Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Le cas Gbagbo

Césaire disait que l’émotion est nègre et de mon point de vue le dossier Gbagbo (1) illustre parfaitement cela. Le problème des partisans de Gbagbo comme de beaucoup d’africains subsahariens ait qu’ils raisonnent de manière épidermique et émotionnelle. Or pour qui a étudié assez sérieusement le dossier Gbagbo, ce gars là n’avait aucun moyen de remporter sa bataille contre le mondialiste Ouattara (2). Car contrairement à Gbagbo, Ouattara sait comment le monde fonctionne ! Le fait qu’il (Gbagbo) finisse à La Haye était plus que prévisible sauf pour les gens qui pensent que les miracles existent. 

Gbagbo se prétend historien, mais à l’évidence certains titres ne sont que des étiquettes. Il prétendait donc faire face à la France qui est le pays qui a colonisé une bonne partie de l’Afrique subsaharienne donc notre région. La monnaie utilisée actuellement en Côte d’Ivoire était mécaniquement liée au franc français et l’est actuellement à l’Euro (1 euro équivalent à environ 655,96 francs CFA). Inutile de dire tous les problèmes que cela entraîne. Donc les partisans de Gbagbo rêvaient de briser le lien qui les lie au « papa » français. Sauf que pour pouvoir être réellement indépendant un pays doit avoir des alliés fiables, ce que la Côte d’Ivoire n’a pas contrairement à un pays comme la Syrie. Il faut pouvoir être indépendant dans de nombreux domaines, ce que la Côte d’Ivoire n’est pas. Elle n’est par exemple pas indépendante au niveau alimentaire, exportant notamment des centaines de milliers de tonnes de riz de pays asiatiques comme la Thaïlande. Et je ne parle même pas de ses dépendances dans le domaine industriel. Je pense donc que le plan du clan Gbagbo était mort né. Mais ses partisans préféraient s’auto-intoxiquer dans des agoras (3) qui étaient des lieux où l’on racontait tout et n’importe quoi. Certains y allaient parce qu’ils s’ennuyaient et avaient besoin de distraction. Ces gens n’avaient aucune idée réelle de comment le monde fonctionne et de qui ils avaient en face d’eux. Ils ont donc été choqués de voir certains hauts officiers de l’armée « retourner leur veste » en arguant pour quelques-uns qu’on ne combat pas une force largement supérieure. En vérité Gbagbo et son clan n’avaient aucune chance et ce d’autant plus qu’en 2010 Ouattara au plan international était en position de force.

L’homme c’est connu est l’ami de Sarkozy. Mais c’est moins connu il est l’ami de Lawrence Summers (4) à l’époque conseiller d’Obama. Il est selon certaines indiscrétions, l’ami de Susan Rice (5) à l’époque ambassadrice des USA à l’ONU. Il serait aussi proche de Bill Clinton entre autres. Cet ancien du FMI a de solides relations à l’international (6) et a pu rassurer les chinois quant à sa politique à leur égard s’il était proclamé président de la Côte d’Ivoire. D’ailleurs nous pouvons constater qu’il donne de nombreux marchés aux chinois au niveau des infrastructures. Et n’oublions la puissance de sa femme, la mondialiste Dominique Nouvian (7). Il était clair qu’il serait soutenu par les USA, la France de Sarkozy, la Grande-Bretagne et même la Chine. Les russes n’ayant pas d’intérêt particulier en Côte d’Ivoire et n’ayant pas de sympathie particulière pour Gbagbo dont la diplomatie était médiocre n’allaient pas le défendre non plus. Même au niveau de l’Afrique à part quelques soutiens épars, il ne pouvait pas compter sur grand monde. Il a donc voulu compter sur son armée, ses quelques rares soutiens, ses jeunes fanatisés et Dieu ! Oui vous avez bien lu Dieu ! Les pasteurs (8) venaient lui raconter de belles histoires à dormir debout que ses partisans croyaient bien sûr. Or selon Thierry Meyssan (9) et je veux bien le croire, ces pasteurs prenaient leurs ordres au Pentagone ! Que voulez-vous l’émotion est nègre et le nègre aime être caressé dans le sens du poil. Ces doux rêveurs pensaient donc pouvoir faire face à une armada dirigée concrètement par la France, aidée par plusieurs pays africains. Gbagbo devait partir cela était su bien avant les pseudo-élections de 2010 en Côte d’Ivoire. L’avait-il compris ? Peut-être bien quoique son ethnie est connue pour être particulièrement émotive. Ceux qui ne les connaissent pas ne peuvent pas comprendre, ceci dit !

Gbagbo a donc perdu et s’est retrouvé à La Haye. Mes compatriotes ivoiriens hurlent que c’est injuste, que c’est scandaleux et que c’est choquant. Les USA en 2003 ont menti pour envahir l’Iraq ! Le pays a été détruit, le dirigeant de ce pays a été pendu et il y a eu d’innombrables morts. Les responsables de cette guerre odieuse se la coulent douce en ce moment. Où est la justice ? Eh bien il n’y en a pas dans ce monde où seule compte la loi du plus fort. J’avais dit aussi dans un débat en parlant du Venezuela, qu’une mort éventuelle du commandante Chavez porterait un coup dur à la révolution bolivarienne car l’homme est un leader naturel qui jouit d’une aura incroyable. A l’époque on me riait au nez… Un pays comme la Côte d’Ivoire n’a pas les moyens de son indépendance et cela le premier président de notre pays l’avait compris. Il voulait donc gagner du temps, histoire de développer les compétences et les outils pour une indépendance réelle. Mais d’un il n’a pas été compris et de deux quand il a été percé à jour la France s’est méticuleusement attelé à le dégager. Ils sont venus à bout de « son système » en 1999 avec un coup d’état à l’époque salué par le « démocrate » Gbagbo et son ami de 30 ans Ouattara. La suite est connue : élections calamiteuses, tentatives de coup d’état, rébellion, guerre, pseudo-paix etc… Mais beaucoup d’ivoiriens refusent de voir la vérité en face. Notre système éducatif est à terre, la corruption est à un niveau effroyable et l’état n’est plus qu’un fantôme. Nous n’avons pas d’industrie, pas de ressources humaines dignes de ce nom et pas de vision claire. Et l’on prétend vouloir être indépendant ! Avec qui des gens comme Gbagbo et Blé Goudé (10) ? Bon ce sont des tribuns qui ont un charisme certain et une capacité à mobiliser les foules, mais pour moi c’est tout ! Ce ne sont ni des visionnaires, ni des bâtisseurs. Et quand je fais ce constat, on me traite de pro-Ouattara. Le nègre est émotif, je vous le dis…

  1. https://fr.wikipedia.org/wiki/Laurent_Gbagbo
  2. https://fr.wikipedia.org/wiki/Alassane_Ouattara
  3. http://news.abidjan.net/h/452818.html
  4. https://fr.wikipedia.org/wiki/Lawrence_Summers
  5. https://fr.wikipedia.org/wiki/Susan_Rice
  6. http://www.jeuneafrique.com/193222/politique/les-amiti-s-sans-fronti-res-d-alassane-ouattara/
  7. http://www.contre-info.com/dessous-des-cartes-en-cote-divoire-une-mondialiste-au-coeur-du-pouvoir
  8. http://www.connectionivoirienne.net/96163/cote-divoire-voici-les-pasteurs-qui-ont-tue-laurent-gbagbo-en-2011
  9. https://www.youtube.com/watch?v=xYklwu4vPrE
  10. https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Bl%C3%A9_Goud%C3%A9

Moyenne des avis sur cet article :  4.83/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Allexandre 23 février 17:43

    Merci pour cette mise au point.

    Gbagbo était désigné d’avance comme le méchant. C’est-à-dire, celui qui prétendait diriger son pays avec une certaine indépendance et qui ne voulait pas lécher le cul des Occidentaux et des instances internationales ne sont que pourriture. Ouatara était le protégé de toute la bande de crapules et de racailles qui ont la mainmise sur le monde, et sur l’Afrique en particulier. Depuis Lumumba, tous les dirigeants africains ayant tenu tête aux colons ont eu une triste fin. Gbagbo se trouve au TPI aujourd’hui. Je pense que des Bush, Clinton, Sarkozy, Rice, Rumsfeld et autres Cheney devraient être jugés et condamnée pour crimes contre l’humanité bien avant lui. Mais bien sûr, quand on est blanc, riche, puissant et supérieur, personne ne vient vous dire que vous dirigez mal votre pays. Le colonialisme est toujours de rigueur, plus que jamais même !! C’est outrageant. Puissent tous ces vauriens recevoir le châtiment qu’ils méritent un jour prochain. La civilisation occidentale est dans sa phase de déclin inexorable, comme tous les grands empires. Ils peuvent magouiller et tuer des millions d’innocents dont le seul crime est de n’être pas né aux bonnes latitudes, un jour viendra où il faudra rendre des comptes. L’Afrique est le berceau de l’humanité et elle redeviendra le centre du monde très bientôt. 

    • le moine du côté obscur 23 février 19:37

      @Allexandre

      En tant qu’africain subsaharien et panafricain, j’aimerais que l’avenir du monde soit en Afrique mais je ne suis pas optimiste. Quand Gbagbo a entamé son combat, j’ai essayé de voir parmi les jeunes qui le suivaient et pas qu’eux d’ailleurs s’il y avait là un terreau fertile pour une vraie révolution et une évolution de la Côte d’Ivoire. Ce que j’y ai vu m’a dégoûté. Bon il y a des gens intelligents c’est sûr mais en grande partie ce sont des jouisseurs, des opportunistes, des xénophobes (quoiqu’il y ait des raisons compréhensibles à cela), des idiots utiles et j’en passe. Certains suivaient Gbagbo parce qu’il était charismatique, d’autres parce qu’il était généreux (il distribuait de l’argent aux jeunes, malheureusement cela encourageait certains dans une démarche parasitaire) et en vérité peu pouvaient l’aider à faire une vraie révolution. Pour moi le constat était clair il n’y avait pas les ressources humaines nécessaires pour une Côte d’Ivoire indépendante. Car même des personnes qui ont des doctorats et autres dès que l’on parlait de sujets importants, laissaient leurs émotions prendre le dessus. J’ai donc tout de suite compris à l’époque que Ouattara gagnerait le bras de fer l’opposant à Gbagbo. J’avais dit aux gens qu’une grande partie du combat se déroulerait au conseil de sécurité de l’ONU et il fallait que Gbagbo ait dans la poche au moins un ou deux membres permanents de ce conseil. Les partisans de Gbagbo étaient convaincus pour beaucoup que les russes allaient l’appuyer. Il n’en fut rien mais ils ont continué à se faire un film pensant que les russes enverraient des forces spéciales pour aider Gbagbo contre la France. Et puis tous ces pasteurs qui pullulaient à la présidence à cette époque là... 


      Autre problème à l’époque l’armée était divisée et c’était clair comme de l’eau de roche. Si bien qu’à un moment donné les militaires hauts placés ne savaient plus sur qui compter. Ils ont donc décidé de se replier sur Abidjan (capitale économique) pour y attendre les forces pro-Ouattara, les piéger et les exterminer. Et il faut dire que beaucoup de pro-Ouattara ont été tué à Abidjan. Gbagbo pouvant compter sur certains militaires, sur des mercenaires et sur des jeunes fanatisés prêts à mourir pour lui. Mais cela ne fut pas suffisant face aux français notamment les légionnaires, mais aussi selon certaines sources des forces spéciales de pays de l’Afrique de l’Ouest et notamment du Sénégal et du Nigéria. J’ai vu de mes yeux des hélicos français tirer des missiles sur la résidence de Gbagbo. Et quand il fut arrêté le 11 avril 2011, il y avait 4 hélicos qui tournaient autour de sa résidence. Et comme ne plus j’avais des contacts à la fois dans l’armée régulière laquelle soutenait plus ou moins Gbagbo (car en vérité plusieurs hauts officiers comme notamment le chef des forces terrestres Detoh Letoh (https://fr.wikipedia.org/wiki/Detoh_Letoh) avaient déjà à l’époque rejoint le camp Ouattara comprenant que les forces en face étaient trop puissantes) et dans l’armée pro-Ouattara composée notamment de nombreux jeunes nordistes aux ethnies plus ou moins proches de celle de Ouattara, j’ai su quand ils ont capturé Gbagbo. 

      Je pense que certains ont pris conscience de la saleté et de la dureté de la politique internationale à l’époque. Je pense (ou du moins j’espère) qu’ils ont compris que seuls comptent les intérêts et que les amitiés ne tiennent pas même entre africains. J’essaie de faire comprendre aux jeunes qu’il faut raisonner et utiliser son cerveau et tout le vice dont on est capable pour faire face. Il faut aussi un projet alternatif parfaitement ficelé, ce que beaucoup d’africains non pas. Trouvera-t-on des accords intelligents avec les russes, les chinois et d’autres ? Certains y travaillent dans l’ombre. On verra si cela aboutira. 

    • Cadoudal Cadoudal 24 février 02:27

      @le moine du côté obscur
      « En tant qu’africain subsaharien et panafricain »


      RSA, PMU, CMU ???

    • zic_quili 24 février 10:03

      @Cadoudal
      Cadoudal, tu es une ordure.
      Je vais me charger de trouver ta vraie identite, que tout le monde, sur Agoravox, sache quel est l’immonde vendu qui se cache derriere ton pseudo et envoie des messages qui donnent envie de vomir.

      A l’auteur, je suis aussi malheureux que vous de ce qui s’est passe, de l’attrait du mal et de la difficulte d’eduquer les gens pour qu’ils utilisent leur raison et cherche le bien.
      Et je suis un blanc Francais, gros con de Cadoudal !


    • le moine du côté obscur 24 février 11:09

      @zic_quili

      Merci cher ami. Ce à quoi je me heurte avec mes frères et sœurs ivoiriens est souvent un manque de connaissance et un orgueil mal placé. Moi-même je reconnais que j’ai beaucoup à apprendre et que je fais beaucoup d’erreurs. Je crois de toute façon que les erreurs sont inévitables et que l’on doit apprendre d’elles. Concernant mon pays certains pensaient que l’on pouvait se dresser aisément contre la France, les USA et autres. Il y avait des beaux parleurs qui chauffaient à blanc la jeunesse (ce qui a provoqué d’ailleurs de nombreux dérapages et bavures), il y a eu la création de milices quelques fois tribales mais souvent autoproclamées patriotes et il régnait aussi à un moment donné une atmosphère très pesante. Enfin il fallait vivre cela pour le comprendre. En général ceux qui rêvent de liberté dans mon pays tirent à boulets rouges sur notre « premier président », Houphouët-Boigny, le « père de la nation ». L’homme n’est pas un saint et même par moment a été le pire des salauds. Mais d’un autre côté quand on prend un peu de recul on se rend compte que par rapport à d’autres présidents de la « Françafrique », il a quand même bossé. Bien sûr il a eu l’ivresse du pouvoir, fait des coups fourrés, il a pensé qu’il était « arrivé », il a écarté et brisé ceux qui pouvaient lui faire de l’ombre etc... Mais il a aussi des aspects positifs et cela certains par aveuglément, par idéologie et/ou par volonté de simplifier les choses à l’extrême ne le voient pas. J’ai personnellement un avis mitigé sur cet homme mais je comprends certains aspects de ce qu’il a voulu faire. 


      Gbagbo lui a été soutenu par les socialistes français, le nier pour moi c’est être de mauvaise foi. Il a créé des troubles au début des années 90 et a utilisé à des fins politiciennes un syndicat estudiantin comme la puissante FESCI (https://fr.wikipedia.org/wiki/F%C3%A9d%C3%A9ration_estudiantine_et_scolaire_de_C%C3%B4te_d%27Ivoire) qui par la suite est devenue semblable à une organisation mafieuse. Depuis les années 90 l’université est perturbée avec des professeurs politiciens et des étudiants plus ou moins manipulés par les partis politiques. Car pour être honnête de ce que je sais, la FESCI a été créée pour faire face au MEECI (https://fr.wikipedia.org/wiki/Mouvement_des_%C3%A9tudiants_et_%C3%A9l%C3%A8ves_de_C%C3%B4te_d%27Ivoire) qui était un syndicat estudiantin pro-Houphouët. On constate d’ailleurs en Côte d’Ivoire que certains personnages de « premier plan » comme Soro Guillaume (actuel président de l’assemblée nationale en Côte d’Ivoire) et Blé Goudé (ex homme fort de Gbagbo et actuel à La Haye) ont été secrétaire général de la FESCI. Pour avoir habité près d’une cité universitaire durant le règne de Gbagbo je peux vous dire à quel point ce syndicat était violent, mais passons. Gbagbo s’est appuyé sur eux pour l’aider à protéger son pouvoir, leur laissant une incroyable marge de manœuvre. Or le pouvoir corrompt... Dans le service où je bossais à l’époque il y avait plusieurs partisans de Gbagbo qui m’ont raconté certaines histoires qui ont fait que j’ai commencé à ne pas aimer cet homme, sans pour autant le détester. Il est entouré d’arrivistes, d’opportunistes, de tribalistes etc... Il s’est présenté comme héritier de certaines personnes qui avaient eu de sérieux problèmes avec Houphouët (notamment Ernest Boka et Kragbé : http://www.civox.net/Cote-d-Ivoire%C2%A0-Parce-que-plus-jamais-ca-et-comme-il-faudra-pardonner-un-jour-Ne-l-oublions-pas%C2%A0_a4797.html). Se faisant il a remué la merde et fait remonter quelques tensions tribales. Pour moi ça a été une maladresse de sa part. Il y aurait tellement à dire sur lui que peut-être j’écrirai un autre article à ce sujet. Mais l’homme était un vrai caméléon difficile à suivre. 

    • JC_Lavau JC_Lavau 24 février 23:16

      @le moine du côté obscur.
      J’étais adolescent, j’ai vu un soir Ernest Boka, sa femme et leur petit. Ils étaient reçus à dîner. Il exposait ses projets sans mégalomanie pour l’éducation dans ce pays, sans constructions d’écoles somptuaires, mais avec autant d’instituteurs que nécessaire : « ils vivent dans des cases, on peut faire l’école dans des cases ». Je n’ai jamais su ce que Houphouët avait contre lui, pourquoi Boka a été accusé de « comploter ».
      Dans l’obscure construction des « complots » à réprimer, la femme écervelée et adultère d’un autre prof de droit, Léone Caillet, a été emprisonnée quelque mois, mais elle, la France a pu la faire sortir. Boka n’est jamais ressorti.

      De toutes façons, je n’ai jamais eu la moindre idée des tribalismes en Côte d’Ivoire. Bien trop compliqué pour nous.

      J’ai eu des échos indirect d’un camarade de classe, Daniel Zeldine, qui fit carrière dans la diplomatie en Afrique, et qui se prit un grand coup de crosse administratif sur le crâne, parce que chargé d’enquêter sur une obscure affaire, il avait oublié de blanchir le responsable... Alors qu’on le payait justement pour mentir conformément, etc.

      Autres échos en stage : l’un d’entre nous avait été chargé de monter une industrie, ou au moins des artisanats pour fabriquer de l’ameublement de bois en Côte d’Ivoire, au lieu de juste exporter le bois brut ou scié. Catastrophe : le sciage, le rabotage et l’assemblage étant faits en zone humide, les meubles fendaient dès qu’ils étaient dans des appartement chauffés en Europe. Il eût fallu implanter cette industrie dans le tiers nord du pays, pour fabriquer en climat sec. Mais politiquement ça n’était pas possible, et on en resta là.


    • Cadoudal Cadoudal 25 février 02:22

      @zic_quili

      « la difficulte d’eduquer les gens »

      la ré-éducation des Blancs qualifiés de « sous-chiens »

      « Et je suis un blanc Francais ».

       Demain, la société tout entière devra assumer pleinement le racisme anti-Blanc. Et ce sera toi, ce seront tes enfants qui subiront ça. Celui qui n’aura rien à se reprocher devra quand même assumer toute son histoire depuis 1830. N’importe quel Blanc, le plus antiraciste des antiracistes, le moins paternaliste des paternalistes, le plus sympa des sympas, devra subir comme les autres. Parce que, lorsqu’il n’y a plus de politique, il n’y a plus de détail, il n’y a plus que la haine. Et qui paiera pour tous ? Ce sera n’importe lequel, n’importe laquelle d’entre vous.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Houria_Bouteldja

      Pas trop dur a supporter la solitude du toubab fragile ?

      « gros con de Cadoudal »

      « Georges, que je voyais là pour la première fois, avait toujours été pour moi comme le Vieux de la Montagne, envoyant au loin ses assassins contre les puissances. Je trouvai, au contraire, une figure pleine, à l’œil clair et au teint frais, le regard assuré, mais doux aussi bien que la voix. »

    • le moine du côté obscur 25 février 13:36

      @JC_Lavau

      Concernant Ernest Boka si mes infos sont justes, il était franc-maçon et Houphouët en a persécuté plusieurs à cette époque (http://www.vrijmetselaarsgilde.eu/Maconnieke%20Encyclopedie/FMAP 1/REFORM/SRafrica.htm). Ernest Boka ne fut pas le seul qui fut emprisonné, torturé et humilié. Je connais des personnes qui l’ont échappé belle parce qu’à l’époque Houphouët était parano ! Lisez l’article que j’ai mis en lien, je pense que ça vous éclairera un peu. 


    • le moine du côté obscur 23 février 19:12

      Petite erreur au début ce n’est pas Césaire qui a dit que l’émotion était nègre, c’est Senghor. Je m’en suis rendu compte juste avoir publié. 


      • Oceane 23 février 22:39

        La lâcheté est aussi nègre, c’est d’ailleurs à cela qu’on reconnaît le Nègre « évolué ». Houphouët a été un serviteur zélé des Français, prétendre autre chose est un gros mensonge. Houphouët avait soutenu la guerre du Biafra. Il a trempé dans l’assassinat de Sankara par peur que le discours du bouillant capitaine ne seduise la jeunesse ivoirienne et fasse tâche d’huile dans la sous-region et au-delà. « Avertissement de la Côte d’Ivoire à la Françafrique » est le titre d’un article de Boubacar Boris Diop paru il y a quelques années à propos justement de ce qui doit être considéré comme le coup d’Etat le plus long de la France en Afrique . D’où à mon avis, ce que Boris Diop considère comme un « avertissement ». Ce qui signifie que de plus en plus, les jeunes Africains affronteront les Français. Que Laurent Gbagbo soit enfermé n’est pas nouveau et les jeunes Africains ne doivent pas s’arrêter à la personne de Gbagbo et à sa séquestration par le France. Pour cela, ils doivent se rappeler que d’autres ont été exilés à l’instar de Amadou Bamba aujourd’hui vénéré au Sénégal et d’autres esclaves africains des Arabes. Ils doivent garder à l’esprit que chaque Africain qui tentera de lever la tête sera écrasé comme une mouche. « Décoloniser l’esprit » devient donc un impératif pour quiconque rêve d’une Afrique libre dans le concert des continents. Cher auteur, comprenez donc que les « fanatiques » meurent pour les idées, un idéal, en Afrique aussi, et pas seulement pour des hommes, quelque soit leur charisme. Laurent Gbagbo a fait ce qu’il a pu. Aux autres de continuer la guerre. Qu’une bataille se perde ne signifie pas que c’est la guerre qui est perdue. Personne n’aurait imaginé il y a vi ngt ans que des Africains choisiraient de défier l’armée française. Cela a pourtant été le cas à Abidjan, preuve que l’émotion n’est finalement pas si nègre que ça. La France dorénavant réfléchira avant d’imaginer d’autres changements de gouvernement en Afrique. Et viendra le temps où les héritiers des tirailleurs sénégalais raseront les murs et ne se pavaneront plus. Si vous êtes défaitiste, sachez que d’autres ne le sont pas. Car c’est laisser aux puissants le droit de vous maintenir en esclavage et je pense que l’Afrique a déjà trop donné. « Décoloniser l’esprit » ne peut conduire qu’à la recherche de la liberté, quelque soit le prix à payer. Les routes, les infrastructures et consort ne libéreront jamais l’esprit et n’apporteront jamais la liberté et la reapropriation de soi. Et c’est bien de réapropriation de soi dont les Africains ont besoin pour ne plus être la lie de l’humanité que tout un chacun piétine à sa guise.


        • Cadoudal Cadoudal 24 février 02:48

          @Oceane
          « Pour cela, ils doivent se rappeler que d’autres ont été exilés à l’instar de Amadou Bamba aujourd’hui vénéré au Sénégal et d’autres esclaves africains des Arabes. »


          Historiquement, souligne-t-on dans le communiqué de presse, le Titre Foncier de 
          Touba constitue l’instrument juridique de sécurisation de la propriété issue du « droit de hache » que détient collectivement la famille de Cheikh A. Bamba depuis 1887. L’acte décisif pour la légitimation juridique de ce statut particulier fut la décision du 17 septembre 1928 de l’autorité coloniale d’accorder à Serigne Mouhamadou Moustapha Mbacké, le premier Khalife des mourides, « un bail dit de longue durée pour une période de 50 ans et concernant un terrain rural ayant la forme d’un carré parfait d’une superficie de 400 hectares sis sur la route allant de Mbacké à Sagata à une distance d’environ huit kilomètres 500 de Mbacké ». 

          Ah, la résistance Africaine a l’envahisseur blanc et la lutte contre le méchant colonisateur français...

          Meme pas un petit mot sur la fameuse maison des esclaves de Goree ???

          « À l’origine de ce qui allait devenir la plus importante escroquerie mémorielle de l’histoire, un petit garçon qui servait de »boy« à Cariou, l’adolescent Joseph N’Diaye. »



          RSA, CMU, PMU ???
          Arrêtez de nous prendre pour des dindons philanthropes...

        • le moine du côté obscur 24 février 03:20

          @Oceane
          Le personnage d’Houphouët Boigny est complexe et ceux qui l’ont connu de près, ce fut le cas de certains de mes proches en parlent très bien. Il a fait de vilaines choses mais il a eu aussi une action moins perceptible pour les « non initiés ». C’est normal, les gens de son ethnie sont des personnes complexes et subtiles tout le contraire de l’ethnie de Gbagbo et de Blé Goudé qui est très émotive tels de grands enfants. Il ne faut pas avoir des raisonnements basiques sur ce dossier mais connaître le contexte et la complexité des situations. Houphouët en stratège savait très bien que les pays africains n’avaient pas les moyens de leur indépendance donc il voulait profiter de ce que la France pouvait offrir afin de former des ressources humaines et d’avoir des structures pouvant permettre à son pays d’avoir une réelle indépendance. Et qui sait que dans l’ombre il travaillait avec des gens comme Sékou Touré ex président de Guinée Conakry et ennemi affiché de la France ? Gbagbo lui a bénéficié de l’école d’Houphouët qui à l’époque était de qualité et magréable son mépris pour Houphouët il ne pourra pas dire le contraire. Mais lui et ses amis enseignants ont contribué à foutre la merde à l’université ivoirienne qui n’est plus que l’ombre d’elle même. Tous ont de vilains cadavres dans leur placard et tous ont été manipulés plus ou moins à leur insu. La stratégie d’Houphouët a échoué entre autres parce qu’il était mégalomane mais aussi parce que la France bien plus expérimentée politiquement a su le contrer. Quant à Gbagbo il a échoué parce qu’il est naïf, émotif, incapable de déterminer ses priorités et un piètre stratège. 

          Pour les africains je n’ai que peu d’espoir car ils ignorent le monde dane lequel ils Vivent et sont trop divisés et dispersés. Vous croyez que les ivoiriens savent que s’ils veulent une réelle indépendance ils devront souffrir et se montrer rusés ? Vous vous trompez lourdement. J’écrirai bientôt un texte à ce sujet en parlant de toute la complexité du cas ivoirien. Certains n’aiment dire que du mal de la France et des serviteurs de ce pays mais plus j’en apprends plus je nuance mes propos. Il n’y a de bon dans ces histoires que des grands joueurs et des petits joueurs. 

        • Parrhesia Parrhesia 24 février 09:08

          Procès Gbagbo : Gagnons du temps ! 

          Nous pouvons résumer ainsi :

          Gbagbo est au gnouf à La Haye pour avoir refusé la mainmise d’Obama sur la Côte d’Ivoire par le truchement du Bourguinabe Ouatarra, et ceci avec l’appui de la France mondialisée !!!

          Le reste c’est du laïus !!!


          • le moine du côté obscur 24 février 11:14

            @Parrhesia

            On dit Burkinabé, il faut apprendre à bien écrire le nom des nationalités, c’est une forme de respect. Gbagbo je le pense et je le dis avec froideur et réalisme est un « petit joueur » et ses partisans n’avaient pas conscience de ce dans quoi ils s’engageaient. De toute façon pour ceux qui s’informaient, deux pays intéressaient particulièrement les USA à savoir le Maroc pour leur permettre de s’ingérer en Afrique du nord notamment et la Côte d’Ivoire pour avoir une certaine influence sur l’Afrique de l’ouest. A l’époque certains partisans de Gbagbo pensaient pouvoir s’appuyer sur les USA et Israël pour se débarrasser des français. Cruelle naïveté d’ailleurs. Un moment il a été décrété que Gbagbo devait dégager et il a dégagé. Après effectivement on peut dire ceci ou cela, la réalité est là cruelle et implacable. 

          • Parrhesia Parrhesia 24 février 13:59

            @le moine du côté obscur

            Désolé pour « Bouguinabé » !

            Ceci étant, j’espère que Laurent Gbagbo et toutes les victimes du mondialisme embastillées parce que plus faibles, trouverons cette erreur de ma part moins pénible que le fait de savoir les assassins mondialistes en liberté parce que plus forts … 


          • le moine du côté obscur 24 février 15:52

            @Parrhesia

            Personnellement j’en suis venu à croire qu’il n’y a pas d’espoir dans ce monde là. Mon problème avec certains « rebelles » comme beaucoup de ceux du « clan Gbagbo » c’est qu’ils n’étaient pas pour certains sincères dans leur combat (d’ailleurs certains ont retourné leur veste) ou qu’ils « rêvaient en couleur ». Je pense qu’ils n’ont pas conscience que c’est une vraie guerre qui nécessitent des « soldats » bien formés et déterminés. Alors on me dira que des jeunes ont servi de boucliers humains quand les hélicos français par exemple ont bombardé la résidence de Gbagbo. Mais pour avoir échangé avec certains de ces « gbagboïstes » (c’est comme ça que certains se définissent), on pouvait se rendre compte qu’ils vénéraient Gbagbo comme un dieu d’où ce slogan imbécile : « Gbagbo ou rien ». C’est un aveuglément presque sectaire qui a poussé une de mes connaissances à dire que pour les « gbagboïstes », Gbagbo est au dessus de la Côte d’Ivoire. Un manque de lucidité qui me dégoûte. 


            En face il y avait une « machine de guerre bien huilée ». Alassane Ouattara est un mondialiste pur et dur et sa femme aussi. Ce sont aussi des personnes voraces qui pompent à mort les ressources de la Côte d’Ivoire actuellement. D’ailleurs c’est parfois tellement dur que certaines partisanes de Ouattara ont fait un pagne avec dessus « Gbagbo Kafissa », ce qui veut dire que Gbagbo était mieux (http://koaci.com/cote-divoire-gbagbo-kafissa-pagnes-dont-interdit-vente—75661.html) ! Car du côté des partisans de Ouattara ils n’arrivent pas à voir clairement qui est ce gars. Beaucoup l’ont suivi pour des raisons tribales (un grand drame en Afrique) et certains de ces gens-là sont affreusement déçus. Donc je constate que beaucoup cherchent des « frères » (au sens tribal), des « papas » ou autres pour se faire diriger. Je vois peu d’intelligence et de bon sens. Certains sont choqués quand je leur dis que je ne soutiens ni Gbagbo, ni Ouattara, car pour eux c’est impensable. Je leur dis que ces deux hommes sont vieux, fatigués, usés et pour peu qu’ils aient de bonnes intentions, ils font partie du passé. Je suis tourné vers l’avenir et là c’est le néant. 

          • fred.foyn Le p’tit Charles 24 février 11:17
            Elle dest Gbagbo l’Afrique.. ?

            • Oceane 24 février 20:45

              Cadoudal,

              Je vois mal en quoi l’article indiqué concerne l’exil de Ahmadou Bamba. Pouvez-vous montrer le lien entre les deux ?

              « Philanthropie » ? Voulez-vous faire rire ?


              • Cadoudal Cadoudal 25 février 01:57

                @Oceane
                « Pour cela, ils doivent se rappeler que d’autres ont été exilés à l’instar de Amadou Bamba »

                Vous y faites référence, voulant le faire passer pour une victime des méchants blancs, procédé classique de la victimologie africaine.
                L’histoire africaine est un peu plus complexe, et je pense que rabâcher toujours la même rengaine sur l’innocence bafouée des africains n’est pas un service rendu aux africains...
                Apres que vous en fassiez commerce comme le père N’Diaye ou Taubira, libre a vous, mais je pense personnellement qu’il existe des moyens plus honnêtes de gagner sa croûte...

              • Oceane 25 février 15:56

                Cadoudal,

                Vous devriez vous adressez ainsi à ceux qui pensent à une « innocence bafouée » des Africains. Cependant, transformer une colonisation - donc, la chosification de l’autre - en « mission civilisatrice » ne leur rend non plus service.

                Pour revenir à votre étrange compréhension de quiconque tente de recuser les « bienfaits de la colonisation », je tiens à vous faire savoir qu’il ne s’agit ni de « bons »-« innocents » d’un côté et de « méchants » de l’autre, mais d’une situation mettant face à face deux protagonistes : le colonisateur face au colonisé et des stratégies adoptées par les deux camps pour installer/maintenir la domination vs celles mises en oeuvre pour lutter contre elle. L’exil est justement, avec l’éducation et la religion, l’une des armes utilisées par le colonisateur pour asseoir et perpétuer domination. L’exil à La Haye de Laurent Gbagbo n’est donc pas dans la stratégie de maintien de la domination du colon, une nouveauté, mais bel et bien une manière de faire déjà utilisée par le passé. Ainsi l’exemple que je donne de Ahmadou Bamba qui fut exilé au Gabon. Et qui fut autorisé par le colon à revenir. Sauf bien sûr si votre article conteste cet exil, je vois mal son intérêt dans ce débat.


                • Cadoudal Cadoudal 26 février 04:30

                  @Oceane
                  Il a bien été exilé, il est revenu et les colons ont fait sa fortune ainsi que celle de sa famille en reconnaissance des services rendus...


                  En faire uniquement une victime est donc aller un peu vite en besogne.

                  Quand a Gbagbo, il est garçon, il a joué mais est tombé sur plus malin que lui.

                  Ce procès est une mascarade et la CPI une escroquerie.

                • Oceane 28 février 15:47

                  Cadoudal,

                  Il ne s’agissait aucunement de « reconnaissance pour services rendus », mais d’achat de conscience et de loyauté. Une arme de domination, comme on le voit à l’oeuvre dans les théâtres de guerres : Afghanistan, Syrie, Irak, Côte d’Ivoire, Mali, Lybie, etc. Il revient aux jeunes Africains de le savoir et surtout de le garder à l’esprit à chaque fois qu’ils se croiront exceptionnels aux yeux des Européens dans le concours de traîtrise à leurs propres peuples. Pourquoi tiennent-ils tant à paraître exceptionnels aux yeux de ceux qui ne jurent que par leur soumission, telle est la question à laquelle ils se doivent de repondre individuellement et collectivement. Cela prendra du temps certes, mais ils sont contraints d’y répondre, car ils doivent « cesser de baisser leur pantalon », selon ce constat savoureux du Président Lula.


                  • Oceane 28 février 16:29

                    Vous ne feriez pas ces réflexions à propos de la domination allemande sur la France.

                    Laurent Gbagbo a « joué mais est tombé sur plus malin que lui ». J’appelle cela un tribut.

                    Cette « malignité »dont vous semblez si fier repose en grande partie sur la traîtrise des Africains., sur ces Africains qui ont appris à être la monture. La monture Ouattara a été le fouet dont s’est servi le colon-cavalier pour fouetter l’autre colonisé : ce n’est pas nouveau. La nouveauté a été que des colonisés ont affronté l’armée colonialiste à mains nues. C’est de cela que doit craindre le colon : l’éveil de la conscience. Le colonisateur table toujours sur des individualités et craint la conscience collective. Et dans le cas ivoirien et l’exil de Laurent Gbagbo, il n’a fait que retarder l’échéance car celui qui a vécu sous la domination allemande sait que chaque peuple dominé a pour devoir de briser le joug qui l’écrase et fait de lui l’objet et non le sujet de sa propre histoire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès