• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le FMI attaque l’Europe

Le FMI attaque l’Europe

Le FMI ne tarit pas de critiques envers l’Europe. Laxiste, dépensière, il est temps de la « réformer ». Entendez par là baisser les prestations sociales, privatiser les services publics, démanteler le droit du travail. Les Etats-Unis qui pilotent le FMI et le milieu des affaires qui est aux commandes de l’économie pressent l’Europe de se dépouiller au plus vite de ses protections sociales. Que signifie l’arrivée du FMI sur la scène européenne ? Quel sont ses résultats passés ? Quel rôle jouent les Etats-Unis dans ce processus ? Eléments de réponse.

Le FMI qui a un bilan totalement désastreux dans les pays pauvres (voir les documentaires présentés ici) étend en ce moment sa politique à l’Europe.

Depuis la fin des accords de Bretton Woods, cette institution pilotée par les Etats-Unis (majoritaires en voix) a systématiquement prôné la privatisation et la suppression des politiques sociales (fin des remboursements des frais de santé, fin des services publics etc.) Il n’a jamais été présenté un éventail de remèdes disponibles à chaque pays selon sa situation propre, comme cela se pratiquait à la Banque Mondiale avant 1973. Ce sont toujours les mêmes recettes qui sont appliquées sans distinction et présentées comme une panacée par le FMI. C’est ce que dénonce Joseph Stiglitz, prix nobel d’économie et ancien économiste en chef à la Banque Mondiale dans La Grande Désillusion. Selon lui, si la Banque Mondiale a conservé une tendance à poser un diagnostic un peu personnalisé sur chaque pays, le FMI se montre fondamentaliste dans l’application des politiques néolibérales, ces dernières étant considérées comme le seul remède possible quel que soit le mal. Un dogme impossible à remettre en question à l’intérieur de l’institution, personne n’accepte d’entrer dans une telle réflexion. A cet égard, il faut bien constater que le néolibéralisme est une idéologie. Certains l’ont nommé TINA, There Is No Alternative, en référence à la maxime de Margaret Tatcher, toujours répétée depuis.

De fait, les populations sont toujours ressorties appauvries de ces cures d’austérité, et cela a parfois été jusqu’à les priver de ressources vitales. Ainsi au Ghana au début des années 2000, la privatisation de la compagnie nationale de distribution de l’eau, suite à un ajustement structurel, a contraint de nombreux villageois à devoir choisir entre boire de l’eau potable et manger. L’entreprise nouvellement en charge de la distribution avait doublé les prix, voire triplé ou quadruplé selon les villes.
A la même époque, la privatisation de l’eau en Bolivie créait des manifestations monstres, forçant le gouvernement à reculer.
Aujourd’hui c’est au Honduras que l’on poursuit le genre de programme, après que les Etats-Unis et l’élite locale aient renversé illégalement le président Zelaya, trop à gauche selon eux.
Ces quelques exemples se retrouvent dans de nombreux autres pays, et pour toutes sortes de denrées et de secteurs d’activité. Il faut étudier les conséquences de ces politiques sur les populations si l’on veut évaluer correctement l’action du FMI. Systématiquement, l’élite locale s’est enrichie tandis que le peuple s’est appauvri. Cette politique est criminelle lorsqu’elle prive des citoyens de soins, d’eau potable, de nourriture, ou d’éducation.

Le FMI ou la Banque Mondiale ne posent jamais comme condition à leurs prêts : améliorer la redistribution des richesses pour soulager la pauvreté. Il s’agit toujours d’incriminer l’Etat pour taxer la population au profit d’entreprises derrière lesquelles se trouvent de riches notables locaux ou occidentaux. Le transfert de richesse s’opère des pauvres vers les riches.

La vente des actifs d’un pays (souvent à prix bradé, voir par exemple le cas de l’Argentine sous Carlos Menem) et les coupes budgétaires améliore temporairement l’état des finances publiques. Au lieu d’encourager le pays à se libérer d’une dette souvent asphyxiante (de 20 à 35% du budget de l’Etat pour dette remboursée plusieurs fois par le jeu des intérêts), les institutions de Bretton Woods conviennent immédiatement d’un nouveau prêt (voir par exemple le cas de l’Ouganda traité ici)... Et l’argent prêté par le FMI doit être utilisé suivant les conditions fixées par l’organisme international "américain" : constructions de centrales électriques, de routes, de barrages etc... Tout l’argent retourne ainsi aux pays prêteurs du Nord, dans la poche des entreprises qui réalisent ces constructions. Ces projets gonflent les chiffres de l’investissement, du PIB, de la croissance, et profitent à l’élite riche. On parle de succès, les journaux de droite utilisent ces résultats comme argument en faveur de la politique néolibérale du FMI. Mais la population majoritairement pauvre s’est appauvrie comme le montrent tous les indicateurs de pauvreté et de mesure de l’inégalité, qui explosent depuis trente ans. Mieux, le pays concerné se retrouve à nouveau lié par une dette qu’il faudra rembourser et dont il faudra payer les intérêts : les pays donateurs gagnent une seconde fois, et le pays pauvre perd toute indépendance. C’est ce système que l’on nomme parfois "néocolonialisme".

Comme exemple de cette politique néocoloniale on peut citer par exemple le cas d’Haïti. La dictature des Duvalier coopérait avec les programmes américains, faute de quoi elle aurait été renversée comme l’a été Aristide ou comme ailleurs Allende, Roldos, Torrijos... Ainsi dès 1984, le FMI a obligé Port-au-Prince à supprimer toutes ses barrières douanières et à démanteler les rares et derniers services publics de l’île. Les produits agricoles américains, dont le riz, ont envahi le pays et ont jeté une grande partie de la paysannerie dans la pauvreté. Ceux-ci sont venus se réfugier dans les villes, où les entreprises américaines ont installé des ateliers textiles à bas coup, les "Sweap Shops". Les haïtiens y travaillent douze heures par jour pour un salaire dérisoire, même au regard du coup de la vie local (28 cent de l’heure chez Disney par exemple). A cet effet, Clinton a créé au début des années 90 une zone franche permettant aux entreprises américaines de rapatrier leur production sans payer de frais de douane. Techniquement c’est comme si cette zone franche faisait partie du territoire américain, droit du travail et salaires mis à part. Haïti qui produisant 90% de sa nourriture il y a trente ans en importe aujourd’hui 55%. En outre l’argent du FMI, utilisé en fonction des intérêts américains aux conditions dictées par le FMI, devra être remboursé par une population exsangue.

Selon John Perkins, qui a exercé pendant 15 ans le métier de "tueur économique" pour le compte du gouvernement américain et de multinationales, le FMI propose volontairement des prêts impossibles à rembourser de manière à tenir les pays sous le contrôle des Etats-Unis. C’est une stratégie adoptée et perfectionnée depuis plus de 50 ans pour dominer le monde par l’arme économique. Toujours selon lui, les Etats-Unis travaillent ainsi consciemment à élargir et maintenir un Empire, à l’image des autres empires déclarés de l’Histoire, comme jadis la France, l’Angleterre, Rome ou la Grèce... Mais ce dernier instille cette nouveauté qu’il parvient à ses fins en ne se saisissant de l’arme militaire qu’en dernier recours, la guerre économique et la corruption des élites nationales apportant d’assez bons résultats.

Selon Noam Chomsky, cette stratégie est née en réponse à la démocratie et aux mouvements sociaux d’après-guerre, qui sont parvenus à faire pression sur les politiques gouvernementales. La populations des Etats-Unis n’accepterait pas la manière dont se comporte son gouvernement si la question lui était posée ouvertement. Cela a forcé l’élite à opérer de façon détournée, soit par l’entremise d’entreprises privées (voir John Perkins), soit par des opérations militaires clandestines comme l’assassinat de syndicalistes en Amérique du Sud, ou le financement de groupes armés (Exemple des "Contras" au Nicaragua).

Dès les années 20, Edward Bernays théorisa dans son ouvrage Propaganda les techniques de manipulation de l’opinion. Les "relations publiques", la "communication" et la presse ont servi de relais à une désinformation de masse. Ces nouveaux attributs du pouvoir se sont développées et affinés durant tout le XXème siècle, permettant à l’élite politico-économique de perpétuer sa domination sur le monde occidental et sur le monde entier ; la chute de l’Empire stalinien ayant ouvert l’ère unipolaire que nous connaissont aujourd’hui et au sein de laquelle aucune force n’est encore en mesure de faire contre-poids. Ce que l’on nomme généralement "mondialisation", à ce titre, n’est pas autre chose que l’expansion de l’Empire américain, le FMI étant une arme parmi d’autres.

A l’heure où le FMI et les Etats-Unis s’intéressent de près aux affaires internes de l’Europe, il est essentiel de savoir à qui l’on a à faire. Hier, le Figaro nous rappelait dans ses pages saumon (p18 et 19) que les ministres des finances des pays européens ont accepté l’obligation de soumettre leur budgets nationaux à un examen préalable devant les instances européennes. L’examen devrait avoir lieu au printemps, ce qui laisserait le temps de faire d’éventuelles corrections. C’est une nouvelle délégation de pouvoir vers les institutions non démocratiques de l’Union. Le FMI, lui, trouve ces mesures trop timorées et il presse l’Europe de créer une autorité commune qui soit chargée de déterminer le niveau de déficit budgétaire admissible pays par pays. Il réclame également que chaque pays membre adopte des règles internes contraignantes qui forcent à limiter le déficit. Ainsi, la stimulation keynésienne de l’économie par l’investissement public est en train de devenir de facto une politique interdite en Europe. La formule "There Is No Alternative" semble avoir de beaux jours devant elle. Si les peuples ne se défendent pas de façon concertée, il est probable que l’irruption du FMI sur la scène européenne ne signe le début d’un processus de tiers-mondisation du continent.

Le Figaro nous apprenait encore hier que la Maison blanche fait pression pour que l’Espagne adopte son plan de rigueur. Les Etats-Unis, affublés d’un déficit abyssal, à la tête d’une économie à bout de souffle ont urgemment besoin d’énergie pour perpétuer leur non négociable "way of life", que seul le dollar-référence protège de l’effondrement. L’Europe sera-t-elle l’ultime richesse à venir alimenter la machine américaine ?
 
Raphaël Massi
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.82/5   (87 votes)




Réagissez à l'article

79 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 11 juin 2010 12:10

    Le FMI ne tarit pas de critiques envers l’Europe. Laxiste, dépensière, il est temps de la « réformer ». Entendez par là baisser les prestations sociales, privatiser les services publics, démanteler le droit du travail.

    Il convient de cesser de considérer les « réformes » et le Capitalisme comme LES maux absolus et de faire évoluer le second vers un Capitalisme Anthropocentrique, Philanthropique et Équitable grâce à l’instauration d’une Allocation Universelle transitoire suivie de la génération d’un Dividende Universel permanent et évolutif, « fonds de pension national » solidairement et collectivement géré par une structure spécifique, indépendante de l’État et représentative des citoyens-électeurs-contribuables.
    (cf.
    Mémoires présidentiels : 2012 - 2022)

    Bis repetita placent...
    La liberté d’expression permet aux « anti-capitalistes » et aux « anti fonds de pension », et cætera, de répéter inlassablement leurs mêmes antiennes rétrogrades, affirmations indémontrées et non étayées par des observations tangibles.
    Donc, n’en déplaise à beaucoup, la même liberté d’expression m’autorise également à répéter tout aussi inlassablement mes propres propositions progressistes.


    • robespierre55 robespierre55 12 juin 2010 05:29

      Jusqu’à présent je croyais que le vide absolu n’était qu’une image asymptote de la réalité.
      En lisant le commentaire initial de ce fil (M. Ll...) je prends conscience de mon erreur.


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 12 juin 2010 19:10

      robespierre55 (xxx.xxx.xxx.58) 12 juin 05:29

      Mon commentaire ne pouvait être de meilleure qualité car émanant d’un nanti capitaliste...


    • sheeldon 11 juin 2010 13:14

      bonjour

      très bon article

      cordialement


      • Inca Inca 11 juin 2010 13:26

        Merci pour cette synthèse éclairante.
        Entre-temps, les porte-paroles de ces groupes, à savoir les médias, essayent de nous imposer un de leur valet, nommé DSK, pour diriger et formater la France à leurs idées.


        • 1984 11 juin 2010 13:55

          Exact, il faut réussir à casser DSK sur le net comme on l’a fait pour la campagne de vaccination de la grippe A !


        • Inca Inca 11 juin 2010 14:08

          Tout à fait, ils essayent de nous inoculer DSK contre notre plein gré.


        • Inca Inca 11 juin 2010 14:12

          erratum :

          « un de leurs valets »


        • pierrot123 11 juin 2010 16:48

          D.« $ ».K . ?..JAMAIS !


        • liberta 11 juin 2010 13:46

          avez vous remarqué le nouveau logo européen ?
          Ca ne vous dit rien ?
          C’est l’oeil d’Horus , emblème des illuminatis et que l’on retrouve sur le billet de 1 dollar
          A méditer


          • Martin D 11 juin 2010 14:14

            oui je l’ai remarqué il y a 3 semaines je crois, lors d’une réunion européenne je crois...

            bravo à l’auteur pour cet article on ne peut plus clair et limpide....notre monde est basé sur l’endettement et sur l’appauvrissement des plus faibles, qu’ils soient du monde non occidental ou occidental.

            les aristocrates, les notable, les pharaons, les roitelets, les barons et ducs, les milliardaires et les millionnaires n’ont qu’un seul but : toujours s’enrichir ! y compris au dépens du peuple.

            vous allez voir, le dollar va s’effondrer, une grande récession va alors survenir et rien n’y personne ne pourra redresser la barre...c’est malheureusement pour bientôt


          • edzez edzez 11 juin 2010 13:54

            @liberta
            seulement à mediter, les symboles illuminatis ,c’est du vent, mais ce que fait le fmi , le cfr ... ce n’est pas du vent.


            • liberta 11 juin 2010 14:00

              @edzez
              Le CFR dont vous ne contestez pas l’existence est un chainon des illuminatis ainsi que la Trilatérale, Les Bilderberg, Skulls and Bones etc.....
              Malheureusement les illuminatis ne sont pas du vent mais les organisateurs du monde


              • dom y loulou dom 11 juin 2010 22:12

                euh les organisateurs du monde est vraiment leur faire trop d’honneur...

                les destructeurs du monde vous voulez dire sans doute ?


              • Fabien 09 Crazy Horse 12 juin 2010 11:40

                @Liberta

                On n’a pas besoin d’invoquer les Illuminatis pour expliquer ce qu’il se passe dans le monde. L’existence de ce groupe n’est pas démontrable. A ma connaissance, il n’y a que deux documents qui attestent de l’existence des « Illuminés de Bavière », et ce ne sont pas les Illuminatis. Il s’agit d’un texte administratif conservé aux archives de Bavière, et du bouquin de John Robison intitulé « Proof of a conspiracy to destroy all religions and government ruling in secret by reading societies », paru en 1792. A en croire Robinson, dont j’ai lu l’ouvrage, Adam Weishaupt était un homme bien trop présomptueux et imprudent pour que son organisation arrive à ses fins. D’ailleurs, le gouvernement de Bavière de l’époque a dispersé le groupe assez facilement.

                Vu l’armada de « bien pensants » et d’agents de propagande de l’ordre établi qu’on a en face, il est plus productif je crois de démontrer l’existence d’une oligarchie peu scrupuleuse en se basant sur les faits observables et démontrables.

                On a bien plus d’éléments sur la Trillatérale ou les Bilderberg par exemple, dont personne ne conteste l’existence, et il est facile de sensibiliser les gens sur le fait que ces réunions sont un pied de nez fait à la démocratie, que l’opacité qui les entoure est inadmissible dans une société dite « libre ».


              • Krokodilo Krokodilo 11 juin 2010 14:07

                On a nationalisé les pertes des banques sans nationaliser les banques elles-mêmes, et voilà le résultat : les marchés exigent de la rigueur tout en reprenant leurs habitudes de distributions de bonus par millions.


                • sisyphe sisyphe 11 juin 2010 14:14

                  Le FMI est le bras armé d’une politique tout à fait cohérente depuis les accords scélérats de 1973 ; la privatisation du monde. 

                  La dette des pays a, en effet, commencé en 1974, juste après que le système financier ait retiré le pouvoir de création de l’argent aux états, et même leur pouvoir d’emprunter directment aux banques centrales. 

                  La privatisation, donc, du pouvoir de création de l’argent, était la mesure charnière qui amorçait le processus global de privatisation et de financiarisation du monde, qui n’a fait que s’étendre depuis. 

                  On empêche les états de créer de l’argent, on provoque donc volontairement leur endettement, avec l’appui actif de tous les milieux financiers (bourses, banques, organismes financiers, spéculation) et, une fois les pays endettés........... interviennent les officines de ces institutins financières ; Banque Mondiale, OMC, FMI, pour procéder au démantèlement des fonctions des états (protection sociale, salaires minimums, services sociaux), et procéder à la privatisation des ressources, des entreprises, des services.. 

                  Les états ne sont plus que des coquilles vides, livrées entièrement aux mains des prédateurs financiers, qui procèdent ainsi à l’établissement du système qu’ils ont eux-mêmes enclenché ; celui, globalisé, de leur domination sur un monde privatisé. 

                  PARTOUT où le FMI est intervenu, avec ses recettes et méthodes « d’aide aux pays endettés », on a assisté aux détériorations des conditions de vie, à la paupérisation croissante des populations, à la destruction de tous les systèmes de protection sociale, au bénéfice de la finance. 

                  L’Argentine est, à cet égard, un exemple particulièrement édifiant. 

                  Plongée dans une crise d’une gravité sans précédent, à la suite de l’imposition des mesures du FMI, en 2001, (plus de 50% de sa population en dessous du seuil de pauvreté) prise à la gorge, elle a été en proie aux émeutes (de la faim) que tout le monde a encore en mémoire.

                  Il lui a suffi de se déclarer en cessation de paiement de ses dettes, d’abandonner la parité peso-dollar (imposée par le FMI), puis, des mesures prises sous la présidence de Kirchner, (je cite) : 

                  Néstor Kirchner exerce la fonction de président de la République argentine de 2003 à 2007. Il renégocie la dette du pays en 2005 (en fait, il refuse le remboursement de trois quarts des 100 milliards de dollars de dette extérieure). Il gèle les tarifs énergétiques et du transport, et taxe très fortement les importations, il relance l’activité économique (+ 50 % en cinq ans) soutenue par les dépenses publiques, et double la masse salariale (de 2003 à 2007), pour repartir vers la croissance, et améliorer sa situation

                  Ainsi, de 2003 à 2007 le PIB repart à 9 % de croissance annuelle, en produisant une réactivation économique dans tous les secteurs, une forte réduction de la pauvreté et un retour de la classe moyenne.

                  Depuis 2003, l’Argentine semble avoir repris le chemin de la forte croissance économique et de l’augmentation des salaires.

                  L’Argentine est aujourd’hui le pays le plus développé du continent latino-américain en 2005 selon les données des Nations-Unis fournies en 20071 et se rapproche des standards européens de niveau de vie.

                  Preuve que le FMI et ses « recettes » constituent le plus grave danger pour les démocraties, et plus globalement, pour les états, puisque sa politique est l’éxécution fidèle du plan global de privatisation du monde, orchestrée et imposée par la dictature des « marchés », et des puissances financières. 



                  • sisyphe sisyphe 11 juin 2010 14:26

                    A propos, n’est-ce pas un « socialiste » (celui avancé par tous les médias pour être le futur candidat de « la gauche » à l’élection présidentielle), qui sévit à la tête de cette instance scélérate ? 

                    Pour dire à quel point la pseudo « gauche » française et européenne en est rendue...

                    Sinon, oui, merci à l’auteur de rappeler que la politique prônée, suivie et imposée par le FMI est bien celle d’une IDEOLOGIE ; la seule qui subsiste au monde : l’idéologie de la privatisation du monde par le système capitaliste libéral et financier, celle de la loi des « marchés » tout puissants ; l’idéologie « libérale » dictatoriale de Hayek, Friedman et consorts.. . 

                    Que viva Chavez !! 


                  • leypanou 11 juin 2010 14:16

                    @l’auteur :

                    Excellent article car il permet de se re-mémorer l’idéologie du FMI. De toute façon, on assiste actuellement à une offensive tous azimuts contre toutes les avancées sociales -temps de travail, retraite, santé, etc, etc-, en particulier en Europe. Bilderberg est passé par là apparemment.

                    @Pasou :

                    et à fort pouvoir de nuisance (SNCF, controleur du ciel etc..) : peut-être, mais n’est-il pas plus urgent de trouver une solution à ces retraites chapeaux d’une poignée d’individus ainsi que les salaires scandaleux de hauts dirigeants des entreprises du CAC 40 ?


                    • edzez edzez 11 juin 2010 14:44

                      @sisyphe

                      Viva Chavez, lui c’est un homme, et ça manque pas des gars comme lui.

                      Des gens comme lui , qui laissent une belle empreinte à cet umanité.

                      @liberta

                      je connais ses theorie , ça me passionne, en tout cas , on se fait passer pour des idiots quand on aborde ces theories.
                      Mais bon, c’est que de la speculation, il ne faut pas voir que les faits et seulement les faits, pour comprendre, sans aller etudier les symboles qui sont que du vent.


                      • edzez edzez 11 juin 2010 14:51

                        @liberta , je me suis contredit.

                        je connais ses théories , ça me passionne.
                        En tout cas , on se fait passer pour des idiots quand on aborde ces theories.

                        Mais bon, c’est que de la spéculation, il ne faut s’attarder que sur les faits et seulement les faits, pour comprendre, sans aller étudier les symboles qui sont que du vent et futilité.


                        • fwed fwed 11 juin 2010 14:56

                          Bonne synthèse des outils mis en place pour cette guerre monétaire donc économique.

                          De plus vous arrivez à parler de Perkins, chomsky et barnays sans trop déborder.

                          Un seul mot : Bravo.


                          • liberta 11 juin 2010 15:18

                            DSK plaide pour que le FMI devienne la Banque Centrale du Monde et ce qui se passe en ce moment reflète bien que le projet des Illuminatis est bien en marche

                            Je rappelle la théorie de Kissinger (grand Illuminati) qui dit :

                            -celui qui contrôle la nourriture, contrôle peuple
                            -celui qui contrôle l’énergie, contrôle les continents
                            -celui qui contrôle l’argent, contrôle le monde

                            Le FMI tente de resserrer les libertés des états Européens mais la mise en place d’un fonds européen (bien qu’actuellement virtuel) lors des réunions des 7 et 8 mai dernier peut freiner les ardeurs du FMI, ce qui provoque une attaque de celui-ci

                            En effet, à terme la participation financière de l’Europe au FMI sera du fait de la création du fonds européen,, , moins importante (elle est actuellement des 2/3) et les Etats Unis devront mettre davantage la main à la poche
                            (affaire à suivre)


                            • François51 François51 11 juin 2010 15:24

                              et DSK son président est le candidat préféré de « gauche » des Français, si l’on en croit les sondages. c’est dire si les Français sont bien informé.
                              maintenant, les sondages on leur fait dire un peu ce qu’on veut. pourvu que l’on soit dans la continuité. après Sarkosy, DSK le même néo-mondialiste qui se fera un plaisir de liquider la nation France pour terminer le travail de son prédécesseur si par malheur il devait être élu en 2012.
                              a moins qu’il ne soit pas candidat. là, il rendrait service au pays. ...


                              • paul mohad dhib 11 juin 2010 15:25

                                mon avis, au delà de la DÉMENCE des leaders, petits et grands, la fin du pétrole c’est la fin d’une civilisation, point barre, de plus fini les grandes découvertes qui changent le monde, des améliorations certes....alors..un véhicule ne peut vous amener de A a B,....
                                retours a la vie locale, etc...etc..l’occasion pour l’humain de sortir de la barbarie et de muter dans sa psyche........que du bonheur, non ?


                                • edzez edzez 11 juin 2010 15:26

                                  @liberta, pour illuminati, je dis maintenant , gaga, ça fait tendance.


                                  • edzez edzez 11 juin 2010 15:32

                                    « Pour mettre en place un gouvernement mondial, il est nécéssaire de retirer des esprits leur individualisme, leur loyalité aux traditions familiales, leur patriotisme national, et leurs dogmes religieux. »


                                    « Il est une chance que les gens de la nation ne comprennent pas notre système bancaire et monétaire, parce que si tel était le cas, je crois qu’il y aurait une révolution avant demain matin. »


                                    « Il est aussi dans l’intérêt d’un tyran de garder son peuple pauvre, pour qu’il ne puisse pas se protéger par les armes, et qu’il soit si occuppé à ses tâches quotidiennes qu’il n’aie pas le temps pour la rebellion. »


                                    • johnford johnford 11 juin 2010 15:35

                                      Ah peuples européens ça ne va pas du tout le déficit que nous les banquiers avons fabriqué en vous volant la création monétaire est inacceptable, il est temps pour vous d’abandonner tout vos acquis sociaux et d’accepter la privatisation de tous vos services pour qu’on s’enrichisse encore plus ; et grande magie, grâce à nos médias vous allez être persuadés que c’est logique et indispensable.


                                      • PhilVite PhilVite 11 juin 2010 15:50

                                        Excellent résumé. C’est ahurissant, mais c’est exactement ça !


                                      • edzez edzez 11 juin 2010 15:43

                                        @johnford , tromperie , arnaque , vice , ça rentre petit à petit dans les moeurs .

                                        tout ça devient normal , la famille n’a plus de base solide, les vieux abondonnés , les jeunes ne pensent qu’au gain.

                                        L’etat n’est plus souverain, le depot n’a plus de sens avec son deficit, qui n’est pas logique , et ça en fac, on ne l’apprend pas , comment les banques fonctionnent.


                                        • tchoo 11 juin 2010 16:01

                                          Voila Sisyphe l’ écrit

                                          un bras d’honneur au FMI et au pourvoyeur de dettes

                                          et dans le même temps à DSK.

                                          Et le monde sera meilleur !


                                          • Radis Call 11 juin 2010 16:10

                                            Il y a le système de Bretton Woods de 1994 :

                                            http://geronim.free.fr/ecogene/bts2/d1partie62.htm



                                              • Radis Call 11 juin 2010 16:29

                                                Et puis ouvrez vos mirettes et esgourdez :

                                                http://www.pauljorion.com/blog/?p=12818#comments


                                                • liberta 11 juin 2010 16:45

                                                  @edzez

                                                  le terme « gaga » pour illuminatis est votre illustration personnelle de cette organisation

                                                  Illuminatis veut dire « Lumière »
                                                  Les puissants , dont certaines familles royales qui ont crée ce groupe pensaient détenir des connaissances mais qui devaient rester à l’intérieur de leur groupe
                                                  C’est pourquoi ils demeurent toujours plus que discrets mais Internet fera qu’ils ne pourront pas rester longtemps dans l’ombre

                                                  L’enveloppe se déchire déjà avec Bilderberg dont on parle sur le net de plus en plus malgré le silence des médias français

                                                  Pour ma part, ayant pris connaissance dans le détail de ce que sont les illuminatis (qui pourraient s’appeler les Prédateurs du Monde), je conserve le terme


                                                  • Le péripate Le péripate 11 juin 2010 17:37

                                                    Moi, j’aimerais comprendre comment la richesse se transfère des pauvres vers les riches.

                                                    Car les pauvres ne sont pas riches. Ou alors la richesse se transfère des riches vers les pauvres, qui du coup deviennent riches et les autres pauvres. Là ça marche.

                                                    Bon, c’est surement un truc trop fort pour moi.

                                                    Sinon j’ai beaucoup aimé les liens vers la propre production littéraire de l’auteur. Un autoréférencement très crédible. Si si.

                                                    Du travail sérieux.


                                                    • sisyphe sisyphe 11 juin 2010 19:02

                                                      vote : -1
                                                      Par Le péripate (xxx.xxx.xxx.149) 11 juin 17:37

                                                      Moi, j’aimerais comprendre comment la richesse se transfère des pauvres vers les riches.


                                                      Ah !

                                                      Péripate joue les couillons !! smiley 

                                                      Mais tu as dû faire des mathématiques dans ton jeune âge, je suppose...

                                                      Auquel cas tu ne dois avoir aucune difficulté à comprendre que prendre un peu (d’argent) à beaucoup (d’individus), revient à donner beaucoup (d’argent) à peu (de riches)..

                                                      Comme on est dans une proportion, en gros, de 5% de personnes qui détiennent 80% des richesses mondiales, ça laisse ; disons 80% de 6 milliards et demi de personnes qui en alimentent moins de 10%% (je simplifie) ; un gros, gros, gros pactole... 

                                                      Ca y est, ça rentre ?? 

                                                       smiley 


                                                    • JJ il muratore JJ il muratore 11 juin 2010 19:05

                                                      Les pays riches (en gros l’Occident+ les pays exportateurs de pétrole) ne sont riches que parcequ’endettés. Leurs dettes « souveraines » (de l’Etat) peuvent servir soit au train de vie de l’Etat soit à des investissements « productifs » (Transports, Education, Santé). Leurs citoyens peuvent aussi être endettés.
                                                      Les Banques et le système financier collectent de l’argent et le prêtent avec intérêt (couverture du risque pris)
                                                      Qui fournit de l’argent aux Etats qui s’endettent ? Leurs citoyens épargnants quand l’impôt n’est pas confiscatoire (Obligations d’Etat) et d’autres Etats. Ainsi la Chine est le 1er créancier des USA. Les banques également prêtent de l’argent non pas sur leurs fonds propres mais sur leur collecte. Et là on va comprendre comment les pauvres transfèrent leur misère vers les pays riches. Les pauvres des pays non riches ne disposent pas des protections et sécurité qu’offrent à leurs citoyens les pays riches : pour prévoir les coups dur de la vie ils sont obligés d’être vertueux : ils épargnent, 15 ou 20$ par an multiplié par des centaines de millions d’épargnants pauvres sont confiés aux banques qui les gèrent en les plaçant avec de juteux intérêts auprés des particuliers riches et auprés des Etats riches. (D’ailleurs plus un Etat est riche plus il est endetté, curieux non ?)
                                                      Le japon est atypique il n’emprunte qu’à ses citoyens.
                                                      Quand la dette d’un Etat ne sert qu’à son train de vie les taux d’intérêt grimpent quand elle sert pour un majeure partie à de l’investissement qui va créer des richesse les taux d’intérêt baissent : dette vertueuse)
                                                      Quand un Etat fait défaut et ne paye plus les intérêts qu’il doit il est mis en faillite et les premiers à soufrire sont les pauvres de cet etat et ceux qui avaient confié aux banques leurs petites économies de pauvres. La suite est qu’il ne pourra que très difficilement emprunter et à des taux très élevés, son économie stagnera et les pauvres de cet etat seont les premiers à en subir les conséquences. Ceux qui prônent « il suffit de ne pas rembourser la dette » sont des ignorants démagogues.


                                                    • sisyphe sisyphe 11 juin 2010 20:17

                                                      Ce que vous racontez, c’est la propagande libérale habituelle, et c’est totalement faux. 

                                                      vous dites (je cite) : 

                                                      Les banques également prêtent de l’argent non pas sur leurs fonds propres mais sur leur collecte.

                                                      Evidemment totalement FAUX. Les banques CREENT de l’argent ; 10 fois la valeur de ce qu’elles « collectent ». Elles prêtent donc de l’argent qui n’existe pas ; d’où les bulles, le décalage total de l’économie réelle avec la pseudo économie financiarisée. 

                                                      Le seul problème est d’avoir confié la création de l’argent au privé (banques, organismes financiers), et la seule solution , c’est l’urgente et nécessaire réforme monétaire qui redonnera à des organismes démocratiquement sous le contrôle des états et des citoyens, le pouvoir de création de l’argent. 

                                                      Le constat est simple, clair, lumineux ; la dette des états date de 1974 ; soit juste quelques mois après les accords scélérats de 1973. 

                                                      STOP à la dictature des banques et des puissances financières ; que les banques, pour avoir de l’argent, soient obligées de l’emprunter, avec intérêts, variables suivant leur cotation, basée sur leurs résultats, et basta. 


                                                    • sisyphe sisyphe 11 juin 2010 20:20

                                                      Et j’insiste ; à l’image de l’Argentine, que les états se déclarent en cessation de paiement, et annulent leurs dettes vis à vis des banques et organismes financiers. 

                                                      Ils ne s’en porteront que mieux, et ça fera le vide dans les rangs des mafieux. 


                                                    • lemouton lemouton 11 juin 2010 20:44

                                                      mais c’est un TROLL ou un animateur de forum ce mec !!!  smiley
                                                      en tout cas c’est une vraie nouille .. smiley se poser des question comme ça !!

                                                      « Moi, j’aimerais comprendre comment la richesse se transfère des pauvres vers les riches »
                                                      —> hé du gland  smiley
                                                      tout simplement en ne leur donnant pas leur part de richesse créée et en la détournant smiley vers les mafieux du système financier qui viennent pleurer leur mère quand ils ont la m***de au c*l !!  smiley


                                                    • Raphaël 11 juin 2010 21:37

                                                      Prendre un tout petit peu à un très grand nombre de gens représente de très grosses sommes pour quelques uns. C’est vieux comme le monde.

                                                      Transférer les matières premières, qui sont des richesses, du Sud vers le Nord, c’est prendre aux pauvres pour donner aux riches. 86% des matières premières de la planète sont consommés par 20% des habitants. Si les pauvres sont pauvres, c’est justement parce que c’est chez eux que l’on prend pour consommer ailleurs. J’espère que cette courte explication vous a semblé assez éclairante, s’il faut développer davantage, je peux le faire.

                                                      Pour ce que vous appeler de l’auto-référencement, si vous aviez lu les billets concernés vous auriez remarqué qu’il s’agit à 90% d’informations reprises, qui ne sont donc pas ma propre littérature comme vous dites. J’utilise le blog que vous avez vu pour organiser des informations qui me semblent pertinentes, et j’y ajoute de temps à autre ma propre production. D’ailleurs, les billets en question, s’appuient le plus souvent sur des références externes à mon propre site. Ce que je fais à travers cet « auto-référencement » c’est simplement utiliser l’outil que je me suis créé. Mais si vous approfondissez vous tomberez toujours sur des sources externes. En l’occurence j’ai très souvent pointé vers des documentaires ou des livres dont je ne suis pas l’auteur. Je vous engage à les lire ou à les visionner...

                                                      Mais soyons honnête : le vrai problème est celui de la vision du monde et la question qui nous sépare est le sempiternel clivage entre progressistes et réactionnaires. Votre pensée penche à droite tandis que la mienne incline vers les idées libertaires... N’est-ce pas ?


                                                    • JJ il muratore JJ il muratore 12 juin 2010 07:44

                                                       vous ne voulez pas entendre ce que j’ai écri. J’ai bien dit que les banques ne prêtaient pas de l’argent sur leurs fonds propres(sic !) c’est l’argent de leur collecte qu’elles prêtent.
                                                      Votre réaction est un peu trop idéologique pour être réaliste.


                                                    • edzez edzez 11 juin 2010 17:41

                                                      c’est tres simple le peripate,
                                                      il y a les taxes, les maladies, la consommation, le credit ... je shematise , cherche sur le net , tout est expliqué.


                                                      • Leopold Stotch Leopold Stotch 11 juin 2010 18:44

                                                        un peu zarb ce nouveau logo européen quand même :x


                                                        • bernie54 11 juin 2010 18:46

                                                          Salut à toutes et à tous !Excellent article,qui améne à la conclusion suivante:en 2012,si nous voulons restaurer la démocratie en France,le seul vote possible sera pour Jean-luc MELENCHON,président du Parti de Gauche,qui dénonce depuis longtemps la dérive droitiére de l europe et de notre gouvernement actuel.HASTA LA VICTORIA !


                                                          • FYI FYI 12 juin 2010 01:45

                                                            Melenchon fait partie du système ... Méfiez-vous, tout est organisé pour disperser les voix tout en ayant l’impression de peser, ce qui est archi-faux !
                                                            Votez pour de vrais dissidents, ou mieux pas du tout.


                                                          • elec 42 elec 42 11 juin 2010 19:09

                                                            vous n’avez rien compris, dans le système capitaliste, les pauvres sont fait pour étre pauvres et les riches pour étre riches,il n’y a pas d’alternatives possibles,et si il y a une crise,l’etat est là,sauvont les banques et leurs flibustiers,payer !vous serez rembourser,la crise n’est pas finie,et les banques affichent déjà des bénéfices reccords qu,il va falloir partager avec les treaders:chercher l’erreur.


                                                            • Cug Cug 11 juin 2010 19:19

                                                              FMI = USA

                                                              Nous avons donc un président du FMI travaillant pour les décideurs US qui vodrait être président de la république française ....


                                                              • Marc Bruxman 11 juin 2010 19:22

                                                                 ;Dans un pays à la dérive, les politiques libérales vont dans un premier temps effectivement êtres très défavorables pour les plus pauvres. Pourquoi ? Parce qu’effectivement on supprime ce que l’on ne pouvait pas payer et que l’on rend l’argent à ceux qui payaient. (Souvent effectivement plus riches). 


                                                                En Chine, une bonne partie de l’eau potable est « perdue » car les paysans ne réparent pas leurs canalisations. L’eau y est tellement subventionée qu’ils se moquent des fuites. Pourtant quelque part, quelqu’un paie. De même en France les gens se gavent d’antidépresseur, la sécu rembourse. Mais quelque part aussi, cela a un coût que l’on paie. Le premier effet de facturer le vrai prix des choses est que le gaspillage cesse. Et la société globalement y gagne. Certe le paysan est moins riches, mais les gens ne paie pas pour de l’eau dillapidée. La riviére se régénére, etc, ... De même pour l’essence, si vous subventionnez trop celle ci, les gens vont se moquer complétement et ne vont pas l’utiliser intelligemment. Montez les prix, ils feront attention. 

                                                                Deuxième effet kiss-cool, les gens qui ont les moyens d’investir (à la fois éduqués et riches) ont plus d’argent. Donc ils investissent ce fric. Dans un premier temps c’est très loin de compenser ce qui a été détruit, mais ces entreprises vont propsérer et créer des emplois. Au final la société va s’assainir. Et au bout d’un moment la croissance économique devient forte et visible. 

                                                                La Pologne a subie une thérapie de choc. Elle l’a bien faite. Résultat en 1996 son PIB avait rattrappé celui du temps des cocos (soit seulement 7 ans) alors que l’économie était oblitérée par ce que les russes avaient fait. Aujourd’hui la pologne connait une très forte croissance. Le Chili a certes subi Pinochet qui n’était pas un démocrate, mais le redressement économique a été très marqué et son économie est saine. Bachelet a eu l’intelligence de ne pas toucher trop aux réformes économiques, la droite a repris le pouvoir et le pays se porte bien. L’amérique du sud a toutefois été fort génée par une corruption endémique qui n’a pas aidé le bon déroulement des privatisations la ou la Pologne a été un élève modéle. 

                                                                Mais il y a d’autres bons élèves, la Slovaquie autrefois très pauvres et risée des Tchèques a réformé vite et bien. La situation a Bratislava s’est nettement améliorée. 

                                                                Alors bien sur qu’en Europe on va « manger » une pillule de choc. Mais on a pas vraiment le choix et la médecine va rapidement être bénéfique. Si on fait toutes les réformes d’un coup, l’économie mettra mois de 5 ans à s’en remettre, notre cas étant plus simple que celui de la pologne. 

                                                                Les vieux disent souvent : « a toute chose malheur est bon », peut être que le bon coté de la crise est justement celui la. 

                                                                Les libéraux ont gagnés aux Pays-Bas, ils sont puissants en Allemagne, en Angleterre. Le courant libertarien monte aux USA avec Ron Paul et son fils. Tout cela va dans le bon sens. 








                                                                • Login Login 11 juin 2010 19:57

                                                                   

                                                                   la secu vous rembourse

                                                                • lemouton lemouton 11 juin 2010 20:54

                                                                  "Les libéraux ont gagnés aux Pays-Bas, ils sont puissants en Allemagne, en Angleterre. Le courant libertarien monte aux USA avec Ron Paul et son fils. Tout cela va dans le bon sens. "

                                                                  et ben moi j’en suis content... :->
                                                                  qu’ils continuent à faire monter la pression,
                                                                  plus vite ils le feront —> plus vite cela va leur peter à la gueule  smiley


                                                                • dom y loulou dom 11 juin 2010 22:02

                                                                  et c’est un sionistE qui nous dit ça... HAHAHAHA


                                                                • dom y loulou dom 11 juin 2010 22:05

                                                                  ce fut le quart d’heure des voeux pieux de bruxman


                                                                • JJ il muratore JJ il muratore 11 juin 2010 19:29

                                                                  Une petite précision concernant le FMI : l’une des conditions de l’intervention financière du FMI est que l’emprunt serve principalement au développement économique du pays emprunteur et non au train de vie de l’Etat emprunteur. Exemple si, en tant qu’Etat je sollicite le FMi pour augmenter le nombre de mes fonctionnaires dans des proportions délirantes, acheter des voitures de fonction (BMW Cayenne de préférence) distribuer des primes à tout va en période pré-électorale, fournir des logements de fonction à mes copains et grossir mon budget militaire au point qu’il soit le plus important d’Europe etc.. etc.. (exemples choisis en Grèce) théoriquement le FMI ne devrait pas intervenir... sauf que pressé par L’Europe qui craignait un effondrement en cascade, pressé par ses amis socialistes Espagnols, Portugais, Français et Grecs, DSK a laché du lest et du fric, ce qu’il n’aurait pas du faire selon la vocation du FMI.



                                                                    • Radis Call 11 juin 2010 20:24

                                                                      On devrait envoyer tous les libéraux écoper le pétrole au large de la Louisiane.. ;peut-être que cela les ferait un peu réfléchir aux conséquences des dérégulations à tous crins.


                                                                      • dom y loulou dom 11 juin 2010 21:28

                                                                        bla bla bla



                                                                          • dom y loulou dom 11 juin 2010 21:59



                                                                            en l’occurence vous croyez que qui que ce soit vous écoute ici ?

                                                                            les lords britaniques  ? Ils dépopulent et vont ruiner les européens comme ils ont ruiné les americains

                                                                            les sionistes de wall street ? ils ruinent avec plaisir tous leurs anciens alliés


                                                                            le « grand débat démocratique » a été enterré vivant

                                                                            et se résume aujourd’hui à... GOOOAAAALLL


                                                                            bon pop corn aux OGM stérilisants


                                                                            • ravachol 11 juin 2010 23:53

                                                                              Bon article,oui DSK n’est pas quelqu’un de frequentable,mais aubry,kope et beaucoup d’autres, c’est mieux ?


                                                                              • Mathilda 12 juin 2010 00:39

                                                                                Nos pauvres amis grecs l’ont bien compris en descendant récemment par milliers dans les rues pour hurler « Fuck the IMF, we don’t want your money ! »

                                                                                A Paris, les sweat shops qui pullulent dans des galeries souterraines de certains quartiers - au vu et su de la police et des habitants -, émergeront-ils bientôt avec pignon sur rue ?
                                                                                Faut s’y mettre que voulez-vous, le tas de feignants d’Européens privilégiés que nous sommes coûtent trop cher ! Pas assez compétitifs sur ce merveilleux marché mondial. Fini le luxe futile d’une bonne santé et de la social-démocratie... Et Adieu Keynes......

                                                                                Merci d’avoir évoqué Chomsky.

                                                                                @Radis call
                                                                                Merci pour cette découverte de Monsieur Paul Jorion.

                                                                                DSK au Bilderberg...en 2000
                                                                                http://www.youtube.com/watch?v=eXLNsY8jhkw


                                                                                • lemouton lemouton 12 juin 2010 09:55

                                                                                  Est ce que quelqu’un peut me donner le point commun entre DSK et Jean Jaures ??  smiley

                                                                                  Parce que moi je sèche.. smiley ... smiley


                                                                                  • ravachol 12 juin 2010 10:15

                                                                                    Ils ont ou avait des erections le matin ?


                                                                                    • franchamont franchamont 12 juin 2010 10:18

                                                                                      A très bientôt l’Europe des bidonvilles.


                                                                                      • Bulgroz 12 juin 2010 12:35

                                                                                        Si j’ai bien compris les commentaires, il faut un vrai socialiste à la tête du FMI.


                                                                                        Un vrai, pas un faux, hein !! 

                                                                                        et puis, pas un juif, pas un sioniste non plus.

                                                                                        Car un faux socialiste vrai sioniste et juif de surcroit (la pseudo gauche comme le définit si bien Sysiphe, l’homme qui recueille 50 millions d’avis positifs sur Agoravox), c’est pire que de la chienlit, je me demande même pourquoi on autorise les juifs à se reproduire.

                                                                                        Quand je pense qu’il y a encore 13 millions de méchants juifs dans le monde pour une population d’à peine 6,8 milliards !!! On a du mal à imaginer les dégâts !!

                                                                                        Nous devons tous collectivement réfléchir à la meilleure manière de les éliminer.

                                                                                        Je ne parle pas d’élimination physique bien sur, nous devons être tolérants. Non, je parle de les éliminer des postes de responsabilités. Leur interdire l’éducation par exemple, serait un bon départ ou l’utilisation et la possession d’argent.

                                                                                        Je suis sur que les divers intervenants sur ce fil ont mille idées sur ce sujet.

                                                                                        à commencer par Sysiphe qui est capable en un coup d’ œil de reconnaitre un « pseudo gauche » d’un pur et vrai socialiste.

                                                                                        • lemouton lemouton 12 juin 2010 14:52

                                                                                          Heeuu !! smiley suis je un demeuré ??
                                                                                          ou l’auteur de ce post est complétement hors sujet.. smiley

                                                                                          que viennent faire les termes de « juif » « sioniste » dans ce commentaire d’article traitant de la cupidité du capitalisme financier, et du « vachement foutisme » politique des états ???  :-> smiley

                                                                                          cela sent à plein nez la noyade de poisson.. smiley 
                                                                                          ou alors le leure, du genre miroir aux alouettes .. voir aussi l’encre de poulpe.. et bien s’ils n’ont plus que cela comme argument de diversion... leur fin est proche...  smiley


                                                                                        • sisyphe sisyphe 12 juin 2010 16:14

                                                                                          Complètement jeté, le pauve bulgroz...

                                                                                          Il voit du « sioniste » ou du « juif » où il n’y en a pas, uniquement pour alimenter sa propre parano...

                                                                                          Je le mets, d’ailleurs, au défi, de trouver la moindre référence au fait que DSK soit juif, ou même sioniste, dans mes interventions...

                                                                                          Allez, bulgroz, le spécialiste des posts référencés et des copiès-collés ; au boulot...

                                                                                           smiley 


                                                                                        • JJ il muratore JJ il muratore 12 juin 2010 13:13

                                                                                          A propos de Sisyphe : je vous trouve culotté de prendre pour image A. Camus ! car au travers de vos posts vous représentez tout ce qu’il combattu, et vous semblez être exactement le contraire de l’homme qu’il était. Lisez « l’Homme révolté » vous comprendrez ce que je veux dire.


                                                                                          • sisyphe sisyphe 12 juin 2010 13:58

                                                                                            Ah oui ??!!??

                                                                                            Eh bien, j’aimerais bien que vous m’expliquiez en quoi je « représente ce qu’il a combattu » ; très curieux de le lire, parce que Camus est l’inspirateur de ma vie et de mes combats. 

                                                                                            Quant à « L’homme révolté », je connais parfaitement, et l’essentiel de ce qui y est dit ; dont, entre autres « Je me révolte, donc nous sommes » me semble guider justement ce pour quoi je me bats. 

                                                                                            J’attends donc vos explications avec curiosité ... 


                                                                                          • JJ il muratore JJ il muratore 12 juin 2010 15:17

                                                                                            A. Camus est également un modèle pour moi. L’écart principal entre A. Camus et vous ( vous tel que vous m’apparaissez au travers de vos posts) c’est qu’il décrit la typologie de l’homme révolté. Parmi les hommes révoltés il y a eu beaucoup de monstres : Saint just, Robespierre, nombre de nihilistes assassins, Lénine et Staline etc... mais il y a également ceux qui sont « solaires », inspirés par la philosophie du juste milieu, ceux qui savent ou sentent ou croient qu’il y a une transcendance, ceux qui abhorrent autant l’injustice que la violence. Ceux qui cherchent non pas à prophétiser un futur paradisiaque tout en créant l’enfer au présent. Bref vous ne me paraissez être plus un Saint Just ou un Robespierre qu’un « homme de bonne volonté », plus un convaincu de détenir LA VERITE qu’un modéré Mais on peut si facilement se tromper sur les autres... Si je suis dans l’erreur vous m’en convaicrez et par avance je vous présente mes excuses.


                                                                                          • sisyphe sisyphe 12 juin 2010 15:49

                                                                                            Oui, vous vous trompez totalement sur mon compte. 

                                                                                            A l’image de Camus, j’ai toujours lutté contre l’injustice ; c’est mon combat essentiel. 

                                                                                            Et je n’ai jamais préché la violence, si ce n’est, comme Camus, la révolte face à la violence primaire, celle exercée ; tant par les régimes autoriatires (communisme dévoyé à la stalinienne), que par le système capitaliste, et la violence qu’il exerce vis à vis des travailleurs et des pauvres. 

                                                                                            Je me sens totalement en phase avec le « Je me révolte, donc nous sommes », dans le sens d’un appel à la révolte et à la solidarité, comme l’était le soutien de Camus au syndicalisme libertaire. 

                                                                                            Je ne parlerai pas, comme vous, du « juste milieu » ; ça, c’est VOTRE interprétation de Camus, qui n’est pas la mienne ; Camus ne prônait pas un juste milieu, mais une société juste, ce qui est différent, puisque nécessitant un COMBAT, directement lié à la révolte. 

                                                                                            Quant à « l’avenir radieux », si vous connaissez un peu Camus, vous comprendrez bien qu’en ayant choisi, en hommage à lui, le pseudo « Sisyphe » (celui du « Mythe »), je n’ai jamais préché pour un enfer au présent, en vue d’un tel avenir, mais, comme Sisyphe, dans « Le mythe », une vie faite de combats pour la justice. 

                                                                                            Je vous recopie, à toutes fins utiles, la fin du « Mythe », pour que vous saisissiez bien ma position : 

                                                                                            « Je juge que tout est bien », dit Œdipe, et cette parole est sacrée. Elle retentit dans l’univers farouche et limité de l’homme. Elle enseigne que tout n’est pas, n’a pas été épuisé. Elle chasse de ce monde un dieu qui y était entré avec l’insatisfaction et le goût des douleurs inutiles. Elle fait du destin une affaire d’homme, qui doit être réglée entre les hommes.

                                                                                            Toute la joie silencieuse de Sisyphe est là. Son destin lui appartient. Son rocher est sa chose. De même, l’homme absurde, quand il contemple son tourment, fait taire toutes les idoles. Dans l’univers soudain rendu à son silence, les mille petites voix émerveillées de la terre s’élèvent. Appels inconscients et secrets, invitations de tous les visages, ils sont l’envers nécessaire et le prix de la victoire. Il n’y a pas de soleil sans ombre, et il faut connaître la nuit.

                                                                                            L’homme absurde dit oui et son effort n’aura plus de cesse.

                                                                                            S’il y a un destin personnel, il n’y a point de destinée supérieure ou du moins il n’en est qu’une dont il juge qu’elle est fatale et méprisable. Pour le reste, il se sait le maître de ses jours. A cet instant subtil où l’homme se retourne sur sa vie, Sisyphe, revenant vers son rocher, contemple cette suite d’actions sans lien qui devient son destin, créé par lui, uni sous le regard de sa mémoire et bientôt scellé par sa mort. Ainsi, persuadé de l’origine tout humaine de tout ce qui est humain, aveugle qui désire voir et qui sait que la nuit n’a pas de fin, il est toujours en marche. Le rocher roule encore.

                                                                                            Je laisse Sisyphe au bas de la montagne ! On retrouve toujours son fardeau. Mais Sisyphe enseigne la fidélité supérieure qui nie les dieux et soulève les rochers. Lui aussi juge que tout est bien. Cet univers désormais sans maître ne lui paraît ni stérile ni fertile. Chacun des grains de cette pierre, chaque éclat minéral de cette montagne pleine de nuit, à lui seul, forme un monde. La lutte elle-même vers les sommets suffit à remplir un cœur d’homme. Il faut imaginer Sisyphe heureux.


                                                                                            Relisez, si vous en avez le temps, la plupart de mes interventions sur les différents sujets, et vous y trouverez une cohérence avec cette position. 

                                                                                            Et je ne suis pas plus que Camus ne l’était, un « modéré » ; je suis un révolté contre l’injustice, et pour la SOLIDARITE ; donc, forcément « en lutte » ; à mon humble échelle, évidemment, et toutes proportions gardées. 


                                                                                            • JJ il muratore JJ il muratore 13 juin 2010 15:37

                                                                                              Sisyphe, vous connaissez bien Camus et je ne puis douter de votre sincérité. Partager la même admiration pour le même homme rapproche. J’ai sans doute jugé un peu hâtivement ...
                                                                                              Un point d’écart cependant : dans « l’homme révolté » Camus développe bien sa philosophie du juste milieu en prenant pour modèle la Culture grecque, culture pour laquelle l’excés en tout était haïssable. Il l’élargi à la Méditerranée pour mieux l’opposer à la philosophie allemande qu’il nomme le minuit en opposition au midi. Il développe bien ainsi son goût pour la modération qu’il revendique comme étant compatible avec l’esprit de révolte. Bref Camus est bien un activiste humaniste.
                                                                                              Pour finir vous avez bien choisi votre pseudo !


                                                                                            • sisyphe sisyphe 13 juin 2010 16:19

                                                                                              Oui ; Camus était, avant tout, un homme de compromis et de PAIX (comme il a essayé de le faire valoir en Algérie) ; donc un humaniste ; mais forcément révolté, puisque, pour défendre la paix et l’humanisme, il avait compris qu’on ne peut faire l’économie de la lutte, de la solidarité et de l’activisme. 

                                                                                              Ce en quoi je me reconnais absolument. 

                                                                                              Merci pour votre appréciation, et votre évocation du « juste milieu », qui s’avère exacte, dans la comparaison, et content de trouver quelqu"’un qui partage mon admiration pour celui qui fut, pour moi, le penseur et humaniste français du XXème siècle. 


                                                                                            • BA 12 juin 2010 19:27

                                                                                              Pays-Bas : la reine favorable à une alliance entre libéraux et extrême-droite.

                                                                                              La reine Beatrix des Pays-Bas a demandé samedi d’examiner la possibilité de former un gouvernement de coalition auquel participeraient les libéraux du VVD et le parti d’extrême droite PVV, ont annoncé des sources concordantes.

                                                                                              La monarque estime qu’il faut « explorer en premier lieu la possibilité de former un gouvernement auquel prendraient part le plus grand parti et le plus grand gagnant » des élections législatives anticipées de mercredi, a indiqué le service de presse du royaume dans un communiqué. Ces deux partis sont le parti libéral VVD de Mark Rutte et le parti d’extrême droite PVV du député Geert Wilders.

                                                                                              http://www.lemonde.fr/europe/article/2010/06/12/pays-bas-la-reine-favorable-a-une-alliance-entre-liberaux-et-extreme-droite_1371961_3214.html

                                                                                              Ca me rappelle quelque chose :

                                                                                              - une terrible crise financière, économique, sociale ;

                                                                                              - l’explosion de la pauvreté ;

                                                                                              - l’extrême-droite qui obtient des scores en hausse aux élections partout en Europe ;

                                                                                              - en Europe, la décennie 2010-2019 est bien partie pour ressembler à la décennie 1930-1939.


                                                                                              • edzez edzez 12 juin 2010 20:35

                                                                                                @sisyphe

                                                                                                Je pense comme toi, continue


                                                                                                • BA 13 juin 2010 09:03

                                                                                                  En Allemagne, les professionnels de la Bourse ont déjà passé l’euro par pertes et profits : aujourd’hui, ils raisonnent et ils calculent en Deutsche Mark.

                                                                                                  Lisez cet article :

                                                                                                  Allemagne : quand la cotation en mark devient réalité ...

                                                                                                  Signe des temps et des distorsions actuelles : alors que la Grèce a conduit la zone euro sur la sellette, un site internet allemand d’informations boursières vient de retourner à la « bonne vieille » cotation des actions en Deutsche Mark.

                                                                                                  Vendredi 11 juin, vers 09H15 GMT, l’action de la compagnie aérienne Lufthansa valait ainsi 11,06 euros, soit 21,63 DM, et celle du constructeur Volkswagen 71,68 euros, ou 140,19 DM, si l’on en croit la cotation élaborée par le site Boersennews.de.

                                                                                                  Le site Boersennews.de affirme répondre ainsi à la demande de ses utilisateurs, lesquels seraient environ 40 % à souhaiter le retour du « bon vieux Deutsche Mark ».

                                                                                                  Précisons que le media concerné compte près de 300 000 utilisateurs et qu’il est un des sites boursiers allemands les plus importants ...

                                                                                                  Si Boersennews.de affirme - officiellement - ne pas vouloir la suppression pure et simple de l’euro, il souhaite néanmoins « appuyer un peu plus le désir de sécurité économique de nombreux citoyens ». Ce qui signifie a contrario que la monnaie européenne n’est pas jugée comme fiable.

                                                                                                  « Une chose est sûre » poursuit le communiqué : « le Deutsche Mark représente l’Allemagne économique saine et puissante. »

                                                                                                  « L’euro représente aujourd’hui dans le monde, en Europe mais avant tout pour les allemands, un système économique qui rencontre de graves difficultés » ajoute-t-il.

                                                                                                  « L’Allemagne est le principal contributeur de ce plan de sauvetage avec une participation de 147 milliards d’euros, alors que des pays tels que l’Espagne ou le Portugal peuvent à tout moment selon certaines conditions se retirer de ce plan sans en supporter les conséquences négatives » précise par ailleurs non sans quelques aigreurs le site boursier allemand ...

                                                                                                  « Même un des défenseurs les plus acharnés de l’euro comme Hans Olaf Henkel, ancien chef du syndicat patronal allemand (Bundesverbandes der Deutschen Industrie) s’exprimait pour l’arrêt de l’euro et la réintégration du Deutsche Mark », tient par ailleurs à rappeler Boersennews.de.

                                                                                                  « La raison avancée est que le plan de sauvetage de 750 milliards d’euros a fait de la zone euro une simple zone de transfert de capital » souligne le site internet.

                                                                                                  Rappelons par ailleurs que le directeur du centre de recherche économique IFO, Hans-Werner Sinn, voit le plan de sauvetage comme un risque incalculable pour l’Allemagne.

                                                                                                  Rappelons que quelques heures avant l’accord des pays membres de l’Union Européenne concernant les mesures destinées à la Grèce, Angela Merkel, s’adressant aux députés du Bundestag, affirmait : « Le peuple allemand a placé dans l’euro la confiance qu’il avait dans le deutsche Mark ».

                                                                                                  « Le gouvernement fédéral ne peut trahir cette confiance à aucun prix » avait-elle ajouté.

                                                                                                  En avril dernier, Christian Makarian, directeur adjoint de la rédaction de L’Express, avait ouvertement posé la question dans sa dernière chronique : « L’euro serait-il devenu le mark ? » s’interrogeait-il alors, rappelant ainsi qu’« en instituant l’euro, François Mitterrand songeait à une solution durable qui consistait, vue de loin, à dissoudre le puissant deutsche mark dans l’euro » ; il observe que l’inverse s’est produit. Selon lui, « c’est l’euro qui est devenu le mark. »

                                                                                                  Une situation de nature à accentuer le clivage au sein des pays membres de l’Union européenne. Et qui pourrait être exacerbée par les prochaines élections allemandes.

                                                                                                  Certains analystes rappellent également que l’Allemagne était si viscéralement attachée au mark que François Mitterrand n’a obtenu son ralliement au projet français de l’euro « qu’à condition que l’euro ne soit rien d’autre que le mark repeint ». Un concept qui avait l’heur de plaire aux financiers, y voyant la garantie d’une certaine stabilité monétaire.

                                                                                                  http://www.leblogfinance.com/2010/06/allemagne-quand-la-cotation-en-mark-devient-realite.html


                                                                                                  • Cpt Anderson Cpt Anderson 13 juin 2010 16:24

                                                                                                    Cet article devrait être épingler et rester longtemps en haut de l’affiche ainsi que les commentaires : les français n’ont aucune idée réel de ce qu’il se passe, de qu’est ce que le FMI et son utilité, ni de la tactique mondialiste global des US...

                                                                                                    Il ne faut pas lâcher les efforts et continuer d’informer les gens. A quand un grand média parallèle indépendant ?


                                                                                                    • sisyphe sisyphe 14 juin 2010 08:16

                                                                                                      quel logo ? 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès