Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Actualités > International > Chili : Le spectre de Pinochet hante les étudiants

Chili : Le spectre de Pinochet hante les étudiants

Cette manifestation est la 37e depuis le début du mois d'avril quand les étudiants chiliens sont descendus dans la rue afin de réclamer "une éducation gratuite, libre et de qualité." Ce 6 octobre 2011, pour beaucoup d'entre eux, le spectre du dictateur était au dessus de leurs têtes...

Entevista de Camila por Dia D

Des journalistes ont été arrêtés puis relâchés, des étudiants aspergés d'eau et de gaz lacrymogènes et le bâtiment de la CONFECH (Confédération des étudians chiliens) fut visé par ces mêmes gaz lancés par la police. Les leaders étudiants ont été surpris et choqués par l'ampleur de la violence qui marque cette manifestation sur un itinéraire "non-autorisé". La première depuis la rupture officielle des négociations entre le gouvernement et les étudiants, ce mercredi 5 octobre. Le porte-parole du président Pinera affirme quant à lui obtenir l'approbation de la majorité des chiliens par rapport au projet de loi visant à punir l'occupation des universités et des écoles publiques. Mais, un récent sondage le contredit : 89 % des sondés sont en faveur du mouvement étudiant.

"L'Etat doit garantir une éducation gratuite , et cela n'est pas effectif dans les propositions, qui visent à restreindre la gratuite d'un secteur, aux statistiques pauvres, de la population" a déclaré Camila Vallejo, présidente de la fédération des étudiants chiliens (la Fech). Celle qui a reçu le prix de "Mujer Terra 2011", pour son implication entant que femme dans un mouvement, a expliqué que la hausse de 7,9% du budget proposée pour l'éducation était insuffisante. Ce pourquoi les étudiants l'ont rejeté. "Il n'y a pas de volonté claire d'aller vers la gratuité du système éducatif public, d'aller vers une éducation de qualité où l'Etat prendrait ses responsabilités. On reste dans le même modèle dicté par les lois du marché." a réaffirmé Camila à la presse chilienne et internationale. Sur Twitter, en marge de la marche de ce jeudi, elle s'insurge : " Ce qui est inacceptable, c'est que le gouvernement continue de se moquer de notre peuple. La répression et la violence d'aujourd'hui est sans précédente." Via ses tweets, la dirigeante étudiante a appelé sa génération à manifester son indignation dès 20 h 30 par des coups de casseroles, symboles de la contestation durant la dictature. Sur les ondes de la radio de l'Université du Chili, Camila Vallejo a conclu que : " L'extrême droite s'est re-manifestée dans les rues avec ce type de répression." Sentiment partagé par Giorgio Jackson devenu vice-président de la fech.

Est-ce un premier signe ? Pour la première fois depuis le début de la contestation étudiante, Reporters Sans Frontières s'est exprimé contre le projet de loi du gouvernement chilien et contre l'arrestation faite ce jeudi, d'une demi-douzaine de journalistes. Le mouvement étudiant chilien, qui grâce à sa leader charismatique, Camila Vallejo, avait trouvé un écho dans le monde entier, espère bien ne pas se retrouver isolé après cinq mois de manifestations interrompues. Quant au gouvernement chilien, il accuse les étudiants de se faire manipuler par la branche extrême des leaders étudiants, dont la plupart ont pris plus de poids dans les jeunesses du parti communiste.

C'est ce vendredi 7 octobre que se termine officiellement l'année académique au Chili. Par ailleurs, une autre marche est prévue pour le 19 octobre par les étudiants. Un sondage publié cette semaine montre que Camila Vallejo fait figure d'exemple pour bon nombre d'adolescents chiliens. Début septembre, dans le reportage qui suit, l'émission Tv péruvienne Dia D est revenue sur le rôle de Camila dans les mobilisations étudiantes.

Les liens pour en savoir plus :

Reporter sans frontières : http://www.rsf-ch.ch/node/3422

Radio de la UChile : http://radio.uchile.cl/noticias/125696/

Journalistes chiliens arrêtés :

http://ilovechile.cl/2011/10/06/chilevision-reporters-arrested-student-marches/34714



Sur le même thème

Chili : Les étudiants testent Michelle Bachelet
Frida, Violeta, deux artistes, deux pays, un même combat, un même destin
Milton Friedman... Chicago boys... Néolibéralisme fascisant...
Premières difficultés de mise en oeuvre des réformes au Chili ?
Coupe du Monde de football : quand des stars du foot risquaient leur carrière, voire leur vie, pour la démocratie et la justice [F Ruffin A Dumini]


Les réactions les plus appréciées

  • Par Activista (---.---.---.181) 8 octobre 2011 14:35
    activista///

    Voilà un commentaire essentiel.

    Et il est amusant de constater comme nos médias préfèrent se concentrer sur son charme plutôt que sur ses opinions politiques...
    C’est qu’une authentique communiste aussi charmante, ça les fait flipper en vérité ;)

  • Par Activista (---.---.---.181) 8 octobre 2011 14:45
    activista///

    Chère Anémone,

    Après lecture plus attentive je réalise que vous aussi oubliez ou (voulez ?) ignorer, voire taire, que Camila EST communiste...

    vous écrivez :
    "Le mouvement étudiant chilien, qui grâce à sa leader charismatique, Camila Vallejo, avait trouvé un écho dans le monde entier, espère bien ne pas se retrouver isolé après cinq mois de manifestations interrompues. Quant au gouvernement chilien, il accuse les étudiants de se faire manipuler par la branche extrême des leaders étudiants, dont la plupart ont pris plus de poids dans les jeunesses du parti communiste."

    Camila EST membre des jeunesse communiste.
    Cela semble poser problème à certains qui tentent alors de le taire, en faite vous partie ?

    Je n’en suis pas et communiste non plus, pourtant je juge important de signaler ce fait, car il balaye les clichés et préjugés envers ces militants.

  • Par Activista (---.---.---.181) 8 octobre 2011 16:37
    activista///


    Un enseignement « libre » est un contre-sens quand il ne s’adresse qu’à une élite.

    Pour information dans les classement des pays les plus alphabétisés le Chili occupe la 78em place, loin derrière Cuba (6em place) et de nombreux pays « ex-communiste ».

    L’enseignement gratuit n’est pas « illusoire », c’est encore le cas dans quelques pays et le fut longtemps dans plusieurs pays Européens avant l’offensive ultra-libérale, c’est une question de choix.

    Si une ile du tiers-monde soumise à un embargo est capable de l’offrir à sa population expliquez-moi comment nos pays ne le pourraient pas ?

Réactions à cet article

  • Par Gaspard Delanuit (---.---.---.12) 8 octobre 2011 13:34
    Qaspard Delanuit

    Cette jeune femme brune est très belle. 

  • Par Activista (---.---.---.181) 8 octobre 2011 14:45
    activista///

    Chère Anémone,

    Après lecture plus attentive je réalise que vous aussi oubliez ou (voulez ?) ignorer, voire taire, que Camila EST communiste...

    vous écrivez :
    "Le mouvement étudiant chilien, qui grâce à sa leader charismatique, Camila Vallejo, avait trouvé un écho dans le monde entier, espère bien ne pas se retrouver isolé après cinq mois de manifestations interrompues. Quant au gouvernement chilien, il accuse les étudiants de se faire manipuler par la branche extrême des leaders étudiants, dont la plupart ont pris plus de poids dans les jeunesses du parti communiste."

    Camila EST membre des jeunesse communiste.
    Cela semble poser problème à certains qui tentent alors de le taire, en faite vous partie ?

    Je n’en suis pas et communiste non plus, pourtant je juge important de signaler ce fait, car il balaye les clichés et préjugés envers ces militants.

    • Par Activista (---.---.---.181) 8 octobre 2011 16:25
      activista///

      PS :
      En commençant par où j’aurais du commencer, c’est à dire en vous remerciant d’attirer ainsi l’attention sur ce mouvement et sa figure emblématique.

      Ensuite après lecture des quatre articles que vous lui consacrez, il me semble que seul le premier relève le fait loin d’être anodin de son appartenance aux Jeunesses Communistes.
      Vous signalez que ses parents seraient d’« anciens communistes » -j’ignorais qu’ils auraient renié leur opinion ?- et qu’elle rejoint les JC à 19 ans.

      Ce qui m’étonne le plus est votre réponse (?) à un commentaire particulièrement révélateur quant aux opinions de son auteur qui fait suite à l’article en question :
      "Sa limite, les Chiliens qui ont applaudi des deux mains à la fin précipitée du désastreux mandat d’Allende n’ont aucune envie de (re)fricoter avec les cocos, dont le passage en Amlat a été aussi néfaste qu’ailleurs.
      Les justes revendications des Chiliens pour la réforme du système éducatif gagneraient à ne pas être défendues par des incapables nuisibles comme le sont les communistes, vraiment !
      « 

      Pour informations les »Chiliens qui ont applaudi des deux mains« au coup d’état de pinochet, aux milliers d’assassinat et »disparitions« , aux dizaines de millier de personnes emprisonnées et torturées
      , etc.. ; étaient et sont toujours des fascistes.

      Dès lors ouvrir votre réponse (?) à ce type de commentaire par :
       »C’est pour cela que ce fut difficile d’écrire cet article..." me semble fort étrange.
      De même que si Camila n’envisage actuellement pas de carrière politique, le combat qu’elle mène est éminemment politique. Et surtout il est en parfait accord avec son analyse communiste/marxiste de la situation.
      C’est par honêteté et respect envers son combat -et celui des nombreux communistes qui ont fait le sacrifice ultime au Chili, ici et ailleurs- qu’il m’apparait important de le souligner.

      Bonne continuation,
      Bien à vous.

    • Par Anémone C. HUBERT (---.---.---.239) 8 octobre 2011 16:36
      Anémone C. HUBERT

      @ Activista,

      Je ne veux absolument pas taire l’implication de Camila dans le mouvement communiste puisque je l’explique même dans un précédent article intitulé : « Camila Vallejo : A 23 ans, elle est à la tête du mouvement étudiant chilien » dont voici le lien :

      http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/camila-vallejo-a-23-ans-elle-est-a-99745

      Camila est communiste, n’en n’a pas honte et ne cherche pas à le cacher. Mais, beaucoup d’étudiants la voient avant tout comme la présidente de leur mouvement. L’implication des leaders étudiants et des professeurs chiliens dans le parti communiste est croissant et c’est ce que met en avant le gouvernement quand il aborde le problème. Puisque cette partie de l’article semble vous intéresser encore plus, je vous passe les liens concernant une itw de Camila à propos de son rôle entant que communiste :

      http://www.humanite.fr/monde/camila-vallejo-%C2%ABnotre-mecontentement-est-du-l%E2%80%99insoutenable-inegalite%C2%BB-480027

      Et concernant le rôle plus fort dans le parti, qui a été donné à d’autres leaders étudiants :


      http://www.lasegunda.com/Noticias/Politica/2011/10/687525/el-poder-de-la-nueva-jota-que-refresca-al-pc

      Et enfin, une analyse poussée sur l’évolution du communisme chilien :

      http://www.wsws.org/francais/News/2011/sep2011/chil-s26.shtml


      Quand j’écris ceci : « Quant au gouvernement chilien, il accuse les étudiants de se faire manipuler par la branche extrême des leaders étudiants, dont la plupart ont pris plus de poids dans les jeunesses du parti communiste. » 

      C’est pour signifier que Camila n’est plus seulement « membre » du parti , mais qu’elle a été élue dans l’appareil directif des jeunesses communistes et donc, que son rôle au sein du parti a été renforcé. C’est pour cela qu’elle est détestée et à la fois admirée. La jeune génération la voit comme porte-parole d’un problème éducatif ayant déjà explosé en 2006 sous la présidence de Michèle Bachelet et connu sous le nom de : La Révolte des pingouins dont voici le lien vers un article qui en parle : http://www.cs3r.org/show.php?id=810
      Le mouvement étudiant de 2011 n’en n’est que la suite puisque ceux qui avaient quinze ans en 2006 en ont maintenant plus de vingt et sont à l’université. Camila et le charisme qu’elle a sur sa génération, est l’occasion en or que tente de saisir le très faible parti communiste chilien pour se donner un second souffle. Merci de m’avoir donné l’occasion d’en dire plus à propos de cet aspect de Camila Vallejo, qui ne pouvait se résumer en une seule phrase :)

    • Par Activista (---.---.---.181) 8 octobre 2011 16:49
      activista///

      Merci pour votre réponse et vos liens,
      et désolé si j’ai peut-être réagi avec trop de vigueur...

      En fait cela faisait un mornement que l’attitude des médias à son égard commençait à me taper sur le système.
      C’est ce qui explique mon insistance et le ton, qui dans ce cas ne se justifiait pas puisqu’en effet vous aviez déjà signalé ses opinions et appartenances politiques.

      Cela dit je continue de penser que quelque part cela vous gênait un chouillat, donc j’insiste une dernière fois, il n’y a aucune honte à être ou soutenir une communiste de cette trempe.

      bon WE,
      bien à vous.

  • Par Thorms (---.---.---.155) 8 octobre 2011 16:10

     afin de réclamer « une éducation gratuite, libre et de qualité. »

    La gratuité de l’éducation est une illusion. Pour éduquer, il faut allouer diverses ressources dans ce but, même dans un système communiste, cela à donc un coût.

    Une communiste qui défend l’éducation libre est un contresens.

    Pour la qualité, le Chili, selon le classement PISSA de 2009, a obtenu la meilleure note des pays latino-américains.

    Si elle trouve qu’il y a un problème au niveau de l’éducation dans son pays, elle peut créer des écoles privés respectant ses convictions vu que son pays le lui permet, s’est ça l’éducation libre.
    Pour la gratuité qui est illusoire, je parlerai plutôt d’accessibilité au plus défavorisé. Pour cela, ses écoles devront être à but non lucratif, cela ne devrai pas lui poser de problème vu ses convictions. De plus, il y a les chèques éducations dans son pays (adopté en Suède aussi).
    Pour la qualité, cela dépendra d’elle.

    • Par Activista (---.---.---.181) 8 octobre 2011 16:37
      activista///


      Un enseignement « libre » est un contre-sens quand il ne s’adresse qu’à une élite.

      Pour information dans les classement des pays les plus alphabétisés le Chili occupe la 78em place, loin derrière Cuba (6em place) et de nombreux pays « ex-communiste ».

      L’enseignement gratuit n’est pas « illusoire », c’est encore le cas dans quelques pays et le fut longtemps dans plusieurs pays Européens avant l’offensive ultra-libérale, c’est une question de choix.

      Si une ile du tiers-monde soumise à un embargo est capable de l’offrir à sa population expliquez-moi comment nos pays ne le pourraient pas ?

    • Par Thorms (---.---.---.155) 8 octobre 2011 18:02

      @Activista

      -> « Un enseignement »libre« est un contre-sens quand il ne s’adresse qu’à une élite. »

      Libre ne veut pas dire gratuit, l’école a un coût. De plus, 85% de la génération âgé de 25 à 34 est allée dans le secondaire alors que seulement 39% de la génération de 55 à 64 ans y est allée (source). Il y a clairement une progression. Le problème des communistes est qu’ils veulent 100% de suite, se qui ne peut être fait qu’en allouant de force assez de ressource dans l’éducation ce qui détruit le reste de l’économie. Laissons du temps au temps.

      -> "Pour information dans les classement des pays les plus alphabétisés le Chili occupe la 78em place, loin derrière Cuba (6em place) et de nombreux pays « ex-communiste ».« 

      Le Chili est peut-être 78ème, mais il y a qu’en même 96,2% de la population qui est alphabétisé (source). Je n’ai jamais dit que la situation est idéale au Chili mais dans ce pays tu es libre d’amélioré la situation par l’initiative privé (ne veut pas dire forcément à but lucratif). Au lieu de passer je ne sais combien de temps à manifester, si ils avaient monté une fondation comme cella , la situation de leur pays se serait amélioré. Là, la seule chose qu’ils ont fait, s’est de la politique : très mauvaise allocation de ressource.

      -> »L’enseignement gratuit n’est pas « illusoire », c’est encore le cas dans quelques pays et le fut longtemps dans plusieurs pays Européens avant l’offensive ultra-libérale, c’est une question de choix.« 

      Dans un système communiste, le Parti va décider d’allouer des bâtiments où sera dispensé l’enseignement. Ces bâtiments ne seront pas alloués pour une autre activité, l’éducation à donc un coût. La gratuité de l’éducation est illusoire.

      -> »Si une ile du tiers-monde soumise à un embargo est capable de l’offrir à sa population expliquez-moi comment nos pays ne le pourraient pas ?"

      Quand tu peux voler une partie de ton peuple pour offrir à l’autre partie des cadeaux, c’est très facile. Et bon, il faut bien que les jeunes puissent lire Marx pour maintenir le système.

  • Par Anémone C. HUBERT (---.---.---.239) 8 octobre 2011 17:59
    Anémone C. HUBERT

    @ Activista réaction n° 3

    Oula... effectivement relu , il me semble important de repréciser deux choses que je voulais soulever suite au commentaire auquel vous faites allusion.

    1) Il y a actuellement un conflit de génération entre la jeunesse qui soutient le combat de Camila Vallejo et ceux qui ont connu la dictature- peu importe leur orientation politique. Cela se ressent quand on discute avec les jeunes qui sont dans la rue, afin d’essayer de comprendre le problème éducatif actuel vu la dimension politique qu’il prend, avec sous jacent, le conflit gauche et droite.

    2) Ce qui me semble interpellant, c’est de réaliser que beaucoup de jeunes, petits- fils ou petites-filles de personnes ayant soutenu Pinochet, sont actuellement pour le combat que mène « Camila la communiste ».

    > Ce en quoi écrire un article à ce sujet est difficile : a)  Il ne faut pas oublier le souvenir douloureux des actions du passé. b) Et l’évolution de pensées de la jeune génération face à ce système éducatif élaboré sous Pinochet. Puis, quand vous avez l’âge de ceux qui sont dans les mobilisations étudiantes et que vous êtes sans cesse tiraillée par des avis de personnes ayant été communistes ou ayant été proches de Pinochet, il n’est pas aisé de se placer à propos d’un sujet autant important pour mes contemporains. Néanmoins, 89 % des chiliens sont d’accord pour une évolution du système éducatif.  Le « défaut » de Camila - aux yeux de certains, est d’être communiste. Mais sa force, est d’être la présidente de la fédération des étudiants chiliens, qui tous bords confondus, la soutiennent encore maintenant J Merci pour vos réactions ;)

  • Par Anémone C. HUBERT (---.---.---.120) 9 octobre 2011 10:30
    Anémone C. HUBERT

    @ Gaspard Delanuit réaction 1 & 2

    Il est vrai que la beauté physique de Camila est un de ses atouts. Au début, les médias chiliens mettaient cet argument-là en avant, suivis par après des médias internationaux. Cela a agacé Camila qui a clairement souhaité ne pas être considérée que pour ce là, même si elle avoue n’avoir aucun problème avec ça. Durant cette 37e manif, elle fut touchée par un jet d’eau et de gaz lacrymogène auquel elle fit une forte réaction allergique. Plus de peur que de mal. Deux photos d’elle dans cet état circulent sur lemonde.fr et forum-unite-communiste.org, si on se réfère à google image tag « Camilla Vallejo en manif ».
    Sa beauté est un atout qui lui pose des problèmes car cela dérange certains.
    Avant d’être la Camila avec un charisme et un leadership que l’on connait aujourd’hui, elle était « affreusement » timide pour le rôle de présidente de la fech auquel elle a été élue. Elle ne décochait pas un mot audible devant les étudiants dans un auditoire.

    Dans le lien de la video 1 , elle a été élue depuis 1 mois :
    http://www.youtube.com/watch?v=se1cwgnMk9g&feature=related

    Dans le lien de la video 2 , élue depuis 1 mois aussi, elle apparait timide et souriante, gênée devant la caméra :
    http://www.youtube.com/watch?v=1SwxA8XoB5Q&feature=related


    Dans le lien de la vidéo 3 , nous sommes en mai et elle manifeste une confiance en elle nettement plus grande alors qu’elle fait le 20h d’un journal TV.
    http://www.youtube.com/watch?v=oruDLLZ3Ryc&feature=related

    Dans une brève, le site web Ansalatina revient sur la timidité des débuts de Camila. Les garçons qui se sont exprimés par rapport à sa beauté m’ont dit, quand je leur posais la question, que c’est cet aspect-là qui leur plait le plus : elle est à la fois « timide », et d’une grande combativité. L’un deux affirme qu’inconsciement, elle joue le rôle de la mère protectrice mais qu’elle est surtout admirée car elle est cohérente dans ce pourquoi elle se bat. Qu’en pensez-vous ? :)
    http://ansalive.eu/ansalatina/notizie/rubriche/entrevistas/2011091017553531 4874.html

  • Par himmelgien (---.---.---.29) 11 octobre 2011 03:29

     Au Chili, les communistes sont les victimes et les « honnêtes gens » ont les mains dégoulinantes de sang !... Aussi , la technique habituelle de faire assimiler communiste = criminel s’essouffle vite !... Dans ce contexte, les opinions personnelles de Camilla Vallejo ne la concernent qu’elle et on ne peut pas la marginaliser ainsi !... ( D’ailleurs, cette propagande ignoble qui cherche sur toute la planète à faire considérer comme oppresseur un mouvement libertaire finira par disparaître ... dès qu’il n’y aura plus de fric pour la payer !...) . Au Chili, les assassins ne sont toujours pas punis , ni mis hors d’état de nuire et les militaires pinochetistes sont retranchés dans leurs casernes !... Ce n’est pas idéal pour un projet social « sereinement » proposé !... L’actuel régime essaie de maintenir la « société idéale » de Pinochet mais il est clair que la dynamique sociale se trouve parmi le mouvement revendicatif et que la jeunesse chilienne ne se laissera pas museler !...

  • Par Anémone C. HUBERT (---.---.---.246) 13 octobre 2011 22:46
    Anémone C. HUBERT

    Camila et Giorgio pour une conférence à Paris demain dès 18:00

    http://agenda.lafrancolatina.com/spip.php?article533

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires