Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Mayotte en danger / Bronca générale contre la réforme des rythmes

Mayotte en danger / Bronca générale contre la réforme des rythmes

Ce 9 juin 2014, lors d’une réunion organisée par la mairie, une protestation générale est montée en puissance contre la lamentable réforme des rythmes scolaires initiée par un ministre parti se planquer à Bruxelles, passée en force parce que plombée de gredinerie et finalement amendée par son successeur.

JPEG

Encore un peu et le soufflé providentiel qui ambitionnait de lutter à la fois pour l’emploi, contre la délinquance et accessoirement en faveur des élèves (sans jamais parler des méthodes, des programmes et des enseignants !!!) devrait retomber pour retrouver la dimension qu’il n’aurait jamais dû dépasser, à savoir la semaine de 4,5 jours. 

 

 

  La mairie, apparemment sous pression en amont, a commencé par annoncer une journée type, de 7h 30 à 15h 30 en arguant qu’il serait bien de proposer aux enfants autre chose que la classe. HUIT heures ? HUIT heures... HUIT heures ! Chacun devait compter dans sa tête avant que la réaction ne prenne forme et enfle pour finir en tsunami ! HUIT heures ! Une HORREUR cette réforme qui prétend rendre la journée de classe moins longue et moins fatigante !

Une première intervention a exprimé que Sada n’était pas prête, qu’il ne fallait pas foncer sans réfléchir, sans définir ce que devaient être le repas et le repos des gosses.

Un autre parent a évoqué l’école religieuse ainsi que le cas des parents qui vont travailler en ville, qui partent tôt le matin et qui ne sauraient lâcher leurs gosses plus d’une heure avant que l’école n’ouvre.

L’adjointe à l’éducation a précisé que l’encadrement des enfants lors de la pause relevait des obligations légales.

Un troisième a laissé entendre qu’il ne fallait pas prétendre aider les élèves sans avancer des moyens financiers et humains, qu’un état des lieux préalable s’imposait et qu’il était regrettable que les parents ne puissent pas décider. (LIBERTÉ comme c’est marqué sur notre devise !)

Un quatrième revient sur la sécurité des enfants qui n’est pas assurée avant les heures d’ouverture et qu’il ne faudra pas envoyer les enfants à l’école tant que les solutions ne seront pas trouvées.

La prise de parole suivante en a déduit qu’il ne pouvait y avoir de loi sans les moyens pour l’appliquer.

Un élu, conseiller pédagogique de profession a alors expliqué que tout serait mieux, pour l’enfant avec la semaine de 4,5 jours au lieu de celle de 4 jours mise en place par le gouvernement précédent...

Est-ce l’évocation d’une politique passée pourtant honnêtement rejetée par un élu UMP de Sada qui a été la goutte faisant déborder le vase ? A partir de ce moment là l’argumentation initiale a laissé place à la contestation en règle et point par point de cette réforme incompréhensible dont personne ne veut, encombrée qu'elle est d'extensions aussi malvenues qu’inutiles.

 

Sans revenir sur les termes de ce chambardement des rythmes et parce que les propos de Benoît Hamon le confirment, l’horaire scolaire dépend d’un pouvoir central qui ne peut (contrairement à ce qui était asséné antérieurement !) obliger les mairies à investir dans le périscolaire. A Sada, donc, la mairie est tenue d’assurer l’encadrement des enfants lors de la pause méridienne de 1h 30 au moins.

Sans qu’il soit question de la carotte allouée par l’État, une dotation en gros de 100 à 140 euros en métropole, (donc qui devrait être bien inférieure à Mayotte (1)), prévue sur deux ans mais prolongée d’un terme supplémentaire pour s’escamoter ensuite en laissant municipalités et contribuables à leurs ressources et impôts locaux, le 1er adjoint a informé que le repas coûterait 50 cts aux familles, que les éventuelles activités périscolaires seraient payantes (2). Il a aussi confirmé qu’il était pour un début de journée à 7 heures et ajouté que le fait que la réforme ne s’applique pas à un établissement sur les quatre de la commune pouvait être interprété comme discriminatoire.

 

Finalement, au moins les élus seront-ils informés du rejet d’une réforme qui, rapport au climat et aux conditions matérielles, s’imposait d’autant moins ici que Mayotte répondait déjà à l’essentiel (3).

On ne comprend plus, en effet, pourquoi le peuple (le mot a été employé par une maman) doit toujours subir le pouvoir. On ne comprend plus pourquoi l’autoritarisme monolithique serait légitime pour imposer partout la même chose, sans aucune considération pour un environnement différent (climat, développement, langue régionale, particularisme, etc.). On a du mal à accepter des réformes à la hussarde ne servant que des arrière-pensées insincères.

Il ne reste plus qu’à déballonner une Vème République autoritaire dont la trame repose sur des franges d’éminences grises, de hiérarques inamovibles (4) (ceux qui pondent les réformes venues d’en haut), des bataillons de fonctionnaires devant obéissance avant tout, des parlementaires faisant d’abord allégeance aux partis jadis majoritaires (une conception de la FRATERNITÉ ) et tout en haut de la pyramide sur un singleton, monarque légitimé qui décide ad libitum, en tant que dernier exemple, du découpage du pays en nouvelles méga-régions. 

 

 

Et comme si la restauration de la démocratie et du bien public le demandaient, le dernier mot de la réunion a été « RÉSISTER ». 

 

 

(1) (1) comme pour les allocs limitées ici au 3ème enfant et du niveau de ce qu’on reçoit en métropole pour 2 ! ÉGALITÉ qu’il y a marqué sur la devise !

(2) (2) dit en aparté qu’il n’y avait pas d’argent... on le savait déjà mais c’est aussi honnête que lucide de sa part.

(3) (3) 7h-11h ou 12h sur cinq jours / 175 jours de classe donc 1 de moins seulement que ce qui était préconisé par la réforme au début (mais on n’en parle plus... étrange... )

(4) (4)Du genre Aquilino Morelle, l’énarque-conseiller qui faisait venir (à l’Élysée je crois) un cireur de pompes ne se déplaçant que pour cinq paires à 25 euros l’unité (2 chaussures quand même)... Fera-t-il frotter aussi, un jour, les casseroles qu’il traîne... ? 

Photos autorisées Wikipedia

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • seb71 11 juin 2014 20:53

    bonsoir, un point a ne pas négliger, c est aussi les périodes de chaleur. les vacances sont souvent plus longues en outre mer les vacances d été son plus longue comme en caledonie, futuna ou tahiti..... et dans nos contrés lointaines toutes les classes ne sont équipées de ventilateurs.


    • bnosec bnosec 12 juin 2014 07:51

      Vous avez voulu être français pour notre pognon, mais vous récupérez également les décisions ubuesques de nos politiciens verreux !
      Fallait y penser avant !
       smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès