Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Et alors, ces subprimes ?

Et alors, ces subprimes ?

Depuis qu’Obama a lancé en mars son plan Making Home Affordable pour venir en aide aux propriétaires catastrophés – et à leurs créanciers, bien sûr - des prêteurs hypothécaires représentant 75% du marché ont accepté d’y souscrire, ce qui devrait permettre à 9 millions de proprios menacés de ne pas être expulsés et de sauver leur mise. Bonne initiative, qui évitera bien des larmes et peut-être du sang dans les rues.


 

Les créancier vont empocher USD 50 milliards de compensation pour refinancer les prêts et réduire les taux… Il semble qu’aujourd’hui même Timothy Geithner, Secrétaire au Trésor et Shaun Donovan de l’Habitat (Housing and Urban Development) vont annoncer conjointement qu’on en rallonge encore un peu.

 Il est temps. 340 000 avis de défaut de paiement en mars, 342 000 en avril… tout semble se stabiliser, mais, comme la résistance de l’air peut freiner la chute d’un corps en chute libre sans remettre en question les lois de la physique, il semble bien que le marché immobilier aux USA s’effondre aussi vite et pas plus que ce que permet le nombre d’huissiers et de shérifs. Ce qui rappelle l’horrifiante phrase de ce témoin, dans « Judgment at Nuremberg : « tuer est facile, c’est disposer des cadavres qui est le défi… »

 On va allonger quelques milliards de plus, ce qui est bon, mais pourquoi le faire si bêtement ? La solution raisonnable ne serait-elle pas que l’État ou un organisme parastatal ad hoc désigné par l’État – comme Fannie ou Freddy, par exemple – deviennent simplement propriétaires des maisons saisies et les LOUENT à leur ex-propriétaire occupant ? 

Qu’ils les louent, mais avec la clause que la propriété en sera transportée à ce dernier quand la somme de ses loyers mensuels atteindra la valeur du marché établie aujourd’hui pour l’immeuble, majorée d’un intérêt raisonnable, disons celui du "prime rate" ou du LIBOR, par exemple.

A quel prix les louer ? Au prix le plus élevé auquel l’ex-proprio a consenti lorsqu’il a obtenu son hypothèque initiale, mais plafonné à 30% de son revenu disponible actuel. Ce loyer demeurera inchangé, car il sera assimilé à un versement sur une vente à terme. La charge réelle qu’il représente pour l’ex-propriétaire devenu locataire-acheteur diminuera donc avec l’inflation. Il n’y a vraiment là rien d’inusité. On fait seulement bénéficier de cet effet une strate de la population que jusqu’ici on ne voulait pas voir, parce qu’elle vit sous le naseau du cheval capitaliste.

 Si le paiement est plafonné, il faut introduire une variable, puisque garantir le revenu est un tout autre projet ! Cette variable, c’est le temps. Le locataire payerait 10 ans, 30 ans, 50 ans… jusqu’à ce que le prix ait été acquitté. Au pire, il payerait peut être indéfiniment… ce qui ne serait encore que le maintien de sa condition initiale de locataire et sans augmentation de loyer.

 On en viendra sans doute à cette approche, dès qu’on aura apprivoisé les Américains à cette intervention – ingérence – de l’État sur le marché. De ce marché de l’immobilier, on passera aux autres. nous entrons dans une nouvelle économie. Le capitalisme est mort, puisque l’argent ne vaut plus rien. On se demande seulement s’il est moins troublant de l’embaumer pour un temps ou de l’enterrer tout de suite.

Pierre JC Allard


Moyenne des avis sur cet article :  3.93/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • xcocote 15 mai 2009 10:58

    Cette solution relève effectivement du bon sens... mais je doute qu’elle interesse les banques. De même, que fait-on des assurances adossées à ces crédits (CDS, CDO ou je ne sais plus quel sigle) ? (à titre personnel, je les enverrai bien rotir en enfer, mais ce n’est pas très démocratique, quoique...)


    • plancherDesVaches 15 mai 2009 13:49

      Du « bon sens ».... ? Sacré bon sens que voilà.

      Il faut déjà bien voir que les ricains ont une culture de propriété de leur logement. (et pas seulement pour y voir un investissement avec un prix de logement qui a été multiplié par 2,5 sur 10 ans). 70 % de propriétaires.
      (ce type d’« investissement » a permis de construire les subprimes, les taux qui s’envolent après 3 ans, et l’endettement monstrueux chez eux, entre parenthèses....)

      Le Français courant a bien moins ce point de vue. 30 à 40% de propriétaires.
      Mais, en France, on a privilégié les exonérations d’impôts aux BAILLEURS privés et « on » leur a même permis d’indexer le loyer à l’inflation. (en prévision de la crise)
      (avant, c’était sur le coût de la construction, ce qui était bien plus honnête, mais bon : droite et honnêteté.....)

      Malaise, vu le petit retournement actuel, Y’A PLUS DE LOCATAIRES. Ce qui peut se comprendre avec la légère montée du chômage....

      Bref, y’a plus de pauvres a exploiter...et ils le savent aussi aux US.
      La preuve, les banques préfèrent détruire les logements dont elles deviennent propriétaires plutôt que d’essayer de les relouer.

      Alors quand je lis un « auteur » qui veut étaler une dette sur 50 ans... il me fait tout à fait penser à un banquier à qui rapporte ENORMEMENT plus d’intérêt un étalement de dettes....
      Pourquoi pas transmettre la dette aux enfants, hein... ???
      (ça, ça va bientôt être dans les projets de futures lois, droite oblige....)


    • xcocote 15 mai 2009 15:28

      effectivement, l’étalement d’une dette sur une telle durée fait exploser le cout du crédit, mais par bon sens j’entendais le fait de proposer à la location des biens plutôt que les détruire à la pelleteuse.
      Pour le propriétaire en difficulté, cela lui laisse un choix :
      - abandonner la maison et la dette correspondante.
      - ou revoir les conditions de son crédit (quitte à ce que l’état intervienne avec xxx milliards, pourquoi pas re-financer ces crédit litigieux à un taux très faible ?).

       


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 15 mai 2009 19:56

      @ Plancher des vaches : Vous restez prisonnier d’une vision monétariste alors qu’il est évident que la monnaie ne correspond plus a aucune valeur réelle. Même en s’accrochant aux principes traditionnels, que vaudra ce surplus d’intérêt dû au terme, si le taux d’inflation s’enfle et dépasse celui de son taux nominal et que ce dernier n’est pas modifiable ? La propriété foncière a une valeur et de même l’usage qu’on en tire. Le titre et son intérêt sont bien précaires...


      PJCA

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 15 mai 2009 20:02

      @ Xcocote. C’est bien ce que le plan Obama est a faire. Mais si le créancier est compensé du manque à gagner par l’État on vient simplement de « collectiviser » la perte... On va corriger en dévaluant officiellement cet argent que ne vaut plus rien, mais il est socialement et politiquement préférable de passer le bien réel dans le patrimoine du propriétaire occupant. Mieux vaut le faire, d’ailleurs, car vous êtes aux USA. Il est armé et il commence à s’impatienter


      PJCA

    • plancherDesVaches 15 mai 2009 20:27

      Monsieur Allard....

      Je suis assez surpris que vous me considériez avoir une vision purement monétariste.

      Précision : je fais bosser des gens (humains) depuis 20 ans (et je connais donc leur salaires ainsi que la valeur ajoutée de leur travail) et connais le prix de la matière au point que j’indice les contrats que je fais signer en les minimisant, car je connais la perversion de la spéculation.

      Mais il me semble plus qu’intéressant que vous me disiez ce qui a pu vous faire penser à cet aspect dans mes propos.


    • John Lloyds John Lloyds 15 mai 2009 11:26

      Y a-t-il encore des simples d’esprit pour croire dans les violons des gouvernements ? Le plan MHA est une imposture, toute simplement parce que ce sont les banques (what else ?) qui bloquent les « shorts sales », ultime recours avant expulsion, tout simplement parce qu’elles refusent de réactuliser la valeur effective des biens au fur et à mesure que ceux-ci dégringolent.

      Les analystes prévoient rien de moins que 5 millions d’expulsions supplémentaires entre maintenant et 2011, un chiffre que ne devrait pas étonner en regards des 7 millions de chomeurs supplémentaires attendus pour cette année. Les banques préfèrent voir pourrir les logements vides plutôt que de consentir à une solution qui sortirait de leurs vieux carcans desuets.


      • plancherDesVaches 15 mai 2009 19:47

        Évidemment bien vu, John. Tu sembles avoir compris la situation depuis longtemps.

        Nous avons aussi bien vu les « tests » des 13 plus grosses banques afin d’essayer de leur obtenir des injections de liquidités supplémentaires.
        Tests faussés car basés sur des prédictions de la future situation d’agences de notation, et augmentations de capitaux NEGOCIEES entre les banques et le gouvernement.
        Chose presque amusante, les banques ont demandé le minimum pour essayer de sauvegarder leur « image ». Et cela arrange presque le gouvernement qui pourra fragmenter les centaines de milliards de dollars qu’elles engloutissent avec un appétit qui fait plaisir à voir.

        Et voici l’essai suivant pour continuer à créer un écran de fumée dont il espèrent qu’il sauvera l’image d’un secteur réellement en faillite.
        http://www.lemonde.fr/la-crise-financiere/article/2009/05/15/l-administration-obama-veut-mettre-de-l-ordre-sur-les-marches-des-derives_1193493_1101386.html#ens_id=863164

        "C’est dans cette catégorie de produit, dont la taille atteint 500 000 milliards de dollars, que l’administration Obama souhaite mettre de l’ordre« 

        N’oubliez pas : cela suit d’un petit mois l’abolition de la règle du mark-to-market....

        Principe : on annonce au peuple qu’il va bien être ponctionné pour payer ces bouts de papier sans valeur, puis on »amortit" le coup pour mieux faire passer la pilule....
        Et surtout essayer de calmer ceux qui se rendent compte du truandage monstrueux que cela entraine....

        Chiche que dans 3 mois minimum, cette régulation n’aura toujours pas vu le jour.....


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 15 mai 2009 20:10

        La question est : Who’s gonna be master  ? Les banques où les nouveaux maîtres ? Je parie sur le New World Order dont la première préoccupation va être de maintenir l’ordre en ne gardant qu’un vernis de démocratie. 



        PJCA

      • Kalki Kalki 15 mai 2009 11:36

        Le ’capitalisme’ n’est pas encore mort. Il est fait de pierre, et c’est la pierre fondatrice, elle dessine la vision des possibles et de l’acceptable de bien des personnes ( et surtout dans l’élite)

        Vous croyez que les élites (économiques , politiques ) se démettront de leur place dans la société, de leur Aristocratie ?

        Non ... bon le capitalisme ne mourra pas en voyant des chiffres en rouge. Ou des humains dans la rue ... La crise que vous prenez pour la crise n’est rien du tout pour le système capitaliste ( et l’élite ).

        Il évoluera, pour faire passer la noix de coco : quand les trusts et les politiques sont trop proches, c’est un totalitarisme, ce que nous avons connu. Le BON SAUVEUR obama, comme un BON PERE FONDATEUR, va montrer qu’il serre les vis de la machine : Et on est repartis de plus belle, et tout le monde va encore y croire, et rien, rien n’aura changé.

        Mais n’oubliez pas , surtout n’oubliez pas les autres crises : il y a d’autres crises et la liste est longue. ( Et elle peut encore s’allonger ).

        Oui ils vont nous ressortir les mêmes recettes que d’habitudes, les mêmes promesses, les mêmes histoires.

        Mais on sera rattraper par les vraies crises.

        Il est impensable que le libéralo capitalisme se laisse détrôner pour le BON PEUPLE, son intérêt, sa survie, et sa santé.

        Quand même les intellectuels ne voient pas plus loin que le bout de leur ... nez.

        La crise ? : Revenons sur les Mythes des États-Unis


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 15 mai 2009 20:18

          @ Kalki : Qui parle de donner le pouvoir au BON PEUPLE ? Ceux qui ont le pouvoir vont simplement cesser de traiter l’argent comme créateur de pouvoir et le manipuler à leur convenance. C’est le POUVOIR QUI CRÉE L’ARGENT. C’est la situation depuis déjà longtemps ; on est juste a remettre les pendules à l’heure.



          PJCA



        • Kalki Kalki 15 mai 2009 14:12

          http://fr.wikipedia.org/wiki/Domaine_public_en_droit_de_la_propri%C3%A9t%C3%A9_intellectuelle_fran%C3%A7ais

          Depuis une directive européenne du 29 octobre 1993[1], et donc dans l’ensemble des pays adhérents de l’Union, les œuvres tombent dans le domaine public soixante-dix ans après le décès de leur auteur ou, s’il s’agit d’une œuvre de collaboration, soixante-dix ans à compter du décès du dernier auteur survivant. Cette durée de protection échue et sauf prorogation, il n’est plus obligatoire de demander une autorisation aux titulaires des droits sur ces œuvres.

          Si tout le monde se tourne vers le libre , le domaine publique, le gratuit, ou l’échange dans une économie alternative : ils vont rapidement baisser leur prix ( car on parle de l’industrie par des artiste qui sont dans les metros ou les rues ... ). Puis ils risquent de totalement interdire le principe de domaine publique, de la révolution, déjà qu’on repousse le domaine publique à perpéte.

          C’est compréhensible il y a eu un booum de la création d’oeuvre, de la création d’ « information.
          Si personne n’achéte plus rien ... ils nous forceront à acheter d’une manière ou d’une autre (en tout cas il essairont vivement )

          C’est le non sens : on se focalise sur l’instantanée sur la photo de notre age : sur le nouveau livre, le dernier film , la musique qui plait ...

          Mais nous arrivons à une »fin" de l’histoire, tel qu’on l’a connue.

          Il y a suffisement d’information libre pour n’importe quel humain de n’importe quel horizon, sans qu’il ai besoin de la payer.

          Hadopi (ou d’autres noms de par le monde imposé par des décisions non démocratique entre nation ) c’est le frein a tout ca. Le frein, pour garder le systeme de profit, c’est à le frein pour que l’élite l’aristocratie, l’idéologie du profit , reste en place ni plus ni moins.

          On pari que ca fonctionnera ?


          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 15 mai 2009 20:22

            @ Kalki. Bien d’accord, mais nous sommes sur le mauvais fil. Voyez :



            PJCA

            • Petitpois Petitpois 15 mai 2009 15:54

              @Candide


              Le lien ne fonctionne pas. 
              Dommage, il y a des jours où un peu d’optimisme serait le bienvenu...

              • Candide Candide 15 mai 2009 16:02

                Si, si, le lien renvoie à un fichier .pdf qu’il suffit de télécharger. Ce sont les derniers chiffres en Arizona sur les ventes immobilières, les crédits et tout..et tout..


                • philbrasov 15 mai 2009 16:27

                  je ne comprend pas P JC Allard.

                  comment peut-il dire que le capitalisme est mort ?
                  C’est tout bêtement IMPOSSIBLE....
                  Chaque faillite entraîne la revente des actifs... à d’autres. et ainsi de suite.
                  que le système soit mis en faillite, c’est la planète en faillite,

                  et qui renait de ses cendres ?, les états, qui auront :
                  matières premières
                  idées
                  peuple
                  innovation
                  éducation
                  etc etc....
                  je vois qu’un seul pays dans ce cas....les USA.

                  voire deux....avec le Canada.
                  Pour que le capitalisme s’écroule, il faudrait le remplacer par quoi ???? le socialisme ?
                  la socialisation des moyens de production ?


                  • John Lloyds John Lloyds 15 mai 2009 17:21

                    « que le système soit mis en faillite, c’est la planète en faillite »

                    Ben oui, c’est exactement ce qui arrive

                    « et qui renait de ses cendres ?, les états, qui auront :
                    matières premières »

                    Sauf que les richesses changent de mains. On passe d’une richesse bancaire nourrie de la dette à une richesse adossée à des biens physiques. Voir la débauche d’achats chinois dans les mines, les matières premières ...

                    « Pour que le capitalisme s’écroule, il faudrait le remplacer par quoi ???? le socialisme ? »

                    Le communisme. Le capitalisme actuel fuit en avant vers du communisme : grandiose, le tour de force, non ? Plus de classe moyenne, qu’on finit actuellement de dépouiller, un capitalisme communiste à la chinoise, une classe dirigeante et une immense masse élaguée au millimètre à qui on refile juste de quoi vivre, et qu’on met en état de dépendance pour mieux l’asservir.


                    _____________________________

                    ALERTE INFO


                  • oeil-de-lynx oeil-de-lynx 15 mai 2009 18:31

                    J’ai lu les textes de Allard. c’est beau... mais c’est long. Quand on les a lus, c’est clair : Les États, contrôlés par le capitalisme, ont permis aux banques d’imprimer en quantité colossale de la monnaie que les banques ont multipliée et ont donnée... aux capitallistes. L’élite financière a acheté les biens réels en les payant avec de cette monnaie qui ne vaut rien. Maintenant ils ont tout ce qu’ils veulent et ils envoient l’argent au diable, avec tous les petits capitalistes et les rentiers.. Les GROS capitaliestes n’ont plus besoin d’argent. Ils ont le pouvoir de la force, et celui des medias pour dire que c’est démocratique. On se nomme entre amis et on gere tout ça à la soviétique.

                     Voila. Vous venez de vous épargnez des heures de lecture de Pierre JC Allard. Vous pouvez aller voir quant même, il ecrit très bien : http://nouvellesociete.org/00.html&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ; et de ce site on peut passer à son blogue. Maintenant, je retourne à Monolecte


                  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 15 mai 2009 20:31

                    @ Philbrasov :


                    Le système mis en place sera « maternaliste » ou "entrepreneurial’ . j’en parle beaucoup ailleurs.


                    PJCA



                  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 15 mai 2009 21:17

                    @ John LLoyds : j’utilise ailleurs l’image d’une oligarchie type Presidium de l’URSS. Attention, cependant. ce nouveau régime sera certainement liberticide et il faudra se défendre, mais il ne gèrera pas des moujiks miséreux. Il contrôlera un système de production qui peut donner amplement à tous, pour tous leurs besoins, sans appauvrir les riches d’un seul kopek !!!. On se bat UNIQUEMENT pour du pouvoir. 


                    C’est un nouveau jeu, avec de nouvelles règles.

                  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 15 mai 2009 21:22

                    @ Oeil-de-lynx : Merci, mais je serai bref smiley Si votre avatar est le chien que je pense, je vous revaudrai ça... smiley


                    PJCA

                  • philbrasov 16 mai 2009 12:27

                    je parlais de matières premières sur son propre sol.

                    Il est IMPOSSIBLE QUE LE CAPITALISME MEURRE est vous le savez....

                    le communisme, est une chimère, voire une théorie ratée, Marx, n’ayant jamais bien su comment intégrer le progrès technique dans sa théorie...

                    de plus cette doctrine, mène tout droit à la dictature, car autant les capitalistes admettent les communistes dans leur rang, démocratie oblige, autant le communisme, porte en son sein, toutes les stigmates du fascisme... les morts en plus......

                    c’est bien pour celà que les gauchistes de ce monde ne veulent pas le pouvoir... mais faire chier le plus possible les affreux capitalos qui les nourrisent.... et qui les font exister...
                    car ce ne sont pas les plus démunis qui viennent frapper à la porte de ces petits cons.... mais bien des gens bien éduqués, propres sur eux..... fils de...... dont les dignes représentants sont des types comme Coupat, ou le facteur.....
                    la crasse prolétarienne française, représentée, par les syndicats CGT et autre, sont encore là pour gratter ce qu’il reste à gratter, avant le grand soir.....
                    mais rassurez vous si la France faiut faillite, il y aura bien qq capitalistes dans ce monde pour racheter les actifs.... viellissants de cette europe malade de son laxisme, politique, économique et financier.
                    En réalité, pour ce qui me concerne, je ne me sens aucunement touché par la « pseudo crise »... que n’importe quel imbécile aurait dû prévoir....
                    vous aurez beau remettre en cause le système, vous ne le remplacerez que par le vide, et la nature ayant horreur du vide..... il se trouvera bien un capitaliste pour récuperer ce vide...Vous ne souhaitez la destruction du système par la haine et la frustration....
                    *et arretez de me bassiner avec les pauvres...... on est tous plus pauvre que l’autre et plus riche que l’autre.....

                    et comme l’EXIGE le code du travail français, si t’es pas content je te propose un reclassement en Inde, à 60 euros par mois.....pour satisfaire les besoins en vétements pas chers de tes copains de la CGT...


                  • philbrasov 16 mai 2009 13:30

                    c’est une approche très interessante qui ne remet nullement en cause le capitalisme tel qu’il est AUJOURD’HUI.....

                    le capitalisme est par essence « entrepreneurial »...... il n’est rien d’autre du reste aujourd’hui.

                    le problème c’est que vous répondez au capitalisme du XIX siècle, ou le débat était capitalisme, ou socialisation des moyens de production.
                    En réalité , lorsque vous dites, « le capitalisme est mort » je crois en effet comprendre que vous parliez du capitalisme du XIX siècle. Mais vous ne remmetez pas en cause ne capitalisme tel qu’il est aujourd’hui et tel qu’il sera demain...
                    C’est marrant de vouloir nier ce mot « capitalisme », car votre conscience de « gauche » probablement, vous fait haïr, ce vocable.... et tout ce que celà comporte de clichés véhiculés depuis des dizaines d’années... ; Exploitation, appropriation des richesses, pauvreté, injustice etc etc..... Alors vous refusez de vous dire capitaliste....
                    Alors que le système que vous proposez , n’est rien d’autre que la mutation du capitalisme d’aujourd’hui...... c’est le même , mais il est passé , d’un capitaliste de production , à un capitalisme d’idée.....
                    J’en veux pour preuve , ma propre expérience...... et je crois que le slogan, j’ai une idée, nous avons les capitaux, ne sera jamais autant à la mode après cette « crise ».....
                    Alors qu’en pleine crise, je faisais « appel » à des fonds d’investissement« pour un projet de plus de 200 millions de euro, je n’ai jamais eu autant d’attention que depuis septembre 2008.
                    l’argent le »cash« revient et reprend ses droits......
                    IL ETAIT TEMPS.......
                    car le vrai capitalisme, c’est le capitalisme qui entreprend et rien d’autre......

                    la réalité , c’est que cette crise des subprime » est la crise de la feneantise....
                    créons de la richesse, pour les pauvres et des interets pour les riches......
                    slogans batis sur des chateaux de sable.

                    la crise du « je veux tout tout de suite ».... et la socialisation de la consommation a fait que même les USA, se sont fait piégés par la chimère du « un homme- une consommation uniforme...maison, auto, boulot....
                    avoir fait croire aux bouzeux texans ou califoniens que l’on pouvait accéder à la propriété a été une grave erreur...non pas pour ceux qui ont cru bien faire, ils sont tellement sur de faire plaisir au peuple.... mais pour ceux qui ont cru en EUX......

                    je préfère le coté instinctif du capitaliste, au donneur de leçon du »socialiste"......


                  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 17 mai 2009 00:23

                    @ PHILBRASOV ; On ne peut rien faire sans capital ; ce dont discute, c’est trois choses :


                    1) le rapport de force entre capital et entreprise, dont le « travail » est l’un des aspects. Un rapport entre passé et présent qui dépend de la vélocité du changement ;

                    2) le rapport de force entre capital matériel et compétence, laquelle n’est pas APPROPRIABLE ;

                    3) la fusion Capital-Etat, conséquence de la monétarisation/virtualisation qui fait de la richesse une conséquence du pouvoir plutôt que sa cause.

                    Je ne puis tout résumé, j’ai cents articles qui détaillent ces phénomènes et leur interrelation, mais s si vous prenez la peine de lire je crois que vous serez d’accord

                    PJCA

                  • Gaëtan Pelletier Gaëtan Pelletier 16 mai 2009 00:55

                    La démocratie est morte... Mais a-t-elle déjà été « vivante » ? Ou bien avons nous vécu, sans trop le savoir sous une apparence de démocratie : une élitocratie.
                    D’où le pouvoir...
                    La grande illusion du X ou du crochet ?
                    Avoir le choix entre le parti A et le parti B, quand l’un de la gauche n’a que la tête penchée...
                    Il faudrait que pour conserver ou avoir une démocratique que le « gouvernement » accepte de modifier des règles.
                    Or, c’est lui qui... change ( façon de parler) sa propre procédure. La démocratie étant ce qu’il y a de moins pire. Et les politiciens - occupés à jouer à la chaise musicale - n’ont pas envie d’aller creuser la tombe de ce qui les fait vivre smiley
                    http://gaetanpelletier.wordpress.com/2009/05/14/x-against-x-l%E2%80%99elitocratie-decadente/


                    • Gaëtan Pelletier Gaëtan Pelletier 16 mai 2009 01:12

                      Il est difficile d’expliquer dans un espace aussi étroit votre vision, M. Allard. Je suis allé revoir votre APRÈS LA CRISE` : http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/10/28/196-apres-la-crise/
                      Pour comprendre et résumer, voici quelques paragraphes qui montrent assez bien l’angle de votre vision. Ce qui devrait en même temps répondre à quelques questions des commentaires.
                      Et en passant, votre vision ressemble à une sorte de démocratie +, ou réelle, ou sont écartés les élites voraces. Du moins on tentera smiley
                      C’est l’image actuelle de la démocratie que nous avons M. Allard, et qui nous empêche de voir celle que nous devrions avoir.
                      Il ne peut pas y avoir de « reprise » après la crise. Tous les observateurs voient cela comme des cycles. Ce furent des cycles... Et ça aurait pu durer longtemps si on n’avait pas enlevé le manteau du pauvre en l’épluchant à sec. Une fois épluché qu’est-ce que l’élite peut encore lui arracher ?
                      Elle n’a plus rien à se mettre sous la dent... Elle vivote actuellement avec son argent de Monpoly - béate- en attendant que le citoyen se rhabille un peu pour pouvoir le déplumer... S’il a le moyen de se remplumer...
                      __________________________

                      La mission de l’État est de mettre en place et de gérer les structures qui permettront de protéger les sociétaires, d’assurer la communication entre eux, de favoriser leur mieux-être, leur enrichissement et leur épanouissement personnel selon les critères qu’eux-mêmes auront choisis. Pour le faire, une nouvelle société se réclamera toujours de la démocratie pour tout ce qui fera consensus, mais par-delà la démocratie elle créera un espace libertaire.

                      Le gouvernement démocratiquement choisi d’une nouvelle société ne prendra que les décisions qui doivent lier nécessairement tous les sociétaires pour que leur but commun soit atteint. Cette mission accomplie ; pour tout ce qui n’est pas ainsi essentiel, il laissera le pouvoir de décision aux individus et à des structures organisationnelles auxquelles ceux-ci adhèreront librement.

                      La société en gestation sera tolérante et permissive. L’État assurera la sécurité et l’ordre public en mettant l’accent sur la prévention et la protection, plutôt que sur le châtiment et la réhabilitation. La résolution des conflits sera immédiate et gratuite, reposant sur une justice d’équité et souvent sur l’arbitrage.

                      La nouvelle société sera entrepreneuriale, mais garantira à tous un travail et un revenu adéquat. L’État n’y produira pas lui-même des biens et services, mais en assurera la disponibilité et en contrôlera la qualité. Les ressources naturelles y seront exploitées dans l’intérêt commun. Il sera mis fin à leur gaspillage et l’environnement sera protégé, mais une nouvelle société sera essentiellement humaniste. Gaïa y restera au service de l’Homme, non l’inverse. PJC ALLARD


                      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 16 mai 2009 02:33

                        @ Gaetan Pelletier


                        Merci. Je suis bien conscient que je ne puis résumer en quelques lignes. Vous m’aider beaucoup en me renvoyant l’impression du lecteur

                        PJCA

                      • Candide Candide 16 mai 2009 02:15

                        à JC ALLARD,


                        La société à laquelle vous aspirez est tentante...autant qu’utopique hélàs car régie une fois encore par les hommes. Si vous suivez le lien qui est sur mon profil vous pourrez voir que j’ai écrit deux ouvrages qui abordent plus ou moins (je laisse le lecteur juge) profondément le sujet : Terra Nova et Le Crepuscule des Dieux...
                        Bien à vous

                        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 16 mai 2009 02:35

                          @ Candide : je vais voir vos ouvrages et je vous ferai mes commentaires. Tres prochainement


                           PJCA

                        • Le péripate Le péripate 16 mai 2009 13:39

                          Le capitalisme est mort ?!
                          Vive le capitalisme !


                          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 17 mai 2009 00:46

                            @ Péripate : Le capital ne peut pas disparaître, mais le capitalisme comme systeme est dépassé. Je vous souligne que je n’ai pas dit que ce serait mieux. Voyez ce que je dis ici de l’argent. Mais la force brute légitimée par une apparence de démocratie sous contrôle médiatique est ce qui nous attend pour l’avenir prévisible. Il vaut mieux en tenir compte que de se complaire dans le déni.


                            Pierre JC Allard

                          • philbrasov 16 mai 2009 14:05

                            @pierre....
                            voyez vous ce que vous décrivez, c’est la NORVEGE...... qui a mis en place, un fond national issue des ressources minerales de ce pays....
                            pays oh combien démocratique, basée sur le respect de l’autre, sur la solidarité, la conservation de sa culture, de son environnement, même si l’on peut ne pas être ok sur leur chasse à la baleine...*mais qui a su préserver un équilibre fragile dans ce monde......
                            et pourtant : un socialite vert norvégien, représentant du framditen i vare ender ( le futur entre nos mains.....répartition des richesses et changement de consommation) vient de jetter un pavé dans la marre norvégienne,et sans doute européenne, en déclarant officiellement que tout ce que vous pierre et d’autres préconnisez, ne se fera, sans avant une prise de conscience et une lutte sans merci face l’immigration musulmane, source de la perte de nos valeurs et de nos esprits critiques.
                            je vous rejoindrais le jour ou ce problème sera résolu......

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès