• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Fort Calhoun : le réacteur sur générateur de secours dimanche

Fort Calhoun : le réacteur sur générateur de secours dimanche

L’intrusion de l’eau dans certains bâtiments de la centrale de Fort Calhoun a obligé la centrale à basculer brièvement sur l’alimentation électrique de secours dans la journée de dimanche selon l’Homaha World Herald.

http://www.omaha.com/article/20110627/NEWS01/706279901/-1#flood-test-not-over-for-nuke-plant

Les générateurs diesel ont été mis en marche avec succès pour pallier à des difficultés d’alimentation de la centrale en électricité par le réseau électrique.

Comme à Fukushima, le système de refroidissement de la centrale dépend de la fourniture constante en électricité.

Par ailleurs, plusieurs explosions ont créé des brèches sur des digues en amont de la centrale Nucléaire inondée de Fort Calhoun aux USA.

La rupture de ces digues a provoqué l’inondation des champs de maïs jusque-là protégés.

Les autorités gouvernementales ont d’abord démenti être à l’origine de ces explosions, et laissent entendre que des fermiers en colère seraient suspects, mais vendredi, Jeff Theulen, le coordinateur des opération d’urgence, a déclaré que les digues ont peut-être été rompues intentionnellement.

En effet, un corps d’ingénieurs de l’US army travaillait à niveler ces digues depuis une semaine. Ces travaux ont d’ailleurs entrainé la mort d’un conducteur dont le camion est tombé de la digue.

Ainsi la digue privée de Vanmann n°30 située au nord de la réserve naturelle de Boyer Chute a d’abord été excavée par l’armée avant qu’une brèche ne soit ouverte par explosifs.

Deux autres brèches ont également provoqué l’inondation de zones de cultures sur cette portion du fleuve.

L’inondation de la plaine par la rupture des digues agricoles est manifestement une tentative de créer des réservoirs en amont de la centrale afin de limiter la crue dans le lit principal du fleuve Missouri.

 En France on utilise pour réguler les crues ce que les ingénieurs en hydrométrie appellent des réservoirs passifs d’écrêtement de crue qui sont des zones inondables dont la définition est :

Ouvrages passifs d’écrêtement de crue, à disposer dans un petit bassin versant, avec l’objectif de limiter l’importance des crues a l’aval de ce bassin.

Le principe est celui des vases communicants : au-dessus d’un certain niveau, l’eau déborde du lit du fleuve vers le réservoir, ce qui modère la crue dans le lit du fleuve.

C’est sans doute la raison pour laquelle l’armée abaissait la hauteur des digues en amont du fleuve, l’idée étant que si le niveau monte encore les champs reçoivent l’excès d’eau.

La décision de rompre les digues montrent que l’inquiétude est montée d’un cran et que les autorités sont passées à un mode d’action d’urgence qui n’avait plus pour but de limiter le pic de crue mais de faire baisser le niveau de l’eau.

La situation semble plus préoccupante que ne le disent les autorités nucléaires, comme le confirme implicitement l’évacuation des habitants dans une zone de 15 km autour de la centrale (et l’interdiction de survol) ce qui représente plus de 20.000 personnes.

Un autre indice est la décision prise par les autorités nucléaires d’abaisser considérablement la température de l’eau dans le réacteur au-dessous des normes usuelles afin de disposer de plus de temps en cas de rupture du système de refroidissement.

L’eau est à 308 m au dessus du niveau de la mer.
Le niveau d’alerte (307,85 m) imposant l’arrêt de la centrale a été dépassé le 9 juin.

On s’attend officiellement à une montée de 60 cm qui approche la limite de 309 m au-dessus du niveau de la mer.

A ce niveau, la digue de sacs de sable entourant la zone de l’infrastructure reliant la centrale au réseau électrique pourrait céder ce qui entrainerait vraisemblablement que la centrale serait coupée du réseau électrique comme ça s’est passé à Fukushima.

Le système de refroidissement de la centrale dépendra alors des groupes électrogène diesel qui ont été mis en marche ce dimanche.

Or ces générateurs ne sont supposés supporter qu’une crue de 309m au-dessus du niveau de la mer.

Si l’eau monte encore plus haut, des générateurs secondaires pourraient prendre le relai à concurrence d’une crue de 316.5 m.

Ces calculs ne tiennent pas compte des dommages que peu causer l’eau par l’érosion ou la pression sur les murs à la longue car la décrue n’est pas prévue avant de longs mois.

La crise ne fait donc que commencer.

Inutile de paniquer donc, en cas de problème il suffira d'appliquer la bonne vielle méthode Duck & Cover (plonger & se couvrir) :


Moyenne des avis sur cet article :  4.53/5   (51 votes)




Réagissez à l'article

45 réactions à cet article    


  • Aldous Aldous 4 juillet 2011 11:55

    Merci à la modé pour cette publication rapide.


    • Brigitte Grivet 4 juillet 2011 14:01

      Merci et bravo pour cet article, effectivement bien complémentaire du mien :
      http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/nucleaire-et-bouts-de-ficelle-97020

      Le plus effrayant, c’est vraiment ce sentiment d’improvisation permanente en cas de problème. Ici, un boudin gonflable (qui a été percé), des sacs de sable et la nécessité de faire sauter illégalement des digues pour pour créer un bassin d’expansion et éviter le pire.

      Souhaitons que cette fois encore le pire soit évité. Mais ne jouons plus avec le feu !!! surtout nucléaire !
      B. Grivet


    • Aldous Aldous 4 juillet 2011 15:59

      Je connais ce type de « responsables » par obligation profesionelle.

      Pour eux résoudre un problème consiste à s’en débarrasser en mettant une réponse dans la case en face.

      En général c’est la dure réalité qui se charge de démontrer que la réponse n’est pas adéquate.

      Dans le nucléaire la durée des problèmes générés par la pollution radioactive amplifie le problème car les décideurs ne sont pas formés de penser sur de telles échelles de temps.

      Alors il nous font de la garantie décénale en pariant que leur successeurs prendront la suite.

      C’est ce que font les « successeurs » des (ir)responssables des années 60 qui ont bâti Fort Calhoun, et c’est pourquoi on les voit s’affeter avec des boudins gonflables et des sacs de sable.

      Le pire c’est que ces décideurs ne sont pas capables d’imaginer qu’il se peu bien qu’il n’y ait pas de successeur pour des raisons économiques, de chaos politique ou autres.

      Au USA il y a des ponts qui s’effondrent faute d’argent pour entretenir les infrastructures.

      Les USA sont en faillite et les états qui le composent aussi.


    • plancherDesVaches 4 juillet 2011 12:31

      Oui, en effet, ça baigne.

      Pour un peu, nous pourrions même aller jusqu’à dire qu’une crue de cette ampleur est due à un dérèglement climatique. Mais je serais mauvaise langue...

      Le gars qui continue de bosser sous l’eau, sur le coté, il a réellement cru Sarkosy qui disait qu’il fallait bosser plus pour gagner plus.. ??


      • Aldous Aldous 4 juillet 2011 13:14

        En tous cas le choix de stocker « définitivement » des déchets nucléaires (barres de combustibles) au bord du Missouri laisse pentois.

        Ces gens là ne réfléchissent pas à la bonne échelle de temps.

        C’est (vraiment pour le coup) « après moi le déluge »
         


      • plancherDesVaches 4 juillet 2011 13:40

        C’est La Hague, qui, en France est la plus grande poubelle nucléaire.

        Ce qui me détruit, quelque part, est QU’AUCUN enseignement n’a été tiré de Tchernobyl.
        Juste quelques précautions supplémentaires dans l’instrumentation de contrôle et les actionneurs, c’est tout.
        Ainsi, pour Fukushima, ce n’était pas noyer, qu’il fallait faire (pour essayer de sauver les centrales, je le rappelle... question de fric) mais au contraire, dès la fonte des coeurs, soit deux heures sans refroidissement, commencer à construire des cercueils en béton.
        Maintenant, la pollution de l’ensemble du Pacifique est en route. Car jamais ne sera supporté le coût du retraitement de la totalité de l’eau qui sert à refroidir.

        D’un point de vue général, et la crise économique aidant, le niveau de sureté des centrales mondiales ne peut plus être relevé. Par « manque » d’argent.
        Plus grave et à plus long terme, l’argent manquera aussi pour l’entretien.

        Pendant ce temps, les énergies alternatives solaires et éoliennes sont des pièges à gogos grenns dont la rentabilité réelle n’est jamais étudiée.... et pour cause.

        L’avenir est au pédalage des belles-mères dans les caves. Ca leur fera de beaux mollets.


      • ali8 4 juillet 2011 12:31

        Aldous

        comme OC vous mesurez la hauteur d’eau au dessus de la mer ce qui ne veut rien dire et ne frappe pas l’imaginaire ; sur les rivières françaises sont placées des échelles indiquant le niveau avec précision et mentionnant les plus hautes crues connues

        quant aux groupes électrogènes de secours seront-ils embarqués sur des barges pour éviter leur noyade

        reste une solution : faire baisser le niveau de la mer !! smiley


        • Aldous Aldous 4 juillet 2011 13:07

          Je donne les niveau de crue par rapport au niveau de la mer car ce sont les informations disponibles auprès des autorités de gestion de crise US.

          Et encore, je vous épargne d’avoir à convertir ces valeurs qui sont publiées en pieds.

          Mais je ne suis pas d’accord avec vous quand vous affirmer que ça « ne veux rien dire »

          Peu importe où on décide de positionner le zéro, c’est la variation du niveau qui compte.

          Comme je l’indique dans mon papier, le niveau d’alerte obligeant l’arrêt critique de la centrale est dépassé de 15 à 20 cm depuis le 7 juin.

          Depuis, la centrale a connu un départ de feu, un opérateur de pompe brulé par du carburant, une digue gonflable effondrée, une coupure du réseau électrique, des dégâts dans plusieurs bâtiments provoqués par la crue.

          La centrale est devenue une ile et il est impossible de se déplacer avec des engins terrestres d’un bâtiment à l’autre.
           
          Bref c’est une situation de crise complexe.


        • gaijin gaijin 4 juillet 2011 12:36

          ça ressemble a fort alamo .....
          pendant ce temps là en france
          ( je l’ais déjà mis sur un post d’olivier mais c’est trop bon )
          pour ceux qui n’auraient pas compris ce que signifie le mot désinformation :
          http://www.lesechos.fr/entreprises-...
          conte de fée a lire pour les petits enfants ( niveau martine en vacances )
          pour ceux qui ne pas que ça a foutre je vous met la fin

          "« Et puis on ne connaîtra jamais cela en France. C’est l’expérience d’une vie »
          , souffle Sylvain Mouezan, avant de s’installer dans la navette Tepco, qui pénètre 20 mètres plus loin dans le no man’s land entourant la centrale."


          • Aldous Aldous 4 juillet 2011 13:11

            « Et puis on ne connaîtra jamais cela en France. C’est l’expérience d’une vie », souffle Sylvain Mouezan, avant de s’installer dans la navette Tepco...

            Il se croit à Disneyland : en avant pour le grand frisson nucléaire.

            Lamentable.

            Avec des gens comme ça, c’est sûr qu’un parc d’attraction nucléaire va finir par ouvrir ses portes chez nous aussi...


          • ZARMO66 4 juillet 2011 14:00

            Merci pour le lien Gaijin,
            Et merci à Yann Rousseau pour ce sympathique article dans les Echos...
            Il nous donne presque l’envie d’y passer nos vacances !
            A quelle chance de pouvoir y aller ! on ne connaitra jamais ça en France...
            Quelle rigolade... Je pensais que les Echos étaient un journal sérieux. Je le lis de temps en temps...

            z


          • Aldous Aldous 4 juillet 2011 15:41

            Tous les journaux ont des patrons.

            Ce que le patron veux, dieu le veux.


          • sto sto 4 juillet 2011 18:25

            >> Avec des gens comme ça, c’est sûr qu’un parc d’attraction nucléaire va finir par ouvrir ses portes chez nous aussi...

            En plein dans le mille.

            Ca me rappelle que Tokyo disneyland est au nord de Tokyo, c’est a dire en zone contaminee mais pas evacuee.

            http://en.wikipedia.org/wiki/Tokyo_Disneyland

            Il existe deja, le parc d’attraction contamine !



          • Aldous Aldous 4 juillet 2011 15:40

            On est heureux de servir.


          • joletaxi 4 juillet 2011 14:37

            Vous avez raison de vous concentrer sur Fort Calhoum,si vous voulez faire de la retape avec votre petit commerce.


            L’article en tête de gondole,Fuku machin, ne marche plus
            d’ailleurs, on devrait interdire des nouvelles de ce genre

            At a press conference held on June 23, Chief Cabinet Secretary Yukio Edano said that

            water-quality monitoring at 135 beaches nationwide, conducted by local municipalities

            to date, showed results “less than the limit of detection” everywhere, except for one

            beach in Iwaki City (Fukushima Prefecture). He added that the level at that Iwaki beach

            was also quite low—13Bq per liter of radioactive cesium—emphasizing that, in any

            case, there was “no cause for concern about human health even when swimming.”


            des trucs comme ça, cela vous ruine le petit commerce.


            La promo en rayon sur Los Alamos n’a pas trop mal marché, mais la saison a été trop courte et il en reste sur les bras, cf l’article de brigitte.


            On peut donc fonder de bons espoirs sur ce truc US, on est jamais déçu avec des produits ricains.




            • tinga 4 juillet 2011 14:58

              Les épiciers, ce sont les machands de centrales nucléaires...


            • Aldous Aldous 4 juillet 2011 15:39

              Il est pas beau l’avenir ?

              La météo des plages radioactives...

              Bonne baignade à Fukushima joletaxé

              Car je n’imagine pas que vous n’alliez pas derechef là bas pour prouver vos dires.


            • sto sto 4 juillet 2011 18:38

              >> to date, showed results “less than the limit of detection” everywhere, except ...

              1. Les limites de detection, on leur fait dire ce qu’on veut, selon comment (et combien de temps) la mesure est effectuee.

              2. Les isotopes se concentrent dans les poissons et les algues. Les Japonais mangent beaucoup de poisson et algues contamines, avec du riz contamine cuit a l’eau contaminee, en respirant de l’air contamine, se trouvant dans un environnement irradiant. De quoi depasser de plusieurs ordres de grandeurs les limites « acceptables ». L’exposition supplementaire, aussi minime soit-elle, est a proscrire. Pas de baignade donc.


            • flesh flesh 4 juillet 2011 19:16

              « Car je n’imagine pas que vous n’alliez pas derechef là bas pour prouver vos dires »

              Joe n’ira peut-être pas car d’après Vanessa ’y va pas partout’. Elle précise aussi qu’il ’marche pas au soda’, comme le Chief Cabinet Secretary qu’y fait la madame météo.


            • Aldous Aldous 4 juillet 2011 15:46

              L’article précise :

              Those levels were then finalized after approval at a meeting of the Nuclear Safety Commission (NSC) of Japan.

              Les mêmes qui ont mit 2 mois à reconnaitre que les 3 réacteurs de Fukushima avaient fondu à 100% et qui nient toujours que le confinement du n°3 a explosé.

              Aie confiannnnnncccce... comme dirait Kaa


            • joletaxi 4 juillet 2011 15:46

              Allez courage les gars, ce n’est pas une hirondelle qui fait le printemps,et avec un peu de chance, un bon séisme, un bon tsunami, ce sera « pire que le plus mieux pire »


              Pas de fuites à un tuyau aujourd’hui, pas de vannes mal ouvertes, pas d’enfant qui tousse en Californie ?
              Ne vous morfondez pas, cela ne saurait aller bien longtemps.

              En attendant surveillez bien Fort Calhoum,.
              Des milliers de gens ont déjà tout perdu, mais on s’en fout,la seule chose qui importe, c’est qu’on aurait un irradié, un enfant tiens, ça cela serait vendeur.




              • Aldous Aldous 4 juillet 2011 15:50

                Si ma camelote ne nous convient pas joletaxé rien ne vous contraint à la lire...


              • joletaxi 4 juillet 2011 17:17

                bah, on ne sait jamais, voyez cet anglais, bon, ils sont spéciaux, mais parfois, un éclair de lucidité,et j’aurais l’agréable surprise de lire un article factuel, qui ne verse pas immédiatement sur la fin du monde.


                Mais de toute façon, j’aime bien, pas tellement l’article,mais les commentaires, pas besoin d’acheter des bandes dessinées, tout y est.

              • gaijin gaijin 4 juillet 2011 17:51

                jo
                dés fois au cas où vous ne le liriez pas sur les autres fils où vous déversez vos ordures

                « étanche a toute argumentation sensée »
                il y a quand a vous longtemps que vous n’êtes plus étanche et fukushima non plus
                je ne participais pas aux débats sur deepwater et grâce a la pertinence des informations mainstream je n’ai aucune idée de ce qui s’y est passé au juste
                ( bien sur en tant que simple citoyen il y en a qui diront que je n’ai qu’à me mêler de ce qui me regarde : payer mes impôts comme un bon mouton et mourir le plus tot possible d’avoir attrapé un cancer tout bête )
                je suis venu ici pour avoir un peu plus d’info et ça fait trois mois que je subit vos « explications raisonnées »
                en résumé : il n’y a pas d’accident nucléaire a fuku puisque c’est a cause d’un tsunami les gens ne meurent pas a cause des accidents nucléaire ils meurent du cancer etc
                ( attention a votre réponse je vous rappelle que je suis cap d’aller me retaper trois mois de post pour trouver vos bouses )
                ce que vous faites est de la désinformation pure et simple
                et dès qu’il y une semaine sans mauvaise nouvelle vous la ramenez comme si vous aviez découvert l’eau tiède
                ça vous fout les boules que l’on arrive a la fin du nucléaire mais dites vous bien que c’est a cause de gens comme vous, occupés a essayer de trouver des explications tordues pour masquer la réalité, qu’il y a des accidents nucléaires
                je ne devrais même pas dire des accidents nucléaires ce sont des accidents de la connerie humaine a cause gens qui pour faire du bénef foutent des centrales en bord de mer dans le pays qui a inventé le mot tsunami


              • cyprienne cyprienne 4 juillet 2011 16:14

                Merci pour cet article très documenté.


                • hacheii 4 juillet 2011 17:18

                  Tout ça c’est des conneries, il n’y a aucun danger avec le nucléaire, c’est toujours le même refrain qui consiste à foutre la trouille à la ménagère, « ON VA TOUS MOURIR », c’est très grave ne riez pas. On nous a fait le coup avec le cancer, les accidents de la route, l’alcool, la pollution, même les vipères y sont passées, alors les dangers de ceci et cela, on attend et se fera notre propre idée le moment venu, de toute façon ou c’est vrai ou c’est faux, si c’est vrai on ne peut rien y faire, pas la peine de s’inquieter, on mourra tous, si c’est faux, c’est pire ......


                  • flesh flesh 4 juillet 2011 18:57
                    « il n’y a aucun danger avec le nucléaire »

                    On se cotise pour lui payer des vacances à Fukushima ?

                  • François51 François51 4 juillet 2011 18:49

                    voila des infos importante. ça change de l’affaire DSK ! overdose ! merci pour cette article.


                    • Fanarchitecte 4 juillet 2011 19:43

                      Les générateurs diesel ont été mis en marche avec succès pour pallier à des difficultés d’alimentation de la centrale en électricité par le réseau électrique.

                      Salut les jeunes
                      Merci pour cet article bien écrit et qui nous change des élucubrations de Cabanel truffés de liens vers des sources toutes plus fantaisistes les unes que les autres.
                      Je me réjouis que le système de secours ait fonctionné à la centrale de Fort Calhoun et qu’on ne déplore à l’heure actuelle aucune victime.


                      • Fanarchitecte 4 juillet 2011 19:44

                        Et j’en profite pour saluer le professionnalisme des américains.


                      • joletaxi 4 juillet 2011 20:01

                        Comment avez-vous fait pour associer une photo à votre pseudo,j’en ai une avec des pâtés de sable ?


                        Je n’ai encore rien sur le futur concours de châteaux de plage de Ibaraki, il faudra attendre encore un peu,la saison commence seulement.

                      • Fanarchitecte 4 juillet 2011 20:25

                        Moi, je participe tous les ans au championnat international des châteaux de sable. Cette année, il se déroule à Fukushima, au Japon (The international contest of sandcastles in Fukushima). Je crois que je vais sculpter un compteur Geiger. Peut-être qu’on va s’y croiser ?


                      • gaijin gaijin 4 juillet 2011 20:32

                        fanadeplage
                        je vous ait trouvé des petits camarades pour le concours a fukushima sur plage

                        contamination des enfants
                        10 enfants sur 10 testés ont subit une contamination interne
                        http://leplus.nouvelobs.com/contrib...
                        extraits :
                        " ces enfants, âgés de 6 à 16 ans, sont tous contaminés en césium 134 et césium 137 et qu’ils l’ont probablement aussi été par d’autres éléments radioactifs à vie courte, comme l’iode 131 (ces derniers éléments disparaissent plus vite et l’on ne les détecte plus). Et comme ils vivent tous en ville et s’alimentent au supermarché, cela veut dire que d’autres enfants, mangeant plus de produits locaux, pourraient être beaucoup plus contaminés."

                        "Pour un travailleur du nucléaire, une contamination interne doit être exceptionnelle. Pour les enfants de Fukushima, cela risque d’être la routine…"

                         comme diraient certains que je ne citerai pas : toujours pas de morts a fukushima


                      • g.jacquin g.jacquin 5 juillet 2011 09:56

                        A l’auteur.

                        Voilà qui est étrange, … on démarre des GE avec succès ! Serait-ce si rare ????
                         
                        En France, toutes les centrales secours, dites de remplacement, sont mises en service 1 fois par semaines (surtout pour les ERP et les IGH). C’est une procédure normale (je crois même, gravée dans la loi) qui permet de maintenir en état les groupes.

                        Donc, on n’est pas dans le reality-show mais dans la technique.

                        Soit les groupes fonctionnent et c’est normal… Soit ce n’est pas le cas et c’est anormal ! Donc, on règle le problème après analyse du défaut !

                        Je confirme que cela arrive que certains groupes ne partent pas... C’est la raison pour laquelle une centrale secours, c’est toujours plusieurs groupes… et que, les systèmes de contrôle-commandes (redondant) sont là pour prévenir d’un défaut.
                         
                        Dans une centrale nucléaire mais comme dans toutes les centrales, les auxiliaires ont besoin d’être alimentés en permanence.

                        Comment activer les démarreurs s’il n’y a pas d’alimentation, comment coupler les groupes si les synchros coupleurs ne sont pas alimentés, comment faire fonctionner les cellules de couplage... et bien sûr, les systèmes d’automatismes de contrôle et de commandes sont évidemment, toujours sous tension ! ETC …

                        Donc, dans une centrale, on récupère déjà l’alimentation du réseau (celui que la centrale alimente et qui est couplée avec les autres tranches ou autres centrales),
                         
                        S’il survient un problème du type Tricastin ou le transfo de couplage 400 KV de la tranche explose(ce transfo permet d’evacuer l’energies electrique produit par l’alternateur).
                         
                         Soit, la centrale fonctionne, elle s’auto alimente, c’est ce que l’on appelle un ilotage,
                         
                         Soit elle ne fonctionne pas dans ce cas, on fait appel à une centrales de secours (secours local de la tranche).

                        Mais dans tous les cas, on a toujours une autre source issue de batteries et d’onduleurs qui permettent la mise en service des groupes secours. Cet ensemble de batterie est toujours redondant.
                        En France, chaque tranche d’une centrale électrique, quelle qu’elle soit, est autonome. Néanmoins, le bon sens technique a prévu le couplage possible des alimentations secours entre tranche.

                        Concernant la corrosion, il faudrait que l’auteur rentre plus dans les détails, car, a priori, il s’agit d’eau de pluie qui entoure cette centrale et son PH n’est pas celui de l’acide chlorhydrique !

                        Quant à la pression, il faut simplement rappeler que, 1 bar est égal à la pression d’une colonne d’eau de 10m appliquée sur 1 cm². Il serait étonnant que les murs de cette centrale ne résistent pas à quelques dizaines de cm d’eau !

                        (on n’est pas dans le cas fukushima ou en plus du poids d’eau, on à la force d’inertie qui s’ajoute. heu.... = MC² ????).

                        Mais l’auteur à peut être d’autres infos …


                        • plancherDesVaches 5 juillet 2011 10:57

                          Merci pour ces précisions, G.Jacquin.

                          Pour les générateurs de secours, même les voisins éloignés des centrales peuvent les entendre démarrer, car ceux-ci sont quasiment en échappement libre.

                          Et c’est bien là que ça gène... Ceux-ci ne sont pas submersibles.
                          Pour rappel, un sous-marin a besoin d’un moteur pour avancer.

                          Quand aux batteries, elles ne sont capables que de maintenir l’énergie suffisante pour le contrôle. Et pas une absence de générateurs...
                          A moins que tu me donnes des chiffres sur une augmentation récente de leur capacité...


                        • plancherDesVaches 5 juillet 2011 11:05

                          Il me faudrait (je sais, j’abuse) aussi un connaisseur en centrale type Fukushima, soit de conception américaine.

                          Car ce type de centrale n’existe plus en France depuis bien longtemps, mais il serait intéressant de comparer les points forts et faibles.


                        • g.jacquin g.jacquin 5 juillet 2011 16:50

                          Plancherdesvaches

                          Oui, ... ce sont des gros « bouzingues » et ils sont juste équipés de pots de détente. Déjà, une petite centrale de 3 x 2000 KVA et la pression sonore est de l’ordre de 110 dB... D’ailleurs, la plupart des metteurs en groupes (techniciens) sont sourds !

                          Bien sûr, si on les submerge et que les sorties d’échappements sont sous l’eau, ça s’arrête ! mais en règle générale, on emmène les sorties d’échappements sur les toits ce qui explique la crise de boules des riverains. Quant à la partie électrique du groupe, si elle est noyée... ça s’arrête. (Pas encore de groupe en IP66).

                          Quant aux batteries, elles ne sont là que pour donner l’energie aux démarreurs et alimenter les auxiliaires tels que je les aie décrits plus haut. On est d’accord que ce n’est que leurs rôles. Mais n’empêche que si elles sont noyées... pas question de tourner la manivelle !!!

                           

                          Casino

                          Pour la pression, il ne s’agit pas de mon raisonnement mais des lois élémentaires de la physique ! Pour votre barrage de 30 m, la pression sur les impulseurs de la turbine sera de trois bars. D’ailleurs, vous, vous faites une erreur de raisonnement... L’eau n’est pas compressible donc quelle que soit la longueur de la retenue, la pression sera toujours de trois Bars. Pour être plus précis, à la profondeur de 30 m, chaque cm² de sol reçoit une pression de trois Bars mais également le premier cm² du bas de la paroi !!! comprenez-vous ? 1 cm plus haut sur la paroi, la pression sera de 2.9xxx bars etc..

                          Donc, je vous rassure, a priori, les techniciens maîtrisent le sujet ! et ne venez pas me parler du barrage de Malpasset qui est un autre sujet !
                           

                          Plancherdesvaches bis

                          Concernant Fukushima, je suis très étonné qu’AIEA ne donne plus d’informations depuis le 2 juin...
                          Cependant, comme j’ai pu l’écrire dans un post précédent, il faudra regarder le problème des modes communs et des redondances sur nos centrales bien que convaincues à 200% que ce problème n’existe pas en France (cette remarque n’engage que moi).

                          Le mode commun, c’est par exemple une entrée d’eau de refroidissement pour une centrale de plusieurs tranches, car le bon sens technique, c’est d’en mettre évidemment une par tranche... ce qui autorise qu’une d’entre elles puisse se boucher sans pénaliser les autres ! C’est vrai également pour les alimentations électriques secours et c’est vrai pour toute installation présentant un danger...

                          La redondance, c’est par exemple, si une entrée d’eau se bouche, pouvoir récupérer de l’eau de refroidissement par les autres entrées !

                          Bien sûr, les ingé d’EDF sont suffisamment perspicaces pour y avoir pensé et ils n’attendent pas les commentaires AV pour agir (heureusement  smiley ) !

                          Donc... comparer les process entre un REP, un REB ou autres, est forcément complexe. Ce qui est sur, c’est qu’à Fukushima, le problème de la fusion partielle des crayons est dû à un manque d’eau de refroidissement ! Si on excepte la disparition de l’eau du rhône ou la disparition des océans, que l’ASN nous confirme que les procédures de sécurité sont bien existantes sur ce sujet !

                           


                        • plancherDesVaches 5 juillet 2011 18:28

                          G.Jaquin.
                          « que l’ASN nous confirme que les procédures de sécurité sont bien existantes sur ce sujet ! »

                          Juste pour rappel, une centrale sur la Loire a vu TOUTES ses arrivées d’eau bouchées par des dépôts, ainsi que par la glace pendant un hiver assez rude...
                          Au point que l’armée a dû arriver assez vite pour faire sauter la glace.

                          Alors les procédures...
                          Et pourtant, pour les avoir pratiqué, elles sont bien foutues, je dois reconnaître.
                          Même si tu n’avais jamais piloté une centrale, tu sais comment faire avec le mode d’emploi.

                          Ce sont les cas extrêmes qui posent problème. Tu le sais bien...


                        • Marco07 11 juillet 2011 07:24

                          G.Jacquin, vous ne parlez que de pression statique... soit pour l’eau (approximativement 0.1b/m)

                          Je ne suis pas sûr qu’en cas de rupture on puisse bêtement appliquer ça. (après je me plante peut-être) Mais avec par exemple une pente, de la vitesse, de l’énergie doit s’ajouter à la pression statique en cas de choc. (enfin il me semble)

                          Après je me plante peut-être, si quelqu’un de mieux informé pouvait confirmer ou pas !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès