• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Est-ce qu’il existe de l’amour à São Paulo ?

Est-ce qu’il existe de l’amour à São Paulo ?

Imaginez-vous une ville qui promet la diversité, la mobilité, la convivialité démocratique, la variété culturelle, des loisirs et beaucoup de possibilité professionnelle et éducationnelle. Imaginez encore une ville qui offre la plus grande Marche de Fierté (plus connu comme Gay Pride), et où les plus différentes classes économiques divisent la même place. Ici, on a quatre autoroutes urbaines avec huit voies environ, plusieurs musées, théâtres et la plus grande collection d’art public, y compris la meilleure université publique de l’Amérique du Sud (Universidade de São Paulo - USP). Cette ville pourrait être São Paulo, mais … ce n’est pas bien comme cela.

Résultat d'un plan urbain moderniste et progressiste, São Paulo a beaucoup d'autoroutes urbaines, créées pour faciliter la vie et la circulation dans la ville. L'avenue 23 de maio, par exemple, qui connecte le Sud au Nord, a dans quelques points, 18 voies ; la route Marginal do Tietê, à son tour, a 11 voies. Ce sont des exemples d'une idée qui était populaire au XXe siècle, une idée qui place la voiture au centre du plan urbain et de la vie du peuple. On peut penser qui grâce à cette structure de chaussée complexe et cher y est plus facile de circuler, mais au contraire, les routes sont toujours embouteillées. Par rapport au transport en commun, on dirait que si on pense à une ville qui a été pensé seulement pour les voitures, il n'y a pas beaucoup d'espaces pour des investissements sur les lignes d'autobus et de métro. Le système de transport par rails sont arrivés ici presque 60 ans en retard et encore on a plus de 300 kilomètres d'écarts en comparaison avec la situation idéale.

La plus grande ville de l'Amérique du Sud héberge aussi une des plus grandes et importantes collections d'art du continent, il y a beaucoup de musées et des centres culturels, mais ils ne sont pas à la disposition de toute la population. La majorité est localisée dans le centre-ville, dont l’accès peut être difficile pour une partie de la société, parce que comme on a dit avant, le transport est précaire et cette situation contribue pour l'abîme social qui existe entre le centre et les banlieues. Les structures qui ont comme fonction la propagation de culture et éducation terminent pour être isolées et exclusives du centre. Il y a des parcs et des places qui se concentrent majoritairement dans le centre, la qualité urbanistique des équipements de loisirs dans les banlieues sont précaires, là où les gens ont plus besoin, où les personnes n'ont pas d'argent pour aller au club et où il n'y a aucune structure urbaine.

São Paulo est devenue fameuse grâce à l’arrivée des immigrants qui cherchaient une vie meilleure. Il y a beaucoup d’opportunité d’emplois, c’est vrai, mais il existe aussi beaucoup de gens et ce qui finit par arriver est que les entreprises exigent plusieurs qualifications de ses candidats qui ne sont pas toujours bien préparés, due au système éducationnel qui ne fonctionne pas comme il devrait. Les entreprises ne trouvent pas des travailleurs qualifiés, en flexibilisant les exigences et par conséquent, ils les paient moins.

L'Université de São Paulo c'est la meilleure université publique de l’Amérique du Sud, mais elle est en banqueroute. Sans argent, l’USP n’est pas capable de payer des bons salaires aux professeurs, investir dans des recherches et développements, ni dans la manutention de ses installations qui sont dégradées, et cela résulte dans la mauvaise préparation des élèves pour le marché de travail en laissant ceux qui cherchent des meilleurs employés frustrés ainsi comme la tombée de compétitivité des entreprises qui cherchent des meilleurs professionnels.

La vérité c’est que São Paulo, le centre financier du Brésil, est une grand contradiction. São Paulo c'est la ville des riches qui fréquentent l’Oscar Freire et les restaurantes plus chers, mais c'est aussi la ville de la périphérie et des habitants du nord, sud, l’est ou l’ouest. Berceau des artistes classiques et des artistes du peuple. Célèbre pour les concerts symphoniques dans la Sala São Paulo et pour les mouvements populaires comme hip-hop, samba et funk. “N'existe pas d'amour à São Paulo” est une expression qui est sur les lèvres des Paulistanos (ceux qui habitent à São Paulo), même si cela n'est pas toujours vrai. São Paulo a beaucoup de problèmes et aussi beaucoup de bonnes choses, mais il faut admettre que la ville a beaucoup d'options pour que tous les types de gens puissent s'y adapter. Vous l’aimez ou la détestez, il n’y a pas un moyen terme. Vous devez visiter São Paulo pour découvrir quel côté vous appartient.


Moyenne des avis sur cet article :  3.33/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Abou Antoun Abou Antoun 18 décembre 2016 02:23

    Les autres mégapoles sont-elles bien différentes ?


    • Derèl 18 décembre 2016 15:41

      @Abou Antoun, À vrai dire, São Paulo n’est pas encore une mégalopole, nous sommes une métropole, mais on pense que ceux-là sont des problèmes de presque tous les grands centres urbaines autour du monde, entretant, la differénce c’est comme ces problèmes sont administrés et quels sont les solutions proposées au long du temps , y compris comme les citoyens se portent devant ces questions de la vie urbaine.

      On espère vous avoir aidé !


    • zygzornifle zygzornifle 19 décembre 2016 09:45

      en tout cas ils ne manquent pas de MST .....


      • zygzornifle zygzornifle 19 décembre 2016 09:47

        existe t’il encore de l’amour a ALEP ? Demandez a Bachar le vachard ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Derèl


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès