Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Kurt Waldheim : le président de l’Autruche s’en va avec son (...)

Kurt Waldheim : le président de l’Autruche s’en va avec son passé

Officier SA, Secrétaire général de l’ONU qui qualifia notamment de génocide le massacres des Hutus en juin 1972 au Burundi, chef de l’État autrichien, Kurt Waldheim fut un drôle d’oiseau.

Ce n’était pas un canard, ni un paon, mais bien une autruche, avec son long cou et son bec planté à terre.

En ce sens, il représentait bien un certain peuple qui avait été heureux, au début du siècle dernier, de la venue au pouvoir de Hitler, et qui était joyeux de la résurgence d’une Grande Allemagne.

Kurt Waldheim s’en va sans bruit, enfin presque, avec un léger écho de ses bottes d’officier SA qu’on aurait pu entendre en Yougoslavie ou en Grèce pendant la guerre.

Waldheim, c’était au départ pour moi un grand diplomate. Qui a couronné sa carrière avec deux mandats de Secrétaire général de l’ONU (entre 1972 et 1981). Chef du monde presque !

Ce n’est pas rien : pour être nommé, il faut l’accord des Américains, des Britanniques, des Français, des Soviétiques (à l’époque) et des Chinois. Au temps le plus pourri de la guerre froide. D’ailleurs, ce sont les Chinois qui lui refusèrent son troisième mandat.

Faut-il alors imaginer que les anciens Alliés connaissaient son passé vaporeux ? Mais qu’il avait en sa possession des informations capitales qu’il convenait de ne pas dévoiler ? Impossible à savoir.

Enfin, c’est quand même après une quarantaine d’années de bons et loyaux services au service du monde (de la paix ?) que ce même monde commença à sentir la puanteur de son passé.

On aurait alors pu imaginer qu’il s’enfermât chez lui tranquillement pour attendre la mort ou encore qu’il s’exilât dans d’obscurs pays protecteurs...

Non, il se présenta à la présidence de la République de son pays, l’Autriche. C’est une fonction plutôt honorifique (c’est le chancelier qui détient le pouvoir), mais à la différence de l’Allemagne ou d’Israël, le Président est élu au suffrage universel direct, comme en France, comme au Portugal en fait.

Malgré les polémiques sur son passé, il est brillamment élu en 1986. Il ne fera qu’un mandat. Il ne fera quasiment aucune visite à l’étranger, ses homologues ne le considérant pas comme un convive politiquement correct.

Que Kurt Waldheim ait eu un passé douteux comme de nombreux Autrichiens à l’époque, c’est relativement commun.

Qu’il ait été le premier responsable de la paix dans le monde pendant dix ans est déjà un peu plus original.

Mais qu’un peuple entier l’ait élu à sa tête en sachant pertinemment son passé nazi, ça sort de l’entendement.

Il ne me semble pas qu’on regrettera, ce vieillard de 88 ans.

Documents joints à cet article

Kurt Waldheim : le président de l'Autruche s'en va avec son passé

Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Chichile Chichile 15 juin 2007 12:58

    « Mais qu’un peuple entier l’ait élu à sa tête en sachant pertinemment son passé nazi, ça sort de l’entendement. »

    Je ne vois pas pourquoi... Je m’explique smiley

    Kurt Waldheim, avec toutes ses tares d’homme, d’être humain, devrait être privé de sa capacité à la rédemption, parce qu’il a commis quelques actes abominables, crimes, ou simple appartenance au NSDAP ? Et pourquoi donc ? Il existerait des crimes pour lesquels il n’y aurait pas de pardon possible, pas de rachat possible ? je m’en étonne.

    Je m’en étonne, car j’étais convaincu que chacun a la possibilité de réparer ses erreurs, et que nous avons tous le droit au pardon.

    S’il existe des crimes que l’on ne pardonne pas, pour lesquels, quelles que soient les actions que vous entreprendrez pour vous racheter, il faut en dresser la liste ! Que chacun sache que si l’on commet l’un de ces délits, l’un de ces crimes, point de salut ! C’est la corde smiley

    Je vous souhaite bon courage pour dresser cette liste de crimes, et la défendre contre tous ceux qui en trouveront encore à ajouter (pédophile, c’est pire/moins pire que officier SA en Autriche en 1943 ?), ou qui la trouveront trop longue, votre liste.

    PS : me souvenait pas que Waldheim présidant aux destinées de volatiles gobe-tout des latitudes australes de notre mappemonde. je vous félicite pour cette coquille smiley


    • LE CHAT LE CHAT 15 juin 2007 13:11

      @chichille

      je suis d’accord avec toi ! avoir fait partie du parti communiste soviétique n’a pas empéché gorbatchev , elstine , poutine d’être fréquentables ....

      Et pourtant , c’est kifkif !


    • Sylvain Rakotoarison Sylvain Rakotoarison 15 juin 2007 17:47

      À Chichile,

      « Chacun a la possibilité de réparer ses erreurs, et que nous avons tous le droit au pardon ».

      Je suis tout à fait d’accord avec vous, je crois aussi au pardon.

      Mais l’ennui, avec Kurt Waldheim, c’est qu’il n’avait émis, de son vivant, aucun regret sur son passé ombrageux.

      Je tempère cependant mes propos, puisque je viens d’apprendre ce 15 juin 2007 que dans un testament, il avait d’exprimé des regrets, posthumes donc.

      Regrets que je n’ai pas entendus, à ma connaissance, de la part de Maurice Papon.

      Cordialement.

      PS : Il ne vous a pas échappé, en lisant l’introduction, qu’il ne s’agissait pas d’une coquille.


    • Chichile Chichile 15 juin 2007 18:41

      « PS : Il ne vous a pas échappé, en lisant l’introduction, qu’il ne s’agissait pas d’une coquille. »

      Il y a des coquilles toutes volontaires smiley Celle-là m’aura bien fait plaisir.


    • Internaute Internaute 16 juin 2007 08:44

      Il n’est nullement nécessaire d’établir une liste des crimes qui seraient impardonnables. Il suffit d’établir la liste des victimes.

      La règle est toute simple et on la comprend facilement. Si la victime est juive et qu’elle est soutenue par les groupes activistes juifs alors et seulement dans ce cas là le crime est impardonnable, quelqu’il soit d’ailleurs.

      C’est le système de la terreur révolutionnaire dans toute son horreur. Un seul chef d’inculpation - avoir été dénoncé et toute la clique des journalistes s’en chargera. Une seule sentence - la mort. On a quand même évolué en 200 ans et la mort est remplacée par le banissement.

      On remarquera à ce sujet que des pépés qui ne sont même pas accusés d’êtres responsable de la mort d’une seule personne se retrouvent en prison dans des pays démocratiques pour avoir osé écrire des choses qui ne plaisent pas à tout le monde.

      Il est temps que nous prenions conscience de ce qui se passe et que nous reprenions nos libertés fondamentales.


    • leréveur 15 juin 2007 17:51

      ç’aurait été étonnant qu’il ne se trouve pas un intellectuel pour nous jouer du gros bourdon après le décès de Waldheim

      une fois de plus il fallait prendre les infos sur la BBC (ça va devenir une habitude !!) pour avoir une relation à peu près conforme à la réalité sur l’affaire Waldheim. Monsieur Sylvain le voit en SA en 1942 en ne sachant pas que les SS les avaient étripés à la nuit des longs couteaux en juin 1934. Passons.

      L’accusation d’atrocités dans les Balkans fut montée de toute pièce par le Congrès Juif Mondial, comme l’a rappelé la BBC afin de lui faire payer d’avoir laissé passer la résolution 3379 du 1er novembre 1975, assimilant le sionisme au racisme. En France il n’y eu guère que la regrettée Annie Kriegel (convenons qu’on ne peut pas l’accuser d’antisémitisme !!!) pour démonter cette propagande stupide qui malheureusement avait embarqué beaucoup de nos brillants penseurs, dont les media de l’époque comme seul sait le faire le peuple le plus intelligent du monde. Triste époque.

      ps :
      - depuis la dite résolution a été abrogée ; soulignons aussi que Waldheim n’était évidemement pas à l’origine de ce texte.
      - comme le fait remarquer un voxien, on attend toujours le tribunal de Nuremberg sur les crimes du communisme ; mais là on va attendre longtemps ...


      • Bof 16 juin 2007 08:40

        L’ auteur pourrait-il changer son titre , svp. Il me fait mal pour ce pays .


        • Internaute Internaute 16 juin 2007 17:18

          Votre article est diffamatoire car vous vous contentez de parler du passé douteux de Kurt Waldheim, sans même préciser en quoi il est douteux. Vous êtes donc entrain d’insulter un mort en laissant les gens gamberger et s’imaginer n’importe quoi.

          Si être engagé dans l’armée allemande en 40 lorsqu’on est en âge d’être conscrit est un « passé douteux » alors sachez qu’il reste au moins 30 millions de personnes au passé douteux en Allemagne. Cela fait beaucoup. Adenauer serait selon vous un homme au passé douteux, de même qu’Elmut Khol.

          Toutjours est-il que ce « passé douteux » dont vous n’avez même pas cherché à savoir ce qu’il était se trouve être une manipulation du Word Jewish Congress, ce que dénonce le journal israélien Haaratez que vous qualifierez peut-être dans votre ignorance de journal néo-nazi.

          Voici la référence

          http://www.haaretz.com/hasen/spages/871282.html


          • ExSam 17 juin 2007 21:33

            Waldeim, Waldeim...C’est pas le mec un peu brun qui s’est mangé une claque ?..

            Je crois bien que c’est passé sur toute la médiasphère mondiale. La claque c’était une nana qu’en avait. Parait qu’elle a fils qu’a fait ses classes pour un état colonisateur et qui veut que les fils de la Révolution française lui accorde le titre de représentant des citoyens.

            Même les chats peuvent faire des chiens. Sic transit...


            • fjr 20 juin 2007 15:30

              Pour être tout à fait honnête, il faut rappeler qu’une commission d’historiens réunie en 1988 a innocenté Kurt Waldheim de crimes de guerre (prise de position en soi assez étonnante), mais a conclu qu’il était au courant de ces crimes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès