• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Stop TAFTA c’est STOP UE : la Commission Européenne poursuit les (...)

Stop TAFTA c’est STOP UE : la Commission Européenne poursuit les négociations à marche forcée !

A l’approche des élections, changement de posture du gouvernement français. Alors que Hollande a soutenu de façon continue les négociations pour un traité de libre USA/UE lancée sous mandat exclusif et secret de la Commission Européenne pour instituer un grand marché transatlantique, son secrétaire d’état au Commerce, Matthias Fekl a annoncé mardi 30 aout que la France demanderai l’arrêt des négociation.

« La France considère que nous sommes à un moment de vérité et de décision. À la fin du mois de septembre (lors d’une réunion des ministres chargés du commerce extérieur à Bratislava, ndlr), je demanderai au nom de la France l’arrêt des négociations sur le Tafta »,Ce que demande la France, c’est l’arrêt pur, simple et définitif des négociations. Elles ont créé partout des peurs. Elles doivent maintenant se terminer (…) Il faut un coup d’arrêt clair, net, pour reprendre les discussions sur de bonnes bases. Nous verrons si d’autres nous emboitent le pas ».« La France ne soutient plus ces négociations. La Commission a été très offensive mais les Américains ne donnent rien ou alors des miettes. Ce n’est pas comme ça qu’il faut négocier » Mathias Fekl

Définitivement stop TAFTA c’est STOP UE

Cette annonce hypocrite n’interrompt cependant pas le processus d’adoption de ce traité  : en la matière c’est la Commission Européenne qui décide. C’est elle qui détient le mandat de négociation exclusif et le gouvernement français n’a pas son mot à dire. Et même Fekl admet son impuissance :

« La Commission européenne a parfaitement la possibilité de négocier et personne ne peut juridiquement s’y opposer. Mais il n’y a plus de soutien politique de la France à ces négociations »

De fait, le porte-parole de la Commission européenne, Margaritis Schinas n’a pas manqué de renvoyer Fekl a ses moutons  : « Nous avons un mandat de négociation qui a été accepté unanimement » lors du dernier sommet européen cet été, a-t-il dit.

Rappelons que la Commission Européenne a obtenu l’unanimité des gouvernements des pays membres pour ce mandat de négociation

Et en fait les négociations avancent vite et la Commission Européenne annonce déjà le début du processus de ratification du traité pour la fin de l’année

« Si les conditions sont remplies, la Commission européenne est prête à boucler l’accord à la fin de l’année » Margaritis Schinas Commission Européenne

Selon son porte-parole, cette dernière « fait des progrès constants dans les négociations en cours sur le TTIP ». Elles sont même entrées dans « une phase cruciale », avec des propositions sur tous les chapitres. Ce que confirme le chef des négociateurs américain Michael Forman. « En réalité, les négociations progressent », explique-t-il au Spiegel au moment même des déclarations de Fekl.

L’exemple dramatique du TAFTA dont on sait ce que seront ses conséquences catastrophiques dans de large domaine (santé publique, protection sanitaire, agriculture, emplois et production industrielle et technologique, démocratie …) le démontre une nouvelle fois : pour que ce soient les peuples qui décident et pas la dictature de l’oligarchie capitaliste, c’est un impératif démocratique urgent que de sortir de l’Union Européenne. De briser les chaines de l’UE et d’en sortir pour s’en sortir comme l’expliquent à raison depuis des années les militants franchement communistes du PRCF.

Hypocrisie : le grand marché transatlantique existe déjà

cecilia malstrom TTIP TAFTA UEOn ne manquera pas de souligner l’hypocrise de Fekl et du gouvernement : faisant d’un coté mine de vouloir interrompre des négociations sur lesquelles ils ont décidé de ne pas avoir main, et de l’autre signant un traité de libre échange avec le Canada en tout point similaire au TAFTA instituant déjà de fait un grand marché transatlantique au moins avec les milliers de multinationales américaines déjà implantées de l’autre coté de l’Ontario.

Pour tonitruantes qu’elles soient, ces déclarations ne doivent donc être vue que comme de la com’. De la com’ pré-electorale. D’une part, pour stopper l’adoption du TAFTA la seule solution c’est de stopper l’UE. De sortir de cette dictature du totalitarisme capitaliste pour que ce soit les peuples qui décident. D’autre part, Fekl et le gouvernement PS s’ils éructent sur l’interruption des négociations ne se positionnent pas sur un refus d’un grand marché transatlantique.« La France ne soutient plus ces négociations. La Commission a été très offensive mais les Américains ne donnent rien ou alors des miettes. Ce n’est pas comme ça qu’il faut négocier »C’est en fait la même musique que celle déjà entendue des milliers de fois lorsque le peuple rejettent massivement des décisions catastrophiques pour lui que lui impose la dictature du Capital. Ici en en réclamant une « autre négociation », là en tentant de berner les travailleurs avec les slogants pour « une autre europe ». Demain, ils nous parlerons d’un « Grand marché Transatlantique Social ».

JBC pour www.initiative-communiste.fr

http://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/stop-tafta-cest-stop-ue-commission-europeenne-poursuit-negociations-a-marche-forcee/


Moyenne des avis sur cet article :  4.73/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 1er septembre 2016 11:33

    Ce qui caractérise le mieux le gouvernement actuel, c ’est l’utilisation de mensonges,partout et sur tous les sujets. Et c’est devenu un « art » chez eux. L’ENA sert au moins à apprendre cela.
    Bien entendu, ils appellent cela « commu-niquer ».


    • zygzornifle zygzornifle 1er septembre 2016 17:01

      les députés européens sont des traîtres et des crapules qui vendraient père te mère pour une poignée de biftons, ce sont les mêmes qui ont déjà souillés leurs pays respectifs ......


      • JDCONSEIL 1er septembre 2016 18:29

        La commission européenne a toujours mandat du parlement européen pour négocier le TTIP avec les USA.. Les déclarations des membres de l’UE n’ont aucune valeur juridique sur la poursuite ou non de ces négociations. Seules les élections à venir aux USA, en Allemagne et en France font dire par les dirigeants de ces pays qui briguent un mandat que le Tafta n’a pas d’intérêt. Mais ce ne sont que propos électoraux qui ne coutent rien et n’engagent pas leurs auteurs qui auront beau jeu de nous rappeler une fois élus que les parlements nationaux ne peuvent pas arrêter ces négociations. Donc il s’agit d’un sujet éminemment politique sur le fonctionnement de l’Union Européenne en particulier sur la subrogation au moins autant que sur le contenu du traité lui-même.

        Si l’UE n’entend pas ses peuples, la seule solution restera la sortie... 


        • doctorix doctorix 2 septembre 2016 14:28

          « Le traité est signé mais c’est pas ma faute. »

          Voilà ce que pourra dire Hollande dans quelques mois, grâce à cette déclaration tartuffe.
          Merckel veut toujours signer, donc ce traité sera signé. L’Europe est allemande, rien d’autre.
          Sortons de l’UE vite fait bien fait, et les commissaires non élus de Bruxelles pourront aller se faire voir.
          Le seul à le vouloir vraiment, autrement qu’en phrases creuses, c’est Asselineau.
          Il faudra bien en prendre conscience un de ces jours.

          • zygzornifle zygzornifle 4 septembre 2016 18:28

            l’UE va sortir son 49,3 pour contrer les opposant au traité ......


            • zygzornifle zygzornifle 4 septembre 2016 18:31

              pour sortir du TAFTA il faudra sortir les politiques LRPS achetés par les lobbys américains a grand coup de pieds au cul et sortir de cette l’Europe de merde....


              • visior64 visior64 8 septembre 2016 13:56

                Ce que je lis : "Ce que demande la France, c’est l’arrêt pur, simple et définitif des négociations.(…) Il faut un coup d’arrêt clair, net, pour reprendre les discussions sur de bonnes bases."

                En gros, il faut arrêter pour aussitôt repartir. C’est bien de la langue de bois, non ? Faire croire qu’on va accéder à la demande populaire et en même temps continuer les négociations...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès