Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Égypte : de Mohammed Ali à Mohamed Morsi, un combat permanent entre le (...)

Égypte : de Mohammed Ali à Mohamed Morsi, un combat permanent entre le passé et l’avenir

JPEG - 2.1 ko

L'image de Mohamed Morsi fuyant le 4 décembre 2012 la foule qui encercle le Palais présidentiel, reflète l'état de tension qui règne en Égypte aujourd'hui entre les Frères Musulmans au pouvoir, leurs alliés Salafistes et le reste de la population. « Morsi dégage », « Le peuple veut la chute du régime » scandait la foule nombreuse pour être canalisée par les forces de l'ordre. Ce sont les mêmes slogans qui ont précipité la chute de Moubarak. Mais il s'agit là des mots d'ordre du passé et l'histoire ne se répète jamais à l'identique. L'Égypte d'aujourd'hui n'est pas celle des grands soulèvements de janvier/février 2011. La lutte des classes qui déchire ce pays se déroule dans des conditions et circonstances différentes. Les opposants au nouveau pouvoir invoquent le passé pour construire l'avenir ! Marx écrivait dans « Le dix-huit brumaire de Louis Bonaparte » que « les hommes (…) même quand ils semblent occupés à se transformer, eux et les choses, à créer quelque chose de tout à fait nouveau, c'est précisément à ces époques de crise révolutionnaire qu'ils appellent craintivement les esprits du passé à leur rescousse, qu'ils leurs empruntent leurs noms, leurs mots d'ordre, leurs costumes, pour jouer une nouvelle scène de l'histoire » (1).

L’Égypte est à nouveau face à l'histoire. Une nouvelle phase de la lutte pour le pouvoir se déroule sous nos yeux entre les différentes classes sociales. De Mohammed Ali jusqu'à Mohamed Morsi en passant par l'occupation britannique, Nasser, la chute de Moubarak, l'histoire de cette vieille nation n'est qu'une succession de luttes et de combats entre les oppresseurs et les opprimés, entre les conservateurs et les progressistes, entre le passé et l'avenir : l'empire britannique contre Mohammed Ali et son projet de modernisation, les puissances occidentales et Israël contre Nasser qui menaçait leurs intérêts dans la région, Sadate et Moubarak, agents de la bourgeoisie et de l'impérialisme américain, contre les intérêts de leur propre peuple. Depuis le début du XIXe siècle, l'Égypte tente de relever la tête et à chaque fois les classes dominantes locales en étroite collaboration avec les bourgeoisies occidentales font avorter ce grand projet de développement industriel et économique cher à Mohammed Ali et à Nasser.

L'étincelle tunisienne qui a embrasé le monde arabe n'a pas épargné le plus grand d'entre-eux, l’Égypte avec la chute de Moubarak. C' était une nouvelle occasion pour lÉgypte de sortir du sous développement et de la misère. Le soulèvement populaire était porteur d'espoir non seulement pour les masses égyptiennes mais aussi pour tous les opprimés dans le monde arabe. Mais l'impérialisme américain et la bourgeoisie égyptienne ne peuvent tolérer ni accepter une telle perspective potentiellement révolutionnaire. C'est dans ce cadre général qu'il faut situer l'accession au pouvoir des Frères musulmans. Rappelons pour mémoire que les Frères étaient les derniers à rejoindre la Place Tahrir et les premiers à la quitter tellement leur crainte d'un changement réellement révolutionnaire était forte. Les Frères musulmans ont refusé de participer à la première manifestation contre le régime le 25 janvier 2011, laissant les jeunes révolutionnaires seuls face à l'appareil répressif de Moubarak qui a fait plusieurs victimes parmi les contestataires. Et pourtant ce sont eux qui sont aujourd'hui au pouvoir comme d'ailleurs en Tunisie avec Annahda !

Le nouveau pouvoir n'est que le prolongement, dans des conditions différentes, de l'ancien instauré par Sadate après la mort de Nasser en 1970 et développé par Moubarak. C'est le changement dans la continuité ! Les États-Unis soutiennent aujourd'hui Morsi comme ils ont soutenu dans le passé Sadate et Moubarak. Pour eux, le nouveau pouvoir égyptien constitue le meilleur rempart contre un changement radical qui risque d'emporter leurs intérêts dans la région. D'autant plus que les Frères musulmans n'ont jamais contesté ni remis en cause les fondements du capitalisme, à savoir la propriété privée des moyens de production, l'exploitation patronale, le profit, la libre entreprise, les lois du marché, etc. Bien au contraire, face aux grèves ouvrières et luttes paysannes, ils se trouvaient souvent du côté du pouvoir. Morsi et son gouvernement ne cessent d'accuser les syndicats indépendants de bloquer l'économie égyptienne par leurs grèves à répétition. Les revendications ouvrières sont absentes des programmes et des traditions des Frères musulmans. L'instauration d'un salaire minimum qui représentait l'une des revendications essentielles des ouvriers avant et après la chute du despote est renvoyée aux calendes grecques ; alors que les soldats et les policiers ont vu, eux, leur salaire augmenter de 50 %. Les ouvriers ne sont, pour les dirigeants bourgeois de la Confrérie, qu'une masse infâme utile à leur propagande religieuse. Ils partagent ce mépris pour la classe ouvrière avec leurs alliés extrémistes, les Salafistes.

La Confrérie possède et gère des hôpitaux, des entreprises, des banques, des supermarchés, des écoles, etc. D'ailleurs depuis le 5 décembre 2012, une campagne de boycott de produits et magasins des Frères est lancée par l'opposition dans tout le pays (2). Derrière le masque de l'Islam, se cache en fait une idéologie profane, conservatrice et réactionnaire.

Leur programme économique ne peut que s'inscrire dans le cadre libéral supervisé et contrôlé par les bourgeoisies occidentales à travers leurs institutions comme le FMI, la Banque mondiale, etc. et financé en partie par les monarchies du Golfe. Nonobstant leur rhétorique religieuse, leur discours sur la répartition équitable des richesse et la lutte contre la corruption, les pratiques de la Confrérie dans le domaine économique sont clairement au service des classes dominantes dont elle fait partie intégrante.

La manière et la rapidité avec lesquelles Mohamed Morsi gouverne, montrent que les classes dominantes menées par la Confrérie ont hâte, afin de consolider leur pouvoir, de mettre un terme à la situation de contestation quasi-permanente qui règne aujourd'hui en Égypte. Elles trahissent en même temps le caractère de classe de ce processus contre-révolutionnaire soutenu et encouragé par les États-Unis.

Président depuis seulement juin 2012, Morsi se trouve aujourd'hui avec la totalité des pouvoirs entre ses mains. Dès le mois de novembre, il a décidé de rendre l'ensemble de ses décisions définitif et au-dessus de tout contrôle. Il a révoqué dans la foulée le Procureur général et enlevé au pouvoir judiciaire toute possibilité de dissoudre l'assemblée constituante dominée par les Frères musulmans. La constitution, tant décriée, a été adoptée dans des conditions pour le moins contestables. Morsi et sa Confrérie se trouvent de fait détenteurs de la totalité des pouvoirs.

Ce coup d’État des Frères musulmans sur les institutions du pays a été facilité grâce à la bénédiction de Washington. Morsi a pris son décret, le mettant au-dessus des lois, le 22 novembre 2012 immédiatement après avoir reçu au Caire Hillary Clinton pour mettre un terme à la nouvelle agression israélienne contre Gaza, c'est à dire le 21 novembre ! Les États-Unis, comme Israël d'ailleurs, n'ont cessé de couvrir d'éloges un président égyptien docile et résolument pro-impérialiste. Après avoir porté à bout de bras les régimes détestables de Sadate et de Moubarak, la bourgeoisie américaine apporte aujourd'hui son soutien à celui des Frères musulmans et leurs alliés salafistes. Les aspirations à la démocratie, à la dignité et au développement économique et social des peuples ne pèsent pas lourd devant les intérêts de cette puissante minorité de riches. En Égypte comme ailleurs, l'impérialisme est l'ennemi du progrès et de la démocratie. Il est toujours et partout l'ennemi des peuples.

Les révolutionnaires d’Égypte doivent donc affronter, dans des conditions nouvelles, non seulement les nouveaux pharaons déguisés en musulmans, mais aussi leurs alliés intérieurs et extérieurs . Ce bloc réactionnaire cherche à faire tourner en arrière les roues de l'histoire en empêchant l’Égypte d'avancer sur la voie du progrès et de la prospérité. L'histoire de la nation égyptienne, tout du moins depuis Mohammed Ali, est un combat permanent contre l'impérialisme et ses alliés locaux avec des périodes de flux et de reflux, des avancées et des échecs. La tâche des révolutionnaires est de poursuivre ce formidable mouvement d'émancipation en s'appuyant sur la résistance ouvrière et paysanne, deux classes victimes plus que toutes les autres classes sociales de l'exploitation patronale et des grands propriétaires terriens. Ces classes opprimées et méprisées par l'ancien et le nouveau pouvoir constituent pourtant les deux seuls piliers solides d'un pont vers l'avenir et vers une société nouvelle.

Mohamed Belaali

http://www.belaali.com/

--------------

(1) K Marx « le dix-huit brumaire de Louis Bonaparte ». Éditions Sociales, page 69.

(2) http://hebdo.ahram.org.eg/NewsContent/0/7/133/1285/Campagnes-antifr%C3%A8res-Le-boycott,-arme-politique.aspx


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • agent orange agent orange 17 janvier 2013 12:28

    Bon article. Les Frères n’ont plus la côte.


    • agent orange agent orange 17 janvier 2013 12:34

      Le message précédent accompagnait une photo.
      J’avais pourtant réussi à la copier dans la fenêtre de prévisualisation. Mais au final elle n’apparaît pas après envoi. Dommage.
      CQFD : Ca serait bien qu’on puisse aussi joindre des images avec nos commentaires. Qu’en pensez-vous ?


      • agent orange agent orange 17 janvier 2013 13:50

        La Confrérie est une fraude et n’est pas l’organisation fondamentaliste qu’on aimerai nous faire croire ; un peu comme on nous fait croire que le PS est de gauche.
        Morsi est loin d’être un dévot extrémiste. Difficile de croire qu’il ait reçu son « brevet de charia » dans une madrassa californienne (Egypt’s new president : US educated Islamist).
        Même son de cloche dans son profile dressé par The Guardian.
        La Confrérie entretient des relations incestueuses avec les Etats-Unis depuis que son leader Said Ramadan (le père de Tariq) a été reçu par Eisenhower à la Maison Blanche en 1953. Depuis lors la Confrérie à été utilisée par les US dans le monde arabe comme contre feux au pan-arabisme marxisant.
        Il est aussi croustillant de noter que al-Zawahiri, le numéro deux d’alqaeda et bras droit de bin Laden était membre de la Confrérie.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Mohamed Belaali


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès