Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Leader 2.0

Aujourd’hui, le monde semble enfin avoir réalisé la nature fondamentale d’une crise trop longtemps déniée, et la nécessité de repenser l’économie sur des bases plus saines. Nous devons accueillir avec soulagement les vifs débats de fond actuels, signes qu’à défaut de corriger le tir, les économistes ont enfin recommencé à s’interroger sur leur coeur de métier (cf "Du free market au fair market").

Mais les risques de crises systémiques encore plus violentes à court terme persistent. Et Obama n’a pas totalement rassuré ses détracteurs sur sa capacité à assumer une tâche chaque jour plus décourageante dans un environnement toujours aussi instable et incertain.

Certes, Barack Obama a triomphé en 2008 sur des qualités reconnues et fortement éprouvées au cours d’une campagne d’exception face à Hillary Clinton puis John McCain*. Sa façon d’appréhender l’effondrement du système financier de l’automne dernier a par ailleurs renforcé la conviction qu’il était le mieux armé pour répondre aux défis de ce jeune siècle.

Mais le jeune président se retrouve aujourd’hui face à un challenge sans commune mesure avec sa brillante campagne électorale : "autant Obama For America relevait de la belle start-up monoproduit, autant Barack se trouve aujourd’hui à la tête d’un conglomérat infiniment diversifié. Avec un casting d’enfer à potentiellement tous les sens du terme" (cf "Obamatrice").

Pourtant, si Obama devait échouer, je doute que ce soit pour ses qualités de leader. Pour avoir eu le plaisir d’évoluer dans des contextes professionnels extrêmes (environnements ultra innovants et ultra instables, enjeux financiers monstrueux, paysage concurrentiel / coopétitif inextricable, incertitudes maximales, disruptions majeures à tous les niveaux...), je me suis fait ma petite idée sur le profil idéal du dirigeant capable de réussir une révolution en douceur dans ce type de conditions anormales de température et de pression*. Et ce qui me frappe le plus chez Obama, c’est la présence combinée de qualités à la fois rares et essentielles dans cette perspective :

. Un charisme "ouvert" : Obama a conscience de son pouvoir quasi magnétique et sait en user, mais à bon escient. Il se sait capable de mettre ses fans en transe, mais refuse le rôle du gourou infaillible. Son charisme n’aliène pas mais au contraire stimule l’initiative personnelle et collective. Ce leader n’impose pas une foi mais réveille l’espoir et la volonté de penser par soi-même, d’aller vers l’autre et d’échanger. S’il semble rayonner, c’est pour mieux donner à chacun et chacune l’envie et l’énergie de rayonner, chacun et chacune à sa façon, indépendamment de lui.

. Un manager de l’intelligence : mobilisateur d’hommes, d’idées et d’énergie, Obama sait faire en sorte que chacun donne le meilleur de lui-même et que le collectif apporte un effet positif multiplicateur, ce qui est l’essence même du management. Ce Président 2.0 mettra sans nul doute à profit les acquis du Candidat 2.0, en particulier pour démultiplier la dynamique de changement au plus près de chaque comté de l’Union (cf "Change - Mobilization Has Started"). Mais Obama sait au-delà manager la connaissance et l’intelligence, et fonctionne en réseau au sens ouvert du terme. Sa grande force est moins l’intelligence que la capacité à la stimuler et la mettre au travail, avec en prime la curiosité de toujours vouloir repousser les limites. En d’autres termes : Obama n’est pas nécessairement un génie, mais il a la tête remarquablement bien faite et une sacrée volonté pour l’exploiter au mieux. Ce n’est pas un visionnaire, mais il a la capacité de prendre et de donner du recul, de faire émerger une vision. Comme pour le charisme, il a conscience de ses atouts et de ses limites, et il optimise l’efficacité de la communauté en se tournant vers les autres. Sa décision d’organiser deux fois par mois un cocktail à la Maison Blanche traduit de façon presque caricaturale sa peur panique de tarir la source dans le cocon présidentiel : on voit la logique de privilégier des échanges informels au protocole rigide des dîners placés... mais je doute que le maître des lieux tienne le pari dans la durée.

. Un décideur ferme, un pilote agile : dans ce genre de contexte, beaucoup seraient paralysés par l’enjeu ou les incertitudes. Mais comme le prouve l’accélération de la crise, procrastiner n’est pas une option. Le leader doit donc trancher vite et assumer ses décisions. Obama annonce d’ailleurs la couleur : il sait qu’il fera des erreurs, mais il est essentiel qu’il les repère au plus vite et qu’il tire les enseignements au fil de l’eau pour corriger le tir en permanence et maintenir le cap. Tout cela demande à la fois de la fermeté et de la souplesse, une flexibilité et un pragmatisme en rupture totale avec le dogmatisme obtus de son fondamentaliste de prédécesseur. Mais le plus difficile pour le leader est de faire percoler cette agilité à travers toute l’organisation. Parce que cette organisation est intelligente et apprenante, elle amènera vers de meilleures décisions, génèrera de nouveaux processus et de nouveaux instruments de pilotage sans cesse challengés pour bien suivre et mieux encore, bien anticiper les ruptures dans l’environnement. Parce que le leader assume ses décisions et ses erreurs, cette organisation osera et créera des opportunités tout en faisant front face aux risques.

. Un pédagogue respectueux et respectable : Obama joue la carte de la transparence, s’efforce de rendre simple la complexité, et assure un service avant-vente et un service après-vente de chaque décision bien au-delà de l’obligation contractuelle. On l’a vu échouer dans cet exercice périlleux, mais on le voit surtout essayer avec sincérité parce qu’il respecte sa charge et tous ceux qui seront impactés par ses décisions. "Respect" n’est pas vain mot chez cet homme : Obama respecte son environnement à tous les sens du terme et cela inclut bien au-delà de ses électeurs, ses collaborateurs, ses partenaires, ses concurents et coopétiteurs, l’Histoire, le monde dans toute sa diversité**... Barack Obama a beaucoup de défauts (et il ne serait jamais là où il est sans certains d’entre eux), mais il a une vision du monde saine et fondée sur le respect. Ses valeurs peuvent paraître presque conservatrices sur certains plans, mais les personnes qui comptent le plus pour lui sont des gens biens qu’il respecte pour leur intelligence, leur intégrité, et leur capacité à le remettre à sa place quand il le mérite. S’il est un leader hors normes, il le doit à 100% à Michelle, et à quelques pourcents supplémentaires à David Axelrod. On l’a vu pendant les Primaires face à Clinton puis sur la route de DC face à McCain*** : Obama a tendance à attirer les gentils et repousser les méchants, pendant que ses adversaires, incapables de trouver un angle d’attaque durable, finissent par se tirer une balle dans le pied en sombrant dans le dénigrement le plus stérile.

Bon. Tout n’est pas pour le mieux dans le meilleur des mondes, et j’ai toujours quelques sérieux doutes sur le casting (rien à faire, Geithner n’a ni la pointure ni la vision).

Mais quitte à avancer dans le brouillard, je préfère que ce soit avec un bonhomme comme Obama à la barre.

* étant entendu que je ne corresponds bien évidemment pas du tout à ce profil idéal... d’autant plus que, désolé, je prends plus mon pied dans la conception et l’introduction du changement que dans sa mise en oeuvre opérationnelle et sa conduite.
** voir aussi "True v. False vs Good v. Evil"
*** ex face à Hillary (cf "Dial Hillary for murder") : "To me it’s a question of character and management : Obama sticked to his principles and kept his team focused on the campaign guidelines he set from the start. Good guys tend to follow him. That’s the difference between a pack leader and a great leader". ex face à John : "Second débat : le XXIe siècle l’emporte sur le XXe" / "Debate # 2 : XXIst Century wins".

— -
initialement publié sur blogules.


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Login Login 28 février 2009 23:28

     Tout à fait en ligne smiley 

     


    • lineon 1er mars 2009 04:39

      Chouchou fait tes valises on part aux amériques. T’arrives encore a parler la bouche pleine ?


      • ddacoudre ddacoudre 1er mars 2009 14:46

        bonjour stephanemot

        tu as fait une excellente description de M Obama, je n’en dirais rien car je n’ai pas la possibilité d’en juger ni peut-être les moyens, car je ne suis pas anglophone et je dois me contenter de la pauvreté de l’information qui est la notre et dont l’envolé de l’obamania semblait effectuer un transfert d’espérence aprés les mensonges aux yeux du monde qu’a érigé en règle son prédécesseur, que notre président actuel reconnaissait comme un ami vers lequelle nous devions nous rapprocher !!

         le G20 va être un test, j’ai parié qu’il n’en sortirait rien, j’aimerai me tromper ce qui confirmerait tout le bien que tu en penses.
        cordialement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès