Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La bataille d’Alep, dos au mur les américains jouent au Dr (...)

La bataille d’Alep, dos au mur les américains jouent au Dr Folamour

 La bataille d’Alep au nord de la Syrie peut être considérée comme le Stalingrad des islamistes coupeurs de tête ayant envahi ce pays.
Chacun devrait s’en réjouir car la coalition menée par la Russie, dont l’aide militaire a été officiellement demandée par le gouvernement syrien, est en train de libérer les territoires occupés par les mercenaires financés par les wahhabites saoudiens sur ordre de l’oncle Sam.
Cependant, cette opinion est loin de faire l’unanimité.
En effet, la victoire prochaine de cette coalition est considérée comme un échec géopolitique pour les américains qui tentent par tous les moyens de saborder cette dynamique de succès.

Quelques rappels sur la géopolitique américaine
La stratégie long terme des américains fut théorisée dans les années 40 par les inventeurs de la géopolitique que furent Halford John Mackinder puis Nicholas Spykman.

Dans les grandes lignes, ces derniers ont divisé la planète en 3 zones :
– Le Heartland
– Le Rimland
– les iles périphériques

Le Heartland, cœur du continent européen riche en ressources naturelles correspond en gros à l’ancienne URSS.
Le Rimland est une zone qui encercle cette dernière, soit un croissant qui va de l’Europe de l’ouest jusqu’au au proche et moyen orient (*) incluant également l’Inde et la Chine.
Enfin, les iles périphériques qui correspondent au reste de la planète, États-Unis, Japon, etc.

(*) Avec ses matières premières abondantes

copy-of-spykman
Cette théorie nous enseigne que celui qui contrôle le Hearland et le Rimland contrôle la planète.
Conséquence immédiate, il faut à tout prix éviter une alliance spontanée entre ces deux zones, à savoir la fameuse « Europe de l’Atlantique à l’Oural » chère au Général De Gaulle.

Toute la politique étrangère des USA depuis 60 ans environ est basée sur ces concepts, en commençant par la mise en œuvre de la doctrine Truman en 1947 qui induisit 40 années de guerre froide entre les blocs Est et Ouest.

Cependant, la perte inéluctable de l’hégémonie américaine et la constitution d’un bloc solide en face du bloc BAO (Bloc Américaniste-Occidentaliste) avec l’OCS (*) semble éloigner définitivement ce rêve de domination mondiale.

(*) Organisation de Coopération de Shanghai, organisation assez peu connue en occident car nos médias (gênés) en parlent peu. L’OCS devient un contre-pouvoir économique très sérieux au bloc BAO (incluant l’UE) avec de nombreux pays candidats pour y adhérer. L’un des objectifs majeurs de cette organisation est la dé-dollarisation des échanges.

Le début de l’histoire commence à la fin de la seconde guerre mondiale
A la fin de la seconde guerre mondiale, les États-Unis n’ayant subit aucune destruction sur leur sol, étaient devenus la première puissance planétaire. Après avoir consacré près de 40% du PIB à l’effort de réarmement, leur puissance militaire était devenue sans égale ou presque dans le monde .
Il y avait cependant un grain de sable de taille.
En effet, la Russie de Staline avait quasiment vaincu les nazis à elle toute seule en éventrant la Wehrmacht sur le front est.
Les américains l’avaient certes aidée par envoi de grandes quantités d’armements à partir de 1940.
Cependant c’est par un effort de guerre Russe sans précédent que la machine de guerre allemande avait été vaincue. La Russie était donc également devenue une puissance militaire considérable.

Et puisque l’idéologie occidentale capitaliste était opposée à celle de l’URSS marxiste communiste, les deux blocs devinrent des ennemis naturels.

L’équilibre de la terreur nucléaire avait mis les USA dans l’incapacité de détruire militairement le régime soviétique. Cette situation induisit cependant un certain nombre de guerres périphériques dont la plus sanglante fut celle du Vietnam avec près de 20% de la population civile exterminée par les bombes et épandages chimiques massifs des États-Unis (*).

(*) Avec 80 Millions de litres d’agent orange déversés sur le Vietnam, les américains nous démontrèrent leurs grands talents de comiques lorsqu’ils parlèrent de ligne rouge lors des attaques chimiques de 2013 en Syrie attribuées sans preuves au gouvernement Assad !

Ce contexte a perduré durant presque un demi-siècle jusqu’à la dissolution volontaire du régime communiste d’URSS en 1989.

Chute de l’URSS, un monde unipolaire…durant moins de 10 ans
Lorsque « l’est est passé à l’ouest », le capitalisme ultra-libéral triomphant a cru au concept Hégélien de « fin de l’histoire« , remis au gout du jour par Francis Fukuyama.

Il s’agissait alors pour clore définitivement le chapitre communiste de transformer l’économie Russe en économie de marchés à l’aide des méthodes habituelles du FMI [1].
Et comme à chaque fois, ces méthodes ont échoué.
La Russie s’est retrouvée exsangue à la fin des années 90 avec un PIB qui, en moins de 10 ans, avait chuté plus fortement que durant la guerre [1].
En parallèle, les américains crurent que le monde était devenu définitivement unipolaire.
Ces derniers eurent alors pendant un temps les mains libres pour continuer leur prise de contrôle du Rimland (première guerre d’Irak), considérant un peu hâtivement qu’ils contrôlaient le principal état du Heartland à travers leur homme de paille, le « pochetron » corrompu Boris Eltsine.

La Russie se redresse grâce à Poutine et la Chine émerge
En 1999, l’élection de Vladimir Poutine dans une Russie sinistrée changea complètement la donne.
En effet, ce dernier en véritable défenseur des intérêts nationaux réussit à mettre en place en Russie un habile compromis entre l’économie de marché et le pouvoir de l’état. En parallèle, il réussit à lutter contre la corruption oligarchique s’étant massivement développée sous Eltsine.
Le résultat fut un doublement du PIB en une décennie et un retour du pays sur la scène des grandes puissances.

Le président Poutine ayant décidé de mener une politique indépendante des USA, la Russie redevint bien entendu pour les américains un ennemi cette fois créé de toutes pièces.

Quant à la Chine qui refusa également de suivre les règles du FMI, son PIB explosa littéralement dans les années 90 et 2000 grâce à une économie libérale semi-dirigée.

Le bloc BAO, UE, OTAN
Durant les années 90 et 2000, le bloc BAO sous leadership américain poursuivi sa politique de prise de contrôle du Rimland selon deux axes  :
1) remodelage du moyen orient par la force grâce à « l’aubaine » du 11 septembre [2].
2) élargissement de l’OTAN vers les ex pays de l’est après avoir trahis la parole donnée aux Russes de ne jamais le faire (*).

(*) La trahison de la parole donnée est une constante dans la culture anglo-américaine, on rappellera seulement le viol systématique d’environ 400 accords signés avec les amérindiens.

La feuille de route américaine ayant été à peu près respectée avec l’invasion de l’Afghanistan, la destruction de l’Irak puis celle de la Libye, le tour de la Syrie était venu en 2011. Cette action sur la Syrie était planifié depuis 2009 comme l’a révélé ultérieurement Roland Dumas [5].

En effet, ce dernier a lâché le morceau en déclarant que 2 ans avant le début des hostilités en Syrie, « il se préparait quelque chose en Syrie » et qu’on lui avait proposé d’y participer :

L’invasion militaire directe ayant montré ses limites et surtout ses couts pharaoniques avec l’Irak en 2003, la technique retenue pour la destruction du régime à abattre fut celle de la guerre par procuration à travers des mouvements terroristes financés par l’allié Saoudien de longue date (pacte du Quincy) [3].
En effet, cette méthode avait plutôt bien fonctionné durant la guerre entre l’URSS et l’Afghanistan avec l’instrumentalisation d’Al-Qaida. A ceci près que ces derniers se sont ultérieurement retournés contre les américains.

Le plan américain pour détruire la résistance Syrienne, stratégie et propagande
La bonne vieille méthode utilisée lors de la guerre du Vietnam et décrite par Noam Chomsky [4] fut d’abord utilisée pour diaboliser le régime syrien de Bachar El Assad à travers les médias mainstream vassalisés.

L’argumentaire fallacieux basé sur la répétition médiatique repose sur les piliers suivants :
1) Bachar El Assad est un dictateur qui s’en prend violemment à ses opposants
2) De « pacifiques » manifestations de l’opposition en 2011 furent réprimées dans le sang par le gouvernement
3) Les opposants syriens qualifiés de « rebelles » se soulevèrent dans tout le pays pour renverser le gouvernement
4) Ne pouvant masquer le fait que la plupart de ces « opposants » sont en fait des mercenaires islamistes bien organisés (Daech, Al-Qaida, etc…), un oxymore fut inventé pour la circonstance.
Il s’agit bien entendu du concept d' »islamistes modérés » (*).

moderes-et-non-moderes

(*) Exemple de décapitation d’un enfant par des « islamistes modérés ».

On oublia cependant soigneusement de signaler les fondamentaux suivants :
1) Le début des troubles en Syrie a coïncidé avec le refus de Bachar El Assad de construire un gazoduc pour transporter le gaz qatari vers l’Europe afin de concurrencer le gaz Russe.
2) L’état syrien fut en réalité attaqué sur son sol par des combattants étrangers issus de plus de 100 nationalités différentes. Le groupe le plus important étant l’État Islamique apparu en Irak à l’issue de la destruction de ce pays par les américains en 2003.
(Bien peu de rapports donc avec une guerre civile).
3) Ces combattants bénéficient de gros moyens militaires et sont encadrés par des gens compétents et expérimentés. Ces derniers étant d’anciens cadres de l’armée de Saddam Hussein libérés à cet usage des geôles irakiennes par les américains.
4) Cette guerre par procuration est financée par les régimes sunnites extrémistes du golfe et en particulier l’Arabie Saoudite et le Qatar.
5) Les USA et leurs toutous (Grande Bretagne, France) livrent des armes aux islamistes dits modérés de tous poils par l’intermédiaire des saoudiens et des qataris. Des « conseillers » occidentaux sont également signalés dans les rangs des islamistes.
6) Les alliés des américains (Arabie Saoudite, Israël, Turquie,… ) ravitaillent les islamistes, soignent leurs blessés et achètent le pétrole extrait des puits volés aux syriens.
7] Et enfin, les opérations en Syrie étaient planifiées depuis 2009 (Roland Dumas [5]).

L’objectif des américains était en réalité de faire chuter le gouvernement de Bachar El Assad en laissant agir les hordes islamistes à leur place et prétendant qu’il s’agit d’une guerre civile.

La célèbre remarque de Fabius en 2012 prend alors tout son sens « Al-Qaida fait du bon boulot«  ou « Bachar ne mérite pas de vivre ».

Ce type de déclarations outre le fait qu’elles soient des incitations à participer au jihad en Syrie, sont également des apologies du terrorisme et des appels au meurtre caractérisés.
Elles constituent un délit puni par la loi pour le vulgum pecus (article 421-2-5 du Code pénal), mais manifestement pas pour un ministre en exercice.

Le plan américain ne se déroule pas comme prévu
Dans un premier temps, tout se passe bien.
Les dizaines de milliers de mercenaires psychopathes recrutés un peu partout dans le monde, drogués au Captagon et encadrés par les anciens généraux de Saddam firent le boulot d’invasion du territoire syrien grâce aux armes livrés en sous main par l’occident.
Ces derniers, motivés uniquement par une poignée de dollars avaient reçu l’assurance que l’armée de l’air syrienne serait clouée au sol par une « no fly zone » à l’identique de celle de l’opération de 2011 en Libye.

L’armée de Bachar El Assad abandonne dans un premier temps de vastes portions du territoire syrien aux islamistes dans une sorte de remake de la blitzkrieg nazie du siècle dernier.
En particulier l’est du pays est occupé ainsi que le nord avec la région industrielle et stratégique d’Alep Est assurant ainsi le ravitaillement des islamistes et la revente de pétrole vers la Turquie.
Cependant, avec l’aide massive du Hezbollah Libanais (ennemi d’Israël), de l’Iran (*) et la forte résistance des Kurdes (en guerre larvée contre la Turquie), l’ouest de la Syrie résiste durant 4 longues années à la poussée des envahisseurs.

(*) Les Iraniens savent que si la Syrie tombe, ils seront les prochains sur la liste

En 2015, la situation devient plus difficile pour l’armée syrienne du fait de la livraison massive de missiles antichars (Tow US et Milan Français) aux forces islamistes. Le président Assad décide donc en septembre 2015 de faire appel à la Russie pour une aide militaire.
Le président Poutine répond favorablement à cette requête et décide, conformément au droit international, de mettre en place un soutien aérien massif aux troupes au sol syriennes et à leurs alliés.

La Russie intervient en respectant le droit international
La Russie possède deux implantations militaires en Syrie avec la base navale de Tartous et la base de Hmeimim dans le nord-ouest de la Syrie aménagée pour accueillir jusqu’à une centaine d’aéronefs.
Petit détail qui a son importance, cette base est protégée par les redoutables missiles sol air Russes S400.
L’offensive aérienne russe, synchronisée avec l’armée régulière syrienne au sol débute en novembre 2015. Les Russes pilonnent les positions des divers groupes islamistes à l’aide de leur aviation et autres missiles de croisières tirés depuis la Caspienne.
Les résultats ne se font pas attendre avec la rapide reprise de la région de Lattaquie et surtout la libération chargée de symboles de la cité historique de Palmyre en mars 2016.

L’étape suivante débutée récemment consiste à libérer la région d’Alep des mercenaires jihadistes.
Avant l’invasion, cette région était le poumon économique de la Syrie avec plus de 1500 entreprises qui faisaient vivre plus de 1.5 millions de travailleurs.

L’offensive d’Alep, vers la libération totale de la Syrie
Lorsqu’en 2012 les égorgeurs jihadistes ont envahi massivement le nord de la Syrie et en particulier toute la partie est de la région d’Alep, les dirigeants occidentaux et leurs médias n’y ont rien vu à redire, aucun battage médiatique relatant des civils massacrés ou autres hôpitaux attaqués.

Alep est l’une des principales lignes de front où l’armée Syrienne réussit à résister à la poussée des mercenaires étrangers durant plusieurs années.
Le mérite de cette armée est d’autant plus grand que les troupes occupantes étaient sans cesse renouvelées à travers le recrutement de nouveaux fanatiques sur toute la planète et le remplacement du matériel militaire détruit par les Saoudiens et le Qatar.

La donne changea radicalement lorsque la Russie vint épauler l’armée syrienne avec son aviation.

Après avoir libéré plus de 15% du territoire occupé par les envahisseurs en seulement quelques mois, la coalition Russo-Syrienne décide en juillet 2016 de lancer une offensive pour libérer la partie est de la ville d’Alep, action qui couperait définitivement la route de la Turquie qui sert à ravitailler les islamistes et qui ouvrirait la route de la reconquête de tout l’est de la Syrie en commençant par Raqqa, la capitale autoproclamée de l’État Islamique.
Cette reconquête serait le coup définitif donné aux islamistes avec la jonction de la Syrie libérée avec la frontière irakienne.
Le croissant chiite Syrie, Irak Iran serait alors reconstitué.

2016-03-syrie

Les premiers succès de l’opération de libération d’Alep rendirent fous de rage les américains et leurs caniches.
Ils tentèrent alors de torpiller ce succès par tous les moyens à leur disposition.

L’Amérique humiliée devient incontrôlable
Une première phase de pseudo-négociations américaines pour obtenir un nouveau cesser le feu humanitaire fut effectuée dans le cadre de l’ONU, l’objectif étant de permettre aux forces d’invasion terroristes en mauvaise posture à l’est d’Alep de recevoir des renforts.
Ce cesser le feu entra en vigueur en septembre, il fut définitivement rompu une semaine après par une attaque des forces de l’OTAN à Der ez-Zor contre les troupes … de l’armée régulière syrienne assiégées.
Malgré les excuses de la Maison Blanche qui prétendit que ce fut une erreur, cette exaction semble montrer que le président ne maitrise pas les forces armées sur le terrain, il semblerait que cette frappe fut décidée par les faucons du pentagone en coordination avec les terroristes locaux qui lancèrent immédiatement une attaque contre les positions syriennes affaiblies.
(Autre hypothèse, Obama est en phase avec le Pentagone et les excuses officielles ne sont que de la manipulation).

Cette tentative un peu désespérée ayant échoué, des déclarations guerrières très virulentes furent lancées par les faucons américains :
– 02/09/2016 : La folle Hillary Clinton menace ouvertement la Russie de lui faire la guerre dans cette déclaration édifiante :

– 28/09/2016 : John Kirby, porte-parole du Département d’État américain déclare :
« Les conséquences (de l’aide Russe, voir la totalité de sa déclaration ici) seront que la guerre civile continuera en Syrie, que les groupes extrémistes profiteront du chaos en Syrie pour étendre leurs opérations, ce qui impliquera des attaques contre les intérêts Russes, peut-être même les villes Russes. La Russie continuera à renvoyer ses troupes dans des sacs mortuaires et ils continueront de perdre leurs ressources matérielles, sans doute plus d’avions »
En savoir plus sur http://reseauinternational.net/les-usa-menacent-d-attaques-dans-les-villes-russes/#qxogs2S4pHByBrUI.99

– 04/10/2016 : Général Mark Milley, chef d’état major de l’armée US :


"Nous vous détruirons" : Les terrifiantes... par les-crises

Le général Milley qui se croit dans « Starship Troopers »

Extrait :
« …Nous allons vous battre (les Russes) plus durement que vous que ne l’avez été auparavant… »
(Ce général ne sait manifestement pas que la Russie n’a jamais été vaincue sur son territoire, demandez à Napoléon ou à Hitler).

Nous attendons toujours les commentaires de nos médias sur ces déclarations d’une incroyable irresponsabilité de la part de nos « amis » américains.

Une désinformation médiatique naïve mais massive
Nos médias ont accompagné ces déclarations non relayées avec une propagande de guerre totalement naïve pour tenter de monter l’opinion occidentale contre le couple Poutine-Assad.
Les médias prétendent donc que ces derniers commettent des crimes de guerre en visant les civils à Alep est, voir Le Point, L’Express, FranceTVinfo et L’Obs ainsi qu’une synthèse ici.
Tout ceci ressemble donc fortement à la préparation des esprits à une guerre contre la Russie.

Bien entendu, les quelques véritables journalistes ou témoins de première main qui sont allés sur le terrain en Syrie tiennent un autre discours :
. témoignage d’un Français aidant la population d’Alep ouest
. Journaliste Britannique Vanessa Beelay de retour de Syrie, interview ici.
. l’archevêque d’Alep

Et une excellente analyse du géopolitologue franco-syrien Bassam Tahhan, interview ici.

Pendant ce temps à Mossoul…
Les élections américaines approchant, il serait opportun de jeter en pâture au public US une petite victoire militaire pour redorer le blason Clintonien qui en a bien besoin.
C’est le moment choisi par USA pour lancer une attaque sur la ville irakienne de Mossoul afin de la libérer de l’occupation des mercenaires de Daech.

Nous avons donc deux batailles similaires en cours, l’une en Irak et l’autre en Syrie :
1) D’un coté la coalition occidentale alliée à l’armée irakienne qui pilonne les positions de l’État islamique pour préparer la reprise de la ville de Mossoul par les troupes gouvernementales.
2) De l’autre coté en Syrie, la coalition russe alliée à l’armée syrienne qui pilonne les positions d’Al-Qaida pour préparer la reprise de la ville d’Alep par les troupes gouvernementales.

On nous présente d’un coté l’attaque en Irak de la coalition des gentils occidentaux comme une libération contre l’occupant islamiste.
En revanche pour la Syrie, la coalition des méchants Russes s’en prend à

l’opposition modérée au régime de Bachar en commettant des crimes de guerre contre d’innocents civils !
Ceci même si la coalition occidentale agit dans l’illégalité la plus totale car n’ayant ni mandat de l’ONU, ni requête officielle du gouvernement irakien et encore moins syrien pour intervenir.
(Contrairement à la coalition Russe qui agit en toute légalité sur demande officielle du gouvernement souverain de Syrie.)

A noter par ailleurs qu’il est vraisemblable que les islamistes d’Irak passent en Syrie pour renforcer leurs frères d’armes qui combattent les Russo-Syriens.

Les peuples occidentaux considérés comme des crétins gobes mouches
La propagande médiatique atteint aujourd’hui des sommets jamais vus depuis un siècle, les élites considèrent de plus en plus les population comme de parfaits crétins prêts à gober les pires mensonges.

Les Lapins crétin, l'une des réussites d'Ubisoft.

On peut toutefois émettre quelques doutes sur la totale efficacité de cette propagande, en témoigne le sondage du Figaro avec 96% de votes négatifs sur l’opportunité de soutenir les « rebelles » liés à Al-Qaida contre le gouvernement de Bachar.

Attentats sur notre sol et politique étrangère française
Rappelons que la vague d’attentats en cours sur notre sol avec près de 250 morts est directement induite par l’alignement aveugle de notre politique étrangère sur celle des américains.
Les familles de nos compatriotes sauvagement assassinés peuvent remercier MM Sarkozy et Hollande qui sont les premiers responsables de ces attentats [6].

Et ce dernier, indécrottable, persiste dans la même politique étrangère mortifère.

Notre président et son subalterne Ayrault dans une escalade sans fin du ridicule et de la soumission
Nous avons eu Laurent « Al Nosra fait du bon boulot » Fabius, et pensions avoir atteint le niveau zéro de l’intelligence géopolitique.

Nous avons maintenant Jean Marc Ayrault, et c’est encore pire, ce dernier ne possède même pas le sens de la rhétorique de son prédécesseur.
Notre ministre dans ses œuvres ici (interview par un journaliste de connivence sur LCI du 05/10).

Quelques perles extraites de cette interview édifiante :
« La guerre ne sert à rien. Elle ne fait que renforcer les djihadistes »
« La politique de la France est claire… Nous avons une stratégie, une vision. »
« Si le choix est entre Bachar et DAECH, il n’y a pas de choix. »

Après nous avoir amusé comme premier ministre, il revient avec un autre grand porte-feuille. Et il confirme son impéritie en couvrant de ridicule notre pays aux yeux de toute la planète.
Le meilleur conseil que l’on pourrait lui donner serait de se faire oublier et de retourner à sa mairie de Nantes pour s’occuper de la gestion des ordures ménagères.

Lorsque François « 10% » Hollande bombe le torse, cela donne ceci, une menace de ne pas recevoir le président Russe durant sa visite prévue en octobre, ainsi que des déclarations hallucinantes sur une menace de traduire le président Russe devant le TPI pour « crimes de guerre ».
Devant une telle détermination, on comprend pourquoi Vladimir Poutine a pris peur et a décidé d’annuler sa visite en France !

Compte-tenu de la dimension du président Russe et de son ministre des affaires étrangères Sergueï Lavrov qui ne jouent pas dans la même cour que les tocards d’en face, la Russie réagit rationnellement devant cette escalade avec mesure mais également avec fermeté.

Les lapins crétins qui s’abreuvent au journal télévisé de TFI ont tout de même eu droit à la réponse d’un Vladimir Poutine goguenard lorsqu’il entend les paroles des Kerry, Hollande et autres Ayrault.

La chaine LCI lui a accordé 2 petites minutes qui lui ont permis de synthétiser la situation réelle :

En réponse, la Russie renforce considérablement ses positions militaires au moyen orient
S’attendant à une répétition de « l’erreur » de Deir El Zor, et anticipant l’éventualité de la mise en place d’une zone d’exclusion ou d’attaques aériennes par l’OTAN, la Russie a renforcé les défenses anti aériennes de la région.
Après avoir enfin livré ses systèmes de défense aérienne S300 à l’allié iranien, au grand dam des occidentaux, les Russes ont renforcés leurs systèmes S300 et S400 (*) en Syrie après avoir modernisé les S200 déployés par l’armée syrienne.

s400-01

Ce redoutable système de protection du ciel syrien risque de compliquer singulièrement toute tentative des américains de créer une « no fly zone », ou autres options belliqueuses telles que l’attaque du pays par des missiles de croisières.
La répétition du scénario libyen est donc à exclure, sauf si les américains sont prêts à subir de lourdes pertes.

(*) Les S300 et S400 sont considérés parmi les meilleurs systèmes de défenses antiaériens du monde, ils sont mobiles, à longue portée et détectent à peu près tout ce qui vole, avions furtifs inclus.

Même si la probabilité d’une guerre nucléaire reste somme toute relativement faible, l’histoire nous montre qu’une situation peut se dégrader rapidement.
Le site « Le Saker » a effectué une très intéressante analyse des options possibles face à une attaque américaine sur les forces Russes.
Cinq scénarios sont envisagés entre un incident militaire unique tel que celui du bombardier Russe SU 34 abattu par la Turquie jusqu’à la guerre thermonucléaire totale entre les deux puissances

Synthèse
Alors qu’elle ne menaçait aucun pays étranger, la Syrie fut attaquée par des mercenaires jihadistes financés par l’Arabie Saoudite et le Qatar.
Cette attaque s’inscrivit dans le cadre de la stratégie d’hégémonie américaine au moyen orient.
En effet, après l’Irak et la Libye, le tour de la Syrie et plus précisément du gouvernement de Bachar El Assad était venu.
Une guerre directe étant couteuse et difficile à justifier en terme de communication, on décida d’utiliser des mercenaires islamistes recrutés dans la moitié des pays du monde.
Ces derniers furent alors présentés aux opinions publiques occidentales comme des « rebelles » syriens, terminologie propagandiste empruntée à la saga « La guerre des étoiles », même s’ils ne sont pour la plupart ni syriens ni rebelles.
Ils furent également qualifiés « d’islamistes modérés », expression vide de sens.

L’armée régulière syrienne, épaulée par le Hezbollah Libanais et l’Iran résista contre toute attente à l’invasion durant 4 années.
Lorsqu’il devint probable que cette dernière allait être vaincue devant des troupes d’invasion sans cesse renouvelées et bien armées, le président syrien lança un appel à l’aide au président Poutine.
Ce dernier répondit favorablement dans le respect de la législation internationale.
Il fournit alors un appui aérien relativement limité en nombre d’avions mais très efficace en terme de frappes.
En quelques mois, la situation s’inversa complètement et la coalition ainsi créée reprit de larges portions du territoire syrien occupé.
Après avoir réduit drastiquement l’approvisionnement des islamistes en bloquant la route de la Turquie au Nord, l’offensive pour reprendre la zone stratégique à l’est de la ville d’Alep fut lancée, ouvrant alors la voie à la reconquête de Raqqa, la capitale autoproclamée de l’État Islamique.

Cette situation étant intolérable pour les américains, la désinformation médiatique occidentale redoubla d’intensité et l’on assista à une escalade verbale belliqueuse sans précédent de la part de hauts responsables États-uniens.

A la tête de ces « faucons », la candidate aux élections de novembre Hillary Clinton -par ailleurs d’une probité sans failles !– multiplie les déclarations guerrières vis à vis de la Russie.

h-clinton-01

Cette femme psychopathe, totalement irresponsable est affublée d’une hystérie qui frôle la pathologie mentale. Elle met la planète entière sous la menace prochaine d’un conflit mondial majeur.

En face, la Russie de Vladimir Poutine, qui bénéficie de la légitimité internationale dans le conflit syrien répond avec une grande maitrise des enjeux mais aussi avec fermeté aux provocations multiples du camp de la guerre.

Coté Français, un président falot qui occupe par hasard le poste qui ne lui était pas destiné est tellement soumis aux américains que c’en est à vomir.
Il charge son ministre Ayrault, pas moins insignifiant que lui, de défendre l’indéfendable dans la cour des grands.
On constate par ailleurs qu’un seul pays dans ce conflit mérite son appartenance à cette cour et il ne s’agit pas de celui qui possède plus de 95% du total des bases militaires à l’étranger de la planète !

Conclusion
Il semble que nous soyons entrés dans une situation dont la dangerosité rappelle celle de la crise des missiles de Cuba en 1962.
Nous pouvons sans aucun doute parler d’un risque de conflit généralisé, même si pour l’instant il ne s’agit que de rodomontades coté ouest.
La probabilité d’une troisième guerre mondiale augmentera alors très fortement si c’est la « reine du chaos » qui arrache le pouvoir aux États-Unis d’Amérique lors des élections de novembre 2016.

A noter enfin que les États-Unis viennent de passer en mode d’alerte nucléaire « DEFCON 3 » à la date du 13/10/2016, nous n’avions pas atteint une telle tension internationale depuis 1973 à la suite du déclenchement de la guerre du Kippour.

Pendant ce temps, nos médias continuent à nous parler de mièvreries people, de la primaire à droite et du football comme si de rien n’était…

dark-vador

 

Liens
[1] « La grande désillusion » – Joseph E. Stiglitz – 2002
[2] Le général américain Wesley Clark dévoile que les plans d’attaque US de 7 pays du golfe étaient déjà prêts quelques jours après le 11 septembre – interview ici.
[3] « La géopolitique du moyen orient expliquée… »
[4] « La fabrication du consentement » – 1988, Edition 2002 – Noam Chomsky
[5] Déclaration fracassante de Roland Dumas – vidéo ici.
[6] Messieurs Hollande et Valls, changez de politique…


Moyenne des avis sur cet article :  4.85/5   (68 votes)




Réagissez à l'article

67 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 24 octobre 13:29

    joli oxymore qu’est l’islamiste modéré ! comme dit Brice de Nice , comme le ç de surfer , ça n’existe pas ! smiley

    mais pleurer sur le sort d’Alep quand on s’apprête à faire subir à Mossoul le sort de Fallujah , ils prennent vraiment les gens pour des cons ! et paraitre étonné d’une contre attaque de Daech à Kirkouk alors que ça fait un an que les journalistes racontent que les alliés vont attaquer Mossoul ,je pense qu’ils sous estiment largement les gens de Daech qui ont eu largement le temps de se préparer , quel enfummage !


    • Zevengeur Zevengeur 24 octobre 13:38

      @LE CHAT

      La stratégie atlantiste sur Mossoul avec les « fuites » sur sa reconquête prochaine ont été entendus par les islamistes locaux qui ont largement eu le temps de se déplacer vers Raqqa (et/ou Alep) avec armes et bagages !

      Et rappelons sans cesse que cette coalition occidentale est parfaitement illégale selon le droit international :
      - pas de résolution de l’ONU
      - pas de demande officielle ni de l’Iraq et encore moins de la Syrie


    • LE CHAT LE CHAT 24 octobre 14:05

      @Zevengeur

      je ne me fais aucune illusion sur cette pseudo coalition état irakien- milices chiites - hezbollah- iraniens- kurdes , ils ne vont pas arriver la fleur au fusil , les populations sunnites de Mossoul devront vendre chèrement leur peau , daech ou pas daech


    • Zevengeur Zevengeur 24 octobre 14:12

      @LE CHAT

      Je ne pense pas que Les Iraniens ni le Hezbollah fassent partie de la coalition qui lance l’offensive sur Mossoul, en effet ces derniers sont ennemis jurés d’Israël qui fait partie du bloc BAO.

      Et puis je ne pense pas non plus que ce soient les populations sunnites de Mossoul qui soient visées, c’est bien l’EI financé par les Saoudiens sur ordre des américains !
       
      comique non ?


    • wesson wesson 25 octobre 00:50

      @LE CHAT
      Le but de l’annonce à grand bruit de l’attaque de Mossul est littéralement de faire déménager l’EI en Syrie, pour qu’ils puissent continuer à faire chier Assad 


      « Bouhouhou, on arrives avec nos gros sabots, nos navions, nos drones, mais promis-juré, si vous vous barrez par exemple vers Raqqa en Syrie, et bien il se pourrait bien que nos bombes aillent s’écraser sur de la caillasse plutôt que sur vos pifs ... »

      Je schématise, mais en gros c’était ça le plan. La bataille de Mossul est clairement conçue non pas pour éradiquer l’OEI et la menace qu’elle représente, mais pour la pousser vers la Syrie, afin que le conflit puisse y durer encore de longues années. 

      C ’est à mes yeux une très mauvaise stratégie : Les Russes l’ont immédiatement comprise, et son en train d’amener sur zone ce qu’il faut pour hacher menu tout ce qui ressemblerait à un djihadiste en train de passer la frontière de l’Irak vers la Syrie.


      Et ils vont d’autant moins se gêner pour le faire que là on ne pourra pas leur reprocher de ne pas s’en prendre à l’OEI. 

      Les Russes sont craint par tout le monde dans la région, car ils ont bel et bien stoppé le trafic de pétrole vers la Turquie, et ils ont objectivement retourné la situation à l’avantage du gouvernement Syrien. l’OEI est chez elle en Irak (sa branche militaire fut construite sur les décombres de l’armée Irakienne de Saddam Hussein), elle y a été en sécurité jusqu’à maintenant. Dès la frontière Syrienne passée, ils ne seront d’abord plus chez eux, ensuite sous la menace constante des Russes. C’est à mon sens ce qui les fait réfléchir, et leur empêche de mordre à l’appât que on leur a préparé.




    • LE CHAT LE CHAT 25 octobre 13:14

      @wesson

      Salut Wesson ,

      les russes sont dans le vrai , on ne peut pas combattre l’islamisme à moitié !

      Alep ressemble de plus en plus à Grozny ......


    • sirocco sirocco 24 octobre 14:12

      "Nous avons donc deux batailles similaires en cours, l’une en Irak et l’autre en Syrie :
      1) D’un coté la coalition occidentale alliée à l’armée irakienne qui pilonne les positions de l’État islamique pour préparer la reprise de la ville de Mossoul par les troupes gouvernementales.« 

      Oui, euh... ça c’est de la pure propagande atlantiste. Car en fait sur le terrain :

       
      - Les USA et leurs valets (dont la France, évidemment) sont sur place pour exfiltrer les djihadistes de Daesh et leur permettre de rejoindre, sains et saufs, ceux qui combattent Bachar el Assad en Syrie.

       
      - Les seules frappes de la »coalition« américaine ont pour le moment touché des Irakiens (une procession et quelques civils), naturellement »par erreur"...
      De même que les seuls bombardements de cette même coalition en Syrie s’attaquent à l’armée gouvernementale et aux infrastructures du pays (dont de nombreux ponts détruits).


      • Zevengeur Zevengeur 24 octobre 14:29

        @sirocco

        En effet, las actions réelles de la « coalition occidentale » sont à examiner de près sur le terrain.

        Cependant mon propos dans cette partie de l’article était de faire un parallèle entre les 2 batailles pour mettre en exergue la mauvaise foi de notre clique politico/mé(r)diatique sur le 2 poids 2 mesures.


      • njama njama 24 octobre 14:16

        La grosse arnaque des médias (à moins qu’il ne s’agisse que de leur ignorance crasse ? ou pire d’un mensonge délibéré) c’est de faire passer Alep pour la capitale de la « rébellion », le bastion des gentilles Forces démocratiques syriennes (FDS) ce qu’elle n’a jamais été ...
        Alep ne manifestait pas, Alep était calme l’été 2011 jusque fin 2011.

        La « Bataille d’Alep » a été menée par des islamistes en juillet 2012, c’est la réalité, et ce que chacun peut lire sur Wikipédia ou vérifier ailleurs :
        des forces démocratiques à Alep ?

         la bataille d’Alep 19 juillet 2012 !  « Le camp rebelle rassemble une multitude de brigades, la plus importante à Alep étant jusqu’en 2014 le Liwa al-Tawhid [groupe islamiste sunnite proche des Frères musulmans]  intégrée initialement à l’Armée syrienne libre, puis au Front islamique. »

        Ce sont encore aujourd’hui des islamistes qui occupent Alep-est, qui prennent les civils en otages comme boucliers humains et qui continuent de bombarder Alep-ouest avec des mortiers, des missiles-maison qu’ils appellent le « feu de l’enfer », des lance-bouteilles de gaz_roquettes remplies d’explosifs.

        https://www.youtube.com/watch?v=dDDdanaVa70


        • Zevengeur Zevengeur 24 octobre 14:25

          @njama

          En effet, Alep Est est l’une des principales lignes du front de l’armée régulière de Bachar qui résista durant 4 ans (aidé par l’Iran et le Hezbollah) aux hordes islamistes d’invasion. 

          L’intervention Russe a changé la donne, l’armée Syrienne est en train de libérer Alep Est.
          (Cette libération ne se fait certes pas sans violences)


        • njama njama 24 octobre 14:45

          @Zevengeur
          Le régime syrien propose l’amnistie s’ils déposent les armes, ou leur évacuation par bus avec seulement une arme légère et leurs familles ... il y a 7 ou 8 corridors, couloirs humanitaires, les rebelles les rendent impraticables et menacent de tuer ceux qui veulent les emprunter.

          Oui la libération d’Alep-est risque d’être violente et difficile puisque des civils sont pris en otages, et parce que l’État syrien doit faire face à des jusqu’au-boutistes forcenés ... qui jouent peut-être le contre-la-montre espérant une aide extérieure de dernière minute, us ou turque ? Il est vrai que dans les chancelleries de la coalition ça gesticule bcp pour essayer de sauver ces barbus
          ------------------------

          Photo Comparison : Aleppo City – Before and After ‘Arab Spring’
          29.08.2016
          https://southfront.org/aleppo-city-before-and-after-arab-spring/


        • Zevengeur Zevengeur 24 octobre 15:00

          @njama

          Cette chair à canon islamiste chargée au Captagon est convaincue en cas de mort violente d’un accès illimité au paradis avec ses 70 vierges, etc...

          Leur proposer la survie les dépriment au plus haut point !

          http://numidia-liberum.blogspot.fr/2016/10/daech-tire-au-sort-un-terroriste.html


        • njama njama 24 octobre 14:35

          Washington n’ignore pas depuis 2012 que depuis le début il n’y a surtout qu’un ramassis d’islamistes de 36 pays comme l’indiquait clairement le Rapport de la DIA (Defense Intelligence Agency), département de la défense américaine, en août 2012, 7 pages qui caractérisaient de façon précise la nature du conflit en Syrie et avaient prédit l’émergence de l’Etat Islamique.

          Que de mensonges donc, sortis des médias, et des déclarations des hommes politiques, plus que des rivières, des fleuves en crues, car pourquoi les USA ont-ils ignoré ces prédictions de la DIA ? *... qui se sont toutes confirmées.

          Ce n’est pas rien d’être complices de crimes de guerre, de massacres, d’une hécatombe ! l’Histoire rattrapera toute cette troïka politique qui nous ment depuis plus de 4 ans, sciemment ! et si elle ne les traîne devant un TPI, elle les couvrira d’opprobre
          car il sera difficile de faire croire que Washington chef d’orchestre aurait floué ses partenaires, tous béatement crédules ?

          * article source May 22, 2015 Secret Intel Reports on Syria & Iraq Revealed by Rick Sterling

          http://www.counterpunch.org/2015/05/22/secret-intel-reports-on-syria-iraq-revealed/


          • le_tocard (---.---.196.50) 24 octobre 23:02

            @njama

            C’est une chose que les administrations et experts de terrain pondent des rapports, c’en est une toute autre que le pouvoir politique en tienne compte , et je ne parle meme pas de se décider a l’action ..
            Daesh a profité de l’alternance entre administration Bush et Obama, qui venait de recevoir le prix nobel de la paix et n’a jamais voulu se meler de trop près a ce maudit moyen orient . Il a laissé France et Angleterre s’occuper de la Lybie en se contentant de soutien logisitique , il a laissé Arabie Saoudite et Qatar s’occuper de la Syrie et a meme du freiner le guerrier Hollande. Une partie du Pentagone et de la CIA ne semble pas exactement sur la meme ligne et courcircuitent le pacifisme d’Obama en essayant de ne pas etre trop voyants.
            Je ne mettrai donc pas les USA en vrai chef d’orchestre . Je comparerai plutot ca a un parrain qui laisse certains de ses caids règler leurs comptes .


          • Zevengeur Zevengeur 25 octobre 09:11

            @le_tocard

            Avec les Démocrates US, on préfère la guerre par procuration.
            On envoie les alliés faire le boulot, ou alors on utilise le dronage massif, tout ceci étant un peu moins visible pour les lapins crétins de l’opinion publique (enfin c’est ce que pensent les élites).


          • Gorg Gorg 24 octobre 15:41

            @ L’auteur

            Merci de cette excellente synthèse. Un peu long mais indispensable. Rien à rajouter, tout y est.

            Cordialement


            • roman_garev 24 octobre 20:54

              Pour ceux qui croient encore en supériorité de l’armement étasunien sur le russe : le char Abrams s’enflamme comme une bougie touché par le vieux Kornet soviétique en Irak - vidéo.


              Sur ces entrefaites, les USA accusent la Russie d’avoir perturbé l’ionosphère pour créer des aurores bauréales excessives et imposent les sanctions dites « auréolées » smiley

              • QAmonBra QAmonBra 24 octobre 21:18

                Merci @ Zevengeur pour le partage.

                Excellent article aussi concis que complet vu la densité du sujet, aucune virgule à y retrancher ni ajouter.


                • Rik.D Rik.D 24 octobre 21:21

                  Bonsoir Zevengeur,


                  Merci pour cette synthèse, à laquelle je souscris sans aucune réserve.

                  En complément - si vous me le permettez - je conseille à ceux que le sujet intéresse, de lire le travail des journalistes Chesnot et Malbrunot ( Qatar : les secrets du coffre-fort, Les Chemins de Damas, Nos très chers émirs ) pour comprendre à quel point notre pays, et surtout ceux qui le dirige, est totalement aux fraises en terme de géopolitique cette dernière décennie.


                  • berry 24 octobre 21:32

                    La campagne électorale américaine ne doit pas être étrangère au climat d’hystérie qui règne depuis quelques semaines contre la Russie.
                     
                    Si un climat de guerre froide s’installe, ça peut nuire à Trump qui a eu des messages d’apaisement envers la Russie. Il est plus isolé et moins expérimenté que sa rivale, il va apparaître comme un faible et un incompétent qui veut dialoguer avec « le dictateur Poutine », selon la terminologie de la propagande américaine.
                     
                    Clinton fait jouer son expérience, ses relations et tout le poids de l’appareil d’état démocrate.
                    Dans une période dangereuse, elle peut apparaitre plus rassurante pour les électeurs, d’où l’intérêt de faire monter la tension pour l’oligarchie qui la soutient.
                     


                    • goc goc 24 octobre 23:16

                      @berry
                      Si Trump est élu, il jouera le même rôle que le débile Bush junior, c’est à dire faire la façade, pendant que les neo-cons organiseront soit le pire des false-flag, soit iront directement lancer leurs bombinettes sur la Russie.
                      Et si Trump refuse d’appuyer sur le GBR, alors c’est lui qui sera la victime principale d’un super attentat terroriste perpétré grâce à des bombes marquées « made in Russia » (même pas écrit en cyrillique)


                    • bonalors 24 octobre 22:02

                      c est la ou l on comprend simplement que tous les socialos et particulierement ceux au pouvoir sont des psychopathes de la derniere espece prets a massacrer des centaines de milliers de femmes et enfants juste pour voir leur compte en banque continue d etre credite a la fin du mois ...
                      A l heure de leurs morts tous ses connards font se pisser dans leur froc en s inventant une nouvelle vertu Chrétienne,


                      • SamAgora95 SamAgora95 24 octobre 23:02

                        Ânerie ! 


                        Celui qui est le centre de ce manège est presque totalement absent de l’article.

                        Le combat est bien plus débile que ça, il s’agit simplement de placer Israël (par idéologie religieuse) au centre du commandement mondiale.

                        Supprimer les sionisme et rien de ce que raconte l’article ne serait arrivé ! C’est un fait !


                        Tout ce résume à ça :


                        et à ça :




                        • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 25 octobre 06:59

                          @SamAgora95

                          Vous avez 100% raison sur le fond mais je ne suis pas d’accord avec vous.
                          Cet article est excellent et résume bien l’affaire.
                          Que par une métonymie des plus courantes, il mette en avant en avant l’instrument (USA) plutôt que l’agent (Israël) ne saurait lui être reproché tant il est, ici au moins, de sens commun que les néoconservateurs qui dirigent l’Etat profond US sont des catalans au service du projet sioniste (c’est pas moi, c’est le père Bush qui le disait à son fiston).
                          Vous êtes radical, je l’étais aussi mais depuis je suis arrivé à l’idée qu’il faut être sub-lime, cad, juste en dessous de la limite de ce que les gens peuvent supporter pour qu’enfin ils entendent et voient ce qu’il y a à comprendre.
                          Autrement dit, il vaut mieux des demi-vérités qui se fassent entendre plutôt que vérités pures et simples qui restent enterrées.


                        • Zevengeur Zevengeur 25 octobre 09:23

                          @SamAgora95

                          C’était déjà la guerre du pétrole bien avant la création de l’état d’Israël, le dépeçage du moyen orient ne date pas de mai 1948 !


                        • SamAgora95 SamAgora95 25 octobre 11:15

                          @Luc-Laurent Salvador

                          Ne vous inquiétez pas, je sais aussi faire preuve de subtilité dans le monde réel, mais étant donné la petite porté d’un site comme un Agora, l’anonymat qui permet d’exprimer ses idées sans la censure liée à la pression sociale, je me permet donc de les exprimer sans retenu (au moins dans un commentaire noyé dans la masse), c’est une sorte de défouloir.....s’il faut faire preuve de subtilité même dans ses conditions, alors où nos pensés sans langue de bois ni diplomatie pourraient-elles s’exprimer ? surement pas sur BFM ou TF1.

                          Mais vous avez raison, je retire le mot Ânerie, l’article n’est pas mauvais il est même bon (merci à l’auteur), il relate les faits sans extrapoler, cela dit beaucoup ne se rendent pas compte (les Américains les premiers) que les USA sont parasités et n’agissent probablement pas de leur propre volonté depuis la 2e guerre mondiale. 

                        • Zevengeur Zevengeur 25 octobre 11:29

                          @SamAgora95

                          Tout ramener à Israël me semble un peu réducteur,
                          pour moi cet état ou plutôt ses élites ne sont que l’une des puissances parmi d’autres qui influencent la politique américaine.


                        • tab 24 octobre 23:07

                          Encore un article de diversification odieuse. Quand la Russie assumera-t-elle ses crimes et ceux qu’elle soutient ? Sont-ce les américains qui balancent du chlore depuis des hélicos ? Non. L’auteur nie-t-il les bombardements extrêmement violents et aveugles de la Russie ? L’auteur nie-t-il les victimes civiles, très nombreuses, et notamment le bombardement d’hôpitaux par les Russes et le régime syrien ? L’auteur nie-t-il la dimension de guerre civile de ce conflit ? Pour lui Assad est-il aimé de tout son peuple, et cela se voit-il lorsqu’il tue les enfants syriens ? Pour l’auteur, est-ce que les rebelles sont tous Daech ou Al Nostra ? Pour l’auteur, les islamistes d’Iran et du Hezbollah sont ils de gentils islamistes tandis que les rebelles syriens eux, sont que des méchants ? Pour l’auteur, est-ce le conflit confessionnel n’existe-pas ? Enfin pour l’auteur peut-il donner la définition de djihadiste, d’islamiste, de terroriste, de rebelle, parce qu’il semble confondre tout ça, comme Poutine et Assad d’ailleurs. 


                          Si l’auteur n’apporte pas de réponses, c’est qu’il est soit aveugle, soit payé par le Kremlin. Impossible autrement. Article qui disculpe, qui déresponsabilise, qui rejette la faute sur les autres. Bientôt, ce seront les français et les occidentaux qui balancent du chlore sur les alépins. Tellement facile, tellement petit, tellement lâche. Article scandaleux. 

                          Dans 10 ans Assad et Poutine rendront des comptes. Vous ferez moins les fiers. Vous pouvez cracher sur les USA. En soutenant la criminalité russe et syrienne, vous ne valez pas mieux. 

                          • tab 24 octobre 23:08

                            @tab

                            * article de diversion 

                          • berry 24 octobre 23:59

                            @tab
                            Ce sera peut-être vous et les dirigeants actuels qui devront rendre des comptes.
                             
                            Les choses changent assez vite en ce moment ; en l’espace de 3 ou 4 ans, ce sont l’Egypte, la Turquie, la Hongrie et les Philippines qui en envoyés les USA se faire foutre.
                            Vu l’exaspération qui monte en Europe, ça m’étonnerait que les gouvernements pro-américains actuels restent éternellement en place.
                             
                             


                          • tab 25 octobre 00:25

                            @berry

                            Ce n’est pas une question de camp ici, monsieur. Les crimes de Poutine et Assad sont réels. Il n’y a pas à en discuter la véracité ou non. Assad et Poutine rendront donc des comptes. 

                          • JC_Lavau JC_Lavau 26 octobre 15:56

                            tabarnak ! Ça m’aurait étonné que le psychopathe ne vienne ici déverser sa haine.
                            Aux petites maisons !


                          • goc goc 24 octobre 23:10

                            Merci à l’auteur pour cet article

                            Petite mise à jour du 24/10/16 à 23h00
                            D’après RT :

                            Nations unies : plus de 80 ONG appellent à l’exclusion de la Russie du Conseil des droits de l’homme Pour info, le « Conseil des droits de l’homme », c’est cet organisme qui avait mis l’Arabie Saoudite à sa tête, c’est dire la crédibilité d’une telle organisation.

                            Il est clair que ce pilonnage médiatique et pseudo-humanitaire, allant jusqu’à l’hystérie, ne peut que démontrer l’impuissance des USA sur le plan militaire. Aujourd’hui l’Amérique ne peut plus rien faire pour éviter la défaite, alors ils mobilisent leurs valets afin de faire apparaitre la Russie comme le mal absolu.
                            Ce que les ricains réalisent aujourd’hui, avec leurs scénarios hollywoodiens montrant des envahisseurs (par exemple les serpents dans V) et de pauvres mais valeureux combattants sauvant au final notre planète, c’est qu’aux yeux du monde, le rôle des "serpents, est attribué aux USA, et le rôle des sauveurs aux russes. Voila pourquoi cet acharnement médiatique.
                            Mais avec des médias de moins en moins respectés (et surtout de moins en moins respectables), leurs messages ne passent plus.


                            • tab 24 octobre 23:16

                              @goc

                              Déjà il serait bon de bien sourcer vos dires. L’Arabie n’est pas à la tête de du conseil des droits de l’homme, elle est représentante de la section Asie de celle-ci pour cette année, et c’est tout. Et elle n’est même pas seule représente de l’Asie. Le président général du Conseil est un sud coréen. On est donc dans un scandale, certes, mais pas non plus un bouleversement colossal. Beaucoup de pays peu recommandables, sont dans cette organisation. 

                            • tab 24 octobre 23:17

                              @goc

                              Et vous n’avez pas d’excuse. La page wikipédia suffit.



                            • goc goc 24 octobre 23:28

                              @tab
                              vous devriez prendre des cours de conjugaison. J’ai écrit « avait » pas « a »
                              donc pour votre information voici la source

                              L’Arabie Saoudite élue Présidente du groupe en charge de nommer les experts du Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies 
                              ONU : l’Arabie saoudite prend la tête d’une instance stratégique du Conseil des droits de l’homme et provoque la colère des associations
                              Et si vous voyez vos copains saoudiens, demandez-leurs pourquoi ils bloquent les enquêtes concernant leurs exactions au Yémen. On en profitera pour savoir si les 80 ONG vont aussi demander l’exclusion des USA pour leurs massacres au Pakistan, en Libye, à Panama, en Somalie, et j’en passe !

                            • tab 24 octobre 23:40

                              @goc

                              Il n’en demeure pas moins votre inexactitude. Et fonder sa critique sur une inexactitude, c’est faire l’inverse de l’effet escompté. Quant aux saoudiens, ils ne sont certainement pas mes amis. Mais pour les critiquer, et ils sont largement critiquables, il faut néanmoins avoir un peu de crédibilité dans les critiques et donc être exact, simple rappel. 

                            • goc goc 25 octobre 00:13

                              @tab
                              quand le sage montre la lune du doigt, l’imbécile regarde le doigt.


                            • tab 25 octobre 00:43

                              @goc

                              Parce qu’en plus vous estimez critiquer à bon escient et surtout faire votre devoir citoyen ? Mais monsieur, vous brassez de l’air. Vos dénonciations, non seulement sont inutiles mais qui plus est, fallacieuses puisque fondées sur des inexactitudes. 

                              Point. Ce que je dis est essentiel. A force d’approximations, vous arrivez à critiquer finalement ce que l’Arabie Saoudite n’a pas fait, et donc à décrédibiliser votre cause. Vous pouvez me critiquer, mais vous êtes abreuvé par l’inculture française grandissante sur tous les sujets difficiles, l’Arabie Saoudite en est un. Dire que les saoudiens, sont des gros méchants, ça ne sert à rien, ça ne fait en rien avancer le problème. C’est une panacée. C’est aussi plat qu’un discours d’un militant en manque d’inspiration. Comprendre les ressorts de l’état saoudien, ses stratégies et ses buts, c’est plus ambitieux. Vous, vous voyez qu’ils coupent des têtes. Vous dites, c’est mal. Ca l’est. Mais le dire ne suffit pas. Qui pour comprendre ce pays et donc le dénoncer à la hauteur de ses crimes ? 

                              Je ne vous permets donc pas de me traiter d’imbécile. Qui ici à lu des ouvrages sur l’Arabie Saoudite pour comprendre l’origine de ce pays monstrueux ? Pas vous. Moi si. Alors restez modeste monsieur. Après, quoi que je dise, vous ne le comprendrez pas. Regrettable. 

                            • goc goc 25 octobre 01:44

                              @tab
                              t’es encore debout ??? à cette heure ?

                              allez, va prendre ta pilule et nous faire un bon gros dodo !! smiley

                              comme ça tu vas pouvoir rêver d’un monde merveilleux, plein de gentils saoudiens qui décapitent ceux qui ne pensent pas comme toi. Le paradis quoi !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès