Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Garry Kasparov, le champion citoyen

Garry Kasparov, le champion citoyen

Le point sur l’opposant russe avec quelques éléments peu connus de sa biographie.

A propos des écrivains, Jean-Jacques Rousseau, l’auteur du Contrat social, a un jour écrit : "Il se peut qu’un auteur soit un grand homme, mais ce ne sera pas en écrivant des livres ni en vers ni en prose qu’il le deviendra"(1).
On pourrait dire la même chose des joueurs d’échecs et des parties qu’ils disputent. Ainsi Garry Kasparov, champion du monde officiel d’échecs durant quinze ans et numéro un mondial sur une période plus longue encore serait-il en train de devenir le plus courageux des opposants au président russe Vladimir Poutine ?

Ils n’étaient que deux cents à oser manifester, bravant l’interdiction, le 30 août pour l’anniversaire de la défunte journaliste russe Anna Politkovskaïa (2), assassinée à Moscou en octobre 2006. Garry Kasparov, figure de proue du mouvement d’opposition « L’autre Russie » était venu déposer des fleurs devant l’immeuble où un tueur était venu vider son chargeur dans le corps de l’auteure de Douloureuse Russie : journal d’une femme en colère.

Un tel engagement est plutôt rare parmi les joueurs d’échecs les plus illustres. Anatoly Karpov, le meilleur représentant de la domination des échecs mondiaux de l’ère soviétique était un enfant sage du régime. Sa seule passion connue hors du jeu des soixante-quatre cases était la philatélie.
On se souviendra ici aussi, sans nostalgie, de l’extraordinaire champion américain Bobby Fischer, génial autodidacte qui vainquit à lui seul tous les champions russes les uns après les autres jusqu’à sa victoire au championnat du monde en 1972 face à Boris Spassky. Hélas, hors des échecs, Fischer n’est connu que pour de lamentables déclarations paranoïaques à base d’antisémitisme, pour l’eau qu’il faisait couler au moulin de la théorie du complot sioniste et pour son retour controversé à l’échiquier en 1992 face à Spassky, dans un match disputé à Sarajevo.

Sur l’échiquier, Garry Kasparov, qui fut surnommé « L’ogre de Bakou », impressionna dès son plus jeune âge par ses capacités dites "tactiques", c’est-à-dire par un sens aigu du jeu d’attaque où il n’hésitait pas à sacrifier du matériel pour entraîner ses adversaires dans des complications que ceux-ci ne pouvaient plus maîtriser.

Ses premières velléités "politiques" furent en défaveur de la Fédération internationale des échecs (FIDE). La chute du mur de Berlin avait bouleversé la scène échiquéenne mondiale et dopé le niveau des compétitions d’Europe de l’Ouest par l’afflux de joueurs ex-soviétiques. Le sponsoring échiquéen connut un développement jusqu’alors inconnu et l’on vit, lors des championnats de France par équipe, des affrontements inédits dans ce contexte. Tandis que l’équipe de Lyon, sous la direction de son maire de l’époque Michel Noir, affichait Garry Kasparov en première place, l’équipe de Belfort se payait les services d’Anatoly Karpov, pour ne citer que ces deux noms les plus illustres. (3)

Dans ce contexte, les vieilles règles de fonctionnement de la FIDE n’étaient plus adaptées. Il fallait, pour encourager et confirmer l’arrivée des capitaux (4), développer l’engouement nouveau du public et en quelque sorte accélérer la cadence, rendre les compétitions plus spectaculaires. Cela conduisit Kasparov à créer la GMA (Association des grands maîtres) et à rompre définitivement avec la Fédération internationale des échecs. Il y eut ainsi en parallèle deux championnats du monde d’échecs, celui de la FIDE qui consacra un temps le retour de Karpov sur le trône officiel et celui de la GMA, beaucoup mieux doté financièrement.

Malgré le flou recouvrant désormais l’appellation "champion du monde d’échecs", Kasparov continua à dominer par la puissance de son jeu sans doute inégalé dans toute l’histoire des échecs. Malgré ce qu’on aurait pu penser, cette domination n’a pas été remise en question par les deux accidents de parcours que furent sa défaite en finale de championnat du monde en 2000 contre le Russe Vladimir Kramnik, joueur extrêmement précis, mais au style terne, et sa médiatique défaite - en direct sur internet - contre Deep Blue, un ordinateur spécialement apprêté par la société IBM en 1997.
Deux épisodes, ou plus qu’un quelconque brio de ses adversaires, c’est le doute et la démotivation du joueur de Bakou qui transparaissaient. C’est ainsi qu’en 2006, Kasparov annonça officiellement se retirer de la compétition échiquéenne pour se consacrer à des activités politiques.

Quelles sont les idées politiques de Kasparov et quelles sont ses ambitions ? Le mouvement qui l’a désigné pour être son représentant aux élections pour la présidence russe de 2008 est généralement présenté comme étant « l’opposition libérale ». Dans un pays en proie depuis toujours à l’arbitraire d’un Etat omnipotent réduit à l’influence d’oligarchies successives, voire actuellement au pouvoir d’un homme seul, les mots bien sûr n’ont pas forcément la même connotation qu’en Occident.

L’aspect le plus connu de l’engagement de ce Russe originaire d’Azerbaïdjan est de s’afficher en tête de mouvements citoyens comme l’ « Autre Russie » dans une campagne « Fair elections 2008 » pour dénoncer la réduction des droits constitutionnels des citoyens. Car, en particulier après les événements de Beslan en début septembre 2004, le président russe n’a pas raté une occasion de modifier la constitution afin de s’octroyer un pouvoir de plus en plus personnel (5) et de réduire toujours davantage la pluralité politique. La défense des droits citoyens est donc le cheval de bataille du mouvement mené par Kasparov et qui défie à Moscou les interdictions de manifester en organisant des marches de « ceux qui ne sont pas d’accord ». La critique du gouvernement russe s’étend aussi au champ social, laissé en friche par un régime qui, grâce au pétrole et au gaz, s’est beaucoup enrichi ces dernières années.

Les détracteurs de Kasparov soulignent l’ambiguïté des alliances du champion d’échecs. Celui-ci est tour à tour présenté comme un néo-libéral, voire comme le représentant de commerce des Etats-Unis, ou a contrario comme un réactionnaire de l’ère communiste. N’est-il pas en contact avec de nombreux hommes d’affaires de tous bords, n’est-il pas financé par l’organisation américaine « National Endowment for Democracy » (6), ne l’a-t-on pas vu même dans un clip publicitaire pour Pepsi-Cola (7), n’a-t-il pas su remarquablement faire commerce de ses matchs exhibitions d’échecs très lucratifs contre des ordinateurs ? Ou au contraire, ne s’affiche-t-il pas avec des membres du Parti national-bolchevik, parti présenté comme extrémiste (et lui-même très durement réprimé par le régime Poutine) ?

Garry Kasparov a aussi publié divers articles dans le Wall Street Journal. C’est à l’occasion d’un article publié en décembre 2006 que certains se sont empressés de faire du Russe un partisan de la guerre en Irak qui se placerait au côté des Américains. L’article était titré « Obsédés par l’Irak, nous avons perdu de vue ce qui se passe à ailleurs », et ce « nous » serait prétendument un aveux. Pourtant l’article est plutôt une critique de la politique extérieure américaine de l’après-11-Septembre 2001 (8), l’article se terminant par une recommandation d’évacuer l’Irak au plus vite.

Oui le personnage déroute ceux qui voudraient promouvoir une vision manichéenne simplifiée de la réalité. Or la réalité russe est complexe et violente. Que peut faire un homme seul, même si connu et respecté dans son domaine, sans rassembler le maximum de monde et de soutiens. Ce que veut Kasparov donc ? Selon ses dires « faire de la Russie une démocratie civilisée ». Les 5 000 manifestants d’avril 2007 représentent une mobilisation importante dans un pays où il en coûte de s’opposer à l’autorité. La manifestation fut réprimée sévèrement par les forces anti-émeutes et Kasparov, lui-même placé en garde à vue, s’est plein du silence des dirigeant occidentaux. Puis le 30 août, la manifestation de l’opposition dans le centre de Moscou, en hommage à la journaliste russe Anna Politkovskaïa assassinée en octobre 2006 et qui aurait fêté ce jour-là ces 49 ans n’a rassemblé que 200 personnes. Là encore, le défit de Kasparov, accusant ouvertement le régime du président Poutine d’être à l’origine du meurtre de cette journaliste très critique sur le comportement russe en Tchétchénie, est une position courageuse.

La popularité de Garry Kasparov, la fierté même qu’il peut représenter pour le peuple russe, le mettent-elles à l’abri de représailles plus grandes ? Ce n’est pas sûr, le régime soviétique n’avait pas hésité à assigner à résidence Andreï Sakharov... brillant physicien et Prix Nobel de la paix, et les dissidents les plus connus opéraient de l’étranger (comme l’écrivain Soljenitsyne ou pour revenir dans les échecs, Victor Kortchnoï ex-challenger de Karpov au titre mondial). Par ailleurs, même si l’agression sans conséquence dont il fut l’objet lors d’une séance de signature d’autographes est difficile à interpréter, il semble que les membres des jeunesses poutiniennes lui soient particulièrement hostiles. Kasparov est aussi en démêlés avec les autorités officielles pro-russes de Tchétchénie après avoir traité le président Ramzan Kadyrov de « bandit ». A cette occasion des menaces de mort à peine voilée ont été prononcées à son encontre.

On ne sait pas quel politicien il deviendrait en accédant à des responsabilités officielles, pas plus qu’on ne sait quelle est la réelle envergure politique d’une homme dont la notoriété est avant tout due à sa précédente carrière de joueur d’échecs. Mais il semble difficile aujourd’hui de nier la sincérité du grand champion et de son combat citoyen.

---------------
(1) Dans Mon portrait, annexe au Rêveries du promeneur solitaire.

(2) Les manifestations autorisées du 7 octobre à Moscou et Saint-Pétersbourg, marquant l’anniversaire de l’assassinat de la journaliste, ont rassemblé un peu plus de monde.

(3) Mais on pourrait ajouter le nom de V. Anand qui vient de remporter le championnat du monde disputé à Mexico et qui joua aussi pour l’équipe de Lyon.

(4) Un des exemples le plus marquant du sponsoring, sans précédent historique dans le monde du jeu d’échecs, fut à Paris les trophées IMMOPAR financés par une agence immobilière au début des années 90. Tournois rendus spectaculaires par la cadence rapide des parties et la présence des meilleurs joueurs mondiaux.

(5) Il n’a pas cependant osé aller jusqu’à modifier l’impossibilité de se présenter aux élections présidentielles pour un troisième mandat successif. Il semble maintenant espérer pouvoir « ré-entrer par la fenêtre » en devenant Premier ministre en cas de victoire du successeur qu’il n’a pas encore clairement désigné.

(6) Organisation dépendant directement du département d’Etat américain. Sa devise est « Ce qui est bon pour les Etats-Unis est bon pour tout le monde ». La devise de Kasparov est « Ce qui est mauvais pour Poutine est bon pour la Russie ».

[7) Notamment disponible sur le site américain de partage vidéo Youtube.

(8) En voici un extrait : “The U.S. must refocus and recognize the failure of its post-9/11 foreign policy. Pre-emptive strikes and deposing dictators may or may not have been a good plan, but at least it was a plan. However, if you attack Iraq, the potential to go after Iran and Syria must also be on the table. Instead, the U.S. finds itself supervising a civil war while helplessly making concessions elsewhere.
This dire situation is a result of the only thing worse than a failed strategy : the inability to recognize, or to admit, that a strategy has failed. Since the invasion of Iraq in March 2003, North Korea has tested a nuclear weapon. Iran is openly boasting of its uranium enrichment program while pouring money into Hezbollah and Hamas. A resurgent Taliban is on the rise in Afghanistan. Nearly off the radar, Somalia is becoming an al Qaeda haven. Worst of all is the answer to the question that ties all of these burning fuses together : No, we are not safer now than we were before.”


Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Little Scarlet Pimpernel Little Scarlet Pimpernel 17 octobre 2007 16:33

    Que peut-on dire à Russes et Chinois ? Ils se sont mis à suivre de plus en plus ouvertement le modèle soi-disant « occidental », et se trouvent à présent pris à la gorge par une classe affairiste téléguidée par la grande finance internationale.

    Le capitalisme ne fait que les enfoncer et en faire des pions d’une machine impérialiste de contrôle musclé de la planète.

    Lire, par exemple :

    http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=228

    Sarkozy, Bush, médias, lobbying... et ce qu’on nous prépare (1)

    On parle partout d’une prétendue « crise économique ». Les médias, même « citoyens », s’emploient déjà à nous expliquer en quoi, d’après eux, cela consiste. Apparemment, nous n’étions pas au courant, mais il faudra semble-t-il que « Sarkozy intervienne » à la rentrée, voire même tout de suite. L’intéressé a déjà « interpellé le G7 ». En même temps, les manœuvres militaires de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) et l’annonce par Vladimir Poutine, le 17 août, de la reprise effective des vols de bombardiers stratégiques russes, semblent être exploitées pour créer une ambiance permettant aux « experts » occidentaux de « justifier » une militarisation rapide de l’Europe et un renforcement de son alliance avec les Etats-Unis. Cependant, cette propagande ne saurait résister à une analyse tant soit peu sérieuse. D’abord, parce que le pouvoir des lobbies financiers dans ce début de siècle est tel, qu’aucune crise économique ne saurait avoir lieu sans leur « consentement » et sans présenter un avantage pour eux. Ensuite, parce que les manœuvres militaires de l’OCS ressemblent étrangement à des essais de répression d’émeutes et de soulèvements populaires.

    Enfin, depuis le début des années 1990 on a vu se mettre en place un partage des rôles à l’échelle planétaire où la Russie et la Chine ont des fonctions bien définies. Notamment, sur le plan du dumping social et de l’organisation de la gendarmerie mondiale que la « transversalisation » générale de la politique contribue à accélérer...

    (...)

    http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=235

    Nicolas Sarkozy, capitalisme de choc et alliance impérialiste Europe-USA

    On entendait dire jadis : « attention, dans les périodes de calme apparent, le capitalisme finit toujours par reprendre ce qu’il avait dû céder sous la pression des mobilisations populaires ». Après plus de trois décennies d’activité intense des réseaux capitalistes et impérialistes, et de dégénérescence des organisations ouvrières et citoyennes, le bilan est très sombre et le sursaut citoyen plus nécessaire que jamais. L’intervention de Nicolas Sarkozy à l’Université d’été du MEDEF, la plus influente organisation du patronat français, ne fait que confirmer cette ancienne constatation historique.

    (...)

    3. Grande rafle financière mondiale et psychose de la peur

    En clair, la « fin d’une ère d’argent facile » signifie une avalanche sans précédent de faillites de « petits épargnants » devenus propriétaires, et le « rachat » de leurs biens par les grands financiers pour une bouchée de pain. Une vaste entreprise de spoliation déguisée en « mauvaise passe pour l’économie ».

    Avec les délocalisations, les milieux financiers ont fait sauter progressivement des pans entiers de la « masse salariale » et des avantages sociaux des populations ayant conquis des standards sociaux jugés « élevés ». Et ce qu’on a vu n’est qu’un début. Mais, depuis quelques années, cette mainmise progressive « ne suffit pas » et s’accompagne d’attaques de plus en plus directes contre le patrimoine des « petits citoyens ». Ceux qui croyaient à la viabilité d’un « capitalisme à visage humain » déchantent les uns après les autres. Le temps est bien révolu, où la propagande giscardienne des années 1970 nous annonçait un bien-être incessamment croissant, sans aucun besoin d’un changement social. A présent, c’est le discours : « les temps sont durs »...

    C’est vrai qu’il y a trente ou quarante ans, les capitalistes s’inquiétaient d’un « monde menaçant » pour leur pouvoir et leurs richesses, et qu’aujourd’hui la situation leur apparaît très différente. Pourquoi, alors, ne pas reprendre à nos dépens tout ce qu’ils avaient lâché jadis sous la pression du mouvement populaire ? La prétendue « crise des liquidités » constitue un instrument idéal pour s’attaquer aux « petits patrimoines » générés par les acquis sociaux de l’après-guerre.

    Et ne peut-on raisonnablement penser qu’il existe un lien étroit entre le renforcement de la logique répressive et les conséquences attendues du massacre économique qui se prépare ? Quant aux manœuvres militaires récentes de l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS), ne seraient-elles pas un autre épouvantail tombé étrangement à pic comme la « crise financière » ? Elles semblent d’ailleurs se concentrer systématiquement sur les techniques anti-émeute sous couvert de « lutte contre le terrorisme ». Troublant, car tout compte fait « nos » capitalistes et leurs collègues russes et chinois ont appris à se partager les rôles moyennant quelques mises en scène. La Russie est d’ailleurs membre du Conseil de l’Europe depuis 1996. Elle se trouve donc imbriquée dans le « grand dispositif » économique de la superpuissance européenne. Quant à la Chine, elle développe depuis longtemps son économie grâce à des apports croissants de capitaux occidentaux et à de nombreuses délocalisations.

    Même une organisation si peu suspecte de « gauchisme » que Human Rights Watch s’est publiquement inquiétée, en 2002 et en 2007, des visées potentiellement « à usage interne » des activités conjointes russo-chinoises présentées comme « antiterroristes » par la propagande des deux Etats. Ce à quoi il convient d’ajouter la participation aux « travaux » de gendarmerie mondiale, et on pourrait sans doute soulever une question additionnelle : les « compétences » et moyens en matière de répression des émeutes, ne seraient-ils pas, tout compte fait, exportables ? En matière de délocalisations, on en apprend tous les jours...

    (...)


  • stephanemot stephanemot 18 octobre 2007 10:55

    Je crois qu’il a suffissament été barré par le système soviétique dans sa jeunesse pour avoir la motivation d’en éviter le retour. Le pays file un sale coton et il est encore temps d’enrayer la machine.

    Kasparov ne sera pas regardant sur les alliances pour parvenir à ces fins qui, à mon humble avis, justifient les moyens.

    En tout état de cause, l’après Poutine sera problématique. Que ce soit dans un an ou dans quinze.


  • Aujourd’hui 18 octobre 2007 15:15

    Le colonialisme et l’impérialisme des « démocraties » formelles occidentales, qui ont été à l’origine d’un grand nombre de guerres (dont deux mondiales), et de coups d’Etat, sans oublier la montée du fascisme et ses conséquences, sont le fait de la « démocratie civilisée » dont semble rêver Kasparov. Nihil sub sole novum.


  • Tarswelder 17 octobre 2007 18:28

    Kasparov a abandonné son image, populaire, de champion d’Echecs en Russie pour celle d’un opposant politique. Il n’y a pas que des côtés sérieux et positifs chez le personnage. Il soutient que l’histoire du monde a été inventée de toutes pièces au XVI ème siècle par les Occidentaux pour justifier leur domination. Pour lui, les Egyptiens n’auraient jamais pu construire les pyramides car ils n’en avaient pas la capacité technique. Personnalité assez complexe et parfois contradictoire...


    • La Taverne des Poètes 17 octobre 2007 19:05

      Dommage que ce génie tactique impressionnant, cette intelligence pure, ne puisse pas donner sa pleine mesure en politique dans un jeu démocratique ouvert. Mais il ne peut abattre que sa carte « people ». C’est un adversaire qu’il serait intéressant d’étudier en politique, et plaisant à contrer car la difficulté du combat en accroît l’attrait.

      Par contre, c’est qui ce Jean-Jacques Rousseau ? ;-


      • Prosper Prosper 17 octobre 2007 20:52

        Merci pour cet article documenté.

        Etes vous sûr pour Fischer ? Je croyais qu’appartenant dans les années 70 à une secte sioniste, il avait précisément renoncé de jouer un samedi, offrant ainsi un point à Spassky.

        Intéressant de voir un pro dans la stratégie mondiale...

        J’espère qu’il pourra être une chance pour ce peuple qui en a tant besoin.

        Merci encore.


        • Adama Adama 18 octobre 2007 08:18

          Secte sioniste !!!!

          Prosper, vous voulez sans doute dire que Fischer ne voulait pas jouer puisque que c’était un jour de shabat.

          Ce point dans la loi juive ,la halachah, est discutable, en effet, on peut très bien jouer aux échecs tout en étant juif pratiquant, c’est d’ailleurs le seul jeu qui était permis le shabat dans les shtetl, , c’est peut-être pourquoi il y a de nombreux juifs champions d’échecs.


        • gdronni 17 octobre 2007 22:14

          Arretons de magnifier le genie politique de kasparov !

          Un vrai genie politique aurait reussi a reunir plus que 200 personnes pour une manifestation a Moscou (10 millions d’habitants...)

          Il n’est que l’emanation des adversaires d’une russie forte et independante, a la maniere des revolutions orange ( ukraine) et rose (georgie).

          Malheureusement, 70 pour cent des russes sont pour Poutine et sa politique.

          Pour Kasparov, le seul moyen de faire parler de lui est de se faire passer pour un martyr dans un pays qu’on nous depeint trop souvent sous des auspices negatifs.

          j’ai vraiment l’impression que cet article est tire du journal « le monde » et non d’une expression libre et citoyenne.


          • Prosper Prosper 18 octobre 2007 09:12

            Personne ne parle (encore...) de génie politique de GK. Et, vous avez raison, 70% des russes suivent Poutine.

            Je ne sais pas s’il veut se faire passer pour un martyr ni si la Russie est « dépeinte trop négativement », toujours est-il qu’en Tchétchénie, depuis 10 ans, 1 homme / 10 est mort de la guerre.

            Libre à vous d’aimer les tsars, je préfère ceux qui luttent pour la démocratie


          • Guillaume Guillaume 18 octobre 2007 09:56

            Sans polémique, je veux juste attirer votre attention sur ce que vous venez d’écrire... Votre remarque reflète typiquement le discours anti-poutine occidental, inspiré d’une lecture trop assidu du monde... Oui, il y a la guerre en Tchetchenie, Oui, il y a des morts, oui il faudrait arréter cela... mais les démocrates comme vous le dite qui ne cessent de villipender Poutine et ses soit-disant aspiration tsaristes, sont les memes qui au nom de la democratie tuent des milliers de personnes (des milliers oui) au nom de la democratie en Irak et an Afghanistan... Ce sont les meme démocrates qui ont soutenu les dictatures de droite en amérique du Sud, les meme démocrates qui ont pillé l’afrique depuis un siècle, encourageant, soutenant des coups d’etats...

            Il faut juste prendre conscience que personne sur cette planète (aucune grande puissance) n’a les mains propres...

            Ce qui est dangereux, c’est que le monde devienne unipolaire, que seul un empire impose sa puissance, ses lois, ses manières, ses exigences...... Donc, pour moi, tout ce qui constitue un contre-poid à nos démocraties occidentales est bon pour l’équilibre du monde... Je ne donne pas pour autant carte blanche à La Russie de Poutine, il faut regarder ce qu’il s’y passe avec prudence, mais en enlevant nos oeillères d’occidentaux et en oubliant nos préjugés issus de 50 ans de guerre froide...

            Voilà, je milite juste pour que les gens aient un peu plus de recul sur ce qu’il se passe dans le monde...


          • Marc Blot Marc Blot 17 octobre 2007 22:21

            Merci pour les commentaires (bon, il y a quelques hors sujets...) et désolé pour les fautes d’orthographes restantes (en particulier « il s’est plein du silence » !!), je pensais avoir bien relu mais maintenant, trop tard pour corriger.

            Pour Fischer, sa mère était juive et il semble qu’il ait été alternativement pro et anti-sioniste. Mais ses prises de positions toujours outrancières, difficiles à suivre, n’en ont pas fait un grand personnage. Kasparov est assurément plus « solide ».


            • Cascabel Cascabel 19 août 2008 14:59

              Fisher a eu des prises de position courageuses pour lesquelles il a payé cher.


            • bernard29 candidat 007 18 octobre 2007 01:57

              Comme vous dites certains des détracteurs semblent critiquer Kasparov parce que « n’est-il pas financé par l’organisation américaine « National Endowment for Democracy » (6), » .

              A ce sujet, mercredi soir sur Arte « débat sur la démocratie », il y avait une future candidate aux élections présidentielles de Georgie qui expliquait son combat dans ce pays pour la démocratie.

              Salomé Zourabichvili (55 ans) est la fondatrice du Parti « La Voie de la Géorgie » qui participera aux élections législatives d’avril 2008 avec d’autres partis d’opposition. Cette Française de naissance aux racines géorgiennes a été « prêtée » à la Géorgie en 2004 comme Ministre des Affaires étrangères après avoir occupé différentes fonctions diplomatiques au service de la France. Pendant son mandat de Ministre des Affaires étrangères, elle a conclu un accord très important avec la Russie sur le retrait des troupes russes du territoire géorgien. En octobre 2005 elle a été limogée par le Président Saakaschwili suite à une cabale orchestrée contre elle et l’accusant d’avoir méprisé le Parlement. Elle fonde alors son propre mouvement citoyen « civil, civique et politique » qui donnera naissance à « La Voie de la Géorgie ». ;

              Eh bien ! cette femme, remerciait les USA et la fondation américaine pour la démocratie qui aidait son mouvement, et, regrettait que l’Europe soit incapable de susciter une telle fondation pour soutenir les combats pour les droits de l’homme et la démocratie dans le monde surtout dans les pays disons « difficiles ». Ce que les autres débatteurs ont convenu.

              Cet argument pour critiquer KASPAROV me paraît donc tout à fait spécieux.

              En tout cas, ça n’enlève rien au courage de Kasparov. Bravo pour votre article.


              • Guillaume Guillaume 18 octobre 2007 10:23

                La NED est une extensions du gouvernement US, qui subventionnen des parties politiques afin, comme son nom l’indique, d’encourager les démocraties...

                Bien, jusqu’ici rien de bien méchant... Là où est le problème, c’est qu’ils ont tendance à arroser les parties qui une fois au pouvoir leur ouvriront grand les portes des ressources de ces nouvelles ’démocraties’. Vous remarquerez aussi que les mouvements démocratiques en orient sont toujours ceux qui sont anti-russe, en amerique latine, ceux qui sont de droite (les gauches un peu trop à gauche ne peuvent pas etre democratique)...

                Bref, derrière le mot Democratie se cache ’Intérets US’ (voyez la guerre en Irak, au nom de la démocratie : On va leur apporter la démocratie !!! la blague...)

                quand ce font pour la démocratie encourage des partis préparant un coup d’Etat contre un président élu au suffrage universel, (Venezuela 2002 par exemple) alors il y a foutage de gueule si vous me passez l’expression !

                De plus, comment le prendriez-vous si vous appreniez qu’un pays étranger, via des organisations dite indépendantes mais clairement reconnues comme faisant partie prenantes de la politique étrangère de ce pays, financait un partie politique dans votre pays ?


              • 5A3N5D 18 octobre 2007 10:40

                C’est vrai qu’en matière de démocratie, la Russie n’est jamais allée en Afghanistan ni en Tchétchénie. De même, Poutine n’a jamais financé les candidats « pro-russes » en Ukraine.

                Pour en revenir à Kasparov, il fait figure de symbole : il faut bien un semblant d’opposition.

                Mais le problème n’est pas là : les Russes n’ont plus aucune notion de la démocratie « occidentale » et n’en éprouvent strictement aucun besoin. De plus, ils sont plus soucieux de conserver la pureté de leur « ethnie », même si la Russie perd chaque année 700 000 habitants. C’est un pays ultra-nationaliste.


              • bernard29 candidat 007 18 octobre 2007 11:06

                a Guillaume,

                Bien sûr, la question des ingérences est toujours mauvaise en soi. Mais alors que faites vous face aux ingérences économiques et aux soutiens à la stabilité des régimes qui sont favorables comme chacun sait à la poursuite des trafics commerciaux pas toujours trés nets, qui président à l’organisation mondiale ? Une ingérence sur le developpement démocratique, avec ses dérives, ses erreurs, n’est’il pas le minimum que l’on puisse faire pour contrebalancer ce cynisme commercial international. La question n’est elle pas plutôt chez nous afin que nos propres « démocraties » soient à la hauteur pour réfléchir à cette ingérence démocratique éventuelle ?


              • AgoraVox 18 octobre 2007 13:45

                @ 5A...

                « C’est vrai qu’en matière de démocratie, la Russie n’est jamais allée en Afghanistan ni en Tchétchénie. »

                C’est hors sujet, mais précision tout de même : C’est l’URSS qui est allé en Afghanistan afin de poursuivre sa doctrine quasi-officielle d’instaurer le communisme partout dans le monde. Ce n’est plus vraiment d’actualité. Quant à la Tchetchenie, elle faisait et fait partie de la Fédération russe. Et, avant de citer cette région à tout bout de champ, savez-vous ce qui s’est passé là-bas depuis début des années 90 ?

                Concernant Kasparov, il s’est discrédité lui-même dans son pays en s’alliant avec Limonov - leader du NBP, aussi schizo que son parti alliant les sympatisants de l’extreme-gauche et les néo-nazillons.


              • 5A3N5D 19 octobre 2007 10:04

                «  »« Quant à la Tchetchenie, elle faisait et fait partie de la Fédération russe. Et, avant de citer cette région à tout bout de champ, savez-vous ce qui s’est passé là-bas depuis début des années 90 ? »«  »

                Oh, que oui ! Sur les 800 000 Tchetchènes, il ne doit pas en rester beaucoup. Tout ce qu’a pu apporter la guerre, c’est un islam radical qui n’existait pas auparavant dans ce pays.

                Pour ce qui est de la « Fédération de Russie », elle se limite bien souvent à...la Russie elle-même, les autres pays faisant figure de parents pauvres (sauf lorsqu’ils ont du pétrole.)


              • luklamainfroide 18 octobre 2007 12:31

                kasparove est passer de la condition de maitre des échecs a celle de pion ! La partie qui ce joue est de tres loin plus importante que ce a quoi il était accoutumer et il ne fais pas de doute pour moi qu’il n’iras pas à promotion .


                • AgoraVox 19 octobre 2007 15:12

                  « Oh, que oui ! Sur les 800 000 Tchetchènes, il ne doit pas en rester beaucoup. Tout ce qu’a pu apporter la guerre, c’est un islam radical qui n’existait pas auparavant dans ce pays. »

                  sur le 800 000 il reste plus de 1 000 000 aujourd’hui... alors que le pourcentage des russes est passé de 32 à <4% dans « ce pays ». Je ne parlais pas de la guerre, qui fait toujours des victimes, mais de ces raisons. Et du nettoyage ethnique des russes qui habitaient le pays avant cette intervention armée qui n’avait que trop tardée. Mais ça, on n’en parle jamais en occident.


                  • Cascabel Cascabel 21 mai 2008 18:18

                    La guerre de Tchetchénie est entrenue par les USA par l’intermédiaire de l’ISI pakistanaise. La Russie ne peut pas se permettre de laisser les USA grignoter son territoire.

                    La Russie ne veut pas non plus subir le sort de la Yougoslavie, elle entend se faire respecter, fusse-ce au prix d’une guerre sans pitié. D’ailleurs l’ennemi ; qu’il soit islamiste, Américain, ou EU-péen est sans foi ni loi.

                    Non, il n’y a aucune raison de tenir un discours culpabilisateur aux Russes, ils sont en situation défensive. Souhaitons-leur de gagner et de contrôler l’Asie centrale, c’est dans l’intéret de la civilisation européenne.


                  • Marc Blot Marc Blot 20 octobre 2007 17:00

                    Quelques réponses :

                    à « C’est quoi, une »démocratie civlisée" par Aujourd’hui (IP:xxx.x24.157.126) le 18 octobre 2007 à 15H15 Le colonialisme et l’impérialisme des « démocraties » formelles occidentales, qui ont été à l’origine d’un grand nombre de guerres (dont deux mondiales), et de coups d’Etat, sans oublier la montée du fascisme et ses conséquences, sont le fait de la « démocratie civilisée » dont semble rêver Kasparov. Nihil sub sole novum. "

                    Je suis d’accord, les mots « civilisation » et « démocratie » ont parfois recouvrés des horreurs. Mais je ne vois pas quel élément permettrait aujourd’hui de dire que ce sont de ces horreurs dont rève Kasparov.

                    à : "par Guillaume (IP:xxx.x3.212.133) le 18 octobre 2007 à 10H23 La NED est une extensions du gouvernement US, qui subventionnen des parties politiques afin, comme son nom l’indique, d’encourager les démocraties... Bien, jusqu’ici rien de bien méchant... Là où est le problème, c’est qu’ils ont tendance à arroser les parties qui une fois au pouvoir leur ouvriront grand les portes des ressources de ces nouvelles ’démocraties’. Vous remarquerez aussi que les mouvements démocratiques en orient sont toujours ceux qui sont anti-russe, en amerique latine, ceux qui sont de droite (les gauches un peu trop à gauche ne peuvent pas etre democratique)... Bref, derrière le mot Democratie se cache ’Intérets US’ (voyez la guerre en Irak, au nom de la démocratie : On va leur apporter la démocratie !!! la blague...) quand ce font pour la démocratie encourage des partis préparant un coup d’Etat contre un président élu au suffrage universel, (Venezuela 2002 par exemple) alors il y a foutage de gueule si vous me passez l’expression !(...)"

                    Je suis d’accord avec vous sur votre analyse de l’organisation américaine NED dont la politique me semble également loin d’être désintéressée et vous avez raison de citer le cas du coup d’état de 2002 au Venezuela. Mais rien ne dit que Kasparov fera allégeance longtemps aux Etats-Unis. En politique, il est difficile de toujours échapper à la « real politic », mais je donne pour ma part le bénéfice du doute à Kasparov. Par ailleurs, je ne sais pas quelle est l’aide réelle apportée à Kasparov par la « National Endowment for Democracy ». Vous trouverez sur le Net nombres d’articles aussi accusateurs que peu documentés sur « Kasparov citoyen américain ». Pour ma part je sais juste que GK est mentionné sur le site de la NED à l’adresse suivante : http://www.ned.org/nydf/events07.html#kasparov


                    • Cascabel Cascabel 21 mai 2008 18:02

                      Vive Poutine !

                      Kasparov est un mondialiste sioniste, aux ordres de ses maîtres de Wall Street. Les Russes le savent et ne sont pas prets a se faire entuber par les discous démocrateux de l’Ouest.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès