Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Centrafrique : demi-vérités, mensonges et le chaos d’une déroute (...)

Centrafrique : demi-vérités, mensonges et le chaos d’une déroute attendue

Des calculs obscurs ont érigé des perceptions rigides et dogmatiques en Centrafrique, ont amplifié les pulsions réactionnaires et travesti les simplifications d'hommes de médias en analyses dites objectives de la crise.

Demi-vérités, mensonges sans vergogne, folie meurtrière, affairismes et le chaos d’une déroute font équipe dans ce pays désaxé. L’enfer centrafricain gronde et menace d’aspirer toute la sous-région de l’Afrique centrale vers le chaos généralisé.

En Centrafrique, un séisme de mensonge a déplacé tous les problèmes vers le religieux ! Les différences, divergences et moindres contradictions sont soigneusement christianisées ou islamisées par les forces médiatiques de distraction massive, ou par des lectures qui défient sans honte la vérité. Des joueurs brandissant des feuilles de vigne humanitaire mais au service des intérêts.

De la bouche des propagandistes instruits, ou des gens simples qui suivent sans analyses propres, on entend : musulmans contre chrétiens, musulmans contre chrétiens et encore musulmans contre chrétiens…Ahurissant !! Une simplification à outrance des causes et des finalités, doublée d’émotions négatives et d’anecdotes qui cachent les intérêts et sauvent les apparences. C’est habile et répugnant. 

Première vérité à établir avant d’aller plus loin : ce n’est ni l’islam ni le christianisme qui tue en Centrafrique ! Il n’ya rien de religieux dans l’acte d’assassiner, même si les assassins se réclament sympathisants de l’islam ou du christianisme. 

Ce qui se passe en Centrafrique, ce n’est pas ça l’Afrique centrale ! Ce n’est pas l’Afrique et ce n’est pas le Tchad, car le Tchad c'est d'abord la diversité. Le chaos centrafricain ne s’aligne pas avec les intérêts tchadiens ; un drame absolument incompatible avec l'âme tchadienne !

Est-ce le Tchad qui a instruit que le mode d’expression en Centrafrique est dans l’action violente ? Est-ce le Tchad qui a insufflé les idées d’extermination d’une catégorie de personne en Centrafrique ? Qui a incité la rue centrafricaine à commander par la violence l’établissement d’un ordre politique dangereux et exclusif ? Est-ce le Tchad qui est en train de dessiner la partition religieuse de la Centrafrique ? Il ya bien de questions qui ne peuvent avoir des réponses simples et simplistes. Même si la colère, le délire, les émotions négatives, les intérêts et les anecdotes en appellent.

Il faut admettre que les racines du drame centrafricain se conjuguent dans des dimensions multiples et complexes. Face à l’enchevêtrement des demi-vérités et désinformations, face aux arguments rigides à une dimension et aux anecdotes des voisins, il faut garder la lucidité et ne pas perdre de vue la nécessité de ne trouver que des solutions aux problèmes.

Il ya dans la crise centrafricaine des dimensions politique, économique et géostratégique hormis les considérations sociales internes. Ce n’est pas aussi simple, c’est bien au delà des cérémonies religieuses souvent trompeuses.

Il est temps de reconnaitre que les problèmes politiques de la Centrafrique nécessitent des réponses politiques inclusives ; que les problèmes sociaux appellent des politiques sociales cohérentes et égalitaires, et non le fétichisme religieux ni les mensonges jusque-là véhiculés. Le sens de responsabilité doit remporter sur l’argument religieux et les autres calculs ; la tolérance doit remporter sur les perceptions rigides ; la morale doit précéder les questions d’intérêts. Ca, c’est un minimum pour revenir dans le giron de la lucidité.

Deuxième vérité distante des simplifications globalisantes : tous les porteurs d’armes ne sont pas des fauteurs de troubles. Sinon, tous les pays fabricants d’armes et les vendeurs d’armes seraient des nids de désordres, puisque l’on est subversif du simple fait de porter les armes, de produire ou vendre les armes. D’aucuns portent des armes pour réaliser la paix, d’autres portent des engins de mort pour générer le chaos. Deux aspirations qui n'ont ni une même coloration philosophique ni une même signature morale.

S’il est une contribution que le Tchad peut apporter à la sous-région de l’Afrique centrale et particulièrement à la Centrafrique, c’est bien celle de la coexistence pacifique. L’Afrique centrale doit être un espace de diversité et d’ouverture. Diversité parce qu’elle exige la tolérance des différences, lesquelles naissent de nos interprétations de l’apparence, de nos propres limitations et des fausses associations d'idées fixées. Ouverture parce que c’est l’acceptation de son prochain. 

Déporter une catégorie de personnes, c’est acter une démarche irresponsable qui mènera au chaos parce que cela crée un précédent très dangereux qui ne peut rester sans suite. Le sens de responsabilité a quitté la Centrafrique, laissant le champ libre aux ténèbres. Il faut le ramener d’urgence car si le chaos se généralise, les vaincus perdront et les vainqueurs ne s’en sortiront pas indemnes. Faites votre estimation avant les simplifications.

Joe Al KONGARENA

joe.alerte@gmail.com


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Furax Furax 3 mai 2014 16:32

    Ayant vécu dix ans en Centrafrique et six ans au Tchad (où j’ai assisté à la magnifique réception de Jean-Paul II par le Président et le peuple Tchadien (une féria de 11000 cavaliers et chameliers musulmans après la messe au stade) j’approuve entièrement votre analyse.


    • Alex Alex 3 mai 2014 16:47

      « L’Afrique centrale doit être un espace de diversité et d’ouverture »

      L’erreur commence dans cette affirmation péremptoire : si l’on peut espérer que tous les pays deviennent de tels espaces, il ne faut pas brusquer les étapes.
      Il faut commencer, dans l’ordre, par l’éducation, tout en maintenant le temps nécessaire une séparation entre groupes potentiellement hostiles. Forcer une cohabitation finit toujours mal.
      Avec le temps, les différences s’estomperont, surtout si l’on arrive à se débarrasser du fléau fédérateur que l’on peut observer : la religion.
      C’est uniquement en respectant ces étapes que l’on évitera des massacres inter-ethniques ou inter-religieux.


      • Furax Furax 3 mai 2014 17:10

        « se débarrasser du fléau fédérateur que l’on peut observer : la religion. »
        Le Tchad est la preuve vivante du contraire.
        Ce pays a connu une multitude de conflits : esclavagistes contre populations qu’ils visaient, colons contre colonisés, nomades contre sédentaires, arabes contre non-arabes, paysans contre éleveurs etc.
        Jamais de conflit d’ordre religieux !


      • Alex Alex 3 mai 2014 22:19

        @ Furax

        « Le Tchad n’a jamais connu de conflit d’ordre religieux ! »

        Jamais !
        Si l’on omet les conflits récurrents entre Nord musulman et Sud chrétien-animiste, il n’y a effectivement jamais de conflit religieux au Tchad.
        Les guerres religieuses s’arrêtent pile-poil aux frontières de ce pays avec le Soudan, la Libye et la Centrafrique de la même façon que le nuage de Tchernobyl s’arrêtait sur les pointillés des frontières de la France.


      • Furax Furax 4 mai 2014 12:21

        Alex,
        La religion n’a jamais été mise en avant lors de ces conflits.
        Entre le Nord et le Sud, le conflit était entre nomades éleveurs toubous et cultivateurs sédentaires noirs.
        Lors de la guerre civile qui a ravagé Ndjaména, les archives de l’Etat furent remises aux Jésuites, pour préservation. Par Goukouni, leader des tédas « tou », les toubous de la montagne. Et musulman bien sûr.
        Le chef d’Etat qui reçut magnifiquement Jean-Paul II était Hissène Habré, leader des Goranes, les toubous de la région de Faya-Largeau. Musulman.
        Le père Lallemand, aumônier de la Légion Etrangère, a édifié sans problèmes des églises à Bardaï et Faya


      • leypanou 3 mai 2014 16:57

        " tous les porteurs d’armes ne sont pas des fauteurs de troubles. Sinon, tous les pays fabricants d’armes et les vendeurs d’armes seraient des nids de désordres " : les vendeurs d’armes ont intérêt à ce qu’il y ait des acheteurs d’armes non ? Et d’après vous, qui achètent des armes ?

        N’avez-vous jamais appris que, par exemple, durant la guerre Irak-Iran, des marchands d’armes vendaient des armes aux deux cotés ?

        Un marchand d’armes a intérêt à ce qu’il y ait des désordres sinon il ne vendrait plus d’armes : ce n’est pas très compliqué comme raisonnement.


        • Nous sommes parfaitement en phase avec votre analyse M. Joe Al Kongarena.

          Elle entre en raisonnante avec la raison d’être de notre engagement.
          Nous vous suivrons de très près.

          Merci pour votre contribution !

          Centrafrique, Une & Indivisible ! 

          • OMAR 3 mai 2014 20:05

            Omar33


            Bonjour Joe  :« Demi-vérités, mensonges sans vergogne, folie meurtrière, affairismes et le chaos d’une déroute... »

            Merci pour votre témoignage...

            En vérité, c’est le scénario vécu au Soudan, quand l’Occident hurlait au génocide des chrétiens du Darfour par des arabes (je défie la personne qui pourrait différencier un soudanais du Sud avec un autre du Nord).

            Ce même Occident qui se tait et se cache quand ce sont des sud-soudanais qui s’entre-tuent actuellement.

            • claude-michel claude-michel 4 mai 2014 11:39

              Oupssssssssssss...
              l’Afrique vient de rentrer dans l’histoire.....avec des couteaux Laguioles.. ?


              • christian pène 4 mai 2014 12:26

                on peut penser que si la République (pas la France) intervient en Afrique, c’est par intérêt des dirigeants pour les gisements miniers dont uranium et d’hydrocarbures.....

                par contre , le régime doit intervenir quand il s’agit de protéger les chrétiens contre les musulmans fanatiques , religion dont Condorcet a dit qu’elle avait le don de rendre imbéciles ceux qui la pratiquent, c’était il y a TROIS siècles....déjà.....

                actuellement l’ennemi en nombre c’est l’Islam , religion NIHILISTE qui méprise la moitié de l’humanité (les femmes ) , ce qui explique notamment que Chantal Dupont dite Najat Vallaud-Belkacem se soit réfugiée en République française , religion qui ignore les mots comme amour , pardon, générosité,tolérance, équité....


                • smilodon smilodon 4 mai 2014 13:51

                  L’histoire nous montre que si la France avait pu sauver l’Afrique, nous n’en serions pas là !... C’est un autre pays, un autre continent, c’est une autre « histoire », d’autres histoires !..  !... Et la France n’y a jamais rien pu, et n’y pourra jamais rien !....RIEN !... Au nord, au centre, à l’est ou à l’ouest !..L’enfer est pavé de bonnes intentions !... Si ce pays doit s’en sortir il s’en sortira !.... Seul !....Comme le nôtre !....Comme l’europe, comme « l’occident » et tous les pays affiliés à un même idéal !...Qui comprend quelque chose à ce continent ???..... Pas moi en tout cas !.... Même les fils d’Afrique du nord, du sud de l’ouest ou de l’est ne comprennent rien à « l’occident », qu’ils vivent en ce pays ou en d’autres !... C’est bien de vouloir tout mélanger n’importe comment !.. C’est bien, c’est louable !.. Sauf que même en « cuisine », tout mélanger n’importe comment, le poivre, le sel ou la moutarde, ça ne réussi qu’à faire un plat insipide, immangeable, indigeste !.... Question de dose et de métier. La « cuisine » tout comme la politique sont des arts « sensibles », « délicats », à réserver aux « chefs », aux vrais !.....Regardons mieux nos assiettes, et nous comprendrons quels « chefs », passés et présents, nous ont concoctés, et nous concoctent encore le plat que nous devons avaler et digérer !... Désolé pour la « métaphore », mais la « bouffe » étant généralement le souci le mieux réparti entre les hommes....... !!...... Adishatz.....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès