Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Argentine : les pommes de la rigueur

Argentine : les pommes de la rigueur

Quand les politiques vous parlent avec les yeux qui brillent de Changement, de Change, de Cambio, mieux vaut se méfier de ces professions de (mauvaise) foi... Après tout comme disait l'autre, « les promesses n'engagent que ceux qui y croient ». Mais bien des peuples, tels autant d'amants cocus, cèdent à la tentation de revenir à leurs anciens amours, fussent-ils néolibéraux !

L'usure du kirchnérisme1 après deux mandats en dents de scie a conduit une majorité d'Argentins à se jeter dans les bras de Mauricio Macri, l'ancien maire de Buenos Aires et président du légendaire club Boca Juniors. Macri a été élu président de l'Argentine en novembre 2015.

Afficher l'image d'origine

S'en est suivie une cure d'austérité qui aurait rendu delgadito un gaucho amateur de bonne chère (pléonasme) : les généreuses subventions à l'énergie ont brusquement pris fin, faisant exploser les factures de gaz et d'électricité des particuliers et des entreprises. Des vagues de licenciement ont touché les salariés du secteur public dont les effectifs pléthoriques et le poil dans la main avait été vilipendés maintes fois par Macri durant sa campagne. Pour relancer les exportations, le nouveau gouvernement a décidé de laisser « flotter »2 le peso argentino qui a pris le bouillon de sa vie face au dollar, aggravant ainsi la sur-inflation chronique que connaît le pays : la hausse des prix a atteint 45% sur 10 mois3. Sur-inflation telle qu'elle a annulé les gains de compétitivité à l'exportation que devaient en principe susciter la dévaluation... Inutile de préciser que la sur-inflation a aussi provoqué une baisse drastique de la consommation qui a elle-même entraîné de nombreux licenciements dans le secteur privé, de l'ordre de 160000 pour le premier semestre 20164

Ce lessivage en règle n'a donc pas encore entraîné le redressement économique tant espéré. « Soyez patients » nous diront bien nos amis libéraux5 : en 10 mois, il est trop tôt pour juger de l'efficacité de cette politique de rigueur, qui doit être vue comme un préalable à la restructuration de l'économie argentine, trop longtemps corsetée par la politique menée par Kirchner6. C'est juste une dernière poussée de fièvre et le malade se rétablira...

En attendant, la grogne des Argentins est là7. Les grèves, manifestations et protestations diverses et variées se succèdent, y compris parmi des secteurs économiques qui étaient censés être les premiers soutiens - et bénéficiaires - de Macri. Ainsi, de nombreux exploitants agricoles travaillent désormais à perte suite à la libération soudaine et totale des exportations, auparavant fortement encadrées. C'est le cas notamment des producteurs de pommes et poires qui ont illustré leur désespoir le 24 août dernier en distribuant gratuitement leurs fruits sur la Plaza de Mayo de Buenos Aires, toute proche du siège du gouvernement. Sans surprise hélas, l'initiative a remporté un franc succès chez les Porteños. N'oublions pas que tout commence toujours par la faim...

 

 

1Variante du péronisme qui désigne la politique suivie par l'ancienne présidente Cristina Kirchner (2007-2015).

2 Laisser flotter une monnaie signifie ne plus encadrer son taux de change. Le taux de change du peso était maintenu à un niveau fictif sous la présidence Kirchner, notamment pour juguler l'inflation.

3À noter que sur l'année 2015, l'inflation était déjà de 30%.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.44/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 7 septembre 10:04

    tous les politiques de la planète sont interchangeables quelque soit leur pays , ils ont tous le même ADN de menteurs, de faux jetons, de voleurs et arnaqueurs .....


    • Alren Alren 7 septembre 13:18

      @zygzornifle

      L’article montre que ce que vous dites est complètement faux !
      La vie du peuple argentin est très différente selon que le gouvernement est dirigé par Kirchner ou par Macri !
       
      On sait bien à quoi sert votre « tous pourris sans exception » : à pousser les naïfs du bas de l’échelle sociale à l’abstention pour favoriser le maintien au pouvoir des « belles personnes » qui les exploitent.


    • HELIOS HELIOS 7 septembre 15:53

      @Alren


      ... comment, vous appréciez Kirchner ???.... la femme dont le fils a fort probablement fait se suicider de DEUX balles dans la tête alors qu’il etait assis sur son chiot, un petit juge qui avait fouillé un peu trop profondement dans ses magouilles ????

      en supportant C Kirchner, vous vous fourrez le doigt dans l’oeil jusqu’au coude, il n’y avait pas plus pourri que cette bande là. Certes , Macri ce n’est guere mieux pour l’instant.... mais ne confondez pas, des « Eva Perron », comme des « De Gaulle » - c’est a dire des gens qui pensent a leur pays avant de penser a eux et a leur bande, il n’y en a vraiment pas beaucoup !

      regardez un peu chez nous.... vous verrez qui va sortir des urnes l’an prochain.... nous aussi nous aurons notre Macri, comme les espagnols ont leur Rajoy ! et en Europe, ce n’est surement pas Merkel qui relève le lot... votez donc pour des repris de justice, des mis en examen, des chevaux de retour qui ont démontrés leur incompetence ou des trous-du-cul jamais elu qui ne savent pas que les fins de mois commencent le 5 du même mois, bref des traitres a leur pays -et c’est encore bien gentils de ne les traiter que de traitres- car ils mériteraient Cayenne pour les moins virulents et la tête sur une pique pour les autres.

      Apres 50 ans de merde, l’experience ne vous a pas suffit ? TOUS POURRIS, on vous dit... les seuls qui auraient un peu plus de grace sont ceux qui n’ont JAMAIS été aux affaires... et encore.... mais pour cela, il faut voter autrement et personnellement, je vous deni le droit de ne pas etre heureux avec les dirigeants que nous avons puisque vous les avez voulu et revoulu plusieurs fois... sauf a vous lire nous conseillant (enfin) d’en changer, et pas pour les affidés des mêmes ; s’il vous plait !!!

      Allons, allons, un peu de dignité, même si tout est fait pour vous eradiquer cette dignité de citoyen que vous devriez avoir.

    • Dudule 7 septembre 16:21

      @HELIOS

      Cette histoire du juge Nisman est monté de toutes pièces, et il n’ y a aucune preuve de ce que vous avancez..Il s’agit de toutes évidences d’une tentative de destitution « à la Roussef » qui a foiré, le personnage principal étant encore moins à la hauteur que ses équivalents Brésiliens (ce qui n’est pas peu dire).

      Étrange juge que ce juge Nisman qui menait grand train, que l’on voyait fréquemment à Miami où il fréquentait la haute société de la droite sud américaine plus ou moins en « exil ».

      Soi disant assassiné avant d’effectuer des révélations fracassantes basées sur un rapport soi disant explosif qui ne reposait sur aucune preuve...

      http://www.legrandsoir.info/le-cristinagate-la-mort-du-procureur-le-coupable-ideal-les-complotistes-et-le-mossad-et-guest-star-la-dette.html


    • HELIOS HELIOS 7 septembre 16:47

      @Dudule


      ... j’ai 25 kilos d’articles défendant pour les uns le « fiscal », pour les autres la classe politique impliquée.

      ... et ceux qui font référence au israéliens, au Mossad sont les moins crédibles de tous, évidement et pratiquement reservés aux européens tendance pro-arabes.

      Dans tous les cas, quelqu’un qui se « suicide » de deux balles... qu’il aille a Miami comme tous les américains du sud, comme nous nous allons a Londres ou a Rome, est tout a fait normal... n’est-ce pas ?

      Quand aux photos des barbouzes en bas de son immeuble, dans des voitures appartenant a l’état... c’est juste des détails n’est-ce pas... sûrement que les forces speciales etaient là pour le proteger, hein ?...

    • zygzornifle zygzornifle 7 septembre 16:48

      @Alren


       oui ils sont TOUS POURRIS et pire encore il n’y a qu’a regarder chez nous ou un condamné pour emplois fictifs va se présenter a la présidentielle alors que 360 métiers réclament un casier vierge .... la en votant pour ces beaux personnages on va élire un exploiteur de première 

    • zygzornifle zygzornifle 7 septembre 16:50

      @Alren
      Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs , des voleurs et des traîtres n’est pas victime !.... il est complice.(George Orwell)


    • Dudule 7 septembre 17:26

      @HELIOS

      Le débat est plutôt de savoir qui aurait eu intérêt a « suicidé » le juge, sachant qu’il arrivait les mains vides devant le Sénat, son « dossier fracassant » n’étant étayé par rien.

      Et il est clair, encore une fois, que toute cette histoire ressemble fort à une tentative de destitution « à la Roussef » qui aurait mal tourné.

      Vous n’avez pas lu l’article qui passe en revu les différentes versions et ne prend parti qu’après un exposé des faits... Les révélations de Wikileaks sont plus qu’intéressantes et donnent une vision de Nissman bien éloigné du preux chevalier de la justice argentine.

      En fait, c’est surtout cet article que je cherchait et n’arrivait pas a retrouver :

      https://www.les-crises.fr/laffaire-nisman-ce-que-vous-ne-trouverez-pas-dans-les-media/


    • Alren Alren 9 septembre 16:28

      @HELIOS

      Je « n’apprécie » pas Kirchner !

      Je dis seulement que le retour de la droite politique se traduit pour les peuples qui ont eu la stupidité de voter pour elle une aggravation dans tous les domaines de leur qualité de vie, baisse du pouvoir d’achat par renchérissement des produits et diminution de salaires, diminution ou abolition de prestations sociales si le gouvernement précédent en versait, plus grande difficulté à se soigner, école détériorée, accès à l’université pour les classes populaires pratiquement impossible.

      Mais vous savez cela aussi bien que moi et vous êtes de mauvaise foi.

      Eva Peron, femme du dictateur Peron, celui qui a ouvert les bras aux chefs nazis après la guerre n’était rien qu’une démagogue qui n’a en rien changé la société argentine dans le sens du progrès social et de l’indépendance vis-à-vis de l’impérialisme US.

      De Gaulle a incarné la dignité de la France pendant la guerre et il a bravé ceux de son camp (futurs OAS) en mettant fin à la guerre d’Algérie.

      Mais il a aussi fait approuver une Constitution antidémocratique lui réservant pendant sept ans, pour un mandat renouvelable indéfiniment, un rôle de monarque absolu au-dessus de la volonté du peuple par le biais de l’article 16.

      Et grâce au scrutin uninominal à deux tours plus la propagande d’état à son service, il s’est assuré d’une majorité de godillots prébendés qui grâce au fameux 49/3 pouvait faire passer n’importe quelle loi.

      Il a combattu les syndicats ouvriers notamment les mineurs de charbon en détresse, financé l’école privée confessionnelle, rallumant ainsi les tensions scolaires et sous son règne ont été révélés des scandales financiers retentissants comme celui de la garantie Foncière.

      C’est sous son règne qu’a eu lieu l’affaire Ben Barka, affaire où trempait le Service d’Action Civique, un ramassis d’individus en lien avec le grand banditisme mais qui se réclamaient néanmoins du gaullisme.

      Outre leur complicité dans ce crime, le SAC a usé de moyens illégaux et de la violence pour empêcher l’opposition de s’exprimer à armes égales avec le parti gaulliste UNR puis UDR durant les campagnes électorales.

      Alors vos modèles politiques, vous comprendrez que ce ne sont pas les miens. D’ailleurs je n’en ai pas. Aucun(e) n’a ma confiance aveugle. Ceci dit je sais que nul n’est parfait, ne l’étant pas moi-même ! Ne pouvant être le Président de la République, je dois donner mandat à quelqu’un d’autre celui que j’estime le meilleur, sinon je risque d’avoir le pire !

      Qu’est-ce que vous entendez par « pourris » en parlant des hommes et femmes politiques ?

      Pour moi, dans ce cas, « pourri » signifie qu’on vend son vote au plus offrant. S’il en est de même pour vous (sinon merci de m’éclairer sur ce que vous mettez derrière cet adjectif), alors vous savez bien que tous ne sont pas à vendre ainsi. Et que la plupart ont un casier judiciaire vierge.

      Mais votre objectif, avec cette généralité du niveau « café du commerce », est d’inciter à l’abstention.

      En sachant que ce sont les plus démunis qui s’abstiennent. Les privilégiés, eux voteraient plutôt deux fois qu’une s’ils le pouvaient.

      Ils utilisent d’ailleurs une forme de privilège en choisissant leur lieu de vote quand ils sont propriétaires de résidences secondaires. Par exemple, comme à Neuilly, la droite passe les doigts dans le nez, mieux vaut voter dans la petite ville de province pour le candidat le plus à droite qui n’est pas assuré de la victoire, se disent les riches.

      Vous dites n’importe quoi : « 50 ans de merde », alors avant 2006, c’était bien ? Tous les politiciens étaient honnêtes et tous les Français heureux  ?

      Ma dignité de citoyen est de faire mon devoir civique en allant voter à chaque scrutin ce qui semble ne pas être votre cas !


    • Alren Alren 9 septembre 16:31

      @zygzornifle

      Nous n’avons pas la même arithmétique ! Pour moi, un (ou plusieurs) ce n’est pas égal à tous !


    • Alren Alren 9 septembre 16:33

      @clone sampiero

      « La bave du crapaud ... »

      Plutôt que polluer le site, mon pauvre, vous devriez apprendre l’orthographe : on écrit « tu mérites » et « tu veux ».
      Ça nous ferait des vacances !


    • berry 7 septembre 15:14

      Vous laissez entendre qu’un peso surévalué, c’est une bonne chose pour l’économie argentine.
      C’est tout le contraire, une monnaie surévaluée empêche les entreprises d’exporter.
      A moyen terme, les entreprises qui exportent sont ruinées, les consommateurs sont incités à acheter à l’étranger, le commerce extérieur devient déficitaire et l’ensemble de l’économie en pâtit.
       
      L’Argentine a déjà été ruinée en 2001 à cause d’un peso surévalué, les argentins n’ont pas envie de revivre la même situation.


      • La centrale à idées La centrale à idées 7 septembre 17:19

        @berry
        Absolument, une monnaie surévaluée pénalise fortement les exportations, c’est le cas notamment de l’euro. La dévaluation est donc un bonne solution en général mais dans le cas argentin, la sur-inflation générée est telle (45% sur 10 mois) qu’elle a anesthésié l’économie. Et au final le commerce extérieur (et intérieur) ne s’en porte pas mieux qu’avant...

        Après est-ce que cette situation va durer ? En économie, personne ne lit dans le marc de café. On verra dans quelques mois.


      • La centrale à idées La centrale à idées 7 septembre 17:24

        @La centrale à idées
        Pour en avoir discuté avec eux quand je vivais là-bas, les Argentins n’ont pas non plus envie de voir leur loyer augmenter tous les 3 mois, comme personne vous me direz !


      • alinea alinea 7 septembre 16:45

        C’est pareil chez nous : on vote mal ( on se demande pourquoi) et puis on râle !


        • zygzornifle zygzornifle 7 septembre 16:49

          “Il n’y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l’on exerce à l’ombre des lois et avec les couleurs de la justice.” Montesquieu


          • Jean-Marc B 12 septembre 11:36

            Tout ça était prévisible. La nomination d’un pape argentin ne pouvait que conduire à la chute des tentatives sociales des pays de l’Amérique du sud. Les forces du culte catho sont des forces occultes. Regardez ce qui s’est passé pour les pays de l’est quand un pape polonais a été élu. Il n’y a pas de fumée blanche sans feu. Le pouvoir du Vatican et ses banques est allergique aux régimes non libéraux. Vatican et USA ça marche la main dans la main quand il s’agit de protéger la zone libérale.
            Le fric est alloué à certaines forces libérales et refusé à certaines forces non libérales. ( Remarque : dieu est-il aussi à louer ? Non il n’est pas en location, il est vendu...) Les banques vaticanes doivent connaître les rouages des manipulations qui concourent à discréditer ou à destituer des politiques de bonne volonté pour le pauvre peuple. La rouerie est diabolique en soutane . Sous la robe de bure, il y a la queue du diable. Et dire que tout ce bon peuple latin court à la messe .... On étrangle le peuple (c’est ce qui se passe) et on lui fait miroiter la clémence divine comme seule rédemption possible et remède à tous les maux. Ne me dîtes pas que la religion n’est pas le moyen idéal pour régner sur les corps et les esprits. Surtout quand l’état religieux du Vatican a les moyens financiers de sa politique au forceps. Je suis étonné que personne n’émette ce genre de propos pour expliquer ce qui arrive à l’Argentine. Ai-je totalement tort ?...


            • Jean-Marc B 12 septembre 11:39

              Adam aussi avait eu droit à sa pomme et à la rigueur. C’est ce que la religion dit. Je mentionne ceci pour mieux faire le lien avec le titre de l’article et mon propos précédent.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès