Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le rôle trouble de l’armée française en Centrafrique

Le rôle trouble de l’armée française en Centrafrique

L’organisation de défense des droits de l’homme Human Rights Watch vient de publier un rapport dénonçant les exactions commises en République centrafricaine par l’armée gouvernementale et par certains mouvements rebelles.

Elle accuse l’armée et plus spécialement la Garde présidentielle d’avoir exécuté des centaines de civils, d’avoir incendié des villages entiers et d’avoir causé de ce fait le déplacement d’environ deux cent mille personnes. Les groupes rebelles sont quant à eux accusés de rançonner la population locale, d’enlever des enfants pour les intégrer dans leurs troupes et de procéder eux-mêmes parfois à des exactions sommaires.

Les troubles ont débuté en 2005, peu après la victoire contestée de François Bozizé aux élections présidentielles, avec le soutien de la France. Celui-ci était lui-même arrivé au pouvoir, en 2003, en renversant son prédécesseur Ange-Félix Patassé. Deux mouvements de rébellion sont alors nés : l’APRD, dans le Nord-Ouest, regroupant en majorité des ex-membres de la Garde présidentielle de Patassé et l’UFDR, qui s’est illustré récemment en prenant le contrôle d’une partie des villes du pays. Il a fallu l’intervention de l’armée française et de ses mirages F1 pour stopper l’avancée rebelle, qui était sur le point de pénétrer dans la capitale. Signalons également que l’APRD s’est illustrée en juin dernier en tuant, par erreur semble-t-il, une volontaire française de Médecins sans frontières, alors que le véhicule de l’ONG française traversait leur zone.

Les exactions menées contre les populations civiles sont généralement des opérations de représailles subséquentes à des attaques rebelles. Les populations souçonnées de soutenir les rebelles voient leurs villages détruits et sont obligés de se réfugier en brousse, dans des conditions sanitaires souvent déplorables (pas d’accès à l’eau potable...).

Le problème principal est qu’il est impossible, étant donné les liens entre l’armée française et les forces centrafricaines, que les militaires français ignorent ce qui se passe. Ils sont même parfois aux premières loges :

"Lors de la contre-offensive de novembre-décembre, les troupes des FACA et de la GP ont commencé à mettre le feu à des habitations dans la ville gula de Ouandja en présence des soldats français et elles ont ensuite exécuté des civils après que les troupes françaises ont poursuivi leur route." (Etat d’anarchie, rébellions et exactions contre la population civile, Human Rights Watch, septembre 2007)

En résumé, l’armée française ferme les yeux sur ce qui se passe et les politiques également.

"A ce jour, les autorités françaises ont observé un silence presque absolu sur les violations des droits humains et les éventuels crimes de guerre commis par les militaires centrafricains."

Il serait donc temps que l’armée française arrête de fermer les yeux sur les violations des droits de l’homme commises par une armée qu’elle soutient et forme en vertu des accords de défense conclus avec le régime centrafricain.

http://hrw.org/french/reports/2007/car0907/


Moyenne des avis sur cet article :  3.59/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Esteban Manchego Esteban Manchego 17 octobre 2007 16:52

    Je n’ai pas de problème particulier avec ce thème. Agoravox est un média citoyen, si vous avez envie de vous exprimer sur ce sujet, je serai ravi de vous lire et nous en rediscuterons.


  • anny paule 17 septembre 2007 15:56

    Les faits ne sont, hélas, pas nouveaux... Il y a tellement de sombres intérêts en jeu ! La lecture des ouvrages de Mongo Beti, camerounais, (1932-2001), agrégé de lettres classiques, éclaire le rôle peu reluisant de la France dans une Afrique ex-coloniale dont elle n’a jamais fait le « deuil ».


    • daniel 17 septembre 2007 19:12

      La France ferait bien de rappeller ses soldats de Centrafrique, comme de toute l’Afrique d’ailleurs.

      Nous n’avons , c’est le moins que l’on puisse dire,pas fait la preuve de notre efficacité là-bas....

      Nous avons colonisé l’Afrique au nom d’un humanisme qui nous imposait, pensait-on, de lutter contre l’esclavage et pour le progrés, et ça s’est terminé en une aventure militaro-crapuleuse....

      Faut pas croire qu’aujourd’hui on fera mieux que Jules Ferry et consorts. Le Rwanda a démontré l’absolue vanité de l’interventionnisme , aussi bien mondial que français , en Afrique. Les Français qui ont été les seuls à intervenir, ont été couverts d’une boue fangeuse .... Inévitable.... Au final on a remplacé un gouvernement de génocidaires par d’autres génocidaires , des Pol Pot politiquement corrects couverts par des « humanistes » belges ou français qui se cachaient dérriére leur petit doigt quand leurs nouveaux amis massacraient à tout-va la population Hutue « forcément coupable ».

      Se déclarer Hutu aujourd’hui, c’est encore pire que se déclarer Juif en pleine Russie tzariste....Nul bel esprit n’y trouve rien à redire, alors qu’il reproduit des schémas bien connus.....

      Les affaires de Centrafrique , du Soudan, de Côte d’Ivoire, démontrent que loin d’apaiser les conflits, les nations extra-africaines ne font que les amplifier....

      C’est aux Africains de régler leurs affaires....L’interventionnisme des occidentaux ne sert qu’à alimenter la machine à se déculpabiliser et déresponsabiliser africaine. Il est en effet plus facile , quand on est africain, de dénoncer un rôle fantasmatique des français au Rwanda , que de s’interroger sur ses responsabilités propres, et que de tout simplement voir que tous les génocidaires était Rwandais ou Ougandais....

      Ceci dit les Européens n’ont pas fait mieux quand massacres de chretiens et de musulmans se multipliaient en Yougoslavie...Exactement à la même époque que le Rwanda, d’ailleurs... Notre culpabilité à nous , est là....

      Elle était où, l’armée française, quand des familles entiéres chretiennes croates ou serbes étaient génocidées par des musulmans, qui à leur tour se trouvaient victimes de massacres en représailles.... Maintenant on juge les uns, on disculpe les autres, ...Mais où étions nous quand il fallait intervenir ? Facile et terriblement obscéne de diaboliser qui les Serbes, qui les Kosovars aujourd’hui.... Les uns se sont fait voler leur pays, les autres se sont fait voler leur humanité et leurs compatriotes....

      Le rôle de l’armée ??? Elle fait ce qu’on lui dit de faire, l’armée... Le tout serait plutot de savoir concrétemnt ce que nous voulons. Vivre dans le mythe d’un Empire humaniste qui n’a jamais été humaniste ; ou rejoindre ceux qui nous sont proches et en être solidaire quand il le faut ? Et quand je dis « proche »....Qu’aurions dit de la légitimité de l’Ouganda si ce pays s’était mêlé d’envoyer ses soldats en Croatie pour y ramener la paix ? On aurait dit que les Ougandais feraient mieux de s’occuper de leurs affaires ; et on aurait fait ressortir tous leurs manques et bavures pour enfin les accuser d’être causes de tout. C’est que manquent pas de faire à situation inversée, les africains vis à vis des Français.

      Ces Africains feraient tout de même bien de s’interroger sur eux-mêmes, tout comme nous d’ailleurs.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès