Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > De l’Imaginaire à la Ruine. Histoire d’un désastre (...)

De l’Imaginaire à la Ruine. Histoire d’un désastre français

Nos dirigeants vivent désormais dans l’Imaginaire.

Le Pouvoir en place se construit autour d’une Idéologie qui veut bâtir un Monde Imaginaire, purement doctrinal, déconnecté des réalités du quotidien. Lorsque ses Constructions de l’Absurde se fracassent sur la réalité, elles laissent derrière elles, un champ de ruines.

C’est aujourd’hui patent, en matière de Politique Étrangère. Nous allons l’étudier sur le cas Syrien et sur la gestion de la Crise des « Migrants ». Mais le propos du présent article est également de montrer que ce même vice du Pouvoir en Place, son obsession à agir à travers une vision du monde coupée du Réel est aussi partout présent sur ses autres champs d’action, ceux de la Politique Intérieur. Je donnerai un exemple probant, car très éloigné du cas de la Syrie, où les mêmes causes produisent les mêmes effets. Je parlerai de la Transition Énergétique.

 

Le cas de la Syrie.

En Syrie, la France s’est perdue dans des spéculations sur les « solutions politiques de la Crise » et un débat stérile sur le «  départ de M. Bashar El Assad ».

Se faisant, en plaçant notre action à ces niveaux nous avons commis une simple erreur : nous avons parlé de la solution avant d’avoir traité le problème ! La Solution Politique, le départ ou non de M. Bashar El Assad du pouvoir, ne peuvent être qu’une conséquence de l’issue de la guerre et certainement pas l’élément qui va déterminer cette issue. Très clairement notre diplomatie s’est placée dans le Monde de l’Imaginaire, elle a cru qu’elle pourrait décider pour la Syrie sans avoir sur place… aucune force ! Où sont les alliés de la France sur le théâtre des opérations ?

M. Poutine qui a le sens de la formule pourrait désormais dire : « Paris a raison, il faut terminer la guerre. Simplement, la meilleure façon de terminer une guerre, c’est de la gagner. ».

Parlons de M. Poutine justement. La propagande en œuvre qui relaie nos dirigeants s’est complu à son propos à répéter que c’était un « dictateur » ! Un affreux ancien membre du KGB…

Comme toute propagande qui se respecte, elle a fini par s’auto-intoxiquer avec le pouvoir en place. Elle a juste oublié la Réalité. La Réalité, c’est qu’avant d’être un « méchant » ou un « bon », Vladimir Poutine est d’abord… un combattant ! C’est un militaire. Le KGB était d’abord une organisation militaire. Vladimir Poutine n’a pas terminé avec le grade de colonel, il a terminé avec le grade de général. Autour de lui, le pouvoir qu’il a mis en place est composé à plus de la moitié… de militaires !

Autrement dit, l’engagement militaire direct de la Russie, sur le théâtre d’opération syrien, si la situation avait été correctement analysée par nos diplomate, était un scénario plausible qui aurait dû être envisagé ! Une analyse sans concession de la situation aurait dû mener à la conclusion que, n’ayant aucun allié sur le terrain pour lui faire concurrence, les deux seules options qui s’offraient à nous étaient : soit une alliance avec lui, soit un retrait prudent ! Continuer à pérorer sur le conflit, comme l’ont fait MM. Fabius et Hollande n’a conduit qu’à ajouter le ridicule à l’échec.

 

L’affaire des « migrants ».

Là encore, la réalité fut ignorée. La réalité, c’est que les « migrants » qui débarquent en Europe aujourd’hui ne sont pas, dans leur immense majorité des réfugiés de guerre. Si vous en doutez, je vous engage à comparer les photos des réfugiés Français de 1940, Chypriotes des années 50 etc… aux « réfugiés » d’aujourd’hui ! En France comme à Chypre, vous verrez des familles en désarrois. Les images se ressemblent tellement qu’on a du mal à les distinguer. En revanche on ne les cofondera jamais avec celles des « migrants » d’aujourd’hui, vu que là, vous n’avez que… des hommes dans la force de l’âge.

L’idée "géniale" des quotas est là pour nous démontrer l’absurdité de la réponse de nos politiques à la situation. Comment ces « migrants » qui viennent du bout du monde, ou du Kosovo ! chercher du travail en Allemagne, pourraient accepter sans difficulté d’être relocalisés au Portugal, en Grèce ou à Chypre ?! Et si, par miracle l’UE y parvenait comment ferait-elle pour qu’ils restent là bas alors que, du fait de Shengen… les frontières n’existent plus ! Comment relocalise-t-on arbitrairement des immigrants dans tels ou tels pays alors que les frontières n’existent plus ?

Plus grave, nos dirigeants ont oublié une simple chose… nous sommes en guerre  ! Nous sommes en guerre contre Daesh ! Et lorsqu’un pays est en guerre, la première chose à contrôler c’est qui rentre et qui sort ! Est-ce que Daesh qui est en guerre contre nous est suffisamment stupide ou naïf pour ne pas au moins essayer de placer ses combattants parmi ses flots de migrants ? Poser la question, c’est y répondre.

 

La Transition Énergétique.

Comme dans les deux cas précédents, notre Pouvoir, sur cette question, n’a que des bonnes intentions, celles dont l’Enfer est pavé. Etablir la démocratie en Syrie, quelle beau projet ! Accueillir de [supposés] malheureux immigrants, quelle générosité ! Sauf que si les questions attenantes à l’action menée ne sont pas traitées : avec qui s’allie-t-on en Syrie, qui sont vraiment les « migrants » ne sont pas traitées, nous faisons n’importe quoi et précipitons la catastrophe.

 

Pour la Transition Énergétique, l’intention est claire et louable, remplacer les sources d’énergie fossiles polluantes, ou nucléaires supposées dangereuses par des énergies propres et renouvelables !

Oui, mais une étude plus approfondie du dossier démontre deux choses :

1/ Les énergies dites propres ne le sont pas tant que ça. La construction d’éoliennes suppose l’utilisation de terres rares dont l’extraction est on-ne-peut-plus polluante, la construction de panneaux solaires implique l’utilisation de grande quantité d’énergies qui ne rendent le panneau rentables (dans le sens où il aura produit plus d’énergie qu’il n’en a coûté) qu’au bout de 10 ans, alors que sa durée de vie est de… 5 ans (même s'il est censé en tenir 25 !). Je passe sur les éoliennes déconnectées du réseau électrique national, du fait que la fréquence de l’électricité qu’elle fournissent n’est pas compatible avec le Réseau. Ces éoliennes tournent bien et fournissent bravement de l’électricité… directement envoyé au sol, donc à la poubelle.

2/ Si par miracle, par un quelconque progrès scientifique inespéré, ces énergies devenaient soudainement vraiment propres, elles ne produiraient qu’une infime partie du courant nécessaire à la France d’aujourd’hui.

 

Une logique de l’absurdité qui a envahit la Société Française

 

Nous pourrions étendre à loisir notre analyse à tous les domaines de la société, voir comment un Code du travail censé protéger les salariés, en devenant sans cesse plus complexe participe à l’accroissement du chômage (même s'il est loin d'en être la seule cause, n'en déplaise à M. Macron) et donc à la précarisation de tous ; comment l’aveuglement qui préside à la gestion de la Dette nous précipite vers un scénario « à la grecque ». Ce qu’il faut bien comprendre c’est que désormais le Pouvoir est coupé de la réalité. Il nous ment comme se ment à lui-même. Au bout de ces absurdités, l’enjeu devient la destruction de la substance même de la France. Cela nécessite une réaction forte. Le Pouvoir en place doit être balayé, parce qu’il est nuisible au pays et remplacer d’urgence par un Pouvoir fort, mais pas seulement, surtout, ancré dans la Réalité. C’est à chacun d’entre nous, de prendre maintenant ses responsabilités sur l’avenir en s’engageant pour qu’un tel Pouvoir, Puissant et Réel se rétablisse.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.7/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • non667 22 octobre 2015 14:34

    on est en guerre ! l’empire judéo américain contre les nations !
    dans ce combat l’échec de l’un montre le succès de l’autre !
    or vous présentez ce qui se passe au moyen orient ( immigration ,guerre ) comme un échec due à la vision imaginaire du pb de la part des dirigeants !? echec = oui =mort des nations 
     mais un succès calculé /,voulu ,/comploté du N.O.M. mondialiste et de ses laquais (front ripoublicain en France )
     un indice emblématique ,Israël s’agrandit au dépens des arabes palestiniens contre la volonté de l’O.N.U. !


    • fred.foyn Le p’tit Charles 22 octobre 2015 14:55

      +++++
      Excellent article sur « Notre absurdité » dans la réalité de tous les jours...ou comment les Français vivent les yeux fermés... !


      • zygzornifle zygzornifle 22 octobre 2015 16:24

        l’imaginaire ?? je pense même que cela est hors de leur portée ....


        • zygzornifle zygzornifle 22 octobre 2015 16:26

          imaginez le monde de demain !!! votez Hollande, votez Sarkozy , votez Juppé ....et pourquoi ? parce que ce la est bon, parce que cela est bien .....lol


          • amiaplacidus amiaplacidus 22 octobre 2015 17:40

            « ...La Réalité, c’est qu’avant d’être un « méchant » ou un « bon », Vladimir Poutine est d’abord… »

            La réalité, c’est aussi un chiffre (environ 80 %) qui est commun à Hollande et Poutine :

            80 %, c’est le niveau d’impopularité de Hollande en France,
            80 %, c’est le niveau de popularité de Poutine en Russie.

            Hollande fait une politique qui déplaît à une immense majorité de Français ; Poutine fait une politique qui convient à une immense majorité de Russes.

            Évidemment Poutine fait une politique pro-Russe (on ne peut pas le lui reprocher) alors que Hollande fait une politique pro-USA (et on peut le lui reprocher) telle qu’elle est encore plus atlantiste que celle de Sarközy, ce qui n’est pas peu dire.


            • lsga lsga 22 octobre 2015 18:19

              La France est un pays de merde, et le drapeau français n’est jamais aussi beau que quand il brule.
              Les français de souche sont des consanguins arriérés, qui après avoir abandonné leurs cultures régionales sont devenus des abrutis acculturés. Cette masse de loosers pathétiques, incapables de s’adapter à la mondialisation, se réfugient dans les jupons réactionnaires des nationalistes et des fascistes. Ils rêvent que leur armée aillent mater encore une fois les colonies pour financer leur système social néo-fasciste.
               
              Cette bande d’assistés va se faire marcher sur la gueule par la révolution mondiale. Vivement.


              • elpepe elpepe 22 octobre 2015 18:26

                @lsga
                Cette bande d’assistés va se faire marcher sur la gueule par la révolution mondiale. Vivement.

                Bonjour - bien vu Isga, j adhere


              • elpepe elpepe 22 octobre 2015 18:21

                excellent article qui analyse les pbs sur un angle pragmatique, mon angle de vue personnel aussi

                Il manque l analyse sur le principe de gouvernance du PS et Hollande qui est de plus en plus de fonctionnaires, mieux en mieux payes avec de plus en plus d avantages et privileges, retraite etc

                Alors que pour sauver la France et son economie il aurait fallu faire exactement l inverse, promouvoir les salaries du prives, rendre la vie dur aux fonctionnaires pour qu ils migrent massivement dans le secteur marchand etc ....
                Mais c est trop tard et l on ne peut souhaiter que l effondrement il permettra de rebondir sur une periode de 10 a 15 ans, et evitera cette souffrance permanente et injustice public versus prive (bien evidemment il s agit d une guerre terrible interieure et le prive doit la gagner)


                • JC_Lavau JC_Lavau 23 octobre 2015 07:56

                  Balayer, ou croire qu’on a balayé, c’est plutôt facile en comparaison de toutes les tâches qui viennent ensuite. Les exemples sanglants tout autour de nous ne manquent pas ; nous-mêmes voici 47 ans croyions avoir rudement bien balayé. Les désillusions sont cruelles.
                  Sur Agvx, Luniterre a posé trois articles en septembre, montrant comment une structure politique débutante et fragile, celle du Donetsk, peut être corrompue et paralysée (là par Pouchiline), et des populations trahies.

                  Apprendre à coopérer semble une habileté disparue, et l’on se demande si elle pourra être reconstruite.

                  Que l’on se réjouisse que Russes et Chinois détricotent la puissance des américano-sionistes est une chose, mais il est temps de raisonner français pour les français, et les peuples voisins d’Europe. Et là il y a de gros soucis à se faire. On peut admirer la clarté et la pugnacité de Frau Sahra Wagenknecht, mais elle est peu de monde, et de l’autre côté du Rhin.

                  Comme « forces tranquilles du peuple », on n’a vraiment pas lourd à opposer aux traîtres professionnels qui nous gouvernent, eux-mêmes aux ordres de Tel Aviv, de Washington, et surtout des puissances d’argent qui gouvernent les deux capitales susdites. Nous ne savons pas prendre la relève pour les pousser dans les poubelles de l’Histoire.

                  En 1972, j’étais plein d’espoir. En 1977, fini, désenchanté : je voyais les magouilleurs s’emparer du P.S., en quête de pouvoir. Les héritiers de nos espoirs de l’époque ont été achetés, corrompus et assottés par l’ennemi.
                  Certes pas tous, pas 100 %. Sur Vaulx en Velin, j’admire la longue bataille menée par Hélène Geoffroy pour ramener cette ville à la loi française, à l’arracher à la loi des trafiquants. Pourvu que les cochons ne la bouffent pas !

                  Nous ne savons pas former les élites ni les dirigeants de demain, nous sommes squeezés par les tentacules de Rockefeller et de Rothschild, qui détiennent notamment tous les media de masse. Le travail de terrain que j’ai vu faire par des militants communistes dans les années septante, je n’en vois plus rien, ni aucune relève. Ce sont mes lunettes qui sont mauvaises ? Ou c’est une sombre réalité ?

                  On a déjà vu début 20e siècle que la police tsariste façonnait l’avenir russe pour le pire : seuls survivaient les révolutionnaires les plus aptes à la clandestinité, les plus paranoïaques, dont justement Jossip Vissionarovitch Djougachvili. On a vu cinquante ans plus tard l’armée française condamner l’Algérie à n’être dirigée à l’avenir que par les plus incultes et les plus cruels : en leur télécommandant l’assassinat de leurs meilleurs intellectuels, dans les villes qu’ils ne comprenaient pas.

                  Avec TF1 télécommandant leur temps de cerveau disponible et les trafiquants de drogue leur dévorant le reste du cerveau, je ne discerne pas où serait un avenir décent pour ce pays et les français. Je ne discerne pas comment.

                  Voici quelques huit ou dix ans, j’avais promis de rédiger un article de vulgarisation sur les arbres de pertinence, comme outils basiques de discussion et de négociation, et hélas je n’ai jamais tenu cette promesse. Il y a sûrement d’autres lacunes majeures, que je n’ai pas encore identifiées.


                  • roman_garev 23 octobre 2015 08:47

                    @JC_Lavau


                    Ah, ce bel procédé de copier-coller ! Ce qu’il est facile maintenant de placer le même commentaire largeur du drap (muni d’un petit avant-propos servant de transition) dans des discussions traitant des sujets tout à fait différents : 


                  • JC_Lavau JC_Lavau 23 octobre 2015 10:45

                    @roman_garev. Et delenda Carthago est.

                    Et il faut reconstruire la France. « Vlast soviétov... », ça a déjà été fait, en paroles.


                  • JC_Lavau JC_Lavau 23 octobre 2015 13:50

                    Les espions de Denys, tyran de Syracuse, le prévinrent qu’une vieille femme priait régulièrement les dieux qu’ils accordent une longue vie au tyran. Cela faisait grand contraste à Syracuse, où presque tous sauf sa garde et ses privilégiés le détestaient.
                    On la fait comparaître, puis parler :
                    « Je suis très vieille, et j’ai vu beaucoup de tyrans. Or à chaque fois qu’on se réjouissait qu’un soit mort, un pire alors nous arrivait. Je crains qu’à ta mort, un tyran pire encore - si c’est possible - nous tombe dessus ! ».

                    C’est à peu près cela le problème. Balayer des affreux, certes, d’autres ont bien balayé Ianoukovitch, qui était certes corrompu et pillard, mais après ? On fait quoi comme improvisation face à des comploteurs qui ont déjà pratiquement toutes les ficelles en mains ? Ceux qui se prennent pour des zélites nous bassinent les oreilles de leur propagande au « Réchauffement Climatique Anthropique », comme pour bien vérifier votre crédulité gobe-tout. Passe encore de les accrocher à la lanterne, mais la suite ?


                    • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 23 octobre 2015 16:06

                      Monsieur ; en France on ne change pas une équipe qui perd, non mais !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès