats majoritairement constitués d’adhérents fonctionnaires, certaines associations loi 1901 très subventionnées véritables pompes à fric alimentant les fils de papas bien placés, les millionnaires (mais pas tous) et amateurs de niches fiscales qui préfèrent payer moins d’impôts..........et tant d’autres pensionnés de l’état qui crient à la rigueur à la moindre esquisse de baisse du budget.

                                    La question, donc, de supprimer les déficits, sans parler de commencer à rembourser me semble très épineuse.

                                    Il suffit de voir sur ce fil, tous ceux qui préfèrent accuser l’Allemagne, pour ne pas que soit remise en question leur rente de situation :
                                    nous allons droit dans le mur, et nous ne freinerons pas.


                                  • TZABAR 26 janvier 2012 21:57

                                    l’allemagne, l’allemagne...elle défend ses intérêts contrairement à nous.
                                    l’U.E est sous tutelle de merkel tout comme l’euro.
                                    faut en tirer les enseignements.
                                    mais les FR pleurent tous les jours jusqu’au jour J ou ils votent comme d’hab.


                                    • TZABAR 26 janvier 2012 22:34

                                      les histoires sont différentes.
                                      les allemands sont dans le consensus depuis 45.
                                      l’effort pour intégrer la RDA accepté. 
                                      l’immigration turque pour peser sur les nationaux...
                                      ils sont dociles les allemands...ils règlent encore aujourd’hui l’addition du nazisme.
                                      mais dire qu’ils vivent bien est autre chose.
                                      le chômage, la précarité sont des réalités frappantes pour qui voit.
                                      ils sont mondialistes ... par opportunisme.

                                      et je ne suis pas allemand mais FR ! 
                                       


                                    • lulupipistrelle 26 janvier 2012 23:40

                                      Tout ce que vous dites est vrai...

                                      Mais une chose : nous avons un ami franco-allemand, qui est resté deux ans sans boulot, SDF.

                                      Il n’a pas dormi une seule nuit dehors... il passait deux jours par ci, deux jours par là chez des amis ou des connaissances... Il dormait dans la chambre d’ami, mangeait avec ses hôtes, donnait un coup de main aux fourneaux ou faisait la vaisselle... et il a tenu comme ça juqu’à ce qu’il trouve un nouveau boulot, et un logement.


                                    • Ecométa Ecométa 27 janvier 2012 11:14

                                      Non seulement Monsieur Sarkozy, encore Président de la République, n’a pas d’idées et pas de réelles convictions politiques, ni économiques (sauf que pour lui ce sont les riches qui font l’économie), en plus, véritable girouette en la matière il nous a fait vivre tout et son contraire ; donc non seulement il n’a pas de réelles convictions mais en plus il feint d’ignorer l’histoire européenne la plus récente !

                                      Pour des tas de raisons la France, même et surtout dans son histoire très récente, celle des 20 dernière années, raisons politiques et économiques : la France n’est pas l’Allemagne qui elle-même n’est pas la France !

                                      Il est vrai que dans ce monde de fuite en avant rationalo économico technoscientiste l’histoire n’a que peu d’importance ! Mais tout de même, il semble important de préciser, même de rappeler au regard de cette histoire très récente, que l’Allemagne et un cas très à part, plutôt particulier, voire même très singulier en Europe et que ceci peut expliquer bien des choses.

                                      Il conviendrait de ne pas oublier la réunification allemande dont vient d’être fêté le 20 è anniversaire, et  le fait que l’Allemagne ou plus exactement l’Allemagne de l’ouest a intégré l’Allemagne de l’Est et, que ce qui pouvait apparaitre comme un handicap dans un premier temps, se révèle une chance dans un deuxième temps et, peut être pour la suite, si l’Allemagne ne change pas de politique économique, ceci  vis-à-vis du reste de l’Europe, si elle reste « autocentrée sur elle-même », tout ceci se révèlera  un véritable handicap au plan sociétal allemand mais également européen.  Bien sûr que le reste des pays européens dont la France doivent être, non pas plus rigoureux, mais doivent « réellement faire de l’économie » et pas uniquement du capitalisme financier !   Effectivement, nous ne faisons pas réellement de l’économie mais exclusivement du capitalisme financier.

                                      En cela, le handicap de l’intégration économique de l’Allemagne de l’Ets, l’Allemagne réunifiée ressemble un peu, bien sûr toute proportion gardée, aux pays émergents dont la forte croissance n’est dû qu’ à leur handicap économique, qu’ à ce que les économistes, certains économistes libéraux libres échangistes qui n’investissent que dans ce type de pays, capitalisme financier oblige, appellent des avantages comparatifs et compétitifs... sorte de dumping social : genre de dumping, qui, forcément, ne durent qu’un temps !

                                      Outre cette politique, de baisse des salaires, et donc des coûts de production, lié à la réunification allemande, et le fait de pratique économiques assez particulières de l’Allemagne, qui délocalise partiellement une bonne part de sa production vers des pays européen les moins coûteux en termes demains d’œuvre...  car il en est, pour ensuite faire revenir cette production chez eux et exporter à des prix très compétitifs.  Le problème c’est que tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle se casse : que ceci ne durera pas éternellement !

                                      L’Allemagne, avec les autres pays européens, certes d’une manière différente, moins monétariste et plus économique, en fonction de choix économiques particuliers ; toute chose étant relative, l’Allemagne se comporte un peu comme les Etats-Unis vis-à-vis du reste du monde ! En en effet, et pour reprendre les conclusions de l’OIT, l’Allemagne exporte son chômage dans le reste de l’Europe comme les Etats-Unis, du fait du dollar, à la fois monnaie nationale et internationale d’échange, exporte son inflation et son chômage sur le reste du monde.

                                      En matière économique, sans pour autant tout renier, il serait temps que l’Allemagne pense un peu plus « européen » : un peu plus communautaire, ceci, sans tomber dans le communautarisme !


                                      • platon613 27 janvier 2012 11:37

                                        Désigner un bouc émissaire c’est trop facile !

                                        Lisez cet article !

                                        La France menacée de faillite. Bientôt Junk-Bonds ?

                                        L’économiste français Artus s’attend à une dégradation supplémentaire de la France. L’Allemagne prendrait de plus en plus le rôle de leadership en Europe, car la France tomberait à cause de graves problèmes économiques. " À long terme, le pays est menacé par un défaut de paiement en raison de l’explosion de sa dette et de la stagnation économique."...

                                        http://www.news26.tv/econmie/1603-la-france-menacee-de-faillite-bientot-junk-bonds.html


                                        • Ecométa Ecométa 27 janvier 2012 12:30

                                          @platom613

                                          A avoir la mémoire courte, oublier l’histoire économique et sociale récente, qui fait ce que les choses sont :: on ne peut qu’avoir des idées courtes !

                                          L(allemagne n’est pas seule responsable, ,mais les éconmistes de l’OIT, Organisation Internationale du Travail, valent largement Artus ou Baverez et, il doit être tenu compte de leur point de vue qui est loin d’être idot, qui est dans l’analyse économique et non dans des solutions toutes faites et le plus souvent idéologiques et doctrinales.


                                        • Nicosan Nicosan 27 janvier 2012 12:27

                                          « Selon l’OIT, l’Allemagne est responsable de la crise en zone euro »
                                           
                                          Et voilà comment on détourne l’attention des peuples des véritables responsables de la crise qui touche aussi la zone euro.
                                           
                                          Ne soyons pas dupe. La crise de la zone euro vient des nombreuses erreurs dans la prise de décisions politique européenne, elles mêmes dictées par les grands financiers qui tiennent les cordons des bourses U.S. et U.K.
                                           
                                          L’Allemagne sert de bouc émissaire dans cette histoire. Même si elle n’est pas blanche, elle fait ce qu’elle a à faire pour défendre ses intérêts.


                                          • JP 27 janvier 2012 12:49

                                            Pour info complémentaire, il faut savoir que 30% des salariés allemands gagnent moins de 600€ par mois.
                                            un exemple à suivre ...


                                            • xantrius 27 janvier 2012 13:45

                                              « ... elle (l’Allemagne) s’est enrichie sur le dos des autres européens ». Arrêtons de parler des nations comme d’une personne car ça amène tout droit au nationalisme. Il y a en Allemagne comme en France ou ailleurs une petite partie de la population qui tient le pouvoir au détriment des autres. Si on éclipse ce fait, tout critique du système devient compatible avec l’extrême droit, voir le discours de Narine. Il manque cruellement l’esprit internationaliste. Les véritables frontières ne sont pas entre les peuples, ils sont entre ceux en haute et ceux en bas des sociétés.


                                              • mahatma mahatma 27 janvier 2012 14:35

                                                Bonjour, Menou

                                                Beau succès pour un premier article publié,
                                                chapeau ... smiley
                                                Comme quoi ... ^^


                                                Toutes ces années d’existence de l’UE, la création de tous ces traités parfois même imposés, la création de la monnaie Euro, toutes ces réunions, ces discussions, des ajouts de pays, des règles anciennes, nouvelles, pendant des années, l’Allemagne présenté comme leader, un exemple pour Sarkozy quand cela l’arrangait, mais à aucun moment ce qui est reproché dans ce rapport de l’IOT, n’a été (à tord ou à raison) constaté, dénoncé, exprimé etc ... Que ces abus de l’Allemagne doivent être combattus, c’est évident,
                                                 mais n’est pas étonnant qu’ils apparaissent dans cette période particulière dans cette time line des événements récents et suite aux dernières réticences de l’Allemagne de « suivre » la « philosophie » de payer la « dette par de la dette » ... ?

                                                L’Allemagne est le chief de l’EuroGroup (résumé vite fait)
                                                puis la crise est arrivée, on a vu Sarkozy paraitre « sauver » l’économie mondial je ne sais combien de fois.
                                                Quand celle-ci agonisante, métastasée depuis moment et traitée avec du jus de métastase frais, (payer la dette par de la dette) traitement mené par le docteur Sarkozy en chef et le leader européen Merkel, pour la guérir, l’eurogroup étant pris en otage par les banquiers, financiers et autre agences de notation, le hold up en parallèle pouvait commencer, les métastases croissaient en nombre.
                                                Les banksters en cours de hold up ont commencé à sortir leurs révolvers, à tirer au plafond et à crier d’ouvrir les coffres principaux.
                                                Mais l’allemagne a commencé à dire que quelque soit ce que les banksters pouvaient faire comme torture, ils ne donneraient pas la combinaison du coffre, ni les clefs.
                                                Les banksters ont tiré quelques coups de feu, Sarkozy a essayé par tous les moyens de la convaincre de donner cette fichue combinaison du coffre et qu’on les laisse tout prendre.
                                                La chancelière a dis non ...
                                                Et le rapport de l’IOT est rédigé. et on apprend que :
                                                L’allemagne est un danger public, les métastases sont à cause d’eux, ils sont toxiques,
                                                grosso modo, certains clients de la banque (complices) euro se mettent alors à épauler les banksters, ils sortent des couteaux et les plantent dans le dos de Merkel qui devient ex leader-exemple de la communauté euro.

                                                Les gangsters s’en sortitont-ils dans cet hold up qui touche des continents entiers ?
                                                Pour connaitre le dénouement du western bancaire, suivre chaque jour un nouvel épisode ... ?
                                                Les indiens (c’est à dire les citoyens comme nous) s’uniront-ils et viendront-ils sauver leurs immenses terres libres et sacrée du « vieux continent » ... ? smiley
                                                Sauront-ils se débarasser de ces parasites toxiques qui viennent semer le chaos, la division et l’esclavage ... ?


                                                • restezgroupir44 restezgroupir44 27 janvier 2012 16:52
                                                  Noam Chomsky -Comme si nous n’avions le choix qu’entre l’idolâtrie et la calomnie. Petit mémento de la bêtise ordinaire de certains seigneurs des médias (Acrimed).
                                                  Le Figaro , Libération, Le Monde, Bernard-Henri Lévy, Alain Finkielkraut, Alain-Gérard Slama, Jacques Attali, André Glucksmann, Philippe Val et bien d’autres, se sont ainsi époumonés à de nombreuses reprises , pour condamner les idées répugnantes qu’ils lui prêtent avec une mauvaise foi consternante.

                                                  Créer des problèmes puis offrir des solutions.
                                                   Créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics.

                                                  Comment manipuler les masses selon Noam chomsky c’est exactement ce qui s’est passé et ce qui se passe encore.

                                                  • restezgroupir44 restezgroupir44 27 janvier 2012 17:06

                                                    Les allemands ce sont mes voisins et ils m’envient plus que moi je ne les envient.

                                                    L’expression « vivre comme dieu en France » vient des allemands qui passent des vacances en France, je crois que c’est révélateur.........

                                                    En tous cas je n’aurai pas aimé vivre en Allemagne , les gens qui marchent au pas c’est pas pour moi.

                                                    • Defrance Defrance 27 janvier 2012 20:35

                                                      @ restezgroupir44, 

                                                       Vous avez raison j’ai assisté a plusieurs Manifestations ??? dans le quartier de la BCE a Francfort, c’est a mourir de rire quand on les compare a ceux des Conti a Compiègne que j’ai aussi suivi !

                                                         A Frankfort tout le monde arrive en Bus encadré par les voitures de police verte et blanche comme les moto-crottes parisiennes 

                                                         Tout le monde descend en ordre des bus et se range par 4 sur une moitié de la chaussé (sans franchir la ligne blanche !

                                                        Ils font le tour du quartier presque au pas de l’oie avec leur banderoles , avec voitures de police devant et derrière. 

                                                       Puis ils remontent dans les bus et rentrent chez eux ! La manif est finie ! 


                                                    • BA 29 janvier 2012 14:07
                                                      Samedi 28 janvier 2012 :

                                                      Crise de la dette : Berne a envisagé le pire.

                                                      Le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann estime que la zone euro survivra à l’actuelle crise de la dette. Sinon on courrait à une « catastrophe », a déclaré samedi le ministre de l’économie au Forum économique de Davos (WEF). La Suisse a envisagé tous les scénarios.

                                                      Le Conseil fédéral semble préparé à une désintégration de la zone euro. Le gouvernement a officiellement exigé que tous les scénarios soient envisagés, a relevé le Bernois devant quelques journalistes.

                                                      M. Schneider-Ammann s’est entretenu lors de son séjour dans la station grisonne avec plusieurs ministres d’autres pays. L’incertitude est de mise, a-t-il observé à l’issue des échanges. Selon lui, une certaine psychologie est importante : « Nous ne devons pas parler de la situation de manière plus morose qu’elle ne l’est ».


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès