Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Élections provinciales du Québec : Même gouvernement mais défis (...)

Élections provinciales du Québec : Même gouvernement mais défis nouveaux

Doit-on s’étonner de la réélection d’un gouvernement du Parti Libéral du Québec aux élections provinciales du 8 décembre 2008 ? Quels messages devrions-nous en retirer ? Quels sont les enjeux majeurs de ce nouveau gouvernement ? Qui est le véritable gagnant ? Voici mon humble opinion personnelle. 

Il est à noter que je n’appuie aucune formation politique dans ce présent article. J’ai pratiqué mon droit de vote dans le silence d’un isoloir et je préfère garder mon choix secret. 

Nous sommes le 8 décembre 2008 à 22h00 où les principales chaînes de télévision du Québec, tant d’expression francophone qu’anglophone, confirment la réélection du gouvernement du Parti Libéral du Québec avec une forte majorité au sein de l’assemblée nationale. Cette nouvelle met donc fin à une campagne électorale éclipsée par la crise politique fédérale. À cela s’ajoute, la non-reconnaissance du peuple dans les discours des principaux candidats et ce, tels que soient leurs bannières. Ce qui me parait tout à fait normal puisque la crise économique qui se pointe à l’horizon a sensiblement refroidi les attentes de l’électorat. Comme dit si bien l’adage : « On ne peut pas promettre d’offrir ce que l’on a pas. » 

Toutefois, on ne doit pas s’étonner de la réélection de ce gouvernement qui a bénéficié, avouons-le, d’une certaine quiétude lors du mandat précédent : Pas de grèves majeures dans la fonction publique québécoise, absence de mouvements contestataires qui auraient pu le déstabiliser et une accalmie dans les relations intergouvernementales et syndicales. Autrement dit, tout lui souriait jusqu’à ce soir d’élection.

Maintenant, analysons brièvement les diverses situations auxquelles l’équipe du premier-ministre libéral de Jean-J. Charest devra faire face dans les années à venir. Tout d’abord, l’économie de la province de Québec souffre d’une grande précarité. Ladite précarité a pour origine une dette provinciale qui n’a pas cessé d’augmenter depuis les dix dernières années minant ainsi les marges de manœuvre pour les décisions futures. Ici, le nouveau gouvernement devra faire preuve de prudence extrême dans sa politique d’interventionnisme afin de diminuer l’impact négatif d’une crise mondiale qui est déjà à nos portes. Ensuite, les relations avec le gouvernement fédéral risquent de prendre une nouvelle tournure depuis le phénomène du Québec Bashing apparu dans les provinces anglophones depuis le discours du premier-ministre du Canada, Stephen Harper, sur les ondes des télédiffuseurs du pays à l’occasion de la tentative du push raté orchestré par une coalition où les souverainistes québécois y ont joué un rôle crucial. Ici, le gouvernement fédéraliste libéral de Jean-J. Charest se retrouvera entre l’arbre et l’écorce étant donné que d’un côté, les forces séparatistes du Parti Québécois seront sur le qui-vive pour réprimander toutes mesures jugées être à l’encontre des intérêts de la province face à un gouvernement fédéral jugé à tord ou à raison trop pro-Canada. Enfin, il devra composer avec des problèmes qu’il n’avait pas connu au cours du mandat précédent. C’est ainsi que le taux de chômage risque de s’accroître dans les mois à venir et ce, dans toutes les sphères de l’activité économique. Bref, tout le monde sera touché à des degrés divers. Et c’est-là que le gouvernement libéral de Jean-J. Charest est menacé dans ses fondations. En effet, les nombreuses promesses électorales devront être tenues, ou du moins être réalisées partiellement dans les prochains mois, sinon ce seront les forces progressives qui auront le beau jeu. 

Mais, le véritable gagnant est le peuple québécois qui a su, comme a son habitude, exercer son droit de vote dans la sérénité et le calme. C’est-là une preuve de la maturité de ce peuple qui est, pour paraphraser l’ancien premier-ministre péquiste René Lévesque au soir du 15 novembre 1976 : « Un grand peuple ! »

Effectivement, c’est ce peuple qui sort victorieux de ces élections. D’une part, l’électorat a permis à un tiers partis de revoir sa base idéologique même s’il a perdu une proportion considérable de ses candidats élus. Une chose est certaine : L’Action Démocratique du Québec a au-moins le mérite d’avoir critiqué plusieurs éléments auxquels les québécois n’étaient pas habitués. Sa plus belle réussite est d’avoir incité le gouvernement libéral de créer la commission sur les accommodements raisonnables face à la problématique des nouveaux immigrants qui ne partagent pas les valeurs judéo-chrétiennes présentes parmi la population de souche canadienne-française. Une telle commission a favorisé une meilleure entente entre les diverses communautés. D’autre part, nous avons assisté ce soir à la première victoire d’un candidat d’un parti véritablement de gauche, en l’occurrence Québec-Solidaire. C’est-là une première dans l’histoire politique québécoise moderne. (Permettez-moi de douter que le R.I.N. de Pierre Bourgeault des années 1960 fut réellement de gauche, si ce n’est de la gauche-caviar comme disent si bien nos cousins français.)

Je termine cet article par ces quelques mots : Autant la campagne électorale provinciale d’hiver 2008 fut terne et sans vie, autant les prochaines années du règne libéral seront ... palpitantes. J’en suis plus que convaincu. Et vous ?


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • François M. 9 décembre 2008 15:56

    C’est Obama qui serait fier de nous : nous avons opté pour du changement ! Le Québec a apparemment choisi le grand John James Charest comme premier ministre une troisième fois consécutive, une première depuis les années 50 que même les Réné Lévesque, Lucien Bouchard et Robert Bourrassa n’ont pas su accomplir. Bravo ! Nous avons donné à notre sauveur un gouvernement légèrement majoritaire. Le grand prêtre Paul Desmarais a donné sa bénédiction et le peuple peut maintenant rentrer chez lui, après avoir assisté au sacrifice de 83 millions de dollars sur l’autel de la démocratie.

    Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. On va pouvoir continuer paisiblement à vendre le Québec aux enchères sans être ennuyé par ces radicaux extrémistes de la gauche qui refusent de tout privatiser et être les esclaves des grands intérêts financiers.

    Charest et la reine Élisabeth II : yes we can !

    • raymond 9 décembre 2008 17:11

      @ Rolly,
      Merci de cet article sur l’autre monde Francophone. Et surtout merci de ce beau CV que vous avez, cela
      démontre qu’il y a bien plus de gens calmes et ouverts que d’autres.....
      Merci à vous smiley


      • elcoyotte 9 décembre 2008 18:40

        Mais c’est quoi ce tissu de bêtise ???

        "Pas de grèves majeures dans la fonction publique québécoise" : ben voyons, tout le monde sait que le jour de la demi-journée de grève, Charest a passé une loi spéciale forçant le retour au travail et la fin des moyens de pression... Droit de grève toujours interdit par ailleurs.

        "Mais, le véritable gagnant est le peuple québécois qui a su, comme a son habitude, exercer son droit de vote dans la sérénité et le calme" Comme à son habitude ??? Mais comment ose t’on parler d’habitude quand il y a eu une vague sans précédent d’abstention !!! Il faut remonter au début du XXème siècle pour retrouver cela !!!!!! Quelle manque flagrant de lucidité dans le commentaire.

        "face à la problématique des nouveaux immigrants qui ne partagent pas les valeurs judéo-chrétiennes présentes parmi la population de souche canadienne-française. Une telle commission a favorisé une meilleure entente entre les diverses communautés." Allez une petite dernière, juste pour enfoncer le clou. Tu parles d’une meilleure entente, à part avoir pu "chialer" (entendre se plaindre bruyamment) et constater les différences de tout un chacun, la commission est restée lettre morte ou presque.

        Je précise : je ne politise pas mon commentaire. Je ne fais juste réagir à un certain nombre de non sens de la part de l’auteur.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès