Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > DAECH Les Racines du Mal ; Genèse

DAECH Les Racines du Mal ; Genèse

Nul Terrorisme ne relève de la Raison, de l’Amour, du Bonheur… Le Terrorisme est l’enfant de la Colère, de la Haine, du Malheur…

Comme Sartre le disait « L’Enfer, c’est les autres », de même, le Terroriste, le Barbare, c’est toujours l’Autre ; y compris avec le sens que le Philosophe a voulu préciser pour sa citation dans le CD « Huis clos » :

« Je veux dire que si les rapports avec autrui sont tordus, viciés, alors l'autre ne peut être que l'enfer. Pourquoi ? Parce que les autres sont, au fond, ce qu'il y a de plus important en nous-mêmes, pour notre propre connaissance de nous-mêmes. Quand nous pensons sur nous, quand nous essayons de nous connaître, au fond nous usons des connaissances que les autres ont déjà sur nous, nous nous jugeons avec les moyens que les autres ont, nous ont donné, de nous juger. Quoi que je dise sur moi, toujours le jugement d'autrui entre dedans. Quoi que je sente de moi, le jugement d'autrui entre dedans. Ce qui veut dire que, si mes rapports sont mauvais, je me mets dans la totale dépendance d'autrui et alors, en effet, je suis en enfer. Et il existe une quantité de gens dans le monde qui sont en enfer parce qu'ils dépendent trop du jugement d'autrui. Mais cela ne veut nullement dire qu'on ne puisse avoir d'autres rapports avec les autres, ça marque simplement l'importance capitale de tous les autres pour chacun de nous…

De sorte que, en vérité, comme nous sommes vivants, j'ai voulu montrer, par l'absurde, l'importance, chez nous, de la liberté, c'est-à-dire l'importance de changer les actes par d'autres actes. Quel que soit le cercle d'enfer dans lequel nous vivons, je pense que nous sommes libres de le briser. Et si les gens ne le brisent pas, c'est encore librement qu'ils y restent. De sorte qu'ils se mettent librement en enfer. »

L'Enfer c'est les Autres d'après J.Bosch

Dans le cas du Terrorisme,

chaque camp voit en effet le Diable ou le Mal dans l’autre camp et ces jugements croisés figent chacun dans ses propres animosités, le rejet de l’un alimentant celui de l’autre et réciproquement.

Il y a également dans le concept de Terrorisme un partage du Monde entre le Bien et le Mal qui confine au Religieux.

Et ce n’est pas pour rien que le Terrorisme apparait souvent dans la frange de conflits religieux ou identitaires.

Une commission de « Hautes personnalités » réunies à l’initiative de l’ONU a réfléchi à une définition contemporaine du terrorisme qui pourrait être décrit comme « toute action […] qui a pour intention de causer la mort ou de graves blessures corporelles à des civils ou à des non-combattants, lorsque le but d'un tel acte est, de par sa nature ou son contexte, d'intimider une population, ou de forcer un gouvernement ou une organisation internationale à prendre une quelconque mesure ou à s'en abstenir ».

Ainsi, les bombardements de Gaza ou d’Ukraine, le long blocus économique de l’Irak entre les deux guerres du Golfe, les attentats du World Trade Center, les violences de l’EI contre des civils ou des prisonniers relèvent-ils d’actes de terrorisme. Les situations de guerre civile ou de résistance à un envahisseur extérieur ne rentrent pas nécessairement dans cette définition.

La Terreur de la Révolution Française, les Guerres des Chouans en Vendée peuvent être rangées dans la catégorie des Guerres Civiles avec des épisodes terroristes dans les deux camps. Le Massacre de la Saint Barthélémy relève du terrorisme.

Dans les situations complexes le terrorisme peut être lui même instrumentalisé pour stigmatiser un camp ou un groupe, tel le fameux incendie du Reichstag en 1933 ou les multiples voitures piégées lors des guerres civiles du Liban entre 1975 et 1990. Il peut aussi servir de prétexte à une intervention militaire d’une puissance tierce ; c’est la situation que nous connaissons actuellement dans le cadre de l’actuelle guerre contre le Terrorisme déclenchée dans le sillage d’Obama.

Pourquoi l’EI-ex EIIL-maintenant DAECH- a-t-il pu prendre tant d’importance sur la scène internationale

au point d’avoir fait les unes de l’Info depuis début septembre et occasionné plusieurs conférences internationales de chefs d’Etat en vue de la constitution d’une coalition mondiale pour le combattre ?

Un article de Wikipedia compilant différentes sources nous apprend que l’EI est né en 2006 en Irak sous le pavillon d’Al Qaïda avec déjà la prétention d’incarner l’Etat d’Irak, il se développe également en Syrie et la rupture avec Al Qaida est consommée en fin 2013. Le chef de l’EI est Abou Bakr al-Baghdadi , arrété par les Américains en 2005, détenu dans le camp Irakien de Bucca et relaché en 2009. La campagne en Syrie, soutenue par le camp occidental et ses médias, a permis à l’EIIL de profiter d’un fort recrutement étranger et de récupérer des armes prise à l’ASL.

D’après des estimations de la CIA le nombre de combattants de l’EI avoisinerait 30 000 dont 15 000 étrangers (12000 issus de pays musulmans et 3000 occidentaux dont 1000 français).

Le contexte des Révolutions Arabes a donné à l’EI un nouvel élan basé sur une double perception, à la fois réelle et trompeuse, perception en partie construite à travers le miroir des médias occidentaux et des réseaux sociaux :

Eric Dénécé, du CF2R (centre français de recherche sur le renseignement), auteur du livre « La Face cachée des révolutions arabes » dévoile dans cet interview le côté fabriqué de ces révolutions  habilement manipulées mais détournant un authentique sentiment de révolte. « Washington encourage et appuie les armées d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient pour qu'elles évoluent vers un rôle « à la turque » : c'est-à-dire qu'elles n'occupent pas le pouvoir - sauf cas de force majeure - mais soient les garantes de la stabilité du pays contre l'islamisme, qu'elles contribuent à la stabilité régionale et qu'elles ne manifestent pas d'hostilité réelle à l'égard d'Israël. »

Les médias ont donc accueilli les révolutions arabes comme une aspiration démocratique des peuples Tunisiens puis Egyptiens et cette évolution dans ces deux pays vers des compromis négociés entre laïcs et islamistes modérés a conforté l’idée d’un Printemps Arabe.

Cette double perception : aspiration démocratique et émergence d’un Islam modéré à la Turque compatible avec la Modernité a même porté un instant les mouvements Tunisiens et Egyptiens.

Les interventions extérieures pour déstabiliser la Syrie et la Libye, puis la chute de Kadhafi sous l’intervention conjointe USA-UK-France et des miliciens salafistes du Qatar et de l’Arabie saoudite (dont certains venant de l’EI d’Irak) ont bénéficié alors de la même aura médiatique de combat pour la liberté. Les milices islamistes ont pu alors s’installer en Libye devenue ainsi la base arrière et l’arsenal des mouvements islamistes d’Afrique du Nord.

Les combattants des groupes islamistes en Syrie ont pu alors continuer à profiter de ces soutiens occidentaux dans leur lutte pour renverser Bachar Al Assad

Le tournant a été le renversement de Morsi par le maréchal Sissi, l’épisode de l’attaque au gaz sarin en Syrie durant l’été 2013 et la non-intervention d’Obama ;

les frères musulmans devenaient plus radicaux en Egypte et les relations se tendaient avec Israël ce que les USA ne pouvaient accepter d’autant plus que la Turquie d’Erdogan connaissait une évolution semblable. Morsi a donc été renversé par l’armée pour le compte des USA et Erdogan a du faire face à diverses attaques politiques indirectes  (affaire de la protection du square, du jamais vu en Turquie très « écolo », scandales et écoutes !) menées en sous main pour le compte d’Obama.

 Les relations se gâtent également entre le Qatar et l’Arabie Saoudite, dans la coalition des Amis de la Syrie mais aussi sur le terrain où les différents groupes djihadistes s’affrontent violemment. Les médias ne peuvent plus alors ignorer l’importance du phénomène djihadiste.

Après la dérobade des Américains pour bombarder la Syrie, les rebelles modérés syriens reçoivent de nombreux armements lourds, dont des armes antichars sophistiquées qui finissent par rejoindre les rangs de l’EI.

L’alarme est lancée par Obama lorsque les troupes de l’EI enfoncent les défenses Irakiennes et prennent plusieurs villes dont Mossoul.

Ce qui reste de l’Etat Irakien est alors sérieusement ébranlé et Washington peut imposer un nouveau premier ministre plus conciliant Al Abadi.

Les Autres

Après quelques séquences sur les exactions contre les chrétiens d’Irak et les Yazidis puis les décapitations des deux journalistes, les USA lancent la Grande Coalition contre Daech à la suite de la Grande Réunion de l’OTAN au Pays de Galles.

Les Objectifs militaires US ne sont pas très clairs ; derrière l’extermination de l’EI par des troupes au sol Arabes, Turques, Kurdes appuyées par les aviations occidentales se cache la volonté de contrôler la région et d’abattre Bachar Al Assad. Dans le même temps le Valet américain Le Drian a fait part de la volonté française de ré-intervenir en Libye et par ailleurs Obama envoie 3000 soldats au Libéria contre Ebola. Il y a donc grand branle bas de combat. L’Algérie s’en inquiète d’ailleurs et l’a fait savoir.

Sauf que sur le terrain ce n’est pas si simple car à part les Irakiens et les Kurdes personne n’a vraiment envie d’y aller. Les Américains multiplient les pressions sur les Turcs pour qu’ils participent aux opérations terrestres ; le plus surprenant dans cette histoire est que des groupes djihadistes modérés viennent de signer un cessez le feu avec l’EI !

On voit donc que sur le terrain les objectifs des différents protagonistes ne sont pas identiques ; leur seul point commun est de tous vouloir la chute de Bachar Al Assad mais le but affiché de la coalition est de lutter contre Daech.

Les positions de la Turquie et du Qatar, à cet égard, sont les plus divergentes de l’objectif officiel US car les deux régimes ont largement œuvré à la montée en puissance de l’EI ; la Turquie a servi de receleur pour le pétrole conquis par les djihadistes et continue à le faire, en moindre quantité, avec l’indulgence complice des Américains. Les Turcs s'inquiètent également d'une éventuelle indépendance du Kurdestan Irakien et de son incidence pour les Kurdes de Turquie.

L’objectif réel est donc certainement plus de contenir Daech en Irak, de l’affaiblir en Syrie tout en l’utilisant contre Bachar Al Assad. Il s’agit aussi de lutter contre le Hezbollah et d’affaiblir les positions de la Russie et de l’Iran dans la région.

Ces objectifs ont encore été récemment confirmés par la publication d’un document, intitulé « Ensuring a Strong Defense for the Future » (« Assurer une défense forte pour le futur ») rédigé par le National Defense Panel, un groupe d’anciens hauts responsables civils et militaires, missionnés par le Congrès pour fournir un regard critique sur le calendrier prévisionnel officiel du Pentagone, le plan quadriennal de défense 2014. Voici quelques extraits du rapport traduit par mes soins détaillant les menaces principales relevées dans ce rapport :

« Les USA et ses Alliés et Partenaires sont confrontés à des Etats agressifs menaçant la stabilité et la sécurité dans leur région ; La Chine, la Russie, la Corée du Nord et l’Iran, chacun à titre différent, menacent la stabilité régionale ce qui oblige le Département d’Etat à prévoir des scénarios pour de potentielles situations d’urgence…

1. Menace du programme nucléaire Iranien pour la sécurité régionale

2. Menace de groupes terroristes utilisant certaines zones sanctuaires du Moyen Orient (zone frontalière Syrie Irak) ou du Nord de l’Afrique pour entrainer des combattants étrangers et fomenter des attaques contre les USA, ses alliés et partenaires.

3. Menaces d’attaques sur Israël pouvant déboucher sur une guerre générale dans la Région.

4. Menace que constituent l’usage persistant par l’Iran du terrorisme et d’une politique agressive dans la région ainsi que la portée croissante de ses missiles

5. La maitrise par l’Iran de technologies militaires avancées menace le libre passage du Détroit d’Hormuz

6. Menace que l’Irak ne sombre dans une guerre civile prolongée ou n’éclate en trois entités communautaires.

7. L’annexion récente de la Crimée par la Russie et ses constantes tentatives de déstabilisation de l’Ukraine montrent que Moscou est prête à utiliser la force et la coercition pour servir ses intérêts en n’hésitant pas à violer des règles fondamentales du Droit international….

Des acteurs de premier plan, tels la Chine, la Russie, la Corée du Nord et l’Iran ont tous développé des munitions de précision et des dispositifs électroniques d’assistance au combat (en matière de communication, guidage, surveillance, brouillage)qui rendent plus difficile pour les Forces américaines d’entrer et d’agir dans des zones qui étaient auparavant relativement sures. Cette menace est particulièrement aigue en Asie de l’Est, avec le système chinois A2AD et ses missiles de croisière de longue portée dont la précision ne cesse de s’améliorer… »

Le rapport préconise en conséquence :

« Nous croyons [...] qu’une capacité à faire la guerre partout est la condition sine qua non pour être une superpuissance et s’avère donc essentielle à la crédibilité de la stratégie globale de l’Amérique en matière de sécurité nationale. Dans le contexte actuel de menaces, les États-Unis pourraient, selon toute vraisemblance, être amenés à mener des actions préventives ou à combattre dans plusieurs régions sur des périodes qui se superposent : dans la péninsule coréenne, dans les mers de Chine orientale et méridionale, au Moyen-Orient, en Asie du Sud, et pourquoi pas en Europe. Les États-Unis sont également confrontés à la possibilité d’avoir à faire face à des adversaires dotés de l’arme nucléaire. »

 Entre la Volonté de puissance et la Peur obsessionnelle des USA d’un côté et le Fanatisme dogmatique et violent de Daech de l’autre, le Monde entre dans une période de tempêtes.

« L’Enfer, c’est les Autres » disait Sartre.

Pour l’Occident, l’Autre c’est toujours un peu le Barbare envahisseur sauvage des temps Anciens mais que l’on a appris à dominer dans les Terres Ultramarines et partout dans le Monde, c’est aussi la Peur et le Remord coupable diffus que l’on exorcise sur l’autel des ONG, c’est aussi la nostalgie des terres vierges, du Bon Sauvage que l’on invoque dans l’Ecologie Primale …

Pour les fanatiques de Daech qu’est ce que cet « Autre » occidental ? Il y a, bien sur, toute cette « Haine de l’Occident » que Jean Ziegler a si bien décrite dans son livre où il montre bien comment la Peur de l’un nourrit celle de l’autre. Il s’y mêle aussi fascination et frustration devant les mirages médiatiques des publicitaires que l’on va exorciser dans le fantasme messianique d’un retour aux conquêtes sur les Terres du Prophète.

Mais pour en arriver à ce paroxysme actuel il a fallu que l’histoire contemporaine caricature et diabolise à outrance ces images de l’Autre : Après la décolonisation, le marxisme et ses variantes ont porté un temps les espoirs d’un monde marchant vers l’émancipation ; Mais cette espérance s’est peu à peu délitée dans les arcanes du stalinisme et de la Guerre Froide. La chute de l’URSS en a sonné l’hallali.

La mondialisation libérale occidentale a progressivement envahi le Globe ; dans les pays de tradition musulmane, l’Islam est alors apparu comme une alternative et une voie vers une société plus égalitaire. Les confrontations Occident-Monde de l’Islam à propos d’Israël et de l’Iran ont été les catalyseurs des Haines réciproques ; malheureusement les problèmes ne sont toujours pas réglés et ne font qu’empirer.

Il est non moins vrai que s’il n’y avait pas eu les énormes enjeux pétroliers du Moyen Orient on aurait pu trouver des solutions de paix durable et équitable depuis très longtemps. Les régimes autoritaires de Syrie, d’Irak et de Libye auraient pu avec le temps et les qualités de leur système éducatif évoluer vers des régimes largement aussi présentables que certaines de nos démocraties.

L’Iran donne l’exemple d’un pays islamique qui sur de nombreux points a rattrapé la modernité et qui-si on lui en laisse le temps-évoluerait vers plus de libertés. Mais il faudrait pour cela que les USA arrêtent de jouer les gendarmes du Monde et que les Occidentaux acceptent de partager davantage les ressources communes du Monde.

JPEG - 12 ko
Guerres du Pétrole

Moyenne des avis sur cet article :  4.08/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

50 réactions à cet article    


  • redrock redrock 20 septembre 2014 00:13

    Je maintiens que l’Armée egyptienne ne pouvait rien faire sans l’accord des USA qui lui verse 1,5 MDs de dollars/an pour cela. Obama a protesté (pour la galerie médiatique) contre la répression trop sanglante qui a suivi.
    Si vous lisez dans wikipédia le déclenchement des émeutes, c’est exactement le système des révolutions colorées US, comme d’ailleurs contre Erdogan :
    "Le 1er mai 2013, un groupe de jeunes activistes, créé le mouvement Tamarod (Rébellion)10,11 et lance une pétition demandant la démission du président Morsi et de nouvelles élections présidentielles. Au 30 juin, le mouvement affirme avoir obtenu 22 millions de signatures avec adresses et les numéros de cartes d’identité. Le mouvement semble avoir été spontané au départ du moins. L’homme d’affaires multimilliardaire Naguib Sawiris (chrétien copte), qui avait quitté l’Égypte peu après l’élection de Morsi, a déclaré à Reuters qu’il a complètement soutenu le mouvement logistiquement grâce à sa station de télévision, son journal, Al-Masri Al-Youm et les trois partis libres égyptiens qu’il avait fondés12"
    On trouve plein d’autres sources justifiant les liens USA-SISSI


  • Passante Passante 19 septembre 2014 20:28

    c’est louable vot’ tentative, mais c’est désormais à côté.

    pas d’inquiétude je vais argumenter.

    passons sur Sartre, la philo ici n’a plus sa place, vous verrez bientôt pourquoi.
    Vous utilisez deux grilles en gros :
    une chronologie des événements, 
    et la lecture géostratégique traditionnelle des événements récents 
    comme quoi bachar, us, morsi et tutti quanti.

    ce que vous ne savez pas, en Occident, c’est que les vidéos daëch, 
    si tant est qu’elles ne soient pas de fabrication hollywoodienne, 
    ne sont pas du tout les mêmes sur les chaînes occidentales ou sur le web d’occident 
    que ce qui est désormais visionnable, et pas vraiment traduit, dans la langue d’origine...

    Ces gens-là en sont à l’étape de la recherche, 
    des pionniers, une avant-garde, ça va aller très loin :
     vidéos de gosses de 4 ans, par dizaines, je jure quatre ans, 
    capables de tirer à balles réelles avec un flingue, 
    de réciter les formules de base, 
    le b a ba de l’endoctrniement possible à ces étapes balbutiantes ; 
    l’étape au-dessus, genre cp1 / cp2 moyenne 6 ou 7 ans, 
    vidéos montrant des dizaines de recrues 
    capables de piger comment rendre efficace une ceinture d’explosifs 
    dans un attentat suicide.

    maintenant, terrain et recrutement, comment ça marche :

    exemple économie Liban :
    4000 familles détiennent 300 milliards de dollars ; 
    30% de la population vit en dessous de 100 dollars mensuels, genre 80 euros ; 
    1 million et demi de réfugiés syriens pour 4 millions d’habitants, 
    le syrien ou la syrienne de base peut souvent bosser pour moins de 3 euros par jour...
    vous voyez qu’à l’échelle de ce qu’on appelle pompeusement en europe « inégalités », 
    ici la mafia est en grande forme.

    débarque pour raisons x et y cette structure plutôt les poches pleines qu’on appelle Isis, 
    c’est vache Isis, vous allez voir : 
    ce pouilleux de base 
    qui est encore bien plus pouilleux en chiffres et en pourcentages en Syrie ou en Irak, 
    par rapports auxquels la Phénicie militante est encore un eden ; 
    bref, ce pouilleux donc, vous le prenez, 
    vous lui apportez plein de copains, 
    vous lui payez 400 dolls par mois, 
    + 700 s’il vient d’Europe, 
    + 100 pour chaque meuf, 
    + 50 pour chaque gosse, 
    déjà il a un grand smile, 
    il avait pas vu ça avant ... !

    maintenant il a une bagnole, 
    surtout il se promène (pas en kalach, c’est ringue), 
    non, y’a mieux des trucs à 1000 euros pièce, lunettes etc.
    puis on a peur de lui dans la rue, 
    il est la loi...

    s’il s’ennuie un peu, 
    sur le marché, 
    une chrétienne ou une yazidie prisonnière, 
    jeune, jolie, ça coûte 100 euros, c’est pas beaucoup... 
    genre mille euros on a : 
    putes chauffeurs, femmes de ménage, la belle vie quoi... 
    vous suivez toujours ? 
    ça m’étonnerait.

    bref, ajouter à la pauvreté économique hurlante une grande pauvreté culturelle, 
    bachar et Saddam ayant fait les choses en grand aussi, 
    ben le terrain est prêt à annôner n’importe quoi, 
    surtout que 
    « nous héros, nous martyrs, 
    nous retour du prophète, nous mission, 
    nous messie bientôt en ligne, 
    nous nous quoi nous... ! »

    maintenant comme vous êtes malin, 
    syrie irak liban tout ça c’est des étapes, 
    on bouge les mosquées de l’intérieur, jordanie, tunisie, algérie, séoudie,
    c’est presque prêt, question de timing, 
    nous parlons « monde » monsieur, pas moins ; 
    mais en attendant, prudence, 
    donc quand on va s’adresser à des anglophones ou des frenchies, 
    on va bien habiller la chose, brosser le tout, reluire, gominer, 
    seulement bon, 
    cro-magnon sera toujours cro-magnon...

    dans la publication suivante, 
    si vous feuilletez jusqu’à passer l’étape théologique 
    hautement risible même et surtout d’un point de vue strictement islamique ou coranique, 
    vous verrez quelques plans rapprochés du visage de la chose, 
    politique, société, us et coutmes, projets...

    à vous de juger sur pièce.
    et bonne promenade, 
    c’est un délice, 
    mais c’est pas demain, c’est à l’instant même.

    remarquez bien ce que ces gens-là vous expliquent :

     you have no choice...

    vous embarquez avec nous ! 
    sinon c’est quoi ?

    ben sinon vous êtes morts.

    (Hitler fut un enfant de choeur,
    Staline c’est Casimir smiley )





    • Passante Passante 19 septembre 2014 21:11

      et vive le PSG bien sûr -


    • Passante Passante 19 septembre 2014 21:34

      @ 3 : 

      smiley


    • philouie 19 septembre 2014 23:48

      Passante,

      Merci pour le lien.
       
      C’est impressionnant.

      Sur la partie théologique c’est effarant.
      à la fois dans le fond, - carrément indigne - que dans la forme - c’est une singerie.


    • redrock redrock 20 septembre 2014 00:51

      je n’ai pas dit que Daech n’est pas une organisation terroriste, au contraire ;
      Je m’intéresse à la mécanique qui conduit au terrorisme et c’est exactement ce que vous décrivez : chaos, misère, inégalité conduisant à la haine de l’occident terreau de l’islamisme et des manipulateurs qui jouent avec l’illusion du djihad et les conquêtes de l’Hégire.

      Le Moyen Orient est propice à toutes les manipulations, car tous les facteurs de Crise sont présents : frontières coloniales artificielles, communautés antagonistes traversées par des clivages ethniques, religieux, sociaux, politiques pro USA ou pas, pléthore de réfugiés, cancer Israél-Palestine, lieux saints multiples et enjeux pétroliers.
      On sait que le jeu USA est d’entretenir le chaos mais sans vainqueur pour protéger Israël et le Pétrole.

      Le document que vous indiquez est de la propagande EI qui doit attirer les gens désorientés vers le djihad en jouant avec le Coran et l’Hégire (assez ambigus à ce propos et qui doivent être contextualises), le deuxième objectif est de terroriser ;

      On pourrait tout aussi bien montrer des images de guerre à Gaza, en Irak ou Syrie.
      Les batailles de morts ou de tortures sont contreproductives ; C’est l’idée de l’Enfer c’est les autres ;
      Si je change mes rapports avec autrui, l’Autre change et moi aussi.
      La guerre appelle la guerre qui appelle...

      C’est pourquoi j’ai cité le rapport Ensuring a Strong Defense for the Future
      qui montre comment la Peur conduit la stratégie US vers toujours plus de menaces à venir.


    • philouie 20 septembre 2014 09:59

      Oui,
      mais on aura toujours des Labrune pour venir nous expliquer qu’il s’agit du véritable Islam, issu d’une vrai lecture du Coran. Il nous dira qu’en réalité, si vous ne croyez pas en ces choses, c’est qu’en fait vous n’êtes pas musulman, rejoignant par là, la position de ces gens.
      Ce qui est effrayant, c’est que des jeunes puissent se laisser prendre par cette rhétorique. sans doute qu’un fond d’acculturation n’y soit pas pour rien.
      Je disais de la forme qu’il s’agit d’une singerie, mais aussi bien dans la formulation « islamique » du texte que dans la présentation occidentaliste de la revue.


    • Passante Passante 20 septembre 2014 10:20

      too late 4 jp sartre Constant... n’oublie pas mes dollars ! smiley

      et si tu veux pas que madame (& copines) finissent aux enchères sur ebay
      potasse bien ta 11ème... smiley

    • Passante Passante 20 septembre 2014 11:26

      @constant -

      très exact, bien qu’il y ait à redire sur boukharî, il demeure le plus précis.
      mais il y a plus encore côté Daëch, ils utilisent un autre prétendu « hadîth » :

      « je vous suis venu avec l’égorgement » - ne rions pas...
      (jé’toukoum bel-dhabh)
      un truc qui donne des fous rires à Nasrallah.

      encore des news : 
      les fuyards de Raqqa et de plusieurs positions syriennes daëchistes surveillées (selon un article de al-akhbar (pro-hezbiste)) sont en train de passer dans les camps libanais, déguisés en civils, assurés de réarmements en mode local ; il y a des milliers de villages de genre 200 habitants qui se retrouvent avec 600 réfugiés syriens autour, il suffit que trente de ces « réfugiés » soient des jihadistes pour qu’en cinq minutes le village tombe... de quoi justement occuper grandement l’armée libanaise, histoire de dégarnir sérieusement le front Est, pour pouvoir foncer sur Tripoli déjà cuisinée...

      @philouie -
      Labrune n’aurait pas complètement tort... dès les premières pages, vous noterez qu’après la mecque etc. l’objectif immédiat c’est l’entrée à jérusalem face aux dits « juifs barbares »...

      @redrock -
      il semble bien que l’objectif de fond soit joué contre l’axe iran-bachar-hezbollah ; ce qu’ils ne calculent pas assez vite ce sont ces déplacements rapides vers l’ouest et le Liban, seulement c’est pas en défaveur du hezbollah :
      sourires déchirants jusqu’aux oreilles des hezbistes y’a pas un mois, lorsqu’au moment de la bataille du village de ersal sur le front Est à la frontière syro-libanaise entre Daech et l’armée libanaise, en 48h le nombre de volontaires chrétiens assiégeant bureaux de l’armée et du hezbollah s’élevait à 150.000, les chiites se retrouveraient minoritaires dans leur propre parti, ironies de l’histoire, avec sartriens clairsemés dans les brigades...

    • philouie 20 septembre 2014 11:52

      Non, je ne vois pas les choses ainsi.
       
      je m’explique, pour moi l’allégeance dont il est question ici à une valeur religieuse, c’est à dire sociale et non spirituelle.

      Si tu as du temps à perdre, jettes un oeil sur les commentaires que je fais du livre d’Esther

      J’y parle du juif Mardochée qui refuse de plier le genou devant Haman. ,je dis qu’être juif, c’est avoir rejeté l’idolâtrie et n’adorer que Dieu seul. Donc, affirmer qu’il n’y a de dieu que Dieu.
       
      Donc du point de vue spirituel, il n’y a d’allégeance qu’envers Dieu.
       
      Mais l’homme étant un animal religieux vivant en société, il est nécessaire qu’il y ai une forme d’allégeance pour dire qu’on respecte la loi produite par le corps social (aspect affirmé en disant que Mohammed est le prophète de Dieu)
       
      Mais cette allégeance sociale nous la devons à l’autorité qui préside à la société quel quelle soit.
      (autorité voulue par Dieu, évidement et bien sûr , même lorsqu’il s’agit de la République)
       
      Par exemple pour le musulman vivant en France, il doit l’allégeance à la république.
       
      Ce qu’il faut comprendre alors du passage coranique, dans lequel le Prophète - image de l’autorité - , c’est que le croyant ne doit pas oublier que la véritable allégeance est non pas sociale, mais spirituelle, et n’est dûe qu’à Dieu seul et c’est pourquoi il y a des conditions. "s’engageant à ne pas donner d’associés à Dieu, à ne pas voler, à ne pas commettre de fornication ni d’infanticide, à ne pas attribuer à leurs maris d’enfants illégitimes et à ne pas te désobéir en ce qui est réputé convenable,"

      c’est à dire pour reprendre le cas du musulman vivant en France , oui il doit allégeance à la République mais sans trahir ce qui fait l’essence de sa foi et l’allégeance véritable à Dieu seul.

      Maintenant quiconque prétend qu’on lui doit allégeance parce qu’il est le représentant de Dieu se met à la place de Dieu et il n’y a évidement pas à l’écouter.

      prière d’Esther :


      C:26tu sais combien je déteste les honneurs offerts par ceux qui n’obéissent pas à ta loi, cela me dégoûte de partager la couche d’un incirconcis, d’un homme qui n’appartient pas à ton peuple. C:27Mais je n’ai pas le choix, tu le sais bien. Je déteste la couronne de reine que je dois porter lorsque je parais en public, et je ne la porte jamais en privé. Elle me dégoûte autant que du linge souillé. C:28Moi, ta servante, je n’ai pas mangé à la même table que Haman, je n’ai pas honoré de ma présence le banquet du roi et je n’ai pas bu du vin qu’il offre à ses dieux (25) . C:29Depuis que j’ai changé de condition jusqu’à maintenant, je n’ai été heureuse qu’auprès de toi, Seigneur, Dieu d’Abraham.

    • Passante Passante 20 septembre 2014 12:03

      j’aime beaucoup ce commentaire, parce qu’il est la preuve que vous retrouvez par raisonnement sur les textes ce qui est révélé dans l’étymologie de la langue d’origine.


      donc oui, la distinction social/spirituel ; ainsi, notez qu’Esther parle bien du public et du privé, pourquoi ?
      parce que « Haman » qui s’écrit des trois consonnes HMN est l’homonyme exact de « Hamon » qui s’écrit avec les mêmes lettres, et quii signifie rien moins que : « la foule »...

      j’aurais du mal ou pas le temps de retrouver un verset, ailleurs, où un oracle déclare : 
      « regarde cette grande mutlitude incalculable, 
      eh bien sache qu’il n’en restera rien » 
      isaïe maybe ? toujours est-il que c’est le schéma même de la lutte d’Esther.

    • philouie 20 septembre 2014 12:58

      Passante,

      Merci pour le lien entre Haman et Hamon avec le sens de foule.

      ça tombe pile-poil au moment où j’en suis de mon commentaire : il s’agit du passage où Haman se rend compte que Mardochée fait partie d’un peuple et qu’il ne réglera pas son problème en tuant Mardochée seul.

      Apparait alors dans l’esprit d’Hamam « eux » les juifs qui fait qu’Haman va devenir un « nous ».
      Nous vs eux sera alors la suite du combat.

      Mais mon interprétation est psychologique et non rabbinique : c’est à dire que le livre d’Esther, lorsqu’il est pris comme élément du roman national juif, conduit à la construction d’un « nous les juifs » qui alors fait pencher du coté d’Haman plutôt que du coté de Mardochée.

      Maintenant, si vous croyez que dans le Coran, l’objectif est Jérusalem pour défaire les barbares juifs,
      allez vous faire embaucher par Al Baghdadi. Et prenez Labrune avec vous !


    • philouie 20 septembre 2014 13:18

      Pourquoi cette triste mine Constant ?
      vous croyez aussi que le dans le Coran « l’objectif c’est Jérusalem pour défaire les barbares juifs »


    • philouie 20 septembre 2014 13:26

      Excusez moi. je ne comprends pas.
      merci d’être explicite.


    • Passante Passante 20 septembre 2014 13:54

       smiley oui... j’ai ptet été un peu vite en besogne, c’est vrai

      mais nul doute que Labrune piétinant la nausée et quelques mouches peut très bien se débrouiller tout seul à huis-clos avec un ticket de première...

      pour ce qui est d’Esther, mardochée c’est Mordé-Khaï, autrement dit soit qui commande le vivant, soit surtout le sens de « celui qui donne le commandement au Vivant » (compris ici comme nom divin).

      pour Esther c’est plus compliqué, certains pensent à Ishtar, c’est faux à cause du lettrage, on peut penser à la racine shatar qui donne chataranj (jeu d’échec en persan) ou kshatrya  (le combattant, en sanskrit) ; le plus proche demeure la racine STR avec le sens de non pas strictement cacher, mais mettre une chose hors de la vue de tous, en islam cela correspond au nom divin Sâtér.

    • philouie 20 septembre 2014 14:23

      Merci pour ses détails.

      Bon, je n’ai pas compris quelle mouche a piqué Constant, je n’ai pas eu l’impression de diffamer quiconque. j’espère qu’il donnera ses raisons.

      Pour ce qui est d’Esther Caché, c’est un point que j’ai abordé,.
      On passe d’Esther à Ishtar en transistant par Vénus au moyen du vrai d’Esther qui est Hadassa et qui signifie la myrte.

      Mordé-Khaï, « qui donne le commandement au Vivant », je note.
      Je veux également souligner quelques points communs entre Mardochée et Jésus Christ...mais ce sera en fin de commentaires....


    • Passante Passante 20 septembre 2014 14:24

      autre sens de mardochée : « rébellion vive »


    • Passante Passante 20 septembre 2014 14:38

      étonné que mon raisonnement sur le nom esther soit confirmé en talmud.

      mais sur hadassa il vous faut être prudent, car la myrte, si elle est plante de mort, et renvoie à ishtar (par exemple présence de la myrte au décès d’Adonis, possibilité de lien entre hadassa et « a’adassa » en arabe ou la lentille, encore un élément qu’on retrouve dans des situations de pertes sérieuses, ne serait-ce que le légendaire « plat de lentilles »), cette myrte qui se dit hadassa renvoie plus à perséphone qu’à aphrodite, pourquoi ? à cause de la racine en clair : hadès, or esther est un texte tardif, et les grecs sont déjà passés par là.

    • philouie 20 septembre 2014 14:53

      Vénus, et je crois également Ishtar, sont des déesses ambivalentes, déesse de l’amour et déesse de la guerre. Elles seraient alors la représentation d’un couple formé de l’amour et de la haine.

      L’idée que je m’en fais est que dans le livre d’Esther, Esther ne représente que la valeur positive de Vénus, la déesse de l’amour, et qu’il faut en trouver la valeur négative dans la femme d’Haman, Zérech.


    • Passante Passante 20 septembre 2014 14:59

      zerech c’est le grain à la source, mais au sens de grain de feu, verbe employé surtout pour le lever du soleil au sens de brûlant (zerech ha-chamach).

      pas d’accord sur le reste, du fait que c’est au moins trois siècles avant le texte d’esther que l’aphrodite guerrière prédomine encore (style « vénus en armes » de sparte), à l’époque d’esther, aphrodite est désormais bien cantonnée au guilis et autres acrobaties moelleuses.

    • philouie 20 septembre 2014 15:16

      3 siècles à l’échelle du mythe, c’est pas grand chose.
      La femme dans l’imaginaire de l’homme d’aujourd’hui à toujours ce coté ambivalent.
      Quoiqu’il en soit, effectivement, Esther n’a aucun trait négatif, a ceci près qu’elle fait massacrer ses ennemis.


    • Passante Passante 20 septembre 2014 17:16

      3 siècles rien !?

      et si je vous dis « L’Etat c’est moi ! »
      ça vous va encore comme mythe ?

    • Passante Passante 20 septembre 2014 17:38

      une preuve indéniable que les grecs sont passés par là, Philouie, est la suivante :


      ce livre présente une femme, Esther, qui se cache on a dit, 
      et qui finit par pendre son adversaire en position dominante, Haman, cette foule...

      Or c’est le schéma exact de l’Odyssée :
      Ulysse de retour commence par se déguiser et se cacher (le verbe précis est lanthanô), 
      et il finit par aboutir, de ses propres mains, à la reprise de son pouvoir 
      avec la pendaison collective des servantes.

      trop de collusions pour un hasard, 
      l’Odyssée est passée par là, ça ne fait aucun doute.

    • Passante Passante 20 septembre 2014 17:41

      plus encore :

      Ulysse en grec : Odusseus
      féminisé sémitisé : Odossea ou hadassa.

    • philouie 20 septembre 2014 17:50

      C’est possible, mais c’est pour moi assez secondaire.
      Mais je n’aborde pas la lecture d’un texte religieux suivant une approche historique. ce n’est pas ça qui m’intéresse.
      Ce qui m’intéresse, c’est d’y trouver les grands thèmes intemporels qu’on retrouve toujours au long des siècles. Ces thèmes se liront d’autant plus facilement que le texte est archaïque.


    • philouie 20 septembre 2014 17:51

      Ulysse en grec : Odusseus
      féminisé sémitisé : Odossea ou hadassa
      .

      je regarderai cette piste.
      Mais, je pense clairement que ça va m’éloigner de mon thème.


    • Passante Passante 20 septembre 2014 18:31

      mais ça n’a rien d’historique, et c’est justement une convergence de thèmes intemporels entre deux textes séparés par un demi-millénaire ; il suffit de creuser encore...

      exemple : Mardochée comment fonctionne-t-il ?
      comme antichambre, il est un espace intermédiaire entre l’extérieur d’où l’on vient et l’intérieur du palais, le switch en gros, d’où sa position de portier.
      Or comment cela fonctionne dans l’Odyssée ? pile poil selon le même schéma, Ulysse passe son temps en va-et-vient entre son ancien porcher Eubée devenu complice et le palais où règnent les prétendants. 
      De plus comme dans le cas de Mardochée, Eubée ne manquera pas de jouer son rôle lors de la lutte finale - si ça vous suffit pas, ajoutez-y l’autre schéma des apparitions de Pénéloppe donnée à voir devant la foule des prétendants et qui finit par s’y refuser, ce qui n’est pas sans rappeler ce qu’on exige de la reine vashti en intro d’ester.

    • philouie 21 septembre 2014 11:48

      Vous cherchez à me faire marcher là ?
      vous trouverez toujours des concordances surtout avec un bouquin comme l’odyssée.
      Encore faut-il que ça fasse sens.


    • Passante Passante 21 septembre 2014 12:17

      c’est pas trop mon genre de faire marcher qui que ce soit, je passe.

      mais encore vous remercier ! de m’avoir donné de découvrir ça, et aligner là
      pas moins de six éléments de correspondances exactes entre ces deux textes.
      si après ça il faut encore croire au hasard, 
      baghdadi n’y suffirait ptet pas... 

    • Passante Passante 19 septembre 2014 23:04
      latest news :

      - daëch vient d’envahir 21 villages kurdes, plus la 3e ville kurde dans le nord de la Syrie, exode massif, preuves que les fournitures french sont inutiles ?

      - daëch vient d’exécuter un 3e soldat otage parmi les trente de l’armée libanaise suite à la bataille de ersal.

      - daëch est désormais totalement absent de la ville de Raqqa, qui était pourtant sa base syro la plus centrale, donc ils ont pigé la menace, mais cela signifie, malgré le soi-disant bombardement français sur une réserve de munitions, que sans troupes au sol tout cela n’est que mascarade ; et les occidentaux le savent, donc à quoi ils jouent ? le but n’est donc pas ici, il s’agit juste de détourner l’attention de l’opinion, un os médiatique à ronger, rien de plus.

      - pire encore : daëch vient de gagner une bataille idéologique très importante, à Tripoli 2e ville du Liban, dans une grande mosquée, la foule scandant : « longue vie à Baghdadi » et « le peuple veut l’Etat Islamique... » (al-cha’ab yourîd al-dawla el-islâmyia, slogan repris-reconstruit donc du modèle de base tuniso-égyptien « le peuple veut le changement du régime », la terreur succède rhétoriquement à la révolution - une règle).

      - des groupuscules encore très dormants semblent déjà signalables dans les recoins les plus sombres de Constantine Algérie ? smiley

      • Passante Passante 19 septembre 2014 23:11
        more : Daëch a réussi, par des routes secondaires, à rassembler près de six mille combattants dans l’Antiliban, qui porte désormais tristement son nom, sur la frontière syro-libanaise ; la menace explicite sur twitter est : « vous allez voir très bientôt »...
        traduction : pris en étau entre le hezbollah à l’Est dans le Qalamoun syrien, et l’Armée libanaise coté ouest sur la frontière libanaise, Daëch n’ignore pas les aventures napoléoniennes face au général hiver ; hautes altitudes là-bas... Or plutôt que de retirer ses troupes avant l’arrivée des las, ils amassent des combattants, alea jacta est.

        • Passante Passante 19 septembre 2014 23:12

          lire : avant l’arrivée des glaces...


        • Passante Passante 19 septembre 2014 23:41

          ultime réflexion et éléments d’analyse :


          tout ce qui leur manque c’est l’accès à la mer.
          - impossible sud irak be chiites ;
          - impossible ouest syrie because alaouites + russes
          - la seule porte c’est Tripoli Liban : sunnite.

          seulement pour y arriver il faut traverser la bekaa, 
          venir à bout des 60.000 soldats mal armés de la troupe libanaise 
          et des quelques dizaines de milliers du hezbollah dans la vallée de la bekaa - 
          difficile... donc comment faire ?

          faire brûler le Liban par lui-même - un jeu d’enfant.

          -grande paupérisation suite à l’arrivée massive de syriens sur un fond déjà pas jovial.
          -absence de président de la république, encore un décapité...
          -gouvernement très tendu et divisé avec coups bas sous la table
          -parlement arrivant en fin de mandat déjà prorogé...
          -terrain même de la bekaa constitué d’une mosaïque faite d’un sacré mélange sunnite-chiite.

          allumettes : 
          les fameux otages de l’armée libanaise : trente.

          mais surtout à l’image du Liban, y’a de tout : 
          chiites, sunnites, chrétiens, druzes, etc.

          la semaine dernière il a suffi d’un tweet (daëch totalise 60.000 comptes twitter......) 
          menaçant le soldat druze pour soulever toute la région druze 
          contre les réfugiés syriens locaux, un jeu d’enfant...

          ils ont donc 27 james foley en réserve, et tous bariolés, 
          ils sont maîtres du spectacle, 
          sachant qu’ils peuvent aussi surtout jouer sur les divisions des médias du Liban 
          qui sont le relfet exact de la schize politique.
          les chants nouveaux de Tripoli signifient que la bataille désormais est lancée.

        • Passante Passante 20 septembre 2014 15:12

          de la patience dans l’azur...

          c même pas l’apéro ! smiley

        • philouie 20 septembre 2014 15:20

          Constant, peux-être ne l’avez vous pas vu , mais je vous ai demandé des explications sur vos accusations de diffamation que je ne comprend pas.

          J’aimerai éclaircir ce point.

          merci par avance.


        • Passante Passante 20 septembre 2014 21:35

          faut pas trop s’inquiéter... sur le court terme oui, ça va chauffer, mais sur le long terme, comment vous dire... « le mauvais goût conduit au crime » (stendhal), daëch est l’enfant naturel de lady gaga, pensez lady gaëch - puis surtout ils sont déjà morts (ils croient aussi à youtube, donc c’est joué).


        • agent ananas agent ananas 21 septembre 2014 12:39

          "Directive de Daech aux lycées irakiens sous son autorité, interdiction d’enseigner la physique et la chimie car elles ne font pas explicitement référence au créateur..."

          Mince alors, comment les futurs djihadistes vont faire les IED’s maintenant ? Faut pas qu’ils soient trop efficaces ? Les couteaux de bouchers doivent suffire a t’on décidé à Langley/Herzliya... ?
           smiley


        • redrock redrock 20 septembre 2014 01:03

          @Passante
          Etes vous Libanaise ?
          Il est vrai que le Liban est une poudrière au sens figuré ou non et qu’il n’y avait même pas besoin de Daesh pour mettre le chaos.
          L’assassinat d’Harriri en 2005 n’a pas encore livré tous ses secrets et, comme Israél est sorti bien lessive de la guerre à Gaza, il faut bien trouver quelque chose pour affaiblir le Hezbollah et réveiller les vieux démons libanais.


          • Passante Passante 20 septembre 2014 08:27

            justement, vous tenez bien la clef exacte Redrock.


            déclaration de Hassan Nasrallah juste après cet assassinat :
            « Nous sommes partis pour des années d’instabilité dans toute la région, la pierre d’angle de toute la région vient de tomber » (à une époque, 2005, où tout dans ce coin était sage comme une image).

            ma lecture : 
            suite à boum Hariri, il se déroule à Beyrouth une vraie révolution qui va sortir les Syriens, 
            ça se passe à la fois dans les rues, au parlement surtout, et sur les télés locales.
            l’ennui(?), 
            c’est qu’à cette heure, jazira, arabya, satellites, etc., tout le monde arabe regarde et assiste, surtout à certaines séances de Francs déballages au sein du parlement, bref toute la scène est bue.
            le temps que ça incube bien fond, 
            les révolutions arabes démarrent ; seulement le terrain n’est pas prêt.

            Noter le mouvement de boomerang : 
            ça part de la révolution du cèdre, ça va jusqu’à tunis puis ça revient en progressif afrique du nord, yemen, jusqu’en syrie, pour finir à nouveau au liban, joie.

            Nul autant que Hariri le sunnite modéré ne savait dealer à merveille avec ses propres barbus ; et la désertion de son fils la queue entre les jambes pour les hôtels parisiens, laissant décapitée sa propre communauté, sera reconnue plus tard comme facteur de taille dans la destruction de son bled.

          • Christian Labrune Christian Labrune 20 septembre 2014 12:34

            @redrock
            Se réclamer de Jean-Paul Sartre en 2014, c’est plus que rigolo, surtout si on a pu lire (du moins, je l’espère !) ses entretiens avec Gérassi publiés il y a quelques années. Sartre, dans les derniers temps de sa vie, était gâteux. Il lui restait quand même, disait-il, chaque jour, quelques heures de pleine lucidité. En quoi il se trompait sur lui-même. En politique, il avait été gâteux dès la guerre, durant laquelle il avait consenti à faire jouer son théâtre, se soumettant ainsi, de fait, à la censure allemande.
            La mauvaise conscience qui en résulte l’induit à développer (un peu tardivement !) le thème de l’engagement nécessaire de l’écrivain, ce qui le conduira après 68 à « s’engager », comme un gamin quelque peu perturbé, dans les pires errances politiques : on le voit vendre à la criée la très maoïste « Cause du Peuple » (révolution culturelle => une quarantaine de milions de morts !). Et il n’hésite pas à soutenir les pires terrorismes : Septembre noir, Bande à Baader, etc.. Pour les jeunes, un excellent exemple à imiter. S’il vivait encore, Sartre aurait aujourd’hui 109 ans. A n’en pas douter, ce bouffon politique devenu enfin parfaitement sénile serait jihadiste en diable ; l’athée d’hier finirait peut-être bien par éructer : Allah akbar !

            Les thèses vulgarisées de Sartre ne sont pas pour rien dans une idéologie d’extrême gauche actuelle qui vient de réaliser récemment sa fusion avec la pire extrême droite, sur fond d’antisémitisme crapuleux. J’écrivais récemment sur ce site qu’on ne tarderait pas à y faire la promotion du « Califat ». On n’en est pas encore tout à fait là, mais ça vient doucement.

            Donc, nous sommes tous des terroristes ! Les démocraties occidentales, par conséquent, n’ont pas de leçons à donner aux égorgeurs de Daech, lesquels ont leurs raisons d’agir ainsi puisqu’ils ne font que se défendre, les pauvres, contre un « agresseur » plus puissant (c’était déjà une thèse de Sartre !). Au nom de la Tolérance, il convient par conséquent de les laisser persévérer dans leur action civilisatrice et de leur permettre de « libérer » les peuples opprimés. Quand on ne dispose pas de l’arme atomique, on fait ce qu’on peut : on égorge, on réduit les femmes en esclavage ou on les viole, on terrorise des populations, on les persécute, on les extermine au nom de la plus obscurantiste et de la plus sanguinaire des religions. Bref, malgré des apparences dont aucun complotiste ne sera jamais dupe, on ne fait que copier ce qui se voit tous les jours à Londres, à Tel-Aviv ou à Paris. Tout est dans tout, et réciproquement.
            J’allais sortir et descendre jusqu’à la Seine, mais je crois bien que je vais y renoncer : la perspective d’être peut-être égorgé du côté de la station Rambuteau ou d’y voir encore des entassements de cadavres (à Paris, on voit ça tous les jours !) et le sang qui ruisselle au bord des trottoirs, tout cela me refroidit un peu. J’envisage de plus en plus sérieusement d’aller m’installer en Iran ou en Turquie. Là-bas au moins, la violence est exclue, et la liberté de conscience sera toujours garantie.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès