Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Comment sauver l’Islande ?

Comment sauver l’Islande ?

L’Islande avait une histoire qu’elle croyait être bonne : celle de la meilleure élève de la « narrative » libérale.
Agricole au Moyen-Age, terre de pêche aux 19ème et 20ème siècles, l’île avait troqué ses poissons contre des banquiers dans les années 90. La magie des crédits et des placements faciles avait remplacé celle des elfes et de la mythologie scandinave. Des illusions auxquelles le pays a cru parce qu’il en avait envie (trop facile d’incriminer uniquement les illusionnistes, qui ne seraient rien s’il n’y avait pas un public pour croire à leurs trucs).
Sauf que la narrative en question était une fiction.
 
Aujourd’hui, le système bancaire du pays s’est effondré. Les principales banques ont dû être nationalisées pour leur éviter la faillite. La couronne islandaise a perdu la moitié de sa valeur en moins d’1 an ½.
La Bourse : -94 % de sa valeur en 2008. Les achats de voitures : -92 % sur les premiers mois de l’année 2009. Du plein emploi au chômage à 10 %. L’électricité, dont le prix est indexé sur l’aluminium ((en chute) est vendue à perte.
Même le cours du poisson est bancal.
Et la dette du pays représente 10 fois son PIB.
Les Islandais ont voulu rattraper ce qu’ils considèrent comme un retard de leur île par rapport au développement de leurs voisins, eux dont les grands-parents vivaient encore dans des maisons en tourbe, et ils ont raté leur coup.
Ils auraient réussi que l’île serait devenue une icône des pays en voie de développement. L’Islande aurait été dans la lignée de ce que pouvait dire il y a 25 ans un Jean-Jacques Servan-Schreiber. Il conseillait en effet à l’époque aux pays en question de sauter l’ère industrielle pour entrer directement dans l’ère tertiaire.
Et bien ça a raté.
Les Islandais en sont les premiers conscients, eux qui ont manifesté leur révolte au son des casseroles devant le bâtiment du Parlement pendant 17 semaines consécutives, alors que le mot grève était ici pratiquement une insulte. Jusque là.
Aujourd’hui, c’est d’une nouvelle histoire dont l’île a besoin. L’argent du FMI n’est qu’un placébo. Les problèmes de fond subsisteront.
 
De quelle histoire pourrait-il s’agir ?
Une chose est sûre, elle ne pourra venir que directement du cœur des Islandais.
 
Quelques caractéristiques spécifiques de la société islandaise :
- en Islande, on ne se plaint pas, c’est un péché mortel
- les Islandais se considèrent comme de grands ados -le pays est jeune, indépendant depuis seulement 1944-, avec une immaturité assumée.
 
A partir de là, les Islandais ont déjà commencé à explorer plusieurs pistes pour vivre une nouvelle histoire :
- la piste des racines : on a d’abord pensé (pas longtemps) à la filière de la pêche à la baleine puis au folklore islandais (avec elfes et volcans), mais l’idée d’une espèce de zoo n’avait rien de très emballant.
- Mettre les artistes dans le coup ? Leur créativité pourrait-elle reconstruire une histoire ? Les artistes islandais y croient. Les mécènes de l’art islandais, eux, sont en plein dans la crise.
 
Plus convaincant, deux initiatives :
- Celle de Gudjon Gudjohnson, un jeune entrepreneur : il a créé le Ministère des Idées, qui appelle les Islandais à imaginer un nouveau modèle de société.
- Celle de la célèbre chanteuse Björk : elle a créé un fonds pour investir dans des activités qui introduisent des valeurs féminines dans le monde de la finance.
 
Et si la piste était celle-ci ? Celle d’un laboratoire d’idées expérimentées pour de vrai, testées sur cet échantillon d’Europe qu’est l’Islande. Cela pourrait fonctionner pour peu que ce soient les Islandais qui maîtrisent le processus et ne soient pas que des cobayes.
Ce serait un saut dans le vide à la Carlos Castaneda, c’est-à-dire que pour éviter de s’écraser au sol, il faut au cours de la chute accéder à une nouvelle forme de réalité.
Un geste désespéré ?
Que risquent les Islandais ? D’après les observateurs, aucun de leurs hommes politiques n’ose leur avouer que les choses vont aller en empirant.
 
Plus d’infos sur le storytelling : http://storytelling.over-blog.fr

Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • plancherDesVaches 13 juin 2009 13:06

    Votre titre : « sauver l’Islande ».... me gène.
    Et si l’Islande était justement déjà sauvée du « tout fric », de la spéculation, des banques magouilles....
    Et était obligée, de fait, à revenir à des activités plus réelles sachant qu’elle dispose d’une source d’énergie abondante et INEPUISABLE : la géothermie.
    Rien qu’avec cette énergie, elle peut devenir autonome par rapport aux vampires de la finance.

    Certes, elle est maintenant prise en otage par le FMI qui oblige à faire du chacun pour soi en privatisant dans l’intérêt des plus fortunés.
    Mais rien n’empêche des politiciens responsables et pensant à leur pays d’envoyer péter le FMI en le remboursant plus vite que prévu.

    « les choses vont aller en empirant. » Cette phrase que vous reprenez confirme que sans la finance, vous estimez qu’il n’y a point de salut.
    Est-ce que vous avez besoin que je vous ressorte la phrase de Sitting Bull, concernant l’argent.... ????


    • Daniel Roux Daniel R 13 juin 2009 13:19

      Les Islandais d’hier comme les Argentins d’avant-hier, ont voté pour des rigolos. Ils n’ont plus qu’à apprendre à nager.

      « L’électricité, dont le prix est indexé sur l’aluminium ((en chute) est vendue à perte. »

      C’est d’autant plus idiot que la fabrication de l’aluminium nécessite d’importantes quantités d’électricité. Cela devrait être l’inverse.

      Je me moque mais en 2007, les Français ont voté Sarkozy.

      2 ans après, la France est en faillite financière et morale.



      • Marianne Marianne 13 juin 2009 16:18

        • Marianne Marianne 13 juin 2009 17:22

          Excusez la couleur du texte, c’est involontaire.


        • docdory docdory 13 juin 2009 17:34

          @ Stev dang


          Comment sauver l’Islande ? Il faut convaincre les citoyens de ce pays le plus démocratique du monde de ne surtout pas demander à faire partie de l’union européenne. Echanger leur liberté contre l’eurofascisme , tout ça pour quelques difficultés financières momentanées, serait la pire erreur que pourraient commettre les islandais ! Espérons qu’ils ne tomberont pas dans ce piège grossier ...

          • L'enfoiré L’enfoiré 13 juin 2009 18:50

            L’auteur,
             J’ai eu un article qui touchait le sujet Islande. Le changement est frappant dans le temps puisque je remontais à plusieurs années.
             L’Islande a tout : électricité, geothermie, vent, de la lumière à revendre en été et un déficit en hiver.
             mais elle s’est laissé avoir dans la spécultaiotn la banque Kaugthing est le reflet de ce qu’il ne fallait pas faire.


            • dom y loulou dom 13 juin 2009 21:59

              @docdory

              « l’islande le pays le plus démocratique du monde... »

              vous en avez d’autres de stereotypes absurdes comme celui-là ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès