Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > 11-Septembre : 28 pages embarrassantes pour Riyad et un chantage à 750 (...)

11-Septembre : 28 pages embarrassantes pour Riyad et un chantage à 750 milliards de dollars

Le 11-Septembre revient subitement sur le devant de la scène médiatique, du moins outre-Atlantique, des familles de victimes et des politiques n'ayant pas renoncé à faire toute la lumière sur cette sordide affaire. Mise en cause, l'Arabie saoudite tremble et menace dans le seul langage qu'elle connaît : celui des pétrodollars. Du coup, les États-Unis tremblent aussi, et semblent prêts à se coucher, comme à l'accoutumée, pour une poignée de dollars. La vérité sacrifiée sur l'autel du dieu Argent. Voyage au bout de la nuit, l'arrivée à New York, on s'y croirait... Face à ces âmes mortes, en vente permanente, des hommes et des femmes se dressent pour que justice soit faite. Bob Graham leur a peut-être fait faire un grand pas. De quoi renverser des montagnes ?

JPEG - 26.9 ko
Adel al-Joubeir / Bob Graham

Le président américain Barack Obama a entamé mercredi 20 avril ce qui devrait être sa dernière visite en Arabie saoudite, un allié historique des États-Unis. A Riyad, il s'est entretenu avec le roi Salman, dans un contexte très tendu. Depuis quelques jours, en effet, un débat fait rage autour d'un projet de loi relatif aux attentats du 11 septembre 2001.

Le texte vise à permettre aux familles de victimes de terrorisme sur le sol américain de poursuivre en justice des États étrangers, pour des dédommagements. Depuis 1976, la législation américaine donne une immunité juridique aux États étrangers à l’intérieur du système judiciaire américain. Si donc une responsabilité de l'Arabie saoudite dans le 11-Septembre était établie, la loi pourrait permettre aux familles de victimes de poursuivre le royaume pour réclamer des dédommagements considérables.

Riyad a déjà prévenu que si cette loi était votée, il prendrait des mesures de représailles économiques, comme l'annonçait le New York Times du 15 avril 2016. Lors de sa récente visite à Washington, le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel al-Joubeir a transmis personnellement un message royal annonçant que les Saoudiens seraient obligés de vendre leurs titres du Trésor ainsi que d'autres actifs aux États-Unis d'une valeur totale de 750 milliards de dollars avant que ces derniers ne soient gelés par la justice américaine.

Washington et Riyad ensemble pour étouffer la vérité

JPEG - 23 ko
Barack Obama sur CBS, 18 avril 2016

Selon le quotidien américain, l'administration de Barack Obama fait pression sur le Congrès afin de bloquer le passage du projet de loi. Le président américain a même déclaré qu'il apposerait son veto si la loi devait être votée. En effet, ce texte pourrait exposer à leur tour les États-Unis à des poursuites par des citoyens d'autres pays, comme l'a expliqué Obama dans une interview à CBS News :

« Si nous ouvrons la possibilité que des individus aux États-Unis puissent régulièrement lancer des poursuites contre d'autres gouvernements, alors nous ouvrons aussi (la possibilité) que les États-Unis soient continuellement poursuivis par des individus d'autres pays. »

Josh Earnest, porte-parole du président démocrate, a déclaré à ce propos : « Je suis certain que les Saoudiens reconnaissent, tout comme nous, notre intérêt commun à la préservation de la stabilité du système financier mondial. »

JPEG - 64.2 ko
« Racaille royale »

Les efforts intenses déployés par la Maison Blanche en vue de suspendre la loi ont profondément heurté les familles des victimes du 11-Septembre, à l'image de Lorie Van Auken, l'une des fameuses Jersey Girls. D'après elles, l'administration Obama cherche à les empêcher d'apprendre la vérité sur le rôle de certains responsables saoudiens dans les attentats. De quoi mettre littéralement en rage le New York Daily News qui, dans son édition du dimanche 17 avril, barre sa "Une" d'un titre peu diplomatique — « Racaille royale » — avec l'image du roi Salmane !

Certains experts cités par le New York Times notent que l'ultimatum de l'Arabie saoudite sera difficile à tenir, dans la mesure où le retrait des actifs pourrait « paralyser » l'économie du royaume. Cependant, ils estiment que cette menace témoigne d'une escalade des tensions entre Riyad et Washington.

Trump, Clinton, Sanders : tous contre Obama

Sur CNN, le 16 avril, l'ancien sénateur démocrate de Floride Bob Graham a réagi à la menace saoudienne en disant qu'il était « indigné mais pas étonné ». Il a ajouté, offensif : « Les Saoudiens savent ce qu'ils ont fait le 11/9, et ils savent que nous savons ce qu'ils ont fait, du moins aux plus hauts niveaux du gouvernement américain. » Hésitant sur le mot à utiliser, il parla finalement de « complicité » de l'Arabie saoudite dans le meurtre de près de 3000 Américains le 11 septembre 2001. Un mot fort, mais assumé, que releva le journaliste Michael Smerconish. Bob Graham, rappelons-le, fut co-président de l'enquête du Congrès sur le 11-Septembre, à l'origine d'un rapport publié en juillet 2003, mais amputé de 28 pages qui ont été classifiées, et qui se trouvent aujourd'hui au cœur de tous les débats.

La semaine dernière, l'ancien sénateur avait annoncé que, d'ici 60 jours, le président Obama déciderait de la publication de la partie classifiée du rapport, qui, selon lui, contient des preuves accablantes de l'implication de l'Arabie saoudite. Il précise néanmoins que ces 28 pages ne constituent qu'un élément de preuve, qu'il en existe encore bien d'autres.

Parmi les candidats aux primaires américaines, les favoris ont pris leurs distances avec Barack Obama. Côté démocrate, l'ancienne secrétaire d'État Hillary Clinton a dit qu'elle soutenait le texte. Son adversaire Bernie Sanders a déclaré qu'il partageait les craintes d'Obama quant aux conséquences d'une telle loi sur les États-Unis, mais qu'il était important de rechercher une éventuelle implication saoudienne dans les attentats.

Chez les républicains, Donald Trump a minimisé la menace de l'Arabie saoudite sur les ventes d'actifs américains. « C'est bon », a-t-il lancé le 18 avril lors du Joe Piscopo Show sur une radio new-yorkaise. « Qu'ils vendent tout. Et nous rachèterons tout [...] c'est bon. » Il a aussi confié sur Fox News qu'il y a bien longtemps que les 28 pages classifiées auraient dues être rendues publiques.

Le 17 février 2016, lors d'un meeting, Trump avait déjà mis en cause la responsabilité de l'Arabie saoudite dans les attentats du 11-Septembre, en faisait précisément allusion aux 28 pages censurées. Ses propos lui avaient alors valu d'être qualifié de « théoricien du complot » par Le Point.

Des médias à la traîne, sous anesthésie générale

Cette histoire des 28 pages classifiées du rapport du Congrès est un serpent de mer, qui revient régulièrement dans l'actualité depuis environ deux ans, après un long silence médiatique. Nous l'avions, pour notre part, évoquée sur AgoraVox dès 2007, avant de demander leurs avis autorisés, d'abord à l'expert en renseignement Éric Denécé en 2009, puis au journaliste d'investigation Fabrizio Calvi en 2011.

Le premier n'avait pas jugé l'implication du gouvernement saoudien plausible :

« Qu’il y ait eu des liens très étroits, avant le 11-Septembre, entre les Pakistanais et Al-Qaïda, entre l’Arabie Saoudite et Al-Qaïda, par différents moyens, c’est une réalité. Maintenant, jamais ni les Saoudiens ni les Pakistanais, les membres du gouvernement, n’auraient donné leur feu vert à un attentat de cette ampleur aux États-Unis. »

Le second, qui avait enquêté spécifiquement sur les questions brûlantes soulevées par Bob Graham, tout en reconnaissant de nombreuses coïncidences troublantes, avait tenu à rester prudent :

« Il me semble qu'il est vraisemblable que la CIA avait engagé une opération de contrôle, de surveillance et peut-être d'infiltration d'Al Qaïda, autour de ces deux pirates de l'air [Nawaf Al-Hazmi et Khalid Al Mihdhar], que c'est pour ça qu'elle n'a pas voulu en informer le FBI [...].

Quand ils arrivent aux États-Unis à Los Angeles, ils sont pris en charge par un agent secret saoudien. Les Saoudiens savent que ce sont des terroristes, le prince Turki, qui était le responsable des services secrets, dit avoir informé les Américains de leur existence et du fait que c'était des terroristes. [...] Ensuite ils déménagent et il y en a un des deux qui va vivre chez un curieux professeur universitaire, qui est à ses heures informateur du FBI, qui est lié à un ancien trafiquant d'armes proche du Chah d’Iran, enfin bref, c'est un personnage assez bizarre, assez mystérieux.

Et puis autour d'eux, il y a d'autres personnages qui vont et qui viennent, et qui donnent l'impression qu'ils sont contrôlés. Par exemple, à San Diego, ils vont dans une mosquée où il y a un imam intégriste, très intégriste, qui opère, et quand l'un des deux pirates va déménager et aller sur la côte Est, à Falls Church, de l'autre côté des États-Unis, l'imam va le suivre, et va, comme par hasard, exercer dans la mosquée de Falls Church, où le terroriste Nawaf al-Hazmi va se rendre.

La veille des attaques du 11-Septembre, le 10 septembre, dans l'hôtel où les deux terroristes passent leur dernière nuit sur terre, il y a aussi un des responsables du culte saoudien, qui, au dernier moment, a réservé et s'est installé dans cet hôtel, alors qu'il était dans un autre hôtel. Alors tout ça, c'est peut-être un faisceau de coïncidences, mais ce sont des coïncidences très inquiétantes, et qui font qu'au moins quelqu'un devrait s'y pencher de manière sérieuse [...].

Il est certain que tout autour de ces pirates de l'air, il y a beaucoup de complicités saoudiennes. Alors, est-ce que ça veut dire qu'il y a une complicité directe ou pas ? C'est très difficile à dire, et je veux surtout éviter de tirer des conclusions trop hâtives, alors qu'on n'a pas encore tous les éléments entre les mains. »

PNG - 365 ko
« Des paroles et des actes », France 2, 12 avril 2012

En France, les grands médias tarderont à se pencher sur ce dossier, dans une indifférence déroutante. Le 12 avril 2012, lors du grand oral des candidats à l'élection présidentielle, dans « Des paroles et des actes » sur France 2, le sujet est abordé avec Jacques Cheminade, mais les journalistes Nathalie Saint-Cricq, Fabien Namias et David Pujadas ne semblent pas franchement intéressés. Saint-Cricq ira même jusqu'à dire que ces informations sont déjà connues, qu'il n'y a rien de secret dans cette affaire, que les États-Unis et Israël sont innocents (hors-sujet complet, puisque son interlocuteur ne lui a parlé que de l'Arabie saoudite) :

J. Cheminade  : Hormis en France où l'on ne fait pas de recherches de façon rigoureuse, on sait que dans le rapport Shelby, fait par des parlementaires américains, il y a 28 pages qui n'ont jamais été rendues publiques sur le 11/9. Obama avait promis aux victimes de les rendre publiques, il ne l'a jamais fait. [...]

Ce qui m'étonne le plus, c'est que le prince Bandar, ambassadeur de l'Arabie saoudite aux États-Unis, avait deux agents officiels qui ont entretenu certains des pirates qui ont procédé à l'attentat. Chose curieuse quand même, l'Arabie saoudite a toujours été mêlée à ces affaires là. Pourquoi on ne poursuit pas l'enquête sur l'Arabie saoudite ? Pourquoi on ne va pas plus loin ?

N. Saint-Cricq : Mais cela a été dit aux États-Unis, dans le rapport Shelby. Les 28 pages dont vous parlez sont des pages qui ont effectivement été classées secret défense, et dont les journalistes américains ont expliqué et mis le point sur la relation entre l'Arabie saoudite et certains pirates de l'air. Donc ce n'est plus un secret.

J. Cheminade : On continue a avoir d'excellentes relations avec l'Arabie Saoudite et même dans l'affaire de Syrie ce qui est un désastre.

N. Saint-Cricq : Pour la Syrie, c'est une autres histoire. Sur le 11/9, la presse américaine a enquêté. Personne ne pense que les États-Unis et Israël ont organisé le 11/9.

J. Cheminade : Moi non plus.

Fabien Namias ira, quant à lui, jusqu'à poser cette question ahurissante, face à un invité qui n'avait jamais rien suggéré de tel : « La thèse de l'attentat, "des avions dans les tours", reste donc encore à démontrer ?  » No comment.

JPEG - 83.9 ko
Bush Jr. et « Bandar Bush », Texas, 2002

Même type de réaction chez Caroline Fourest face au même Cheminade dans son documentaire Les Obsédés du complot, diffusé le 5 février 2013 sur France 5. Alors que le politicien évoque le prince Bandar, le possible ou probable agent du renseignement saoudien Omar al-Bayoumi et l'aide logistique et financière apportée à plusieurs terroristes, la journaliste blasée rétorque : « Qu'il y ait eu des mécènes de terroristes du 11-Septembre liés à l'Arabie saoudite, non mais, ça c'est établi ! » Peut-être Caroline Fourest, trop peu informée, n'avait-elle pas percuté sur les fonctions éminentes de Bandar pour réagir de la sorte. On ne parle pas ici, en effet, du financement d'obscurs mécènes anonymes... Une simple visite sur Wikipédia aurait pu lui permettre de se renseigner un peu :

« Bandar [...] est un membre de la famille royale saoudienne, fils de l'ancien prince héritier Sultan. Ambassadeur aux États-Unis de 1983 à 2005, il est secrétaire général du Conseil de Sécurité National d'Arabie saoudite et, depuis juillet 2012, responsable des services de renseignement, succédant au prince Miqrin ben Abdel, le demi-frère du roi, avant d'en démissionner le 6 mars 2014. Bandar ben Sultan et ses proches sont considérés avoir eu une influence décisive sur la politique étrangère et sécuritaire de l'Arabie Saoudite pendant des décennies.

[...] Il a, lors de ses missions aux États-Unis, établi des liens personnels avec George Bush père puis Bush fils, ainsi qu'avec Dick Cheney. Il est surnommé Bandar-Bush, pour ses liens avec le président des États-Unis.

Lors de la guerre civile syrienne, il est un appui important des extrémistes sunnites. »

« Bandar-Bush » était d'ailleurs un fervent partisan d'une action militaire contre l'Irak en 2003, comme le rapporte le journaliste au Washinton Post David Ottaway dans son livre The King's Messenger : Prince Bandar bin Sultan and America's Tangled Relationship With Saudi Arabia (p. 258). Selon Bob Woodward, en janvier 2003, il était informé des plans de guerre américains avant même le secrétaire d'État de l'époque, Colin Powell. Il apporta son soutien au projet de Dick Cheney, l'ancien vice-président des États-Unis, pour un « Nouveau Moyen-Orient », qui appelait à des « programmes pro-démocratiques » tant en Syrie qu'en Iran.

Leurs guerres, nos morts... Mieux : Notre indifférence, nos morts

En 2014, la presse hexagonale commence à se réveiller tout doucement. Atlantico consacre un article à l'affaire, de même qu'en 2015 Paris-Match, Mediapart, Le Figaro et L'Express.

C'est justement dans Le Figaro que l'on peut lire Bob Graham retourner l'argument officiel consistant à prétendre que la mise au secret des 28 pages est un enjeu de sécurité nationale ; en réalité, c'est tout le contraire, et les attentats de Paris en 2015 peuvent même être vus comme une conséquence de la réponse, ou plutôt de l'absence de réponse apportée suite aux attentats du 11-Septembre :

« Publier est important précisément pour notre sécurité nationale. Les Saoudiens savent ce qu'ils ont fait, ils savent que nous savons. La vraie question est la manière dont ils interprètent notre réponse. Pour moi, nous avons montré que quoi qu'ils fassent, il y aurait impunité. Ils ont donc continué à soutenir al-Qaida, puis plus récemment dans l'appui économique et idéologique à l'État islamique. C'est notre refus de regarder en face la vérité qui a créé la nouvelle vague d'extrémisme qui a frappé Paris. »

Graham, peut-être faussement ingénu, oublie de préciser qu'Al Qaïda n'a pas été seulement soutenu et utilisé par l'Arabie saoudite (les États-Unis et le Pakistan, notamment, ne s'en sont pas privés), de même que les jihadistes en Syrie, dont Daech, n'ont pas reçu l'aide que d'un seul pays, même si l'Arabie saoudite joue effectivement un rôle majeur, en particulier sur le plan idéologique. D'ailleurs, le 11 décembre 2002, sur PBS, il faisait lui-même allusion à plusieurs gouvernements étrangers impliqués dans le 11-Septembre, sans que l'on puisse cependant être sûr de la précision de son expression : «  I was surprised at the evidence that there were foreign governments involved in facilitating the activities of at least some of the terrorists in the United States. »

Si l'on assiste quelque peu au réveil de la presse française, celui-ci n'est certes pas encore complet, comme en témoignent de grossières erreurs d'inattention dans des articles parus ces derniers jours. Ainsi, Le Monde, RFI, France24, Les Échos, Métronews, ou encore Géopolis (un site de France Télévisions) affirment tous que les 28 pages classifiées sont issues du rapport de la Commission d'enquête (paru le 22 juillet 2004). Le Monde évoque « une partie encore classée du rapport de la commission d’enquête américaine sur le 11-Septembre. » RFI écrit pour sa part : « Dans le rapport de la Commission d'enquête américaine, 28 pages sont restée confidentielles. » Quant à France24 : « Une partie encore classée du rapport de la commission d’enquête américaine sur le 11-Septembre, publié en 2003... » Les 28 pages émanent, en réalité, d'un rapport du Congrès, achevé en décembre 2002 et publié le 24 juillet 2003, fruit du travail d'un panel regroupant les comités de surveillance du Sénat et de la Chambre des Représentants américains. Rien à voir avec le rapport de la Commission d'enquête.

PNG - 182.9 ko
Rapport du Congrès (2003) / Rapport de la Commission (2004)

En outre, Les Échos et Géopolis ne craignent pas de nous « apprendre » que «  le 11 Septembre est le seul attentat terroriste à avoir été commis sur le sol américain »... oubliant fort étonnamment l'attentat contre le World Trade Center en 1993.

Le 11 septembre 2012, le Huffington Post avait créé la surprise en publiant dans le désert (médiatique) une tribune de Bob Graham, où il livrait quelques-unes des pièces du puzzle :

« Agissant souvent contre l'avis du FBI, la Congressional Joint Inquiry a permis d'en savoir beaucoup sur un réseau de soutien basé à San Diego, en Californie. Là-bas, un homme nommé Omar Al-Bayoumi, que le FBI avait identifié comme un agent saoudien avant même le 11 septembre, a aidé directement les deux futurs pirates de l'air Nawaf Al-Hazmi et Khalid Al Mihdhar. Ces deux citoyens saoudiens, qui arrivèrent aux États-Unis à peine dix jours après avoir participé à une réunion de terroristes, furent en première ligne de l'opération sur le territoire américain. Bayoumi, un "employé fantôme", était soi-disant payé par une entreprise saoudienne. Son salaire fictif fut multiplié par huit une fois que les deux terroristes arrivèrent à San Diego. Bayoumi et sa famille quittèrent le pays sept semaines avant le 11 septembre.

Le FBI cacha à la Congressional Inquiry, ainsi qu'à la Commission sur le 11-Septembre qui lui succéda, le fait qu'il avait enquêté sur une autre cellule de soutien pour les pirates de l'air à Sarasota, en Floride. Cette information devint publique lors du dixième anniversaire des évènements l'an dernier [...].

Dans le cas de Sarasota, les enquêteurs de police soupçonnèrent plusieurs des terroristes, y compris leur chef Mohamed Atta, d'avoir régulièrement rendu visite à un couple saoudien, dans un quartier protégé de la banlieue. Selon des témoins de l'époque, leurs visites étaient consignées, les plaques des véhicules qu'ils utilisaient pour entrer dans la communauté étant automatiquement photographiées. Le couple saoudien quitta brutalement sa demeure cossue pour l'Arabie saoudite deux semaines avant le 11-Septembre. Le mari et le beau-père étaient en effet apparemment sur une liste de surveillance du FBI, tandis qu'une autre agence américaine chargée de pister les fonds terroristes s'intéressait également aux deux hommes. »

En avril 2015, l'ancien sénateur racontera sur WhoWhatWhy avoir été dissuadé de poursuivre ses investigations sur Sarasota par une personnalité très haut placée au FBI. C'était, lui avait-on dit, une mauvaise piste...

L'attitude de ce couple de Sarasota, quittant brutalement son domicile pour filer en Arabie saoudite, n'est pas sans évoquer un autre épisode trouble du 11-Septembre, celui des « Israéliens dansants ». Après l'arrestation de cinq jeunes Israéliens à New York, le 11 septembre 2001, en raison de leur comportement choquant face aux Tours en flammes, le FBI, qui les suspectera plus tard d'être des agents du Mossad, était allé interroger le propriétaire de l'entreprise pour laquelle ils travaillaient : Urban Moving. Revenant quelques jours plus tard pour le réinterroger, les agents du FBI avaient trouvé les locaux désertés, comme s'ils avaient été quittés à la hâte. On apprit que l'homme, après avoir quitté aussi sa maison du New Jersey et l'avoir mis en vente, était retourné avec sa famille en Israël. 

Bush & Bandar sur le balcon Truman : cigares fumés, enquêtes gelées

L'affaire des 28 pages a donc rebondi et pris de l'ampleur ces derniers jours du fait de l'émission « 60 Minutes », diffusée le 10 avril sur CBS, où l'on a pu entendre Bob Graham, véritable fer de lance dans le combat pour leur déclassification depuis 13 ans, affirmer que les terroristes avaient été « considérablement » soutenus par l'Arabie saoudite. Alors qu'on lui demandait si l'aide provenait du gouvernement, de riches personnalités ou bien d'organisations caritatives, Graham répondit : « Toutes ces réponses. » Le gouvernement lui-même est donc clairement mis en accusation.

Dans un article paru dans le New York Post du 17 avril, le journaliste d'investigation Paul Sperry n'hésite pas, quant à lui, à écrire que « l'implication du royaume a été délibérément dissimulée aux plus hauts niveaux [du] gouvernement » américain. Il ajoute que la dissimulation va d'ailleurs bien au-delà des 28 pages censurées : « On a étranglé des enquêtes. Les co-conspirateurs ont été épargnés. »

Voici la traduction d'une partie de son article :

« Les agents chargés du dossier que j'ai pu interviewer aux Joint Terrorism Task Forces à Washington et San Diego, la base opérationnelle avancée pour certains des pirates de l'air saoudiens, aussi bien que les détectives du département de police du comté de Fairfax, qui a aussi enquêté sur plusieurs pistes du 11-Septembre, disent que pratiquement chaque route ramenait à l'ambassade saoudienne à Washington, aussi bien qu'au consultat saoudien à Los Angeles.

Pourtant, maintes fois, ils ont été dissuadés de poursuivre leurs enquêtes. Une excuse commune était "l'immunité diplomatique."

Ces sources disent que les pages manquantes du rapport d'enquête du Congrès sur le 11-Septembre — qui comprennent la totalité du chapitre final traitant du "support étranger pour les pirates de l'air du 11-Septembre" — détaille les "preuves irréfutables" réunies à la fois par les dossiers de la CIA et du FBI de l'aide d'officiels saoudiens pour au moins deux des pirates de l'air qui s'installèrent à San Diego. »

Paul Sperry évoque notamment un transfert de 130 000 dollars en provenance du compte familial courant de l'ambassadeur saoudien de l'époque, le Prince Bandar, vers l'un des officiers traitants des pirates de l'air à San Diego. Il poursuit :

« Un enquêteur qui travaillait avec les Joint Terrorism Task Forces à Washington s'est plaint qu'au lieu d'enquêter sur Bandar, le gouvernement américain le protégeait — littéralement. [...] L'ancien agent du FBI John Guandolo, qui a travaillé sur le 11-Septembre et des dossiers liés à Al Qaida [...] dit que Bandar aurait dû être un suspect clé dans l'enquête du 11-Septembre. "L'ambassadeur saoudien finança deux des pirates de l'air du 11/9 à travers un tiers", dit Guandolo. “Il devrait être traité comme un suspect terroriste, comme le devraient d'autres membres de l'élite saoudienne dont le gouvernement américain sait qu'ils financent actuellement le jihad mondial.”

Mais Bandar a eu de l'emprise sur le FBI.

JPEG - 30.2 ko
Dick Cheney, Prince Bandar, Condoleezza Rice, George W. Bush sur le balcon Truman de la Maison Blanche, 13 septembre 2001

Après qu'il rencontra le 13 septembre 2001 le président Bush à la Maison Blanche, où les deux vieux amis de famille partagèrent des cigares sur le balcon Truman, le FBI retira des douzaines d'officiels saoudiens de nombreuses villes, notamment au moins un membre de la famille d'Oussama Ben Laden, de la liste des terroristes. [...] “Le FBI a été empêché d'interroger les Saoudiens qu'il voulait interroger par la Maison Blanche”, dit un ancien agent du FBI Mark Rossini, qui était engagé dans l'enquête sur Al Qaïda et les pirates de l'air. La Maison Blanche "les a épargnés".

De plus, Rossini dit qu'il fut dit au Bureau qu'aucune citation à comparaître ne pourrait être utilisée pour produire des preuves reliant les Saoudiens en partance au 11/9. Le FBI, à son tour, gela les enquêtes locales qui ramenaient aux Saoudiens.

Le FBI se boucha les oreilles chaque fois que nous mentionnions les Saoudiens”, dit l'ancien Lieutenant de police du comté de Fairfax County, Roger Kelly. “C'était trop politique pour y toucher.” »

Sperry cite encore le cas de John Lehman, membre de la Commission d'enquête, qui s'intéressait aux relations entre les pirates de l'air, Bandar, sa femme et le bureau des affaires islamiques à l'ambassade. A chaque fois qu'il essaya d'obtenir des informations à ce sujet, la Maison Blanche fit obstruction.

Le rapport de la Commission d'enquête, note Sperry, ne mentionne le nom de Bandar qu'en passant, dans des notes de bas de page. Nous avions déjà noté en 2007 une telle discrétion concernant deux autres suspects importants : « Le nom de Omar Saeed Sheikh n'apparaît pas une fois [dans le rapport], celui de Mahmoud Ahmad est mentionné deux fois ». Au moment où Bandar fumait le cigare avec Bush Jr., le directeur de l'ISI terminait sa visite officielle à Washington, lors de laquelle il rencontra longuement des officiels de la Maison-Blanche et du Pentagone. Longue de dix jours (du 4 au 13 septembre 2001), cette visite aura néanmoins réussi à passer inaperçue aux yeux de Condoleeza Rice, alors conseillère à la sécurité nationale, selon un aveu peu crédible fait lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche le 16 mai 2002. Même CNN, dans la retranscription qu'il en fit, n'entendit pas, ou fit mine de... le nom que personne décidément n'avait envie d'entendre.

JPEG - 71.4 ko
Rice & journaliste indien, 16 mai 2002 / Transcription de CNN

Pour conclure son article, Sperry donne le dernier mot à Ali al-Ahmed, membre de l'Institut pour les Affaires du Golfe, basé à Washington : « Nous avons fait notre allié un régime qui a aidé à sponsoriser les attaques. Je veux dire, regardons les choses en face. »

Le temps des questions

Le soleil ni la mort ne peuvent se regarder en face... La vérité non plus, semble-t-il. Car, en dépit des articles qui se multiplient ces derniers jours, on reste stupéfait par une absence. Une absence de questionnement élémentaire. Car si Graham dit la vérité, si le gouvernement saoudien lui-même est impliqué, deux questions se posent à tout esprit normalement constitué, du moins s'il n'est pas totalement pétrifié par l'enjeu.

Premièrement : pourquoi l'Arabie saoudite aurait-elle agi ainsi ? Quels auraient été ses objectifs en permettant à Al Qaïda de frapper l'Amérique en plein coeur ?

Deuxièmement : pourquoi, depuis plus de 13 ans, les gouvernements américains successifs n'ont-ils pas sanctionné l'Arabie saoudite, si celle-ci est bel et bien impliquée ? Pourquoi même l'auraient-ils protégée ?

Question subsidiaire : quid de Bandar, à la fois ami intime des Bush et possible financier des attentats ?

Le président George W. Bush avait pourtant déclaré le 1er mai 2003 sur le pont d'envol du porte-avions Abraham Lincoln :

« Toute personne impliquée dans la perpétration ou la planification des attaques terroristes contre le peuple américain devient un ennemi de ce pays et une cible de la justice américaine. Toute personne, organisation ou gouvernement qui soutient, protège ou héberge des terroristes est complice du meurtre de l'innocent et également coupable des crimes terroristes. Tout régime hors-la-loi qui entretient des liens avec des groupes terroristes et cherche ou possède des armes de destruction massive constitue un grave danger pour le monde civilisé et sera affronté. »

13 ans plus tard, officiellement pour des histoires de gros sous, de stabilité financière, on renonce à toute poursuite en justice contre un État qui sponsorise le terrorisme, sans même parler de lui faire la guerre, comme en a pourtant subi l'Irak, faussement accusé de lien avec Al Qaïda. Souvenons-nous de la stratégie alors employée, du lavage de cerveau pratiqué :

« Le vice-président amércain, Dick Cheney, lance la rumeur. Mohammed Atta, chef du commando du 11-Septembre, aurait rencontré un espion irakien à Prague, peu avant les attentats qui ont frappé la ville de New York. Le président Bush martèlera de nombreuses fois cette histoire pour justifier le renversement du président irakien. [...]

Selon les sondages publiés dans la semaine précédent la guerre, la moitié ou plus des Américains croit que Saddam a été directement impliqué dans les attaques. Un sondage effectué en septembre 2003, six mois après notre invasion de l'Irak, a révélé que près de 70 % des Américains croyaient que Saddam Hussein était personnellement impliqué dans les attentats du 11-Septembre. »

Bizarrement, le fait que deux des principaux pirates de l'air, Nawaf Al-Hazmi et Khalid Al Mihdhar, aient, eux, réellement rencontré un espion saoudien à San Diego, et même qu'ils aient logé chez un informateur du FBI, n'a pas provoqué le même effet. Mais c'est normal : dans le premier cas, nous avons eu une stratégie bien pensée au sommet de l'État et le relais enthousiaste de tous les médias serviles ; dans le second cas, l'apathie des journalistes, le silence médiatique, et toutes les Nathalie Saint-Cricq de la terre balayant d'un revers de main une information pourtant capitale.

Aujourd'hui encore, il est à remarquer qu'à l'exception de Direct Matin et de France24, aucun grand média français n'a rendu compte des propos de l'ancien sénateur de Floride dans « 60 Minutes »...

Comme un chien avec un os...

JPEG - 35.2 ko
Bob Graham, le regard tourné vers l’espoir

Bob Graham a creusé son sillon, inlassablement, sans en dire trop, sans s'étaler, sans se perdre sur d'infinies pistes qui, parfois, ne mènent nulle part. Il en a choisi une, celle qui lui paraissait la plus fermement étayée. Quoi de plus solide, en effet, de plus irréprochable aux yeux du plus grand nombre, qu'un rapport officiel émanant de représentants et de sénateurs ? Il n'a pas abordé toutes les questions, bien sûr, mais précisément, en se concentrant sur l'angle d'attaque le plus solide, et en tapant sans jamais faiblir, comme un forcené, avec son ciseau à pierre, dans la faille la mieux formée de la muraille, c'est lui qui est peut-être sur le point de faire sauter le couvercle, jusqu'ici inamovible, de la vérité officielle, voulant qu'Al Qaïda ait agi seule, en toute autonomie, avec ses « Dumb and Dumber » et ses cutters. Si ce couvercle saute, c'est peut-être la boîte de Pandore qui sera grande ouverte... Les autres questions ne pourront plus être évitées.

Comme il l'expliquait au New York Times le 13 avril 2015, sa motivation est on ne peut plus simple, elle tient en une seule question à affronter :

« Pour moi, la question la plus simple, sans réponse, concernant le 11-Septembre, est "est-ce que les pirates de l'air ont agi seuls ou étaient-ils assistés par quelqu'un aux États-Unis ?" La position officielle du gouvernement des États-Unis est qu'ils ont agi seuls. Ma motivation est d'essayer de répondre à cette question. »

Une question qui fait comme un écho à celle que pose Paul Thompson à la fin du documentaire 9/11 : Press for Truth...

En 2014, Éric Laurent, fatigué, était convaincu qu'on ne pourrait plus jamais parler du 11-Septembre dans les grands médias, que tout était définitivement verrouillé. Bob Graham, bientôt 80 printemps, est peut-être en train de lui donner tort. L'ancien sénateur démocrate Tom Daschle dit de lui : « Bob est plutôt calme, mais une fois qu'il est sur quelque chose, il est comme un chien avec un os. » Nous non plus, ne lâchons pas notre os. Et, sur les conseils de Bob, aboyons sans relâche sur nos chers représentants !


Moyenne des avis sur cet article :  4.77/5   (74 votes)




Réagissez à l'article

158 réactions à cet article    


  • bibou1324 bibou1324 21 avril 09:23

    Leurs guerres, nos morts... 


    Ca résumé le sujet. Pour vous, les USA et la France, c’est la même chose ? Pour vous, l’occident est la cible privilégiée des attentats, et les USA avec le 11/09 est le pays qui a le plus morflé ? Pour vous, c’est d’une importance vitale de démêler le vrai du faux dans cette affaire capitale ?

    Alors pour votre information, on compte en moyenne 31 000 victimes du terrorisme par an. Autant dire que le 11/09 est une anecdote sans importance dans l’histoire du terrorisme. Les plus touchés sont sans surprise les musulmans. Tous les jours, plus de 90 personnes perdent la vie dans un attentat. Bien entendu, 90% d’entre eux ne sont pas relayés par nos médias, vu que les victimes sont des musulmans, et donc que leur vie n’a pas d’importance à vos yeux.

    C’est quoi cette obsession que les gens ont pour les USA ? Si encore c’était la première puissance mondiale, ça serait un peu comme lire Paris-Match, se délecter des événements qui touchent les « grands » ... mais non, depuis 2014, les USA ne sont plus du tout la première puissance mondiale, leur PIB a été largement dépassé. Franchement ça me désole tout le foin qu’il y a autour du 11/09, ou des primaires. Fait-on autant d’articles pour une passation de gouvernement en Chine ?

    • cathy cathy 21 avril 09:36

      @bibou1324
      Non ce n’est pas une anecdote sans importance, c’est ce qui a permis de faire les 31 000 victimes par an et ce n’est pas fini.


    • Le Sudiste Le Sudiste 21 avril 10:35

      @bibou1324
      Vous êtes un crétin.


    • Agor&Acri Agor&Acri 21 avril 11:43

      @bibou1324
      votre commentaire est ahurissant tellement il est décalé et on peut se demander si ce n’est pas de la pure provoc’.

      La réponse de cathy apporte le bon éclairage sur la compréhension du réel.

      @Taïké Eilée
      votre article est riche et bien construit.
      Vous construisez votre crédibilité en vous astreignant à vous en tenir le plus possible aux faits et aux informations vérifiables, quitte à rester parfois sur la retenue là où il eût été possible d’en laisser entrevoir plus.
      Je respecte cette démarche.

      Pour ma part, je tiens à ce que les lecteurs ne perdent pas de vue
      que le volet opaque des 28 pages classifiées mettant en cause l’Arabie saoudite,
      n’est qu’un des volets, devant l’une des fenêtres, du grand édifice « Version Officielle du 11 Septembre ».

      Ouvrir ce volet est insuffisant pour éclairer l’ensemble des « curiosités » qui gravitent autour de cet évènements.

      Je rappellerai donc qu’il existe des circonstances, pour tout esprit posé et rationnel,
      ou une attitude ouvertement sceptique est largement plus justifiée qu’un naïf bénéfice du doute, ou pire, une sincère crédulité
      et que ces circonstances sont réunies lorsqu’on retrouve, cumulé autour d’un même évènement,
      un nombre élevé d’étranges coïncidences (des coïncidences sont toujours possibles) associés à un nombre élevé d’étonnantes invraisemblances (des invraisemblances sont toujours possibles).

      Ex :
      - le passeport d’un terroriste (!) retrouvé au pieds d’une tour alors que l’avion s’est intégralement engouffré dans la Tour = invraisemblable, mais après tout, des choses invraisemblables se produisent parfois.
      - le Boeing volatilisé du Pentagone, sans aucune vidéo pour confirmer que l’engin qui a percé le bâtiment (avant que la façade ne s’effondre) était un avion de ligne = invraisemblable, mais après tout, des choses invraisemblables se produisent parfois.
      - La tour rectangulaire WTC 7 qui s’effondre le même jour, en défiant les lois de la physique, de façon parfaitement symétrique, sur ses fondations, à quasiment la vitesse de la chute libre, c’est-à-dire sans résistance des matériaux = invraisemblable, mais après tout, des choses invraisemblables se produisent parfois.
      - ETC, ETC ...et la liste est longue.
      cf. l’ensemble des questions analysées dans l’excellent documentaire « 11-Septembre : Le nouveau Pearl Harbor »


    • Le Sudiste Le Sudiste 21 avril 12:08

      @Agor&Acri
      "La tour rectangulaire WTC 7 qui s’effondre le même jour, en défiant les lois de la physique, de façon parfaitement symétrique, sur ses fondations, à quasiment la vitesse de la chute libre"
      C’est bien mieux que ça ! Après obstruction, le NIST a fini par reconnaitre une séquence de 2,25 secondes de chute libre. C’est écrit noir sur blanc aux pages 44, 45, 46 du rapport final sur l’effondrement de la tour 7, seul rapport officiel et définif que l’on peut télécharger ici.


    • Sarah Sarah 21 avril 13:27

      @bibou1324

      "Pour vous, c’est d’une importance vitale de démêler le vrai du faux dans cette affaire capitale ?"

      Vous rendez-vous compte de ce que vous dites ?

      "une anecdote sans importance dans l’histoire du terrorisme.« , »Franchement ça me désole tout le foin qu’il y a autour du 11/09, ou des primaires. Fait-on autant d’articles pour une passation de gouvernement en Chine ?"


      À ce compte-là, il faudrait, selon vous, laissez passer tout crime, tout délit grave ou mineur, toute infraction, sous prétexte qu’il y a pire. Voilà un argument auquel les avocats n’ont jamais pensé et avec lequel ils pourraient peut-être faire acquitter tous leurs clients sans difficulté.


    • Sarah Sarah 21 avril 13:29

      (suite)

       

      Obama a dit : « ... alors nous ouvrons aussi (la possibilité) que les États-Unis soient continuellement poursuivis par des individus d’autres pays. »

       

      Et pourquoi pas ?

       

      En quoi un État, c’est-à-dire en pratique son gouvernement ou un membre de son gouvernement, devrait-il être immunisé ?

       

      Si un membre d’un gouvernement est un malfaiteur, de quel droit serait-il interdit de déposer plainte contre lui ? Du droit du plus fort ?

       

      La question n’est pas de savoir s’il est coupable ou non, pour cela, il y a la mise en examen, enquête, procès, jugement et non automatiquement condamnation.


    • agent ananas agent ananas 21 avril 17:25

      @Sarah
      En quoi un État, c’est-à-dire en pratique son gouvernement ou un membre de son gouvernement, devrait-il être immunisé ?

      Entièrement d’accord avec la suite de votre raisonnement.
      Le raisonnement d’Obama est contraire à la jurisprudence du procès de Nuremberg.
      De surcroit, faut il rappeler que l’Iran a été récemment condamné à payer des milliards de dédommagements aux victimes du 11/9, un tribunal de New York l’ayant jugé responsable de ces attaques.
      Bref on est en plein délire. Un jour ce sont les iraniens les coupables, puis maintenant les saoudiens. Nul doute que les esquimaux ou les pygmées seront aussi un jour tenus responsables si les US ont quelques griefs à leur encontre.


    • Andromede95 Andromede95 16 mai 18:31

      @Le Sudiste : « La tour rectangulaire WTC 7 qui s’effondre le même jour, en défiant les lois de la physique, de façon parfaitement symétrique, sur ses fondations, à quasiment la vitesse de la chute libre »



      « C’est bien mieux que ça ! Après obstruction, le NIST a fini par reconnaitre une séquence de 2,25 secondes de chute libre. C’est écrit noir sur blanc aux pages 44, 45, 46 du rapport final sur l’effondrement de la tour 7, seul rapport officiel et définif que l’on peut télécharger ici. »

      La plupart des conspirationnistes n’ont surtout jamais compris ce qu’est le phénomène de flambement des poteaux, base des explications du NIST sur l’effondrement du WTC7, mais aussi sur celui des tours jumelles.



    • Andromede95 Andromede95 16 mai 18:48

      @Le Sudiste : « La tour rectangulaire WTC 7 [...] "


      La tour WTC7 n’était pas rectangulaire mais trapézoïdale. Les conspirationnistes ne sont plus à une bourde grossière près de toute façon : Une bourde bien singulière au sujet du WTC7 - Les perles conspirationnistes du 11 septembre 2001



    • Le Sudiste Le Sudiste 18 mai 06:46

      @Andromede95
      Pas vraiment étonné que tu passes maintenant 3 semaines après la publication des articles... T’as raison, des gens lisent encore, notamment moi. Le vote au d’une loi au sénat autorisant la poursuite de pays ayant commis des actes de terrorisme sur le sol américain m’a fait revenir sur l’article. Pas de bol ! Il y en a qui suivent vraiment les dossiers sans passer leur temps à refourguer des liens tentant de prouver une fable écrite le jour même soit il y a 15 ans maintenant. Je reconnais que tu ne peux avoir que du mal à te renouveler. Non, décidément il faut vraiment que tu retournes sur les forums d’ados que aimes tant...

      Beau boulot tout de même ! Après une absence de 6 mois, tu colles en 2 jours 15 messages pour ta petite propagande ! Tu manques de vues pour tes perles où tu cherches encore à récolter quelques adresses IP ? Eh !

      Donc non, accessoirement, je n’ai jamais dit que la tour était rectangulaire. Relis bien, c’est une citation que je fais d’un commentaire précédent. En même temps je comprends que ça t’a fait plaisir. Mais le mensonge, l’escroquerie, nous le savons tous les deux, tu en es un vrai spécialiste ! Bas de gamme, mais bon... il suffit d’écouter ton maitre que j’ai fait disparaitre par un tour de magie pour comprendre que tu ne voles pas bien haut non plus.
      Allez, écoutons ton maitre pour en comprendre le niveau
      A bientôt mon petit...

      Un salut à Taike Eilee qui sans nul doute a vu ce vote au sénat. Wait and see...


    • Alpo47 Alpo47 21 avril 09:29

      La moindre pierre ou bout de ferraille que l’on soulève à propos du 11/09 amène de nouvelles questions et incertitudes. Ce qui reste certain, c’est que la vérité officielle n’est -pour le moins- que partielle.

      Un élu US semble avoir « pris un coup de sang » pour demander que soient libres d’accès les 28 pages retirées du rapport officiel. Il ne va pas tarder à prendre un « coup de bambou » sur la tête.
      La première question que l’on doit se poser est : pourquoi 28 pages ont elles été retirées ? D’évidence, c’est d’abord parce ce qu’elles seraient très gênantes pour le gouvernement US et leurs alliés. Sinon pourquoi donc une mesure aussi extrême et contestée ?
      Qu’y a t-il dedans est une autre question.

      Maintenant, le gouvernement Saoudien semble nous donner des indications. Sa réaction extrême pourrait laisser supposer qu’il est mis en cause dans le rapport et ne souhaite pas que ce soit divulgué,, on le comprend.

      La suite est tout à fait prévisible, après cet éclair de lucidité tout va « rentrer dans l’ordre » et ce n’est pas demain que l’on saura la vérité. Elle nuirait à trop de monde.
      D’abord les vrais responsables étrangers, puis les Américains qui sont complices et en ont profité pour détruire tout un pays qui n’avait rien à voir, faisant au moins 1 million de morts.

      Donc, le couvercle se referme, se referme ....


      • robin 21 avril 09:38

        Si des députés US commencent inconsciemment à titiller les complices du 11 septembre, le secret de ce sinistre jour ne va pas tarder à exploser à la figure de l’administration US et donc du monde entier.....tant mieux !


        • Yanleroc Yanleroc 21 avril 15:03

          @robin
          Le peuple américain doit faire le message chez lui, avant de vouloir le faire chez les autres.


          Un grand bouleversement mondial semble s’annoncer, c’est peut-être aux citoyens US, d’initier la révolte mondiale, et de demander des comptes à leurs dirigeants, après tout, le peuple US a largement favorisé l’Impérialisme Us et son hégémonisme. Par effet domino, nous y viendront aussi. Ce sera avant ou après ?.
          Leurs guerres, no more.

        • boubal (---.---.187.194) 21 avril 15:28

          @Yanleroc
          49,2% des Américains croient que les Palestiniens occupent des terres israéliennes : http://www.france-irak-actualite.com/2016/03/49-2-des-americains-croient-que-les-palestiniens-occupent-des-terres-israeliennes.html.
          Avec une proportion pareille, le lobby bien organisé a de beaux jours devant lui. On ne peut pas initier « ta fameuse » révolte mondiale avec des incultes. Merde à ma fin !!


        • leypanou 21 avril 10:13

          Très bon résumé de ce qu’il faut savoir sur le 11 Septembre ainsi que des journalistes serviles en France et de certains journaux. Comme d’habitude, on retrouve presque toujours les mêmes.

          En attendant, cela a permis de faire accepter une surveillance de masse à l’échelle planétaire ou les Securitate et autres Stasi ne sont que des amateurs à côté : tant que c’est pour la bonne cause, ce n’est pas grave disent-ils.

          La Cour Suprême des États-Unis vient de valider la saisie des avoirs iraniens pour les victimes d’attentats après la décision du juge George Daniels qui a aussi jugé, sans rire, que l’Arabie Saoudite n’ aucune responsabilité.

          On vit dans un monde fantastique.


          • fred.foyn Le p’tit Charles 21 avril 10:36

            L’Arabie saoudite pépinière de terroristes soutenue par les USA (pétrole oblige..) comme le reste des pays du golfe...mais nos charmants « dictateurs » de nos démocrachies ferment les yeux affirmant que l’argent n’à pas d’odeur... !


            • HELIOS HELIOS 21 avril 10:51

              @Le p’tit Charles

              Ce qui me fait plaisir... si l’on peut dire... c’est que le retour de l’Iran sur la scene internationale va permettre de resoudre un petit paquets de problemes et soulever le coin du tapis pour y decouvrir la poussiere, un peu trop rapidement cachée.

              Tout le monde sait les bonnes relations entre l’Iran et l’Arabie Saoudite !

              Le mois qui viennent vont etre bien interressants.

            • Le Sudiste Le Sudiste 21 avril 11:27

              Bonjour Taïke Eilée,
              Contrairement à nombre de vos articles précédents, j’avoue avoir seulement survolé celui-ci. Cette histoire me parait depuis le début un enfumage total. Je suis assez surpris par votre article pour tout dire même si votre article présente des faits, peut-être pas (?) votre point de vue. Je sais que vous êtes un de ceux les mieux informés sur ce sujet que j’ai pu lire sur le web français. D’où ces quelques remarques qui sont (forcément orientées ?) concernant ce sujet.

              Je ne crois pas à la responsabilité d’un pays. Aujourd’hui c’est l’Arabie saoudite, hier c’était l’Irak et demain ce sera l’Iran. Ou s’il faut croire à l’action d’un pays, le client c’est Israël.
              - Ces 28 pages (écrites par qui ?) sont un excellent moyen pour un changement de régime en Arabie Saoudite (y’a bon les dollars !)
              - Ces 28 pages nous parlent de terroristes saoudiens. Lesquels ? Ceux qui étaient dans l’avion du Pentagone ? Ceux qui étaient dans celui de Skanksville ? Comment ça tient la route tout ça ?
              - ces 28 pages nous explique aussi la destruction de la tour 7 ?
              - beaucoup de choses qui ne devaient apparaitre n’ont tout simplement pas été intégré à la VO. Là, il faudrait croire que ces 28 pages sont intégré à la VO puis censurée ? Autrement dit, dans la même VO, nous aurions des coupables différents ? Parce que sans ces 28 pages, l’administration a tout expliqué !

              Il me semble plus juste d’envisager un groupe transnational aux intérêts convergents (politique économique...) plutôt que la responsabilité d’un pays à l’origine du 911. Et encore une fois, s’il y a un seul pays qui en avait la capacité et qui rassemble tous les intérêts d’une telle opération c’est Israël. La destruction du Moyen-Orient EST la politique d’Israël. Du plan Yinon au Clean Break de 1996, écrit entre autre par Richard Perle que l’on retrouvera au Pentagone en 2001...

              Il me semble que les mensonges de l’administration américaine pointent largement sa complicité dans cette opération.

              Enfin, pour prendre un léger recul, peut-être pourrait-on relire un autre de vos article qui m’avait lui aussi à l’époque quelque peu ennuyé : là le Pakistan était aussi pointé du doigt.


              • Le Sudiste Le Sudiste 21 avril 11:57

                Sur Agoravox TV aujourd’hui, qui voit-on ? Donald ! Et s’il y a un complice du 11 septembre, c’est bien Donald, vendeur de d’aspartame et de tamiflu à sauvette.
                Que dit Donald ? Il ne connait pas la Tour 7 du WTC.
                Rappelons que Donald nous expliquait le 10 septembre 2001 qu’il avait paumé son sac à main avec 2 300 milliards de dollars dedans.
                Donald nous explique les grottes james bondienne de Ben Laden.


              • franc tireur 21 avril 12:03

                @Le Sudiste

                On comprend bien que vous n’avez guère envie de parler d’Arabie Saoudite , qu’Israel c’est plus bandant .
                Vous prenez peut etre les saoudiens pour une bande de bédouins incapables .
                Les faits sont la et nous ramènent presque toujours a ce pays , et accessoirement au Pakistan ,la ou loge toujours Zawahiri .

              • Le Sudiste Le Sudiste 21 avril 12:10

                @franc tireur
                il manque les chambre à gaz et Hitler.


              • Le Sudiste Le Sudiste 21 avril 12:20

                @Le Sudiste
                en te lisant, tout de suite on comprend mieux la merde que tu es :
                "C’est comme qu’il faut faire la guerre aux arabes, tuer tous les hommes en age de combattre et déporter le reste . Si t’en laisses un vivant il se vengera tot pou tard . 

                Vous ne vous mettez pas a la place d’Israel , sans cesse harcelé par les arabes , femmes enfants hommes cachant un une pierre,un couteau ,une arme,une bombe .
                Les palestiniens réclament une terre qui n’a jamais été la leur ,"
                C’était ici, tu te rappelles ?

              • franc tireur 21 avril 13:04

                @Le Sudiste

                Oui aucun souci , ni reniement . Et oui je respectes trop les arabes pour en faire des victimes , comme tu le fais toi et tous tes petits camarades antisémites.

                Mais n’essais pas de changer de sujet .

              • Le Sudiste Le Sudiste 21 avril 13:07

                @franc tireur
                Et les chambres à gaz ?


              • franc tireur 21 avril 13:11

                @Le Sudiste

                 ??

                Vas faire une sieste..

              • Taïké Eilée Taïké Eilée 21 avril 18:20

                Bonjour Le Sudiste,
                Comme je l’ai dit à Hieronymus, je constate une certaine EFFICACITE dans l’action de Bob Graham pour FORCER les grands médias, les politiques et le grand public à questionner la version officielle du 11-Septembre, alors que tout semblait verrouillé il y a peu (dixit Eric Laurent). Son angle d’attaque est le plus consensuel, car basé sur un rapport officiel, dont il est l’un des auteurs. Notre gros problème, depuis le début, c’est la division, entre tenants de thèses différentes. Pour être efficace, il faut être nombreux à pousser dans la même direction. Une fois le couvercle soulevé, d’autres sujets pourront être abordés, ils ne pourront plus être esquivés. En négligeant la piste examinée par Graham (à cause d’une thèse préétablie qui l’exclut), on se prive d’un moyen efficace de faire enfin bouger les choses. Si l’action de Graham n’aboutit pas, on se redonne rendez-vous dans 50 ans, avec les différentes thèses des uns et des autres... On discutera encore ici ou là sur Internet (si le Net existe encore), dans quelques recoins obscurs, mais le sujet aura été oublié par presque tous.
                Quant à mon article sur le Pakistan, il s’inscrivait aussi dans une logique d’efficacité, les informatons rapportées (allant contre la version officielle) émanant de sources réputées sérieuses, et donc susceptibles de faire réfléchir n’importe qui, y compris des journalistes (pour le coup, je n’ai pas été très efficace...). Sur d’autres sujets controversés, les sources, peut-être pertinentes, ne sont pas aussi consensuelles, et donc les moqueries, les accusations de complotisme, etc., sont plus faciles.
                Un mot d’ordre donc : EFFICACITE.
                Je vous rappelle, sur le sujet du jour, les liens étroits entre Bandar, Bush et Cheney. Si le premier est impliqué (d’où l’intérêt des 28 pages), les deux autres ne pourront plus se cacher. Ils devront s’expliquer.


              • Le Sudiste Le Sudiste 22 avril 00:03

                @Taïké Eilée
                Bon, j’ai lu un peu plus...
                Ca m’ennuie cette histoire. Je me demande d’ailleurs si ce qui m’ennuie le plus n’est pas votre point de vue au final. Si cette tentative ne fonctionne pas nous reviendrons dans 50 ans ? Non, si cela fonctionne pas, il restera tous les autres éléments bien plus déterminants et de plus en plus de gens qui engendreront de plus en plus de pression.
                Attendre de cette histoire la mise à jour de ce qu’a été le 911, je n’y crois pas une seule seconde. Ce qui au passage n’entraine pas de ma part une opposition à ceux qui poursuivent dans cette voie. Je pense que c’est du temps perdu même si cette médiatisation entrainera nécessairement de nouvelles personnes à se repencher sur la question. C’est la seule chose positive que j’y vois.

                « les liens étroits entre Bandar, Bush et Cheney ». Oui, les US « ont créé » l’Arabie Saoudite et depuis 1991 il y a des bases militaire en Arabie Saoudite. Les liens politiques sont donc logiques. Des liens financiers ? Bandar je sais pas, mais chez Carlyle il y a du monde non ?

                Bush et Cheney ont peut-être des explications à donner sur des problèmes bien plus concrets, bien plus simples à comprendre et largement démontrables : chute libre de la tour 7, l’avion « vaporisé » (c’est le mot employé) dans le Pentagone, l’avion de Shanksville à 99% entré sous terre pour cherche la fraicheur, les explosions massives en dehors des avions, les délits d’initiés...

                Par exemple, ne serait-il pas plus simple et plus efficace de faire comprendre l’impossibilité de la chute de la tour 7 sans démolition contrôlée ? N’est-ce pas là une preuve ? A ma connaissance, c’est bien d’ailleurs la seule preuve scientifique que l’on ait.

                La question est donc simple : pourquoi aller chercher des pages de documents appuyés sur des infos du FBI, de la CIA qui désinforment à tour de bras depuis bien avant le 11 septembre lui même ? Sans même lire quoi que soit comment peut-on imaginer alors que le mensonge est partout que dans ces 28 pages on pourrait trouver une quelconque vérité permettant de démonter le 11 septembre alors qu’il n’y a qu’à se baisser pour avoir des éléments bien plus probants pour le faire.

                Vous savez que le problème ne se situe pas dans les « preuves » ou autres éléments « troublants » que l’on pourrait présenter. Il y en a suffisamment depuis plus de 10 ans pour que tout à chacun puisse comprendre l’escroquerie. Le problème est bien plus simple : la majorité se détourne et ne veut pas voir. Et ça, c’est un problème extrèmement préoccupant et pas seulement pour le 11 septembre.

                Fondamentalement, je pense que la profusion de pistes, d’éléments, dont la plupart ne sont lancés par les coupables eux-même que pour instaurer la confusion, entraine une complexité qui rebuterait n’importe quel honnête homme qui chercherait à y voir clair.

                Je pense que ces 28 pages sont un de ces éléments. Encore une fois, ce qui était gênant n’avait tout simplement pas été inclus dans la VO. Pour faire tomber les responsables de la gestion du monde, il va certainement falloir un peu plus que ces 28 pages. Et finalement, il n’a pas le courage de révéler ce qu’il a lu ce sénateur ? Pourquoi ? Parce qu’il a peur d’aller en taule ? Foutaises. Si cela dévoilait la complicité de Busk Cheney and co et renverserait donc le pouvoir américain, il n’y a aucun risque d’aller en taule. Il serait bien plus considérer comme un héro qui a vaincu des traitres.

                A suivre donc. En revanche, j’espère bien que dans quelques temps (après l’échec de la démarche ?) vous ne vous disiez pas : c’est fini, on pourra plus. Il est bien gentil Eric Laurent mais le court extrait proposé ressemble plus à mot d’ordre qu’à une conviction. D’autant qu’il semble que ses méthodes de travail aient quelques peu évoluées...


              • attis attis 22 avril 00:44

                Croire ou faire croire qu’Israël, l’Arabie Saoudite ou le Pakistan aient pu mener une attaque de cette ampleur contre les USA sans l’accord du gouvernement US est risible au plus haut point.
                 
                - les milliards perdus du Pentagone
                - la fin des enquêtes en cours de la SEC (dont le siège se trouvait au WTC 7) sur l’explosion du la bulle internet et Enron, ainsi que sur d’autres magouilles dont on n’entendra jamais parler
                - la déstabilisation du Moyen-Orient et de l’Afghanistan au profit des alliés (ou dominions) américains que sont l’Arabie Saoudite, Israël et le Pakistan, et bien entendu des USA eux-mêmes.
                - la destruction des archives de la famille Kennedy, toujours dans le WTC 7, dont personne ne parle jamais
                - d’autres points qui sont inconnus des chercheurs (?)
                 
                Le 11 septembre, c’est une histoire de gros sous, d’intérêts géostratégiques, et de couverture de crimes passés (ce dernier point est peut-être bien le plus important).
                Ce ramdam autour de l’Arabie Saoudite n’est qu’une manoeuvre d’enfumage de plus, probablement liée à des tensions très actuelles sur la Syrie, le cours du pétrole, ou va savoir quelle histoire de pognon, et qui n’a très certainement rien à voir avec le 11 septembre.


              • tonimarus45 22 avril 16:39

                @Le Sudiste— bonjour— il semblerait qu’il y ait, mais quoi d’etonnant venant des « usa »« , un deux poids deux mesures »En effet voici ce qu’on peut lire sur un autre site 

                «  »«  »«  »Les autorités iraniennes qualifient de « vol » la décision de la Cour suprême des Etats-Unis, selon laquelle, des familles des Américains, qui auraient été tués par la faute de Téhéran, seront payées deux milliards de dollars sur les avoirs iraniens gelés.«  »
                Et voici ce que dit « obama »(rapporte par l’auteur)
                «  »«  Si nous ouvrons la possibilité que des individus aux États-Unis puissent régulièrement lancer des poursuites contre d’autres gouvernements, alors nous ouvrons aussi (la possibilité) que les États-Unis soient continuellement poursuivis par des individus d’autres pays. » »«  »
                Si cela n’est pas un « double standard » comme disent les russes alors il n’y a plus rien a comprendre


              • Taïké Eilée Taïké Eilée 23 avril 00:59

                @Le Sudiste
                Je vais essayer de lever l’incompréhension. Tous les éléments (de « preuve », selon vous) dont vous me parlez (WTC7, etc.) sont largement inconnus du grand public. N’oubliez jamais que ce dont nous parlons ici, même si c’est du ressassé pour une large part, cela se passe « entre nous », dans un très petit cercle de gens un peu intéressés par le sujet. Nous sommes extrêmement minoritaires. AgoraVox n’est ni Le Monde ni TF1. La pression populaire dont vous parlez (pour connaître toute la vérité), je ne la vois pas, je ne la perçois pas.

                Comme je le pointe dans mon article, même les médias (français) qui ont récemment parlé des 28 pages ont souvent commis l’erreur de dire que c’était des pages du rapport de la Commission d’enquête, alors que ce sont des pages du rapport du Congrès... Même eux ne connaissent pas le sujet, et y sont manifestement assez indifférents. Leurs imprécisions sont permanentes. J’ai évoqué auprès de plusieurs journalistes (spécialisés) les infos sur le chef de l’ISI, pour savoir ce qu’ils en pensaient, si c’était crédible ou pas ; ils n’en avaient jamais entendu parler !! Alors que l’info se trouve dans plein de vidéos, d’articles, ou même de livres si on cherche.

                Aussi incroyable que cela puisse paraître, nous faisons partie des gens les mieux informés sur ce sujet... C’est triste et incroyable, mais c’est ainsi. Jamais le plus grand nombre ne fera l’effort de lire mes articles, de regarder des documentaires sur Internet, ou de faire le millième du travail de défrichage d’un Paul Thompson. Le 11/9 est devenu depuis très longtemps un non-sujet, tant pour la presse que pour les gens en général. Cela n’intéresse personne (si on sort de quelques petits cercles sur Internet). Ou, si on en parle, c’est sous l’angle du complotisme, pour s’en moquer (vous remarquerez que l’un des articles que je cite, celui de Paris-Match, a été classé dans la rubrique Insolite, c’est visible dans l’URL).

                Vous demandez : Par exemple, ne serait-il pas plus simple et plus efficace de faire comprendre l’impossibilité de la chute de la tour 7 sans démolition contrôlée ? N’est-ce pas là une preuve ?
                Je crains que la réponse ne soit dans la question. Cela fait dix ans que l’on parle du WTC7 sur Internet... Cela a-t-il été efficace ? La vérité a-t-elle éclaté au grand jour ? Des manifestations monstres ont-elles été organisées aux quatre coins du monde pour dénoncer cette (apparente) anomalie, relancer l’enquête ? Les grands médias ont-ils suivi ? De grandes personnalités qui auraient pu toucher la masse se sont-elles engagées (sur la longue durée) ? A toutes ces questions la réponse est non.

                Je ne crois pas non plus que la démarche de Bob Graham aboutira (trop de pressions). Et pourtant, cela faisait une éternité que le sujet n’avait pas été abordé de manière aussi massive dans les médias qui ont de l’influence. Tous les grands médias américains ont parlé des 28 pages ces derniers jours, de leur contenu supposé, et de la protection des Saoudiens par les États-Unis. Les principaux politiques ont été obligés d’en parler. L’audience a été maximale. De plus, la voie légale empruntée par Graham et les familles de victimes est la seule qui puisse provoquer de gros remous.

                Quelle est l’alternative ? Nos bavardages sur Internet ? Dont personne n’a connaissance ? Même si j’ai tendance à croire qu’aucune action ne sera efficace pour que justice soit vraiment faite, certaines actions peuvent peut-être créer la surprise. D’autres, en revanche, n’ont encore jamais laissé entrevoir cette possibilité.


              • agent ananas agent ananas 23 avril 14:59

                @Taïké Eilée
                J’ai évoqué auprès de plusieurs journalistes (spécialisés) les infos sur le chef de l’ISI, pour savoir ce qu’ils en pensaient, si c’était crédible ou pas ; ils n’en avaient jamais entendu parler !!

                Pourtant BHL relaie cette info dans son livre « Qui a tué Daniel Pearl ? ».
                Doit on en conclure que malgré tout le tapage médiatique sur BHL, personne ne lit ses livres ? (quoique je ne serait pas étonné cela dit en passant).


              • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 23 avril 18:16

                @Taïké Eilée


                Votre article de 2007 auquel vous faites allusion m’a donné à lepoque assez de pistes pour que je cesse jamais par la suite de suivre vos articles. J’ai déjà dit que vous étiez a mon avis la meilleure source de renseignements sur ce site.

                Pierre JC.

              • Taïké Eilée Taïké Eilée 23 avril 18:59

                @Pierre JC Allard

                Je vous remercie infiniment. L’article de 2007 n’aura certes pas eu l’effet escompté (faire réagir des journalistes), mais il fallait l’écrire, je crois. Le silence médiatique peut parfois nous faire douter de ce que nous faisons, car les grands médias restent généralement la source de légitimité des opinions ; mais le doute ne dure pas. Je crois que les questions posées depuis dix ans sont justes, légitimes, et l’indifférence des médias pathologique, ou plutôt révélatrice de la matrice idéologique qui est la leur, et qui les rend aveugles à certaines choses.


              • Le Sudiste Le Sudiste 23 avril 22:11

                @Taïké Eilée

                "Quelle est l’alternative ? Nos bavardages sur Internet ? Dont personne n’a connaissance ? Même si j’ai tendance à croire qu’aucune action ne sera efficace pour que justice soit vraiment faite, certaines actions peuvent peut-être créer la surprise. D’autres, en revanche, n’ont encore jamais laissé entrevoir cette possibilité. "

                Je vous rappelle tout de même que c’est vous qui avez écrit l’article ! L’autre réalité c’est qu’à l’inverse, tellement persuadé de l’importance de ce que j’écrivais ici, j’ai moi-même en 2013 demandé la suppression de mon compte ainsi que de tous mes écrits sur Agoravox. Ce qui n’a d’ailleurs ennuyé que moi puisque c’était surtout ma bibliothèque de liens... J’avais failli le faire en 2011 après m’être fait censuré mes propres commentaires sous un de mes articles pour laisser de la place à morice... J’aurais du le faire à ce moment là, j’aurais perdu moins de temps.


                Y-a-t-il incompréhension ? De ma part, je ne pense pas. Je ne me suis pas assigné d’objectif particulier si ce n’est de participer au brouhaha ambiant en tentant entre deux insultes (les miennes !) de glisser quelques liens comme d’autres glissent des quenelles. Ma mission évangélisatrice s’arrête là. Je fais avec mon temps, mes capacités, un peu de savoir et quelques compétences, un minimum de réflexion et surtout beaucoup, beaucoup, beaucoup de recherches. Quant à l’impact, 10 ans de pratique du web2.0 n’amène qu’une chose et vous le savez bien : une certaine humilité ou malheureusement pour certains ou par moment un sentiment profond d’inutilité.


                "La pression populaire dont vous parlez (pour connaître toute la vérité), je ne la vois pas, je ne la perçois pas." Mmmmh... je chipote mais ce n’est pas tout à fait mon propos. "Non, si cela fonctionne pas, il restera tous les autres éléments bien plus déterminants et de plus en plus de gens qui engendreront de plus en plus de pression." Bien sûr qu’il n’y a aucune pression visible aujourd’hui, il n’y a pas vraiment de mouvement fédérateur et à titre personnel, je ne souhaite pas qu’il y en ait parce que le 11 septembre n’est pas un événement isolé mais s’inclue dans une politique bien plus vaste qui touchent l’ensemble de ce que l’on pourrait appeler la « gouvernance mondiale ». En revanche la pression existe et est bien analysée et connue du pouvoir. Comment expliquer sinon ces charges incessantes contre les « complotistes » ou ceux qui ne sont pas Charlie et qu’il faut « identifier et traiter » ? Non, je ne suis pas Charlie, je suis Le Sudiste ! Si vous ne voyez pas la pression, je vous assure que le pouvoir lui, la voit et fait tout pour la contenir (pas seulement sur ce sujet d’ailleurs). Vous ne le voyez pas ? Oh ? Bien sûr que si vous le voyez, on ne voit que ça.

                Une part sans cesse croissante comprend petit à petit que Ben Laden, c’est une fable. Malheureusement la suite n’est pas encore de chercher qui est à la place de Ben Laden. La plupart basculent sur "de toute façon, c’est comme Kennedy, on ne saura jamais la vérité" et c’est plié. C’est volontairement caricatural mais il me semble que cette évolution est peu contestable. Il y a de plus en plus de gens qui comprennent au moins qu’on leur a menti. C’est un fait, donc oui, ça avance. Lentement ? Oui. Comment pourrait-il en être autrement ?

                Certes, il faudrait être aveugle pour ne pas voir qu’on se bat comme des cons ! Ce n’est pas grave. On perd du temps, la situation s’aggrave mais je ne vois pas d’autre chose à faire que de continuer. Il faudrait continuer autrement mais comment ?

                Évidemment, je me suis aussi posé toutes ces questions face à ces différents constats d’échecs. Parce qu’il est certain que je fais les mêmes. C’est la suite que je vois différente.

                Il est bien évident qu’on ne peut pas lutter contre une propagande d’État, contre une presse entièrement collabo et que dire de l’avenir avec des gosses à qui des « professeurs d’histoire » racontent la fable de Ben Laden. Pire encore, comment lutter contre l’arme de destruction massive la plus efficace : la sainte télé.

                Donc oui, c’est comme cela et sous nos yeux que s’écrit une histoire totalement mensongère et du coup virtuelle. Ce n’est pas nouveau, loin de là, par contre il y a un élément qui n’existait pas avant, Internet et la capacité que nous avons, pour le meilleur et pour le pire, de discuter directement entre nous. Ce n’est pas rien, en terme d’échange d’infos, de réflexions... Certes, ça avancerait plus vite si la Tour 7 se cassait la gueule sur Youporn !

                Et même sur le net ou plus précisément sur ce type de forum, vous savez comme moi qu’on ne peut pas lutter. D’abord parce qu’effectivement nous sommes très peu nombreux à avoir passé le temps nécessaire sur ce sujet et ceux connexes. Rien d’étonnant, il faut pouvoir se le permettre et dans tous les cas, c’est au détriment d’autres choses forcément plus sympathiques que de patauger dans la crasse du monde qui nous entoure. Mais le pire sur le net, ce sont les pros que l’on repère généralement assez vite. Nucléaire, chemtrails, 11 septembre... personne n’accepte l’idée que des mecs bossent pour la confusion, la désinformation... C’est leur boulot, somme toute le même que celui de nos journalistes. Et là, il faudrait sans cesse passer derrière pour refiler les bons liens, débunker le débunking (!)... Bien sûr que c’est ce qu’il faudrait faire mais c’est encore du temps et inévitablement on en revient à la question : pour quel résultat ?


                Concernant Agoravox, mais c’est le cas de bien d’autres forums, n’oubliez pas que ceux qui lisent sont bien plus nombreux que ceux qui commentent. Reste à souhaiter que contrairement à nombre de commentateurs, ils lisent vraiment ! Et on ne sait pas où ira le lecteur après avoir suivi un lien. Peut-être en ouvrira-t-il 5 ou 6 dans la foulée. Dans le doute, autant continuer ce travail de fourmis. Je sais ce que j’ai appris en 15 ans et je sais comment : neuf fois sur dix en suivant un lien puis un autre... le reste étant des recherches directes et souvent très ciblées avec mon ami google. Mais qui fait le travail ? Effectivement très peu.


              • Le Sudiste Le Sudiste 23 avril 22:13

                @Taïké Eilée
                (suite et fin)

                Sur le document lui-même, (dont je ne connaissais même pas la date et de fait qu’il était « hors VO » !) je me permets aussi quelques doutes ? Forcément. D’où proviennent leurs infos si ce n’est des services de renseignements ? Faut-il rajouter un smiley ?

                Alors oui, je préfère m’appuyer sur 2,25 secondes de chute libre parce que cela démontre la chute libre et donc la démolition contrôlée, plutôt que sur des milliers de pages provenant de la CIA, du FBI ou de la NSA bossant pour camoufler ce que font les patrons. Il y a un moment où il faut être cohérent. On ne peut pas pointer un état profond et s’en remettre à ses organes les plus puissants pour s’informer. Et de mon côté, comme vous j’imagine, je me suis déjà tapé ces récits à dormir debout dans les deux premiers tiers de la VO dont tout le monde parle mais que personne n’a lu évidemment. Un peu comme pour ces 28 pages...

                Et que comparez-vous ? L’impact médiatique de ces 28 pages et les discussions sur Internet au sujet de la tour 7 ? Est-ce bien raisonnable ? Vous êtes surpris par le décalage, par l’efficacité ? Mais non.

                Il se passerait quoi si les mêmes sénateurs, les mêmes médias faisaient la même publicité sur la chute libre de la tour 7 ? Ou sur ce qu’avait révélé Éric Laurent pour ne citer que lui ? S’il y avait une volonté des sénateurs ou des médias, ce n’est pas sur ces 28 pages fantômes que porterait un débat public. Comme disait l’autre escroc, ça va faire pschitt. Comment peut-on croire l’inverse ?

                15 ans de silence total hormis le bruit des millions de tonnes de bombes balancées sur des populations en fonction des pays que l’on juge « terroristes ».

                Une des choses les plus flagrantes que démontre le 11 septembre, Londres, Boston et maintenant Paris c’est une fois de plus la lâcheté et la saloperie des populations occidentales. Oui oui, des peuples, nous. C’est aussi cela que l’on ne veut pas voir. A juste titre, face au miroir on ne peut que vomir.

                Certes, il n’y a pas que de la lâcheté et je renvoie à l’excellente série d’article de Foofighter sur les ressort psychologiques qui peuvent expliquer le silence assourdissant des populations. Étudier le 11 septembre c’est forcément aussi et entre autre étudier la propagande, la manipulation des foules, leurs outils, leurs méthodes, leurs cibles... Les victimes des psyops ne meurent pas, ne saignent pas, elles ne se savent même pas cibles et victimes, et mieux encore elles vont demander protection à ceux qui les terrorisent et les assassinent.

                Je suis réellement admiratif d’un tel résultat. Je suis admiratif de cette supériorité et de cette puissance colossale qu’il faut néanmoins combattre. Je suis admiratif de la maîtrise de la gestion du monde par ceux qui le dirigent. Les combattre n’est pas un choix. Mais les combattre implique de savoir qui ils sont, quels sont leurs moyens, leurs méthodes, leurs buts... On ne peut se battre contre un ennemi invisible et on ne peut que perdre face à un ennemi que l’on ne connaît pas ou très mal. C’est un challenge monstrueux, impossible ? Peu importe. L’autre solution est la soumission, cela ne concerne pas tout le monde.

                La réalité de cette terreur sera-t-elle un jour l’Histoire ? Il y a peu de chance effectivement. J’avoue avoir compris et même envié la décision de --------. de pouvoir raisonnablement et honnêtement déposer les armes après avoir fait tout ce qu’il lui avait semblé devoir et pouvoir faire.

                A titre personnel, même si je vois le boulot monstrueux qui m’attends, je vais certainement créer un blog cet été. Encore un, il y en a déjà des millions ? Oui. Pour y écrire une sorte de synthèse de ce que je crois avoir compris en 15 ans. Je pense que je suis presque « mûr » pour ça. Au moins pour mes potes qui ne comprennent rien à ce que je raconte (ou plutôt refusent de voir comme tout le monde) et qui m’emmerdaient autant que des trolls sur Internet quand fatalement ces sujets venaient dans une discussion. Aujourd’hui ces sujets sont presque tabous tant le décalage dans la compréhension est grand !

                Et je ne vois pas un autre endroit qu’un blog perso pour aborder tranquillement le 11 septembre, les chemtrails, les réseaux pédocriminels étatiques, la banque, les pyramides de Grimault, le crop circle du Bataclan et quelques autres petites choses sur lesquelles j’ai passé aussi des centaines si ce n’est des milliers d’heures. Il sera lu ? Bien sûr, déjà par mes potes ! Et fatalement par quelques centaines ou milliers de personnes, dont vous et ceux qui sont dans certaines de ces recherches. Par contre, s’il n’est même pas encore créer, il y a un bon 99% de chances qu’il soit définitivement bouclé en octobre ou novembre de cette même année. Après ça, on verra, je serais déjà bien content d’arriver à faire ce que j’ai en tête.

                Non Taïke Eile, il n’y a aucune incompréhension, ni de ma part, ni de la vôtre. Il y a plus sûrement des points vues différents à la marge, rien de bien problématique sur le fond. Sur les méthodes, les pistes d’évolutions... peut-être, même si la finalité est la même. Reste à espérer qu’un jour l’un d’entre nous trouvera la bonne méthode. Rien n’est impossible. Nous sommes bien allés sur la Lune, non ? Alors...


              • Le Sudiste Le Sudiste 23 avril 22:29

                @Le Sudiste
                "La réalité de cette terreur sera-t-elle un jour l’Histoire ? Il y a peu de chance effectivement. J’avoue avoir compris et même envié la décision de --------. de pouvoir raisonnablement et honnêtement déposer les armes après avoir fait tout ce qu’il lui avait semblé devoir et pouvoir faire.« 

                Je ne retrouve plus qui est  »----- " et qui pendant des années a pondu des articles sur la mafia Sarkozy. Je vais retrouver.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Taïké Eilée

Taïké Eilée
Voir ses articles







Palmarès