Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Déluge de feu au nord du Mexique

Déluge de feu au nord du Mexique

Dans l’agglomération de Ciudad Juárez, le nombre d’homicides approche celui d’un pays en guerre. Aux Etats-Unis, la vente d’armes est légale.

 « Bienvenue sur le site web du centre Whittington » : ces quelques mots accueillent le simple curieux. « Ouvert en 1973, le centre propose diverses activités : compétitions, formations, loisirs, dans toutes les catégories du tir.  » Suivent des renseignements sur les horaires d’ouverture. Le centre fonctionne de « l’aube jusqu’au crépuscule  », sous-entendant que la nature dicte seule ses lois. Est justement mentionnée la possibilité de camper, de chasser, de se balader à pied ou à cheval. Le centre s’étend sur une quarantaine de kilomètres-carrés. Les tarifs sont de vingt dollars par jour, mais l’entrée est gratuite pour peu que l’on prenne une carte d’adhésion (cinquante dollars par an). Des personnels sont présents tous les jours de la semaine et se tiennent à la disposition des clients. Ceux-ci peuvent faire des emplettes au magasin de souvenirs, aller au musée ou se rendre à la bibliothèque – centre de recherches. Le site précise qu’il reçoit une importante aide financière de la NRA (National Rifle Association). « Au Whittington Center, la totalité des dons sont destinés au fonctionnement et à l’investissement.  »

Sur les bandeaux de la page web le personnel pose fièrement, avec en tête le directeur et son adjoint aux nom et prénom prédestinés : Wayne Armacost. A gauche, les nombreux onglets indiquent toutes les options offertes aux amoureux de la gâchette : loin, très loin ou assez proche, avec ou sans silhouettes, petits ou gros calibres. Vous pouvez également vous entraîner au tir à l’instinct, ou en simulant une patrouille de police. Il y en a pour les canons coniques, mais pas seulement. En bas de la page web, une photo rappelle que la ville la plus proche, Raton, a été construite sur la route de Santa Fe, au nord-est du Nouveau-Mexique. Denver, la plus grande agglomération des Rocheuses orientales est à moins de trois cents kilomètres, dans le Colorado. En allant vers le sud, la route nationale 25 traverse la capitale de l’Etat, Albuquerque, puis file jusqu’à la frontière mexicaine, à Ciudad-Juárez.

A Alburquerque, la NRA organise en septembre prochain son concours national. Pourront y participer les membres de la police et des forces de sécurité. Avis aux personnes concernées [source]. Le Nouveau-Mexique accueille régulièrement la NRA. En octobre 2008, au cours d’un repas de gala, Lee Ermey a témoigné de son engagement en faveur du second amendement, celui qui autorise dans la constitution américaine la libre détention d’une arme à feu [source]. Est-il encore possible d’ignorer l’existence de Lee Gunny Ermey [photo] ? Il doit sa popularité au cinéaste Stanley Kubrick. Dans le film Full metal jacket, l’acteur joue le personnage de l’instructeur peau de vache. Celui-ci a pour mission d’entraîner des jeunes recrues, futurs marines envoyés au Vietnam. Il en fait des bêtes de guerre à force de les brutaliser. Faut-il en raconter davantage ? Les images parlent d’elles-mêmes. Cette blogueuse convaincue du bien-fondé de l’auto-défense met en ligne une autre interview de l’acteur, dans laquelle ce dernier explique tout le bien qu’il pense de la liberté de porter une arme.

Au Nouveau-Mexique, rien n’empêche d’acheter des armes. De l’autre côté de la frontière, à Ciudad Juárez, l’argent de la drogue permet aux criminels de rivaliser avec les forces de l’ordre mexicaines et de faire régner la loi du plus fort [Tailles larges et têtes coupées].

En 2009, environ 2.500 personnes ont été tuées dans cette agglomération d’un million d’habitants, de l’autre côté d’El Paso, l’autre ville frontière. Rares sont les coupables arrêtés. Du côté américain, on n’a déploré que vingt morts. Cette situation semble donner raison aux partisans du port d’arme. Seulement voilà, les armes ne sont pas les seules marchandises à circuler très facilement. 40 % de la drogue destinée au marché américain passerait par Ciudad-Juárez – El Paso. Des milliers de véhicules franchissent chaque jour la frontière. Les Américains achètent la drogue et vendent des armes. Les Mexicains achètent des armes, alors que la frontière ne sépare plus les consommateurs de drogue depuis longtemps. Les usines de montage emploient une main d’oeuvre bon marché dans les maquiladoras. [Le Monde]. 

Et puis le mois dernier, un fait divers a défrayé la chronique. Une bande de tueurs a massacré une quinzaine d’adolescents et blessé de nombreux autres, lors d’un goûter d’anniversaire. C’était le 31 janvier.

« Selon le département d’État américain, chaque kilo de drogue qui passe la frontière rapporte 95 000 dollars (70 000 €) aux cartels mexicains, maîtres du marché. Or, les États-Unis reçoivent en moyenne 450 tonnes de cocaïne par an. Ce trafic emploie environ 500 000 personnes et génère un chiffre d’affaires supérieur à 25 milliards de dollars (18,5 milliards d’euros). De ce fait, Ciudad Juárez, séparée d’El Paso, aux États-Unis, par le Rio Bravo, est devenue une place forte où s’affrontent les barons de la drogue et leurs organisations. […] Délinquance, trafics en tous genres et corruption ont gangrené la ville. Au moins 14 000 adolescents de 13 à 17 ans font partie des 500 bandes qui opèrent à Ciudad Juárez, offrant une main-d’œuvre bon marché et inépuisable aux trafiquants. Depuis janvier 2008, les rivalités entre bandes ont fait 4 500 morts. Un tiers des victimes sont des jeunes gens de moins de 20 ans. Mais les cartels ne se contentent plus de passer la cocaïne aux États-Unis, ils se transforment en mafias locales qui terrorisent la population pour intimider ceux qui ne veulent pas payer les rançons ou les protections.  » [La Croix]

La NRA pourrait peut-être imaginer quelques activités ludiques de l’autre côté de la frontière. Car après tout, les silhouettes ne suffisent pas pour faire un bon tireur. Rien ne remplace l’entraînement en temps réel. Pendant ce temps, dix mille policiers et militaires mexicains tentent en vain de rétablir l’ordre dans la ville de Ciudad Juárez. Je doute qu’il soit opportun de leur envoyer une invitation à s’entraîner dans le centre de Whittington… 

PS./ Geographedumonde sur le Mexique : Quelque part entre Al Capone et Pancho Villa, Tailles larges et têtes coupées (déjà…), D’un Bush à l’autreDes Barbares et des MexicainsNe pas confondre panade et tortilla et De l’Oaxaca à Zapata.

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 26 février 2010 14:38

    c’est qui le comique en photo ,il me semble que je l’ai déjà vu dans des puf moovies ?


    • Patisab 26 février 2010 16:18

      Bonjour,

      Il s’agit du sergent instructeur sadique Hartmann de « Full metal jacket ». C’est Ronald Lee Ermey de son vrai nom qui, paraît-il, fut réellement instructeur dans les Marines avant de devenir acteur. C’est sans doute pour ça qu’il est criant de vérité dans le film sus-mentionné smiley

      Cordialement.


    • Philou017 Philou017 26 février 2010 18:57

      Dire qu’il n’y a pas longtemps on désignait les Farc comme responsables de trafic de drogue. Ils font figure de doux amateurs en comparaison des mafias mexicaines.

      "Selon un responsable du Pentagone, les cartels mexicains de la drogue seraient capables d’aligner 100 000 hommes de main, soit presqu’autant que l’armée du pays qui en compte 130 000. Le Mexique est de plus en plus gangrené par la violence et la corruption, et les cartels ont infiltré l’appareil d’Etat, les administrations régionales, la police et l’armée. A tel point que les USA s’inquiètent de voir le Mexique se transformer en narco-état et le placent désormais en troisième position dans la liste des menaces sur la sécurité nationale, après le Pakistan et l’Iran, et devant l’Afghanistan et l’Irak. "
      http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2570

      Ce qu’on voit ici, c’est le résultat de l’extrême corruption du pouvoir politique au Mexique. Cette corruption a fini par se retrouver dans la rue, avec des édiles qui profitent des trafics et les laissent se développer.

      Et merci la mondialisation :

      Les processus de la mondialisation, en arrachant des dizaines de millions de paysans à la terre pour les rassembler dans des mégalopoles faites de bidonvilles, ont créé de gigantesques espaces de non droit où prospèrent gangs et mafias de la drogue. Colombie, Brésil, Mexique, sont confrontés à une violence meurtrière endémique, sur laquelle règnent les barons de la drogue et les trafiquants. Mais leur pouvoir ne s’arrête pas à la porte des barrios et des favellas. Corruption, intimidation, liquidations, leur ont permis de gangrener l’état, qui devient une coquille vide à leur service. L’expert militaire William S. Lind décrit le cas du Mexique, qu’il assimile à nouvelle forme imprévue de la G4G, la guerre de quatrième génération.
      http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2047


      • ZEN ZEN 26 février 2010 19:05

        A l’usage des touristes
        Le Mexique est fascinant !
        Mais n’allez pas dans l’extrême Nord, et ne fréquentez pas seuls certains quartiers de Mexico

        A Ciudad Juarez en 2008, on déplorait plus de morts qu’à Bagdad : 1800.

        Pauvres Mexicains, victimes d’une violence et d’une corruption croissantes grangrénant l’Etat, entre l’enclume des narcotraficants colombiens , relayés par les bandes organisées du pays et le marteau des puissants intérêts des Etats-Unis, magasins d’armes , demandeurs de drogues et investisseurs intéressés par la proximité et l’extrême pauvreté de plus de 60% de la population !..
        Un pays au passé compliqué devenu presque incontrôlable. Un tableau noir.

        par image author / source

        —>"Le peuple perd confiance dans ses institutions, la justice est absente, la réforme de l’Etat, en panne. Et des narco- trafiquants maintiennent la pression sur une société de plus en plus violente...Faute de justice, l’ordre social se dilue. Dans la ville, les automobilistes ne respectent plus le code de la route. La piraterie s’installe partout grâce à la corruption. Le syndicat des professeurs vend les postes de l’Education nationale. Les hommes politiques se remplissent les poches. En fait, tout le monde triche et il est illusoire de pouvoir rester dans la légalité. Conséquence : de nombreux conflits se règlent de manière radicale. Le Mexique a l’un des taux d’homicide les plus forts du monde (15 assassinats pour 100 000 habitants, dix fois plus que la moyenne européenne)...« 

        - »Elena Azoala ( conseillère du procureur général de la République et professeur de sociologie) : « Les causes fondamentales de cette violence sont liées aux énormes inégalités de la société. Non seulement il y a la pauvreté qui explique la violence, mais surtout l’écart qui existe entre ceux qui gagnent peu et ceux qui sont immensément riches », explique-t-elle. Il est effectivement incroyable que le Mexique ait 12 milliardaires en dollars et 60 % de sa population qui vit avec moins de 3 dollars par jour.

        Desaparecido | AgoraVox


        • Reinette Reinette 28 février 2010 14:43



          Lorsque qu’un Etat détermine ses besoins en fonction des gangs, des mafias et des truands, il finit tôt ou tard par se transformer en Etat voyou


          Près de 400 femmes assassinées, la plupart dans des conditions particulièrement atroces, et 500 disparues, à Ciudad Juárez depuis 1993.
          La ville qui tue les femmes
          http://www.lacitedesmortes.net/nav.php?id=1

          http://www.lacitedesmortes.net/


          • Simplelecteur 24 avril 2010 05:40
            Je voudrais vous dire que je trouve que votre texte contient des éléments d’informations intéressants, mais que votre point de vue sur les américains est un peu réducteur, caricatural et anti-américain. Désolé si ma réponse est un peu tardive. Votre article date de quelques mois. 

            Je m’intéresse beaucoup au sujet de Ciudad Juarez. J’avais été troublé par les cas de disparitions de femmes, 3000 depuis les années 90. Une fille qui a réussie à leur échapper a témoigné qu’il s’agit de cartels de traffique d’être humain pour la prostitution. Ils font aussi du traffique d’enfants. Et de temps en temps, ils les torturent sauvagement et les tuent, mais cela, personne ne sait pourquoi. Ces types ne sont pas des être humains. La pauvreté ne justifie pas de tels comportements et ne peut pas servir à expliquer cela. Il y a des tas de gens pauvres qui sont honnêtes et qui s’entraide et sont généreux. Même s’ils ne possèdent presque rien, ils sont toujours prêt à partager leur repas. 

            Comme toujours, la police et le gouvernement a toujours fermé les yeux là-dessus, bien qu’il y a eu de nombreuses manifestations et même des personnalités américaines sont allées protester au Mexique, et les médias internationnaux en ont beaucoup parlés. Cela devrait avoir suffit à leur donner assez honte de leur pays, pour vouloir corriger la situation. Mais rien, nothing, nada. Le Mexique est un État sans justice. 

            Je trouve que vous focussez trop la responsabilité des américains sur les problèmes du Mexique. Pourquoi ne pas plus parler de la responsabilités que les mexicains ont dans leurs propres problèmes de criminalité, corruption, inégalités sociales ? Je vis aussi dans un pays voisin des États-Unis et vous voyez, chez-moi ça va bien. On n’a pas de guerre de narcotraffique et on ne mets pas tous nos problèmes de pauvreté, chômage, criminalité, sur le dos des américains. Nous avons beacoup d’entente commerciales avec eux et nos relations sont relativement bonnes, même si nous approuvons pas la guerre en Irak. Comment se fait-il que le Mexique est un pays riche en ressources, avec un climat idéal, mais qu’ils ne sont jamais capables d’en faire profiter leur population ? Pourquoi n’y a-t-il pas de services sociaux ? Pourquoi le Canada prospère avec ses relations commeriales avec NOTRE voisin commun, mais qu’eux, là j’sais pas pourquoi, ils se font toujours avoir. Pourquoi L’homme le plus riche au monde est un Mexicain, si le Mexique et supposément un pays du « tiers-monde » ? Désolé si mon propos n’est pas très « politiquement correct ». Je me questionne voyez-vous.

            Je ne comprend pas le problème du Mexique. Je ne comprend pas comment ils ont pû en venir là. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès