Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Après la mort de Chávez

Après la mort de Chávez

Décédé des suites d’un cancer le 5 mars 2013, Hugo Chávez a concentré sur son nom autant de haines que de passions. Haï à droite pour avoir osé remettre en cause la subordination du Venezuela aux intérêts US et l’accaparement de la rente pétrolière par les classes sociales privilégiées. Adulé par une population qui a vu reculer la misère et qui a enfin profité d’une part non négligeable des revenus pétroliers.

A l’encontre du dogme néolibéral qui traite l’économie come un phénomène naturel et nie toute possibilité d’intervention politique pour la contrôler, Chávez a remis au goût du jour le primat du politique sur l’économie. Malgré un lourd héritage historique où le mouvement social a été lourdement réprimé pendant 40 ans d’alternance de gouvernements de droite et sociaux-démocrates, il a voulu inverser le mouvement en rompant avec le passé.

Sur le plan intérieur, il a utilisé les profits pétroliers pour faire reculer la pauvreté qui a diminué de moitié en moins de 14 ans de pouvoir. Il a apporté un accès gratuit à la santé et à l’éducation pour une population qui en était exclue. Dans une période où les politiques menées par la droite et la gauche social-libérales ne jurent que par les sacrifices imposés aux plus pauvres, aux classes populaires, rien d’étonnant à ce qu’il soit haï dans les médias français et par la quasi-totalité des gouvernements.

Nos gouvernements ont reculé l’âge de départ à la retraite, Chávez l’a avancé à 60 ans pour les hommes, 55 ans pour les femmes après avoir cotisé 750 semaines (soit environ 15 ans). Chez nous, ils privatisent les services publics et démantèlent le code du travail, Chávez nationalise plusieurs secteurs économiques essentiels et crée un nouveau code du travail bien plus protecteur pour les salariés. Rien d’étonnant à ce que la population vénézuélienne soit descendue dans les rues pour pleurer sa disparition.

A l’échelle internationale, sa mort est un coup dur pour les pays les plus proches, les membres de l’ALBA (Alianza Bolivariana para los Pueblos de Nuestra América) qui bénéficient d’une politique d’échange favorable, notamment Cuba, la Bolivie, l’Equateur ou le Nicaragua. Mais plus largement l’Amérique latine est secouée par la disparition d’un président qui a contribué à la création de la nouvelle union latino-américaine, la CELAC (Communauté d’Etats Latino-Américains et Caraibéens), contribuant ainsi à desserrer l’étau imposé par le géant US.

Outre ses succès politiques et sociaux, la « révolution bolivarienne » porte sa part d’ombre.

Sur la scène internationale, Chávez a frappé un coup dans le dos des peuples arabes en soutenant les dictateurs comme Kadhafi, Assad et compagnie.

Au Venezuela, les mouvements sociaux se sont fortement développés sous Chávez, notamment le mouvement syndical, mais les chavistes ne les imaginent qu’inféodés au gouvernement.

Sur le plan économique, il n’y a pas de projet alternatif de développement. Les réformes portent sur une correction des aberrations du capitalisme, par exemple sur le contrôle bancaire, en créant des sociétés d’économie mixte ou en nationalisant des secteurs économiques, comme les hydrocarbures, l’électricité, la production de ciment …

Le socialisme du XXIème siècle reste un mot d’ordre sans concrétisation. Même si les réformes sociales ont sorti des millions de personnes de la misère, la conception du pouvoir populaire est coincée entre autonomie et subordination. Enfin, l’hyper présidence de Chávez a étouffé les débats critiques au sein même de son propre camp et les principaux problèmes vont ressortir avec force une fois passée la période de deuil.

Le premier porte sur le rôle futur de la « bolibourgeoisie », couche sociale qui s’est enrichie sur le dos du processus et qui fera tout pour limiter l’approfondissement révolutionnaire du processus.

Le deuxième concerne l’autonomie des mouvements sociaux et la construction d’un pouvoir alternatif aux institutions actuelles.

Le troisième porte sur la rupture avec le capitalisme et la dépendance externe.

Mais malgré toutes les critiques, Chávez restera celui qui aura rendu possible l’espoir d’un changement politique et social. De ce point de vue, sa disparition attriste tous ceux qui partagent un idéal d’émancipation et de justice sociale.


Patrick Guillaudat
(auteur avec Pierre Mouterde de « Hugo Chávez et la révolution bolivarienne »)
 

L'ensemble est tiré de Venezuela. Hugo Chavez est mort ...


Moyenne des avis sur cet article :  4.35/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Nanoub Nanoub 6 mars 2013 22:56

    Bonjour,
    vous avez beau dire, mais Chavez a fait, paradoxalement, avancer la démocratie.
    Un homme nourri correctement et soigné de même, n’est plus le même qu’un pauvre hère.
    Il va enfin pouvoir penser à autre chose qu’à la survie.
    A préserver les acquis, par exemple.
    Pour une fois qu’un dirigeant pense au peuple d’abord, et non à s’enrichir toujours plus, et même si Chavez est critiquable sur beaucoup de points, chapeau bas.
    RIP


    • antoine (Montpellier) antoine (Montpellier) 7 mars 2013 01:50

      Bien d’accord avec vous pour dire quel le chavisme a beaucoup apporté au peuple venezuelien. Il n’en reste pas moins, et l’article n’hésite pas à le dire, que des germes de dissolution de ces bienfaits sont à l’oeuvre, en particulier dans l’appareil d’Etat du chavisme, eh oui, qui pourraient se retourner contre le peuple : mieux vaut prévenir que guérir et éviter ce que malheureusement beaucoup font, l’idolâtrie ou la détestation vis-à-vis de Chavez.

      On peut tout à fait se placer avec le chavisme contre ses ennemis qui, à travers lui, visent les droits acquis de la population mais aussi être contre la « bolibourgeoisie » chaviste qui n’hésite pas à jouer de la corruption, du clientélisme et fait prospérer ses propres affaires tout en essayant de bloquer l’autoorganisation de la population. Le chavisme c’est malheureusement cela aussi : il porte en germe ses propres ennemis, c’est-à-dire les ennemis de son versant populaire.

      Je sais que cette hybridation des contraires est inconfortable mais ne pas en tenir compte et ne pas aider à la résoudre en faveur de la population est lourd de lendemains qui déchantent. C’est pourquoi je ne me reconnais pas dans la vision acritique qu’un Mélenchon a de ces processus, le bolivarisme mais aussi les cours politiques en Equateur ou en Bolivie. Le concept de révolution citoyenne que développe à ce propos Mélenchon est porteur de beaucoup de confusionnisme car il ne rend justeemnt pas compte des problèmes que j’ai pointés.


    • antoine (Montpellier) antoine (Montpellier) 7 mars 2013 08:40

      Romantiques jusqu’à un certain point, oui. Mais la jouer romantiques à mort c’est leur ouvrir un boulevard à « ceux d’en face » qui eux ne font pas de sentiments et manient la pire des raisons instrumentales.


    • Yvance77 7 mars 2013 08:34

      Salut,

      Et bien on peut désormais dire, que les beaux jours vont revenir du coté de USA ou on va tout faire pour que le libéralisme sauvage reprenne toute sa place et tant pis si :

      - l’analphabétisme reprend
      - les riches continuent à être toujours plus riche
      - la propagande anti autres se développe
      etc...


      • Alliance Rebelle Alliance Rebelle 7 mars 2013 14:44
        Impérialisme US Chavez Une Autre Victime De La CIA ?
        Il y a à peine un peu plus d’un an Chavez était intervenu à la radio nationale venezuelienne et avait di « Je ne sait pas mais...c’est trés étrange qu’on ait vu Lugo atteint d’un cancer, Dilma quand elle était candidate, moi, me préparant à une année électorale et il y a peu Lula et maintenant Christina ...c’est trés difficile à expliquer même en s’appuyant sur la loi des probabilités ce qui est arrivé à certains dirigeants en Amérique Latine. C’est au minimum trés étrange, trés étrange. » 

        Effectivement étrange ...si étrange que si vous pensez que Hugo Chavez du Venezuela, la présidente du Brésil Dilma Rousseff, celui du Paraguay Fernando Lugo, et l’ancien président du Brésil Luiz Inacio Lula da Silva - tous des dirigeants anti US - tous ont été atteints d’un cancer à peu prés au même moment par hasard alors vous devez être un théoricien fou du hasard. 


        • BOBW BOBW 7 mars 2013 17:36

          Décés de Chavez :le PC Russe veut une enquête internationale


          On ne serait pas étonné que la CIA lui ait mis un« contrat sur sa tête » l’Histoire fourmille d’exemples dans le passé !

        • CN46400 CN46400 7 mars 2013 16:03

          « Le deuxième concerne l’autonomie des mouvements sociaux et la construction d’un pouvoir alternatif aux institutions actuelles. »

          La constitution bolivarienne date de...1999 ! 14 ans ce serait trop ?

          Chavez et Assad, et Kaldafi ...etc etc. Qui est habilité à délivrer les certificats de fréquentabilité ? TF1, la CIA, qui... ?


          • Horatiu Russin Horatiu Russin 8 mars 2013 19:35

            Je depleure la perte d’un des plus grands hommes politiques, des humanistes et des chefs d’état de tous les temps. Chavez était l’un des derniers bastions de la lutte pour la justice sociale, l’humanisme et la vérité d’un peuple digne de l’avoir eu comme chef d’état.

            Tout comme le Comandante Chavez l’avait dit avant son mort, maintenant que son corps n’est plus là, Chavez sera à jamais le peuple vénézuélien lui-même. Son esprit sera rependu à travers le monde entier, parmi tous ceux et celles qui rêvent et luttent pour un monde plus juste, sans l’exploitation des humains par les humains, sans la famine, avec des systèmes sociaux plus performantes, avec une santé et une éducation accessible à tous sans discrimination. 

            Que Dieu bénisse ton âme dans ton nouveau monde cher « hermano » Chavez et je t’assure que les peuples du monde seront de plus en plus Bolivariens, de plus en plus Ché guevaristes, de plus en plus Fidelistas, de plus en plus Chavistes.

            Siempre contigo Comandante Chavez !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès