Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Actualités > International > La sale guerre de l’OTAN en Libye

La sale guerre de l’OTAN en Libye

Moyens insuffisants, stratégie inexistante, soutien populaire absent : faute d'avoir gagné sa "guerre humanitaire" en quelques semaines, l'OTAN n'est pas seulement enlisée en Libye. Elle y est piégée dans une sale guerre qu'elle doit aujourd'hui mener contre le peuple libyen, au risque d'y détruire son soi-disant modèle démocratique.

Officiellement, il n'y a pas ou peu de soldats occidentaux engagés au sol en Libye depuis le mois de mars. Pas de pertes non plus. C'est un point extrêmement important puisque l'opinion publique, qui ne soutient cette guerre que du bout des lèvres, se retournerait très vite si le compteur des pertes occidentales venait à s'affoler.

C'est un élément important des guerres que mène l'OTAN (et les Etats-Unis) sur toute la planète depuis vingt ans : limiter ou éliminer toute perte officielle. C'est vital, non seulement au regard de l'opinion publique, mais aussi au regard des capacités militaires de nos démocraties. En effet, si l'on fait exception du cas américain (un déficit budgétaire doublé entre 2001 et 2001 presqu'exclusivement à cause du financement de la "guerre contre le terrorisme", un budget militaire officiel qui, à lui seul, est égal aux budgets cumulés de tous les autres Etats de la planète), les pays occidentaux n'ont pas les moyens militaires de leurs ambitions géopolitiques.

C'est en particulier le cas de la France qui, avant d'intervenir en Lybie, était déjà au maximum de ses capacités humaines (et financières) de déploiement de troupes en dehors du territoire national. Au point de faire appel, pour boucher ses manques d'effectifs en métropole, à des réservistes ou retraités.

Manque de moyens

Le manque d'effectif et la professionnalisation des armées occidentales sont en partie compensés par la haute technologie et par le recours à des sociétés de mercenaires. En Lybie, ces deux artifices sont utilisés au maximum.

Mais cela ne peut suffire pour renverser un régime qui bénéficie du soutien d'une grande partie de la population. De même, les rebelles manquent cruellement d'effectifs depuis le début du conflit. Il y a une grande différence entre mener une insurrection armée pour s'emparer d'une ville et investir tout un pays.

Il a donc été nécessaire d'aller chercher des troupes. Il est presque certain aujourd'hui que la composition des forces rebelles est très hétéroclite. Elles comptent bien sûr des autochtones anti-Kadhafi, ceux que l'on exhibe volontiers. Mais elles comptent une grande partie d'islamistes, de repris de justice, de mercenaires recrutés à la va-vite en Egypte ou en Tunisie. Une masse de combattants sans expérience ni formation, qui forment la chair à canons et qui animent le story-telling pro-occidental. Ils sont encadrés par des forces spéciales occidentales. ils sont soutenus par d'autres soldats professionnels originaires du Qatar ou de Jordanie, ainsi que par les salariés de sociétés occidentales de mercenariat.

Tout cela est suffisant pour mener des coups de main, pour parader dans les rues désertes de villes soi-disant prises aux loyalistes. Mais cela ne peut suffire à conquérir le pays, ni même à mener de véritables combats urbains, voraces en troupes expérimentées. Aujourd'hui, comme hier, on ne prend pas une ville correctement défendue sans livrer de combats au corps à corps. On ne les conserve pas non plus sans y laisser des garnisons suffisantes. Or, en Lybie, les positions stratégiques sont essentiellement des villes.

Sièges moyen-ageux

A défaut de disposer de la nécessaire infanterie, manquant aussi d'un véritable soutien dans l'ensemble de la population, l'OTAN et les rebelles en sont réduits à mener une guerre de siège. Fin août, Tripoli n'a pu être prise que grâce à la trahison d'un des commandants loyalistes. Aujourd'hui encore, la ville n'est toujours pas sous contrôle des rebelles. Les autres cités favorables aux loyalistes, notamment Bani Walid, Syrte et Sabha, sont assiégées. La population civile y est prise en otage, non pas par les loyalistes, mais par l'OTAN, qui utilise l'écran des forces rebelles pour interdire la fuite à ces malheureux civils. On leur coupe l'eau, les vivres, les médicaments, l'électricité. On les bombarde au quotidien, par concentration d'artillerie, par avions et par drones. On les terrorise en organisant des exactions. On interdit l'accès de ces villes au Croissant rouge ou à la Croix-Rouge, ainsi qu'aux journalistes. On les bloque donc dans des zones de combat, en misant sur le fait qu'ils se révolteront contre ceux qui les défendent, à savoir leur propre armée. En même temps, en contraignant les civils à rester sur place, on limite d'autant plus les ressources nécessaires aux combattants loyalistes.

Ce n'est donc pas une guerre "humanitaire" que livrent les croisés de la démocratie, mais exactement le contraire, à savoir le plus moyen-ageux des conflits, où l'on préfère hypocritement sacrifier des civils plutôt que de risquer des pertes militaires. C'est la plus sale des guerres.

C'est la plus sale des guerres, dans laquelle l'OTAN s'enlise, contraint de s'allier aux barbares d'Al Qaida. C'est la plus sale des guerres, qui est la conséquence d'une stratégie de départ erronée. Bluffé par Bernard-Henri Lévy, aveuglé par ses calculs de politique intérieure, trompé par l'apparence d'un succès en Côte d'Ivoire, où Gbagbo n'a résisté que quelques jours, Nicolas Sarkozy pensait mener une guerre éclair en Lybie. Il était certainement persuadé que le colonel Kadhafi ne tiendrait pas longtemps sous ses bombardements, avec contre lui son propre peuple. L'erreur, c'est que Kadhafi, n'en déplaise aux démocrates de salon, est effectivement soutenu par son peuple. Il n'y a pas d'autre explication au fait qu'il a résisté à plus de six mois d'agression aérienne et maritime. Aujourd'hui, pour gagner la guerre de Lybie, l'OTAN en est réduit à vaincre le peuple lybien. On est à l'opposé complet des objectifs de la résolution 1973. Et c'est non seulement un peuple que l'Occident déboussolé est en train de massacrer, mais c'est aussi son propre modèle de démocratie.



Sur le même thème

Le terrorisme, produit authentique de l'impérialisme
Les mercenaires de Vladimir, défaits en Syrie et réapparus en Ukraine
James Foley - La découverte « soudaine » de l'atrocité !
Convoi humanitaire russe vers l'Ukraine, un pas de plus vers la guerre nucléaire ?
Les maillons faibles de l'OTAN


Les réactions les plus appréciées

  • Par ROBERT GIL (---.---.---.190) 26 septembre 2011 10:08
    Robert GIL

    L’entière « reconstruction », sous la régie du FMI, sera payée avec les fonds
    souverains libyens et avec les nouveaux revenus de l’export pétrolier Ils seront gérés par
    la nouvelle « Central Bank of Libya », qui avec l’aide du FMI sera transformée en une
    filiale de HSBC (Londres), de Goldman Sachs (NEW York) et d’autres banques
    multinationales d’investissement. Elles pourront de cette façon pénétrer encore plus en
    Afrique, où ces fonds sont investis dans plus de 25 pays, et miner les organismes
    financiers indépendants de l’Union africaine (la Banque centrale, la Banque
    d’investissement et le Fonds monétaire) nés surtout grâce aux investissements libyens. Lire :

    http://2ccr.unblog.fr/2011/09/16/main-basse-sur-la-libye-apres-lotan-le-fmi/

  • Par Alexis_Barecq (---.---.---.175) 26 septembre 2011 13:08
    Alexis_Barecq


    Attention :

    Il s’agit d’une agression coloniale. Point. L’humanitaire n’est que le prétexte. Les circonstances ne sont que circonstancielles.

    Prétendre que cette guerre est sale, c’est admettre qu’elle pourait être propre. Il y a là déjà une forme d’abdication morale.

    Peut importe que cete guerre soit « sale » ou « propre » (il faudra m’expliquer comment ce serait possible, d’ailleurs...), le fait important, le fait central, c’est que c’est une guerre d’agression, autrement dit un crime contre l’humanité, qui est parée d’une licéïté extrèmement ténue et contestable.


    Et, un jour, les auteurs de ces crimes, et de leur dissimulation, devrons rendre des comptes. Vous n’y croyez pas ? C’est que vous avez perdu tout espoir. Coyez-y ! Indignez-vous ! Engagez-vous !

    C’est une guerre criminelle, et la place des criminels est en prison.


  • Par herve33 (---.---.---.101) 26 septembre 2011 15:14

    La dernière info intox « on aurait découvert des charniers en lybie » , évidemment de telles horreurs sont attribués au régime de Kadhafi que Sarko recevait en grande pompe il y a à peine 2 ou 3 ans , cela me rappelle les charniers de la guerre dans les balkans qui n’aurait jamais existé .

    C’est évident , la nouvelle arme de l’OTAN , la propagande médiatique , au moment où à la crise sévit partout dans le monde , on trouve toujours les moyens de financer une guerre pour soit - disant exporter la démocratie . Or la démocratie ne s’exporte pas , il faut que le peuple adhère , l’occident à une drole façon d’imposer la démocratie par la guerre , la terreur et la peur .

  • Par goc (---.---.---.14) 26 septembre 2011 10:53
    goc

    la crainte c’est qu’a la suite de l’impasse dans laquelle s’enfoncent l’Otan et la « clique » du CNT et après la « démoralisation » des troupes, l’OTAN passe à la vitesse supérieure et se lance dans un massacre systématique des populations soutenant Kadafi

    et comme les médias sont plus qu’aux ordres, on risque de n’avoir que très peu d’échos, voir pire, on pourrait assister à une campagne de désinformation à grande échelle (ADM, pseudos-massacres, etc) afin de justifier l’injustifiable, c’est à dire le bombardement sur des civiles

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

javanabal


Voir ses articles

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires