Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > IRAN – USA : la grande parodie

IRAN – USA : la grande parodie

«  Le pouvoir n'existe plus que comme parodie  »

(Jean Baudrillard )

 

Il n'existe pas entre états stables de tensions irréductibles car il n'y a pas entre gouvernements de relations établies «  une fois pour toutes  ». Les adversaires d'hier deviennent les amis d'aujourd'hui et les alliés de demain, parce que la nature même de tout pouvoir est de survivre en développant une politique prioritairement conforme à ses intérêts, c'est à dire, en termes moins élégants, de tout faire pour durer.

Les USA et l'Iran ont , officiellement, connu une amitié réciproque jusqu'à la chute du Shah, puis en apparence, depuis vingt ans, de violentes tensions qui semblaient se cumuler durant le conflit Iran-Irak. En réalité l'administration américaine de Reagan misa très concrètement sur Téhéran en organisant des livraisons massives d'armes par l'intermédiaire d'Israël. Ce qu'on nomma « l'Irangate » apparaissait comme incompréhensible aux yeux de beaucoup de « spécialistes », l'explication était pourtant simple : Face au « matérialisme » soviétique l'islamisme était favorisé. En vendant des armes aux iraniens les États-Unis faisaient d'une pierre deux coups.

D'une part ils se servaient des profits engrangés pour soutenir « les contras » qui combattaient les Sandinistes soutenus par l'URSS au Nicaragua et d'autre part nourrissaient la lutte armée contre l'Irak, faisant plus de 500 000 morts, qui avait le soutien de Paris et de Moscou.

Puis, les évènements continuèrent à resserrer les liens très discrets mais très étroits entre Washington et Téhéran. En 1998, 70 000 hommes des forces terrestres et aériennes iraniennes, appartenant aux pasdaran (gardiens de la révolution) et aux bassidji (milices islamiques) se massèrent à une cinquantaine de kilomètres de la frontière afghane en menaçant d'intervenir pour écraser les talibans. C'est à cette époque que La Vevak ( services secrets iraniens ) établit des contacts avec le commandant Massoud. C'est à cette époque aussi que la Vevak et la CIA s'entendirent sur le plan de soutien et de secours aux forces de Massoud. Téhéran était, d'ailleurs, déjà engagé dans le conflit, ses avions ravitaillant en vivres et en armes depuis des mois l'Hazarajat, une région du centre de l'Afghanistan, tenue par les milices chiites hazaras, alliées de Massoud et que les talibans n'avaient pas encore conquises.

Aussi lorsque le premier décembre 2001 l'US Air Force commença les bombardements sur Tora Bora, elle put bénéficier de l'ouverture de l'espace aérien iranien pendant deux mois.

Mieux encore, en 2003, l'armée américaine est partie du Koweit vers Bagdad, via le désert de Nassiriyah, les brigades de l'organisation Badr avec leurs 15000 hommes ( réfugiés et transfuges chiites irakiens ayant combattu avec les iraniens pendant la guerre irano-irakienne ) étaient déjà entrées depuis la côte d'Al Imara et de Sa'd Algharbi pour protéger les arrières de l'armée américaine. C'est à ce moment-là aussi que les iraniens proposèrent aux Etats-Unis le fameux accord 6+6 , les six pays frontaliers de l'Irak, plus les USA et les pays du Conseil de sécurité, plus l'Égypte... Ce qui fut appliqué, dans les faits, malgré les dénégations embarrassées des diplomates US.

Pour le Pentagone, les iraniens sont des gens censés avec lesquels on peut faire « de bonnes affaires », la réciproque est vraie.

Depuis une dizaine d'années, il n'est pas de mois où l'on n'annonce une attaque américano-israélienne ou israélienne ou américaine contre l'Iran. Les experts les plus avisés nous exposent avec précision le déroulement des opérations futures, escomptant bien qu'avec le temps , ils auront forcément un jour raison …

Mais il n'en est rien et pour cause.

Les américains ont pu, grâce au puissant allié chiite, pacifier l'Irak, c'est à dire morceler le pays en le laissant sous forte influence iranienne.

Les iraniens, toujours inquiets et en opposition face au monde arabe sunnite, ont réussi par Gi interposés à détruire Bagdad l'orgueilleuse et même, par ricochet, à s'introduire et à remporter de grandes victoires en imposant le Hezbollah dans le jeu compliqué entre le Liban, la Syrie et Israël.

Le reste, recette médiatique rabâchée de l'intox et de la peur, n'est qu'un rideau de fumée , des gesticulations à usage interne.

Le USA PATRIOT Act n'est-il pas indispensable au capitalisme d'état américain pour expliquer ses atteintes aux droits fondamentaux face à l'apocalypse d'un nucléaire iranien ?

De même la répression de toute opposition par les bassidji ne trouve-t-elle pas sa parfaite justification dans les manœuvres supposées destructrices du « grand Satan » ?

Mais observons, de plus près, les dernières trouvailles des deux présumés protagonistes.
On parle de plus en plus du PJAK, groupe révolutionnaires armé kurde créé en 2004, d'inspiration marxiste et féministe ( la moitié des combattants sont des femmes ).

Ce groupe perpétrerait des attentats à la frontière de l'Irak et de l'Iran.

Le 4 Février 2009, Barrack Obama décréta le PJAK , comme groupe international terroriste. Cet acte gouvernemental américain n'est-il pas un soutien direct au gouvernement iranien ?

Quel genre de conception est-ce ? Pourquoi le président américain prend-t-il cette décision et choisit-il de ne pas soutenir la démocratie et les droits des groupes minoritaires en Iran comme les Kurdes, les Azéris, les Assyriens, les Juifs ou les Arabes ?
Le gouvernement américain sait pourtant bien que les droits des Kurdes n'ont pas été reconnus pendant un siècle. Comment se fait-il alors que le président Obama s'oppose aux droits fondamentaux tels que le respect de toute culture et le libre apprentissage de sa langue maternelle ?

Ce volontarisme politique soutient-il le gouvernement iranien pour lui permettre de continuer son « alliance » avec le Pentagone, et le gouvernements turc afin que la Turquie puisse rester membre de l'OTAN ?

Le régime iranien craint-il les militants du PJAK parce qu'ils sont pour la démocratie ?

Il semble, curieusement, que l'administration Obama ne supporte pas la lutte pour la démocratie en Iran.

De même, elle montre une patience peu commune et une prudence inhabituelle dans ses commentaires, concernant les évènements sanglants en Syrie. Le peuple kurde qui a vécu en Syrie des milliers d'années, avant même l'arrivée des Arabes au Moyen-Orient, n'a pas obtenu la citoyenneté syrienne, et est le premier à payer le prix du sang aujourd'hui.

Est-ce donc la raison pour laquelle on laisse la répression durer et se renforcer encore ?

« Nous avons des rapports de nos frères à l'intérieur de l'appareil de sécurité iranien qui démontrent que des généraux turcs sont venus en Iran pour préparer l'écrasement du PJAK et faire porter, à l'organisation, la responsabilité d'actes terroristes réalisés par des provocateurs », a déclaré Amir Karimi, membre du Comité de coordination du PJAK.
« Ce plan de terreur fait partie de leur tentative pour obtenir de l'Union européenne de rallier les États-Unis afin de répertorier le PJAK comme un groupe terroriste ».


Pendant ce temps, en Europe, le régime iranien a envoyé quelques tueurs à gages en l'Allemagne pour abattre le secrétaire général du PJAK, Rahman Haji Ahmadi.
« La police allemande a appelé la semaine dernière Ahmadi pour l'avertir que trois tueurs iraniens, utilisant des passeports turcs, avaient emménagé dans un appartement près de l'endroit où il vit  », a déclaré le porte-parole du PJAK . « Ils lui ont demandé d'être prudent, mais ne lui ont offert aucune protection  ».

Comment comprendre de telles circonvolutions ?

Il nous suffit de regarder une carte du «  grand Moyen -Orient », projet US machiavélique déjà largement engagé.

Ainsi, si on y voit un Kurdistan « libre » avec pour capitale Kirkouk, où les kurdes représentaient les trois quarts de la population en 1897, avant d'être massacrés dès 1980 par le régime arabe d'Hussein, avec l'aide et la complicité des turcs et des iraniens, on observe aussi que l'Iran débarrassé au nord – ouest des kurdes, récupérerait, au sud-ouest, une vaste zone appelée «  états arabes chiites  », entourant le Koweït et ayant une frontière commune avec les «  territoires intérieurs saoudiens indépendants  », une partie de l'Arabie saoudite démembrée.

 

Il est à craindre qu'une fois de plus, ayant toujours besoin de barbouzes pour leurs opérations très spéciales, la NSA, avec l'aide du MIT turc ( Millî İstihbarat Teşkilatı ) et de la Vevak n'ait encore créé, un nouveau Al Qaida ou une nouvelle UCK, manipulables à souhait, qu'elle agite , qui parfois lui échappe, mais qui donne l'impression, l'illusion fausse qu'il se passe « quelque chose » , que demain peut-être les rapports de force basculeront.

Mais tout est sous contrôle. Le logiciel suit sa progression. Tous les paramètres ont été rentrés, les hypothèses élaborées sont testées et corrigées en temps réel.

N'oublions pas, Oncle Sam ne sort de son grand chapeau que le meilleur scénario possible à ses yeux.

Pour les petits James Bond obéissants comme Oswald, Diem, Bakhtiar, Moro, Kabila ou Ben Laden , leurs destinées, nous le savons, est de finir truffés de plomb car les états ne s'opposent jamais. Il peut y avoir, seulement, des changements d'équipes, des rotations de mafias ( pour ceux qui transgressent les règles du Monopoly mondial ). On sort les « caves » de la salle de jeu pour ne garder que les « affranchis ».

Les états sont, ne l'oublions pas, le « game », le casino, la banque.

Le lieu où se décident les règles à suivre impérativement, les pauses, les clients qui gagnent un peu, les mensonges, les stratégies et les trahisons, bref ce qui fait que le banque ne perd jamais.

 

Jean-Marc DESANTI

Documents joints à cet article

IRAN – USA : la grande parodie

Moyenne des avis sur cet article :  3.48/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 22 juin 2011 09:53

    si tu n’est pas gentils avec les interets americain tu t’expose a des represailles, par contre si tu es trés gentils avec eux tu peut massacrer ta population sans probleme, personne ne viendra t’emmerder avec les droits de l’homme.
    Lire ci-dessous :
    http://2ccr.unblog.fr/2010/12/08/manipulation-internationale/


    • nilasse nilasse 22 juin 2011 10:52

      ne pas oublier non plus que breszyzinski,conseiller d’obama,avait déclaré que si israel tentait de bombarder l’iran,les USA devrait détruire les avions israéliens en vol. tout comme au démarrage de la revolution iranienne,l’ayatollah khomeiny a été soutenu par les americains pour virer le shah qui se rapprochait un peu trop de l’urss. toute cette histoire entre iranien et americain est un mirroir aux alouettes.


      • Capone13000 Capone13000 22 juin 2011 12:40

        J’ajoute que pendant l’Irangate, les armes pour l’Iran ont été livrées par Israel.

         


        • ali8 22 juin 2011 14:52

          Juppé veut aller peut-être rétablir SA démocratie en Iran, le même qu’il essaiera d’appliquer en Lybie ; çà serait à en mourir de rire si l’affaire n’était pas aussi grave, mais qu’importe la vie pour les bellicistes !!

          Ahmadinejad fut élu avec une large majorité, notamment dans les campagnes et par le peuple travailleur ; ceux qui veulent le destituer sont les mêmes que ceux qui désirent virer Chavez

          l’auteur est un tantinet optimiste avec les US car qui a dit : « l’option atomique pour détruire les centrales atomiques est sur la table » ???

          tous ces dirigeants des pays membre de l’OTAN sont la honte de la chrétienté ! et regardez ceux qui jurent sur la bible et qui l’oublient aussitôt


        • ali8 22 juin 2011 15:32

          je ne vois pas l’ânerie, mais je la chercherai ici

          un sot monté sur un âne portait dans un seau le sceau du roi ; la bête fit un saut et les trois sots tombèrent


        • Ouallonsnous ? 22 juin 2011 23:56

          Quelle est la valeur d’un serment en politique, qui plus est sur la bible, pourquoi pas sur un rouleau de papier hygiénique ?


        • Digger 22 juin 2011 14:42

          L’opinion publique commence à se méfier des U.S.A.
          Vous essayez (laborieusement) de démontrer que l’Iran et les U.S.A. s’entendent comme larrons en foire pour détourner un peu de cette méfiance sur l’Iran.
          Bon, quoi dire... persévérez et peaufinez.


          • lloreen 22 juin 2011 23:56

            Voici une vidéo révolutionnaire ; la déclaration d’un ancien ministre de la défense du Canada
            http://puce57.over-blog.com/5-index.html
            Informez autour de vous !!!!Les citoyens se réveillent, veulent la réelle démocratie.
            Voilà de quoi appuyer nos exigences pour déboulonner tous ces vampires mafieux .
            Le président de la République doit des comptes.C’est le moment de le faire.S’il en est incapable c’est qu’il signe son illégitimité.


            • Digger 23 juin 2011 18:02

              Democracia real ya comme vous dites. Ce qu’il y a de bien avec les slogans fabriqués par les officines de propagande c’est qu’il font le tour du monde dans toutes les langues on peut les regarder voyager. Et il a toujours des « enthousiastes » pour les brâmer un peu partout.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Jean-Marc DESANTI

Jean-Marc DESANTI
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès