Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La Biélorussie fait des progrès

La Biélorussie fait des progrès

Dans un contexte des déclarations des politiciens lituaniens que le gouvernement Biélorussien manque de transparence dans la construction de sa centrale nucléaire, la Commission Européenne constate le contraire. Quant à l’énergie nucléaire, la Biélorussie est ouverte et transparente. « Concernant la centrale d’Ostrovets, toutes les parties intéressés nous ont fourni des informations nécessaires ; nous avons reçu une grande quantité des données du ministère de l'Énergie, du régulateur Gosatomnadzor et du prestataire des services », - a noté le chef de la délégation de la Commission européenne à la Biélorusse NPP Gerassimos Thomas.

Cette visite à la centrale nucléaire en Biélorussie, qui s’est effectué les 19-20 Septembre, a été prévue dans le cadre de réalisation du programme national de sécurité nucléaire et dédiée principalement aux stress-tests, qui doivent être conduits d’ici la fin de l’année. En fait, le pays apporte l’attention prioritaire a la sécurité de ces objets nucléaires – c’est pour cette raison qu’elle a signé la déclaration commune de l’UE et les pays voisins sur l’estimation compréhensive des risques et de la sécurité des centrales en 2011. Selon le porte-parole du ministère biélorusse des Affaires Etrangères M. Mironchik, « pour s’assurer dans la sécurité du projet national d’énergie nucléaire, nous utilisons au maximum des outils élaborés par des organisations internationales spécialisées – nous collaborons avec l’Agence internationale de l’Energie Atomique, la Commission européenne, l’Association mondiale des exploitants nucléaires et d’autres partenaires ».

A l’issue de la visite, dont le thème majeur a été stress tests des centrales, M. Thomas a souligné que l’atmosphère de l’événement était transparente : « Notre dialogue a été ouvert, et nous voyons des progrès dans tous les domaines ». Les représentants de la Commission ont confirmé leurs intentions de soutenir l’autorité de sûreté nucléaire biélorusse du coté technique au cours des stress tests. Leurs résultats seront ensuite passé en forme du rapport national à l’organe exécutif de l’UE. 

Cet événement a été suivi par une mission AIEA de type "Integrated Regulatory Review Service" (IRRS), qui a examine le système biélorusse de contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection au regard des normes de l’AIEA. Cette mission de quinze jours, ayant passé en Octobre, a inclut 20 experts avec Petteri Tiippana, directeur général de l'Autorité finlandaise de sûreté nucléaire et de radioprotection (STUK), en tête. Le travail de la délégation a été observé par un représentant de la Commission européenne Mark Hulsmans. A l’issue de la mission M. Tiipan a conclu : « Sur la base de ce que notre équipe a pu voir, nous souhaitons constater que la Biélorussie a élaboré un système clair de supervision dans le domaine de la sûreté nucléaire et radioprotection. Deuxièmement, la Biélorussie est un pays dont l’adhésion à la stratégie de sécurité on peut voir clairement, ce que je peux dire avec certitude après des entretiens avec des détenteurs de licence, des régulateurs et des organismes gouvernementaux ». Un autre aspect qui a été positivement marqué était le niveau de coopération et d’échange informationnel entre les autorités d’Etat et les exploitants, ce qui devrait permettre de passer avec succès toutes les étapes de la construction jusqu’au démarrage et ensuite pendant le fonctionnement de la centrale. Mais, sans doutes, il reste encore beaucoup à faire – en résultat d’examen la mission a formulé 25 recommandations et 20 propositions dans le but d’améliorer le cadre réglementaire, les des procédures d'autorisation et de supervision et de développer le système de soutien technique.

La centrale d’Ostrovets est la première centrale nucléaire en Biélorussie, qui est en train d’être construite selon le projet russe. Le site sera composé de deux unités d'une capacité totale de 2400 MW et doté par un réacteur à eau pressurisée type VVER-1200 de la génération 3+. La construction s’effectue dans la manière transparente. La centrale répond à toutes les exigences de l’AIEA, y compris les exigences de sécurité après-Fukushima, bien qu’aux revendications du code environnemental et sanitaire. La particularité principale de la centrale est l'utilisation combinée des systèmes de sécurité active et passive, ce qui réduit considérablement l'impact des facteurs humains. Le système d'évacuation passive de la chaleur permet d'évacuer à long terme la chaleur résiduelle du cœur du réacteur à l'air ambiant, aux conditions d'absence de toute source d'alimentation. En outre, le projet est équipé de couche protectrice double et le piège de la masse fondue, ce qui élimine les possibilités de la fuite de matière radioactive dans l'environnement. La centrale biélorusse est correspondante à la centrale nucléaire Novovoronezh-2, dont l’unité analogique 3+, le premier en son genre dans le monde, avec des systèmes avancés de sécurité a été valablement lancé en aout 2016. 

De plus, d’après le vice-premier-ministre de Biélorussie Vladimir Semashko, l’économie du pays va beaucoup bénéficier du projet d’Ostrovets. La construction engage bien des compagnies nationales, crée des milliers des emplois et permet de développer l’infrastructure.

En ce qui concerne la sécurité environnementale de la centrale, l'expédition conjointe du mouvement russe "Oka" et l'association publique biélorusse "Initiative écologique", qui s’est également tenue en Octobre, a donne des conclusions positives. "L'état de la centrale d’Ostrovets, l'ordre sur le chantier, le système de sécurité appliqué au cours de construction, les systèmes de contrôle – tout ca nous a satisfait," - a déclaré le président du Conseil de l'organisation biélorusse. Une équipe internationale de spécialistes a pris connaissance du déroulement des travaux de la construction, a mesuré la dose du rayonnement sur le chantier de la centrale, a conduit des études environnementales et sociologiques a Ostrovets et dans le district d’Ostrovets - leurs résultats, placés dans le domaine public, constitueront la base du passeport écologique de la centrale, qui sera utilise pour effectuer la surveillance à long terme de l’état de l’environnement en zone d’opération de la centrale. Par ailleurs, des représentants des organisations internationales écologiques sont volontiers invités à participer dans la surveillance.

La visite de la Commission Européenne sur la centrale biélorusse et le jugement de son déroulement donné après permettent de démentir des assertions de la partie lituanienne, que la Biélorussie ne révèle pas l’information complète sur le projet à Ostrovets, pendant que les résultats de la mission AIEA et des mouvements écologiques révèlent le respect des toutes les normes de sécurité et de protection d’environnement. Il existe à présent un espoir que la collaboration de la Biélorussie avec nombreuses organisations internationales apportera ses fruits et dissipera toutes les craintes lituaniennes. 


Moyenne des avis sur cet article :  4.13/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • sarcastelle 2 novembre 20:14

    Par les moustaches de Plekszy-Gladz ! Quel bavardage !

    .
    le projet est équipé de couche protectrice double
    .
    Ce jargon veut-il dire qu’il y a une double enceinte de confinement ? Je demande ça bêtement parce que plusieurs sites affirment qu’il n’y a pas de « sarcophage », autre formule ridicule probablement pour dire qu’il n’est pas prévu d’enceinte de confinement, comme à Tchernobyl. Le sarcophage, c’est la boîte construite après l’accident pour limiter les fuites. On se doute donc qu’il n’y a pas de sarcophage. Qu’y a-t-il comme enceinte de confinement ? Que disent au juste les Lithuaniens ? 
    .
    L’enceinte de confinement, c’est la différence entre Tchernobyl et Three Mile Island, entre un désastre et rien. Alors ? 

    • sls0 sls0 2 novembre 23:18

      @sarcastelle
      Dans le texte on parle de PWR (eau pressurisée) comme en France et non de BWR (eau bouillante) comme à Tchernobyl, il n’y a pas lieu d’avoir de sarcophage, pas plus que le BWR d’ailleurs. Le sarcophage c’est pour une centrale explosée.

      Ce 1200MW est aux dernières normes européennes avec en plus un plus grand bilan d’eau coté primaire et secondaire ce qui augmente sa sûreté et il est moins sensibles, ça donne une marge de 3 jours sans trop intervenir si j’ai bien compris cette vidéo.
      La double enceinte ça veut dire double enceinte ça se voit dans la vidéo. Double enceinte de confinement comme en France à partir du 1300MW.

      C’est du produit export, ils doivent essayer d’être attirants au niveau sûreté et passer un stress test par l’AIEA c’est une bonne pub.
      J’ai vu leur façon de faire, ils tiennent sérieusement la route, ce n’est pas la peine d’essayer de camoufler ou tricher, c’est des vieux briscards du nucléaire ils connaissent. Ils sont d’autres pays, ils ne sont pas là pour faire des cadeaux et ils ont une méthodologie d’enquête bien rodée.
      Une bonne note au stress test, c’est un plus sur la carte de visite.
      Il y a aussi la maintenance, la conduite qui sont testés.

      Genre de question posée en maintenance par un inspecteur :
      Q : Il y a une anomalie, on vous demande de l’ignorer que faites vous ?
      R : On ignore pas c’est recensé, on traite sinon ça redémarre pas.
      Q : On insiste franchement, Que faites vous ?
      R : On traite l’anomalie, c’est moi le responsable, la hiérarchie c’est pas son problème et l’ASN est prévenue.
      Q : On ne prévient pas l’ASN* et on trouve quelqu’un pour vous remplacer, que faites vous ?
      R : Vous voulez le n° de téléphone de l’autorité de sûreté, j’ai aussi des amis journalistes si vous voulez..
      Ensuite le patron qui est destinataire de l’enquête vient dire merci pour ces réponses qui améliorent le score, il dit ’’vous téléphoneriez ?’’ réponse ’’oui sans problèmes c’est mon boulot’’

      * Ce serait difficile, l’intervenant qui voit l’anomalie la déclare informatiquement, comme rédacteur, il y a un vérificateur, il y a un rédacteur de l’analyse, à ce niveau l’inspection y a accès en temps réel, il y a un vérificateur au niveau analyse et une dernière couche hiérarchique pour la validation des habilitations. Hors contrôle externe c’est à minima 8 personnes en interne au courant du problème dont 2 ingénieurs sûreté.

      Je ne connais pas en détails ce type de centrale nucléaire mais elle a des atouts par rapport à la concurrence.


    • sarcastelle 3 novembre 10:05

      @sls0

      .
      Ainsi, les articles les plus faciles à trouver (je suis si paresseuse) et qui comme je soulignais s’aventurent dans la fantaisie en déplorant l’absence d’un « sarcophage », et au besoin citent pour faire bon poids Tchernobyl, semblent composés de manière à bien laisser entendre que Orovets ne vaudrait pas mieux que Tchernobyl que rien n’isolait de l’extérieur. 


    • sarcastelle 3 novembre 10:07

      @sarcastelle

      .
      « Ostrovets » !

    • sls0 sls0 3 novembre 13:16

      @sarcastelle
      Pour avoir quelques choses de sérieux sur internet c’est très difficile, j’en suis au point que je passe la plupart du temps par google scholar.
      Quand on prend un peu de hauteur, on s’aperçoit qu’avec la fin du pétrole on a un futur énergétique qui n’est pas merveilleux. Il y a David Mackay qui a fait une étude très intéressante sur les possibilités des différentes énergies de remplacement, j’ai bien peur que le nucléaire sera encore nécessaire dans le futur en attendant une énergie style fusion ou autre.

      PIB mondial et population c’est lié à la disponibilité d’énergie, sur ce dernier graphique on peut attribuer la population possible en fonction du type d’énergie. Envisager une population identique à 1940 n’est pas impossible. Rien que pour l’agriculture le pétrole c’est 40% de la production coté chimique (engrais,...) Pour que ça arrive dans notre assiette c’est du pétrole. Regardez autour de vous et essayez de trouver où le pétrole n’intervient pas.

      L’absence de pétrole sera déjà très difficile à gérer en ayant une énergie de remplacement.
      Où on en est maintenant c’est surtout le pétrole, il a des caractéristiques énergétiques et chimiques incroyables, il faut s’imaginer remplacer un simple moteur de voiture par une éolienne de 15m de diamètre par un vent de 36km/h, ça donne une idée du chalenge à venir.

      Jancovici sur son site a une approche différente de David Mackay, elle est plus ’’ingénieur’’ mais les résultats sont identiques à quelques % près.

      Que l’on soit pour ou contre le nucléaire si on ne veut pas que la population soit divisée par deux dans la douleur, il faudra qu’il fasse partie des solutions futures.

      Sans connaissances pointues,la règle de 3 et des chiffres connus suffit déjà à se faire une idée.
      Ca évite de se laisser entrainer dans des fantasmes et des peurs pas toujours justifiées.

      Oui le nucléaire à fait 30-50 morts, c’est à comparer à une réduction drastique de la population. Je ne dit pas que le nucléaire empêchera cette réduction dans sa globalité mais il en aura une part importante.

      Il faut prendre de la hauteur, ça permet de voir le problème le plus impactant., il y en a qui se focalise sur l’arbre qui cache la forêt quand ce n’est pas le brin d’herbe qui cache l’arbre qui cache la forêt.


    • V_Parlier V_Parlier 2 novembre 22:03

      Une occasion de plus pour remarquer que les accusations de la Lituanie envers ses voisins, c’est encore une fois du bidon, comme pour tout le reste...


      • sarcastelle 2 novembre 22:24

        @V_Parlier

        .
        Certes, la Russie étant derrière la construction de la centrale, voilà un article bien déplaisant pour Agoravox : la Russie y est Dieu, mais le nucléaire y est le diable. Comment concilier ? Embêtant, ça. 

      • steklo steklo 3 novembre 07:30

        Non parfaite similitude, on a besoin de la Russie et du nucléaire pour sauver la planète.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

P.Lubomirov


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès