Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Traité Transatlantique : une nouvelle preuve de la nocivité de (...)

Traité Transatlantique : une nouvelle preuve de la nocivité de l’Union Européenne ! #TAFTA #GMT #UE

 Ainsi donc, le TTIP (traité de libre-échange transatlantique, TAFTA en anglais) négocié par-dessus la tête des peuples depuis 2013 entre les Etats-Unis et l’Union Européenne, s’appliquera à la France, que le peuple français le veuille ou non. Il ne s’agit pas là d’un délire complotiste : c’est le président de la Commission Européenne, Jean-Claude Juncker lui-même, qui l’a affirmé ce dimanche 4 septembre. Il ne s’agit pas d’un dérapage dû à une saute d’humeur, mais d’un principe : le 2 février 2015, le même Juncker avait déclaré dans lefigaro.fr : « Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens. »

Dès le début, les négociations du TTIP ont suscité des inquiétudes en raison de l’opacité qui les entourait. Cette inquiétude fit place à l’hostilité quand les premières fuites laissèrent entrevoir les conséquences qu’entraînerait sa ratification : fin de l’interdiction d’exploitation du gaz de schiste – désastreux pour l’environnement -, fin de l’interdiction du bœuf aux hormones et du poulet à l’eau de javel (autorisés aux Etats-Unis, interdits aujourd’hui en Europe), mise en concurrence (et disparition à court terme) des éleveurs européens avec les gigantesques fermes-usines d’outre-Atlantique, etc.

juncker UE dictature europeLa campagne d’opinion qui s’ensuivit obligea certains négociateurs européens à se montrer plus prudents. Finalement, les représentants de l’Allemagne annoncèrent l’arrêt des pourparlers. Le 30 août, Mathias Fekl, Secrétaire d’État au Commerce extérieur, déclarait : « Les Américains ne donnent rien ou alors des miettes. Ce n’est pas comme cela qu’il faut négocier. » Immédiatement après, François Hollande, qui n’ose rien décider sans le feu vert préalable de l’Allemagne, déclarait que la France se retirait également de la table des négociations.

Aussitôt, Europe Écologie Les Verts, par la voix de José Bové – qui n’a toujours pas compris ce qu’était l’UE – se réjouissait bruyamment : « La mobilisation européenne massive a finalement payé, je m’en félicite. Après cette victoire nous devons maintenir la pression sur le pour qu’il s’oppose aussi à la signature de l’Accord avec le Canada, le CETA. » Comme EELV continue par ailleurs de soutenir le processus d’intégration européenne, nous sommes curieux de voir comment elle va concilier sa lutte contre le TIPP (dont Barack Obama a dit qu’il devrait entrer en vigueur avant la fin de son mandat en 2017) et son exigence de « réorientation progressiste de l’UE » (il va falloir faire vite : il reste un an…).

De son côté, Lutte Ouvrière défend également, à sa manière, l’intégration capitaliste supranationale sous prétexte d’anticapitalisme pur et dur : «  Que les États-Unis et l’Europe parviennent ou non à un accord sur ce grand marché transatlantique, cela reste de toute façon une discussion entre bourgeois et cela ne changera pas grand-chose au sort des travailleurs. Qu’elle soit sanctionnée ou pas par un nouvel accord, c’est à la domination des grands groupes capitalistes, qu’ils soient américains ou européens, que les travailleurs devront s’en prendre. »

Quant au PRCF, il a toujours dénoncé le TIPP, et a immédiatement mis en garde contre la fausse résistance de Hollande sur son site : http://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/stop-tafta-cest-stop-ue-commission-europeenne-poursuit-negociations-a-marche-forcee/. Aujourd’hui, nous le répétons : la déclaration de Jean-Claude Juncker prouve à l’évidence qu’il est impossible d’empêcher l’application du TTIP à la France sans sortir de l’Union Européenne. Même si la disparition des inégalités sociales passe par l’abolition du capitalisme, les formes et l’intensité de cette exploitation ne sont pas sans importance. La mise en œuvre du Traité transatlantique constituerait une nouvelle catastrophe sociale, environnementale et sanitaire. Qui peut s’en moquer ? C’est pourquoi, dans l’immédiat, il faut sortir de l’UE, notamment (mais pas seulement) pour empêcher la signature du TTIP.

VF pour www.initiative-communiste.fr

http://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/traite-transatlantique-nouvelle-preuve-de-nocivite-de-lunion-europeenne/

A lire également :


Moyenne des avis sur cet article :  4.29/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • fred.foyn fred.foyn 9 septembre 10:38
    Le « TTIP » de l’élysée, faisait hier acclamer sa médiocrité par une standing ovation pour préparer sa candidature de 2017...devant un parterre de traitres à la France...
    Bizarre que ce genre de meeting puisse avoir lieu ?
    La police est donc étroitement liée à cette mafia pour ne pas réagir ?
    Le reste de la planète est pliée en deux....

    • Ar zen Ar zen 11 septembre 09:40

      @fred.foyn

      Vous ne votez pas en France, selon vos dires incessants. 

      Pourquoi ce commentaire concernant des « traitres à la France » ?

    • visior64 visior64 9 septembre 12:47

      L’auteur pourrait-il citer la source dans laquelle on peut vérifier que monsieur Juncker a dit ce qu’il est supposé avoir dit le 4 septembre ? 


      • beo111 beo111 9 septembre 14:27

        15 octobre manif contre le CETA.


        • zygzornifle zygzornifle 9 septembre 18:43

          le TAFTA est l’enfant chéri de toute la clique des politiques LRPS c’est pour cela qu’il est nuisible car il est a leur image ......


          • Ar zen Ar zen 11 septembre 09:55

            Vraiment déçu de constater que cet article ne pose pas les règles qui dominent les négociations du TAFTA via l’article 218 du TFUE. 


            Contrairement à ce qu’écrit l’auteur, le TAFTA ne sera appliqué dans les pays de l’UE que si, et seulement si, la majorité qualifiée est rassemblée pour le signer. 

            Les négociations ont été autorisées par le conseil de l’UE et c’est la commission qui négocie. Rien ni personne ne peut l’empêcher d’aller jusqu’au bout des négociations.

            Maintenant la commission devra présenter un projet à la votation aux 28 membres du conseil de l’UE (les ministres du commerce, pas les chefs d’Etat ou de gouvernement). Le parlement européen devra t-il donner son « approbation » ou sera t-il seulement « consulté » (ce qui n’a aucune incidence) ? L’auteur a t-il la réponse ? 

            L’auteur fait référence à des articles parus dans les « merdias ». C’est désolant. Il devrait uniquement appuyer son analyse sur l’article 218 qui donne toutes les clés de compréhension de cette affaire. 

            Il vaut donc mieux être précis sur des sujets aussi délicats. L’auteur ne l’a pas été. Dommage. 

            • Laurent 47 22 septembre 19:19

              Le TAFTA, ou TTIP comme vous voulez, c’est un marché créé par les Etats-Unis, pour les Etats-Unis et pour personne d’autre !
              Citez-moi un seul traité qui ait été signé d’égal à égal avec ce pays !
              Tous les traités ont été des pièges à cons, mais c’est normal car pour que ça fonctionne, il faut trouver la bête !
              Or, des cons dans tous les gouvernements européens ça n’est pas ce qui manque !
              Du fait de la surproduction, on pourrait même en exporter, mais personne n’en veut !
              Alors, en vérité je vous le dis mes frères, on va finir par se le bouffer, le TAFTA ! De gré ou de force !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès