Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Ce que les primaires disent des Etats-Unis

Ce que les primaires disent des Etats-Unis

Cela aurait pu être une simple promenade pour Hillary Clinton et Jeb Bush, mais les primaires étasuniennes ne seront pas aussi convenues. Les électeurs ont envoyé un sacré coup de pied dans la fourmilière politique nationale en plaçant Ted Cruz, Donald Trump et Bernie Sanders aussi haut.

 
Le changement, ils l’attendent toujours !
 
Barack Obama avait promis le changement. Mais au regard du résultat de la première primaire, il sermblerait que l’envie de changement soit encore plus forte après son passage ! Côté démocrate, Hillary Clinton, dont on a longtemps cru qu’elle avait primaire gagnée, ne bat que sur le fil le vieux sénateur Bernie Sanders, qui se dit socialiste dans un pays où cela est souvent compris comme « communiste », qui a attiré les jeunes avec un discours très marqué à gauche, proposant de passer la tranche marginale d’impôt sur le revenu à 52%, plus haut qu’en France  ! Et côté Républicains, ce sont deux candidats réputés extrémistes qui ont pris les deux premières places, Ted Cruz parvenant à tromper les sondages en devançant le milliardaire Donald Trump. Les électeurs ont choisi des candidats radicaux.
 
Bien sûr, certains parlent de candidats populistes, le mot snob pour dire populaire, et parlent de « primaires de la colère  ». Mais après tout, la colère des classes populaires et moyennes est bien méritée dans un pays où la croissance ne profite qu’à 1% de la population (le revenu médian a reculé de 8% depuis 2007), où la sécurité laisse à désirer, malgré une population carcérale extravagante, et où l’espérance de vie recule pour certains ! Les candidats centristes n’ayant pas changé grand chose, il n’est pas surprenant que les électeurs soient tentés par des solutions plus radicales. Malgré tout, l’issue reste incertaine : Hillary Clinton conserve la position de favorite et la primaire républicaine pourrait être gagnée par Marco Rubio, dont le score semble l’avoir remis dans la course à la nomination du GOP.
 

Mais ce qu’il faut sans doute retenir de ces primaires, c’est surtout la colère légitime et rafraichissante d’un électorat qui a envoyé un profond message de renouvellement, comme dans beaucoup de pays ces derniers temps. Reste à ce qu’un vrai et bon changement arrive.

 

Moyenne des avis sur cet article :  4.17/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Daniel Roux Daniel Roux 4 février 12:28

    Ce que les élections disent des US est révélé par le passé. Les présidents passent, la démocratie trépasse et la corruption reste bien accrochée au Sénat et à la Chambre des Représentants.

    Le pouvoir est entre les mains des riches actionnaires des multinationales et en particulier celles de banques et de l’industrie militaire.

    Quel que soit le gagnant de l’élection de 2016, il ne sera qu’un pantin dont le plus caricatural restera Bush fils, dit le benêt, qui mis le moyen orient à feu et à sang sans rien comprendre à ce que lui faisait faire Dick Cheney.

     


    • Ar zen Ar zen 4 février 14:43

      Les questions que l’on occulte en permaence :

      1°) quel est le coût d’une campagne électorale présidentielle aux USA ?

      2°) Qui finance les candidats ?

      Répondre simplement à ces deux interrogations c’est savoir qui tient les manettes, qui tire les ficelles des marionnettes.

      Une réponse peut être de la part de l’auteur ?


      • Trelawney Trelawney 5 février 09:42

        @Ar zen
        Je vous mets un lien (tiré du Parisien) qui montre les fonds collectés et dépensés jusqu’à présent pour la campagne. Le montant pour Trump est assez surprenant et celui de Clinton tout autant, mais pas pour les même raisons

        http://www.leparisien.fr/election-presidentielle-americaine/presidentielle-americaine-vive-passe-d-armes-entre-clinton-et-sanders-05-02-2016-5517535.php


      • Vinciboulette 5 février 11:12

        @Trelawney
        OpenSecrets livre une liste assez détaillée (quand on peut y accéder - site de temps en temps surchargé). Sur la page d’un candidat, choisir Contributors pour une liste nominale ou Industries pour une liste par secteur d’activité. 


      • Trelawney Trelawney 5 février 11:36

        @Vinciboulette

        Merci pour ce lien on y voit des choses étranges (à quand ce même site pour les élections françaises).

        Bernie Sanders : 98% des contributions proviennent d’individus avec 73% d’entre eux pour des contributions inférieures à 50$

        Clinton 80% de ses fonds proviennent de Soros, Walt Disney, les banques californiennes, le syndicat des instituteurs, le cirque du soleil etc. C’est pour le moins hétéroclite

        Trump : c’est ses fonds propres (presque propres)

        Cruz : Pour lui c’est gratiné puisque la plus grande parties de ses fonds provient d’association anti homosexuels et anti avortement


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 4 février 16:03

        « Reste à ce qu’un vrai et bon changement arrive. »

        Reste que changement il y a il concernera les USA, en bons démocrates, nous ne devront attendre de l’aide que de nous-mêmes


        • fred.foyn Le p’tit Charles 5 février 07:57

          Faut dire que dans ce pays...les « Primaires » sont légion...


          • Massada Massada 5 février 08:13
            Cette fois on dirait bien que les républicains on une chance réelle et ce n’est pas pour me déplaire !
            En face, H Clinton vient de se prendre un vrai coup de baton ( et ça, ça me plait ) et ne s’en tire qu’a l’aide d’un simple jeu de pile ou face...

            Certes Trump est un cas, même si je cautionne une bonne partie de son raisonnement, mais Cruz me paraît être le bon candidat.

            Je ne crois pas à l’effet Sanders car l’extréme gauche n’as jamais fait recette au US et à 74 ans il est plus prêt de la retraite qu’autre chose.

            Concernant Hillary, le scandale des emails non sécurisés, loin de disparaître, s’étoffe. 
            22 emails classés au dessus de Top Secret (SAP pour Special Access Program) ont transité par son serveur personnel non sécurisé. Ces 22 emails sont si sensibles qu’ils ne peuvent sous aucun prétexte être diffusés au public ni même à une commission d’enquête. Parmi ces 22 emails figurent plusieurs qui concernent des opérations de terrain et mettent en danger la vie d’agents secrets.

            A coté de cette enquête, qui mobilise plus de 120 agents du FBI à temps plein, une autre tout aussi dommageable, pour une affaire de corruption à laquelle sa fondation est mêlée, est en cours.

            Si les conclusions du FBI recommandent d’envoyer Clinton devant les tribunaux, mais qu’Obama donne l’ordre au Département de la justice de s’y opposer, cela déclenchera des démissions en masse au FBI et un scandale politique, ce qui est très mauvais pour la campagne de Clinton. Si Barack Obama ne fait rien, ce sera la fin de Hillary Clinton, probablement l’échec du parti Démocrate à l’élection présidentielle, et peut-être la prison pour la plus célèbre menteuse des Etats Unis.

            • Trelawney Trelawney 5 février 09:52

              @Massada
              La question est : Si l’un de ces quatre Clinton Cruz, Sanders ou Trump est élu, Est-ce que la politique américaine vis à vis d’Israël changera ? La réponse est : le seul qui a les coudées franches pour le faire est Trump, car il a reçu 0$ les lobbys israéliens pour sa campagne et de toute façon s’il recevrait quelque chose il le refuserait comme il l’a fait pour d’autres fonds.

              On peut dire que Trump est le plus indépendant dans ce domaine.

              Par contre Israël,ou plutôt les lobbys pro israéliens ce sont carrément plantés avec Jed Bush, puisqu’ils lui ont refilé 50M$ pour que dalle


            • egos 5 février 22:21

              « un vrai et bon changement arrive »


              Teinté d’isolationnisme si l’on en croit certains propos tenus par Trump,
              et ds 1 autre registre par Sanders lequel n’est pas seul chez les Démocrates à revendiquer une réaffectation des ressources de l’Etat en direction de politiques sociales (éducation, santé), Elisabeth Warren intervient sur ces mêmes thèmes.

              • eau-du-robinet eau-du-robinet 6 février 01:17

                Bonjour,
                .
                Quelque soit le nouveau président des États-Unis, la politique américaine, notamment la politique étrangère, serra fortement influence par des lobbyistes de l’AIPAC .... donc le nouveau président restera la marionnette des lobbyistes tout comme les présidents du passée !
                .
                Des nouvelles guerres en perspectives avec l’option d’une troisième guerre mondiale !
                La corruption fait du ravage dans les rangs politique américains... regardez attentivement la vidéo suivante :
                https://www.youtube.com/watch?v=zquvaQXF01s
                .
                .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès