Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Du poisson au césium de Fukushima dans les supermarchés suisses (...)

Du poisson au césium de Fukushima dans les supermarchés suisses !

ALERTE ROUGE ! Très inquiétant ! Le 23 octobre dernier, un journal Suisse, annonçait l'impensable, du poisson contaminé au césium 137 de Fukushima aurait été retrouvé en vente sur les étalages des grands magasins suisses avec ce titre alarmant "In Schweizer Läden gibts Fukushima-Fisch" "Du poisson de Fukushima en magasin Suisse" lien

JPEG - 118.2 ko
Carte de l’impact de la radioactivité sur l’océan après Fukushima
http://blog.surf-prevention.com/2012/03/16/carte-de-limpact-de-la-radioactivite-sur-locean-apres-fukushima/
L'impensable se serait-il passé ? Du poisson contaminé par Fukushima serait-il déjà en vente dans les magasins suisses ? C'est ce que présuppose très nettement, l'article paru dans le très populaire journal le "20min" le 23 oct 2013 (on s'étonne déjà que le journal n'a pas jugé utile de traduire cette article allemand en français puisque le journal est bilingue et qu'il est édité dans les deux langues) mai on s'étonne encore plus que depuis cette date, le silence des média est absolument total ! 
 
Une expertise de radioactivité a décelé deux thons contaminés au césium 137 dans les magasins suisses. Il s'agit d'un test effectué par radio 105.
 
 
La radio a acheté dans un supermarché, une part de chaque produit de thon et les a confié, au laboratoire de l'État de Bâle. Les résultats montrent, que sur les échantillons achetés, deux échantillons mesurés par spectrométrie gamma, ont montré la présence très nette de césium 134 et césium 137... une substance présente que dans les centrales nucléaires.. et une analyse qui signe la catastrophe de Fukushima. 
 
Les isotope de ces analyses sont comme une signature, ce qui permet de dire que ces poissons on été, plus que très probablement en contact direct avec l'eau ultra radioactive de la centrale. 
 
Bien que les poisson ont été pêchés aux Philippines, la présence césium 137 prouve en quelque sorte que ces poissons ont bien été contaminés par la catastrophe de Fukushima avant d'arriver au Philippines.
 
Voilà pourquoi selon Markus Zehringer, chef du laboratoire cantonal de Bâle, il est fort à parier, que cette contamination est liée directement à la catastrophe nucléaire de Fukushima. Comme les poissons sont capable de parcourir de très longues distances, explique-t-il, il est très probable qu'ils ont probablement été contaminés au large de de Fukushima, où ils auraient ingurgité pendant des mois, ces isotopes radioactifs, avant de migrer aux Philippines. 
 
Pour l'instant il se veut rassurant en disant que "Avec 0,4 becquerels par kilogramme de césium 137, les valeurs sont encore en deçà de la limite de 1.250 becquerels par kilogramme," a-t-il déclaré, il n'y a donc pas de danger pour la santé pour le moment. D'autres tests périodiques seront faits par le laboratoire du canton de Bâle a-t-il assuré"
 
-Ce que l'article ne dit pas, c'est si on a trouvé cela sur 5 échantillons, analysés au hasard, nul ne nous dit qu'il n'y a pas des poissons beaucoup plus atteints en vente dans nos étalage, des poissons qui eux n'ont pas eux la chance d'être analysés ! 
 
De plus on sait que depuis l'accident de Fukushima, chaque jour, la centrale, rend les océans du monde entier de plus en plus radioactif et que la contamination durera au minimum 40 ans si tout va bien et si d'ici là on arrive à démanteler la centrale. D'ici là les mer du monde entier auront largement eu le temps d'être hautement contaminées ! 
 
J'ai appris aussi qu'il ne suffit pas de passer les poissons au compteur Geiger pour savoir si ils sont contaminés, mais que cela demande des analyses très complexes et très coûteuses en laboratoire... j'ai donc peur, qu'il devienne alors impossible de contrôler tous les poissons mis en vente... que nos supermarchés, ne sont ni équipés pour contrôler les poissons qui sont en vente, ni n'ont les moyens pour pouvoir le faire sérieusement. Et donc j'imagine que dans peu de temps, des scandale éclateront au grand jour un peu partout pour dénoncer, cette fois-ci la vente de poisson radioactif, mais d'ici là la population aura déjà été largement contaminée, et nous nous tomberons tous malade. J'ai peur aussi que les média soient dans l'interdiction d'en parler car si ils en parlaient et que du jour au lendemain les gens cesseraient de manger du poisson, le système économique mondial s'effondrerait complètement. J'ai peur qu'on nous cache ces choses pour ces raison aussi, et pour moi se pose alors la véritable question : quel risque y a-t-il de se faire complètement contaminer par les poissons. Je sais que ma question est douloureuse, mais franchement je me dois de vous la partager. 
 
Voici l'article qui annonce cela : 
 
http://www.20min.ch/schweiz/news/story/28556154
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.3/5   (80 votes)




Réagissez à l'article

63 réactions à cet article    


  • JL JL 6 novembre 2013 10:00

    Merci Olivier Starc, pour cette info.

    Vous dites : ’’Comme les poissons sont capable de parcourir de très longues distances, explique-t-il, il est très probable qu’ils ont probablement été contaminés au large de de Fukushima’’

    Vous savez : même les mollusques sont capables de parcourir de très grandes distances ... en avion.

    Oui, en effet, il est fort possible que depuis déjà un moment, nous consommions du poisson contaminé. Aujourd’hui, ce n’est plus la réalité qui est prise en considération par les organes de Com mais ce qui s’en dit.

    1984 est déjà loin derrière nous, et Big brother a été ringardisé par sa descendance.


    • JL JL 6 novembre 2013 10:32

      ’’Aux US, une ONG vient de révéler qu’un tiers des poissons consommé dans les restaurants ne correspond pas à la variété annoncée sur la carte. D’autres fraudes ont été révélées (daurade vendue en guise de rascasse, thon albacore vendu comme thon rouge ...). Comme pour la viande frelatée, les causes sont à chercher du coté de la mondialisation du marché...’

      Pour ceux que cela intéresse, je leur suggère de regarder ce soir à 20H45. le magazine ’Investigations’ sur la chaîne France Ô,

      Une fois de plus on pointe du doigt les transports maritimes et aériens. Nous payons dix fois leurs profits : par le fait que la qualité des produits se délite, par le fait que notre environnement se dégrade, par le fait que les ressources naturelles s’épuisent, etc, etc.

      C’en est trop : cette croissance à l’occidentale est un cancer que les générations actuelles ont le devoir d’éradiquer. Les produits de luxe (châteaux, bagnoles, yachts, jets privés, ... ) sont les roses qui poussent sur le merdier qu’est devenu l’industrie planétaire.

      nb. Ce que disent ces porcs qu’on promène aux frais des contribuables à travers l’Europe n’est pas moins effrayants que ce que révèlent ces poissons irradiés de l’autre coté de la Terre.


    • alberto alberto 6 novembre 2013 10:51

      Bravo JL !

      Je te suis sur ce coup là !

      Bien à toi


    • appoline appoline 11 novembre 2013 12:51

      Il fallait s’y attendre et ce n’est pas fini. Cela me rappelle la fameuse grippe, quand il fallait se désinfecter les patounes dans les pédiluves, c’est ballot que les oiseaux volent quand même. Donc le poisson nippon n’a pas conscience qu’il devrait se cantonner aux côtes japonaises, encore des migrants qui posent problème


    • Gabriel Gabriel 6 novembre 2013 10:03

      Merci pour cet article, chaque jour le poison radioactif de Fukushima contamine un peu plus les eaux du globe en attendant qu’il se répande dans notre sang, ce qui est déjà fait pour certains. Pendant ce temps, le nucléaire civil se porte, financièrement parlant, à merveille, merci pour lui. Nous sommes assis sur des bombes à retardement. Les coûts pharaoniques pour remettre en état les centrales vieillissante ou pour les arrêter laisse pantois. Aucune initiative privilégiant la protection des citoyens et de l’environnement n’est prise car seule la rentabilité financière à court terme prévaut. Sans parler de la sécurité de ces sites où de sympathiques écolos nous montrent chaque mois comment il est facile d’y pénétrer, je n’ose imaginer le résultat si c’était des personnes mal attentionnées. Le triste bilan concernant la politique énergétique nucléaire se résume à ceci : « Wait and see et tant que les actionnaires et les petits copains s’enrichissent, rien à foutre de ce qui peut arriver et qui arrivera ( c’est juste une question de temps) ».


      • appoline appoline 11 novembre 2013 13:25

        Bientôt, nous aurons les yeux dans les coins, ce qui peut être pratique pour voir ce qui va nous arriver dans le dos


      • alberto alberto 6 novembre 2013 10:49

        Bravo et merci pour l’info !

        Remarque on s’y attendait un peu, et ça ne va pas aller en s’arrangeant...

        Il ne reste plus qu’attendre que les autorités sanitaires relèvent les limites admissible des valeurs de césium mesurées dans les poissons, n’est ce pas ainsi qu’elles procèdent habituellement ?

         

        En attendant les veaux aux hormones que les US s’apprêtent à nous enfiler à travers le marché transat. + leurs poulets au chlore + leurs céréales OGM, et chez nous le pinard et jus de pommes aux pesticides + les médocs qui tuent + les vaccins à l’aluminium + les particules et les C.O.V. (composés organiques volatils de nos meubles Ikea) , effectivement les générations futures ont du souci à se faire si leurs aînés, nous, baissons les bras et se laissent enfumer par les bonnes paroles des communicants du gros business de l’Industrie agro-Pharmaco-chimico-alimentaire !

        A votre bonne santé.


        • JL JL 6 novembre 2013 11:20

          Slaut Alberto.

          Nous sommes de plus en plus nombreux à prendre conscience et à dénoncer les mensonges de l’Industrie agro-Pharmaco-chimico-alimentaire qui elles-mêmes nourrissent les pétroliers, les industries minières, et tous ces salopards qui ne raisonnent qu’en termes de profits, autrement dit, croissance sans limite des inégalités.


        • JL JL 6 novembre 2013 11:40

          Salut Alberto, et mes excuses pour la faute de frappe.

          Cordialement.


        • CN46400 CN46400 6 novembre 2013 11:00

          Voilà un bon moyen pour régler le pb des banquiers suisses. Encore faudrait-il s’assurer que le césium de Fukushima soit plus efficace que celui de Tchernobyl....


          • pissefroid pissefroid 6 novembre 2013 11:59

            Parler d’alerte rouge me paraît tout à fait exagéré.

            Parce que 0,4 Bq/kg, pour une limite supérieure à 100 Bq/kg,
            est à prendre en considération,
            mais pas au point de ne plus manger de poisson.

            Si vous manger 1 kg de ce poisson vous absorberez 0,4 Bq.

            Il n’y a donc pas de quoi mettre le pavillon rouge.


            • leguminator 6 novembre 2013 14:16

              @pissefroid

              Au delà du débat sur le seuil, l ’auteur soulève une question intéressante sur comment vérifier sur le long terme la contamination de la nourriture d’origine marine ?

              L’intérêt du Césium est qu’on connaît l’origine de la contamination. Le poisson pourrait très bien contenir d’autres radionucléides...

              De plus certains éléments, comme le Plutonium, ont des propriétés radiotoxiques. De ce fait même avec une quantité minime on peut avoir de sérieux problèmes de santé.


            • colere48 colere48 6 novembre 2013 16:23

              Pissefroid finira par pisser brulant... à moins qu’il ne mange pas de poissons ??

              Moi cette contamination j’appel ça « un crime contre l’humanité » !!!

              point barre

               


            • Bracam Bracam 6 novembre 2013 16:53

              Bien sûr... c’eut été 0,2, c’était deux fois plus exagéré... Vous faites abstraction de la réalité dont parle l’auteur, dont on ignore ce qu’elle est exactement, la présence de 0,4 Bk/kg étant le signe de la contamination, et non pas la limite absolue à laquelle elle se situerait. Mais s’il s’agit de se rassurer à bon compte, rappelons aussi que le nuage radioactif de Tchernobyl s’était arrêté aux frontières de la France. Les alarmistes en avaient donc été pour leurs frais, et ridicules.


            • Duke77 Duke77 6 novembre 2013 12:25

              Même si ça part d’un bon sentiment, je conseille à l’auteur d’allez voir le site d’information de Bob Bellanca : « Bob, vous dit toute la vérité » et vous écrirez moins de conneries : http://www.bob-toutelaverite.fr/La-contamination-massive-du-Pacifique-par-Fukushima_a846.html


              En réalité, cette visualisation, réalisée en 2011 par la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) américaine, montre non la contamination radioactive mais les pics d’amplitude lors de la propagation du tsunami du 11 mars 2011.
              Depuis 10 ans que je lis des infos sur les sites complotistes, celui-là est un des meilleurs car indépendant : pas de pub, pas de sponsoring... soutenez les démarches d’informations indépendantes : Bob est un précurseur, en 13 mois, il a déjà regroupé une quantité hallucinante d’informations, ses podcasts sont une mine d’or.


              • Bracam Bracam 6 novembre 2013 22:35

                « je conseille à l’auteur d’allez voir (...) et vous écrirez moins de conneries : »


                c’est tellement élégant comme expression que personne ne devrait jamais se hasarder à vous soupçonner d’en dire. Bravo.

              • Patrick Samba Patrick Samba 6 novembre 2013 12:33

                Bonjour,

                de temps en temps un article, une info semblables à celle-ci émergeront. Mais forcément au compte-goutte, les enjeux de l’omerta étant en effet énormes. A nous donc d’amplifier leur écho, et donc merci de l’avoir fait.

                Tout comme vient de le faire le site Fukushima :Europe : radioactifs aujourd’hui ET radioactifs demain - Fukushima 福島第一

                et ce texte de l’euro-députée EELV Michèle Rivasi, non repris par les instances dirigeantes de son parti !!! :Radioprotection : Le lobby du nucléaire prépare l’acceptabilité d’un Fukushima européen avec la complaisance du Parlement européen | Michèle Rivasi

                et : Fukushima, un risque de contamination toujours bien réel | Sandrine Bélier. Problématique d’une gravité extrème toujours pas reprise à ce jour par les instances dirigeantes d’EELV ! ! !

                et :Un nouveau génocide en préparation, et cette fois-ci mondial ? - AgoraVox le média citoyen

                et :La très questionnante saga de l’Escherichia Coli Entéro-Hémorragique - AgoraVox le média citoyen

                etc, etc....


                • ETTORE ETTORE 6 novembre 2013 13:11

                  J’ai vu qu’il y avait des portiques spéciaux de détection au dessus des portes d’entrées de certaines décharges vers chez nous au Port du Rhin.

                  A quand des balances détectrices de radionucléides+ ticket explicatif, dans nos poissonneries ??

                  • lionel 6 novembre 2013 14:39

                    merci pour cet article. 


                    Je lis quotidiennement, depuis deux ans, les dépêches publiées sur ce site : http://enenews.com/

                    La situation est absolument, irrémédiablement catastrophique...


                    • Ronny Ronny 6 novembre 2013 14:42

                      Je vais me faire ultra moinsé je le sens....

                      Juste pour remettre les pendules à l’heure dans un système où tout est bon pour faire peur à des fins douteuses (ce qui ne veut pas dire qu’il ne s’est pas produit un accident grave à Fukushima avec contamination radioactive) :

                      0,4 Bq /kilo dans le poisson dit l’article mais :

                      - Eau de mer « normale » : 10/15 Bq/ litre donc /kg
                      - Lait non contaminé  : 80 Bq/litre donc 80 Bq/kg
                       ET.... De 5000 à 10000 Bq dans le corps humain, soit en moyenne 100/130 Bq/kilo !!!

                      Ce ne sont toutefois pas les même radioéléments, et pas les mêmes demi-vies...


                      • Patrick Samba Patrick Samba 6 novembre 2013 14:53

                        « Ce ne sont toutefois pas les même radioéléments, et pas les mêmes demi-vies... » : heureusement que vous le précisez.

                        Très honnêtement, si on vous proposait d’absorber ne serait-ce que quelques molécules de Césium 137, accepteriez-vous de le faire sans hésitation ? Et même après hésitation ?
                        Je dis bien : très honnêtement.


                      • Ronny Ronny 6 novembre 2013 15:56

                        @ P. samba

                        Come vous j’ai déjà au moins cette dose dans mon corps

                        Pour info, le cesium est peu voire pas chimiotoxique, et son seuil est fixé à 500 Bq/kg pour les légumes, la viande, les œufs et à 200 Bq/kg pour le lait par la norme européenne actuellement en vigueur. J’avale donc sans problème les 0,4 Bq / kg dans le poisson mentionné !!! 


                      • Patrick Samba Patrick Samba 6 novembre 2013 18:54

                        Ronny, je vous avais bien dit « très honnêtement », n’est-ce pas ? Et donc je ne vous parlais pas d’avaler ou de respirer une unité de mesure de la radioactivité, laquelle est un concept, mais je vous demandais si vous accepteriez de subir une contamination interne de molécules de Césium 137, qui n’ont rien de conceptuelles, et ont bien une réalité matérielle.
                        Avec donc la possibilité qu’elles se retrouvent emprisonnées pour une longue durée dans la réaction inflammatoire qu’elles sont susceptibles de provoquer dans la paroi de vos alvéoles pulmonaires ou dans la muqueuse de votre tractus digestif. Et parce qu’elles n’auraient pas été évacuées dans le second cas soit par le péristaltisme soit par des grosses molécules de transport style pectine (s’il est bien exact que ce mécanisme existe réellement).
                        Alors ?


                      • Oliver Starc Oliver Starc 6 novembre 2013 15:09

                        olalalala !!!!! qu’elle M !!! bonjour à tous je suis le rédacteur de cet article... excusez moi pour l’image j’ai moi même été tromper comme tant d’autre personne ! c’est aussi ici mon premier article et je voudrais savoir si il est possible de retirer cette image qui lance quelque peut du discrédit sur mon texte ! Merci à ceux qui pourront me répondre et un grand désolé pour tout les autre ! 


                        • Mmarvinbear Mmarvinbear 6 novembre 2013 20:02

                          C’est déjà bien de reconnaitre ses erreurs.


                          J’en connais ici qui devraient en prendre de la graine !

                        • Nico’ 6 novembre 2013 20:11

                          Vous rendez vous compte que par votre incompétence (on croise toujours ses sources) vous êtes capables de faire circuler un hoax signalé depuis plusieurs jours, ce qui est inadmissible. 

                          Ce qui implique que vous n’avez pas les moyens ni les connaissances pour vérifier vos assertions et c’est une insulte à l’investigation. 
                          Première publication et première faute grave. 
                          Le nucléaire est un sujet suffisamment grave pour que le débat ne soit pas parasité par des colporteurs de rumeurs. 
                          À raconter n’importe quoi, vous faites le jeu des lobbys pro-nucléaire en vous discréditant et en montrant votre ignorance du sujet. 
                          La fin ne justifie pas les moyens, aussi juste soit la cause. 

                        • Loatse Loatse 6 novembre 2013 16:02

                          Pauvres bêtes ! (non pas les suisses heing, les poissons)

                          Déjà que ce fut l’hécatombe dans le golfe du mexique lors de la marée noire de 2010.. et tant d’autres auparavant, maintenant voilà pas qu’ils sont condamnés à boulotter des becquerels en plus du mercure (ce qui explique que les norvégiens recommandent la consommation de petits poissons plutot que des gros et une à deux fois par semaine pas plus)

                          Mine de rien, nous sommes vraiment la pire espèce qui soit, non seulement bousillant sa santé et celle de ses enfants, son ecosystème mais aussi celui de tous les autres être vivants !

                          On peut toujours ne pas manger de poisson ou privilégier certaines espèces encore à peu près indemnes de nos saloperies mais les thons, les dauphins, les baleines, les morses et tout ce qui vit dans les océans ne sait pas lire.. Zone dangereuse ou attention poison ca ne veut rien dire pour eux...

                          Le pire pour moi c’est de voir ces mammifères marins que sont les dauphins faire la fête autour de nos bateaux et nous témoigner de l’affection..

                          S’ils savaient...


                          • soi même 6 novembre 2013 16:07

                            Qui se soucis de l’increvable tomate qui peut resté au bout d’un mois toujours sans de tâche ?

                            Qui se rappel des travaux de ce professeur chercheur Ukrainien qui dénonçait le danger de l’alimentation faiblement radio active ?
                             
                            Et qui prend réellement au sérieux ce scandale alimentaire en devenir ?

                             ( les effets du nucléaire dans l’alimentation

                            L’irradiation des aliments consiste à exposer ces derniers à un rayonnement ionisant, qui est une forme d’énergie électromagnétique. C’est l’une des techniques qui permettent d’éliminer les agents microbiens responsables des maladies d’origine alimentaire et de réduire le gaspillage dû à la détérioration des aliments. )



                            http://tpe.nucleaire.diffus.free.fr/page%20grand2seule.htm





                            • CN46400 CN46400 6 novembre 2013 16:58

                              Comme quoi, comme le H, les radiations ont aussi de bons cotés...Juste ne pas dépasser la dose prescrite !


                            • Loatse Loatse 6 novembre 2013 17:00

                              C’est une nouvelle espèce de tomates, soi même : la tomate de Schrödinger..  smiley



                              ok je sors--------> [ ]


                              • soi même 6 novembre 2013 17:47

                                @ Loatse , je ne fait pas te faire un entrechat, une question pourquoi à partie des années 80 nous sommes dans des pics du cancer ?


                                • Loatse Loatse 6 novembre 2013 19:43

                                  Entre deux chats, soi même, je te répondrai qu’il faut sans doute y voir un lien additionnel entre le stress au travail (ou au contraire car il se raréfie, on est dans la fin des trente glorieuses), la malbouffe (c’est l’entrée en piste des plats cuisinés avec leur additifs divers des aliments irradiés aussi), la pollution urbaine qui s’emballe...

                                  Je n’aurais sans doute jamais dû quitter dans ces années là mon petit village de montagne, on s’y enquiquinait comme des rats morts l’hiver mais je ne te raconte pas le nombre de quasi centenaires qu’il s’y trouvaient...

                                  Boulottaient tous les légumes de leurs parcelles, quand à la viande, lapin, poules et moutons du village également. transformés sur place. pas de poisson.

                                  circulation : 1 voiture ou deux par jour au grand maximum..


                                • soi même 7 novembre 2013 17:44

                                  Le chat de Schrödinger est une expérience de pensée imaginée en 1935 par le physicien Erwin Schrödinger, afin de mettre en évidence des lacunes supposées de l’interprétation de Copenhague de la physique quantique, et particulièrement mettre en évidence le problème de la mesure.


                                • OMAR 6 novembre 2013 18:49

                                  Omar 33

                                  Bonjour Olivier  :« ...j’ai donc peur, qu’il devienne alors impossible de contrôler tous les poissons mis en vente.. ».

                                  En effet, il y a de quoi avoir les chocottes, surtout pour nos enfants aussi...

                                  Et si encore, un importateur décide de se débarrasser discretement des poissons contaminés.
                                  En les jetant à la mer, à la rivière , ou en les enterrant quelque part....


                                  • joletaxi 6 novembre 2013 19:13

                                    Fou hein,au plus on salope notre environnement, au plus on vit vieux< ;; ;ce qui n’est finalement qu’une autre forme de pollution

                                    Des endroits où la population subit plus de 100 msv en permence sont bien documentés, et on y vit comme partout ailleurs.

                                    Par contre, on se sait rien de la provenance de ces thons ?
                                    Ou ont-ils été pêchés ?
                                    Si ça se trouve, cela pourrait être des poissons refusés à la vente sur le marché jap qui arrivent chez nous ?
                                    Ils font ça de la lassagne au thon ?


                                    • Loatse Loatse 6 novembre 2013 19:50

                                      Si ça se trouve, cela pourrait être des poissons refusés à la vente sur le marché jap qui arrivent chez nous ?


                                      rien ne se perd, tout se transforme... à la rigueur en croquettes pour chiens et chats occidentaux...va falloir un compteur geiger pour caliner son matou bientôt si ca continue..


                                      • Mmarvinbear Mmarvinbear 6 novembre 2013 19:58

                                        D’ici là les mer du monde entier auront largement eu le temps d’être hautement contaminées ! 


                                        Ce qui ne sera pas le cas, car la pollution radioactive est hautement diluée par l’eau.

                                        Ah, au fait, cette photo bien choquante qui illustre l’article n’est PAS une carte de la pollution radioactive, mais la carte de l’amplitude du tsunami engendré par le tremblement de terre de mars 2011.


                                        On y apprends que même si le taux de césium dans l’eau s’en trouve décuplé, le taux reste très inférieur aux normes de sécurité en vigueur.

                                        La pollution radioactive n’est PAS un truc cool, mais la désinformation l’est encore moins !

                                        • eau-du-robinet eau-du-robinet 6 novembre 2013 21:22

                                          Bonjour Olivier,

                                          Merci pour votre article.

                                          Voici un autre article qui concerné les poissons pêché sur les côtes californiennes.

                                          Pacific bluefin tuna migrating last year from coastal Japan to the waters off Southern California contained radioactive cesium isotopes from the Fukushima nuclear disaster, scientists reported Monday. source

                                          Traduction :
                                          Lundi (27 mai 2013) des scientifiques nous informent que les thons les quelles ont migré l’année dernière depuis les cotes japonaises vers les eau sud californiens sont contaminé avec des isotopes radioactives de césium due à accident de Fukushima.


                                          • @lbireo @lbireo 6 novembre 2013 23:47

                                            c’est vrai que le contamination de Fukushima inquiète beaucoup de personnes !

                                            mais il reste une solution (extrême, c’est exact) pour échapper aux poissons contaminés, pêchez les vous mêmes !

                                            la pêche de loisir, en mer ne nécessite pas de carte de pêche, tout comme la pêche à pieds. certes il y a des règles à respecter sur la quantité, la taille de vos prises, mais non seulement vous avez la qualité (bien sur il faut bien choisir vôtre zone de chasse), mais aussi le plaisir d’attraper vous même votre repas !

                                            D’accord il faut plus de temps de cuisine et de préparation, mais ça vaut quand même le coup d’essayer ! à la prochaine saison bien sûr, vu la météo...

                                            sinon, pourquoi se fier à une carte qui n’a pas de rapport avec l’étendue de la pollution radioactive ?

                                            la pollution venue de Fukushima est peut être impressionnante quand on voit les chiffres, mais il reste du temps avant qu’elle n’affecte toutes les mers du globe. Ensuite, ce n’est pas la première centrale à poser des problèmes (cf Tchernobyl et son nuage toxique « qui s’arrête aux frontières françaises », sans doute pour éviter la douane...). tant que des centrales à risque existeront, personne n’est à l’abri ! peut être faut-il s’occuper de cela en premier ?


                                            • Mmarvinbear Mmarvinbear 7 novembre 2013 00:44

                                              Vous savez, la pollution du poisson dépend de la pollution de l’eau. 


                                              Si la pêche est autorisée en France, ce n’est pas possible de manger ses prises quand elles ont été faites dans un grand fleuve ou certains lacs cernés par des zones industrielles. Le pyralène est présent dans le Rhône pour une plus longue période que le césium.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès