Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Accueil du site > Actualités > International > Fukushima, le Monde du Silence

Fukushima, le Monde du Silence

Depuis que le choix énergétique nucléaire a été fait en France, et ailleurs, de par son implication dans le domaine militaire, et devant les risques que courent les populations, l’opacité continue à être la règle.

Tchernobyl n’est pas le seul révélateur de cette situation peu compatible avec l’esprit de la République, car dès le début, la transparence n’a que rarement, pour ne pas dire jamais, été au rendez vous.

Au Japon, la catastrophe de Fukushima, qui a suivi le séisme, ne faillit pas à la règle.

Les informations arrivent au compte goutte, mais la pollution elle, s’échappe à gros bouillons.

Les japonais, volontairement sous-informés par l’exploitant Tepco, conscients du risque d’une catastrophe, dans l’incapacité d’évaluer sa gravité, sont, comme le reste du monde, dans l’inquiétude.

Le lobby nucléaire est passé maitre dans l’art de verrouiller l’information. lien

Tepco a d’ailleurs déjà été condamné par le passé à 27 reprises pour diffusion d’informations mensongères. lien

On sait maintenant que Masataka Shimizu, PDG de Tepco, gérant des centrales nucléaires japonaises, à part un communiqué laconique qu’il a publié le 19 mars, a disparu purement et simplement sans laisser d’autres traces. lien

Au sujet de la catastrophe, Il aura fallu quasiment 15 jours pour connaitre une petite partie de la vérité.

Pour les 4 réacteurs de Fukushima Daiishi, rien n’est réglé.

Le réacteur n°1 est endommagé à 70%, et si le refroidissement est toujours assuré, il y a une fuite probable de la piscine de stockage du combustible.

Le cœur du réacteur n° 2 est rentré en fusion, (vidéo) l’enceinte de confinement est endommagée, la piscine est en ébullition, une nouvelle fuite 100 000 fois plus importante que la norme a eu lieu le 27 mars, et la radio activité dans l’air a atteint les 1000 mSv/h. lien

Une hypothèse d’AREVA est sur ce lien.

Le réacteur n° 3 est celui qui a subi le plus de dommage, et hélas, c’est celui qui est le plus dangereux, puisqu’alimenté en Mox = plutonium et oxyde d’uranium. (Rappelons que la « demi vie » (période) du plutonium est de 24 400 ans).

Son cœur est entré en fusion, et il y a des craintes d’incendie de la piscine contenant le Mox. vidéo

Pour le 4ème réacteur, le niveau de radiation de la salle de commande est très important, le bâtiment est endommagé, et une première ébullition de la piscine a pu être arrêtée.

Ces photos parlent mieux que tous les discours.

Aux dernières nouvelles, des mesures effectuées en mer à proximité de la centrale ont prouvé que la radioactivité en iode 131 est 1850 fois plus élevée que la norme, et la radioactivité autour du site est de l’ordre de 10 000 fois la norme. lien

A Tokyo, le 26 mars, la radioactivité a été mesurée à 0,22 mSv par heure, soit 6 fois la normale et 600700) intérimaires tentent d’évacuer l’eau radioactive qui s’est accumulée dans les bâtiments nucléaires, alors que le risque de fusion du cœur des réacteurs reste envisagé. lien

3 ouvriers, en bottines de caoutchouc, ont été brulés aux pieds après avoir marché dans une « flaque d’eau » radioactive du réacteur n°3. lien

Cette eau a été mesurée à 1000 mSv/h, ce qui est la preuve que le cœur à fondu. lien

Olivier Isnard, (IRSN) commentant l’erreur de Tepco qui annonçait une pollution des millions de fois supérieure à la normale avant de se rétracter, en tire la conclusion «  c’est la preuve que le cœur du réacteur a fondu ». lien

Il est probable aussi que le corium, magma issu des combustibles nucléaires en fusion, d’une température extrême (entre 2000 et 3000 degrés) soit déjà en train de perforer le béton, pouvant alors atteindre la nappe phréatique. lien

C’est ce que Tepco a admis : «  la cuve pourrait être percée, et le corium serait alors en train de s’échapper  ». lien

En tout état de cause, si la situation s’aggrave, les rejets radioactifs de Fukushima pourraient être nettement supérieurs à ceux de Tchernobyl. lien

Steven Chu, secrétaire d’Etat américain à l’énergie s’en plaint : « nous ne savons pas réellement ce qui se passe sur la centrale ». lien

Tout autant grave, les instances mondiales, CEA (Commissariat à l’Energie Atomique), OMS (Organisation Mondiale de la Santé), AIEA, (Agence Internationale de l’Energie Atomique), tout en promettant la transparence, continuent manifestement à dissimuler la vérité.

La CRIIRAD, affirmant que les données sur l’activité des radionucléides sont transmises à l’AIEA et à l’OMS, en a demandé la communication sans réponse à ce jour. lien

Un silence qui ne dit rien qui vaille.

Alors le citoyen lambda en reste à consulter la carte de l’IRSN pour observer les chiffres proposés sans trop savoir de quelle radioactivité il s’agit (lien) et obtient un peu plus de précisions sur ce lien.

Sur ce lien, on peut apercevoir les mouvements de la pollution radioactive du 12 au 18 mars.

Une des seules certitudes que nous ayons est que, la catastrophe n’étant toujours pas maitrisée, la pollution qui se dégage aujourd’hui sera pour nous en principe 12 jours plus tard.

Si elle est importante, et s’il pleut, nous aurons toutes les raisons de nous inquiéter.

En France, nous n’avons aucune raison de parader, car malgré les déclarations lénifiantes des uns et des autres, de nombreux accidents graves nous ont été cachés pendant des années.

Prenons l’exemple du grave accident qui s’est passé à St Laurent des Eaux, dans le Loir et Cher en 1969.

Il y a eu fusion partielle de 50 kilos d’uranium.

Mais plus grave, le même accident s’est produit dans la même centrale en 1980, avec 20 kilos de combustible radioactif en fusion, ce dernier étant beaucoup plus dangereux que le précédent.

411 employés d’EDF avaient été envoyés sur place pour nettoyer le site, avec des outils de fortune, et c’est à la suite de ça qu’EDF a décidé de faire appel pour ce genre d’intervention à risque à des sous-traitants, échappant ainsi aux contrôles sévères qui sont habituellement la règle chez EDF. lien

Depuis, ils sont actuellement 30 000 sous-traiteurs du nucléaire, payés très modestement, à intervenir pour des « opérations de maintenance », mettant leur vie en danger.

En effet, comme témoigne Philippe Billard « après 22 ans d’exposition en centrale nucléaire, je ne gagnais que 1496 € brut en fin de carrière ». lien

Un autre exemple ?

Qui sait aujourd’hui que le 27 décembre 1999 la ville de Bordeaux a failli être évacuée ?

C’est pourtant la stricte vérité.

Suite à la tempête Martin, suivie d’une inondation, la centrale du Blayais se retrouve entourée par les eaux, et 3 des 4 réacteurs sont considérés comme perdus. Il est 20h.

La centrale va se retrouver coupée du monde pendant 13 heures, avec ses 50 employés.

Une surtension sur le réseau électrique va provoquer l’arrêt d’urgence de 2 réacteurs, et il faut faire appel à un groupe électrogène pour assurer le refroidissement des 2 cœurs.

Une fois la route dégagée, la relève arrive, et une heure plus tard le courant est rétabli.

On se croit sauvés, mais hélas à 0h30 des débris charriés par la Gironde bouchent une pompe de refroidissement, et les galeries techniques sont noyées par une eau boueuse qui envahit le bâtiment de stockage du combustible, provoquant la perte de 2 systèmes essentiels à la sûreté. lien

Le local qui abrite les 2 stations de pompage du circuit de refroidissement du réacteur est inondé.

Pourtant l’accident ne sera classé que 2 sur l’échelle qui compte 7 échelons. lien

On sera passé à deux doigts de la catastrophe, et Juppé, alors maire de Bordeaux, avait envisagé l’évacuation de sa ville. lien

C’est à mettre en parallèle avec la déclaration d’Eric Besson : « toutes les centrales françaises ont été conçues en intégrant le risque sismique et le risque inondation » appuyé dans cette déclaration par notre autocrate présidentiel. lien

Ce que contestent de nombreux scientifiques lesquels affirment que 16 réacteurs français courent le risque d’une inondation. lien

Quant aux risques sismiques, l’association « sortir du nucléaire » a affirmé en 2007 « qu’EDF avait falsifié les données sismiques, pour ne pas supporter des travaux de mise aux normes onéreux  ». lien

Tout comme pour Tokyo, les parisiens pourraient s’inquiéter, car on apprend par la préfecture de police de Paris, qu’aucun plan n’est prévu pour la protection des habitants, en cas d’accident dans une centrale nucléaire, alors que 7 sites regroupant 18 réacteurs sont tous dans un rayon de 225 km. Lien.

Sur ce lien, on peut signer la pétition qui réclame un référendum pour la sortie du nucléaire.

Combien faudra-t-il de Tchernobyl ou de Fukushima pour que les dirigeants de la planète se décident enfin à abandonner cette énergie ?

D’autant que si la décision était prise dans les jours qui viennent, il faudrait encore 20 ou 30 ans avant que tout danger soit écarté, et qu’il est possible des demain de mettre en place un projet alternatif, sans le charbon, le pétrole, ou le nucléaire, qui permette de fournir toute l’énergie suffisante aux habitants de cette planète. lien

Faudra-t-il un troisième accident majeur ?

Comme dit mon vieil ami africain :

« vivre dans la peur n’est que vivre à moitié » 

L’image illustrant l’article provient de « latelelibre.fr »


Moyenne des avis sur cet article :  4.7/5   (92 votes)




Réagissez à l'article

338 réactions à cet article    


  • fracty 28 mars 2011 09:55

    excellent article qui résume bien la situation.


    • olivier cabanel olivier cabanel 28 mars 2011 10:15

      fracty
      merci, c’est sympa
      c’est vrai qu’entre le silence des lobbys, et les contres informations, une chatte aurait du mal à y retrouver ses petits !
      je dois ajouter que sans l’aide des nombreux commentateurs qui ont participé à l’article précédent, je n’aurais pas eu assez d’info.
      j’en profite pour les remercier tous sincèrement.


    • sto sto 28 mars 2011 22:52

      « The most dangerous isotope to escape from the bleeding mouth of the reactor will never appear on the periodic chemistry scale.
      It is »Lie 86« .
      A lie as global as the accident itself ».

      Alla Yaroshinskaya

      Le meme mensonge est en train de suer en masse au Japon.


    • sto sto 28 mars 2011 22:58

      a signaler, l’IRSN estime la quantite de matiere radioactives ejectees dans l’air a environ 10% de Tchernobyl (qui contamina des dizaines de miliers de km²)

      Cela correspond environ a 40x la radioactivite relachee a Hiroshima !


    • jess 28 mars 2011 09:58

      Bonjour,

      Tout d’abord je tiens à dire que j’habite dans le bordelais et que effectivement, lors de la tempete de 1999, on ne nous a rien dit sur la centrale de blaye.
      Ensuite, j’aimerai mieux comprendre les chiffres donnés par tous les organismes nucléaires. Je ne sais meme pas quelle est la norme en nanosieverts ou becquerels. Je lis des chiffres, sans vraiment les décodés. Je stress d’autant plus que j’ai un petit de 4 ans et que je suis enceinte du second. On ne sait rien, meme pas comment évolue le nuage. Et, le rapport de la criirad d’hier, n’est vraiment pas rassurant.


      • olivier cabanel olivier cabanel 28 mars 2011 10:19

        Jess,
        la criirad fait bien d’insister sur le fait que c’est un nuage en continu qui va passer sur la france, puisque la pollution qui part aujourd’hui du japon est pour nous dans une douzaine de jours...
        alors que les médias disent, « ca y est, le nuage est passé !!! »
        le problème avec les réponses officielles, c’est qu’elles nous laissent dans le flou, et ne disent pas de quel élément nucléaire il s’agit :
        césium i37 ? iode 131 ?...et beaucoup d’autres possibles.
        espérons qu’avec la pression populaire, on arrivera enfin à tout savoir,
        désolé de ne pouvoir rien dire d’autre avec certitude.


      • olivier cabanel olivier cabanel 28 mars 2011 10:19

        Commando,
        c’est marrant, le premier titre que j’avais choisi pour cet article était justement :
        fukushima, la grande muette.
         smiley


      • eugène wermelinger eugène wermelinger 28 mars 2011 14:16

        et pourtant 70 % des français veulent sortir du nucléaire !


      • olivier cabanel olivier cabanel 28 mars 2011 16:33

        Eugène,
        on va reprendre le leitmotiv de nos amis outre méditerranée qui ont dit à leur despotes : dégage !
        à tous les pronuk, c’est ce qu’il faut leur marteler : dégage !
        pour l’instant, c’est la centrale qui dégage ! et çà n’arrange personne !


      • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 28 mars 2011 17:52

        « ...et pourtant 70 % des français veulent sortir du nucléaire ! »

        Par malheur ils s’en contrefoutent. Souvenons-nous du référendum sur le traité européen.

        Il y a des baffes et des révolutions qui se perdent.


      • olivier cabanel olivier cabanel 28 mars 2011 18:56

        peachy
        ils ne pourront agir continuellement contre le peuple, un jour ou l’autre, ils faudra bien qu’ils le comprennent.


      • olivier cabanel olivier cabanel 28 mars 2011 10:21

        orion,
        sarkozy ne veut pas sortir du nucléaire, on l’a compris depuis longtemps, donc la seule chance que nous ayons de se sortir du nucléaire, c’est de sortir sarkozy...
         smiley
        ceci dit, le PS ne dit pas non, mais ne dit pas oui non plus,
        il faudrait un parti écolo fort.


      • helios999 helios999 28 mars 2011 14:20

        non , il faut une catastrophe , utilisons cette carte au mieux , esperons que se soit la dernière , à nous d’imposer nos reves , meme de force , car eux ont l’intention d’imposer leurs cauchemars ( ceux que sont en train de vivre les japonais)
        Il faut etre lucide , le nucleaire ne s’en remettra jamais , d’autant plus que tokyo est tres pres , encore une jois les japonais payent le prix du nucleaire
        il est preferable de vivre à la bougie qu’a la japonaise !


      • olivier cabanel olivier cabanel 28 mars 2011 16:34

        hélios
        on finit par se dire çà ! c’est quand même terrible d’en arriver là !


      • appoline appoline 28 mars 2011 18:47

        A Hélios,

        Seriez-vous capable vous de vivre à la bougie ? Le nucléaire fait peur, c’est une énergie qui est mal maîtrisée, mais que proposez-vous en remplacement quand vous laverez les couches à la main ? Planter une éolienne dans le jardin, faire pédaler le gamin pour activer la dynamo ? Comme d’habitude le français donneur de leçon bombe du torse ; nous sommes cernés par les centrales et bien contents d’appuyer sur un bouton pour le confort de mémère et des lardons ;

        Alors très cher, nous rouvrons les mines de charbon ? Installer le français râleur près d’une rivière et d’un moulin.

        Merci à l’auteur qui explique en substance le principe de la fusion, quant à l’être humain, on lui donne un bâton, il joue avec sa merde. Il a joué, il a perdu.

      • olivier cabanel olivier cabanel 28 mars 2011 18:50

        appoline,
        le coup de la bougie a fait son temps
        il fut un temps ou les pronuk ajoutaient : « voulez vous retourner vivre dans une caverne ? »
        manifestement vous n’avez pas ouvert le lien des solutions alternatives.
        ouvrez le et vous constaterez que l’on peut se passer en france du pétrole, du charbon et du nucléaire sans pour autant se serrer la ceinture.
        ensuite on pourra débattre.
        ok ?
         smiley


      • helios999 helios999 28 mars 2011 19:25
        le chantage de la bougie ? 
        quand il se peut que le japon soit depeuplé pendant 100 000 ans , personnellement je prefere la bougie au nucleaire et je retournerais bien chez les sapiens pour bien taper sur le haut du crane de tous ces ploucs qui veulent faire de ma vie un cauchemare
        dailleurs je retourne à la campagne avec ma chevre si mon epouse prefere son audi
        meme ce reve serait compromis par des cretins nuclearisés
        pfff , ou va t’on ? mais ou va t’on !!!

      • olivier cabanel olivier cabanel 28 mars 2011 19:29

        hélios,
        il faudrait que les pronuk se mettent bien dans la tête que les solutions propres et alternatives sont modernes, contrairement à l’énergie nucléaire qui est un vieux truc désuèt et dangereux.
         smiley


      • Linz 3 avril 2011 12:06

        Cher Olivier
        Voiçi un témoignage du temps ou nous n’avions pas encore de nucléaire ; je suis vieux et je faisais mes études dans les années 50 ; à la lueur d’ une bougie vacillante : il n’y avait pas d’électricité !!!
        Puisqu’ il n’y avait pas encore de nucléaire
        Enfin le nucléaire vint (en 1963) et donc la lumière ;
        Aujourdh’ui en Italie il n’y a pas de nucléaire donc on s’éclaire à la bougie. Tous ceux qui ont visité ce pays peuvent en témoigner.
        Dans la célèbre émission « C’est dans l’air » l’animateur Y.Calvi qui ne craint pas le ridicule répète à chaque occasion que
        « Chaque fois qu’en France on tourne le bouton pour avoir de la lumière, on sait très bien à quoi on le doit » . Grâce soit rendue à l’Atome ! C’est une autre forme du « nucléaire ou la bougie » de la part d’un Monsieur considéré comme une « grande signature » des médias.


      • olivier cabanel olivier cabanel 3 avril 2011 13:20

        Linz,
        l’émission de calvi s’est couvert un jour de ridicule en accréditant la thèse des « roms voleurs de poules », et depuis ce jour, je ne la regarde plus.
        je crois qu’il y a une communication d’une extreme mauvaise foi en ce qui concerne les alternatives au nucléaire, et que le passage de l’électricité moderne à la bougie est infondée.
        ce qui est moderne, ce sont les énergies propres et renouvelables, dont on sait qu’elles peuvent remplacer sans que nous soyons obligés de nous priver, l’énergie nucléaire.
        il serait temps que nous ne nous laissions plus endormir par les lobbys d’areva et d’ailleurs, car persister dans les choix actuels sera catastrophique pour l’humanité toute entière.
        merci de ton commentaire.
         smiley


      • olivier cabanel olivier cabanel 28 mars 2011 10:23

        parkway,
        si j’ai bien compris, ils veulent négocier !
        ils ont vraiment pas honte !
        ou alors, il s’agit d’autre chose ?
         smiley


      • olivier cabanel olivier cabanel 28 mars 2011 10:24

        parway,
        c’est vrai que le lobby pronuk est très actif ici, mais si on regarde les votes, la sagesse l’emporte largement, non ?
         smiley


      • olivier cabanel olivier cabanel 28 mars 2011 10:47

        parkway
        les Français commencent à peine à prendre conscience du réel danger,
        tchernobyl avait ouvert un peu les yeux, et fukushima devrait enfoncer le clou,
        espérons que çà suffira !


      • appoline appoline 28 mars 2011 18:51

        A Parkway,

        Vous aussi, proposez donc des solutions alors vous ne seriez certainement pas d’accord pour changer votre mode de consommation, preuve, nous sommes derrière nos claviers. D’après vous avec quelle énergie nous fonctionnons : sur pile ?

        Allons allons, c’était avant qu’il fallait réagir avant qu’il n’y ait le feu au lac

      • olivier cabanel olivier cabanel 28 mars 2011 18:57

        appoline
        avez vous entendu parler des cellules graetzel ?


      • olivier cabanel olivier cabanel 28 mars 2011 10:26

        commando,
        c’est d’autant plus énorme que le Japon est je crois la 3eme puissance mondiale ?
        j’imagine le pire : Tokyo et sa banlieue évacués : où vont-ils aller ?
        l’ump n’acceptera pas qu’ils viennent ici...et la marine non plus...


      • mick_038 mick_038 28 mars 2011 13:08

        Il me semble que la russie leur a proposé une partie de la sibérie....
        Question climat c’est pas tout à fait pareil...


      • Gabriel Gabriel 28 mars 2011 10:23

        Bonjour Olivier,

        Des centaines de milliers de vies sont sacrifiées car irradiées. Les sols et les eaux de pêches contaminées. Plus d’un quart du Japon, sinon plus est perdu. Non seulement ce pays va traîner cette peste pendant des décennies au minimum mais en plus l’a faire partager à ses voisins. Que ceux qui sont pour et veulent continuer le nucléaire aillent nettoyer les lieux contaminés et qu’ils aillent y vivre puisqu’il parait que c’est pas dangereux et que c’est maîtrisable, faut être cohérent Messieurs les pro nucléaires et assumer. Le pire c’est que nous n’en tirons pas les conséquences nécessaires et que notre empereur nous bâti nos futurs Sarko-phages. 


        • olivier cabanel olivier cabanel 28 mars 2011 10:28

          bonjour Gabriel,
          voila une semaine qui commence mal (a part les cantonales smiley)
          si la fusion des 2 réacteurs ne peut être arrétée, il faut craindre le pire, bien plus que Tchernobyl, j’en ai bien peur.
          le pire, c’est l’opacité entretenue par les patrons de tepco !
          et la dissimulation des autres...
           ;-/


        • JL JL 28 mars 2011 10:38

          Bonjour Olivier,

          merci de ces informations.

          Vous dites : « A Tokyo, le 26 avril, la radioactivité a été mesurée à 0,22 mSv par heure, soit 6 fois la normale »

          Je crois qu’il y a une coquille : ce serait plutôt 0.22 micro Sv, vu que la radioactivité moyenne y est de 65 nanosieverts (cf. http://www.irsn.fr/FR/Documents/france.htm )


          • olivier cabanel olivier cabanel 28 mars 2011 10:50

            JL
            je ne crois pas qu’il y ait une coquille :
            0,22 mSv et 0,22 microSv, c’est bonnet blanc, blanc bonnet
            ouvrez le lien, vous en aurez la confirmation.
            et c’est en tout cas « 6 fois la norme »


          • laluciole laluciole 28 mars 2011 13:39

            Bonjour Olivier, je pense que JL a raison. Selon les ordres de grandeur du système international (SI) :

             
            1µS = 1 microsievert = 1E-6 Sievert = 0.000001 Sievert
            1mS = 1 millisievert = 1E-3 Sievert = 0.001 Sievert

            Bien à vous !

          • cevennevive cevennevive 28 mars 2011 14:52

            Le 26 avril de quelle année ?


          • olivier cabanel olivier cabanel 28 mars 2011 16:36

            jl,
            je me suis attribué un lapsus qui est de votre fait !
            vous avez écrit « 26 avril »
            c’est la date de tchernobyl !
             smiley


          • olivier cabanel olivier cabanel 28 mars 2011 17:22

            laluciole
            après avoir fait un tour sur wikipédia, j’avoue qu’il est difficile de s’y retrouver.
            les mSv sont calculés sur une année.
            http://fr.wikipedia.org/wiki/Radioactivit%C3%A9
            or les japonais évoquent des doses par heure.
            il y a une certitude, les rejets sont de « 6 fois la normale »
            mais c’est vrai qu’on aimerait avoir plus de détails.
            quelle est la nature de la radioactivité relachée : césium 137, iode 131, ou... ?


          • olivier cabanel olivier cabanel 28 mars 2011 17:42

            JL
            je reviens à votre commentaire.
            en fait dans l’article je n’ai jamais évoqué « microSievert »
            j’ai seulement utilisé le sigle mSv et il semble bien que le sigle signifie milliSievert et non micro.
            ce qui est certain, c’est que la dose est 6 fois la normale.
            quelques détails supplémentaires sur cet excellent article :
            http://www.almendron.com/tribuna/34179/nucleaire-la-catastrophe-sanitaire/
            à+


          • olivier cabanel olivier cabanel 28 mars 2011 17:46

            laluciole
            je reviens à votre commentaire,
            mSv c’est bien millisievert
            d’ailleurs dans l’article je n’ai pas évoqué micro (ou milli) j’ai seulement donné le chiffre donné par les Japonais, en ajoutant que cela faisait 6 fois la norme.
            ceci dit, je vous propose cet article passionnant :
            http://www.almendron.com/tribuna/34179/nucleaire-la-catastrophe-sanitaire/


          • olivier cabanel olivier cabanel 28 mars 2011 18:58

            JL
            pas microsievert, mais millisievert
            c’est ce que signifie le sigle mSv.


          • laluciole laluciole 28 mars 2011 20:04

            Olivier, merci pour votre précision. Je réagissais au fait que vous disiez mSv = microsievert = chou vert = vert chou...


            Les milli (m) micro (µ), pico (p), ou kilos (k), méga (M),... ne sont que des préfixes représentant des ordres de grandeur de l’unité de mesure qui les suit : kg = kilogramme.

            Pour les Sievert, je vais essayer de résumer, probablement que ceci aidera certains lecteurs smiley

            Sievert : unité de mesure de la dose « radioactive » absorbée par le corps humain. Cette valeur est pondérée en fonction de la nature du rayonnement (alpha, beta ou gamma), et, dans le cas de la dose efficace, de l’organe atteint par ces rayonnements (un rayonnement ionisant ne produit pas le même effet sur la peau que sur les testicules).

            Sievert/heure : débit de dose horaire, donc la quantité de Sievert qu’on prend en une heure.
            Sievert/an : débit de dose annuel = débit horaire x 24 x 365

            Le débit de dose horaire convient pour représenter les effets d’une courte exposition (généralement à des rayonnement relativement élevés), tandis que le débit de dose annuel convient mieux pour représenter une longue exposition à de plus faibles rayonnements. Dans le cas de Fukushima, il serait d’ailleurs plus pertinent de représenter le débit de dose de leurs flaques en Sievert/minute ou Sievert/seconde...

            D’autre part, il a été remarqué qu’une courte exposition à de forts rayonnements produit des effets différents d’une longue exposition à des rayonnements moins intenses, les premiers seraient plus subvresifs. En effet, le modèle « Hiroshima » n’a pas pu être appliqué à Tchernobyl en termes de conséquences sanitaires.

            Pour compliquer un peu les choses, on entend parler d’activité volumique, mesurée en bequerels par mètre cube (Bq/m3). Il s’agit du nombre de désintégrations (la désintégration est matérialisée par le bip entendu sur un compteur geiger) pour un volume donné (de gaz comme l’air, de liquide comme l’eau, de solide comme le minerai d’uranium), et éventuellement pour un radioisotope donné. Et les Japonais fournissent ces données (lorsqu’elles sont disponibles) en Bq/cm3, au lieu de Bq/m3 comme sont représentées les « limites acceptables ». La différence ? 100^3, soit 1 million... Attention à l’interprétation des données !

            Bien cordialement

          • olivier cabanel olivier cabanel 28 mars 2011 21:27

            laluciole
            merci de ces précisions,
            je pense que vous avez de l’humour, et que vous avez pu nous égarer (involontairement ou pas) en donnant toutes ces précisions.
            c’est quand même sympa de votre part.
            bon ceci dit, il s’agit de milli et non pas de micro.
            on est d’accord ?
            ensuite, vu que je pense que nous avons avec vous quelqu’un qui a quelques compétences ( smiley)
            j’aimerais que nous rentrions dans un domaine plus particulier.
            j’aimerais que vous nous expliquiez pour quelles raisons nous ne sommes pas égaux face à la radioactivité ?
            est-ce que d’après vous « le moral » est important ?
            pourquoi certains d’entre nous vont développer un cancer avec de « mini-doses » de radioactivité, alors que d’autres vont mieux résister.
            c’est vraiment quelque chose qui intéresse pas mal de monde, et peut être aurez vous des éléments scientifiques de réponse ?
            en tout cas, merci de votre commentaire.
             smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès