Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Indonésie 30/09/65 un des plus grands massacres de masse du XXe (...)

Indonésie 30/09/65 un des plus grands massacres de masse du XXe siècle

30 septembre 1965. Cette date ne vous dit sans doute rien. C'était un jeudi. Un jeudi noir ou commença, en Indonésie, un des plus grands massacres de masse du XXe siècle. De 1 à 3 millions de personnes exécutées. Sans compter les emprisonnés par millions, les déportés, les torturés et les viols de masse ainsi que tous ceux qui, jusqu'à maintenant encore, seront privés de leurs droits.

source www.initiative-communiste.fr site web du PRCF

Qui, ici en France, en a entendu parler ? Quels médias en parlent ? Personne.

Pourtant, au mois d'octobre 1965 la presse occidentale - presse dite "libre" en parle. Jugez plutôt :

Times Magasine : "The West's best new for years in Asia" " La meilleure nouvelle pour le camp occidental depuis des années".
US News & World Report " Indonésie : de l’Espoir, là où il n’y en avait plus"
New York Time cette fois : "With 500000 to a million communist sympathisers knocked off...I think it's safe to assume a reorientation has taken place." et Harold Holt premier ministre australien. "avec 500 000 à 1 million de communistes au tapis... je pense que l'on peut sans se tromper affirmer qu'une réorientation a eu lieu".

Car oui, ce massacre dont on ne parle jamais en France ni dans aucun pays occidental, c'est le massacre de 1 à 3 millions de communistes ou supposés tels en Indonésie à l'automne 1965, et ce avec l'assentiment et le soutien de l'Ouest. Pas une ligne dans nos programmes scolaires qui s'intéressent pourtant au 20e siècle, comme siècle des totalitarismes. Pas un mot sur ce quasi génocide et la dictature sanglante de l'Ordre Nouveau qui a suivi. Dans les années 1960, l'Indonésie de SOEKARNO, après avoir été le pays chef de file des non-alignés (organisateur de la conférence de Bandung), se rapproche du bloc socialiste. Le parti communiste indonésien (PKI) est alors le troisième plus grand parti communiste du monde. Fort de plusieurs millions d'adhérents et sympathisants, participant direct au combat pour l'indépendance du pays, le PKI est alors un des piliers de la république d'Indonésie dirigée par Soekarno. PNI et PKI constituent une force puissante lui permettant de contrebalancer celles des réactionnaires (islam politique ainsi qu'une bonne partie de l'armée) et de s'affranchir ainsi de plus en plus à la prédation des capitalistes occidentaux.

Le camp de l'Ouest subit, à ce moment là, défaites sur défaites. Notamment au Vietnam ou l'armée américaine s'enlise, écrasant les Vietnamiens sous des tonnes de napalm et d'agent orange. Dès 1963, inquiète de la force croissante du PKI, de l'évolution vers la gauche du PNI (parti de Soekarno) et du rapprochement vers le camp socialiste de l'Indonésie, Washington commence à constituer des listes de communistes indonésiens via son ambassade de Jakarta. (La tradition de fichage révélée à nouveau par Snowden n'est donc pas nouvelle et nous verrons que nous devons réellement nous en inquiéter).

Dans la nuit du 30 septembre 1965, un curieux mouvement dit du 30 septembre tente un coup d'état. Les événements demeurent assez mal connus, 40 ans de dictature ayant forgé une version officielle très éloignée des faits. Ce coup d'état militaire conduit par un colonel de la garde présidentielle prétend contrecarrer la confiscation d'un "comité de généraux" et rétablir le pouvoir de Soekarno. Une partie du haut commandement de l'armée est exécutée (6 généraux) dans la nuit du 30 septembre.

Soekarno est conduit en fin de nuit par la garde présidentielle a à la base aérienne d'Halim, base de l'armée de l'air réputée proche du PKI. Soekarno déclare prendre personnellement le contrôle de l'armée et nomme un proche le général Yani, Chef d'état major.

Aidit leader du PKI y est également amené par les conjurés au prétexte qu'il est menacé par un complot de la CIA. Aidit réaffirme alors son soutien à Soekarno. Dès le 1er octobre, Aidit rejoint Jogjakarta (centre est du pays) où il participe à désamorcer le coup d'état. Dans la nuit du 1er au 2 octobre, le principal quotidien du PKI condamne fermement toute tentative de coup d'état, dans un éditorial reflétant le manifeste manque d'information dont il dispose :

"le déclenchement d'un coup d'état est un acte condamnable et contre révolutionnaire" (1)

Dans la nuit du 30, le général SUHARTO en charge de la force de réserve stratégique de l'armée de terre (réputée proche des Etats-Unis, ces derniers ayant participé avec la Grande Bretagne à la formation et l'équipement de l'armée de terre violemment anti-communiste, elle l'avait prouvé en 1948 lors d'un premier massacre de communistes à Madium) singulièrement laissé à l'écart de la purge visant la tête de l'armée, prend le contrôle des forces armées. Et ce d'autant plus facilement, que le 5 octobre doit se tenir à Jakarta la journée des forces armées, et que donc l'ensemble des Divisions des forces armées son représentées à Jakarta par un bataillon.

Dès le 3 octobre, l'armée lance une violente campagne anti-communiste, attribuant malgré les évidences la responsabilité du coup d'état au PKI. Le 5/10 la chasse aux communistes commence à Jakarta, alors que ce même jour le comité central du PKI réaffirme son soutien à Soekarno et que le mouvement du 30 septembre est une affaire intérieure à l'armée.

Les listes de communistes établies par l'ambassade américaine sont transmises à l'armée. Les USA notamment, soutiennent alors l'armée dans ses massacres par la fourniture d'armes et d'équipements de communication ainsi qu'un soutien financier (2). Selon des révélations du Washington Post de 1990, les autorités américaines suivent méthodiquement les exécutions (3). En 1966, l’ambassadeur US à Jakarta a rassuré Suharto que « les États-Unis voient plutôt d’un bon œil et admirent ce que l’armée est en train de faire » . L’ambassadeur britannique, Sir Andrew Gilchrist, a rapporté au Ministère des Affaires Etrangères britanniques : « Je n’ai jamais caché que je pense que quelques pelotons d’exécution en Indonésie seraient un préliminaire indispensable à tout changement réel. » (4) Ou encore toujours en 1966 M Stewart ministre britannique des affaires étrangères louant "la politique économique raisonnable" de Suharto.

Durant la fin de l'année 1965 et les premiers mois de l’année 1966, les communistes et assimilés sont méthodiquement éliminés, des millions de personnes soupçonnées d'être communistes sont arrêtés, déportées, violés et torturés. Ceux qui survivent à la détention et sont libérés restent fichés comme prisonniers politiques (Tapol), privés à vie de leur droits. Le nombre de tués est si élevé que certaines rivières déversent pendant des jours entiers les milliers de corps qui y ont été jetés.

La chape de plomb de la dictature de SUHARTO, l'Ordre Nouveau, s'abat sur l'Indonésie. L'histoire des événements d'octobre est réécrite pour justifier le massacre des communistes, et une chasse aux forces progressistes qui ne cessera pas durant les 30 ans de pouvoirs de Suharto. A partir des années 1980, tous les ans un film de propagande est projeté à tous les enfants dans les écoles, à la télévision, bourrage de crâne attribuant la responsabilité du coup d'état aux communistes et les accusant d'avoir commis les pires horreurs et d'instiller ainsi profondément l'anticommunisme dans les esprits (Dokumentasi Gerakan G30S PKI).

Ne nous trompons pas, ce massacre génocidaire, cet holocauste des communistes et plus largement la répression de toutes forces progressistes doivent être considérés comme le vrai visage de ce qu'est le capitalisme. Nous avons vu le soutien sans faille apporté par les puissances occidentales, ces puissances dites du monde libre trépignant de joie devant un massacre qu'elles appuient. Le régime de Suharto, les massacres, la répression sont directement l'enfant du capitalisme. Face à une Indonésie fermant de plus ses portes au capitalisme, une classe des travailleurs contestant sérieusement l'oligarchie et les impérialismes capitalistes, les forces capitalistes ont agi comme elles agissent toujours dans ces cas là.

Dès novembre 1967 d'ailleurs, les pays occidentaux récoltent les fruits juteux du régime qu'ils viennent de contribuer à installer. Ce pays extrêmement riche en ressources naturelles est mis en coupe réglée lors d'une conférence à Genève. General Motors, Imperial Chemical Industries, British Leyland, British-American Tobacco, American Express, Siemens, Goodyear, the International Paper Corporation, US Steel... sont représentées. Il faut dire que l'Indonésie offre désormais outre ses ressources, une main d'œuvre taillable à merci puisque privée de tous moyens de contestation par une répression féroce. Dès le coup d'état une loi est votée dispensant pendant 5 ans les entreprises bénéficiaires de ce pillage organisé de tous impôts. L'économie du pays est directement mise dans les mains des Chicago Boys, à travers le FMI et à la Banque Mondiale et son Inter-Governmental Group on Indonesia (IGGI), dont les principaux membres étaient les Etats-Unis, le Canada, l’Europe et l’Australie. Un décret interdit le communisme. Et cela fait des décennies qu'écrire les simples mots "classe ouvrière" peut conduire à 12 ans de prison pour "propagande communiste". La classe capitaliste occidentale a su d'ailleurs défendre avec constance la dictature de l'Ordre Nouveau, telle un de ses portes paroles les plus émérites Margaret Thatcher déclarant au sujet de Suharto :

"One of our very best and most valuable friends" ( Un de nos tous meilleurs amis et de la plus grande valeur )

Quelques années plus tard, le Chili d'Allende connaîtra lui aussi une intervention semblable. N. Klein dans son livre La Stratégie du Choc a d'ailleurs fort bien documenté les similitudes de ces interventions des impérialismes occidentaux, ou la violence et l'institution de régimes fascistes participent directement à l'écrasement total et complet pour des décennies des forces progressistes pouvant s'opposer au vol des richesses des travailleurs par l'oligarchie capitaliste.

Avec la crise des pays asiatiques, le pouvoir de Suharto tombe en 1998. Il quitte le pouvoir après s'être considérablement enrichi. Il ne sera jamais jugé. Le pouvoir qui lui succède, ne reconnaît toujours pas les massacres. Si une commission d'enquête a été constituée, elle est suspendue par la cour suprême, les forces du régime de Suharto continuant à tenir une place prééminente au pouvoir. Aucun des crimes de cette époque ni des crimes commis durant la période de l'Ordre Nouveau n'ont été punis. Pire, la célébration de ces massacres n'a pas cessé. Les forces réactionnaires - islamistes et militaires - continuent à peser de tout leur poids pour continuer la répression anticommuniste.

Le documentaire de J Oppenheimer "The Act of Killing" montre cela d'une façon particulièrement implacable. Ce film, le premier à avoir pu être tourné en Indonésie sur le sujet, n'a pu l'être que sous la forme du making of d'un film célébrant en héros des tueurs lors de ce génocide. Encensé par la critique, ce documentaire a reçu de nombreux prix. Il n'a pourtant été diffusé en France que dans quelques salles d'art et essai. Pluralisme et liberté d'expression, défense des droits de l'homme sont, il est vrai, des valeurs essentielles de nos "démocraties" capitalistes...

Dans les années 1980, Hollywood tourna un film avec Mel Gibson accréditant la version officielle de Suharto que le 30 septembre 1965 était un coup d'état communiste. Sélectionné à Cannes, le film rapporte plus de 10 millions de dollars au box office américain (0,2 pour The Act of Killing...).

Au-delà de l'horreur et de l'ampleur de ces massacres et de la répression continue qui s'est poursuivie jusqu'à nos jours, au-delà de la revendication que nous devons tous avoir que justice soit rendue à ces innombrables victimes, que la répressions cesse, alors qu'un anticommunisme toujours aussi féroce instillant comme en Indonésie dans les esprits que communisme = totalitarisme et que capitalisme = droit de l'homme, en ces jours anniversaires de ces horribles événements - qui n'en doutons pas ne donneront lieu à aucune commémoration d'aucune sorte dans nos médias "libres" généreusement financés par des mécènes tels que Bolloré, Dassaut Lagardère et autre Bouygues autre qu'un entre filet sur la consécration de Miss France comme 2e dauphine de Miss Univers à Bali - la mémoire de ces dernières décennies tragiques en Indonésie fait éclater auprès de chaque citoyen le mensonge de ce raccourci, et voler en éclat le terrorisme de la pensée posant le camps de l'ouest comme celui de la liberté alors que celui de l'est serait celui des 100 millions de morts.

Oui le capitalisme rien que dans la seconde moitié du 20e siècle, c'est plusieurs génocides et boucheries sur boucheries. Brecht disait "Le ventre est encore fécond, d'où a surgi la bête immonde". 20 ans après le procès de Nuremberg, tout en écrasant le Vietnam sous une pluie de napalm, le capitalisme récidive en Indonésie, soutient le génocide cambodgien de son protégé Pol Pot, écrase l'Amérique latine sous ses escadrons de la mort, alimente les génocides africains de la région des grands lacs....

Si les idées dominantes sont celles de la classe dominante, l'histoire dominante est également celle de la classe dominante. Au moment où le capitalisme remondialisé est à nouveau secoué par une de ses violentes crises systémiques, à l'heure où les peuples sont à la recherche d'alternatives sachons nous souvenir que le capitalisme conduit implacablement au fascisme et à la barbarie.

Ces dernières années, 15 ans après la chute de Suharto, des syndicats ré-émergent en Indonésie, organisant la classe ouvrière et conduisant régulièrement des grèves parfois considérablement suivie notamment dans l'industrie.

Cette article est une reprise de l'article publié à la même date l'année dernière. http://www.initiative-communiste.fr/articles/international/300965-massacre-occulte/

Cet été les résultats de l'élection présidentielle indonésienne ont été proclamés. Jokowi candidat modéré, gouverneur de Jakarta a été élu à 53% des suffrages, le général Prabowo Subianto (ancien général des forces spéciales, passé par l'armée américaine et participant de la guerre au Timor, fils d'un ministre de l'économie de Suharto, il a été marié à une de ses filles) refusant cependant de reconnaître sa défaite.

Nous concluions en ce mois de septembre 2013 notre article par ces mots :"Au moment où le capitalisme remondialisé est à nouveau secoué par une de ses violentes crises systémiques, à l'heure où les peuples sont à la recherche d'alternatives sachons nous souvenir que le capitalisme conduit implacablement au fascisme et à la barbarie." Quelques mois plus tard, de la Syrie au Mali, de l'Ukraine à l'Irak, qui ne peut faire le triste constat que l'impérialisme euro-atlantique pris de rage installe le fascisme et la barbarie, et mène guerre sur guerre ?

lien vers l'article original : http://www.initiative-communiste.fr/articles/international/indonesie-300965-grands-massacres-masse-du-xxe-siecle/

Documentaire sur la recherche d'un charnier près de Jogjakarta :

 

Notes et références : (1) Harian Rajkat dans la nuit du 1er au 2 octobre. (2) Telegram From Embassy in Thailand to Department of State, November 5, 1965 ; reply, November 6, 1965 ; available at http://www.state.gov/r/pa/ho/frus/johnsonlb/xxvi/4446.htm ; Historian Claims West Backed Post-Coup Mass Killings in '65. The Jakarta Globe. Retrieved on 25 December 2010 ; Simpson, Bradley. Economists with Guns : Authoritarian Development and U.S.-Indonesian Relations, 1960-1968. Stanford University Press, 2010. ISBN 0804771820 ; (3) "Toujours selon les révélations du Washington Post, les listes dressées par les fonctionnaires américains ont concerné des milliers de personnes, « allant des responsables communistes indonésiens, depuis les échelons supérieurs jusqu’aux cadres locaux dans les villages ». Ces listes ont, par la suite, été remises aux militaires indonésiens pour perpétrer leurs massacres. En retour, l’ambassade recevait des putschistes la liste des personnes assassinées, permettant « un pointage systématique par la direction de la CIA à Washington, des exécutions qui avaient été menées à bien ». « Vers la fin de janvier 1966, les noms rayés sur les listes étaient si nombreux que les analystes de la CIA ont conclu à la destruction de la direction du PKI », a expliqué au journal Joseph Lazarsky, ancien chef adjoint de la CIA en Indonésie. Le quotidien précise qu’il n’a jamais pu être prouvé que les communistes indonésiens aient été impliqués dans l’assassinat des généraux. Tout au long des trente-trois années de dictature, la répression n’a jamais faibli." http://www.gauchemip.org/spip.php?article495

(4) http://www.inminds.co.uk/globalisation-in-indonesia.html John Pilger Juillet 2001

sources : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/polit_0032-342x_1966_num_31_5_2198

Et surtout cet excellent article de D Bari dans l'Humanité : http://www.gauchemip.org/spip.php?article495 ainsi que http://www.gauchemip.org/spip.php?article17236 de John Pilger

Et pour les anglophones, la rubrique francophone de Wikipedia se résumant elle à seulement 10 malheureuses lignes : http://en.wikipedia.org/wiki/Indonesian_killings_of_1965%E2%80%9366 http://www.theguardian.com/commentisfree/2008/jan/28/indonesia.world « Indonésie », Rapport d’Amnesty International, 1977.


Moyenne des avis sur cet article :  4.84/5   (51 votes)




Réagissez à l'article

67 réactions à cet article    


  • antyreac 30 septembre 2014 14:08

    L’auteur oublie que les plus grandes massacres deXX siècle furent commises par des communistes 

    soit 100 millions de morts sans oublié que ceux qui n’étaient pas morts furent réduits à la misère la plus noire.

    • taktak 30 septembre 2014 14:17

      Moi qui a lu l’article, je dois dire qu’au contraire l’auteur n’oublie rien, et répond à votre mensonge

      je cite :

      "Au-delà de l’horreur et de l’ampleur de ces massacres et de la répression continue qui s’est poursuivie jusqu’à nos jours, au-delà de la revendication que nous devons tous avoir que justice soit rendue à ces innombrables victimes, que la répressions cesse, alors qu’un anticommunisme toujours aussi féroce instillant comme en Indonésie dans les esprits que communisme = totalitarisme et que capitalisme = droit de l’homme, en ces jours anniversaires de ces horribles événements la mémoire de ces dernières décennies tragiques en Indonésie fait éclater auprès de chaque citoyen le mensonge de ce raccourci, et voler en éclat le terrorisme de la pensée posant le camps de l’ouest comme celui de la liberté alors que celui de l’est serait celui des 100 millions de morts.

      Oui le capitalisme rien que dans la seconde moitié du 20e siècle, c’est plusieurs génocides et boucheries sur boucheries. Brecht disait « Le ventre est encore fécond, d’où a surgi la bête immonde ». 20 ans après le procès de Nuremberg, tout en écrasant le Vietnam sous une pluie de napalm, le capitalisme récidive en Indonésie, soutient le génocide cambodgien de son protégé Pol Pot, écrase l’Amérique latine sous ses escadrons de la mort, alimente les génocides africains de la région des grands lacs...."


    • Lucide bdpif@laposte.net 30 septembre 2014 14:54

      Oui mais dans la region, si on associe facilement l’image de Communiste=Totalitarisme, et capitalisme= Droit de l’homme, c’est qu’il y avait des antecedents de regime Communistes affreux, comme les Kmers rouges, qui ont massacrés jusque 20 % de la population.

      Soit environ 1,7 millions de morts dans des conditions abominables

      Voilà où mene la guerre froide et les ecrits des gens qui l’attise et aimerait bien la voir revenir aujourd’hui 



    • Lucide bdpif@laposte.net 30 septembre 2014 14:59
      Bon, ce qu’attends l’auteur de l’article, c’est que le lecteur réagisse de la maniere suivante : Le capitalisme ne conduit qu’à la guerre, le communisme lui non. C’est gros comme une maison. Mais c’est faux, il ne fait que récuperer un massacre parmis d’autre dans le cadre de la guerre froide pour assoir ses positions et diriger le lecteur vers les communistes. Mouche à merde de cadavre, quoi, concretement.

    • taktak 30 septembre 2014 15:22

      « un massacre parmi d’autre »

      Comme cela est élégamment dit pour parler d’un génocide

      Un point de clarification nécessaire : Pol Pot et les Kmers « rouges » ont vraiment très peu à voir avec le communisme.

      Soutenus par l’occident (notamment via la thailande), c’est bien le vietnam communiste qui devra intervenir avec l’aide des communistes cambodgiens réfugiés au vietnam pour faire tomber le régime du Kampuchéa.


    • Trelawney Trelawney 30 septembre 2014 15:52

      Pol Pot et les Kmers « rouges » ont vraiment très peu à voir avec le communisme.

      Ils se sont simplement inspirés des doctrines chinoises maoïstes en y mélangeant un peu de théories à la Jean Paul Sartre sur « la société communiste sans classe » pour reconstruire une civilisation purgée de l’influence capitaliste, coloniale occidentale et religieuse ainsi que de toute culture et traditions.

      C’est d’ailleurs libération de JP Sartre qui titrait le lendemain de la prise de la capitale par les Khmers rouges, « sept jours de fête pour une libération ». en rapportant (sans y être présent) que « par dizaines de milliers, les habitants de Phnom Penh sont descendus jeudi dans les avenues de la capitale pour accueillir les premières unités des forces de libération ». « Une guerre révolutionnaire à l’heure de la détente. Cette formule résume l’originalité et le sens profond de la lutte de libération nationale menée depuis cinq ans par le peuple camgodgien (sic) contre l’agression américaine », Quelques jours plus tard, il parlera de « calomnies » pour qualifier les premières informations rapportant des cas d’exécutions et d’évacuations massives commises par les troupes de Pol Pot.

      Les vietnamiens ont envahit le Cambodge parce qu’ils étaient pro-chinois et au Vietnam on aime pas trop tout ce qui touche à la chine. On aurait même tendance à détester.

      Les Khmers étaient bel et bien soutenus par la Chine communiste et certainement pas par l’occident sauf les maoïstes de Libération


    • marauder 30 septembre 2014 17:58

      Nan, y’a eu 1 milliers de milliard de mort il parait.... :) :) :) ou meme plus encore, c’était démoniaque xD

      Déja apprends a compter, ca serait un début. Ensuite, le communisme, en russie, n’a pas duré plus que quelques petites années apres la révolution d’octobre. Le reste c’était du totalitarisme, de l’impérialisme, du productivisme, du capitalisme d’état.

      Mais faire passer des vessies pour des lanterne, ca reste le sport favori de certains.


    • escoe 30 septembre 2014 18:28

      c’est qu’il y avait des antecedents de regime Communistes affreux, comme les Kmers rouges, qui ont massacrés jusque 20 % de la population

      Les Kmers rouges antérieurs aux massacres d’Indonésie ? Vous avez un drôle de conception de la chronologie historique.


    • Lucide bdpif@laposte.net 30 septembre 2014 20:39

      Effectivement, je me suis planté dans les dates ;) 


      Bon, mais il y a juste à chercher les autres exemples de communisme sanglant. Allez hop, stalinou, et tout le monde sera d’accord.

    • Lucide bdpif@laposte.net 30 septembre 2014 20:50

      Il n’empeche que c’est un massacre des plus affreux. J’ai trouvé quelques sources d’info plus fiable qu’ici


    • asterix asterix 30 septembre 2014 22:15

      Un plaidoyer implacable qui démontre que communisme et capitalisme, c’est au moins match nul.
      Le commentaire très circonstanciel sur HOP-bama vaut également son pesant d’or.
      Question : pourquoi accoler encore et toujours Cuba et la Corée du Nord au mot communisme ?
      Là, y’a quek’chose qui va pas. C’est ennuyeux pour ce que je pense.

      Un correctif, cher PCRF :
      Tu parles par deux fois du napalm et de l’agent orange en l’associant au Vietnam.
      Ce n’est pas le Vietnam, mais le Laos qui en a été la plus grande victime.


    • Avlula 1er octobre 2014 00:38

      J’aimerais ton avis sur ça, alors. XXe siècle... Le terme « communiste » est trompeur, il s’agit de socialisme (dans le communisme il n’y a plus d’État, plus de salariat, plus d’argent). Peut-être que les Indiens d’Amérique étaient communistes. Mais au XXe siècle le capitalisme étatique totalitaire de l’est a affronté le capitalisme mondialiste anglo-saxon (et dans les deux camps, les communistes, les vrais, se sont fait mater voire assassiner en s’opposant). Qui a eu intérêt a cet affrontement et a tiré son épingle du jeu ?...


    • marauder 1er octobre 2014 13:36

      Nan, c’est juste que tu gobe de manière tres simpliste la propagande capitaliste.

      D’ailleurs, il me semble qu’au prcf on n’ait pas tout résolu non plus...

      Le communisme n’a presque jamais existé, il n’y a eu que des usurpateurs. Sinon, pourquoi seraient-ils capables de faire pareil ?

      On appelle ca de l’escroquerie intellectuelle, avant d’avoir été que meurtre, destruction et soumission.

      Les points communs de ces massacreur que tu dit soit de droite ou de gauche, c’est le totalitarisme et les méthodes ppour y parvenir, et a la fin le coup de peinture qui ira bien pour l’époque (blanc ? rouge ? brun ? ...). On ne fait que choisir la couleur de ses pions avant l’affrontement.

      On pârle facilement de staline pour dépeindre le communisme, bizzarement pas des communes de 1871, de quelques réelles avancées en russie ENTRE 1917 et 1921 seulement, de 1936 en france et en espagne, des tentatives pour les ouvriers américains de se libérer du joug capitaliste et aussi Que aussi rien sur marinaleda ni sur le président uruguayien actuel ?
       Nan, on ne parlera que de staline, pol pot, mao, on va te brandir des pancartes délirante du genre 500 millions de morts (pourquoi pas 15 milliards meme !). Que des usurpateurs qui ont plus en commun avec pinochet, hitler, franco qu’avec le communisme lui meme.

      Mais quant il s’agit de brouiller les pistes, y’a du monde au portillion, surtout a droite, du front « de gauche » (au moins) au FN.


    • asterix asterix 1er octobre 2014 13:40

      Querelle de terminologie qui ne fait en rien avancer le débat. Comme je sais très bien quelle phrase te chiffonne, je pose le dilemne autrement : qu’est-ce que Cuba et la Corée du Nord ont à voir avec un régime de gauche au service du peuple ?


    • Avlula 1er octobre 2014 21:22

      @asterix : Je répondais à antyreac. D’ailleurs, as-tu des exemples de régime de gauche au service du peuple par chez nous ? L’ancien régime était plus au service du peuple que la suite (gauche ou pas). Cuba et la Corée du Nord sont au service de quoi d’autre ? Argent, multi-nationales ? Je me trompe peut-être mais je ne crois pas.


    • Electric Electric 30 septembre 2014 14:35

      Merci à l’auteur de rappeler ce premier grand génocide planifié par les USA.

      Hasards de l’histoire, le beau-père (adoptif) de Barack Obama, Lolo Soetoro, après un passage par Hawaï et sa fac CIA a épousé la mère de Barack fraichement divorcée, Ann Duhnam en mars 1965, et a été envoyé avec grade de colonel pour préparer le coup d’Etat dès juillet 1965.

      Gros trou dans le passé d’Ann Dunham entre janvier et septembre 1961, année de la naissance du futur cyborg de la mort.

      Sa mère, agent de la CIA en exercice participait aux programmes de l’USAID pour arracher les paysans des griffes du PC local, à coup de cours d’anglais et de ............... MICRO CREDITS. Elle a travaillé dans de nombreux pays dans le monde, tous sujets à de grands bouleversements sous diverses couvertures.

      Le micro-crédit vanté par Attali a été inventé par la CIA en Indonésie pour acheter la paix sociale.

      La grand mère de Barack a été la première femme VP d’une grande banque, en l’occurrence, la Bank of Hawaï, réputée pour être une couverture CIA (transferts de fonds vers l’Asie et ses révolutions).

      Barack Obama, l’enfant de la CIA et des programmes MK UTLRA. Il vient de loin le petit Barack, il a de qui tenir !

      http://www.opinion-maker.org/2010/08/obama-all-in-the-company-part-i/ 

      Malheureux hasards, tous les ascendants génétiques de Barack sont morts, sa grand mère juste avant son « intronisation ».

      Le numéro de Sécu de Barack a été usurpé. En décembre 2013, la directrice du Dpt de la Santé d’Hawaï est morte dans un accident d’avion, seule victime sur 9 passagers du vol :

      http://www.nbcnews.com/id/21134540/vp/53809139#53809139

      Elle aurait pu infirmer ou confirmer l’authenticité du certificat de naissance du petit Barry.

      Nous ne saurons jamais qui était le vrai père de Barack, et nous ne saurons jamais qui est vraiment Barack Obama, ou plutôt Barry Soetoro, puisque c’est son vrai nom indonésien.

      Nous savons en revanche qui, dès 1998, a entrainé B Obama à devenir une marionnette médiatique, Harry Lennix, à qui il a piqué toute la gestuelle, jusqu’à la caricature :

      https://www.youtube.com/watch?v=DQZQWfsGEEA

      Bluffante la ressemblance non ?

      Barack Obama présente toutes les caractéristiques de ces enfants MK ULTRA/MONARCH/ARTICHOKE, à la personnalité dissociée, paranoïaque, probablement abusé sexuellement. Sans ses prompteurs, il est paumé.

      Barack a aussi une énorme cicatrice derrière le crâne, provenance inconnue qui a beaucoup fait causer dans les milieux alter :

      http://www.dailymail.co.uk/news/article-1373780/Mystery-scars-Obamas-head-begs-question—President-brain-surgery.html#ixzz1IlLYQFnJ

      Son homosexualité est un secret de Polichinelle, ses deux filles ont été adoptées, quant à sa « femme », .....

      Une Drag Queen à la maison blanche ?

      Naaaann , sans dec ?

       


      • COURTILLE COURTILLE 30 septembre 2014 16:59

        Quoi ? les filles d’OBAMA auraient été adoptées ? c’est quoi ces conneries et d’où est ce que ça sort ?
        Quelles sont les preuves ?
        OBAMA serait pédé ? où sont les preuves ?


      • Lucide bdpif@laposte.net 30 septembre 2014 20:50

        Tissus de conneries


      • agent ananas agent ananas 30 septembre 2014 21:59

        La mère de Barack, Ann Duhnam était aussi anthroplogue. Ses recherches sur le terrain auraient aussi permis de profiler et identifier les communautés « marxisantes ». Les fameuses listes de communistes établies par l’ambassade américaine ?
        Concernant l’homosexualité (ou bisexualité) d’Obama, ce sont des allégations qui sont apparues durant les campagnes présidentielles. Même la très détaillée biographie de Webster Tarpley y fait référence (Barack Obama, The Unauthorized Biography). On peut signaler qu’Obama avait lors d’un « fund raising » en 2012, remercié Terry Bean, l’ex roi de la pornographie gay.

        Je me souviens à Legian (Bali) en octobre 1993, il y avait du « beau monde » dans l’entourage d’Obama au « Double Six » (ou Gado-Gado ?). Je ne peux confirmer son homosexualité, je n’avais que mes yeux pour sa soeur Maya (et ses copines)... Hélas Maya a doublé de volume depuis ! Sans doute une diète de nasi goreng et de martabak manis...
        Désolé pour l’anecdote...


      • 1871-paris 1871-paris 30 septembre 2014 15:29

        l’horreur capitaliste, la vrai pas celle des fantasmes idéologique qu’eux nous attribuent.


        • Julien30 Julien30 1er octobre 2014 08:02

          tiens niveau massacres, vous voulez que l’on parle de la Commune ?


        • marauder 1er octobre 2014 14:27

          En fait, j’ai compris, tu jalouses staline :)

          Tu aimes toi aussi le massacre on dirait ?

          Tu aimes voir les gens que tu n’aime pas bien souffrir comme il faut ?

          Cette haine aussi incroyablement distillée m’étonnera toujours.


        • Ruut Ruut 30 septembre 2014 16:05

          Une fois de plus le sang a coulé pour rien.
          Le pire étant la complicité des médiats et des politiques de l’époque.

          Mais cela continue, Afrique, Libye, Syrie, Afghanistan etc...
          Ce ne sont pas les bombes sales que nous allons déversé qui vont aider.

          Rien ne justifie la guerre. (Sauf contre une invasion étrangère directe)


          • Lucide bdpif@laposte.net 30 septembre 2014 20:51

            Les bombes russes sont propres, elles en Syrie.


          • Pere Plexe Pere Plexe 30 septembre 2014 17:12

            Bon rappels historiques.Pour être complet un petit chapitre dédié au Timor oriental serait le bienvenu

             Le mythe de l’occident libérateur et ami des peuples et de la démocratie en prends un sérieux coup !

            • antyreac 30 septembre 2014 17:31

              Un petit rappel 

              le communisme est une idéologie mortifère alors que le capitalisme est tout au plus une branche d’économie

              • Pere Plexe Pere Plexe 30 septembre 2014 17:51

                Comme la vie est simple...pour les simplets.


              • marauder 30 septembre 2014 18:01

                Je ne savais pas que tatcher, freedman, bush, obama, sarko, hollande, merkel étaient communistes ????

                On m’aurait mentit ?


              • antyreac 30 septembre 2014 18:35

                Il vaut mieux dans la vie être simple que continuellement pere plexe


              • Gnostic GNOSTIC 30 septembre 2014 18:13

                BRAVO pour cet article PRCF

                 

                J’avais connaissance de ce génocide anticocos et C vrai que les merdias n’en parlent jamais. L’indonésie comme la birmanie sont des pays dont on ne parle jamais mais où pourtant l’horreur est quotidienne

                 

                Tous les assassinats de droite comme de gauche doivent être dénoncés car ils sont le fait de fachos (de doite comme de gauche)



                • escoe 30 septembre 2014 18:37

                  En mai 1968 j’étais très jeune mais je me souviens que la grande peur de beaucoup de syndicalistes était que le mouvement de grève ne finisse par une intervention plus ou moins directe des américains et un grand massacre à l’indonésienne.
                  On en parle jamais mais c’était pourtant très présent dans les esprits. Il faut dire que le souvenir de la Commune de Paris était encore très vivace.


                  • Jean 30 septembre 2014 19:38

                    oui on est pas passé loin en effet, mais en général les us choisissent toujours des pays avec peu de mordant quoiqu’au Viet Nham ils ont largement perdu , et en Irak et en et en et en.... non ils sont bon dans les oeuvres de l’ombre, comme le Chili ou l’opération condore mais ce n’est plus possible aujourd’hui.L’inquiétant (un peu) c’est qu’il y a des gens comme vous pouvez le voir ci-dessus qui cautionne et excuse.


                  • 65beve 30 septembre 2014 21:51

                    Bonjour Escoe,

                    en 68, ceux qui avaient encore un souvenir de la Commune de Paris mangeaient les pissenlits par la racine depuis longtemps.
                    cdlt.


                  • mac 30 septembre 2014 22:29

                    Mai 68 a abouti à moyenne échéance à l’éviction de de Gaulle bien dérangeant et au catapultage au sommet d’ex-soixante-huitards européistes et atlantistes jusqu’au bout des ongles. Les américains ne pouvaient rêver mieux...



                  • escoe 1er octobre 2014 15:27

                    en 68, ceux qui avaient encore un souvenir de la Commune de Paris mangeaient les pissenlits par la racine depuis longtemps.

                    Il vous a sans doute échappé que l’on célèbre encore le 14 juillet 1789 alors que les participants à l’événement sont morts depuis longtemps.


                  • juluch juluch 30 septembre 2014 19:02

                    C’est bien de se souvenir de ce génocide, il conviendrait de rajouter ceux commis par Pol Pot, Staline, Mao.....etc.


                    • agent ananas agent ananas 30 septembre 2014 22:16

                      Tout à fait.
                      Vous pourriez peut être nous faire un article juluch ?...


                    • juluch juluch 30 septembre 2014 22:38

                      J’ai écrit sur agoravox tv.....ici sincèrement, se serait trop long et je n’ai pas vraiment le temps.


                      peut etre un jour.  smiley

                    • gaijin gaijin 30 septembre 2014 19:30

                      allons allons .....
                      une victoire n’est pas un massacre .....jamais de la vie .........
                      et puis si on ne peut plus massacrer sauvagement ses ennemis a quoi ça sert d’être dans le camp des bons ???
                      hein ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès