Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Ankara-Gaza-Brasilia

Ankara-Gaza-Brasilia

« Israël a déjà perdu la bataille des opinions  » déplore le quotidien israélien Maariv. En vérité, la première vague d’émotion passée lundi 31 mai, la reprise en mains des médias ne s’est pas faite attendre, elle a même été particulièrement rapide en France. Car le début d’incendie médiatique qui s’était déclaré à l’annonce de l’abordage nocturne en haute mer des six bateaux d’un convoi humanitaire turc destiné à la bande de Gaza (soumise à un hermétique blocus de la part de l’État hébreu), a été immédiatement enseveli sous des tonnes de sable dormitif.
 
Dès mardi, si nous prenons la France pour exemple, la tendance commence à être renversée dans l’opinion et l’incident est relativisé. Ainsi le président de là République française « condamne l’usage disproportionné de la force », ne rejetant par conséquent que le caractère « disproportionné » et non le recours à la force elle-même, autant dire, un acquiescement… Le même soir, l’émission satirique « Les guignols de l’info  », sous les dehors d’une critique assassine, se concluait en ces termes (dialogue entre le présentateur Poivre et le Premier ministre hébreu) : Poivre « vous n’êtes pas un peu paranoïaque ? » - Netanyahou « Oui, comme un juif entouré d’arabes qui le détestent ». Une façon assez subtile de dire que, finalement, bien entendu, le gouvernement israélien a mal agi mais qu’il a peut-être une excuse absolutoire, Israël étant assiégé de tant d’ennemis acharnés. C’est pour sûr omettre la question fondamentale de savoir pourquoi ce petit État (et grand perturbateur de l’ordre international) a le rare privilège de susciter autant de désaveux ? 
 
Mais toute l’affaire n’est-elle pas une sorte d’illusion d’optique ? Si l’on interroge M. Toutle monde, il y a de fortes chances pour que celui-ci n’ait retenu qu’une seule « idée » échappée du jet de vapeur médiatique, à savoir que la flottille humanitaire était en fin de compte un convoi terroriste abritant des djihadistes. Pieusement la presse reprend les allégations selon lesquelles le convoi humanitaire n’aurait été qu’une entreprise dirigée en sous-main par…Al Qaïda ! [voir le « carton » ci-dessous] Le mot magique étant lâché, la fermeture des esprits est immédiate, et comme le dit si bien Iago (dans Othello), soigneusement instillé un petit doute devient aussitôt immense. La cause est entendue, les torts étant partagés, Israël dispose du droit (légitime) de se défendre. Parce que dans l’imaginaire collectif, la légitime défense, même si elle conduit à un acte de brigandage particulièrement odieux, prime sur toutes autres considérations, fussent-elles de droit international.
 
Pour ce qui est des médias américains et britanniques l’affaire est un non-événement  : pour s’en convaincre il suffit d’aller sur CNN ou la BBC, chaînes sur lesquelles le Golfe du Mexique et accessoirement le golfe (le jeu) occupent les premières places dans les reportages. Il est vrai qu’il est apparemment tout aussi difficile de colmater le puits en éruption au large de la Louisiane que de parvenir à un règlement équitable du contentieux endémique israélo-arabe.
 
Seuls les Turcs et leur gouvernement, au troisième jour après l’incident, restent sur la lancée de leur indignation. Laquelle cristallise et condense un fort ressentiment sourdement accumulé au long des ces dernières années. Défiance qui s’accroît au fil des ans, au fur et à mesure que l’AKP (Parti pour la Justice et le Développement au pouvoir en Turquie depuis 2002) renforce sa base populaire islamique au détriment de l’armée kémaliste, alliée stratégique de l’État hébreu.
 
Aussi, lorsqu’en France le journal officiel « Le monde » titre « Triple fiasco pour les Israéliens », il montre soit la plus totale absence de recul de la part des plumitifs de service, soit une myopie intellectuelle aggravée, soit peut-être une certaine forme de collusion dans la désinformation volontaire. En effet l’opération contre le bâtiment humanitaire turc « Marmara » a été de toute évidence mûrement réfléchie et magistralement exécutée. L’opération dans son ensemble est un indéniable succès dès lors qu’on en aperçoit les buts et les motivations véritables…
 
Donc quels étaient les réels objectifs israéliens en lançant cette opération qu’ils savaient à l’avance nuisible à leur image de marque en Europe et dans le monde musulman, mais pas en Amérique du Nord et dans le monde anglo-saxon ?
 
En premier lieu il s’agissait d’envoyer un signal fort à la Communauté des Nations (États-Unis compris), qui vient de commettre un insupportable crime de lèse impunité à l’égard de Tel-Aviv en recommandant, dans le rapport final de la Conférence d’examen du TNP le 28 mai (Traité de Non-Prolifération qu’Israël n’a pas signé), une dénucléarisation générale du Proche-Orient et la ratification par la Knesset de cet indispensable Traité de bonne conduite internationale. Message clair de la part de Tel-aviv signifiant que la souveraineté en matière de « sécurité » israélienne s’applique partout, toujours, envers et contre tous.
 
Notons à ce propos, que si le Premier ministre Netanyahou a officiellement décidé d’annuler la visite prévue à la Maison Blanche en raison l’affaire du Marmara, il a en réalité choisi ce prétexte pour marquer son dépit et sa mauvaise humeur « après la trahison d’Obama à l’égard d’Israël et son appui à d’éventuelles inspections des sites nucléaires israéliens » comme le député israélien ultra, Aryeh Eldad, le pressait de le faire. Une position partagée quasi unanimement en Israël où tous, société civile et personnalités publiques, considèrent le vote américain en faveur d’un contrôle international sur les sites israéliens atomiques du Néguev comme une véritable « insulte » voire comme une provocation.
 
Second message, à l’attention d’Ankara celui-là, et visant à punir le gouvernement turc pour s’être immiscé dans le dossier iranien et pour avoir affaibli par l’accord tripartite signé le 17 mai à Téhéran [voir analyse infra] les mécanismes de contention mis en place pour asphyxier l’Iran… une crémaillère des sanctions concoctée et orchestrée par la diplomatie anglo-américaine sous le regard bienveillant des Likoudniki de Washington (les néoconservateurs) et de Tel-Aviv. Subsidiairement, comme le souligne « Voltaire.org », il s’agit d’exacerber les tensions existantes entre le haut commandement kémaliste, laïque, nationaliste pantouranien et le pouvoir civil d’obédience islamique. Gardons en mémoire que la Turquie est un pays où les « coups » militaires sont une tradition (pas moins de quatre entre 1961 et 1998)… En 2003, quarante neuf officiers turcs officiers auraient de cette manière préparé, sous l’appellation « Marteau de forgeron », le renversement du Premier ministre Recep Erdogan et de son parti l’AKP.
 
Dans ce contexte de dégradation sensible des relations entre les deux capitales et de tensions persistantes entre le gouvernement civil turc et l’État profond (le pouvoir armé garant de la doctrine kémaliste contre islamique), l’initiative d’une flottille humanitaire était une occasion rêvée d’envoyer un sévère avertissement à Ankara (sous forme d’une action vengeresse). Ankara dont l’active diplomatie régionale a, par ailleurs, depuis quelques années, amorcé un rapprochement simultané avec deux anciens adversaires de longue date, Damas et Téhéran, tous deux opposants radicaux à la politique israélienne d’hégémonie régionale.
 
Enfin, troisième volet de l’opération contre la flottille de la Paix, l’assassinat ciblé, sous couvert d’une tuerie, d’un Israélo-palestinien, Raëd Salah, plusieurs fois emprisonné et cette fois-ci blessé d’une balle dans la tête. Un prédicateur acharné de la défense de la Mosquée Al-Aqsa, laquelle est, avec le Dôme du Rocher, le fleuron du Mont du Temple, troisième lieu saint de l’Islam… l’Esplanade des mosquées étant à l’heure actuelle, sans doute le lieu le plus disputé au monde.
 
Raëd Salah, s’il survit à sa blessure sera, de toute façon hors d’état de nuire aux intérêts israéliens. Ainsi, derrière l’apparente stupidité de commandos à la détente chatouilleuse, la tuerie qui a suivi n’était pas un simple dérapage mais une action de couverture pour un crime prémédité. Ceci ne relevant pas d’une quelconque extrapolation, car qui pourra croire qu’une unité d’élite (sortie du même moule que celle qui accomplit le légendaire raid d’Entebbe) puisse effectuer des tirs dans la tête autrement que pour tuer (et non pas pour neutraliser) ?
 
Au-delà du cynisme des autorités de Tel-Aviv, par-delà leur art consommé de la tromperie, en dépit du chœur des pleureuses de la presse israélienne qui se lamente sur l’honneur perdu de Tsahal, le devoir de tout observateur lucide et honnête de la chose internationale, est de dire que la démonstration de force de l’État hébreu est un « succès ». Et il faut certainement s’attendre à d’autres manifestations de son ire car les hommes de fer qui le dirigent, n’accepteront pas que la politique israélienne (laquelle associe in fine la droite religieuse, les likoudistes et la gauche travailliste) puisse être désavouée de quelque façon que ce soit par quelqu’État que ce soit.
 
Il faut donc tempérer l’optimisme de ceux qui crient victoire, pensant que l’État hébreu s’est - avec une bavure de trop - définitivement plombé. Le proche avenir devrait, en toute logique, démentir, cette prévision bien prématurée. Certains ont cru à un dérapage incontrôlé de l’hybris israélien (son absence de mesure), alors que tout indique au contraire que cette opération (même si elle est allée un peu loin) est à l’arrivée un franc succès, en particulier auprès de ceux qui sont capables de décrypter les messages. Après tout la crispation internationale n’est-elle pas montée de quelques degrés ? Et n’est-ce pas ce que veulent ceux qui souhaitent voir le monde entrer en guerre ?
 
Il existe à ce propos un précédent et de taille. Ignoré des Européens, la mémoire en restée vive chez les vétérans de la Marine des États-Unis. Il s’agit du lamentable épisode de l’USS Liberty qui le 8 juin 1967, lors de la guerre des Six jours, fut l’objet d’attaques, par mer et par air, pendant plusieurs heures de la part de l’armée israélienne, cela sans que les bâtiments américains croisant à proximité n’interviennent. Un bilan lourd, 34 morts, 171 blessés, une plaie loin d’être refermée chez les militaires américains. Apparemment le « message » avait été entendu à Washington qui s’était contentée à l’époque d’une poignée de plates excuses…
 
Tous les analystes craignent à présent que des « provocations » (telles ces rencontres fâcheuses, faussement fortuites, entre des intercepteurs rapides lourdement armés et une flottille de pacifistes non-violents) ne servent à un moment ou à un autre de déclencheur à un affrontement direct ave l’Iran.
 
Car comment ne pas imaginer qu’en semant le vent, Tel-Aviv n’espère récolter la tempête ? C’est un jeu dangereux certes, à double tranchant, car si demain - comme Ankara en aurait annoncé l’intention - un second convoi humanitaire était envoyé pour forcer le blocus (illégal) de Gaza, mais cette fois en le faisant encadrer par des bâtiments de guerre, qui nous dit que, dans ce cas, la situation ne dégénéra pas ? Israël est-elle prête à utiliser son arsenal nucléaire contre un membre de l’Otan ? Hypothèse irréaliste, mais un regain de tension régional qui s’insère en bonne place sur cet arc de crise qui, partant de la Corée du Nord, s’arrête à la Méditerranée orientale, est un élément à ne pas négliger en ce qu’il peut participer d’une réaction en chaîne. Un arc de crise où la montée des tensions est désormais régulière…
 
2 juin 2010
 
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.47/5   (76 votes)




Réagissez à l'article

91 réactions à cet article    


  • DESPERADO 5 juin 2010 09:58

    Jules jim,jacob,moshé ou autre

    Il serait temps d’aller vous faire opérer du caillot que vous avez dans le cervelet.


  • Leila Leila 4 juin 2010 11:23

    @l’auteur

    C’est inquiétant ce que vous écrivez. La Maison-Blanche aura-t-elle la même attitude complice qu’en 1967 ?

    • Shaytan666 Shaytan666 4 juin 2010 11:30

      Que voulez vous dire par là ? En 1967, c’était une guerre préventive uniquement provoquée par Nasser !


    • Free Palestine Free Palestine 4 juin 2010 11:56

      @Shaytan
      désinformation typique du sionisme criminel ,Israël a prétexté la fermeture du détroit de Tiran par Nasser pour mettre en exécution son plan d’attaque.

      Chacun des protagonistes a renvoyé sur les autres, à l’époque, la responsabilité du déclenchement du conflit, les médias occidentaux - et notamment français - prenant alors fait et cause pour Israël face aux Arabes, comme pour David face à Goliath. La guerre de 1967 fut même présentée comme l’enchaînement d’une agression égyptienne et d’une foudroyante riposte israélienne. Aujourd’hui cette thèse n’est plus guère défendue. Des responsables israéliens de l’époque ont d’ailleurs, entre-temps, rectifié les versions de propagande données alors. Ainsi, le général Itzhak Rabin, qui était chef d’état-major de l’armée de l’époque : " Je ne pense pas que Nasser voulait la guerre. Les deux divisions qu’il envoya dans le Sinaï, le 14 mai, n’auraient pas suffi pour lancer une offensive contre Israël. Il le savait et nous le savions. « De même, le général Matityahou Peled : » La thèse selon laquelle le génocide était suspendu sur nos têtes en juin 1967, et qu’Israël combattait pour son existence physique, n’était qu’un bluff. "

      Les hostilités se déclenchent, en revanche, au terme d’une réelle et inquiétante montée des tensions, où chacun redoute les intentions de l’autre. Le climat est plutôt calme lorsqu’en 1963 Israël décide de détourner unilatéralement les eaux du Jourdain. Riposte arabe, en janvier 1964 : le sommet du Caire entreprend, lui aussi, de détourner deux ou trois affluents du Jourdain ; parallèlement, il donne jour à l’Organisation de libération de la Palestine, qui se constituera effectivement en mai à Jérusalem, sous la présidence d’Ahmed Choukeyri. Janvier 1965 : le Fath envoie ses premiers commandos armés en Israël, via les lignes jordaniennes, mais avec l’aide syrienne. Israël réagit par des raids de représailles, contre les chantiers arabes de détournement du Jourdain, et contre les pays d’origine des infiltrations des hommes de Yasser Arafat. L’état-major prépare surtout - selon l’Égypte et la Syrie qui s’en inquiètent publiquement en avril - une opération d’envergure contre les pays arabes. L’inquiétude s’accroît le 15 mai 1967, avec le défilé militaire israélien à Jérusalem, contraire aux armistices. Alors Le Caire place, le 17, ses troupes en état d’alerte et, le 18, réclame le retrait des observateurs des Nations unies de Charm Al Cheik et de Gaza, dont les troupes égyptiennes prennent possession le 21. Le lendemain, le golfe d’Akaba est fermé aux bateaux israéliens ou transportant des matériaux stratégiques pour Israël. À Jérusalem, où Menahem Begin entre pour la première fois au gouvernement, on considère comme un casus belli le ralliement au pacte militaire égypto-syrien de la Jordanie (le 31 mai) et de l’Irak (le 4 juin).

      L’« encerclement » ainsi parachevé entraîne, dès le lendemain, une attaque fulgurante : une fois l’aviation arabe anéantie (en une matinée), les troupes israéliennes s’emparent, en six jours, du Sinaï égyptien, de la Cisjordanie jordanienne et - au prix d’un refus, deux jours durant, du cessez-le-feu décrété par l’ONU et accepté par les belligérants arabes - du plateau syrien du Golan. Au bout de cinq mois de tractations, les Nations unies, avec la résolution 242 (voir annexe) du Conseil de sécurité, affirment la nécessité d’un retrait d’Israël des territoires arabes qu’il occupe, en échange de : la cessation de l’état de belligérance, la reconnaissance de tous les États de la région, la libre navigation sur le canal de Suez et dans le golfe d’Akaba ainsi que la création de zones démilitarisées.s


    • Shaytan666 Shaytan666 4 juin 2010 14:01

      Free palestine, ce que je vous reproche à vous et à vos petits camarades, c’est de ne JAMAIS reconnaitre les erreurs des pays arabes et de ne jamais admettre qu’ils n’étaient absolument pas pour la création d’un État palestinien mais que leurs préoccupations étaient uniquement de récupérer les territoires dont ils avaient été privé par la résolution 181.
      Êtes vous si naïf que pour croire que en 1973 lors de la guerre du Kipour, la victoire de la coalition arabe aurait vu de facto la création d’un État palestinien.
      Remember septembre noir et le massacres de milliers de Palestiniens par les bédouins jordaniens et à l’époque la Jordanie était toujours en guerre avec Israël.


    • marc 4 juin 2010 22:34

      En 1967, c’était une guerre préventive uniquement provoquée par Nasser !

      Quelle phrase grotesque !
      G
      uerre préventive , c’est à dire lancée par Israel mais c’est Nasser qui est responsable ; c’est la même chose dans les meurtres récents sur la flottille de gaza : On tue autant de gens que l’on estime pouvoir le faire sans provoquer trop de réactions et l’on accuse les victimes d’être responsables : certaines se seraient même défen dues avec des bâtons alors qu’elles étaient attaquées par des troupes surarmées en pleine nuit dans les eaux internationales, figurez-vous !! quelle audace !!
      Les israeliens sont toujours les pauvres victimes ( et puis ils ont tous les droits, ils descendent des victimes de la Shoah, cela excuse tout !!)


    • Free Palestine Free Palestine 4 juin 2010 12:34

      Il faut attendre la coupe du monde pendant que les gueux auront les yeux fixés sur l’Afrique du Sud, ce sera surement le moment pour Israël et ses compagnons de route occidentaux de déclencher une opération de grande envergure.


      • furio furio 4 juin 2010 12:40

        Continuer le blocus sur GAZA alors que le pays est rasé !! C’est tout simplement pour continuer à camoufler le génocide du peuple de GAZA perpétré par les troupes israélites pendant les 3 semaines de bombardement qui ont fait un carnage peut-être MILLE fois plus important que les 1400 morts recensés !! Voila l’horrible vérité de la persécution des palestiniens dont un jour israël et ses dirigeant facistes devront rendre des comptes.


        • morice morice 4 juin 2010 13:27

          shawford, arrêtez vous aller me faire rire :

          « Disons »..... Objectif :

          « Comment ramasser vos haricots sous Pétain »

          le retour des doryphores, vous voulez dire...




        • Le Gros Caillou Le Gros Caillou 4 juin 2010 13:14

          Très bonne analyse jean-Michel Vernochet !

          Ce que retiendront les livres d’histoire :

          Incident devant Gaza, une réaction disproportionnée :

          Une flotille pro-palestinienne armée de cuter, couteaux et de lance-pierre défie la puissance nucléaire israélienne dans les eaux internationales.
          Auto-défense d’Israël et abordage - 9 morts par balles et 30 blessés parmi les équipages.

          J’espère que je suis le plus factuel possible et que je contente par la même nos amis de la surveillance sioniste ou assimilés...


          • morice morice 4 juin 2010 13:24

            des cutters pour attaquer un pays ?


            étrange rappel ....

          • Le Gros Caillou Le Gros Caillou 4 juin 2010 13:34

            La thèse officielle ne pourra jamais être contredite sous peine d’antisémitisation et de négationnisation immédiate...

            ....un autre rappel...


          • dom y loulou dom 4 juin 2010 13:57

            le gros caillou... brrrdl... vous avez oublié la diabolisation et le révisionisme malheureux !!!  ;)


          • DESPERADO 8 juin 2010 12:09

            Du révisionisme oui, mais en temps réel



          • paul mohad dhib 4 juin 2010 13:18

            que des journaux propagandistes fassent de la propagande ,bon c’est logique..
            qu’ils soient achetés, lus et crus la c’est autre chose, un cote « comique » dramatique est que certains payent pour se laisser conditionner...l’autre jours une personne m’a dit ,je m’informe je lis le télégramme de Brest...
            je me suis dit : ce gars , il communique avec Dieu sûrement....
            le drame est autant du cote des assassins que des passifs, qui acceptent tout, vraiment tout ,en échange d’un travail éventuel, non créatif, monotone, répétitif, dans une ambiance de merde, pour un salaire dont le financier aura prélevé sa part maximum....tout cela pour acheter de la nourriture, pour louer ou acheter un abris, acheter des vêtements mode venant de chine ou de mars..alors que localement , si ces cons coopéraient volontairement sur des projets locaux de production des biens indispensables, argent, chef ,boulots ,débiles, meurtres a grande échelles, corruption etc etc...pourraient un jours disparaître.....
            la responsabilité est bcp plus globale qu’on veut croire, elle est commune, un couple sado-maso dans toute son horreur, voila ou nous sommes rendus....
            l’origine est en nous, ca vient de notre ego, outil binaire de survie, pourquoi ?
            les techniques de survie ont besoin de mémoriser des expériences, par accumulation ca produit de + en + de techniques diverses et variées , dérivées de ce programme binaire de conclusion/opinion, oui/non ou encore je garde / je jette, ce programme a un intérêt dans ce domaine des techniques,et sciences uniquement, il est aussi le destructeur, en sortant de son rôle...
            c’est dans la connaissance de cela que un humain , plusieurs ou tous, pourront sortir de la souffrance psychologique que les religions nous disent d’accepter, pour le bien des puissants évidemment...
            j’expérimente ce que je dis, il y a en nous une capacité qui n’est pas binaire, qui n’est pas dans le champs des techniques, elle ne peut être que dans le présent renouvelle d’instant en instant....elle est le contrôleur de cet ego dément, qui n’est pas fait pour fonctionner tout seul..
            il y a un mais ici...je peux dire cela, éventuellement en savoir plus parce que je vois de + en + en moi même, ceci ne peut s’enseigner, il restera un chemin ou pas pour chaque individu..on peut l’évoquer comme pour provoquer éventuellement un intérêt fort sur ce sujet.....
            toute analyse est vouée a l’échec, c’est une conclusion terrible, et en même temps...chaque génération refait la même chose que la précédente, normal, l’école reproduit le système, et l’histoire ne sert a rien..c.le sujet est la, regarder en face, sans fuir ce qui est....notre cerveau binaire /ego lui vit dans ce qu’il veut, il n’est pas vivant.......le drame est la.....on parle de liberté et nous sommes prisonniers d’un connard de programme automatique a la con, qui est paradoxlement indispensable pour la survie.....


            • morice morice 4 juin 2010 13:23

              Raëd Salah, s’il survit à sa blessure sera, de toute façon hors d’état de nuire aux intérêts israéliens. Ainsi, derrière l’apparente stupidité de commandos à la détente chatouilleuse, la tuerie qui a suivi n’était pas un simple dérapage mais une action de couverture pour un crime prémédité. Ceci ne relevant pas d’une quelconque extrapolation, car qui pourra croire qu’une unité d’élite (sortie du même moule que celle qui accomplit le légendaire raid d’Entebbe) puisse effectuer des tirs dans la tête autrement que pour tuer (et non pas pour neutraliser) ?
               

              un assassinat ciblé sans drone et sans Apache ???

              • slipenfer 4 juin 2010 13:58

                JULES 
                SLT c ’est l ’Heure : Lien


              • dom y loulou dom 4 juin 2010 13:51

                « vous êtes prié de me la donner »

                quoi donc Vilistia ?


              • dom y loulou dom 4 juin 2010 13:49


                que voulez-vous auteur... 

                il est sans doute plus grisant de se mirer en David ingénieux à la fronde, plutôt qu’en gros con de Goliath aux 5000 têtes nucléaires...  smiley


                • Den 4 juin 2010 14:03

                  « non-violence »

                  j’essaye depuis plusieurs jours de m’imaginer Gandhi avec une barre de fer balançant un adversaire par dessus bord.....j’ai du mal..


                  • Captain Zeupa 5 juin 2010 11:16

                    Bien dit, Den ! smiley


                  • DESPERADO 11 juin 2010 11:14

                    Tu as du mal, ça se lit.

                    Bon eh ben apprends ceci
                    Gandhi disait toujours préférer la non violence à la violence
                    Mais il disait également qu’il préférait la violence à la lâcheté.
                    Ne citez pâs Gandhi , il était profondément anti-sioniste.
                    Si Gandhi était vivant il répèterait ceci :

                  • DESPERADO 11 juin 2010 11:14

                    HI HAN, HI HAN, HI HAN........


                  • dom y loulou dom 4 juin 2010 14:30

                    vilistia

                    pas faux... quoique je voie pas vraiment le rapport


                    mais où est donc passé l’article sur le grand BHL ?

                    la censure en plein midi c’est quand mêm un peu gros... comme Goliath


                    • Triodus Triodus 4 juin 2010 15:04

                      Mwouais... c’est du registre des blagues de Bula..


                    • Triodus Triodus 4 juin 2010 15:11

                      Non, Bula, le personnage récurrent dans des blagues roumaines de l’époque Ceaucescu..


                    • Triodus Triodus 4 juin 2010 15:32

                      Oui, ma famille avons des amis proches en Roumanie depuis bientot un demi-siècle, et j’ai également eu la chance de collaborer avec une physicienne venue de Bucarest.

                      Je me suis toujours bien entendu avec les Roumains/Roumaines que j’ai rencontré et ai particulièrement été surpris par leur niveau de culture et d’éducation, même sous Ceaucescu.

                      Pour en revenir à Bula, les blagues étaient généralement, comment dire, un peu « étranges » vu d’ici (en Suisse on dit une blague « plate »), mais certains disent qu’elles émanaient de la Securitate, ceci pouvant expliquer celà..

                      Cdt,
                      T.


                    • Triodus Triodus 4 juin 2010 15:49

                      << C’est qui bula dans l’imaginaire roumain ? >>

                      Je sais pas, j’en ai jamais discuté avec eux , mais connaissant leur gôut pour l’auto-dérision, je dirais que ce personnage représente la part résignée du citoyen lambda à sa soumission envers la dictature de cette époque..


                    • Triodus Triodus 4 juin 2010 15:59

                      Oui, le roumain est une langue latine, beauoup de roumains parlent français et connaissent la culture française, notre littérature.

                      Quand à savoir si ils sont amis avec la France ou l’Italie, j’en sais foutre rien, par contre l’amalgame fréquent Roumains/Roms ne leur est pas toujours favorable..


                    • Triodus Triodus 4 juin 2010 16:10

                      << Vous êtes de la Suisse Romande ? >>

                      Oui, de Genève.

                      En effet, nous avons 1 état fédéral, 23 cantons, 4 langues officielles (!). On est plein de grands, de petits, de maigres, de gros, de verts, de bleus, de laics et de religieux, le tout marche pas trop mal, y compris le mélange de cultures latines et germaniques. Certes on se saute pas dans les bras les uns les autres, mais on arrive à bosser ensemble et faire tourner le même pays. C’est déjà beaucoup aux yeux de ce qui coince ailleurs..


                    • Triodus Triodus 4 juin 2010 16:24

                      Ah, l’armée, le citoyen-soldat, les montagnes truffées de canons, de fromages et de lingots !

                      Y’a du vrai et du faux :

                      L’ armée, jusqu’a la fin des années 80, fallait en effet pas trop venir la chatouiller. Chaque citoyen était un vrai combattant, bien formé, équipé, armes et munitions prêtes au combat à la maison, ré-entraîné chaque année durant presque toute sa vie, et un temps de mobilisation très court.

                      Aujourd’hui, ce qui me ferait plus souci c’est le côté « ventre mou » des citoyens (j’ai vu ça avec les jeunes appelés - « recrues » en bon romand -) qui ne supportent plus le moindre effort, la moindre contrainte pour réussir à atteindre collectivement un but. Mais ça, ça se voit aussi hors des casernes.


                    • Triodus Triodus 4 juin 2010 16:32

                      << c’est plus facile, vous n’êtes que 7 millions >>

                      Pas sûr que ce soit qu’une histoire de nombre : Si on est ne serait-ce que deux personnes et qu’on y mette pas un peu chacun du sien, ça ne fonctionnera jamais.

                      On a simplement ENVIE de fonctionner ensemble, même si ça demande quelques efforts et concessions.

                      Mais c’est normal, on a rien sans rien, non ?


                    • Triodus Triodus 4 juin 2010 16:41

                      << Vous seriez, vous aussi atteint de la maladie " société de consommation >>

                      Non, plutot celle de la modération..


                    • Triodus Triodus 4 juin 2010 17:18

                      Des frictions frontatlers/suisses ?

                      Bien sûr que oui ! La aussi les éternels râleurs jamais contents :

                      Certains suisses : « Les frontaliers ? Ils nous piquent notre boulot »
                      Certains français : « Les suisses ? Ils font exploser le prix de l’immobilier chez nous »

                      Perso, oui, bien sûr que je suis en concurrence avec des français prêts à accepter un salaire moins élevé que le mien. D’un autre côté, si il n’y avait pas l’ouverture sur la france, ce que je toucherais en salaire supplémentaire, je le payerais en coût de logement encore plus élevé.


                    • Triodus Triodus 4 juin 2010 21:34

                      C’est vrai que c’est parfois un peu spécial les mentalités en Suisse..

                      Bonne soirée

                      Cordialement,
                      T.

                      PS : On dit bien lac Léman et non lac de Genève, vous avez raison.


                    • pallas 4 juin 2010 14:40

                      Free Palestine,

                      Il faut penser en Meta Communication et uniquement comme sa.

                      La religion, n’est qu’un moyen et non une fin en soit.

                      Le cas Israel n’est qu’un moyen et non une fin en soit.

                      Les Turcs, la Turquie qu’elle est son histoire ?.

                      Autrefois celui de l’Empire Byzantin, et ensuite devenu l’Empire Ottoman, la Ville Constantinople ou Istanbul, reste le centre, la même ville, juste le nom change.

                      La population de la Turquie sont en grande majorité les descendants des Sumériens, c’est une ethnie a part, tout comme les iraniens.

                      La religion Musulmane aujourd’hui, hier une autre religion et avant hier encore une autre religion.

                      Les Turcs, aussi vieux que l’ancienne Perse et plus vieux encore que Rome, d’ailleurs sa m’étonnerai que les Iraniens et les Turcs soient ami, au vu de la vieil histoire de conflit entre ces deux peuples.

                      Israël, n’est devenu que le Graal, celui qui libéra la Palestine, deviendra le mettre du Moyen Orient, donc de la route de la Soie, dans une région hautement stratégique car la frontière entre l’Occident, l’Afrique, l’Asie.

                      L’Iran, rêve de crée a nouveau l’Empire Perse.
                      La Turquie, rêve de crée a nouveau l’Empire Byzantin/Ottoman.

                      L’egypte reve sans trop y croire et a juste raison car trés mal parti a créer a nouveau l’Egypte antique.

                      Israel, finalement, ce retrouve en étau, et la méconnaissance de l’histoire de l’intelligentsia américaine, fait qu’il voit un scénario ce produire et non détecté, qu’elle bande de nase.

                      Pour contrer ces deux belligérants, il aurait fallu ne pas attaquer l’Irak, berceau de la civilisation Sumérienne, voulant redevenir maitre de la région, le point de départ de la civilisation.

                      En d’autre terme, la Religion Musulmane et la Palestine, ne sont que des pretextes et non des but.

                      La méconnaissance de ces peuples millénaires a été la faille de la stratégie américaine/européenne/israélienne.


                      • RafaBastos RafaBastos 4 juin 2010 15:39

                        Allez dire au Turcs qu’ils sont descendant des sumériens !!

                        Ils sont fiers de leurs origines mongoles.
                        Leur langue est d’origine mongole.
                        De plus, beaucoup de turcs ont les trait du visage qui rappelle leurs origines.


                      • DESPERADO 5 juin 2010 10:20

                        Y a bien des juifs qui prétendent venir de Palestine.


                      • pallas 4 juin 2010 14:55

                        Le but dans toute cette Histoire, c’est Sumer, et les Israéliens sont compris dedans.

                        Qui deviendra l’héritier de Sumer ?.

                        Nous voici revenu a des milliers d’années en arriere.

                        Sumer était une civilisation et une région historique située dans le sud de l’Irak, la Mésopotamie. Elle a duré de la première colonie de Eridu dans la Période d’Obeïd (fin du 6e millénaire av. J.-C.) en passant de la période d’Uruk (4e millénaire av. J.-C.) et les périodes dynastique (3e millénaire av. J.-C.) jusqu’à la montée de Babylone au début du 2e millénaire av. J.-C.. Le terme « Sumerien » s’applique à tous les locuteurs de la langue sumérienne. Elle constitue la première civilisation véritablement urbaine et marque la fin de la Préhistoire au Moyen-Orient.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès