Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Affaire Lubna Ahmed Al-Hussein : Rébelle pour port de pantalon (...)

Affaire Lubna Ahmed Al-Hussein : Rébelle pour port de pantalon ?

Le 3 juillet dernier, à Khartoum, capitale du Soudan, treize femmes sont arrêtées par les forces de l’ordre pour...avoir porté un pantalon dans un lieu public et inculpées en vertu du code pénal. Dix dames du groupe se plient à la réprimande tandis que trois autres font porter l’affaire devant le tribunal. Parmi les trois rebelles, Lubna Ahmed Al-Hussein, cette journaliste soudanaise et employée de l’Organisation des Nations unies (ONU) qui se rendait au restaurant en pantalon - et elle encourt maintenant 40 coups de fouet pour «  s’être vêtue de façon sensationnelle ».  La plupart des autres femmes arrêtées en même temps qu’elle, ont plaidé coupable et ont reçu 10 coups de fouet.

JPEG - 24 ko
LUBNA AHMED AL-HUSSEIN

« Je suis une bonne musulmane. Dans le Coran, le prophète Mohammed n’a jamais demandé qu’une femme soit flagellée à cause de ses vêtements. La religion n’a rien à voir dans tout cela. C’est seulement que les hommes traitent très mal les femmes. » Ainsi parle au téléphone Lubna Ahmed Al Hussein à La Croix cette jeune veuve soudanaise de 35 ans. Elle a le caractère bien trempé, ou ne se laisse pas faire disons. « Cela donne une image très négative de l’islam. C’est cela qui me touche le plus. » Elle est d’autant plus troublée que des journaux britanniques ont fait d’elle « une héroïne » pour la seule raison qu’ils pensaient qu’elle était chrétienne du Sud-Soudan.

 
Et en femme moderne, elle sait choisir ses armes de combat ! Pour ce faire, Lubna emploie les grands moyens : elle a envoyé 400 courriels à des diplomates, à des organisations des droits de l’homme avec ces mots : « La journaliste soudanaise Lubna vous invite à sa flagellation », sacrée femme !
 
Mais comme à l’accoutumée, la communauté internationale a entonner son sempiternel refrain pour voler au secours des suppliciées. Au nom, sans doute, du principe de la non-ingérence dans les affaires des Etats, elle s’est livrée aux éternels, timides et donc infructueux appels à la clémence. Leurs intérêts politico-économiques les y contraignent-ils ? Est-ce cela a qui a amené le juge à substituer aux sévices corporelles, une amende de 500 livres ? Le procès s’est tenu lundi et le juge s’est montré un peu plus clément, la jeune femme de 34 ans n’écope plus que d’une amende de 500 livres (140 euros) sans coup de fouet. Toutefois, la fonctionnaire onusienne ne l’entend pas de cette oreille. Elle s’est dit prête à affronter la justice jusqu’au Conseil constitutionnel, après avoir renoncé à l’immunité diplomatique que lui conférait son travail, malgré les supplications de son avocat et de ses proches, et a catégoriquement refusé de payer une quelconque amende. Son objectif final étant le retrait pur et simple de l’article de loi incriminé. Bien qu’ayant été libérée le lendemain de son jugement expéditif, l’Association des journalistes soudanais ayant payé contre son gré l’amende à laquelle elle avait été condamnée, la militante promet de faire appel tout en continuant son combat.
 
Certes, les autorités soudanaises n’ont fait qu’appliquer l’article 152 du code pénal du pays qui dispose que quiconque "commet un acte indécent, un acte qui viole la moralité publique ou porte des vêtements indécents" est passible de 40 coups de fouet. Il n’en demeure cependant pas moins qu’en maintenant la condamnation des prévenues, faisant ainsi fi de la pression internationale, la justice soudanaise ajoute au tableau déjà sombre de la situation de la femme africaine, une ombre laide. Par son courage et sa détermination, plus d’une centaine de femmes se sont ralliées à la cause de Lubna à travers des manifestations violemment réprimées. La gent féminine doit aller au-delà des discours pour passer à la lutte active. C’est à ce prix qu’elle pourra mériter son pantalon, si tant est qu’elle y tient, comme l’a démontré Al-Hussein.
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • kitamissa kitamissa 11 septembre 2009 11:38

    vous allez voir qu’il y aura des gens sur Avox qui donneront raison aux lois Soudanaises !

    patience,ça ne va pas tarder !..

    enfin a-t-on idée ,mettre un pantalon pour une femme quelle indécence !

    on est vraiment devenus lâches dans nos « démocraties occidentales » !


    • Rounga un Roungalashinga presque parfait 11 septembre 2009 11:52

      vous allez voir qu’il y aura des gens sur Avox qui donneront raison aux lois Soudanaises !

      patience,ça ne va pas tarder !..

      enfin a-t-on idée ,mettre un pantalon pour une femme quelle indécence !


      Ah oui ? A ma connaissance, ce serait une première sur agoravox. Mais attendons, sait-on jamais...


    • La mouche du coche La mouche du coche 13 septembre 2009 22:10

      .
      .
      Franchement je ne vois pas le problème : En France, le port de la jupe est interdit aux hommes. Au Soudan, le port du pantalon est interdit aux femmes. C’est la même chose.

      Derrière cet article se cache encore une islamophobie larvée : tout pays qui ne fait pas la même chose que nous est arriéré.
      .
      .


    • Ali 11 septembre 2009 18:17

      je ne dois pas être un bon musulman : je ne connaîs aucune injonction du Prophète (saaws) mentionnée dans le Coran qui est la Parole d’Allah


    • abdelkader17 11 septembre 2009 13:36

      @Thierry
      La défense de la veuve et l’orphelin requiert certains critères moraux,on ne peut à la fois prendre la défense de la criminalité sioniste et lutter pour l’émancipation des femmes du monde


      • yacoub yacoub 11 septembre 2009 16:18

        Pourquoi pour les caricatures ils s’agitent mais là c’est silence radio


        • kenza kenza 11 septembre 2009 22:11

          l’islam est une secte. ses adeptes tels des mafieux se serrent les coudes pour semer la haine et la violence. les arabos-musulmans trouvent normal les crimes qu’ils commettent au nom de leur Allah. au Darfour, les musulmans entre chaque prière violent et tuent des africains.
          ils s’immobilisent tous pour imposer le foulard dans les écoles laïcs et trouvent normal de lapider des femmes et de les fouetter pour habits indécents ! aucun état islamique ne respecte les droits humains les plus élémentaires. l’islam n’est pas cette religion de paix et d’amour qu’ils veulent nous faire gober mais une idéologie du chaos et du désordre.  


        • okidocman okidocman 11 septembre 2009 17:52

          Vous aviez faim de viande rouge depuis « les caricatures » pas grand chose !
          Tenez manger vite d’autre arrive !
          kitamissa et Thierry JACOB


          • Annie 11 septembre 2009 21:50

            « La gent féminine doit aller au-delà des discours pour passer à la lutte active »
            Avant de donner de tels conseils, vous devriez vous renseigner sur le prix payé par les femmes pour avoir osé défier l’ordre établi. Notamment , un exemple parmi tant d’autres, les 4 jeunes Afghanes assassinées dans la rue parce qu’elles travaillaient pour des ONG. Non seulement les femmes sont les plus réprimées, mais en plus vous leur demandez de se mettre en première ligne. Quel courage !! Non seulement elles sont nombreuses à le faire dans le plus complet anonymat mais leur témérité et leur courage ne sont jamais récompensés ni reconnues.


            • nada 11 septembre 2009 23:09

              @thierry jacob si vous voulez défendre les femmes musulmanes, commencez par votre pays.

              Les prisonnières ont dénoncé les fouilles de leurs cellules, à tout moment de la journée, prétextant la sécurité, et l’imposition d’amendes pour les motifs les plus dérisoires. Latifa Abu Draa a raconté qu’elles ont été isolées pendant deux mois en cellules individuelles, que les geôliers battent les prisonnières sur des parties sensibles de leur corps, et cela sans raison, elles sont également privées des visites, et imposées par des amendes allant jusqu’à 400 shekels, argent tiré de leur propre compte. Les prisonnières font état également de l’intrusion d’hommes dans leurs cellules, pendant la nuit, alors qu’elles sont découvertes.

              l’article

              Samar Ibrahim Subayh, 22 ans, de Tulkarem a été arrêtée le 29 septembre 2005, trois mois après son mariage. Elle était enceinte de deux mois. Elle a été interrogée durant deux mois sans prise en considération de son état. Actuellement, Samar a accouché d’un petit garçon en avril 2006. Ils sont tous deux détenus à la prison de Telmond.

              l’article


              • yacine 13 septembre 2009 08:00

                Pour ceux d’entre vous qui sont français, et surtout ceux qui aiment donner des leçons, l’ironie du sort fait que la loi suivante existe dans votre constitution :

                 La loi du 26 Brumaire an IX de la République dispose :
                "toute femme désirant s’habiller en homme doit se présenter à la Préfecture de police pour en obtenir l’autorisation...« . »...Cette autorisation ne peut être donnée qu’au vu d’un certificat d’un officier de santé...". Deux circulaires de 1892 et 1909 autorisent le port féminin du pantalon à vélo puis à cheval...

                hahaha c’est tout a fait authentique, et tout récent, et cette loi existe à nos jours.

                Je trouve également la sanction exagérée, et ce genre de sanction n’a rien a voir avec l’islam en effet.

                Il faut a mon avis combattre pacifiquement ce genre de lois, comme le fait cette femme si courageuse ! Elle même s’inquiète de la dimension antimusulmane que prend l’affaire. Il faut laisser le temps a la femme soudanaise de s’émanciper.
                Arrétez de caricaturer et stigmatiser les gens a la fin. Ces gens n’ont pas besoin d’ennemis, ils ont besoin de pédagogie.

                Yacine O.Rouis


                • yacine 13 septembre 2009 08:03

                  « la loi suivante existe dans votre constitution » :
                  code pénal, pardon


                • beneolentia beneolentia 13 septembre 2009 23:48

                  Le bermuda interdit au travail à un homme

                  Au Canada, un homme se voit suspendu par son employeur, un Hôpital, pour avoir porté un bermuda au travail.

                  Cet homme porte ce vêtement depuis 1993 et une nouvelle politique interne vestimentaire sortie en juin dernier le force à abandonner ce vêtement.

                   Continuant néanmoins à le porter, il a été suspendu. Ses collègues, dans un geste de solidarité, ont décidé de porter les bermudas et même le kilt. Certains ont reçu des avertissements.

                  L’homme au bermuda s’est donc résigné à suivre les nouvelles règles en portant un uniforme composé d’un pantalon long.

                  source : http://hommes.jupe-skirt.info/actualite-jupe-pour-hommes/136-le-bermuda-interdit-au-travail-a-un-homme.html

                  *

                  L’uniforme masculin d’une société de bière devient le kilt

                  En Allemagne, une brasserie a choisi le kilt comme uniforme de son personnel masculin.

                  Eté très chaud, une bière fraîche et le chauffeur de bière vient en jupe écossaise : La brasserie Welde de Schwetzinger a introduit le kilt comme uniforme et les conducteurs participent avec plaisir.
                   
                   Il s’agit au départ d’une idée du livreur de bière. Il l’a proposé aux autres employés, et les plus jeunes ont persuadé les plus âgés. Cela ne concerne pas seulement la production mais aussi les bureaux. De plus, il n’y a pas de contrainte, cela ne vient pas d’en haut, donc pas de discrimination à l’envers, et surtout l’argument qui l’a emporté était la chaleur de l’été, dans une cabine de camion qui n’est pas climatisée. Sur le film on voit d’ailleurs le livreur Robert Clark en kilt et le cariste en pantalon.

                   source :http://hommes.jupe-skirt.info/actualite-jupe-pour-hommes/137-luniforme-masculin-dune-societe-de-biere-devient-le-kilt.html

                  vidéo (en allemand) :http://www.ardmediathek.de/ard/servlet/content/2876908

                  si on a pas la liberté de se vétir comme on veux qu’est-ce qu’il nous reste ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès