Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le fils Bongo hérite du contrat de métayage de son feu père Omar (...)

Le fils Bongo hérite du contrat de métayage de son feu père Omar Bongo

A la veille de ce cirque électoral, quelques hypocrites et cyniques drapés de leurs toges de journalistes, faisant semblant d’ignorer que le choix d’Ali Bongo était un acquis, demandaient à leur « douce France » de rester neutre dans le processus électoral au Gabon. Certains, doublement cyniques, à travers des articles clairement ambigus, faisaient semblant d’appeler la France à soutenir la démocratie dans ce pays. Toutes ces proclamations et exhortations visaient à se donner bonne conscience et à clamer au moment opportun que seuls les Gabonais ont choisi de monarchiser leur pays alors que la France y a été impartiale ou qu’elle y a même soutenu la démocratie. Dans le même temps, on n’a cessé d’écrire, de dire, images à l’appui qu’Ali Bongo est « le favori pour diverses raisons » de ce scrutin.

 
Voilà ! C’est fait. Ali Ben Bongo, le fils du vieux crocodile françafricain décédé en juin dernier après 41 ans de règne, est officiellement reconnu président du Gabon. Les résultats du cirque électoral ont été proclamés hier midi et au nom du père et avec l’onction de la France, le bonhomme aux cheveux défrisés l’emporte avec 41,73% devant André Mba Obame et Pierre Manboundou. La monarchie est désormais établie au Gabon. En tout cas, pour le moment. Faure Gnassingbé du Togo a trouvé de la compagnie. Et le rang de ce mouvement ira en grossissant avec la maturation à l’ombre de projets similaires pour d’autres territoires africains avec le concours total de la France et de toutes les forces néo-impériales pour qui la « démocratie est un luxe pour l’Afrique ». En clair, l’humiliation, le viol des Africains et le pillage de leurs terres ne doivent jamais avoir une solution de continuité.
 
A la veille de ce cirque électoral, quelques hypocrites et cyniques drapés de leurs toges de journalistes, faisant semblant d’ignorer que le choix d’Ali Bongo était un acquis, demandaient à leur "douce France" de rester neutre dans le processus électoral au Gabon. Certains, doublement cyniques, à travers des articles clairement ambigus, faisaient semblant d’appeler la France à soutenir la démocratie dans ce pays. Toutes ces proclamations et exhortations visaient à se donner bonne conscience et à clamer au moment opportun que seuls les Gabonais ont choisi de monarchiser leur pays alors que la France y a été impartiale ou qu’elle y a même soutenu la démocratie. Dans le même temps, on n’a cessé d’écrire, de dire, images à l’appui qu’Ali Bongo est « le favori pour diverses raisons » de ce scrutin. Cette incessante affirmation qui, en réalité, était la décision définitive de l’Elysée et de ses alliés multinationales, a fini par énerver Pierre Manboundou qui dans une sorte de rugissement de tigre édenté, a assené le 19 août 2009 à Sylvain Attal de France24 que « Ali Bongo n’est favori de personne ici au Gabon. Il faut que cela soit clair. Il est peut-être favori pour France24 mais pas pour les Gabonais ». Jolie mise au point. Mais, Monsieur Manboundou, les jeux étaient faits depuis longtemps à l’Elysée et ailleurs sans le consentement des Gabonais, d’ailleurs « immatures pour la démocratie » à l’instar des Congolais, des Camerounais, des Togolais, des Burkinabé, des Tchadiens…
 
Aujourd’hui, après le Congo où Sassou Nguesso est reconduit tranquillement au pouvoir, le Niger où Mamadou Tandja a défait les fragiles institutions les unes après les autres, Total, Areva et les vautours mafiafricains viennent de réaliser la succession dynastique au Gabon comme hier, au Togo. Pour arriver à leurs fins, ces vampires ont gonflé le corps électoral porté à 820.000 électeurs sur une population réelle d’environ 1,3 millions. Ils ont ensuite utilisé tout le pouvoir financier que leur a procuré le long règne du pion Bongo Ondimba qui a pris le soin de préparer soigneusement et patiemment sa succession. Ils ont utilisé l’armée avec la complicité du 6è BIMA et de la base aérienne française pour terroriser les patriotes en agissant sur les leviers de la répression et des intimidations. Ils ont fait recours à l’usuelle pratique du bourrage d’urnes. Ils ont aussi et surtout utilisé les médias nationaux et internationaux pour faire l’idée que quoiqu’il se passe, Ali Bongo était le favori, malgré les contestations dont il est l’objet dans le pays y compris jusque dans le parti de son père, le PDG (Parti démocratique Gabonais) dont le bilan est plutôt catastrophique malgré l’énormité des richesses de cette partie de la terre africaine. Malgré les 41 ans de Bongo, voilà que les Gabonais en redemandent. Tout ceci pour faire passer les Noirs pour des grands enfants inconscients ou des bêtes insensibles à la douleur et qui « votent » pour leurs propres bourreaux.
 
Dans cette conquête qui n’en est pas une dans les faits, tous les réseaux ont été mobilisés pour avaliser le fils à papa au sommet du pays. Change-t-on une équipe qui fait gagner ses propriétaires et parrains ? Evidemment pas !
 
Omar Bongo Ondimba, en bon pion français a passé toute sa vie à financer les partis politiques en France de l’extrême gauche à l’extrême droite au point de trouver inutile voire dangereux de bâtir un centre de santé digne de ce nom pour ses propres besoins et ceux de son clan dans son pays natal. Lui, Omar qui a tout donné à la France, n’avait pas supporté l’ingratitude de celle-ci. Et, pour sanctionner les révélations de ses turpitudes financières et l’étalage de ses biens mal acquis en France, Omar Bongo est parti mourir en Espagne. Aller mourir non pas en France, mais ailleurs était le châtiment le plus infâme qu’en digne fils, le nano-président a estimé infliger à son mentor. Quel intérêt ont-ils, tous ceux-là qui ont volé, appauvri les Gabonais et financé leurs outils politiques ou se sont enrichis de rompre le cycle ? Aucun ! Et la meilleure façon de s’assurer que les richesses de cette partie de l’Afrique restent leur propriété exclusive, c’est de confier le contrat de métayage du père au fils.
 
Tous les Africains sont interpellés par la dérive monarchique en œuvre aujourd’hui en Afrique. Les réactions doivent être fortes et radicales. Car, de la façon dont un peuple, dans son entièreté se comporte face aux affronts et déstabilisations qu’il subit dépend leur perpétuation ou non. Le peuple noir ne peut pas et ne doit pas continuer à être l’oiseau qu’on plume pour couvrir les autres. A force de se laisser plumer, nous finirons tous nus. De tout temps, l’Afrique a servi et nourri les autres et pas les Africains eux-mêmes. La concurrence liée aux enjeux du monde d’aujourd’hui va de toute évidence aggraver la situation de l’Afrique. C’est là que le peuple noir doit sortir de ses gongs et travailler pour mettre hors d’état de nuire tous les guignols qui, au terme d’incessants viols, sont faits « gouvernants » avec comme cahier de charges de continuer l’œuvre coloniale de la démolition de la société africaine. Ce combat ne sera pas de tout repos. Il sera périlleux, mais c’est le nécessaire et unique chemin pour le peuple noir d’espérer guérir les douleurs à lui infligées par la complicité de certains de ses propres fils aliénés et kleptocrates s’offrant, en plus de leur incapacité, des vacances dont les frais d’hôtel uniquement vont de 655 millions CFA (Paul Biya en France) pour les uns à 750 millions CFA pour les autres (Abdoulaye Wade en Suisse et en France). 
 
Tous ceux-là qui vampirisent l’Afrique veulent nous convaincre que la Gabon est en paix. Qu’il y a des acquis à consolider et que pour ce faire, il ne faut pas bousculer les choses. On intime subrepticement l’ordre à nos compatriotes du Gabon d’accepter le « changement sans la révolution ». Non, la paix est multidimensionnelle. La paix ne signifie pas seulement l’absence de conflit armé. Un pays où les personnes dorment le ventre vide, où les enfants n’ont pas accès aux soins et à l’éducation scolaire, où les infrastructures sont absentes, où les transnationales peuvent détruire l’environnement et piller les richesses du peuple, où des bases militaires stationnent depuis des décennies, où les dirigeants sont des pions soutenus mordicus contre le peuple n’est pas en paix. Des pays dont l’économie et la monnaie ainsi que les avoirs extérieurs sont détenus par les autres n’est pas en paix.
 
C’est là qu’il faut convoquer nos prédécesseurs : les Olympio, Lumumba, Nkrumah, Sekou Touré, Steve Biko, Um Nyobè, Ouandié, Félix Moumié, Anta Diop, Thomas Sankara, Tavio Amorin... Ils doivent même nous inspirer dans nos initiatives. Car, le combat n’a pas abouti ; il n’est pas achevé. Depuis leur tombe, il faut leur demander la passation du flambeau. A notre génération de se montrer digne de marcher dans leur sillage afin que leur mort ne soit pas vaine et rompre définitivement avec les indépendances fictives qui servent à imposer au peuple noir des pions de la trempe de Gnassingbé et fils, de Bongo et fils et d’autres encore ... au travers desquels l’humiliation et le saccage de l’Afrique se perpétuent.
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • abdelkader17 4 septembre 2009 11:21

    Le but de la France est bien de pérenniser le système ?le Gabon et d’autres pays d’Afrique sont chasse gardée de la France, son pré carré.
    La stratégie occidentale n’a pas changée d’un pouce, la domination des trois quart de l’humanité,en utlisant aujourd’hui les« voix respectables »,les outils du néo impérialisme(onu Fmi banque mondiale)et tout le cinéma de la transparence et de la promotion de la démocratie.
    Répartition des rôles Selon une règle tacite, le directeur du fmi est désigné par les gouverneurs européens alors que le président de la Banque mondiale est désigné par le gouvernement américain, les États-Unis étant le principal actionnaire de la Banque mondiale. Il est élu pour un mandat de 5 ans, renouvelable, par le conseil d’administration.Une belle démonstration de justice d’équité et d’équilibre.
    La France à trop d’intérêts pour laisser les Gabonais prendre leur destin en main,total Gabon un des fleurons de la France à fric doit poursuivre son activité dans de bonnes conditions,le fils du père ayant été formaté dans le même moule,c’est un pantin qui conviendra parfaitement à la France.
    Tous les dirigeants Africains qui avaient une vision autre que la sauvegarde du diktat occidental et des intérêts des « ex puissance coloniales » qui tirent toujours les ficelles dans ces contrées lointaines ont été éliminé (Felix Moumié, Thomas Sankara, Lumunaba pour ne citer que les plus illustres combattants)


    • Ramila Parks Ramila Parks 4 septembre 2009 11:25

      « ’Ali Bongo est « le favori pour diverses raisons »

       «  Ali Bongo n’est favori de personne ici au Gabon. Il faut que cela soit clair. Il est peut-être favori pour France24 mais pas pour les Gabonais »

       »Des pays dont l’économie et la monnaie ainsi que les avoirs extérieurs sont détenus par les autres n’est pas en paix« .

      Merci pour cet article à l’opinion tranchée et claire. 100% d’accord avec vous qui avez si bien dénoncé ce cirque »sous tutelle« , mais habituel sur le continent africain, le »joujou" de l’Occident
      a vous lire plus souvent !


      • Ramila Parks Ramila Parks 4 septembre 2009 11:26

        Salut Abdel !


        • abdelkader17 4 septembre 2009 11:28

          @Salut Ramila
          Comment ca va ?


          • jako jako 4 septembre 2009 11:38

            Oui, merci pour cet article, il y a un espoir cependant, vous remarquerez qu’à chaque fois cela se passe un peu plus mal. Si on compare aux années 1970 et maintenant le peuple réagit de plus en plus


            • Rodriguez 4 septembre 2009 15:54

              Tout à fait d’accord avec vous. C’est clair que plus l’Afrique est humiliée, plus des gens (naïfs, ignorants, ou simplement acquis aux discours mensongers universalistes et humanistes) s’éveillent. Plus vous humiliez les gens, plus vous fabriquez des révoltés.

               ça prendra le temps que ça prendra mais le moment venu, personne ne contiendra la colère du peuple noir.


            • Wrong Orwell Wrong Orwell 4 septembre 2009 13:15

              Si l’Afrique meurt de faim,c’est bien la faute des pays occidentaux avec l’invention du néo-colonialisme par les américains:on colle un dictateur et le soutient en continuant à piller le pays comme on le faisait avant.
              La plus foireuse a été Kadhafi et la moins réussie:Mobutu,mis en place par la CIA après l’assassinat de Lumumba, a été récupéré par la France:les fameux diamants pour « papa Giscard ».Et la plus réussie,Pinochet (après l’assassinant d’Alliende).Ils ont retenté le coup au Venezuela mais çà a été un vrai fiasco en 2002.Le fiasco des fiascos reste le soutien à Batista à Cuba.
              Nous sommes bien plus doués.D’aillleurs, Sarkozy a fait appel à un ancien lieutenant de « Mr Françafrique » Foccart pour traiter ce « business » là.Mais la méthode a changé:les assassinants ont été remplacés par des simulacres d’élections démocratiques malgré la présence d’observateurs internationaux qui regardaient sûrement ailleurs.


              • realchange 4 septembre 2009 14:31

                Une présentation très pertinente de la situation au Gabon, mais aussi en Afrique.

                Il reste à trouver les moyens de la riposte.

                Merci à vous

                Realchange


                • Rodriguez 4 septembre 2009 16:00

                  Le premier moyen de la riposte c’est la conscience.

                  Ensuite, le refus du discours mensonger  présentant l’Afrique comme un continent qui s’autodirige.

                  La Jeunesse africaine doit se mobiliser et agir pour les intérêts de l’Afrique.
                   
                  Agir selon la stratégie suivante .


                • caramico 5 septembre 2009 09:44

                  Deux poids,deux mesures, et en plus on nous prend pour des cons :

                  Sarko tire à boulets rouges sur l’élection Iranienne, les Iraniens n’ont pas les dirigeants qu’ils méritent, et gnagnagna....

                  Là silence radio total :

                  Pas un journaleux pour s’émouvoir de cette mascarade.

                  Mais nous aussi, nous sommes en « démocratie ».

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Rodriguez


Voir ses articles







Palmarès