Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Japon : des millions de personnes à la merci de la radioactivité (...)

Japon : des millions de personnes à la merci de la radioactivité !

Depuis lundi 28 mars, l’attention est focalisée sur l’activité de l’eau de mer et certains médias s’inquiètent de la survenue d’une « catastrophe écologique » (1). La CRIIRAD rappelle que l’urgence concerne la protection sanitaire des habitants des zones contaminées. Depuis le 12 mars dernier, ils subissent, jour après jour, heure après heure, l’impact des rejets radioactifs de la centrale nucléaire de FUKUSHIMA DAIICHI. Toutes les voies d’exposition se cumulent :
 
  • Exposition aux rayonnements qu’émettent les aérosols et les gaz radioactifs que les vents transportent vers les zones habitées, celles de la Préfecture de Fukushima, bien sûr, mais aussi bien au-delà de la ville de Sendai, à 100 km au nord et bien au-delà de Tokyo à 230 km au sud. 
 
  • Exposition aux rayonnements émis par les produits radioactifs qui retombent progressivement au sol (du fait de la gravitation, des pluies et de la neige) et s’accumulent sur les surfaces ; Les débits de dose sont multipliés par 10 à bien plus de 100 km de la centrale nucléaire, par 100 à quelques 60 ou 70 km de distance et quand l’on considère un périmètre d’une cinquantaine de kilomètres certaines valeurs dépassent de 1 000 fois le niveau normal. Il s’agit là de zones où les populations n’ont été ni évacuées, ni confinées. Et ces niveaux d’exposition ne correspondent pas à des élévations ponctuelles des flux de rayonnements. Rappelons qu’une valeur de 8 μSv/h (qui ne constitue pas un maximum) correspond à 64 μSv pour 8 h de présence et à 1 152 μSv sur 18 jours, soit une valeur supérieure à la limite de dose maximale admissible sur 1 an (1 mSv). Et si les gaz radioactifs ont pénétré, comme nous le pensons, à l’intérieur des habitations, il faut calculer les doses d’exposition externe sur la base de 24 h/jour (on arrive alors à plus de 3 mSv/an, soit 3 fois la limite de dose maximale admissible sur 1 an).
 
  • Contamination externe à cause du dépôt des particules radioactives sur la peau et les cheveux (une contamination qui peut très facilement se transformer en contamination interne si la peau comporte des blessures ou de simples microlésions ; si les doigts sont portés à la bouche, aunez ; si la personne manipule des aliments sans s’être lavé les mains ; si les aérosols déposés sur les cheveux sont remis en suspension et inhalés…) ;
 
  • Contamination interne par INHALATION des aérosols et gaz radioactifs présents dans l’air : parce que l’on ne peut pas s’arrêter de respirer, parce que les simples masques à poussières portés par la population ne procurent AUCUNE PROTECTION contre les iodes radioactifs gazeux dont l’air est chargé ; parce que le confinement à l’intérieur des bâtiments est une contremesure de COURT TERME qui n’aurait jamais dû être prolongée sur plus de 15 jours : soit les personnes s’asphyxient parce que le confinement fonctionne, soit il est imparfait, et elles sont alors approvisionnées en oxygène ET en produits radioactifs ! ;
 
  • Contamination interne par INGESTION d’eau et d’aliments contaminés : parce que le contrôle des aliments à risque a commencé de façon tardive ; parce que ne sont retirés de la consommation que les aliments dont le taux de radioactivité dépasse les normes, qui sont plus protectrices que les normes en vigueur en France et en Europe, mais qui restent quand très élevées (2).
 
Pour calculer la dose de rayonnement reçue par une personne, et évaluer ainsi le risque sanitaire auquel elle est exposée, il faut tenir compte de toutes les voies d’exposition, interne et externe, de tous les radionucléides, de tous les aliments. Ce travail est difficile à réaliser étant donné l’absence de mesure sur les débits de dose dans les zones les plus exposées pendant tout le début de la crise, la rareté des contrôles relatifs à la contamination de l’air, les interrogations sur la composition isotopique des rejets radioactifs, l’absence de résultats sur les niveaux d’exposition à l’intérieur des habitations où la population est confinée (rayon de 30 km).
 
Depuis une dizaine de jours, les résultats se multiplient. Du fait de l’urgence, la stratégie de prélèvement et d’analyse manque de cohérence et beaucoup de chiffres sont inutilisables pour l’évaluation des doses et des secteurs à risque : mesures de débits de dose ponctuels, mesures d’activité surfacique en becquerels, sans mention des radionucléides concernés, etc. Cependant, de nombreux résultats, même ponctuels, témoignent du niveau de risque auquel les populations sont confrontées. La CRIIRAD publiera demain une première synthèse des éléments qu’elle a collectés.
 
Compte tenu de l’importance de la contamination, compte tenu de l’impossibilité de prévoir quelles quantités de produits radioactifs seront encore rejetés demain, après-demain… dans l’atmosphère, la CRIIRAD réitère son appel aux autorités japonaises pour que le maximum soit fait pour évacuer la population bien au-delà du rayon de 20 km et pour apporter aux populations les plus affectées le maximum de produits alimentaires non contaminés. Elle appelle également la communauté internationale à apporter tout l’aide logistique et financière possible pour que les interventions se fassent au plus vite. Tant de jours ont déjà été perdus !
 
Corinne CASTANIER
 
(1) « Alerte maximum pour éviter la catastrophe écologique » - Dauphiné Libéré du 30 mars 2011. Une « catastrophe » somme toute assez limitée : « « A l’échelle planétaire ou même à l’échelle du pacifique, cela ne créera aucun problème. Mais à proximité immédiate du Fukushima, il va falloir envisager une interdiction stricte de la pêche » durant des mois estime Simon Boxelle, professeur au centre national d’océanographie de l’université de Southampton ».
 
(2) Cf. communiqué CRIIRAD du 20 mars 2011.
 

Annexe :

Document de l'Agence fédérale de protection de l'environnement (US-EPA)

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.59/5   (88 votes)




Réagissez à l'article

60 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 31 mars 2011 08:16

    il nous faut de plus en plus d’energie, par foi pour des trucs inutiles, on fait des grands prix de F1 la nuit eclairé comme en plein jour. On eclaire les golf et les pistes de ski pour jouer la nuit, comme les matchs de foot en nocturne. Les magasins et les bureau reste eclairé 24/24....Chez nous nous avons de plus en plus d’ap. electriqques et les serveurs pour l’internet consomme une energie folle. Pour les vacances nous prennone l’avion pour passer une semaine au bout du monde, il est peut-etre temps de reflechir differement. Voir ce petit article sur le sujet :

    http://2ccr.unblog.fr/2011/01/03/de-quoi-avons-nous-besoin/


    • Gabriel Gabriel 31 mars 2011 09:18

      ROBERT GIL

      Vous avez entièrement raison, cela doit commencer individuellement par un comportement citoyen responsable. Exemple : Y a t-il besoin de 2 voir 3 télévisions par ménage ? A-t-on besoin d’un véhicule 4x4 pour deux personnes et pour effectuer 80% de ses trajets en ville ?  C’est une attitude qui demande à penser collectif dans une société de plus en plus individualiste. Il y a aussi un gros effort à faire de la part des fabricants afin de réaliser des appareils plus économes et recyclables. 


    • kiouty 31 mars 2011 11:46

      J’en ai ASSEZ de lire ces posts sur la culpabilisation des populations.

      C’est tout un système socio-économique et idéologique basé sur la surenchère consommatoire et la maximisation des profits qui est structurellement la cause de la surconsommation d’énergie.

      C’est en modifiant ce paradigme structurel que les comportements suivront.

      Certes, à titre individuel, on peut faire des efforts, mais l’effet de masse fait que la responsabilité étant diluée sur autant d’individus que compte la population humaine terrestre, personne ne se sent responsable et commet des écarts de toute façon, ce qui au bout du compte contriobue tout de même aux excès, car on ne peut attendre de chacun individuellement un comportement ecologiquement optimal 100% du temps. C’est évident, autant pisser contre le sens du vent.
      D’autant que la Chine arrive, et qu’il va être impossible d’endiguer la croissance de leur consommation d’énergie, juste par mini-restrictions dans les comportements européens.

      C’est un modèle de société et par là j’entends « modèle socio-économique américain » qui est a bouleverser.

      Et evidemment, ce n’est pas, en Europe, en élisant des responsables politiques pro-business, pro-euro, pro-banques que ça risque d’arriver.


    • L'enfoiré L’enfoiré 31 mars 2011 12:25

      Robert,
       Absolument. F1, Dakar, le cadis pour aller faire ses courses, les vacances en dessous de 2 semaines à l’étranger ou en local. Les voyages d’affaires, qui pourraient se régler par l’intermédiaire d’Internet (ceci pour sauver les serveurs smiley
       Pour ce qui est des routes éclairées de nuit, je suis un peu moins à dire « oui », parce que la vue de la route, c’est garder la vie, et on voit beaucoup mieux avec des luminaires qu’avec des phares. Vous pouvez le constater chez nous en Belgique.
       Tout dépend de ce qu’on emploie pour créer cette lumière. Les LED, OLED & Co peuvent apporter une diminution considérable.
       Les appareils électriques ont, il est vrai, facilité la vie, mais rien n’est gratuit.
       smiley


    • Croa Croa 3 avril 2011 22:40

      « J’en ai ASSEZ de lire ces posts sur la culpabilisation des populations. »

      Peut-être te sent-tu coupable ?  smiley

      Pas moi  ! smiley

       Les « populations » ? Nous pouvons en douter, d’ailleurs tu critiques aussi le système. Pour y adhérer nous ne sommes pas obligatoirement stupides !

      Il est vraiment nécessaire de critiquer les excès de notre société, seul les paranos et ceux qui profitent VRAIMENT du système se sentiront coupables. (Quoique, en ce qui concerne les profiteurs du système, je ne suis pas sûr !)


    • Croa Croa 3 avril 2011 22:55

      « et on voit beaucoup mieux avec des luminaires qu’avec des phares. Vous pouvez le constater chez nous en Belgique. »

      La Belgique c’est loin mais je veux bien te croire !

      Il y a plus con que les français : Les scandinaves ont les phares toute la journée ! De plus ils n’ont que des grosses bagnoles alors un peu plus, un peu moins de CO2...

      En France, depuis une trentaine d’années, en ville, c’est phares plus luminaires ! Autant demander aux maires de couper ces luminaires désormais inutiles (j’exagère à dessein  smiley , les piétons en ont tout de même besoin !)


    • Giordano Bruno 31 mars 2011 08:41

      Merci pour votre travail.


      • cathy30 cathy30 31 mars 2011 09:04

        Bonjour Corinne Castanier et merci de nous tenir au courant chaque jour.

        un lien en anglais mais avec le traducteur google c’est assez compréhensible. La catastrophe devient une « bombe sale ». Le Dauphiné a le moral pour prévoir seulement quelques mois d’interdiction de pêche ! Le sarcophage se précise et encore c’est pas gagné.

        http://www.naturalnews.com/031894_Fukushima_meltdown.html


        • JL JL 31 mars 2011 09:42

          Merci Cathy-30 pour ce lien.

          Permettez moi de copier coller ici la traduction, assez compréhe,sible en effet.

          La bataille pour sauver la centrale nucléaire de Fukushima maintenant semble perdue comme le noyau radioactif du réacteur no 2 a fondu dans le vaisseau de confinement et tomber dans le sous-sol en béton de la structure du réacteur. C’est « élever les craintes d’une version majeure du rayonnement sur le site, » rapports de The Guardian, qui a brisé l’histoire (http://www.guardian.co.uk/world/201...). Un ancien expert nucléaire General Electric a dit The Guardian que le Japon semble avoir « perdu la course » pour sauver le réacteur.

          L’interprétation seulement possible de cette analyse est que les émissions de rayonnement de Fukushima pourraient soudainement devenir beaucoup plus grandes. Aussi, il est maintenant évident que les retombées radioactives de Fukushima vont durer des décennies, voire des siècles.

          Le premier ministre Naoto Kan du Japon hier soir a admis que la situation à Fukushima reste « imprévisible. » Pendant ce temps, la présence de plutonium dans des échantillons de sol est la preuve que les barres de combustible nucléaires ont été compromises et libèrent matériel dans l’atmosphère libre. (http://www.breitbart.com/article.ph...)
          Mais ne vous inquiétez pas (et ne se préparer) ! Combien de fois a-t-on nous dit au cours des deux semaines que la situation de Fukushima a été résolue ? Combien de fois nous assurait qu’il était « sans danger » pour le monde ? Le président Obama alla même de sa façon de raconter les Américains qu’ils ne devraient pas préparent pour quoi que ce soit, puisqu’il n’y avait rien d’inquiétant.

          N’acquérir toute iodure de potassium, des gens ont dit. La situation est complètement sous le contrôle et l’énergie nucléaire est sécuritaire, propre et verte !

          C’est la machine de spins GE parler, bien entendu, et je ne veux pas dire le spin cycle sur votre machine à laver vieux rouillé. C’est le réseau d’entreprise mensonges qui a caractérisé l’industrie nucléaire au moins les trois dernières décennies. Et maintenant ces mensonges reviennent hanter nous tous.

          Quelle est la prochaine étape : gaz radioactif ! Que se passe-t-il maintenant que le noyau de combustible du réacteur no 2 a brûlé son chemin dans le vaisseau de confinement et a chuté sur le plancher de béton ? Il s’ensuit des lois de la physique, évidemment : le combustible nucléaire surchauffé réagit avec le matériau béton dans le plancher, production de gaz hautement radioactif qui risque maintenant de s’échapper dans l’atmosphère si elle obtient à travers la paroi extérieure de confinement.

          Mais c’est précisément le problème, vous voir. Le mur extérieur de confinement a été partiellement détruit par l’explosion de gaz hydrogène originale qui a secoué les réacteurs 2 et 3. Si nous pouvons examiner une situation aujourd’hui où il n’y a rien d’une libération massive de gaz radioactif de Fukushima. Tout cela a le makings d’une bombe à retardement (Sale).

          Quand devraient américains réellement préparer ? Jamais ! Cela fait de vous demander : À quel moment sera l’aggravation de la situation à Fukushima cross le seuil de résistance du président Obama pour inciter les Américains à prendre des précautions contre la possibilité de graves retombées radioactives prudentes ? Aujourd’hui, la politique de Washington semble être qu’aucun événement n’est suffisamment grave pour justifier des actions de la protection civile parmi le peuple américain.

          Notre président de Nobel de la paix semble être trop occupé déclarant illégales guerres en Libye à dépenser encore cinq minutes, exhortant les gens sur la côte ouest de prendre des précautions raisonnables contre la possibilité de plus en plus de l’exposition de l’augmentation du rayonnement.

          C’est ce que la presse alternative, évidemment : amener les gens les nouvelles et les informations qu’ils n’obtiendrez pas de sources « officiels » qui ont des liens étroits avec financière à l’industrie de l’énergie nucléaire. Alors que Obama raconte les Américains à ne rien faire, NaturalNews prie instamment les américains de prendre des précautions fondamentales de la préparation d’être prêt à tout événement que le monde peut lancer notre façon.

          La préparation est une lacune dans les villes modernes ! Comme les citoyens du Japon ont appris récemment the hard way, pratiquement personne n’a toute l’eau stockée extra, la nourriture ou la médecine dans les villes de nos jours. Très peu de gens est préparés à même de petites perturbations dans les infrastructures de base et des lignes d’approvisionnement. La moyenne américaine vivant dans une ville aujourd’hui allait mourir en moins de 7 jours si coupée de la fourniture de grille de nourriture et d’eau. Leur plan de préparation entière est à « confiance du gouvernement ».

          C’est le peuple japonais fait trop. Et maintenant ils payent cette confiance mal placée avec ce qui peut devenir bientôt la catastrophe nucléaire plus catastrophique dans l’histoire de la civilisation humaine.

          Fukushima ne regarde pas susceptible de subir une explosion de rayonnement large, ponctuel comme Tchernobyl, il est maintenant clair que le complexe nucléaire de Fukushima va émettent des radiations très, très longtemps. Il semble maintenant presque certain que le Japon doit enterrer l’installation sous millions de tonnes de béton et de sable.

          Comment enterrer Fukushima pour de bon ? Le problème est qu’il n’y a pas de même assez béton dans le Japon pour gérer le travail. Pour accomplir cette tâche, Japon aurait importer non seulement des milliers de morceaux de chariots de manutention de béton et de machines ; Il aurait également importer des matériaux concrets par la navire de charge.


           


        • Hermes Hermes 1er avril 2011 13:20

          Bonjour,

           pour les curieux , ici des photos en très haute résolution des centrales détruites sont « passées » sur Internet. Au vu des dates et si elles sont bonnes (les dates), il semblerait que le gouvernement japonais et les compagnies nous aient bel et bien mené en bateau.

          Sinistre réalité.

          Le black out d’info actuel (au 1/04) sur l’évolution des centrales ne me semble pas de bon augure.

          Bonne journée.


        • Le péripate Le péripate 31 mars 2011 09:35

          Je me demandais si un marchand de compteur Geiger est une bonne source d’information.

          Mais d’un autre côté, ça doit bien se vendre en ce moment.


          • JL JL 31 mars 2011 10:22

            péripate, Ce n’est pas un opportuniste comme vous qui va s’en plaindre, non ?

            Ceci dit, argumentez, au lieu d’attaquer ad hominem ! Mais je doute que vous en soyez capable.


          • Le péripate Le péripate 31 mars 2011 10:58

            Bien sûr vous JL vous raisonnez toujours et n’usez jamais de moyens limites, pas comme hier avec Éric.

            Je me disais aussi que si des composants japonais entraient dans la fabrication des dits compteurs Geiger il se pourrait qu’il y ait rupture de stock.

            Dépêchez-vous. Vous connaissez l’adresse.


          • Julien Julien 31 mars 2011 19:02

            Nom d’un chien. Vous avez une sacré couche de connerie, le péripate !


            Vous accusez la CRIIRAD de vouloir faire du chiffre.
            Montrez, par un argumentaire détaillé, que c’est le cas. Et la CRIIRAD pourra peut-être vous répondre. Si vous n’êtes pas capable de faire ça, alors veuillez ne pas polluer Agoravox avec vos affabulations paranoïaques.

          • sisyphe sisyphe 1er avril 2011 13:36

            Par Le péripate (xxx.xxx.xxx.66) 31 mars 09:35

            Je me demandais si un marchand de compteur Geiger est une bonne source d’information.

            Mais d’un autre côté, ça doit bien se vendre en ce moment.

            Mais... mon bon péripate, c’est........... la loi du marché ! 

            Tu sais bien, le marché qui règle tous les problèmes de sa main invisible et magique ! 

            S’il y a un marché pour les compteurs Geiger, c’est qu’il y a une demande ; merci qui ? 

            Merci Fukushima ! 

             smiley 



          • sisyphe sisyphe 1er avril 2011 13:40

            ... sinon, j’ai pas bien compris ; c’est la CRIIRAD qui vend des compteurs Geiger ? 

            C’est nouveau ? Tu as un scoop ? 
            Tu nous expliques ? 

          • Le péripate Le péripate 1er avril 2011 13:55

            Mon cher Sisyphe, je vais t’apprendre quelque chose : le statut d’association est très performant surtout fiscalement et ouvre la porte des subventions. Les limites qui l’encadrent sont très facilement détournées. Je connais des exemples précis dans l’écologie et dans la formation artistique et audiovisuelle. Elles font même parfois une concurrence que l’on pourrait qualifié de déloyale, surtout dans la formation.

            D’autre part, ce n’est pas un secret, cette association vend bien de la mesure, des conseils, de l’expertise.


          • Aldous Romios 31 mars 2011 10:19

            Excellent article pédagogique et précis.

            Il faut cependant ajouter que malheureusement le principe de dose admissible n’est en rien une garantie pour les populations exposées.

            Il n’y a en effet pas de dose garantissant l’innocuité totale. Il s’agit plutôt ici d’un niveau statistique au dessous duquel on considère le risque acceptable.

            Je m’explique : Le réacteur n°3 de Fukushima fonctionne au MOX, un mélange d’oxydes de plutonium et d’uranium.

            Sa toxicité est telle qu’une seule particule inhalée suffit à provoquer un cancer. Il n’y a donc pas de seuil de dilution qui rende ces particules inoffensives.

            Dans ce cas, les seuils admissibles ne décrivent pas le taux de produit qu’on peut inhaler sans danger mais le risque qu’on a d’en inhaler en fonction du nombre de particules en suspension dans un certain volume d’air.

            Dès lors le seuil d’exposition rétablie pas une garantie absolue innocuité pour le public mais fixe le seuil au dessous duquel les industries pollueuses ne peuvent être tenues responsables des dommages consécutifs à leur pollution.

            On comprends dès lors un des grand principes de l’industrie pour demeurer sous les seuils admissibles : la dilution.

            Vous avez un produit au dessus du seuil admissible ?

            Il suffit de le diluer avec une certaine quantité de produit sain pour vous retrouver avec un produit sous les normes légales.

            C’est ce principe qui a été utilisé en France pour ne pas détruire les récoltes de céréales d’après Tchernobyl -en les mélangeant avec les stocks des années antérieures, alors que d’autres pays européens détruisaient massivement les leurs.

            C’est ce principe qui a tué les hémophiles et les autres bénéficiaires de transfusion sanguine à l’époque du sang contaminé, car le virus du Sida s’en trouvait très bien d’être dilué dans plus de sang.

            C’est également ce principe que l’industrie agroalimentaire française a utilisé pour écouler l’huile de tournesol contaminée (volontairement) à l’huile de moteur qu’elle avait acheté à des escrocs en Ukraine en 2008.

            Sauf que dans ce dernier cas, il n’y avait aucun seuil autorisant la présence d’huile de moteur dans l’huile pour la consommation humaine. Pourquoi y en aurait-il ?

            Qu’on fait les industriels Français ? Ils sont allé à Paris puis à Bruxelles demander qu’on instaure dare-dare un tel seuil.

            Sur quoi, la Commission européenne s’est empressée d’émettre deux recommandations établissant un seuil de 300 ppm maximum de contamination pour les denrées élaborées à partir d’huile contaminée.

            Du coup, Les sieurs industriels (surtout ne pas citer de marque sinon c’est la censure) se sont trouvés autorisés à distribuer en toute légalité le poison qu’ils avaient sur les bras en le diluant avec de l’huile saine histoire d’en faire profiter plus de gens encore.

            Dans le même temps la Grèce et le Maroc obligeaient leurs industriel à retirer du marché les stocks frelatés.

            Réactions de pays sous-industrialisés, qui ne savent pas à quoi servent vraiment les seuils...

            Pour en revenir à Fukushima, le problème n’est donc en rien limité à des cercles concentriques de X km autour des centrales.

            Il s’agit d’une loterie sinistre à laquelle tout le globe participe avec juste plus ou moins de chances de perdre.

            Cette loterie ne se limite ni dans le temps ni dans la distance, les polluants comme le dioxyde de Plutonium ayant une demie vie de 24 000 ans.

            Autant dire que partout où il se déposera, la contamination sera durable.

            Une contamination semblable a déjà eu lieu en URSS à Mayak près de la ville secrète d’Ozersk, une des ville donctruites pour le programme nucléaire soviétique.

            En septembre 1957, une cuve de déchets hautement radioactifs a explosé, provoquant la dissémination de particules de plutonium dans l’environnement.

            Un territoire de 1200 kilomètres carrés a été contaminé, sur lequel vivaient 41 500 personnes dans 63 localités.

            La radioactivité a été drainée par l’eau de pluie et s’est concentrée dans le lac Karatchaï qui est devenu l’un des lieux les plus pollués de la planète : il contient plus de radioactivité que les rejets totaux de Tchernobyl.

            Il suffit de se tenir debout au bord du lac quelques minutes on peur recevoir une dose mortelle de radiations.

            Dans les alentours de la zone interdite l’espérance de vie moyenne des habitants à chuté à 45 ans.

            Cela donne une idée de ce que l’accident de Fukushima risque d’entrainer comme conséquences.

            Une des inconnue est aussi liée à la localisation de l’accident près de l’océan.

            En plus des rejets massifs d’eau polluée par la centrale, les terres contaminées seront lessivées par la pluie qui se déversera finalement sans le pacifique

            C’est la première fois que le milieu océanique est atteint dans de telles proportions (qui continuent d’ailleurs de croitre) et les implications ne sont pas encore complétement claires.

            Il est à craindre qu’il y a une contamination pélagique importante  : des plages souillées, des espèces animales et végétales contaminées.

            Les polluants circulent dans la chaine alimentaire maritime, en se concentrant chez les poissons prédateurs qui finiront dans des proportions indéterminées dans des assiettes.

            On ne passera pas tous les poissons au compteur Geiger.

            D’autant plus que les courants marins et les espèces migrantes disséminerons des polluants sans doute très loin dans le pacifique, les contrôles devraient dont être étendus à toute la peche en pacifique.


            • Giordano Bruno 3 avril 2011 18:08

              Merci pour ces informations.


            • HELIOS HELIOS 31 mars 2011 10:36

              Je suis candidat au moinsage sur ce (bon) article...

              Pour moi, le point d’exclamation du titre est une erreur, c’est un point d’interrogation qu’il faut.

              Sur le fond, oui, la radioactivité est dangereuse, mais en faire une arme pour esayer de diffuser la peur irraisonnée, le mensonge, l’integrisme, l’esprit retrograde est de mon point de vue parfaitement malvenue, une sorte de manque de savoir vivre. (Tiens il y a matiere a jeu de mot là).

              On attend toujours que les conseilleurs soient aussi les payeurs !

              Vous tous qui souhaitez vous defaire du nucleaire, j’attends rapidement vos cheques me permettant de me chauffer autrement qu’avec l’electricité. Supposons que ce soit au bois, il me faut un insert, du bois et une femme de menage pour charger le foyer, retirer la poussiere, les cendres etc... pour mon pc portable, la tele, la lumiere, qu’avez vous a me proposer comme solution de remplacement ?
               ... et ne repondez pas svp que je doit me passer de tout ça, c’est mon choix, doit-on eliminer tout ce que vous jugez inutile et ne VOUS convient pas...

              CRIIRAD m’est sympatique parcequ’independant. helas, avec des articles comme celui ci, metant en valeur de façon non equilibré les risques, et avec un titre racoleur, il n’est plus independant, il est partisan donc non credible, dommage.


              • Gedeon 31 mars 2011 14:59

                Ton choix, tu te le mets bien profond mon grand. Cesse tes caprices d’enfant gâté et retrousse toi les manches. Tu verras, tu peux te passer de femme de ménage pour ramasser la merde chez toi.


              • ourston 1er avril 2011 01:17

                Il y a pas mal d’Ukrainiens, et il y aura,hélas, pas mal de Japonais pour qui la question du confort ne se pose plus, ou ne se posera plus. Entre quatre planches, plus besoin de portable, de lumière et de chauffage.
                Comme quoi le nucléaire apporte la solution à ses propres problèmes.


              • Alain-Goethe 31 mars 2011 11:06

                @ Jl 
                En effet, la traduction par « Google » a des lacunes

                A la fin, la phrase  :

                «  »Japon aurait importer non seulement des milliers de morceaux de chariots de manutention de béton et de machines ; Il aurait également importer des matériaux concrets par la navire de charge. « 

                - j’irai voir le texte en anglais

                - à la fin :  » matériaux concrets «   ?? sourire .. par opposition à  » matériaux virtuels « 

                CONCRETE ( en angl. ) = BETON 
                donc c’est des matéraux à base de béton 

                Donc surement pour un SARCOPHAGE

                - En plus, ils pensent  » asperger " avec des RESINES plastique .. ( différents articles

                et aussi recouvrir par des bâches en plastique


                • eugène wermelinger eugène wermelinger 31 mars 2011 11:37

                  Il y a aujourd’hui même une action mondiale collective à faire à midi, voir ici :

                  Nous sommes tous concernés.
                  Agissons.
                  Voir encore ici :
                  Le monde est devenu un village, nous y sommes tous embarqués.
                  Hauts les coeurs ! 

                  • Eloi Eloi 31 mars 2011 20:00

                    Prions pour le neurone d’eugène wermelinger, dernier de son espèce, et condamné à la disparition à court terme


                  • Ariane Walter Ariane Walter 31 mars 2011 22:10

                    il y a des moments cher St Eloi où au lieu de mettre sa culotte à l’envers on peut prier sans être ridicule car il n’y a plus que ça à faire... !!!!


                  • eugène wermelinger eugène wermelinger 1er avril 2011 11:51

                    Hé non Soulmann ce n’est pas une blague !

                    voici un témoignage datant de 1945 : 

                    * Hiroshima et Nagasaki ont permis de constater des phénomènes étonnants. Des religieux (jésuites missionnaires allemands) vivant à 100 mètres du centre de l’explosion d’Hisoshima ont été épargnés complètement : tant leur maison que leur corps n’ont absolument pas souffert ! Idem à Nagasaki pour des franciscains. Une fois de plus, il faut comprendre que l’ESPRIT est plus puissant que la matière, il peut développer un véritable bouclier autour de nous et nous mettre à l’abri. Nous devons donner sa place à notre ESPRIT dans notre vie et cesser de croire aveuglément à tout ce qui se raconte ici ou là dans les médias officiels.

                    Bien cordialement

                    Alain et Brigitte Scohy

                    Et sur ces réflexions de la puissance de l’ESPRIT

                    Laissons parler l’ inventeur des cristaux de d’eau glacée soumis à différent paramètres tels que la musique classique et hard ! ( merci à Géni pour cette info )



                  • kéké02360 31 mars 2011 12:01

                    J’ai eu des nouvelles de Wesson , il n’est pas mort , la balle qu’il s’est tiré avec son Smith-Wesson est passé entre ses deux neurones, il l’a échapé belle , on a failli le perdre !!!!Actuellement il se soigne , son médecin lui a fait croire qu’il pouvait guérir de sa tumeur avec quelques traitements radioactifs, plus con tu meurs , Wesson se prélasse donc sur sa terrasse , respire l’air à pleins poumons et voit la pluie radioactive arrivée comme un don du ciel !!!!!

                    Il m’a fourni ce lien que je partage avec vous comme une friandise  !!!!

                    http://owni.fr/2011/01/23/quand-les-produits-radioactifs-etaient-en-vogue/ 

                    Elle est pas belle la vie ultralibérale radio active  smiley 


                    • slipenplomb 31 mars 2011 12:45

                      @kéké0236070

                      trouvaille le lien bravo....

                      comment la pub a conditionnée les gens de l’époque


                    • sisyphe sisyphe 1er avril 2011 13:43

                      http://owni.fr/2011/01/23/quand-les-produits-radioactifs-etaient-en-vogue/ 


                      Booste ta vie sexuelle avec le radium : trop fort ! smiley smiley 

                    • Rough 31 mars 2011 12:14

                      Cet article est encore une fumisterie de la CRIIRAD.....Pour l’instant au Japon il y a eu 30000 morts dûs au tremblement de terre et au tsunami dont personne ne parle...et zéro mort dû au nucléaire...l’on parle de quelques (3 à 6 selon les sources) employés de la centrale qui auraient reçu (conditionnel) une dose de 250/300mSv....Pas de quoi fouetter un chat même avec un martinet garanti commerce équitable....

                      Ensuite il faudrait expliquer pourquoi la CRIIRAD vend à prix d’or des appareils de mesure totalement inutiles en surfant sur la vague de crédulité de gogos qui n’ont aucune connaissance scientifique....A quoi peut bien servir un compteur Geiger entre St-Germain et le boul Mich ?....et quand bien même ce compteur ferait-il tac-tac quelles conclusions en terme d’exposition le gogol de base pourrait-il en tirer ?....
                      On ne peut pas vouloir se poser en autorité indépendante parée de toutes les vertus et en même temps abuser de la crédulité populaire pour engranger un maximum de brouzoufs....


                      • Salade75 31 mars 2011 13:50

                        Il y a une différence fondamentale entre les deux évènements, comme entre un aléa et un dysfonctionnement !
                        On ne peut rien sur l’aléa (pour l’instant) « tremblement de terre ».
                        Par contre, nous sommes (certains sont) directement responsables du dysfonctionnement qu’est l’exposition de tous à des dangers non contrôlables et non individualisables : je choisis de mettre ma vie en danger en circulant sur la route, mais on a choisi pour moi, sans que je puisse même y échapper, de la mettre en danger avec le nucléaire, avec les pesticides, .....
                        Et la plupart de ceux qui décident de risquer ma vie pour leur confort (officiellement celui de l’humanité), ont leur abri construit avec mes impôts, les moyens de s’acheter des produits bio, ...


                      • Julien Julien 31 mars 2011 19:19

                        @Rough


                        On peut très bien vendre des compteurs Geiger et être crédible scientifiquement. Je vous invite à aller sur le site de la CRIIRAD pour voir quelles sont ses sources de revenu.

                        Pour ma part, j’ai acheté un compteur Geiger en début d’année, par simple curiosité (et un certain intérêt pour les rayons cosmiques) ; et je sais interpréter ce qu’il me dit. Le gogol de base peut lire et comprendre ce qu’il mesure avec son compteur. Il n’y a pas les spécialistes d’un côté, et les gogols de l’autre. Tout cela est mouvant, et la frontière sera de plus en plus floue.

                      • Eloi Eloi 31 mars 2011 20:02

                        @ Salade95

                        Votre raisonnement n’a pas beaucoup de sens : je vous paraphrase : si les maisons, dont le but est d’abriter les japonais des intempéries extérieures, n’avaient pas connu de dysfonctionnement du fait du séisme et du tsunami, il y aurait eu moins de victimes.

                        On fait quoi ? Sortir de la maison ?


                      • sisyphe sisyphe 1er avril 2011 13:47

                        Par Rough (xxx.xxx.xxx.234) 31 mars 12:14....


                        Ensuite il faudrait expliquer pourquoi la CRIIRAD vend à prix d’or des appareils de mesure totalement inutiles


                        J’ai loupé un train ou quoi ? 

                        Où la CRIIRAD (association loi de 1901) vend-elle des appareils de mesure ? 

                        Si quelqu’un peut m’informer.... 


                      • sisyphe sisyphe 1er avril 2011 14:00

                        Ah oui ; pardon ; je ne savais pas... voici le lien de leur « boutique »


                        Le compteur Geiger y est vendu, comme dans un tas d’autres commerces, aux mêmes tarifs ; et, au moins, la CRIIRAD étant une association à but non lucratif, cet argent lui permet-il de poursuivre ses salutaires travaux et son information. 

                        Si l’on doit en acheter, autant acheter le leur ; mais y a pas nécessité.... 


                      • Alain-Goethe 31 mars 2011 13:02

                        @ Rough  : vous êtes « brut de décoffrage » ou «  rugueux » ??

                        Le Boul milch ?? que je suis content de ne plus habiter en R.P !!

                        Désolé mais Michèle RIVASI a eu raison de créer la CRIIRAD vers 1986 ..


                        • Rough 31 mars 2011 13:32

                          Que les buts initiaux de la CRIIRAD aient été louables face aux dénis du professeur Pellegrin c’est certain.....Vendre 250 euros des compteurs Geiger à des bobos parisiens ou des babos du Larzac au prétexte d’un peu de fumée au Japon ça ressemble beaucoup aux méthodes de la croix VITAFOR....


                          • Triodus Triodus 31 mars 2011 13:53

                            Eh bien, ça a de l’allure..


                            • slipenL’air 31 mars 2011 19:11

                              Triodus

                              et le réacteur qui n’est pas éclaté il fume en douce pénard
                              je c’est pas comment il est encore debout.

                              l’horreur : tu m’étonne et la question ....
                              Et comment on fait pour réparer ????????????????????????

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès