Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les dominos, les échecs et le jeu de go

Les dominos, les échecs et le jeu de go

Aujourd’hui, principalement trois pays dans le monde se disputent le droit d’avoir des zones d’influence, autrement dit, d’avoir des ambitions impériales.

Il s’agit d’abord des Etats-Unis. C’est le seul pays à avoir des ambitions planétaires. Avec l’OTAN et d’autres pays alliés comme Israël, le Japon, la Corée du Sud, l’Australie, etc. et avec 737 bases militaires (lien) dans le monde (en 2007), leur influence couvre toute la planète. On parlera de stratégie des dominos en ce qui les concerne.

Le deuxième pays abordé sera la Russie qui défend son environnement proche et qui a quelques pays amis en Amérique latine et en Asie. Sa stratégie sera associée au jeu d’échecs.

La Chine sera le troisième pays abordé. C’est un nouveau-venu qui commence seulement à placer ses pions. Ses pions de jeu de go évidement.

Cet article n’a pas l’ambition d’être une analyse exhaustive de la géopolitique mondiale. Vu à travers leur jeu respectif, il permet seulement de mieux cerner le comportement de ces trois pays.

Les dominos et Etats-Unis.

C’est un jeu relativement primitif, avec une règle simple : faire tomber un maximum de dominos en lançant de puissants coups sur des dominos faibles qui entraineront des dominos voisins dans leurs chutes. Tous les dominos couchés sont censés être gagnés. Le but est d’arriver à gagner tous les dominos et d’ainsi être le maître absolu du jeu. 

Il y a quand-même quelques écueils à éviter.

  •  Il y a un domino qu’on ne peut pas toucher directement. Si cela arrivait, tout le plateau se s’effondrerait et tout le monde aurait perdu.
  •  Si on calcule mal un coup, le domino ne tombe pas dans le sens prévu et on aura perdu beaucoup d’énergie pour peu de résultat.
  • Il faut éviter que des dominos couchés se relèvent. Cela peut arriver quand on a l’attention trop absorbée par une autre partie du plateau.

Cela veut dire que les Etats-Unis se sont donné pour objectif, grâce à la mondialisation et avec la justification de l’instauration de la « démocratie occidentale », de forcer le reste du monde à suivre leurs modèles économique et politique.

Leurs atouts : le dollar, une armée avec un équipement ultra moderne, un réseau diplomatique omniscient et tentaculaire, le soutient des plus importants média et le contrôle de l’espace cybernétique.

Leurs points faibles. Leur endettement excessif, leur manque de perspective de croissance économique, leurs échecs stratégiques en Irak et au Proche-Orient et la montée en puissance des BRICS.

Depuis l’effondrement de l’URSS, on a vu de nombreux pays basculer dans le camp états-unien. L’Europe centrale d’abord, ensuite des ex républiques de l’URSS comme les pays baltes et la Géorgie ainsi que la Côte d’Ivoire et la Libye récemment. Beaucoup de pays sont encore visés. Ce sont surtout des pays dont le sol est riche en matières premières. On peut penser à l’Iran, à l’Asie centrale, à l’Algérie, à l’Angola, au Venezuela et à l’Afrique.

Leur stratégie est, semble-t-il, d’avoir le contrôle de la production des matières premières ainsi que des routes de transport et d’ainsi avoir un moyen de pression sur la Chine et la Russie.

Les Etats-Unis ont chaque fois utilisé une partie ou la totalité de leurs atouts pour obtenir ces résultats. 

Les écueils qu’ils doivent éviter ou qu’ils n’ont pas pu éviter.

  • Un affrontement direct avec la Russie est à éviter à tout prix. Vu la faiblesse militaire actuelle de ce pays, la Russie n’aurait d’autre alternative que de très vite utiliser son arsenal nucléaire avec comme conséquence, une destruction mutuelle où le vainqueur serait lui-même mortellement atteint. Voilà pourquoi les Etats-Unis essayent d’atteindre leur objectif par d’autres moyens comme une politique de confinement de la Russie, la neutralisation de leur potentiel balistique grâce à un bouclier anti-missile, mais aussi en essayant de rallier la Russie dans leur camp. On pense au bouton rouge du nouveau départ (lien).
  •  Certaines initiatives ont été mal préparées et n’ont pas donné les résultats attendus. L’Irak et l’Afghanistan ne sont pas tombés dans le sens espéré. En Irak, le vote démocratique a mis au pouvoir une majorité chiite plutôt proche de l’ennemi iranien et, en Afghanistan, les troupes de l’OTAN se trouvent dans une région géographiquement isolée et plutôt entourées d’états hostiles. Elles ne peuvent combattre que si elles reçoivent un long et couteux approvisionnement. Un peu comme les Français dans la cuvette de Diên Biên Phu. Les Etats-Unis n’avaient pas prévu de guerres aussi longues qui ont finalement sérieusement grever leur budget. Ils n’avaient non plus pas prévu l’adaptabilité de leurs ennemis. Guerre asymétrique, attentats suicides, IED (lien), …
  • Leur trop grande fixation sur des objectifs difficile comme l’Iran ou l’Irak et les manques de moyens financiers mis pour consolider certains acquis ont provoqué des retournements de situation. On pense à une grande partie de l’Amérique latine, à l’Ukraine, au Liban, … qui semblent plutôt s’éloigner de l’emprise états-unienne.

Conclusion.

Les Etats-Unis et surtout sa composante militaire ne sont pas disposés à céder ou à partager leur leadership mondial. La nouvelle approche, plus en concertation avec les alliés, que le président Obama avait présentée lors de son élection, semble se mettre en œuvre. 

La France agissant en Côte d’Ivoire, la France et la Grande-Bretagne en Libye, la Turquie sans doute bientôt en Syrie et, ensuite, tous ensemble contre l’Iran.

Il faudra s’attendre à une très forte pression sur les pays européens pour qu’ils augmentent substantiellement leurs budgets militaires dans les prochaines années pour pouvoir répondre aux attentes de leur allié états-unien. Les Européens devront bientôt choisir entre « butter oder kanonen », du beurre ou des canons

Les échecs et la Russie.

Ici, il s’agit d’un jeu beaucoup plus complexe. Le but de ce jeu est de faire tomber le roi adverse avant que l’adversaire ne mette le vôtre échec et mat.

Quelques règles à connaitre.

  • On peut jouer dans des parties simultanées. Le joueur le plus fort affronte alors plusieurs adversaires sur des échiquiers différents et on a alors plus de chances d’obtenir un résultat.
  •  Il n’y a pas nécessairement un vainqueur. On peut obtenir une partie nulle, même si on est en mauvaise posture, par pat ou par position 3 fois répétées par exemple.
  • Quand on est acculé en défense, la moindre erreur de déplacement peut provoquer la perte de la partie.

Suite à des erreurs stratégiques dans les années 90, la Russie se trouve dans une position défensive avec pratiquement aucune chance de vaincre son principal adversaire, les Etats-Unis, sauf si celui-ci commet lui-même une grave erreur. 

La Russie se contente d’essayer d’intervenir dans son étranger proche pour former un glacis autour de son pré carré. Il s’agit surtout des pays de l’ex-URSS et de l’Arctique. La Syrie semble être une timide avancée offensive qui permettrait à la Russie d’avoir une base navale en Méditerranée. Il faut savoir que le passage de navires de guerre en mer Noire par les détroits turcs est régi par la convention de Montreux (lien) qui n’autorise pas le passage de certains types de navires comme des porte-avions par exemple.

Les alliances militaires avec des pays éloignés ne sont pas à l’ordre du jour. Vendre des armes à un pays en fait un client, pas un allié.

Il s’agit pour la Russie de gagner du temps pour reconstituer ses forces économiques et militaires. Elle fait actuellement partie des 10 premières puissances économiques mondiales mais a l’ambition de devenir la cinquième d’ici 2017 (lien). La modernisation de son armée est en cours. De nouvelles armes vont bientôt l’équiper comme par exemple les BPC (lien), les avions Sukhoï T 50 (lien), les missiles anti-aériens S 400 et S 500 (lien), les sous-marins de la classe Boreï (lien) et les missiles stratégiques Topol (lien) et Boulava (lien). Il ne faut aussi pas oublier que le système de positionnement par satellite GLONASS (lien) est avant tout à vocation militaire. On sait aussi que des recherches sur de nouvelles pistes sont en cours comme par exemple l’étonnant blindage liquide (lien) dont on se demande quelle va-t-être son application pratique.

La Russie ne prévoit pas de créer de forces de projection au-delà de son étranger proche. Il n’y a pas de projet de construction de nouveau porte-avions avant 2020 (lien) ou d’ouverture de bases militaires éloignées par exemple.

La Russie peut compter sur quelques pays amis en Asie et en Amérique latine. La Syrie, le Vietnam, le Venezuela, le Nicaragua, …

Les règles que la Russie semble suivre.

  • Face aux Etats-Unis qui ont une stratégie offensive contre plusieurs adversaires en même temps, la Russie parie sur un épuisement des forces états-uniennes.
  • la Russie espère tirer son épingle du jeu en misant sur une consolidation de sa zone d’influence et sur l’avènement d’un monde multipolaire dans lequel les Etats-Unis auront moins de présence.
  • En attendant la longue reconstitution de ses forces, la Russie est dans une position défensive faible et doit accepter les nouvelles conquêtes du bloc OTAN qui ne sont pas dans sa zone stratégique.

Les atouts de la Russie : un redoutable arsenal nucléaire, des réserves de matières premières de première importance, un faible endettement, des réserves de change de plus de 500 milliards de dollars (lien), son complexe militaro-industriel, des potentiels de développement économique et industriel appréciables.

Les points faibles de la Russie : sa dépendance du cours des matières premières, les réflexes des Russes hérités de la période communiste comme le peu de productivité, la corruption (lien) ou les marchés parallèles par exemple et l’évasion des capitaux organisée par son oligarchie,.

Conclusions.

On va sans doute retrouver le très expérimenté Monsieur Poutine à la présidence du pays en lieu et place du très accommodant (avec les occidentaux) Monsieur Medvedev qui a cédé sur trop de dossiers. Libye, sanctions contre l’Iran avec refus de vendre les S 300 commandés, bouclier antimissiles de l’OTAN, etc.

Cela laisse présager des tensions avec les pays de l’OTAN à un moment où les Européens ont plus que jamais besoin du gaz russe. 

Le jeu de go et la Chine.

Le but du jeu est de placer ses pierres sur des lignes d’intersections du goban, un plateau de 19 lignes sur 19 et d’encercler le maximum de pierres adverses sans se laisser entourer les siennes par celles de l’adversaire. Certains placements sont donc défensifs, d’autres offensifs. 

C’est un jeu avec des règles simplissimes mais d’une complexité infinie.

  • Un non initié ou un joueur débutant n’arrive pas à comprendre le pourquoi du positionnement des pierres. C’est au fur et à mesures que la partie avance qu’on s’en rend compte mais il est alors trop tard pour éviter d’être encerclé.
  • Le vainqueur est celui qui a encerclé le plus de pierre adverses. Le vaincu a, de son côté, aussi fait des prisonniers, mais moins.

On pourrait se retrancher derrière notre manque de connaissance profonde de la Chine et son arrivée récente comme puissance économique majeure pour éluder une analyse de sa stratégie. Il y a quand-même pas mal d’éléments dont on peut se servir pour y arriver.

Les Chinois sont un peuple de commerçants, pas de conquérants. Depuis l’avènement de la République populaire de Chine, ses guerres ont eu lieu à ses frontières, l’Aksai Chin en 1962 et du Xinjiang en 1968 à cause de désaccords sur des frontières héritées de l’époque coloniale ou ont été l’expédition punitive contre le Vietnam en 1979.

Ce qu’on sait du programme militaire chinois indique plutôt que la Chine n’a pas l’ambition de sillonner tous les océans de la terre. Ne se doter que de trois porte-avions ne le permettrait pas. 

En revanche, les études concernant la mise au point de missiles balistiques antinavires (lien) indiquent que la Chine veut menacer les porte-avions états-uniens qui naviguent près de ses côtes.

Comme la Russie, la Chine rattrape rapidement son retard qualitatif dans l’armement. L’avion de cinquième génération Chengdu J 20 (lien), la construction de porte-avions, la production de sous-marins de tous types et le système de positionnement par satellites Beidou (lien) en sont les principaux signes.

  • La Chine place ses pions dans l’ensemble du monde. Il est sûr que sa stratégie ne réussira pas partout. On ne voit pas encore clairement les pays qui vont tomber dans son camp. Cela dépendra aussi des pions que les Etats-Unis vont placer. On peut citer quelques noms au hasard. L’Iran, le Pakistan, l’Asie centrale, certains pays arabes où la Chine investit beaucoup et qui seraient seraient heureux de remplacer leur protecteur actuel par une Chine moins liée à Israël. Il y a aussi certains pays d’Afrique où les trocs matières premières contre constructions d’infrastructures (lien) semblent avoir du succès.
  • Faire reculer les Etats-Unis en Asie du sud constituerait déjà un succès. Gagner des alliés en Asie centrale, parmi les pays arabes et en Afrique serait un triomphe.

Les atouts de la Chine. Ses réserves de change de plus de 3000 milliards de dollars (lien), sa croissance extraordinaire et son image d’alternative aux Etats-Unis

Les points faibles de la Chine. Son retard militaire actuel, son besoin crucial de matières premières importées, le fait que les Etats-Unis ont bien compris que la perte de leur leadership viendra de la Chine, les menaces de sécession de provinces éloignées comme le Xinjiang ou le Tibet, 

Conclusion. 

La Chine va progressivement étendre sa zone d’activité navale dans une grande partie de l’océan indien en concurrence avec les Etats-Unis.

L’expansion chinoise dans le reste du monde sera uniquement commerciale. 

Il y aura un face à face entre la Chine et les Etats-Unis dans les pays de la péninsule arabique et en Afrique qui sera sans doute dans un premier temps favorable aux Etats-Unis.

Si l’Iran parvient à éviter une guerre, il basculera sans doute du côté chinois.

Conclusion générale

Quel que soit le jeu qu’on choisit, on peut dire que le monde va entrer dans une dangereuse période de turbulences dans les décennies qui arrivent. On pressent que ceux qui possèdent la force militaire vont l’utiliser faute d’autres arguments de persuasion.

A l’avenir, les pays du BRICS (lien) vont probablement avoir de plus en plus souvent des positions communes face à la « communauté internationale du bloc états-unien »

Pour terminer, je reformulerais une célèbre phrase qu’André Malraux n’a jamais prononcée (lien) en disant : je crois que le XXIème siècle sera multipolaire et tolérant ou ne sera pas.

 Pour le spirituel, il faudra attendre le XXIIème siècle.


Moyenne des avis sur cet article :  4.71/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

54 réactions à cet article    


  • javanabal 1er octobre 2011 12:22

    Très bel article de synthèse. Bravo.

    J’ajoute que l’agression actuelle contre la Libye a clairement pour objectif non pas seulement le pétrole mais surtout le gaz libyen pour permettre à l’Europe de s’affranchir de sa dépendance avec la Russie.

    En voulant supprimer le régime Kadhafi pour le remplacer par des marionnettes pro-occidentales, l’OTAN cherche aussi à protèger son flanc sud d’un gros point faible en Méditerranée (même devenu « ami », Kadhafi n’était pas « contrôlable »).


    • Pierre Pierre 1er octobre 2011 17:44

      Merci pour le compliment.
      En effet, il n’y a pas que du pétrole en Libye. Et comme vous dites, Monsieur Kadhafi n’était pas contrôlable.
      Il est peut-être bon de rappeler une série de raisons qui justifie son élimination aux yeux des Occidentaux
      - Faire main basse sur les réserves d’hydrocarbure libyenne et éviter qu’elles passent dans des mains chinoises.
      - Mettre fin aux prétentions de Monsieur Kadhafi de créer une Banque africaine concurrente de la Banque mondiale.
      - Supprimer un des rares régimes qui s’opposait à l’Africom.
      - Permettre aux entreprises occidentales de s’emparer des entreprises libyennes nationalisées. Eau, électricité, distribution, etc. et de mettre fin au tout gratuit.
      - Réorienter les achats de matériel militaire vers des entreprises occidentales.
      Les raisons de renverser le colonel Kadhafi ne manquaient pas. Et ma liste n’est pas exhaustive !


    • platon613 2 octobre 2011 17:31

      A voir sans faute !

      Alessio Rastani, trader : « Des millions de gens vont perdre leurs économies... » - « C’est Goldman Sachs qui dirige le monde et pas les politiques »...

      http://www.news-26.com/bourse/1132-...


    • Kalki Kalki 1er octobre 2011 13:39

      Les zigottos seraient bien incapable de penser comme les dirigeants de google ... on attend aussi les drones français et la reconversion des appareils de combats en drone, en refaisant l’électronique

      Rien de nouveau sous le soleil .. rien je vous assure rien, on s’est mis en tete de faire une partie sur une caillou dans l’espace

      Il ne fallait pas que ce soit la der des ders ... on aurait pas pu spolier l’humanité de son génie !


      • Kalki Kalki 1er octobre 2011 14:10

        Les zigottos ne disent pas que l’europe est dirigé par des vendus mis en place

        les dirigeants ultra libéraux ne font qu’obéir à l’économique comme des marionnettes

        que l’économie virtuelle vaut des dizaines fois plus que l’économie réelle ...

        Que des millard de millard transitent chaque jour

        que l’europe va à peine se suffir en nourriture, que son secondaire à disparut volontairemnt pour créer la chine ( qui n’est sortie de nulle part )

        et que tout ceci est presque voulut, pas par tout le monde, mais quand tu empoche un pot de vin tu es un peu dans le coup quand meme


      • Kalki Kalki 1er octobre 2011 14:14

        que le tertiaire de l’europe fut détruit récemment par nos dirigeants de l’europe

        il doit se subordonner ... aux gigafirms américaines

        l’europe c’est ... pas un moteur de recherche, une vision des services ( voir russie, chine, usa google )

        l’europe c’estLes Pieds Nickelés


      • Kalki Kalki 1er octobre 2011 14:16

        je vais vous dire même

        nos hyper riches, et leur larbin pensent : « mais dans quoi je vais investir à l’avenir à l’étranger pour garantir ma richesse »

        google, facebook ...

        ...

        PS : google et facebook sont arrivés à recréer du communisme aux usa ... communisme tant critiqué auparavant


      • Kalki Kalki 1er octobre 2011 14:18

        alors quand un zigotto nous sort sa bete vision du monde .... n’oubliez pas de dire que les ressources, on s’en fout, les gens crèvent et on s’en fout


        • Robert GIL ROBERT GIL 1er octobre 2011 14:33

          Aucun pays ne peut prétendre à son indépendance politique et économique sans le consentement du monde occidental, et particulièrement américain. Tout système qui sera contraire au dogme du capitalisme sera combattu de toutes les manières possibles. Il ne faut pas que l’on puisse croire qu’un autre monde est possible, et plus le pays est pauvre et petit, plus il est dangereux pour le système en place. Car si un tel pays est capable d’améliorer le sort de sa population, c’est la preuve que nous sommes les victimes du système en place : c’est de fait un très mauvais exemple  ! Ce pays devient aussitôt une cible : lire :

          http://2ccr.unblog.fr/2011/06/07/punir-les-mauvais-eleves/


          • Pierre Pierre 1er octobre 2011 16:44

            Oui, c’est vrai. Les pays qui essayent d’autres pistes que le capitalisme seront combattus sans pitié. Ce sont, comme vous dites, généralement des pays faibles comme Cuba par exemple. La Chine et la Russie sont, eux, des pays capitalistes mais beaucoup trop puissants que pour être combattus de front. En fait, ces deux pays veulent protéger les intérêts de leurs propres entreprises dans le monde et toute la question est de savoir jusqu’où les Etats-Unis et leurs alliés les laisseront faire.


          • Kalki Kalki 1er octobre 2011 18:35

            et si la seule guerre est une guerre contre la population ... ...

            la seule, votre guerre est imaginaire ...


          • Pierre Pierre 1er octobre 2011 14:58

            Gloups !!! Les échecs dans le titre. Echec et mat pour moi.

            Merci pour les premiers encouragements 


            • Pierre Pierre 1er octobre 2011 16:12

              Et merci AgoraVox pour la correction.  smiley


            • Montagnais Montagnais 1er octobre 2011 15:10

              Eblouissant d’intelligence et de perspicacité, de connaissances et d’art de les présenter.


              Plein de vérités trop souvent ignorées ou bafouées ou falsifiées.

              Aucune de vos thèses ne peut être sérieusement contestée, c’est dire..

              C’est du précis, du logique, de l’argumenté, justifié, juste. Vous faites pas dans l’irruption d’émotions vous !

              L’histoire et le lieu de l’inattendu.. AgoraVox aussi. 

              Continuez ?

              • Pierre Pierre 1er octobre 2011 17:58

                Merci, mais c’est trop d’éloges. J’essaye simplement de partager avec d’autres une vision globale du monde dans lequel nous vivons. Et effectivement faisant fi de mes émotions !


              • Susanoo ! Susanoo 1er octobre 2011 15:13

                c’est pas terrible terrible cet article...
                ça se limite à un niveau de raisonnement qu’on trouve dans la presse,au journal TV.


                • Pierre Pierre 1er octobre 2011 17:09

                  Je suis désolé que cet article ne vous ait pas plu. 
                  Vous avez raison de dire que toutes ces informations peuvent se lire dans les média classiques. Malheureusement, souvent de manière disparate, sans en évaluer l’importance et sans faire de lien.
                  L’article n’a d’autre ambition que permettre à tous ceux qui le désirent d’apporter d’autres éléments qui peuvent compléter l’article ou d’en contester certains points.


                • javanabal 1er octobre 2011 18:21

                  Je pense qu’on ne regarde pas les mêmes media. Personnellement, je ne trouve pas de synthèse de ce niveau dans les médiocres supports de communication publicitaire qu’on nous distribue en France.


                • Jean Eymard-Descons 1er octobre 2011 22:15

                  Sus a noo... Sus au con !


                • Susanoo ! Susanoo 2 octobre 2011 16:37

                  joli jeu de mot lol


                • Hélène V 1er octobre 2011 15:35

                  La grande force des USA et leur faiblesse aussi est d’avoir instauré un système économique et financier mondial qui rend tous les pays dépendants l’un de l’autre et d’eux en particulier.Le tout est appuyé par une grande maîtrise de la communication et de l’information.
                  Notre faiblesse impardonnable est de ne pas en avoir mesuré les risques et d’avoir tout cautionné sous prétexte de menace soviétique et de services rendus .
                  L’occupation militaire est une stratégie d’encerclement qui sert l’image de marque , plus coûteuse qu’efficace.Par contre ils sont redoutables dans des opérations de déstabilisation.
                  Les USA ont officiellement le leadership du monde ou c’est ce qu’on leur fait croire, et ils jouent donc simultanément aux dominos ,aux échecs et au Go .


                  • babadjinew babadjinew 1er octobre 2011 16:33

                    Le vieux monde Occidentale à un grave problème démographique face aux BRICS, cela va trés bientôt ce faire sentir en terme d’innovations, de créations, et cela entraînera certainement l’avènement d’un nouveau jeu qui pour le moment point n’existe.


                    Espérons simplement que pour une fois ce ne soit pas un jeu guerrier.......

                    On peut rêver......
                       

                    • Pierre Pierre 2 octobre 2011 16:20

                      Je n’ai pas pensé à évoquer le problème démograpique. Vous avez raison de le relever. C’est d’ailleurs aussi un point faible de la Russie.
                      J’ai récemment lu que l’Inde forme annuellement autant d’ingénieur qu’il y en a au total en Allemagne. On pourait dire : tant mieux, on les payera pour venir travailler en Europe. Le problème, c’est : pour faire quoi ? Il faudrait d’abord que les banques soutiennent des projets industriels plutôt que de spéculer en bourse.


                    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 1er octobre 2011 18:22

                      Je peux vous le dire tout de go et un peu mat, votre article ne casse pas des dominos mais n’est pas en échec, et encore, je suis mono poli...
                      La pièce maitresse de cette partie est l’Iran, deuxième détenteur mondial de gaz après la Russie, et caillou dans la chaussure sur la route qui relie directement vers l’extrême Orient. Le dernier jeu qui intervient dans votre éventail est le casino zunien, dont les billets verts bientôt ne vaudront pas plus qu’au monopoly si le krach financier intervient entretemps...et le poste de contrôle wall street est déjà occupé !
                      Pour être complets il faudrait pouvoir visiter toutes les pages écrites et vidéos que google participe à effacer du net interactif, et qui constitue la réalité de l’opinion publique mondiale, partie intégrante du jeu que pensent les spectateurs du spectacle diffusé sur la lucarne infernale...

                      C’est sur les poubelles de gogol que se fondent les acteurs avant de jouer


                      • Pierre Pierre 1er octobre 2011 21:50

                        Vous ne dites pas autre chose que moi. L’Iran est central, quel que soit le jeu qu’on joue. C’est pour cela que je le cite souvent dans mon article. Un basculement de l’Iran dans le camps occidental nous rendrait tout-à-fait indépendant du gaz russe et cela presque immédiatement grâce au gazoduc Nabucco.
                        Un effondrement éventuel du billet vert ne changerait rien à l’énorme supériorité militaire états-unienne. Toute l’économie mondiale serait déstabilisée et personne ne sait ce qui sortirait de ce chaos.
                        J’ai aussi cité le contrôle de l’espace cybernétique dans les atouts des Etats-Unis, ce qui implique le contrôle de Google, de Facebook, de Twitter, etc. et probablement de ce que j’écris maintenant. Je ne suis pas paranoïaque mais il y a peu de doute qu’aux Etats-Unis, des programmes scannent tout ce qui s’échange sur Internet et qu’ils réagissent automatiquement sur base de mots clefs. 
                        Quant à l’infernale petite lucarne, je partage votre opinion. Pour l’immense majorité des gens, c’est 1/2 heure de journal télévisé par jour dont on ne doit retenir qu’une à deux minutes. Le reste est bon pour la poubelle. C’est à comparer aux 2 à 3 heures par jour de recherches sur Internet pour ceux qui veulent se faire une opinion objective. C’est malheureusement une large minorité.
                        Sinon, j’aime bien vos jeux de mots, même s’ils sont assez critiques.


                      • Lou Lou 1er octobre 2011 18:56

                        Belle analogie les dominos , les échecs et le go ...
                        Les dominos un jeu plutôt simple qui va bien avec la politique internationale manichéenne des US ( le complexe militaro industriel USraël en tant qu’ axe du bien qui finance l’ axe du mal, les méchants islamistes, car dieu a besoin du diable c’ est connu ....
                        Les échecs dont la Russie est championne du monde et dont le seul américain ( Bobby Fischer ) qui leur avait volé le titre a fini mentalement instable, quelle symbolique !..
                        Quant au Go très asiatique comme mode de pensée c’ est exactement cela pour la Chine ...
                        Bravo ...


                        • le moine du côté obscur 1er octobre 2011 20:52

                          Bel article qui explique de manière intéressante et imagée les stratégies de ces 3 gros ogres que sont les Etats-Unis, la Russie et la Chine. Il est vrai que pour certaines personnes « la passivité » de la Chine et de la Russie en Libye par exemple est incompréhensible. Mais je pense que ces pays ne mènent (frontalement) que les combats qu’ils peuvent mener. Tous les pays ne sont pas aussi fous et téméraires que les Etasuniens qui sont en train de s’épuiser dans des guerres mal préparées et mal gérées. Je ne serais pas surpris que les russes notamment est aidé en cachette Kadhafi pour épuiser les forces de l’OTAN et leur faire utiliser beaucoup plus de ressources que prévu. Seul l’avenir nous dira lequel de ces 3 gros remportera la bataille. Personnellement je parierai sur la Chine, mais bon spéculer n’est pas trop mon fort.


                          • benalgue 1er octobre 2011 21:26

                            encercler son adversaire et faire des prisonniers n’est qu’une facette du jeu de go le but réel est d’obtenir plus de territoires que l’autre.....le go c’est plutôt le partage et le découpage du goban (la grille de 19*19 ) en territoires parfois les deux joueurs entrent en conflit d’où encerclement et prisonniers...


                            • Pierre Pierre 1er octobre 2011 21:57

                              Merci pour la précision. Ce n’est pas évident d’expliquer un jeu en quelques mots. 


                            • Jean Eymard-Descons 1er octobre 2011 22:04

                              Merci l’auteur pour cette métaphore stratégico-ludique de la géopolitique internationale...

                              C’est stimulant intellectuellement et ça tient la route !

                              Respect...

                              Et merci, ça donne envie de continuer à fureter dans ce vrai bazar qu’est devenu Agoravox.

                              Au plaisir de vous relire,


                              • Berran 1er octobre 2011 22:28

                                Le jeu qui caractérise plutôt les américains c’est le poker. Ca me rappelle une citation de Marie-France Garaud : 

                                http://www.parismatch.com/Actu-Match/Politique/Actu/Marie-Frace-Garaud-gaullisme-225285/

                                « Les Russes sont champions du monde d’échecs. Les Chinois jouent au mah-jong, les Américains au poker, les Anglais au bridge. Et nous, simplement à la belote. Un jeu qui n’implique pas une stratégie à 200 coups d’avance ! Nous avons cessé d’anticiper. »


                                • Zobi Aldo Rifort 1er octobre 2011 23:41

                                  En France, on joue plutôt à ça : D

                                  Le trou du cul, aussi appelé Président, est un jeu de cartes se jouant à quatre joueurs ou davantage, avec un jeu de 32 ou de 54 cartes.

                                  Avant de débuter la partie, chacun des joueurs doit tirer une carte au hasard :
                                  - Celui qui a la carte la plus haute est le président.
                                  - Celui qui a la deuxième plus élevé est le vice-président
                                  - Celui qui a la deuxième plus faible devient cadre
                                  - Celui qui a la plus faible devient le trou de cul.


                                • jef88 jef88 2 octobre 2011 00:03

                                  Leurs points faibles. Leur endettement excessif, leur manque de perspective de croissance économique, leurs échecs stratégiques en Irak et au Proche-Orient et la montée en puissance des BRICS.

                                  On peut ajouter à la foi un manque de psychologie et de compréhension envers ceux qui ne mettent pas le FRIC en avant de tout


                                  • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 2 octobre 2011 00:06

                                    Vous oubliez de signaler que la plupart des pays riverains de la Chine sont en train de se rapprocher le plus possible des USA en raison des comportements impérialistes des Chinois dans le conflit territorial des iles Paracels.

                                    Dont notamment le Viet Nam , ce qui est un revirement spectaculaire.

                                    La Chine n’a pas d’amis en Asie à part la Corée du Nord et la Birmanie les autres pays s’en méfient ou en ont peur.






                                    • Pierre Pierre 2 octobre 2011 01:14

                                      La Chine a des revendications sur beaucoup d’iles de la mer de Chine et pas seulement les Paracel. 
                                      Je l’ai écris au départ, la Chine a des ambitions expensioniste en Asie. 

                                      Sauf erreur de ma part, la Chine n’a pas été un grand allié du Vietnam. Tout au plus, elle a permis le transit des armes soviétiques durant la guerre avec les Etats-Unis. Le Vietnam est surtout reconnaissant à la Russie, le successeur de l’URSS.qui a d’ailleurs eu une base navale à Cam Ranh.

                                      L’Asie du sud est pour le moment très pro-états-unien. En dehors de la Corée du Nord et du Myanmar que vous citez, je pensais sutout à l’Asie Centrale où la Chine est un acteur économique de premier plan et au Pakistan qui sera livré à lui-même en cas de désengagement des Etats-Unis d’Afghanistan. La Chine peut aussi s’appuyer sur les importantes communautés chinoises des pays de la région. Pays où la Chine investit massivement


                                    • garisamui garisamui 2 octobre 2011 09:45

                                      @ l’auteur

                                      article synthèse excellent au demeurant, mais qui me semble sortir tout droit d’une des meilleures émissions de généralisation géopolitique qui soit, à savoir « le dessous des cartes »
                                      de Jean Émile Victor, fils de Paul Émile Victor de qui il a gardé l’intelligence et le côté pédagogue.

                                      Mais peut être est ce là le fruit d’une coïncidence ; peu importe, l’essentiel est de disposer d’une bonne information, bien vulgarisée et cela met en évidence les problèmes à venir bien plus dangereux que le sénat à gauche où que les primaires socialistes.
                                      A l’instar de ce que dit @ Alois Frank., la fixation de la Chine sur la mer de Chine est inquiétante.
                                      Il faut dire qu’elle n’a pas d’autre choix, c’est sa seule grande porte de sortie sur les matières premières organiques ; les Paracels et les Spratleys qui depuis la découverte de gisements plus que prometteurs intéressent la Chine qui au demeurant n’a aucune légitimité dessus ; les premières concerneraient le Vietnam, les autres les Philippines.
                                      Mais voilà, la marine chinoise est là et des actes d’intimidation sont fréquents.
                                      Les vietnamiens n’aiment pas les chinois et ils voient cela d’un très mauvais œil ; de là à les voir se rapprocher pas à pas des US il y a une marge , mais ce n’est pas impossible. Beaucoup d’autres pays asiatiques ont franchi le pas depuis longtemps, sauf le Myanmar, chasse gardée au près par la Chine. Le Myanmar (ex Birmanie) recèle plein de gaz et pétrole, de pierres précieuses et de pavot ; un quart du pays est zone interdite ; il faut dire que le pavot et les pierres précieuses alimentent un marché planétaire sous terrain qui dégage des masses d’argent colossales. D’autant plus qu’avec le travail forcé de la population par endroit, vieillards femmes et enfants les profits sont maximum.Le dernier film Rambo à ce sujet est à peine exagéré.
                                      Je vis dans cette région du monde depuis dix ans et ce qui s’y passe est sans commune mesure avec les infos merdiatiques des journaleux occidentaux.

                                      Pour en revenir aux chinois, qui ont déjà fagocité le Nigeria pour son pétrole, il devenait urgent que l’OTAN et l’Europe leur montre que la Lybie et ses réserves étaient chasse gardée aussi.
                                      L’expansionnisme chinois n’a qu’un seul but, les matières premières fossiles dont dépend sa survie énergétique.Car au nord et à l’ouest elle est entourée de la sphère russe et indienne, puissances nucléaires, et on ne peut pas dire que c’est le grand amour entre eux.


                                      • Pierre Pierre 2 octobre 2011 13:21

                                        Je souscris largement à votre commentaire avec juste un bémol.

                                        C’est plutôt l’Angola qui est phagocyté par la Chine. Le pétrole nigérian est surtout exploité par des compagnies occidentales et est principalement exporté aux Etats-Unis. Je sais que la Chine vient aussi d’y mettre un pied. Cela fait partie des pions qu’elle dispose en Afrique.

                                        D’accord pour la méfiance des populations du sud de l’Asie envers la Chine mais, comme en Afrique, il y a une pénétration économique souvent liée à des prêts. Je soutiens la thèse qu’après la pénétration économique viendront les alliances militaires. Dans quelques années, quand la Chine aura comblé son retard dans ce domaine. D’ailleurs, je pense que cette région ne tardera pas à devenir une zone yuan renminbi.

                                        Mon article est le fruit d’une recherche personnelle. Si vous le comparez à l’excellente émission de géopolitique « Le dessous des cartes », je le prends pour un compliment mais c’est sûrement exagéré, mon article est loin d’atteindre ce niveau de clarté.

                                        Si vous pensez qu’une émission de « Le dessous des cartes » aborde le même sujet, n’hésitez pas à publier le lien, cela m’intéresse.

                                        Avec mes meilleures salutations.


                                      • garisamui garisamui 2 octobre 2011 16:43

                                        @ l’auteur

                                        soit je m’exprime mal, et c’est possible, soit vous m’avez mal lu, peu importe. Mon propos n’étant pas de vous accusez de plagiat où de quoi que ce soit ; simplement je constatais une similitude d’approche, d’information, et de pédagogie, ce qui en soi est un bien car et je vois, avec plaisir que vous aussi appréciez cette excellente émission, que l’ on peut qualifier de référence dans le genre. Donc voyez cela sous la meilleure des comparaisons, et par rebond le fruit d’un très bon travail de vulgarisation.
                                        En ce qui concerne le Nigeria, soyez sûr de ce que j’avance. Les chinois tiennent particulièrement à la discrétion, vivent entres eux, dans des petits « ghettos » fermés, comme en Angola, comme dans certains pays du Golfe. Pas de rides en surface, mais un grouillement dessous ; là est leur force.
                                        Discrets, travailleurs, pas de social, des conditions de vie plus que « spartiates », pas de contacts avec les étrangers ( le goulag est si vite arrivé..) ils creusent leur trou en silence ; notre réveil n’en sera que plus dur.

                                        Bien cordialement


                                      • serge42 serge42 2 octobre 2011 10:51

                                        J’en reste bouche bée.
                                        B. R. A. V. O

                                        Serge Guarneri

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès