Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Afghanistan, Syrie, Mali partout les mêmes bombardements

Afghanistan, Syrie, Mali partout les mêmes bombardements

« Dix civils, en grande partie des femmes et des enfants, ont été tués dans la nuit de mardi à mercredi lors d'un bombardement de l'Otan dans la province du Kunar, un bastion taliban de l'est de l'Afghanistan  », peut-on lire dans la presse.

Concrètement, cela signifie que rien ne distingue les actions de l’Otan (qui s’était aussi distingué en Libye par ses bombardements intensifs de certaines villes) de celles menées par l’aviation syrienne de Bachar el Assad. Dans les deux cas, le nombre de victimes civiles innocentes est élevé.

La différence, cependant, c’est que l’armée syrienne tente comme elle peut de stopper l’avancée de djihadistes étrangers qui se sont infiltrés sur son territoire et qui déstabilisent le pays. On sait que ces djihadistes n’hésitent pas à tuer, torturer et violer tous ceux qui ne partagent pas leurs convictions religieuses rétrogrades. Que peut donc faire l’armée syrienne ? Si elle laisse ces bandes de rebelles financés et armés par l’Arabie et le Qatar massacrer sa population, on lui reprochera son absence de réaction et on dira qu’elle n’est plus maître du pays. Si elle s’emploie à les attaquer, on lui reproche non seulement les victimes civiles collatérales, mais même la mort des djihadistes. En effet, ceux-ci n’étant pas des soldats au sens strict, ils sont généralement comptés parmi les victimes civiles.

Il y a donc deux poids deux mesures. Il y a les bons bombardements de l’Otan qui luttent contre des terroristes (en fait, généralement des hommes qui s’opposent à l’invasion de leur pays et qu’on avait par ailleurs armés autrefois contre les Russes) et les mauvais bombardements d’Assad, lequel s’en prendrait à de braves opposants épris de démocratie.

Passons. Le parti-pris de notre presse est tellement scandaleux que cela ne vaut même plus la peine de relever ses aberrations.

Par contre, j’entends tous les jours que l’armée française, qui combat aussi de méchants terroristes au Mali (en partie les mêmes qui étaient soutenus, financés et armés par Sarkozy quand ils combattaient Kadhafi pour le plus grand bonheur du groupe pétrolier Total, qui a maintenant la mainmise sur les puits de pétrole libyens) j’entends dire, donc, que l’armée française n’arrête pas de bombarder les quartiers où se sont retranchés les rebelles. Ce qui m‘étonne grandement, c’est l’habileté de nos pilotes, qui, si on en croit la presse toujours, parviennent à tuer les djihadistes (lesquels se sont honteusement dissimulés parmi la population) sans faire de victimes civiles. Curieux. Car avouez que s’il y avait jamais des victimes innocentes, on pourrait reprocher à l’armée française ce que Fabius et Hollande reprochent à Bachar el Assad. Sauf qu’il est chez lui en Syrie et que nous ne sommes pas chez nous au Mali.

Le problème, c’est qu’une certaine presse indépendante commence à donner des exemples de familles décimées par notre aviation. C’est embêtant.

 http://www.youtube.com/watch?v=pg4bXBJOHlM

Ce qui est embêtant aussi, c’est que les djihadistes, qui avaient battu en retraite les premiers jours, semblent avoir décidé de passer à la contre-offensive en appliquant la bonne vieille tactique de la guérilla. Cette tactique, on la connaît bien, cela fait des années qu’on essaie de l’éradiquer en Afghanistan et on n’y est jamais arrivé. La preuve, on finit par quitter ce pays en claironnant bien haut notre victoire pour mieux cacher notre défaite. Si les djihadistes au Mali commencent eux aussi avec des attentats suicides et s’ils commencent à miner le terrain, nous sommes partis pour des années de présence militaire et forcément il y aura des victimes dans nos forces armées. Ce n’est pourtant pas ce qu’on nous avait promis lorsque nous sommes partis en guerre. On nous avait promis que cela serait court. Il est vrai que le lendemain on nous a dit que cela durerait le temps qu’il faudrait. Bref, cela signifie que cela peut durer encore longtemps.

Le problème c’est qu’une armée qui combat à l’étranger, cela coûte cher. En cette période de restriction budgétaire où on demande à tous les citoyens de se serrer la ceinture, c’est tout de même un peu dérangeant. Je n’ai personnellement aucune sympathie pour ces djihadistes fous de Dieu, mais au lieu d’aller les combattre au Mali, n’aurait-il pas été plus simple de ne pas les financer autrefois en Libye ? Et ne pourrait-on pas demander à nos amis d’Arabie et du Qatar (pays où la condition de la femme mériterait quand même qu’on pose quelques questions aux dirigeants de ces pays) d’arrêter de financer ces Salafistes qui sont en train de semer la terreur dans tout le monde arabe ?

Non, on ne dira rien, car les actions de ces Salafistes nous arrangent bien. Nous qui nous félicitons de la laïcité de nos institutions, nous sommes en train de faire tomber les uns après les autres les régimes arabes laïcs. La Libye est sous la coupe des anciens d’Al Quaïda et on y remet la Charia au goût du jour, l’Egypte est au bord de la guerre civile, la Tunisie est en proie à une grave crise politique qui risque de se terminer par la prise du pouvoir par des religieux intégristes. Quant à la Syrie, elle pourrait bien éclater demain en une série de petits états confessionnels (un pour les druzes, un pour les Chrétiens, un pour les Alaouites, un pour les Sunnites, sans parler des Kurdes et des Maronites).

Bref, les pays arabes seront exsangues, divisés, en proie à un fanatisme religieux d’un autre âge, et des attentats suicides s’y produiront tous les jours (voyez l’Irak « pacifié » par les troupes américaines). L’avantage, cependant, c’est que nous n’aurons même pas eu à intervenir, puisque les Salafistes auront fait le travail à notre place. Le principal, c’est que les nouveaux dirigeants acceptent d’emprunter auprès du FMI (ce qu’ont déjà fait les Frères musulmans égyptiens). En attendant, le grand gagnant, c’est Israël, qui ne verra plus de nations arabes militairement puissantes à ses frontières. De plus, une fois le fameux printemps arabe terminé, tous ces états seront avant tout confessionnels. On ne sera plus syrien, on sera d’abord Sunnite, comme on ne sera plus tunisien, mais Salafiste de tendance wahhabiste. Voilà qui devrait réjouir les conservateurs israéliens, qui pourront voir dans la religion une justification de leur état. Malraux n’avait-il pas dit que le XXI° siècle serait religieux où ne serait pas ?

Remarque : en fait, cette phrase de Malraux n’est pas certaine. Il aurait plutôt dit « le XXI° siècle sera mystique ou ne sera pas », ce qui n’est pas tout à fait la même chose. Comme il est possible aussi qu’il n’ait rien dit du tout car personne n’a jamais retrouvé de trace écrite de cette fameuse phrase, l’intéressé lui-même ayant nié l’avoir prononcée. Mais bon, cela sonnait bien à la fin de mon article et après tout on n’est plus à un mensonge près…


Moyenne des avis sur cet article :  4.83/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • JL JL 16 février 2013 10:55

    Bonjour Feuilly,

    bel article, clair et vrai.

    Vous dites : ’’Le problème c’est qu’une armée qui combat à l’étranger, cela coûte cher’’

    En effet, mais cher à qui ? Aux contribuables, bien entendu. Parce que la machine militaro-industrielle, il faut bien la faire tourner : elle participe de PNB ! Hélas.

    Peu importe aux profiteurs du comment on dépense l’argent du contribuable. Au contraire, même, puisque de l’argent bien dépensé serait de l’argent qui n’irait pas dans leurs poches.


    • Feuilly 16 février 2013 15:09

      Bonjour,

      Tout à fait et c’est bien là ce qui est scandaleux (et qui explique sans doute les mensonges dont on nous abreuve). Toutes ces guerres néo-coloniales sont faites en notre nom et avec notre argent. C’est le contribuable occidental moyen qui paie pour que notre armée (dans laquelle on retrouve les fils de ces mêmes citoyens) aille tuer des innocents qui ne nous ont rien fait (je parle des civils tués par nos frappes aériennes et ils furent nombreux. Près de 100.000 en Libye disent certaines sources). Tout cela pour que de grands groupes financiers ou industriels et des multinationales aillent s’emparer (et donc voler) les ressources naturelles de ces pays étrangers, pour ensuite nous les revendre bien cher sous forme de produits finis.

      Des deux côtés, ce sont les citoyens ordinaires qui se font avoir. Qui a dit que la lutte des classes était terminée ? Les inégalités ne font que croître. Mais la lutte est terminée, en effet, puisqu’il n’y a plus aucune réaction de notre part. En fait la démocratie n’existe plus. Nous votons pour des politciens qui une fois au pouvoir deviennent les valets de ces grands groupes militaro-économico-financiers. Le comble, c’est que le citoyen ordinaire se félicite qu’on combatte les Talibans et les djihadistes (alors que nous les avons créés et armés) ou qu’on fasse tomber Kadhafi ou Assad. Bientôt tous les pays arabes ressembleront à l’Irak. Elle est belle la « pax americana » ! 


    • leypanou 16 février 2013 11:08

      @auteur :

      Vous écrivez : "On sait que ces djihadistes n’hésitent pas à tuer, torturer et violer tous ceux qui ne partagent pas leurs convictions religieuses rétrogrades", mais vous auriez préciser qu’ils mettent cela sur le dos de l’armée syrienne, relayée pour cela par les médias mainstream.

      Quasiment 100% des informations sur les médias français diabolisent l’état syrien, taisent les crimes scandaleux des pseudo-révolutionnaires, n’invitent que des révolutionnaires de pacotilles (en particulier l’émission C dans l’air, abonnée), ne relaient que des informations venant du pseudo-observatoire syrien des droits de l’homme (qui n’a rien d’un observatoire) basé à Londres.

      Qu’est ce qu’on n’avait pas entendu lors de la mort du journaliste G Jacquier sur B Al Assad ? Ils ont tous fermé leur grande g... après qu’on a su qui était responsable.

      Le manque de rigueur et d’honnêteté intellectuelle ne peut être combattu que si chacun essaie de le combattre par ses moyens, aussi modestes soient-ils (ne pas acheter, ne plus s’abonner, etc, etc). En même temps, on peut aussi soutenir les associations/revues/journaux/sites qui vont dans le sens de la pluralité des informations, par exemple acrimed.


      • Feuilly 16 février 2013 15:26

        Tout à fait. En fait j’ai expliqué dans d’autres articles que les méfaits des opposants sont généralement attribués à Assad, mais ill n’est jamais mauvais de le rappeler.
         
        Ce qui m’énerve, c’est la naïveté de nos concitoyens, qui sont persuadés que tout ce que l’on dit dans la presse est vrai. Ils sont prêts à se serrer la ceinture pour qu’on renverse (avec leur argent) le régime d’Assad, au nom de la démocratie.
         
        Mais il n’y a plus de démocratie. 

        La presse appartient aux grands groupes qui dirigent le monde. Or la liberté de la presse était une des bases de notre démocratie. 


        • bakerstreet bakerstreet 16 février 2013 17:28

          Bel amalgame qui ne devrait normalement abuse personne.
          Qu’est ce que ces guerres ont à voir ensemble ?
          Les Afghans, à mon avis, n’ont pas du tout la même vision de l’intervention étrangère imposée que les Maliens, qui l’ont réclamé, ceux de l’intérieur et ceux de la diaspora.

          Mais ce n’est sans doute pour vous qu’un détail, que cet article écrit au char d’assaut fait semblant de ne pas voir.


          • Carl 16 février 2013 19:00

            Qu’est ce que ces guerres ont à voir ensemble ?

            Al-Qaeda, AQMI, terroristes, ces mots que les médias martèlent à longueur de journées, ça ne vous dit rien...
            Vous n’avez pas bien appris votre leçon...
            Ce n’est pas ce genre de critique que l’on attend de vous, vous faites un bien mauvais collaborateur...

          • Feuilly 16 février 2013 23:45

            Ce n’est sans doute pas une mauvaise chose d’arrêter les djihadistes au Mali. Mais 

            1) êtes -vous sûr que le peuple malien ait demandé lui-même l’intervention française ou est-ce ses dirigeants inféodés à l’Occident qui l’ont fait ?

            2) pourquoi ces djihadistes deviennent-ils mauvais dans les pays dont nous pouvons déjà exploiter les ressources minières (on a parlé pendant des mois des destructions des mausolées de Tombouctou pour bien nous faire comprendre à quel point ces intégristes étaient mauvais) alors qu’on se sert d’eux dans des pays comme la Libye et la Syrie qui refus(ai)ent de se faire exploiter par nos multinationales ? 

            3) pourquoi les arme-t-on ici et les combat-on là-bas ?

            4) pourquoi notre presse est-elle complice ? Pourquoi ne nous dit-elle pas que ce sont plus ou moins les mêmes djihadistes partout ? Pourquoi ne nous dit-elle pas qu’on se sert d’eux ou qu’on les combat selon les intérêts qu’on a dans le pays en question ?

            Voilà, ce qui relie ces trois pays et ces trois guerres. Sans compter que la « défense » du Mali risque bientôt de ressembler à l’attaque contre l’Afghanistan : une guerre d’usure que nous allons perdre.

            Et pourquoi tous ces djihadistes existent-ils ? Parce qu’ils se battent contre un Occident colonisateur et exploiteur. Et n’oublions pas qu’ils sont tous financés et armés par nos amis d’Arabie et du Qatar.

            Tiens, c’est curieux, notre presse parle rarement des droits de l’homme en Arabie... Quant aux femmes, cela ne dérange personne qu’elles soient obligées d’être voilées et qu’elles ne puissent pas conduire une voiture. Croyez-moi, si j’étais une femme, j’aurais préféré vivre en Libye ou en Syrie.

            En fait, vous ne voyez pas le rapport entre ces trois guerres parce que notre presse vous les a sciemment présentées comme différentes. 


          • Pinkette234 Pinkette234 17 février 2013 18:22

            Pourquoi ne peut-on pas cliquer + ?
            ça ne marche pas à tous les coups ....donc orienté...c’est selon !!!


          • paul 16 février 2013 23:23

            Il est étonnant de voir comment une guerre à laquelle personne n’aurait jamais pensé quelques semaines auparavant, devient tout à coup ( le 15 janvier ) une évidence pour l’opinion publique .
            Le formatage est finalement assez facile même à notre époque interconnectée .

            Ce qui démontre la puissance des médias, car c’est bien eux qui apprennent au pékin de base, qui n’est pas préoccupé par la géopolitique mais par les nécessités quotidiennes, que oui, il faut y aller casser de l’islamiste sinon, il arrive à notre porte . Alors 2,7 millions / jour , c’est rien !
            D’ailleurs Valls fait taire les sceptiques en prévenant qu’il y a des dizaines de Mérah en France .
            Et oui, Mérah, Talibans, Touaregs, ces enturbannés c’est tout pareil comme dirait Fourest : des hordes de terroristes à chasser, et hop, retour à la maison, les ( bonnes) affaires continuent .
              The Independant 


            • Feuilly 17 février 2013 00:07

              Il faut diaboliser l’Islam pour justifier nos guerres. Du coup, au lieu de s’entendre de part et d’autre de la Méditerranée, de faire des échanges culturels et pourquoi pas commerciaux, on nous dresse les uns contre les autres. Ce sont les Américains qui doivent rigoler. Qui nous dit qu’ils ne nous divisent pas pour mieux régner ? 

              Sans compter que plus nous interviendrons dans ces pays, plus nous les exploiterons, plus il y aura de terroristes à nos portes qui viendront se venger. 


            • Feuilly 17 février 2013 11:25

              Merci pour les liens.


            • Attilax Attilax 16 février 2013 23:47

              Malraux a dit « Le 21eme siècle sera spirituel ou ne sera pas. »
              Il n’a jamais dit religieux.


              • Feuilly 16 février 2013 23:58

                Je préfère de loin « spirituel » :)


              • Mahamat Seid Abazène Seid 17 février 2013 08:17

                La guerre au Mali ne coute pas cher à la France ou au contribuable français. Après son show au Mali, Hollande s’est rendu proposer ses super étendards aux Indes. Ce n’est rien qu’un jeu mercantile. En cette période de crise financière, l’occident a oublié toute morale et se comporte de la manière la plus sauvage.
                Mahamat Seid Abazène Seid


                • Feuilly 17 février 2013 11:31

                  Vous avez raison. Ces démonstrations de force permettent aussi de faire valoir l’efficacité du matériel. On se moque bien des victimes, finalement. La vie humaine compte si peu à côté des affaires commerciales. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Feuilly


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès