Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Juan Manuel Santos consacré apôtre de la paix en Colombie

Juan Manuel Santos consacré apôtre de la paix en Colombie

« Les problèmes et les rivalités d’aujourd’hui doivent se résoudre par le dialogue, il n’y a pas d’autre solution. La victoire écrasante d’un seul camp n’est plus acceptable. Nous devons travailler à résoudre les conflits dans un esprit de conciliation, en tenant compte des intérêts de chacun… Je pense sincèrement que la violence a fait son temps. Seule la non-violence apportera de véritables solutions. » (Le dalaï-lama).



C’est avec grand plaisir que j’ai appris, ce vendredi 7 octobre 2016, l’attribution du Prix Nobel de la Paix à Juan Manuel Santos, Président de la République de Colombie, qui a signé il y a quelques jours, le 26 septembre 2016, un accord de paix avec la guérilla des FARC. Cet accord, en discussion depuis quatre ans, met fin à cinquante-deux ans de guerre civile en Colombie, dont le nom, pourtant, ne peut pas mieux symboliser la paix (même si son étymologie vient d’ailleurs).

S’il y a, en automne 2016, un processus de paix à encourager, c’est bien celui qui se déroule actuellement en Colombie, comme l’an dernier fut encouragé le processus de démocratisation de la Tunisie, expérience extrêmement isolée de démocratie pluraliste et pacifiée dans un pays majoritairement musulman (et ce malgré les attentats que le pays a subis).

_yartiSantosJM03

Pourtant, quelques jours auparavant, le 2 octobre 2016, le référendum qui devait faire ratifier l’accord de paix par le peuple colombien a été un échec (certes très serré). Or, l’échec provient surtout de personnes qui trouvaient que les FARC avaient des compensations trop importantes en échange de la paix, notamment la possibilité de s’intégrer dans le jeu normal de la politique et des institutions colombiennes. C’est sans doute pour cette raison que le Prix Nobel n’a été attribué qu’au seul Président Juan Manuel Santos et pas à son interlocuteur, sans qui il n’y aurait pas eu négociations ni accord, à savoir Timoleon Jimenez, commandant en chef des FARC, qui a félicité très sportivement le nouveau lauréat.

_yartiColombieA01

On pourrait s’en étonner, alors que la plupart des Nobel récompensant des accords de paix sont attribués aux deux parties : Menahem Begin et Anouar El-Sadate, Yitzhak Rabin, Shimon Peres et Yasser Arafat, David Trimble et John Hume, etc. Même Nelson Mandela avait conditionné l’acceptation de son Nobel à son partage avec Frederik De Klerk, car il songeait que la réconciliation nationale serait assez difficile à amorcer de façon trop déséquilibrée.

Toutefois, dans le cas de la Colombie, on pourrait imaginer que c’est au contraire une belle habileté de n’avoir consacré que le Président colombien. Cela ferait taire les critiques de ceux qui, à l’instar de son prédécesseur Alvaro Uribe, rejettent toute concession à l’égard des FARC, en tout cas, toute concession trop importante. Le comité Nobel a ainsi suivi l’évidence (encourager le processus de paix en Colombie) tout en écoutant attentivement le peuple colombien qui s’est prononcé dans les urnes.

Pour Juan Manuel Santos, qui est à son second mandat présidentiel non renouvelable, donc, qui n’aura aucune préoccupation électorale susceptible de polluer son action pour les deux prochaines années (la fin de son mandat), cela lui donnera l’autorité morale autant que politique pour "rectifier" (je crois que c’est le mot utilisé) l’accord de paix afin de le faire admettre par l’ensemble du peuple colombien. Sa tâche sera donc de renégocier à la baisse les avantages que les FARC avaient réussi à obtenir.

Rien n’est jamais acquis, et les Accords d’Oslo, pourtant, là aussi, consacrés par le comité Nobel, ont montré que la paix n’était pas forcément facile à mettre en œuvre, même si les premières étapes, a priori les plus difficiles, avaient été franchies. Pour le cas de la Colombie, il semble que la bonne volonté des deux côtés reste largement majoritaire, c’est heureux.

_yartiSantosJM02

À propos de l’attribution du Prix Nobel de la Paix (on en dira ce qu’on veut, mais il a permis à certaines personnalités exceptionnelles de se faire entendre au niveau mondial et d’avoir encore plus d’influence au service de la paix), j’avais lu la veille de l’attribution du prix de cette année qu’une association avait proposé que Jacques Chirac soit lauréat du Prix Nobel, j’imagine pour son action contre la guerre en Irak voulue par les Américains.

J’ai lu aussi que Laurent Fabius avait été très sérieusement proposé cette année, pour être honoré du succès diplomatique de la COP21 (en décembre 2015). On sait que les préoccupations environnementales avaient déjà séduit le comité Nobel en 2007 qui avait choisi Al Gore et le GIEC. J’avais aussi appris que Nicolas Sarkozy avait été cité il y a quelques années, alors encore Président de la République, pour son implication en Géorgie.

Et soudain, me suis venue cette idée tout à fait plausible, bien que saugrenue : et si François Hollande avait été choisi, pour une raison quelconque (soutien face aux attentats, situation du Mali, etc., que sais-je) ? Seul contre tous en France, et auréolé à l’étranger, comme cela a été le cas très récemment lorsqu’il a reçu, le 19 septembre 2016 à New York, le prix du meilleur homme d’État mondial de l’année, qui « honore les dirigeants qui soutiennent la paix et la liberté, par la promotion de la tolérance, la dignité humaine et les droits de l’Homme ».

_yartiSantosJM04

Le Nobel pourrait alors avoir une influence électorale non négligeable, et cela de la part d’un organisme (le comité Nobel) qui est totalement étranger au peuple français. Cela pourrait être considéré comme une ingérence extérieure à la France. Comme l’a été l’attribution du Nobel à Barack Obama, en 2009, par prévention, avant qu’il n’ait encore agi. Cela dit, il est peu probable que cela ait eu une quelconque influence sur le peuple américain, au moment de voter lors de sa réélection en 2012.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (08 octobre 2016)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Juan Manuel Santos.
La paix entre le gouvernement colombien et les FARC.
Aristide Briand (1926).
René Cassin (1968).
Andrei Sakharov (1975).
Mère Teresa (1979).
Lech Walesa (1983).
Desmond Tutu (1984).
Élie Wiesel (1988).
Le dalaï-lama (1989).
Mikhaïl Gorbatchev (1990).
Nelson Mandela (1993).
Frederik De Klerk (1993).
Shimon Peres (1994).
Yitzhak Rabin (1994).
Yasser Arafat (1994).
Jimmy Carter (2002).
Al Gore (2007).
Irena Sendlerowa.
Barack Obama (2009).
L’Union Européenne, lauréate (2012).

_yartiSantosJM05
 


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • ENZOLIGARK 8 octobre 11:06

    ... et Evo Morales apotre du parler vrai apres son allocution a l ’ ONU en Septembre de cette annee ... ! ( ? ) . ... Barroso a lui ete consacre apotre des ordures internationales cette annee ... , ... d ’ apres la rumeur !!! . ... АФФ ИСС ...


    • Leonard Leonard 8 octobre 11:28

      C etait qui deja en 2008-2009 ?


      • fred.foyn fred.foyn 8 octobre 13:18

        « En-Choix » comme en moralité, le Nobel laisse à désirer.. !


        • ung do 8 octobre 14:43

          https://canadiandimension.com/articles/view/colombias-killing-fields-peace-is-war
          Cet article «  Peace is war » démasque la réalité derrière la charade du prix Nobel ; la guerre continue sous le masque de la paix . Les massacres brutaux , les déplacements massifs de populations rurales ( 4 M de déplacés ) du prédécesseur Uribe sont remplacés par les attaques mieux ciblées , les assassinats d’activistes syndicaux et des droits de l’homme . Avec cet accord et grace à la trahison des chefs guérilleros , les ploutocrates pourront pénétrer et exploiter les régions riches en minerais et autres ressources , ces régions étaient actuellement contrôlées par la guérilla . Les chefs guérilleros participeront au festin , pendant que leurs hommes qui auront désarmé seront éliminés discrètement .


          • JP94 8 octobre 16:32

            Rien qu’à lire le titre ( et éventuellement la première ligne) je devine l’auteur de l’article ...marrant.


            L’attribution du Prix Nobel à Santos, un ami colombien me l’avait prédite il y a des années :
            « Pourquoi Santos, ex-ministre de l’intérieur du fasciste Uribe, qui avait auparavant dirigé de violentes répressions contre les FARC et syndicalistes en lutte ( risque de mort en Colombie) veut-il mener ces accords de Paix ? 

            Réponse de mon ami : » il veut avoir le Prix Nobel de la Paix."
            ( quand on voit qui l’a eu, je ne vois pas la nécessité de vouloir leur ressembler) .

            Pour les FARC veulent-elles la Paix ? 
            Pour le peuple colombien.
            C’est toute la différence.

            Santos est content et ça ne l’engage à rien. Il gagne en légitimité.

            Les FARC ne courent pas après les prix Nobel.

            Le Jury du Nobel étant très réactionnaire, ne risque pas de récompenser des révolutionnaires avec de l’argent gagné avec la dynamité et placé de façon juteuse sur les marchés rentables .

            • JP94 9 octobre 18:12

              Santos, avec son Prix Nobel en poche , peut faire ce qu’il veut, y compris comme Obama se lancer dans toutes les guerres en toute impunité.

              Le Comité Nobel n’est pas revenu sur son attribution donc cautionne les guerres ...

              Donc si Santos décide la guerre, il la fera.

              La population, elle, manifeste en Colombie.

              L’article ne parle pas des Eglises appelant au NON à la Paix , faisant l’amalgame entre la Paix, les Droits des Femmes et la question du genre !! ( donc la Paix ouvrirait à des droits pour les « genres », comme pour des homosexuels d’adopter des enfants : la campagne de l’Eglise a été basée sur la peur et a fait oublier l’enjeu de la Paix ... 

              Droits pour les FARC ? Droits pour le peuple, voilà ce qui dérange.La Paix dérange : A qui profite le crime ? Ils ne sont même pas sûr d’échapper à des assassinats. Les accords leur donnaient le droit de vivre ... apparemment pour les fachos et les réactionnaires, ces droits sont exorbitants !

              Les FARC continuent, sans illusion, de se battre pour la Paix.

              La Justice est une lutte, et la Paix est aussi une lutte.

              • Tall Tall 9 octobre 18:21

                Il y a 3 catégories de prix Nobel >


                - ceux qui sont politisés
                - ceux qui sont vendus
                - ceux auxquels personne ne comprend rien

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès