Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Google devant les juges !

Google devant les juges !

L’année 2007 risque bien d’occuper Google... devant les tribunaux ! Impossible en effet de commencer l’année sans parler de la foule de procès auxquels devra faire face le géant du Web. Google pourrait avoir besoin de créer un moteur dédié ! Retour sur les attaques juridiques qui commencent à peser sur l’image angélique de Google...

AdWords ou comment Google favorise la contrefaçon et la concurrence déloyale
Les revenus de Google proviennent à 99% de la publicité via les systèmes AdWords et AdSense. Oui, mais voilà, ces systèmes favorisent les actions crapuleuses !
A la différence d’Overture (le concurrent de Google en matière de liens sponsorisés désormais détenu par Yahoo !), Google ne vérifie pas les mots-clés achetés par les annonceurs.
Cela incite donc les entreprises à utiliser la notoriété d’une marque pour vendre ses propres produits. C’est ainsi que Louis Vuitton a obtenu 300 000 euros de Google car certains annonceurs avaient placé des AdWords sur des marques déposées par la firme.
Google, qui avait fait appel du premier jugement prévoyant seulement 200 000 euros de dommages et intérêts, a été condamné pour contrefaçon de marque, concurrence déloyale et publicité trompeuse.
Cette décision est importante car elle indique que Google doit vérifier l’achat de mots-clés pour éviter la contrefaçon et la concurrence déloyale.
La Cour d’appel s’est d’ailleurs fondée sur le fait que si Google était capable de censurer certains sites en Chine, il serait aussi capable de respecter le droit des marques. Google semble être pris à son propre piège...
Google avait déjà été condamné pour des affaires similaires face aux hôtels Méridien, au voyagiste Bourse aux vols ou à Eurochallenges.

Fraude au clic : l’ensemble du système publicitaire en question
Aujourd’hui, le système de tarification principal est le coût par clic. Pour chaque clic dirigeant l’internaute sur son site, l’annonceur paye une certaine somme.
Mais lorsqu’il est avéré que le clic est frauduleux, cela a de quoi faire des mécontents...
Les sociétés concurrentes ou affiliées désireuses d’augmenter leur gains ont vite fait de mettre en place des robots cliquant artificiellement.
Google a ainsi récemment déboursé la somme de 90 millions de dollars à un consortium d’annonceurs pour les dédommager de ce type de fraude.
Si elle se généralise, la fraude au clic pourrait bien porter un coup fatal au système publicitaire de Google. Selon Google Stories, près d’un annonceur sur deux serait victime de ce genre de pratiques. Google minimise cette proportion en indiquant un taux de fraude de 2%. Difficile de vérifier...

Page Rank : un algorithme bien subjectif...
Le succès de Google réside dans son algorithme de recherche baptisé PageRank. Mais plus le temps passe, plus il semble que cet algorithme s’éloigne de critères purement mathématiques.
La société Kinderstart (portail destiné aux enfants) a d’ailleurs porté plainte en mars dernier contre Google. Kinderstart accuse Google d’avoir brutalement déréférencé son site en lui attribuant un PageRank de 0. Le site était au préalable en bonne place des résultats de recherche, générant un trafic mensuel de dix millions de visiteurs.
Mais Google semble intouchable en la matière, n’étant soumis à aucune objectivité dans le classement des sites.
David Kramer, représentant de Google, avait d’ailleurs déclaré : "Bien que le ranking soit basé en partie sur un algorithme mathématique, Google étudie également la qualité des sites Web et effectue des jugements subjectifs".
Le même homme, confiant en sa toute-puissance, ajoute : "Chaque utilisateur de Google sait que les classements ne sont que des opinions, et Google peut les ranger suivant le critère qu’il souhaite y compris si cela donne de mauvais scores pour des sites concurrents."
En clair, Google a tout pouvoir concernant le classement des sites et ne se prive pas d’inclure sa propre opinion. On comprend mieux pourquoi de nombreux moteurs sont en préparation pour ajouter un peu de pertinence dans lesrésultats obtenus ! (voir aussi l’article de GNT)

Google : la terreur des éditeurs
Impossible de calmer les ardeurs de Google ! Google s’est mis en tête de répertorier l’ensemble des livres et articles de journaux sur deux de ses services : Google News et Google Books. Cela bien sûr, sans prendre la peine de demander l’avis des intéressés.
En septembre dernier, CopiePresse (éditeur des journaux belges francophones) avait obtenu de Google que soient retirés de Google News l’ensemble des articles des journaux du groupe.
Google s’était alors exécuté mais avait refusé d’appliquer la décision du tribunal prévoyant la publication du jugement sur le site Google.be pendant cinq jours. L’affaire est encore en cours...
De même l’AFP est toujours en procès contre Google et réclame 18 millions de dollars de dommages et intérêts.
L’AP (Associated Presse - agence américaine) a quant à elle trouvé un arrangement avec le moteur de recherche.
Concernant la syndication de livres, le Syndicat national de l’édition, l’Association of American Publishers et l’Author’s Guild (groupement le plus important d’écrivains américains) accusent également Google de violation du droit d’auteur.
Face au rapport de force totalement inéquitable, les associations de journaux, de livres et de magazines ont décidé de s’unir pour défendre leurs intérêts contre les violations répétées du moteur de recherche. Un groupe de travail conduit par l’Association mondiale des journaux travaille en ce sens.
C’est dans cette perspective que l’on peut mieux comprendre la récente volonté de Google de devenir la régie publicitaire de la presse hors ligne au travers du système AdWords. Google souhaite probablement devenir la source de profits principale des journaux pour dissuader ces derniers de faire appel à la Justice.

YouTube ou comment garder des procès au frais
Le récent rachat de YouTube pourrait bien augmenter la fréquence des déplacements de Google devant les tribunaux. La plate-forme est bien peu soucieuse de la gestion des droits. Et même si certains accords ont eu lieu entre Google et les majors, il est peu probable que la situation puisse rester celle d’aujourd’hui.
Là aussi, Google tentera par tous moyens de renverser le rapport de force pour ne pas être menacé.

Google : le passage en force
Google est donc attaqué sur plusieurs fronts et joue constamment de sa suprématie pour faire passer ses décisions.
La logique de Google est parfois assimilable à celle de la presse people : mieux vaut enfreindre la loi et ne demander l’avis de personne pour augmenter les gains, quitte à devoir débourser quelques millions de temps à autre.
Reste à savoir combien de temps cette logique arrogante et méprisante pourra tenir sans nuire à la crédibilité et à la légitimité du moteur de recherche.
A part ça, Google est la première entreprise à indexer une valeur morale dans ses statuts en inscrivant la mention "Don’t be evil". Décidément chez Google, ils ne manquent pas de culot !

Voir aussi les procès autour de : Gmail, Google Talk, Google Scholar...

Youri Regnier
Googlinside


Moyenne des avis sur cet article :  4.44/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Plop (---.---.39.56) 10 janvier 2007 14:00

    Google est tout simplement *la* boite qui est en train de révolutionner notre usage d’Internet, avec des services tous aussi innovant les un que les autres (gmail, google maps, google earth, google news et j’en passe).

    La pub lui rapporte énormément d’argent et ce trésor de guerre attise les convoitise d’autres boites qui ont « raté le coche » (ou tout simplement, pas eu d’idée, pas pris de risque). Et maintenant, ces mêmes boite tentent de racketter Google à coups de M€ pour sauver leur business model d’un autre age (la position de l’AFP est pitoyable, celle de majors du divertissement encore pire).

    Quel mentalité lamentable ! Sans ces boites innovantes que sont Google, Skype, Free, Youtube etc, nous en serions encore au minitel !


    • Alexandre Missoffe 10 janvier 2007 15:27

      Je suis d’accord avec un certain nombre de problèmes que pose Google et j’ai tendance à considérer qu’il n’y a pas de vaches sacrées et que tout est criticable, mais il me semble déceler un certain acharnement de votre part : 5 articles écrits et tous violemment anti-google.

      Y a t’il un ressentiment personnel derrière cela ?


      • Wells 10 janvier 2007 16:33

        AdWords ou comment Google favorise la contrefaçon et la concurrence déloyale :

        Il me semble que c’est les gens qui sont en tord, pas google.

        Fraude au clic : l’ensemble du système publicitaire en question :

        une fois de plus se sont les différents annonceurs les coupables. Google essaye de mettre un système en place et tt le monde ne pense qu’a une chose : utiliser les failles...

        Page Rank : un algorithme bien subjectif... :

        Ca fait des années que tout les développeurs vous diront que le PR ne sert plus à rien... quand à être indexer dans google, c’est leur base de donnés, ils y mettent qui ils veulent et ne sont pas tenu d’indexer votre sites, en d’autre termes, ils ne vous doivent rien !!

        Google : la terreur des éditeurs :

        c’est peu etre le seul point litigieux effectif. Mais à mon avis ils s’y sont simplement mal prit.

        YouTube ou comment garder des procès au frais :

        youtube a tjs marcher via des vidéos illégales, c’est le principe du site, foutre ca sur le dos de google qui le possède depuis qq mois, c’est au mieux illogique mais plutôt franchement débile.

        En gros pour votre critique vous repasserez...


        • youri youri 10 janvier 2007 22:14

          Bonjour Alexandre et merci pour cette question : non, il ne s’agit pas d’un ressentiment mais plutôt d’un étonnement.

          Je suis en effet toujours surpris de voir à quel point les personnes refusent que l’on s’attaque à leur Ange Google.

          Parlez leur de la censure en Chine, de leur rapprochement avec les services de renseignement américains, de leur violation des droits d’auteurs, de leur volonté de manipuler l’information pour défendre aux mieux leurs intérêts, mais rien n’y fait.

          Oui, surpris de voir à quel point l’émotion l’emporte aisément sur la raison.

          Google incarne le symbole de la réussite, de la jeunesse, de l’innovation. Osez les critiquer et vous passerez pour un arriéré, un « débile » comme le dit si bien notre cher Wells dans son commentaire.

          Je crois qu’il n’y a pas de cas plus frappant que Google pour démontrer la différence entre la perception de l’opinion publique et la stratégie suivie par une firme. Et même lorsque Google prétend vouloir organiser l’ensemble de l’information mondiale à sa manière, tout le monde applaudit, arguant du fait que « eux au moins ils sont productifs ».

          Jamais il n’y a eu plus grand risque de monopole, de censure, de manipulation et jamais une firme n’a bénéficié d’autant de soutient dans l’opinion publique.

          Comble de l’ironie : on nous dira même que tout le monde sait bien que le Page Rank ne vaut pas un clou, mais que tout le monde est libre de passer par un autre moteur. N’est-ce pas sans rappeler le discours des agences de notation boursière, qui en coulant une société pour défendre leurs intérêts diront : mais vous avez le choix de ne pas adhérer à nos critères.

          Alors oui, je reconnai être parfois surpris de ce soutien inébranlable dont bénéficie Google, soutien se basant sur des motifs bien différents que ceux suivis par les milliardaires à la tête de cet empire...


          • Alex (---.---.123.162) 18 janvier 2007 18:14

            Merci de ta réponse. Google a en effet objectivement une bonne image. En gros « Microsoft c’est les très méchants alors que Google ils sont gentils. » mais est-ce que ca ne va pas changer peu à peu, maintenant qu’ils deviennent très riches et très monopolistiques ? Une nouvelle boite (type Venice Project ou une autre de celles que tu cites dans un de tes papiers) aura alors l’air plus cool, les jeunes internautes s’y mettront pour se démarquer, les autres suivront et les petits jeunes deviendront à leur tour des gros puissants... En clair (je suis assez confus, je m’en rends compte désolé) ta critique principale envers google est-elle la critique qu’on pourrait adresser à n’importe quelle boite en situation de monopole sur des marchés stratégiques comme l’information ou y a t’il un « vice google particulier » ?


          • zOoO zO 10 janvier 2007 22:31

            Google est un entreprise commerciale, et peut créer ses propres normes de travail. On ne peut pas reprocher à des créateurs de travailler.

            Dans tous les cas personne n’est obligé d’utiliser leurs services, internet est libre d’accés et le choix y est suffisamment grand.

            Le pagerank est soit disant inutile, mais tout le monde cours malgré tout après un bon réferencement, et google, quoi qu’on en dise, avec son pagerank est incontournable.


            • Wells 11 janvier 2007 10:05

              Quoi qu’il en soit je persiste et signe : Google ne te doit rien.

              Il t’offre un service, libre à lui de te le refuser. Désolé mais ca aussi ca s’appelle la démocratie.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès