Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Accueil du site > Actualités > International > Al Qaïda n’existe plus selon un ex-chef de la DGSE

Al Qaïda n’existe plus selon un ex-chef de la DGSE

Selon Alain Chouet, ancien chef du service de sécurité de la Direction Générale de la Sécurité extérieure, Al Qaïda n'existe plus depuis 2002. Ce qui n'empêche pas le renseignement américain de placer l'organisation de Ben Laden en tête des menaces auxquelles doit faire face l'Amérique, et d'annoncer même avec "certitude" une prochaine attaque sur le sol américain dans les six mois à venir. Le choc de deux points de vue.

Alain Chouet, chef du Service de renseignement de sécurité à la DGSE de 2000 à 2002, intervenait le 29 janvier 2010 au Sénat, dans le cadre d'un colloque sur "le Moyen-Orient à l'heure du nucléaire". Il était invité, en compagnie de Jean-Pierre Filiu et François Heisbourg, à répondre à la question "Où en est Al Qaïda ?". Ses propos viennent mettre en pièces bon nombre d'idées reçues :

 "Comme bon nombre de mes collègues professionnels à travers le monde, j'estime, sur la base d'informations sérieuses, d'informations recoupées, que la Qaïda est morte sur le plan opérationnel dans les trous à rats de Tora Bora en 2002. Les services secrets pakistanais ensuite se sont contentés, de 2003 à 2008, à nous en revendre les restes par appartements, contre quelques générosités et quelques indulgences diverses. Sur les quelque 400 membres actifs de l'organisation qui existait en 2001 (...), il en reste moins d'une cinquantaine, essentiellement des seconds couteaux, à l'exception de Ben Laden lui-même et de Ayman al-Zawahiri, mais qui n'ont aucune aptitude sur le plan opérationnel. Donc moins d'une cinquantaine ont pu s'échapper dans des zones reculées, dans des conditions de vie précaires, et avec des moyens de communication rustiques ou incertains. Ce n'est pas avec un tel dispositif qu'on peut animer à l'échelle planétaire un réseau coordonné de violence politique. D'ailleurs il apparaît clairement qu'aucun des terroristes post 11/9, qui ont agi à Londres, Madrid, Casablanca, Djerba, Charm-el-Cheikh, Bali, Bombay, etc., ou ailleurs, n'a eu de contact avec l'organisation. Et quant aux revendications plus ou moins décalées qui sont formulées de temps en temps par Ben Laden ou Ayman al-Zawahiri, à supposer d'ailleurs qu'on puisse réellement les authentifier, elles n'impliquent aucune liaison opérationnelle, organisationnelle, fonctionnelle entre ces terroristes et les vestiges de l'organisation."

Plus aucune action terroriste dans le monde ne serait donc imputable à Al Qaïda depuis huit ans ; l'organisation ne compterait plus que quelques dizaines d'individus ; et les revendications de Ben Laden au fil des ans ne seraient même pas sûres.

Le journal suisse Le Matin s'est justement ému de ce dernier point, le 25 janvier 2010, dans un article intitulé "Messages de Ben Laden : de l'info très intoxiquée" : "Depuis les attentats du 11 septembre 2001, une soixantaine de messages sont attribués à Oussama ben Laden et sa nébuleuse. Il peut y avoir des années sans aucun signe de vie (2005) et d'autres plus prolixes : sept en 2009, quatre en 2008, cinq en 2007 ou quatre en 2006. Pour la CIA, l'authenticité du premier message audio, justement publié par Al-Jazira le 12 novembre 2002, ne fait aucun doute. Une théorie mise à mal, deux semaines plus tard par les chercheurs de l'Idiap (Institut Dalle Molle d'intelligence artificielle perspective) de Martigny (VS). Avec les conditionnels de rigueur propres aux scientifiques, le message serait celui d'un imposteur. Leurs logiciels démasquent les imitateurs, tout aussi doués soient-ils. « Ils peuvent assez facilement berner l'être humain, mais c'est beaucoup plus difficile de tromper la machine », soulignait, en 2002, le Dr Samy Bengio."

Quant à la quasi disparition d'Al Qaïda, Eric Denécé l'avait déjà soutenue sur AgoraVox il y a un an ; interviewé en janvier 2009, l'ancien officier de renseignement, aujourd'hui directeur du Centre Français de Recherche sur le Renseignement, m'avait indiqué : "Al-Qaïda a été quasiment réduite à néant. Il reste quelques centaines d’hommes. Quant à la structure centrale, qui est apparue à partir de 1989, elle a quasiment disparu. Hormis Ben Laden et Al-Zawahiri, tous les grands leaders ont été arrêtés".

Menace numéro 1

Aux Etats-Unis, en revanche, Al Qaïda n'a pas disparu. C'est à peine quelques jours après la mise au point d'Alain Chouet que Hillary Clinton déclarait qu'Al Qaïda demeurait la "menace principale" pour les Etats-Unis, devant l'Iran. La secrétaire d'Etat américaine ne faisait que reprendre l'analyse faite le 2 février, devant la Commission du renseignement du Sénat, par l'ensemble des représentants du renseignement américain. Dans la liste des menaces qu'ils ont alors dressée, Al Qaïda devance les programmes nucléaires iranien et nord-coréen, les cartels criminels, et l'éventualité d'une faillite économique dans les pays développés durement touchés par la récession.

Le Directeur du Renseignement national, Dennis Blair, interrogé par la présidente de la Commission sur la probabilité d'une tentative d'attaque terroriste aux Etats-Unis dans les six mois à venir, a répondu qu'elle était "certaine". Les quatre autres officiels interrogés de la même manière - Robert Mueller III, directeur du FBI, Leon Panetta, directeur de la CIA, et les officiers supérieurs du renseignement des Départements d'Etat et de la Défense - ont tous produit la même réponse (Washington Post du 3 février 2010, ou vidéo de l'audition). L'attaque pourrait survenir dans un délai de trois à six mois.

Un nouveau 11-Septembre improbable

Mais de quelle ampleur sera l'attaque ? Sur ce point, les avis divergent. "Al Qaïda maintient son intention d'attaquer le pays - de préférence avec une opération de grande envergure qui causerait de nombreuses victimes, nuirait à l'économie américaine, ou les deux", a déclaré Dennis Blair.

De son côté, Leon Panetta a considéré que l'attaque à venir d'Al Qaïda ne s'apparenterait probablement pas à "un nouveau 11-Septembre", mais serait bien plutôt une opération du style "lone wolf" (loup solitaire), nécessitant peu de moyens. A l'image de la tentative d'attentat du jeune Nigérian Omar Farouk Abdulmutallab, qui a voulu faire exploser un avion de ligne reliant Amsterdam et Detroit le 25 décembre dernier. Des agents "propres", ayant peu de contact avec le réseau terroriste, et de ce fait difficiles à pister, auraient déjà été envoyés sur le sol américain, selon le patron de la CIA, pour y porter des attaques de faible envergure. Al Qaïda tenterait aussi d'influencer des extrémistes isolés, natifs des Etats-Unis, pour les pousser à l'action.

Le vice-président Joe Biden a confirmé, jeudi 11 février, face à Larry King, l'appréciation de Panetta : une attaque majeure lui paraît improbable.

 
 

Le MI-5 britannique vient de fournir une indication sur le possible mode opératoire des futures attaques d'Al Qaïda ; l'organisation terroriste s'apprêterait à utiliser une arme révolutionnaire : des implants mammaires ! "Après les ceintures, vestes, slips, voire suppositoires piégés, les kamikazes d'Al-Qaida pourraient utiliser des implants mammaires truffés d'explosifs, s'inquiète le contre-espionnage britannique" (vidéo ici).

Six mois pour stopper Ben Laden

Selon Dennis Blair, Al Qaïda aura l'intention d'attaquer les Etats-Unis tant qu'Oussama Ben Laden et son lieutenant Ayman al-Zawahiri n'auront pas été "tués ou capturés". Il s'agit là, notons-le, d'un revirement complet dans l'analyse des risques. Souvenons-nous en effet de la déclaration, le 9 janvier 2005, d'AB "Buzzy" Krongard, ancien directeur exécutif et numéro 3 de la CIA (2001-2004) dans le London Times ; selon lui, il était préférable que Ben Laden demeure vivant et libre : "Car si quelque chose arrive à Ben Laden, vous pourriez trouver beaucoup de gens rivalisant pour sa position et voulant démontrer à quel point ils sont virils en déclenchant une vague de terreur." Le London Times notait d'ailleurs : "Plusieurs officiels américains ont reconnu en privé qu'il serait mieux de garder Ben Laden cloué à la frontière de l'Afghanistan et du Pakistan plutôt que d'en faire un martyr ou de le traduire en justice. Mais Krongard est la figure la plus haut placée qui reconnaît publiquement que sa capture pourrait s'avérer contre-productive."

Dans ce même article de 2005, Krongard déplorait l'existence de "centaines et centaines de cellules" d'Al Qaïda... à une époque donc où, selon l'ancien chef du service de renseignement de sécurité de la DGSE, Al Qaïda était déjà "morte sur le plan opérationnel".

Déconstruction d'un mythe

Le Français est peut-être plus rigoureux, qui ne travestit pas le nom d'Al Qaïda, pour lui faire désigner des réalités qu'il ne recouvre pas. Revenons, en effet, à l'analyse d'Alain Chouet (que je retranscris ici largement, pour ceux qui préfèrent la lire, plutôt que l'écouter). Elle nous permet de comprendre les dérives auxquelles mène un mauvais usage du terme Al Qaïda, décliné à toutes les sauces. Les médias sont d'ailleurs pointés par l'ancien de la DGSE pour leur colossale responsabilité :

"A force de l'invoquer à tout propos, et souvent hors de propos, dès qu'un acte de violence est commis par un musulman, ou quand un musulman se trouve au mauvais endroit et au mauvais moment, comme dans l'histoire de l'usine AZF à Toulouse, ou même quand il n'y a pas de musulmans du tout, comme les attaques à l'anthrax aux Etats-Unis, à force de l'invoquer en permanence, un certain nombre de médias réducteurs et quelques soi-disant experts de part et d'autre de l'Atlantique ont fini, non pas par la ressuciter, mais par la transformer en une espèce d'Amédée d'Eugène Ionesco, ce mort dont le cadavre ne cesse de grandir et d'occulter la réalité et dont on ne sait pas comment se débarrasser.

L'obstination incantatoire des Occidentaux à invoquer l'organisation mythique qu'on a qualifié d'hyper-terroriste, non pas par ce qu'elle a fait, mais parce qu'elle s'est attaquée à l'hyper-puissance, cette obstination incantatoire a eu très rapidement deux effets tout à fait pervers.

Le premier effet : tout contestataire violent dans le monde musulman, qu'il soit politique ou de droit commun, quelles que soient ses motivations, a vite compris qu'il devait se réclamer de la Qaïda, s'il voulait être pris au sérieux, s'il voulait entourer son action d'une légitimité reconnue par les autres, et s'il voulait donner à son action un retentissement international.

Parallèlement à ça, tous les régimes du monde musulman, et ils ne sont pas tous vertueux, nous le savons, ont bien compris qu'ils avaient tout intérêt à faire passer leurs opposants et leurs contestataires, quels qu'ils soient, pour des membres de l'organisation de Ben Laden, s'ils voulaient pouvoir les réprimer tranquillement, et même, si possible, avec l'assistance des Occidentaux.

D'où une prolifération de Qaïda plus ou moins désignées ou auto-proclamées au Pakistan, en Irak, au Yémen, en Somalie, au Maghreb, ailleurs, Al Qaïda dans la péninsule arabique, etc.

Principal résultat de cette dialectique imbécile, ça a évidemment été de renforcer le mythe d'une Qaïda omniprésente, tapie derrière chaque musulman, prête à l'instrumentaliser pour frapper l'Occident en général, les Etats-Unis bien sûr en particulier, au nom d'on ne sait pas trop quelle perversité."

Bourgeois frustrés

Derrière le mythe d'une Qaïda unifiée, qui fait office de "croque-mitaine", il y a la violence réelle, qui répond à des problématiques hétéroclites selon les zones où elle se déroule, et dont les motifs ne sont pas tant religieux que politiques : "Si la Qaïda n'existe pas, la violence politique islamiste existe, elle, bel et bien. Et l'Occident n'en est qu'une victime indirecte et collatérale. Les idéologues de la violence islamique ne sont pas des fous de Dieu, ce sont des gens qui ont des objectifs précis. Et leur objectif n'est pas d'islamiser le monde, c'est de prendre le pouvoir et les richesses qui y sont liées dans le monde musulman, sans que l'Occident intervienne."

Pour illustrer son propos, Alain Chouet braque son projecteur sur l'Arabie Saoudite, qu'il considère comme "l'épicentre de cette violence islamiste". Selon lui, elle "se trouve dans une situation un peu comparable à celle de la France du premier semestre 1789", avec sa bourgeoisie entrepreneuriale qui aspire au pouvoir, mais se trouve bloquée par une famille royale se réclamant d'un adoubement divin, et bénéficiant de la protection des Etats-Unis, en échange du monopole sur l'exploitation des hydrocarbures. Dans cette théocratie où le pluralisme est interdit, et où l'islam le plus fondamentaliste est imposé, les contestataires n'ont d'autre recours qu'un mélange de violence révolutionnaire et de surenchère fondamentaliste, exercé à l'encontre du pouvoir et de ses protecteurs extérieurs, sans lesquels celui-ci s'effondre. Ainsi retrouve-t-on parmi les activistes islamistes les plus violents un nombre significatifs d'enfants de cette bourgeoisie, privés de tout droit politique, mais pas de moyens financiers, ni même d'idées. Oussama Ben Laden fut l'un d'eux.

Abattre un moustique à la mitrailleuse

"On pourra toujours m'objecter, note Chouet, que puisque la violence jihadiste existe bien et qu'elle se développe à peu près partout suivant les mêmes schémas, peu importe qu'on l'appelle ou non Al Qaïda, qui serait alors l'appellation générique d'une certaine forme de violence intégriste mondialisée." Les Américains ne commettraient qu'une imprécision de langage sans conséquence en parlant à tout bout de champ d'Al Qaïda ? "Le problème, poursuit Chouet, c'est qu'une telle confusion sémantique est à l'origine de toutes les mauvaises réponses et exclut de facto toute solution adaptée au problème."

Citons longuement l'analyse de l'ancien membre de la DGSE, qui se suffit à elle-même :

"Il existe en effet deux façons de passer à la violence terroriste politique : ou bien on constitue un groupe politico-militaire organisé, hiérarchisé, avec un chef, une mission, des moyens, une tactique coordonnée, un agenda précis, des objectifs définis, ça revient à constituer une armée, avec des professionnels de la violence, et à s'engager dans un processus d'affrontement de type militaire. (...) Ou bien on a recours à la technique dite du "lone wolf", du loup solitaire, qui consiste, en gardant un pied dans la légalité, et en en posant un autre dans la transgression, à jouer idéologiquement sur une population sensible, pour inciter les éléments les plus fragiles, les plus motivés, à passer à l'acte de façon individuelle ou groupusculaire, en frappant où ils peuvent, quand ils peuvent, comme ils peuvent, peu importe, pourvu que l'acte porte la signature de la mouvance et s'inscrive dans sa stratégie générale. (...)

C'est à l'évidence suivant le second modèle que fonctionne la violence jihadiste exercée en direction de l'Occident et d'un certain nombre de régimes arabes. Et tous les services de sécurité et de renseignement savent pertinemment qu'on ne s'oppose pas à la technique du "lone wolf" par des moyens militaires, des divisions blindées ou par une inflation de mesures sécuritaires indifférenciées. On s'y oppose par des mesures ciblées, appuyées sur des initiatives politiques, sociales, économiques, éducatives et culturelles, qui visent à assécher le vivier des volontaires potentiels, en les coupant de leurs sponsors idéologiques et financiers. Non seulement rien de sérieux n'a été entrepris pour tenter d'enrayer le substrat financier, et encore moins le substrat idéologique de la violence djihadiste, mais en désignant la Qaïda comme l'ennemi permanent, contre lequel il faut mener une croisade par des voies militaires et sécuritaires totalement inadaptées à sa forme réelle, on a pris une mitrailleuse pour tuer un moustique.

Alors évidemment on a raté le moustique, mais les dégâts collatéraux sont patents, comme on peut le constater au quotidien en Irak, en Afghanistan, en Somalie, au Yémen. Et le premier effet de cette croisade ratée, ça a été d'alimenter le vivier des volontaires, de légitimer cette forme de violence, d'en faire le seul référentiel d'affirmation possible, dans un monde musulman dont l'imaginaire collectif est traumatisé maintenant par une loi universelle des suspects qui pèse sur lui, par des interventions et des occupations militaires massives, interminables et aveugles. Depuis neuf ans, l'Occident frappe sans grand discernement, en Irak, en Afghanistan, dans les zones tribales du Pakistan, en Somalie... en Palestine bien sûr, on se propose maintenant d'intervenir au Yémen, et pourquoi pas, pendant qu'on y est, en Iran. Mais aux yeux des musulmans, Ben Laden court toujours, au nez et à la barbe de la plus puissante armée du monde, et le régime islamiste d'Arabie Saoudite reste sous la protection absolue de l'Amérique.

Alors pour conclure : où en est Al Qaïda ? La Qaïda, elle est morte entre 2002 et 2004. Mais avant de mourir, elle a été engrossée par les erreurs stratégiques de l'Occident et les calculs peu avisés d'un certain nombre de régimes de pays musulmans. Et elle a fait des petits."

Reste à savoir, pour Alain Chouet, si nous ferons avec ces rejetons les mêmes erreurs, en alimentant un cycle indéfini de violence, ou si nous saurons enfin, avec nos partenaires arabes et musulmans, l'enrayer. Reste aussi à savoir s'il sera possible de vaincre les intérêts puissants et multiples à voir perdurer le mythe de la Qaïda, exploité avantageusement depuis 2001 tant par l'administration américaine que par nombre de régimes musulmans et d'activistes révolutionnaires.


Moyenne des avis sur cet article :  4.81/5   (108 votes)




Réagissez à l'article

126 réactions à cet article    


  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 12 février 2010 10:07

    Merci pour cet article qui est avant tout un ENORME MEA CULPA OCCIDENTAL, le complot du 11 de merde accompagnera l’Humanité jusqu’à sa disparition comme le furent les volumineux dinosaures sans cervelles :

    « Plus aucune action terroriste dans le monde ne serait donc imputable à Al Qaïda depuis huit ans »

    Qui réparera toutes les énormités mises sur le compte de la religion ? QUI SONT LES VRAIS TERRORISTES ?

    Mohammed MADJOUR.


    • Taïké Eilée Taïké Eilée 13 février 2010 00:09

      En complément, l’article d’Alain Chouet, dont il est question au début de la vidéo : Afghanistan, le désert des Tartares ?

      "La violence salafiste est le produit de la rencontre entre la volonté de pouvoir des Jamaa Islamiyyah et des Frères Musulmans, la puissance financière de pétromonarchies qui cherchent à asseoir leur légitimité sur le plan religieux par le contrôle de l’Islam dans le monde entier, et des errements de la politique américaine de « containment » de l’URSS puis de l’Iran. Cette violence est mondiale, elle se nourrit de tous les conflits, les haines et les rejets qu’elle suscite. Si l’Afghanistan lui est utile, il ne lui est pas indispensable car peu accessible et excentré par rapport à ses objectifs. La situation afghane est un effet et non une cause de cette violence."


    • Taïké Eilée Taïké Eilée 13 février 2010 23:07

      Mise à jour : Pour plus de précision, j’ai demandé à AgoraVox de changer le titre de l’article. Ce n’est pas la DGSE qui affirme qu’Al Qaïda est morte, mais un de ses anciens responsables. L’avis d’Alain Chouet n’engage pas nécessairement toute la DGSE.


    • La sentinelle La sentinelle 12 février 2010 10:17

      Bonjour

      C’est vieux comme le monde, organiser et maintenir le peuple dans la crainte d’une menace fantôme et en profiter pour faire passer des lois liberticides qui n’auraient jamais vues le jour dans d’autres circonstances.

      Ça permet d’entretenir des peurs et de fédérer un joli troupeau de moutons qui restera bien dans les rangs sous peine de devenir un « mauvais citoyen » ou « politiquement incorrect » et ainsi de pouvoir diaboliser sans risque une ethnie ou une religion.

      La bonne vieille théorie du complot, celle de l’autre, l’étranger, celui qui n’est sur terre que pour venir nous voler et nous tuer. Égorger nos fils et nos compagnes.

      Les traders sont beaucoup moins dangereux, ce sont de bons citoyens bien propre sur eux.

      Vigilance.


      • sentinelle 12 février 2010 11:49

        @ l’auteur

        bonjour tout le monde

        merci pour cet article

        @ la sentinelle

        dites moi l’ami s’il vous manque quelques neuronnes j’en ai en stock, je ne les vend pas je les offre.......j’espere que les lecteur ne vont confondre la matire blanche de votre cervelle, avec la matiere grise qui est la mienne....


      • sentinelle 12 février 2010 12:04

        @ vilistia

        bonjour

        quand je dis qu’ils ont le dos au mur....je suis loin de la realité....


      • La sentinelle La sentinelle 12 février 2010 14:28

        Bonjour

        dites moi l’ami s’il vous manque quelques neuronnes j’en ai en stock, je ne les vend pas je les offre.......j’espere que les lecteur ne vont confondre la matire blanche de votre cervelle, avec la matiere grise qui est la mienne....

        Je prends volontiers les neurones que vous me proposez gratuitement, on en a jamais de trop, ça n’est pas comme les consonnes du même mot. En revanche, je vous propose en échange quelques plantes relaxantes qui vous feront le plus grand bien.

        N’y aurait t’ il pas une confusion avec « sentinelle » pseudo très proche du mien , qui est, je vous le rappelle « LA sentinelle » ? 

        Pour ne pas confondre, c’est facile, sous mon pseudo, il y a une bébête.

        Dans le cas contraire, pourriez vous, s’il vous plait, m’indiquer les raisons de votre attaque aussi subite que surprenante ?

        @ Vilistia ; Bonjour, enchanté, même confusion ?


      • sentinelle 12 février 2010 16:08

        @ l’etroit du bocal konfi...


      • katalizeur 12 février 2010 16:30

        @ sentinelle...

        votre imposture me fait reprendre mon ancien pseudo...


      • La sentinelle La sentinelle 12 février 2010 20:44

        Bonjour

        Pas de problèmes, je suis modo sur d’autres forums et je comprends tres bien cette reaction. Moi même je participe à ce genre de chasse...

        C’est un loup sur la photo, il semble monter la garde, une sentinelle quoi. smiley

        A+


      • katalizeur 12 février 2010 21:10

        @ vilista

        c’est la sentinelle l’imposteur....nouveau venu, qui n’a rien trouvé de mieux que de singer mon pseudo....enfin...c’est la firm qui l’envoie pour créer un peu de desordre...

        mais peu importe mon ancien pseudo katalizeur me va bien aussi... si tu as des info sur l’euro-asie tu sais que je suis preneur.....lol


      • katalizeur 12 février 2010 21:15

        Par La sentinelle (xxx.xxx.xxx.96) 12 février 20:44

        Bonjour

        Pas de problèmes, je suis modo sur d’autres forums et je comprends tres bien cette reaction. Moi même je participe à ce genre de chasse...

        lol l’hopital qui se fout de la charité.....comme tout bon sioniste tu es un pro de l’inversion accusatoire.....c’est toi qui chasse ....pauvre type ..va...


      • La sentinelle La sentinelle 12 février 2010 22:15

        Bonjour

        lol l’hopital qui se fout de la charité.....comme tout bon sioniste tu es un pro de l’inversion accusatoire.....c’est toi qui chasse ....pauvre type ..va...

        Je ne sais pas qui vous êtes, Monsieur, mais je vous conseille vivement de vous rapprocher du corps médical......et le plus vite sera le mieux.

        A+


      • DESPERADO 13 février 2010 14:02

        Un loup qui semble monter la garde ?
        Elle va pas aimer, tu vas avoir des ennuis.


      • La sentinelle La sentinelle 13 février 2010 16:55

        Bonjour

        Qui ne va pas aimer et me faire des ennuis ?

        Je ne comprends pas ce qui se passe ici, vous êtes sûrs de ne pas me confondre avec quelqu’un ?


      • Echo Echo 12 février 2010 10:53

        Al Qaïda n’a jamais existé !!!


        • JET67 JET67 12 février 2010 13:55

          Exact... !

          A part dans « la tête » et les « mains » de ceux qui avaient, et ont toujours, intérêt à faire exister ce « phantôme » !


        • Gonzague Gonzague 12 février 2010 17:13

          « Al Qaïda n’a jamais existé !!! »

          Exact ! Et tous les services de renseignements du monde, de l’ISI (pakistanaise, composée exclusivement de musulmans propices de fait à défendre l’Oumma) à la DST (francaise ayant refusé de participer à la guerre en Irak) en passant par les autres (qui n’ont rien à gagner dans les attaques du 11 septembre), via tous leurs agents serviles et vénaux, ne relatent les activités de ces cellules fantômes que pour permettre aux USA d’exploiter le pétrole irakien.

          La logique est telle que je me demande moi-même pourquoi je la remets en cause.


        • Diva Diva 12 février 2010 19:10

          En effet, ce n’est que le nouveau nom de code pour Lee Harvey Oswald !


        • Philou017 Philou017 13 février 2010 12:37

          Gonzague joue son rôle de désinformation habituel.

          Il sait tres bien à quoi sert le mythe Al Qaida, on lui a expliqué 50 fois. Mais il ressort des arguments à deux balles à tout bout de champ.
          S’il y a une constante chez les anti-complot, c’est bien la mauvaise foi.


        • morice morice 12 février 2010 11:15

          elle n’a jamais existé....


          « Abattre un moustique à la mitrailleuse » 


            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 12 février 2010 17:07
              @ Morice

               Les séries d’articles que vous avez publiées sur Centpapier et Les7duquebec ont été lues par des milliers d’internautes et personne de ne les conteste que quelques trolls insipides dont on oublie vite l’existence. 

              Je regrette que vous ne trouviez pas toujours chez Avox l’oreille réceptive que justifierait l’information souvent précieuse que vous apportez. Cela, toutefois, n’enlève rien à la valeur de l’article de Taize qui, comme d’habitude, est factuel, intéressant... et létal pour les contradicteurs.


               Pierre JC Allard

            • rocla (haddock) rocla (haddock) 12 février 2010 17:12

              Morice le Canada vous ouvre les bras .

              Adieu ..... smiley


            • robespierre55 robespierre55 13 février 2010 09:50

              Exclusif !

              M. Morice aurait fait une annonce exacte ...


            • François M. 17 février 2010 04:26

              Ha ha ! Vous n’êtes pas le seul Morice,

              Bin Laden est mort depuis longtemps et il est bel et bien documenté et incontestable que l’Al Qaïda est une pure création de la CIA, toujours à ce jour, une banque de données de terroristes de service pour les services secrets !

              Mission impossible : attraper le défunt Bin Laden

            • sheeldon 12 février 2010 11:20

              bonjour

              très bon article

              cordialement


              • morice morice 12 février 2010 11:48

                Ce qui ne lasse de surprendre, c’est cette stratégie du lonewolf qui semble qualifier le modus operandi après 2002.


                baratin complet.

              • Philou017 Philou017 12 février 2010 13:36

                Ce qui ne lasse de surprendre, c’est cette stratégie du lonewolf qui semble qualifier le modus operandi après 2002.


                Une théorie qui parait sortie tout droit des cerveaux malades des créateurs de terrorisme du Pentagone.
                C’est comme cela qu’on a recruté un gamin fanatisé au Yémen récemment pour l’envoyer faire le terroriste bidon sur un avion. Moyennant quoi, il a juste réussi à mettre le feu à son pantalon et à être le seul blessé de l’attentat.

                Mais ca permet de justifier aux yeux des gogos (pseudo experts y compris) le trux du Lone Wolf.


              • morice morice 12 février 2010 11:43

                a voir pour s’en convaincre : power of nighmares comme vidéo : sous titré français ici : Al Quaida est un MYTHE entretenu !! 



                Le Pouvoir des Cauchemars - Les Politiques de la Peur

                Dans le passé, les politiques promettaient de créer un monde meilleur. Ils avaient plusieurs moyens d’arriver à cela mais leur pouvoir et leur autorité leur venait des visions optimistes qu’ils offraient à leur peuple. Ces rêves ont échoué et aujourd’hui les peuples ne croient plus dans les idéologies. De plus en plus, les politiques sont vus comme de simple managers de la vie publique. Mais aujourd’hui, ils se sont attribué un nouveau rôle qui restaure leur pouvoir et leur autorité. Au lieu de nous donner du rêve, ils promettent de nous protéger des cauchemars. Ils disent qu’ils nous protègeront des terribles dangers que nous ne pouvons ni voir ni comprendre. Et le plus grand d’entre eux est le terrorisme international ; un sinistre réseau composé de cellules dormantes présentes dans tous les pays du monde. Une menace qu’il nous faut combattre par une Guerre contre la Terreur. Mais cette menace est en grande partie un simple fantasme., exagéré et déformé parles politiciens. Ce n’est qu’une sombre illusion qui s’est répandue et a été acceptée telle quelle par les gouvernements, les services secrets et les médias de masse du monde entier. Cette série de documentaire raconte comment et pourquoi ce fantasme fut créé. Et à qui il profite.
                Au coeur de cette histoire se trouvent 2 groupes ; les néo-conservateurs américains et les islamistes radicaux. Les membres de ces deux groupes étaient des idéalistes dont les idées naquirent de l’échec du rêve libéral de construire un monde meilleur. Tous les deux avaient une explication très similaire pour expliquer cet échec. Ces 2 groupes ont changé le monde mais pas dans le sens qu’ils souhaitaient. Ensemble, ils ont créé la vision de cauchemar actuelle d’une organisation machiavélique secrète qui menace le monde. Un fantasme que les politiques se sont empressés de récupérer quand ils se rendirent comptes qu’il avait pour effet de restaurer leur pouvoir et leur autorité dans un monde désillusionné. Et ceux qui faisaient le plus peur devinrent les plus puissants.

                Cette première partie s’achève au début des années 80, quelques mois avant que la CIA, noyautée par les néo-conservateurs, ne joigne ses forces à celles des combattants de la liberté afghans dont Oussama Ben Laden était alors le chef.



                anglais ici 

                français ici



                • morice morice 12 février 2010 11:47

                  Pour la CIA, l’authenticité du premier message audio, justement publié par Al-Jazira le 12 novembre 2002, ne fait aucun doute. Une théorie mise à mal, deux semaines plus tard par les chercheurs de l’Idiap (Institut Dalle Molle d’intelligence artificielle perspective) de Martigny (VS). Avec les conditionnels de rigueur propres aux scientifiques, le message serait celui d’un imposteur. Leurs logiciels démasquent les imitateurs, tout aussi doués soient-ils. « Ils peuvent assez facilement berner l’être humain, mais c’est beaucoup plus difficile de tromper la machine », soulignait, en 2002, le Dr Samy Bengio."



                  j’ai TOUT DECRIT ICI : jamais sorti chez Agoravox !



                  POURQUOI DONC ? Car je CITE des gens que des rédacteurs ici protègent ?
                  c’est malin de sortir un papier qui dit la même chose 3 mois après, c’est malin !



                  • oeil-de-lynx oeil-de-lynx 12 février 2010 17:30

                    J’ai bien apprécié les articles de Morice sur le Pirates de Somali, publiés aussi ailleurs AVANT que le scandale n’éclate. Comme dit Allard, ça n’enlève rien au mérite de Taizé Eilée. Il est regrettable que les vendettas trop fréquentes sur agoravox impliquent des gens qui n’y sont pour rien


                  • le naif le naif 12 février 2010 12:10

                    @ L’auteur

                    Merci pour cet excellent article, qui ne fait que confirmer ce que beaucoup subodoraient intuitivement. Malheureusement, je pense que les médias persisteront tout de même à évoquer Al Quaida à la moindre explosion, le raccourci est si pratique et surtout si économique, nulles enquêtes sérieuses requises, un simple nom et tout est dit, c’est bien pratique !!!

                    Concernant une attaque sur le sol américain ou ailleurs, je ne serais pas étonné qu’elle se produise en effet dans les six mois ( ce qui reste comme temps avant que l’économie s’effondre un bon coup selon certains analystes ) mais encore faudrait-il qu’elle soit tout de même d’une certaine ampleur pour justifier (et exonérer politiques et financiers) d’un effondrement économique et mettre en places les dernières mesures attentatoires aux libertés individuelles.....


                    • Jojo 12 février 2010 12:12

                      Bonjour et merci pour l’article.


                      Etonnant tout de même que personne ne lui ait demandé ce qu’il pensait du redéploiement (en apparence) d’Al-Qaida. Je pense notamment à des groupuscules comme le GSPC algérien et du fait qu’il ait du jour au lendemain décidé de s’appeler Al-Qaida Maghreb.

                      Mais ça a peut être été le cas ?


                      • Alain Jean-Mairet 12 février 2010 12:15

                        Al Qaïda, c’est un peu comme la forêt tropicale. Si on la définit en fonction de ses composants fixes d’autrefois, elle n’en finit pas de mourir. En revanche, si on la définit par les composants qui présentent des caractéristiques similaires, elle se porte tout de suite beaucoup mieux.


                        • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 12 février 2010 12:15

                          On remarquera tout de même que même la DGSE admet qu’il existe encore un noyeau dur d’au moins 50 personnes, ce qui implique qu’Al Quaida existe toujours même si elle a plus de mal à préparer des attentats.


                          • Jojo 12 février 2010 12:26

                            Mouais sauf qu’entre « seconds couteaux » utilisée par la DGSE et « noyau dur » par votre seigneurie, il y a un monde


                          • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 12 février 2010 12:33

                            Dans le même ordre d’idée, la branche armée de l’ETA ne doit pas comporter plus de 50 membres qui sont en outre des seconds voir des troisièmes couteaux vu le taux de rotation des effectifs ...

                            Le gouvernement Espagnol ne les prend pas à la légère pour autant ...


                          • Gonzague Gonzague 12 février 2010 14:57

                            sans parler des RAF de la belle époque


                          • toug toug 12 février 2010 12:24

                            Moi je vais plus loin que Chouet, Al quaida et Ben laden n’ont jamais cesser de travailler pour le compte de la CIA, ils sont financé, aidé soigné par les américains depuis le début (Episode de Tonton Ben soigner à l’Hôpital américain de Dubaï deux mois avant les attentats du 11 septembre, sympa les ricains ! ) ..
                            Et minimum jusqu’au 11 septembre ! ( selon la Whistleblower Sibel Edmonds )... La CIA utilise ce groupe de djihadistes justement pour déstabilisé les pays dont ils convoitent les ressources après les et ainsi pouvoir intervenir directement en utilisant « leur combat contre la terreur » « ceux qui ne sont pas avec nous sont contre nous » « bla bla bla », stratégie et scénario de la CIA élaborée il y a de nombreuses années au temps de la guerre froide... Ben Laden est une sorte d’agent double, comme la CIA en forme des centaines partout dans le monde, rien d’inhabituel la dedans à part pour les naïfs ou les ignorants... ( D’ailleurs il arrive que leur agent double islamiste se retourne contre eux comme cette Agent double de nationalité jordanienne, Balawi qui a tué Sept agents américains de la CIA dans son attentas suicide, juste retour de baton... ) mais chuuutttt laissons nous berner par nos élites dégénérés, tout ca n’est qu’une gigantesque partie d’échec et que des civils innocent crève dans ce jeux de l’empire, c’est pas grave puisque c’est les américains ! Hollywood ! les gentils ! Obama Yes we can !( tuer des innocents )...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Taïké Eilée

Taïké Eilée
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès