Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Accueil du site > Actualités > International > Guerre d’Irak : dix ans, dix chiffres et une catastrophe

Guerre d’Irak : dix ans, dix chiffres et une catastrophe

Si la guerre d’Irak était à refaire, la réponse, aux Etats-Unis, serait « sûrement non ». Elle aura été un tel désastre à tous les niveaux que la célébration du dixième anniversaire de son déclenchement, le 20 mars dernier, s’est déroulée dans une certaine discrétion. Pendant ce temps, deux chercheurs, Neta Crawford, professeur de sciences politiques à l'Université de Boston et Catherine Lutz de l'Institut d’Etudes Internationales à l'Université Brown, se penchaient sur le bilan de cette guerre et livraient nombre de renseignements assez édifiants.

Dans un article publié dans Foreign Policy[1] les deux chercheurs résument en dix points les dix ans d’une guerre, conséquence, à la fois, d’une folie colossale enracinée dans l'ambition impériale et l'orgueil américains, des renseignements erronés et d’une peur internationale infondée.

Zéro. Zéro est le chiffre attribuable au terrorisme en Irak avant le déclenchement de la guerre. Al-Qaïda n'avait pas de présence en Irak avant l'invasion américaine de 2003. Depuis, une nouvelle organisation connue sous le nom d'Al-Qaïda en Irak, a vu le jour. Elle mène des attaques contre les forces américaines, les forces de l’ordre irakiennes et la population civile. Al Qaïda s’est par ailleurs propagée dans des pays voisins comme la Syrie, la Jordanie et la Libye. L'Irak est ainsi devenu un « front » dans la guerre contre le terrorisme, mais il s’agit d’un « front » créé par les Etats-Unis.

2 + 2 est la somme des conflits exacerbés après l’intervention américaine en Irak. L'Iran et la Corée du Nord, qui auraient pu être intimidés, ont, au contraire, développé leur capacité à se doter d'armes de destruction massive. Par ailleurs, la guerre en Afghanistan a été sans doute prolongée et aggravée du fait de la présence américaine en Irak. Elle a affecté le Pakistan, avec une augmentation correspondante des dépenses militaires et des pertes en vies humaines. Ainsi, alors que les Américains ont échoué en Irak, ils doivent faire avec les menaces en Iran, en Corée du Nord et un risque d’extension continue de la guerre d’Afghanistan au Pakistan.

8. C’est le chiffre correspondant à l’ampleur de la corruption en Irak, dix ans après l’intervention américaine. La mise en place de nouvelles institutions s’est accompagnée d’une généralisation de la corruption. Selon Transparency International, l’Irak est le huitième pays le plus corrompu du monde. On observe, en outre, une dérive autoritaire dans le pays avec, notamment, la création de milices paramilitaires (cas des 6.000 agents des forces spéciales paramilitaires, les « Fedeyeen al-Maliki » du Premier ministre Nouri al-Maliki). Enfin, la situation des femmes s’est considérablement dégradée. Elles continuent d’être sous-représentées en politique mais surreprésentées dans la population des chômeurs, des illettrés et des pauvres.

2,5 et 10 microns : pollution à grande échelle. La taille des particules de poussières toxiques respirées en Irak est, suite à la guerre, de 2,5 et 10 microns. Les soldats de retour d'Irak ont des niveaux plus élevés de maladies respiratoires et cardiovasculaires que les soldats revenant d'autres guerres. Les particules mesurant 2,5 et 10 microns par million (PPM) sont trop petites pour être filtrées par un poumon humain. Robert Miller, expert pulmonaire de l'Institut Médical de l’Université Vanderbilt, rapporte que la poussière, le soufre produit par les mines en feu et les résidus toxiques provenant des puits du pétrole, sont responsables des troubles respiratoires chez les vétérans de la guerre en Irak. Bien entendu, la population civile irakienne n’a pas le choix et doit vivre avec la poussière et d'autres polluants atmosphériques résultant des bombardements.

84 : un désert médical. Après l'invasion de 2003, environ 18.000 médecins ont fui l'Irak. En 2012 on compte seulement 84 psychiatres et 22.000 médecins pour une population de plus de 31 millions de personnes (En France, c’est 268.072 pour 65 millions d’habitants). Mac Skelton et Omar Dawichi de l'Université américaine de Beyrouth ont fait remarquer que de nombreux Irakiens doivent voyager à l'étranger (Inde, Turquie, Jordanie, Liban) pour se faire soigner. Pendant ce temps, dans le pays, des soins de base, telles que certaines vaccinations infantiles prennent du retard.

190.000, au moins, est le nombre des personnes tuées en Irak depuis 2003, en majorité des civils. Les morts comprennent également 4.488 soldats américains, 3.400 contractors (sous-traitants militaires), 11.000 policiers irakiens, 318 soldats des pays alliés, et 62 travailleurs humanitaires. Mais, pour Catherine Lutz et Neta C. Crawford, seul le nombre des soldats américains tués est connu avec exactitude. Le bilan des autres victimes (civils irakiens, contractors, agents irakiens,…) est approximatif. Sans oublier les victimes des conséquences indirectes de la guerre, touchées de plein fouet par la destruction des infrastructures du système médical et de santé.

349 est le nombre des suicides enregistrés dans les rangs des soldats américains en service actif en 2012. Ken MacLeish de l'Université Vanderbilt fait remarquer que ce chiffre peut évoluer à mesure que le traumatisme de la guerre ressurgit, souvent des années, voire des décennies, après le retour des soldats au pays.

2,5 millions est le nombre des membres des forces armées américaines qui ont été déployés dans les opérations en Irak et en Afghanistan. Plus de 1,5 millions ont déjà quitté le service actif et sont éligibles au bénéfice des prestations médicales et d’invalidité pour les anciens combattants. Linda Bilmes de l'Université Harvard relève que ces anciens combattants sont très malades. Un tiers présente des problèmes de santé mentale. Le taux élevé de traumatisme crânien, la nécessité d'une prothèse, et les troubles musculo-squelettiques, pèsent lourd sur le budget des Anciens Combattants. Les coûts des soins médicaux et d'invalidité chez les vétérans de l'Irak et de l'Afghanistan vont augmenter. Ils vont dépasser les 970 milliards de dollars à l’horizon de 2053.

1,7 mille milliards de dollars. C’est le coût de la guerre en Irak pour les contribuables américains, avant d'ajouter les soins futurs pour les anciens combattants et les intérêts sur les emprunts de guerre. L'administration Bush avait estimé que la guerre en Irak coûterait entre 50 et 60 milliards de dollars. Au final, la guerre pourra coûter près de vingt fois plus.

4 mille milliards de dollars est le coût des Intérêts cumulés sur les emprunts pour l'Irak à l’horizon 2053. L’économiste Ryan Edwards du Queens College a estimé seulement le coût des intérêts dus sur l'emprunt pour couvrir les dépenses de l’armée et du département d’Etat. Les intérêts sur les deux guerres vont dépasser 7,5 mille milliards de dollars.

D’autres données de cette guerre n’ont pas été prises en compte, ce qui n’empêche pas de tirer quelques enseignements. Le premier enseignement est que le coût (humain et financier) de la guerre d’Irak avait été largement sous-estimé. Peut-être que si les estimations avaient été présentées de façon réaliste, il aurait été possible de s’interroger sur la nécessité de l’option militaire. Le deuxième enseignement est que les efforts dépensés dans la guerre d’Irak vont considérablement limiter les capacités des États-Unis sur tous les plans, et pour longtemps. Difficile, pour les Américains, de s’engager dans une nouvelle guerre qui présente un risque d’enlisement juste probable.

 

Boniface MUSAVULI



 


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • cedricx cedricx 25 mars 2013 11:26

    Une des plus ancienne et plus importante communauté chrétienne arabe irakienne a été pratiquement décimée, forcée à l’ exil, suite a cette invasion. Une communauté qui était parfaitement intégrée auparavant, qui vivait en paix dans son pays. Le même sort guette les chrétiens de Syrie. On le voit, cette brave El Qaida, débarquée avec les envahisseurs US, est en passe d’accomplir le grand rêve israelien : un proche orient sans chrétiens.


    • kiouty 25 mars 2013 11:31

      Cet article passe complètement à côté de l’essentiel. Le but de George Bush quand il s’est lancé dans cette guerre était le détournement par milliards de l’argent public américain dans les multinationales comme Blackwater, qui fournit mercenaires privés, villages entiers de soldats (avec cinéma et fast-food) et des dépenses faramineuses en matériel de sécurité hi-tech ou non.

      C’était bien cela, le but à atteindre, du point de vue néolibéral, et il a parfaitement été atteint.


      • ecolittoral ecolittoral 25 mars 2013 11:46

        Comparaison n’est pas raison...mais quand même !

        J’ai passé une semaine ou dix jours en Irak dans les années 70.
        Oui, c’était une dictature mais, il y avait des écoles y compris pour les filles, pas de « voile », des dispensaires partout et des populations modestes...pas pauvres, des techniciens et ingénieurs très bien formés..
        Seule contrainte, ne pas remettre en question le pouvoir. Ce que beaucoup ont dû accepter, ce qui n’empêchait personne de vivre « en sécurité » (hommes, femmes, enfants).
        A l’exception des Kurdes qui ont payé cher.
        La « démocratie » des « pays libres » est passée par là. Et aujourd’hui ?
        L’article résume plutôt bien la situation et confirme les nombreuses enquêtes et reportages déjà existants (sources irakiennes, américaines...).
        Petit détail en passant. On a utilisé là bas, des munitions en uranium appauvri. Transformées en poussières, elles continuent le massacre de façon invisibles. 
        Une sorte de Fukushima « à des doses acceptables » sur l’ensemble du territoire.
        Les guerres à la hussarde de nos amis(?) américains ne sème que ruines et désordre.
        Reverrais je un jour un pays nommé Irak ?

        • cedricx cedricx 25 mars 2013 14:33

          « Reverrais je un jour un pays nommé Irak ? » 

          J’ai bien peur que non ! En tous cas pour les vestiges archéologiques uniques au monde qui ont été définitiveent rasés de la surface de la terre par l’armada US.

        • titi 25 mars 2013 15:58

          « A l’exception des Kurdes qui ont payé cher. »

          En gros vous considerez que c’est « un détail » ?


        • nicoloco 25 mars 2013 12:04

          cette guerre a été voulu par les neocons et pour les néocons. Halliburton, bush limited and co ont gagné des fortunes avec l’irak. De même depuis 10 ans les terroristes, pardon mercenaires us et israelien s’entrainent depuis 10 ans à tuer aveuglément, certes les contribuables us paient, mais le bénéfice revient aux néocons, qui eux, ont gagné beaucoup d’argent et ont mis en place une autre façon de faire la guerre pour la répandre au printemps arabe et dans tout le moyen orient


          • SamAgora95 SamAgora95 25 mars 2013 17:14

            Bien résumé !


          • FritzTheCat FritzTheCat 25 mars 2013 17:04

            A quand des poursuites de la clique Bush pour crimes de guerre ? Que fait le TPI ??


            • le moine du côté obscur le moine du côté obscur 25 mars 2013 21:03

              Cette guerre à elle seule montre à quel point les élites étasuniennes sont méprisables et démoniaques. Que pouvons-nous dire face à la tragédie du peuple irakien ? Franchement je ne sais pas, ça me donne des cauchemars. Et quand je vois certains idiots faire des courbettes devant ces démons j’ai la nausée. J’espère vraiment qu’il existe un endroit après la mort où justice sera rendue et que certains auront le bonheur que des démons leur ont volé dans cette vie là. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès