Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Faut-il se réjouir de la vente de douze sous-marins à l’Australie (...)

Faut-il se réjouir de la vente de douze sous-marins à l’Australie ?

Dans la nuit du mardi 26 avril 2016 après deux années de rebondissements, on apprenait que l'Australie avait porté son choix sur la DCNS pour la construction d'une flottille de 12 sous-marins conventionnels, décision avancée de deux mois en raison des élections législatives anticipées prévues en juillet ! Le montant du contrat dont la signature est envisagée dans une dizaine de mois..., porterait sur 34 milliards d'euros.

Pour remporter le programme baptisé "SEA 1000", le constructeur français s'est inspiré du sous-marin nucléaire d'attaque Suffren classe Barracuda livrable à la Marine nationale à partir de 2017. Le cahier des charges de l'Amirauté australienne, pour ce que l'on en connait, stipulait que le sous-marin doit pouvoir parcourir 10 000 miles nautiques (un mile vaut 1852 mètres) en immersion ! Les visiteurs attentifs du salon Euronaval 2014 qui a réuni au Bourget 352 sociétés venues de 28 pays avaient pu remarquer le programme SMX-Ocean, un nouveau modèle de sous-marin transocéanique. Le Shortfin Barracuda est le plus gros des sous-marins conventionnels européen. Capable d'emporter 60 membres d'équipage, ce «  grand océanique » de 4 700 tonnes, long de 97 mètres, de 8,80m au maître-bau, d'un tirant d'eau 7,3 m pour un tirant d'air de 8,4m et capable de plonger à plus de 350 mètres (acier 100 HLES) est pourvu d’un système de propulsion à pompes-hélices carénées qui le rend très silencieux. Les sous-marins hybrides classiques doivent régulièrement remonter proche de la surface afin de recharger leurs batteries au plomb en utilisant leurs moteurs diesel qui aspirent l'air frais par un renifleur (schnorkel) qui affleure en surface et en rejette les gaz d'échappement à l'air libre. Ce « spot » peut être repéré par les capteurs thermiques, acoustiques, radars adverses et son sillage par les satellites.

La Direction des Constructions et Armes Navales Ingénierie propose trois technologies de propulsion différentes. Le système « Propulsion Indépendant de l’Air » (AIP) apparu durant la Seconde Guerre mondiale et expérimenté par la Kriegmarine (travaux du professeur Walter). La technologie anaérobie (sans oxygène) développé par la DCNS (détenue à 62% par l'État et à 35% par Thalès) est opérationnelle depuis 2008, date de sa livraison sur les sous-marins pakistanais du type Agosta 90B. Le carburant est remplacé par un comburant, de l'oxygène liquide (1 litre en contient 800 litres détendus) dont la combustion est transformée en vapeur qui entraine les alternateurs, les gaz d'échappement étant rejetés en mer sous forme de petites bulles de CO2. Le MESMA (Module d'Energie Sous-Marin Autonome) à circuit fermé fonctionne avec un mélange éthanol-oxygène qui permet de doubler l'autonomie en plongée, soit deux semaines à faible vitesse (4 nœuds). La coque recouverte d'une peinture anéchoïque et non pas de tuiles contribue à le rendre plus silencieux qu'un sous-marin à propulsion nucléaire !

La DCNS propose également l'équipement d'unités de batteries au lithium capables d'offrir une semaine d'autonomie en plongée en complément des batteries au plomb réservées à l’alimentation du réseau électrique du bord. Ces batteries ion-lithium assurent suffisamment de puissance électrique pour permettre au sous-marin de filer 12 nœuds en immersion pendant 24 heures ou 1 semaine à 4 nœuds !

Le contrat fait bien évidemment l'objet de nombreuses clauses secrètes, mais on peut penser que le choix des autorités australiennes a aussi porté sur un point technique particulier. Un tronçon de 8 mètres de long de la partie centrale de la coque semble destiné à abriter un espace permettant une évolution à venir. Cela pourrait être l'accueil de la nouvelle génération de piles à combustible de deuxième génération (FC-2G) alimentée à la demande par de l'hydrogène extrait à partir du gasoil. Ce système disponible sous forme de module autonome et qui permet une autonomie en plongée de trois semaines à vitesse de 4 nœuds, peut être logé dans n'importe quel bâtiment de 6 mètres de diamètre minimum. Cette partie centrale est le maillon d'une adaptation évolutive d'usage à la mer, elle peut accueillir une trentaine d'options : des réservoirs de carburant supplémentaires, des mini-submersibles ou des drones sous-marins (UUV), une chambre de décompression, etc., en faisant un bâtiment polyvalent dédié aux missions de renseignement et opérations clandestines.

Le SMX-Ocean doit pouvoir atteindre : des cibles terrestres (missiles de croisière), d'autres navires ou submersibles (missiles, torpilles, mines), aussi bien que des aéronefs (missiles antiaériens). Le « Barracuda » ayant été étudié pour emporter des missiles de croisière (MDCN) utilisables depuis les tubes lance-torpilles, les ingénieurs vont devoir procéder à des modifications afin de l'adapter au système américain « Tomahawk » (barillet vertical). Le premier sous-marin Barracuda australien devrait être mis à l'eau en 2027 suivi de sa mise en service trois ans plus tard. Avec ce type de bâtiment capable de naviguer entre les océans : Atlantique - Indien - Pacifique, et mer de Chine, l'Australie espère pouvoir bénéficier d'une supériorité militaire et technologique pendant de longues années. Une flottille de 12 sous-marins offre la garantie d'en avoir huit opérationnels à la mer. La France ne pourra donc probablement pas livrer cette technologie à certains pays de la zone pacifique.

Les sous-marins seront construits à Adélaïde avec de l'acier australien (leurs aciéries sont au bord de l'asphyxie et des milliers d'emplois sont sur la sellette. Autre question, vont-ils acheter le nickel de la Nouvelle-Calédonie ?). Si on ne sait pas encore exactement qui fera quoi, certaines pièces ne peuvent être conçues qu'en France et il en sera sûrement de même pour les formations. La première partie du contrat porte sur 25 ans et il faudra ensuite assurer la maintenance des submersibles en condition opérationnelle, probablement une vingtaine d'années supplémentaires. Selon les hommes politiques, le contrat devrait entrainer des répercussions sur notre économie à hauteur d'environ 25 %, soit une somme estimée à 8 milliards d'euros estimée suffisante pour maintenir 4 mille emplois pendant 6 ans dans nos arsenaux et les secteurs annexes de la sous-traitance (ce n'est pas cher l'heure...).

Ce contrat pourrait à terme se révéler une maladresse. Le marché mondial des sous-marins hybrides est estimé à 80 nouvelles unités dans la décennie à venir (sur 260 existants), principalement en : Corée - Indonésie - Malaisie - Singapour - Vietnam ; les sous-marins nucléaires d’attaque restant l’apanage des : États-Unis - Russie - France - Royaume-Uni - Chine - Inde en raison du traité de non prolifération de mars 1970 ratifié par 188 pays. Si le contrat nous est présenté comme une bouffée d'oxygène pour la DCNS et ses 200 sous-traitants : Thales, Sagem, Jaumont Electric, Schneider Electrics France, Aubert & Duval, Manoir Industries, etc., l'Australie devrait s'assurer 50 % des retombées économiques et les Américains qui restent silencieux, engranger 25 % à 30 % avec la livraison du système d'arme (compétiteurs Raytheon et Loockeed Martin) complet du submersible... Faut-il vendre le transfert de technologie ? Il aurait suffi de vendre trois ou quatre submersibles à des pays tiers pour engranger autant de profit tout en conservant jalousement le savoir-faire et avoir une chance de livrer l'armement et l'électronique en sus pour ainsi multiplier par "x" fois les bénéfices et les emplois. En privilégiant l'effet d'annonce, on contribue à une confusion politique entre : le court, le moyen et le long terme dommageable à notre économie.

JPEG


Moyenne des avis sur cet article :  3.62/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • sarcastelle 5 mai 13:07

    Alors ? Pas de réactions ? Tout le monde s’en fout ? Où sont les patriotes ?!? 


    • Zord Zord 5 mai 13:35

      @sarcastelle

      La France a vendu des sous-marins, il est donc logique que le son de cloche sur Agoravox soit le suivant : « On s’est fait enflé, vision à court terme, etc.. »

      Je ne doute pas que si la France avait perdu le contrat, moultes articles nous auraient expliqués à quel point on était « à la rue / mauvais » etc...

      En fin de compte sur Agoravox, c’est toujours la même chose. C’est déjà le même discours, il y a dix ans, ça sera le même dans dix ans.

      Quant aux « vrais patriotes », ils sont partis de ce site depuis bien longtemps et sont occupés à tenir la boutique France pendant qu’ici on palabre sur le monde le cul bien enfoncé dans le fauteuil.


    • Leperesiffleur (---.---.43.60) 5 mai 14:12

      @Zord Aucun lien entre être patriote et vendre des armes de guerre à l’étranger sans savoir dans quelles mains ni à quoi elles serviront pas besoin de longs discourts...

      Transfert de technologies, sous marin français hasbeen depuis des décennies sans oublier les travailleurs détachés des chantiers naval, les retrocommisions tout ça .. enfin bref la routine...


    • Joe Chip Joe Chip 6 mai 03:41

      @zord

      Je confirme, et c’est encore pire sur ago bleu où sévissent les ayatollah et les torquemadas de l’anti-bien-pensance bien-pensante. 

      Ici il n’y a pas de patriotes, juste des avatars de l’Antifrance qui, au nom d’un « patriotisme » abstrait et dévoyé, se complaisent dans la déploration et une haine bien intériorisée de la France qui n’ose pas dire son nom.

      Il est facile de les reconnaître : ils accueillent toutes les mauvaises nouvelles avec une joie funeste et masochiste, et ils transforment toutes les bonnes nouvelles en mauvaises pour bousiller le moral des gens qui contribuent ou veulent contribuer positivement au monde dans lequel ils vivent, contrairement à eux. 

      Evidemment, les mêmes qui fustigeaient ce pays de merde incapable de vendre quoique ce soit par manque de crédibilité ou faute à des technologiques invendables ou dépassées, le fustigent à présent en voyant de lâches « transferts de technologie » derrière chaque vente réussie. A les écouter, il faudrait vendre et ne pas vendre.

      Pour rétablir la vérité, cette vente est une excellente nouvelle. L’histoire des transferts technologiques est bidon. Aujourd’hui il est devenu impossible de vendre ce type de matériel sans consentir des transferts de technologie et industriels très importants aux pays qui investissent des dizaines de milliards dans ces produits hyper-sophistiqués. Les seuls qui peuvent encore se permettre de ne pas exporter leur technologie de défense, ce sont les Américains et, peut-être demain, les Chinois. Et j’ai un scoop pour vous : la France n’a pas la force de frappe des yankees. Ce qui ne doit pas être perçu comme un prétexte pour ne plus exister !

      Cette situation créé un contexte concurrentiel qui est à la fois défavorable et favorable à nos industries. Défavorable car il y a évidemment le risque d’exporter des technologies sensibles et surtout de créer de nouveaux concurrents en leur mâchant au passage le travail. Favorable car ces ventes condamnent nos entreprises à innover pour garder une longueur d’avance sur la concurrence. Voilà, c’est darwinien, mais le monde est celui-là. Il n’y a que d’indécrottables frileux passéistes qui ne comprennent pas cette dialectique, car ils sont allergiques au fond à tout progrès, surtout dans leur pays. Quand c’est russe, là, évidemment, c’est l’extase. Dire qu’ils nous expliquaient il y a moins d’un an que la France était devenue la risée du monde entier suite à la non livraison des BPC à la Russie, qu’elle n’exporterait plus rien, etc... résultat : troisième exportateur l’an dernier, peut-être deuxième cette année devant les Russes. 

      Regardez les Anglais qui ont peu exporté leur dernière génération de sous-marins : ils ont tout simplement perdu la capacité d’en construire aujourd’hui, les prochains seront fabriqués aux USA et ils rencontrent par ailleurs d’énormes problèmes avec leurs nouveaux porte-avions.

      J’ajoute que ce contrat est également une excellente chose sur le plan stratégique puisqu’il fait de la France une puissance dans la zone pacifique pour les 50 prochaines années, ce qui était loin d’être assuré vu la pression que les Américains mettent sur les Australiens mais aussi sur les territoires à « décoloniser ». Les Américains s’étaient clairement prononcés pour la solution japonaise qui aurait eu pour conséquence de marginaliser la France dans cette zone. Politiquement, cela renforce notre poids géopolitique dans la région. 

      Il faut saluer d’ailleurs le courage des Australiens qui ont sans doute voulu au passage adresser un message à leur partenaire américain suite au fiasco du programme F-35. Tout s’est décanté avec une visite de Le Drian aux USA où celui-ci a visiblement obtenu la « neutralité » des Américains quant au choix définitif de l’Australie, sous condition que l’armement reste américain. 


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 6 mai 17:09

      @sarcastelle


      A AVOX.

       CA fait des jours que cet article qui ne lève pas tellement est collé en tete du site. Un vieux copain ?

      PJCA

    • barbarou007 (---.---.139.247) 8 mai 10:32

      Le cul bien enfoncé dans mon fauteuil je trouve pas mal la mise en perspective à long terme de ce contrat commercial ! En effet la presse conventionelle est un peu avare de détails sur ce deal qui arrive à point. Après le fiasco géopolitique affligeant sur les porte élicoptères Russes , la déconfiture agriculturelle qui s’en est suivi, Francois Nholland fait une assimilation totale de sa fonction politique à celle d’un dirigeant d’entreprise et part comme Sarko en son temps à la chasse aux bons points économiques. Si on n’est pas né de la dernière pluie on sait avec certitude que les accords scéllés prématurément avec précipitation sont souvent très lourds de conséquences.... Toujours le cul dans mon fauteuil j’ai un peu l’impression que la France devient le champion mondial de ce genre de conneries , Areva en tête de peloton on pourra bientôt faire le tour de France des bévues d’une classe politique qui ne semble, n’en déplaise pas née pour le commerce.... Spoliant le peuple au profit des banques, rendant indirectement la dette privée, publique et s’érigeant en VRP (s) au service de la « classe laborieuse » crédule... Dans un monde idéalement libéral, la politique devrait uniquement concerner le bien être du citoyen, l’accélération de l’économie intérieure relève elle de la vraie responsabilité des politiques. L’abandon de la monaie nationale et la globalisation totale des échanges interdisent toute régulation intérieure .Les 40 M du CICE investis avec intelligence dans l’innnovation sociale et l’économie solidaire auraient largement suffi à apaiser la grogne dans un pays qui aurait conservé son droit à battre monaie. Nos élites semblent regarder à l’extérieur, oubliant de fait leur contrat social .... C’est le vivier des futures générations et la démocratie qu’on assassine.... Comment ne pas prendre en compte la revendication des « nuits debouts » et des lycéens en colère de voir que le seul avenir en perspective est celui d’un pays sous le joug du crédit bancaire et du commerce ... Gardons l’Euro mais recréons le Franc, la piastre, le sol, des monaies qui n’auront pas cours aux îles vierges, des monaies gérées par des banques publiques dont nous maîtriserons la parité... Redonnons de l’utopie à l’Agora ! Vive Agoravox, il y va du salut public !


    • franc tireur 5 mai 13:29

      Le transfert de technologies est a double tranchant si la technologie n’a pas evolué d’ici a ce que le produit soit livré.Mais on peut gager que les francais n’ont pas fait nimporte quoi et soit relativement assurés d’avoir technologiquement un coup d’avance .


      • Alren Alren 5 mai 18:12

        @franc tireur

        Je pense comme vous : d’ici 2027 la technologie aura évolué et celle que les Australiens ont achetée aujourd’hui ne leur permettra pas de fabriquer des sous-marins concurrents avec ceux qui seront au top technologique à ce moment-là.

        Il est clair pour moi que les sous-matins du futur pourront stocker de l’électricité en 800 volts, et non à basse tension comme avec le plomb et le lithium. W = UI, la puissance est égale au produit de la tension et de l’ampérage. Une tension de 800 v à ampérage égal produit 67 fois plus d’électricité qu’à 12 v. Elle produira autant d’énergie à la tonne qu’en donnerait du gas-oil brûlé en surface et permettra une vitesse sous l’eau de 30 nœuds au moins pour se rendre à des points de missions éloignés de 5 000 nautiques entièrement avec la propulsion électrique. Ce qui permettra à un pays comme l’Australie de ne pas craindre la Chine.

        Il est peut-être m€me envisageable que des réacteurs nucléaires miniaturisés au thorium , donc sans danger ni déchet, soient mis au pointd’ici 2027 (il faut se donner les moyens d’une recherche active). Alors les sous-marins pourraient rester en plongée et mobiles plusieurs mois (jusqu’à épuisement de l’équipage).

        L’utilisation des tubes lance-torpilles pour éjecter des missiles de croisières ou antiaériens est très supérieure au système des trappes situées pour un lancement vertical : moins il y a d’ouverture mieux ça vaut. Les Australiens pourraient se rallier à cette technique après essai comparatif … et choisir des missiles français (ou franco-européens).

        De vendre des sous-marins à l’Australie ne doit pas nous empêcher de le faire à d’autres pays de la zone pacifique ou d’ailleurs : il n’y a pas d’engagement d’exclusivité que je sache.


      • BlueMan BlueMan 5 mai 19:41

        Très bon article, merci.


        Ça m’a aussi choqué : le transfert de technologie est un non sens, de la prostitution pour vendre, c’est scier la branche sur laquelle on est assis.

        Ce dévoiement des élites françaises n’est pas nouveau : déjà Airbus nous avait fait le coup avec la Chine. Ils sont pitoyables.


        • Rincevent Rincevent 5 mai 23:12

          @BlueMan

          Si l’on veut décrocher des marchés aujourd’hui, le transfert de technologie est inévitable. Il est une des conditions de la plupart des contrats, sans quoi ça ne se fait pas. Comme il a été dit par ailleurs, la solution est de conserver une avance technologique suffisante. Ça suppose une R & D performante qui ne peut être financée que par une trésorerie elle-même alimentée par les résultats des dits contrats…


        • Alren Alren 7 mai 13:09

          @BlueMan

          L’expérience montre que si le transfert de technologie consiste à dévoiler les plans de fabrication d’un produit de très haute technologie comme dans le cas des avions ou des sous-marins, ce n’est pas suffisant pour que ceux qui reçoivent ces plans puissent reproduire avec la même qualité le dit produit.

          L’exemple historique le plus frappant fut l’échec des soviétiques à fabriquer un concurrent de Concorde alors que l’espionnage leur avait fourni tous les plans de l’appareil franco-britannique.

          Le Tupolev 144 vibrait à vitesse supersonique du fait de turbulences se produisant sur l’extrados de ses ailes qui n’avaient pas la subtilité de celles du Concorde profilées savamment au dixième de millimètre après des milliers d’heures d’étude en soufflerie dont s’étaient dispensés les Russes.

          Les écoulements d’air sur l’extrados des ailes du Concorde restaient laminaires à vitesse supersonique et l’avion ne vibrait pas. C’était un exploit, vu leur taille, réalisé par les ingénieurs français seuls.

          Les Russes n’ont pas su reproduire l’aile ogivale du Concorde, dont le dessin s’appuyait sur la longue expérience acquise avec l’aile delta du Mirage III. Et ils ont dû ajouter un plan canard sous la cabine de pilotage pour cabrer suffisamment l’appareil afin qu’il puisse décoller à une vitesse raisonnable, dispositif que les concepteurs du Concorde aveint soigneusement évité.

          Ce machin qui devait être mobile, car à haute vitesse il devait impérativement être rentré, fut la cause de la perte de l’appareil au salon du Bourget : il se détacha en vol et le Tupolev s’écrasa sur des pavillons de la ville voisine.

          Les Chinois découvrent actuellement qu’ils ne sont pas encore capables de fabriquer un réacteur d’avion de ligne concurrentiel en terme de rendement, malgré leurs achats de technologie, faute d’avoir des ingénieurs formés par de longues expérimentations.

          Les Indiens, même s’ils parvenaient à convaincre Dassault de leur brader à vil prix les secrets technologiques du Rafale – On peut dire à ce propos qu’ils ne manquent pas d’air et prennent les Français pour de pauvres types, ce qu’ils ne sont pas – seraient bien incapables de fabriquer un avion original équivalent au bijou perfectionné petit à petit dans notre pays par les meilleurs ingénieurs mondiaux.

          Le transfert de technologie fonctionne très bien en revanche quand il s’agit de produire une molécule. C’est pourquoi il est facile à des pays émergents de fabriquer des génériques qui valent le princeps à condition, bien sûr, de travailler avec sérieux et responsabilité.

          De toutes façons, les contrats de tranfert de technologie peuvent contenir des clauses de non-concurrences qui déconsidéreraient tout pays ne les respectant pas.


        • Laurent 47 11 mai 19:33

          @Alren
          Petit détail qui semble totalement ignoré : alors que le Concorde, suite à son crash, a été arrêté définitivement, le Tupolev Tu-144 ( celui qu’on appelait Concordoff par dérision ) a continué à voler et à s’améliorer en performances pendant presque 10 ans, avant d’être arrêté à son tour.
          Le bombardier stratégique russe actuel a repris dans ses grandes lignes la silhouette du Concorde et du Tupolev Tu-144, car c’est la haute vitesse qui régit le profil d’un supersonique.
          Quand au Rafale, ça devient malheureusement un appareil ancien et dépassé, de l’avis des experts en aéronautique, face aux appareils de 5ème génération russes ou chinois ( ces derniers équipés de réacteurs russes ).
          C’est pour ça qu’il faut absolument trouver des clients pour s’en débarrasser ( l’armée de l’air indienne étant beaucoup plus tentée par le Sukhoï Su-30, plus performant et nettement moins cher ).
          A titre d’information, les indiens ne se déplacent plus en éléphant !


        • berry 5 mai 21:52

          pour rigoler un peu
           
          Les tronches des ministres de la défense de suède, de norvège, des pays-bas, d’allemagne et de russie :
           
          http://lesakerfrancophone.fr/les-petits-chaperons-rouges-et-le-grand-mechant-loup
           
           


          • Jean Pierre 6 mai 09:07

            @berry
            Votre commentaire pue le machisme à 3 kilomètres. Les pays cités (Suéde, Norvége, Pays Bas, Allemagne) sont également les pays ou les femmes sont le plus impliquèes dans la vie politique et ont les plus hauts postes de responsabilité. Ce sont aussi quelques uns des pays les mieux placés sur de nombreux indices.

            Mais pour aller dans votre sens il faux reconnaître aux va-t’en-guerres machistes deux choses : non seulement ils ont la gueule de l’emploi, mais ils sont aussi très efficaces : il suffit de voir les millions de morts.

          • sarcastelle 6 mai 11:28

            @Jean Pierre

            .
            Votre commentaire pue l’androphobie à 3 kilomètres. Les gouvernants va-t-en-guerre sont des deux sexes aussitôt que le pouvoir est accessible aux femmes. Les armées qui s’ouvrent aux femmes en recrutent bientôt autant qu’elles en veulent. Les éternelles mères éplorées perdant leurs fils dans les guerres ont rarement fait obstacle ; au contraire elles vont distribuer des fleurs aux soldats qui défilent pour aller au front ; elles vont rarement planter leurs ongles dans la figure des généraux en chef. Il y a bien eu dans l’antiquité un essai (Lisystrate) guère transformé.

          • sarcastelle 6 mai 11:30

            @sarcastelle

            .
            Lysistrate. Encore un piège du genre Libye. 

          • berry 7 mai 12:33

            La néerlandaise me plait bien, mais j’ai des doutes sur ses compétences.
             


          • HELIOS HELIOS 5 mai 23:35

            ... quand j’entends parler de transfert de technologie, je rigole !


            On vient de vendre aux australiens l’aide necessaire a la fabrication de sous marins que nous faisons déjà depuis longtemps, juste remis au gout du jour. 

            Aussi bien les americains que les russes,et fort probablement les anglais, savent déjà tout sur nos bateaux. 

            Les australiens ont choisi la France, surement pour de basses et limitées considérations de souveraineté et plus probablement d’architecture financiere.

            La France possede diverses competences reconnues qui n’ont rien d’exceptionnelles par rapport a celles des grands autres pays. Les anglais vous « font » un porte avion de type « Charles de Gaulle » aussi facilement que nous.. et je ne parle ni des yankee ni des popoff !

            La seule et la vrai difference, c’est tres probablement la demarche de construction (la logistique) que nos chantiers navals maitrisent qui sera l’apport majeur pour les kangourous : cela leur evitera de perdre quelques années a utiliser extensivement des outils de type « project » et au final courir le risque de se planter.

            Toutes les autres spéculations ... c’est du bruit dans la communications, il faut bien faire jouer les « experts » et la presse.

            Au final, ça fait toujours du bien de vendre quelque chose.

            • Ouam2 (---.---.41.186) 5 mai 23:44

              ben en principe je dirais oui...

              la seule question que je me pose c’est...

              à qui..

              les refourger cette fois ?

              si ca foire comme avec les 2 navettes russes...

              au quatar ou à l’arabie sahoudite ?

              whahaha hihihi haha hihihi ....

              oups...pardon !


              • Trelawney Trelawney 6 mai 09:32

                Transfert de technologie sur des engins technologiquement plus proche des classe rubis que des classe Suffren, c’est un peu comme si on faisait un transfert de technologie sur les tube cathodique. il est certain que ce contrat embarrasse un pays autre que le Japon : c’est la Chine et c’est déjà pas mal


                • Le Sudiste Le Sudiste 6 mai 12:52

                  Oh oui, bien sûr qu’il faut se réjouir. J’ai fait la fête pendant trois jours quand j’ai appris cette superbe nouvelle. Même si rien n’est encore signé ? Ah oui, c’est surtout là qu’il faut faire la fête. A l’époque du nabot, j’ai été un peu frustré. Selon lui et la presse de ses amis, il vendait toutes les semaines trois centrales nucléaires, cinquante Rafales et deux portes avions avec l’option "piste à la bonne longueur" mais sans garantie qu’il ne soit pas utilisé tout bonnement par une autre puissance. Sentant le bon coup et persuadés vue sa taille qu’ils devaient avoir des ancêtres communs, quand les mings avaient vu ça, ils ont rasé des milliers d’hectare de forêts pour construire des usines de T-Shirt et de casquettes.

                  Ariane Espace aussi se frotte les mains. Ils ont inventé un nouveau modèle de bus permettant, dans des conditions d’utilisation normale par l’armée française, de mettre directement en orbite de petits satellites judicieusement placés sur le toit du véhicule. C’est ça le génie français.

                  Non, je pense surtout que les australiens sont malins. Ils ont vu comment ça fonctionnait : une fois que les enveloppes sont distribuées à nos politicards mafieux et leurs amis, il suffit de laisser faire... La petite clause qui garantit souvent le paiement par la France ou plutôt par les mougeons ahuris les éventuels (eh !) dépassements de coût permet de dormir tranquille.

                  Ainsi, dans la guerre économique, la Finlande a fait un bon coup. En sacrifiant 3 milliards pour un EPR qui devait rentrer en fonction en 2009 (!), c’est bien les moujeons sans dents qui vont payer eux 5 milliards (si ce n’est plus...) pour un truc dont visiblement la Finlande a l’air de bien pouvoir se passer.

                  En plus, le mougeon sans implants non plus, il adore l’EPR. C’est même un spécialiste. Le coût du sien, celui de Flamanville, sans que rien ne fonctionne et ne fonctionnera certainement jamais, est passé de 3 milliards à 10 milliards et j’ai dans l’idée qu’on n’a pas encore l’addition finale et dans ces affaires, café et pousse café c’est jamais offert, c’est encore le mougeon maintenant sans mâchoire qui régale. On comprend pourquoi le directeur financier d’Areva s’est tiré. Il avait déjà du mal à réduire les notes de resto, et je vous le dis, un Guignol et un Laï laï ça bouffe ! Et on compte pas les soins psychiatriques qui vont derrière, même si là, apparemment on a fait des économies, la thérapie c’est sur Agoravox.


                  Agoravox toujours où l’on a effectivement un nombre impressionnant de vedettes : des « patriotes » qui se sont certainement réjouis aussi à l’époque de la vente de frégates à la Russie, qu’aujourd’hui ils nous présentent comme ennemie de la France. Ou pas tous, y’a plusieurs équipes aussi. Comme chez les antifas, les anti-anti-antifas et les antifafas. Oui faut suivre, la vision politique des mongoliens, leur groupe commun, c’est un peu compliqué.


                  Et cerise, on imagine aussi la fierté et surtout l’intelligence des dits patriotes lorsque nous avons vendus encore des frégates à grands coups de commissions et rétro commissions tueuses à Taïwan qui s’opposent à un tout petit pays nommé la Chine, fabricants du smartphone que le patriote se colle toute la journée à l’oreille. Mais là, une chance, dans ce couple ridicule, un des deux au moins est intelligent. Vente donc de six frégates dont les dessous de tables représentaient largement plus du prix même d’une frégate. Certainement l’illustration la plus claire de ce que sont ces contrats, sans compter les autres confirmations de quelques notions de base comme l’attraction terrestre, non, à part de l’argent, on ne peut pas voler même en faisant des moulinets avec ses petits bras.


                  Attraction terrestre toujours et patriotisme maçonnique cette fois, citons la difficile envolée de quelques merdes du temple, en Afrique puisque c’est leur terrain de prédilection pour la mise en place de l’idéal maçonnique : pillages des peuples, organisation de massacres ethniques et autres guerres à la machettes mais surtout évidemment, constitutions de fortunes et escroqueries à milliards par l’intermédiaire des sociétés dites françaises. C’était donc bien là qu’il fallait sabler le champagne lors de la mort de Michel Barroin et de quelques frères (trop peu à mon goût), un an jour pour jour après un attentat à la Fnac qu’il dirigeait, lors d’une vague d’attentats à Paris que l’on attribuait déjà à de vilains barbus mais surtout pas les bons.

                  Ah oui, c’était le bon vieux temps, où j’imagine bien le patriote aussi ignare que crétin étaient déjà fier que la France, déjà clébard des US, vendait du matériel nucléaire civil comme militaire... à l’Iran. 756 vues sur youtube en un an pour le seul documentaire sur ce sujet, oui, ça fait mal au cul.

                  Il y a un moment où même celui qui se croit patriote devrait d’abord apprendre l’histoire de son pays.Un peu comme les trolls de l’UPR s’extasient devant leur gourou, qui n’était ni plus ni moins que le sous-fifre de Pasqua.


                  Et pour finir comment, il est vrai, ne pas être fier du génie français qui a permis à la France d’être durant des années le number one de la vente de mines antipersonnel qui chaque jour encore estropient des gosses aux quatre coins de la planète.


                  Cocoripots de vin.



                  • Laurent 47 11 mai 19:38

                    Ces sous-marins vont donner du travail pour de nombreuses années à nos chantiers navals qui en ont bien besoin, depuis la connerie des Mistral !
                    Et après tout, si l’Australie veut faire la guerre à ses aborigènes, comment l’en empêcher ?
                    Car à part eux, je ne voit pas d’ennemi à proximité !

Ajouter une réaction


    Si vous avez un compte AgoraVox, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page (bouton «Connexion»)

    Vous pouvez vous inscrire ici pour en créer un.



FAIRE UN DON

:-) :-)) ;-) :-| :-/ :/-) :-( :-(( :-p :-O :->

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Attention : ce forum est un espace de débat civique et civilisé qui a pour but d'enrichir cet article. N'hésitez pas à signaler tout abus en cliquant sur le lien présent en bas de chaque commentaire pour nous indiquer tout contenu diffamatoire, injurieux, commercial, raciste... et qui sera supprimé dans les plus brefs délais (Consulter la Charte de bonne conduite).

Sachez également que des informations sur votre connexion (telle que votre adresse IP) seront mémorisées et partiellement affichées avec chaque commentaire posté si vous n'êtes pas connecté.

Pour repérer rapidement l'auteur de l'article, son pseudo s'affiche en rouge.

Si vous constatez un bug, contactez-nous.







Les thématiques de l'article


Palmarès