Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les guerres du XXIe siècle : Avènement d’un nouveau monde

Les guerres du XXIe siècle : Avènement d’un nouveau monde

« Je ne sais pas avec quoi se battront les guerriers de la 3e guerre mondiale, mais ceux qui feront la 4e guerre mondiale se battront avec des pierres et des bâtons. »

Albert Einstein

Le XXIe siècle est caractérisé par deux paradigmes majeurs. Les pays occidentaux sont constamment en guerre à distance pour leurs intérêts. De plus, ils mettent en oeuvre la doctrine « zéro mort ». Pour cela, ils font appel soit à des mercenaires et/ou à la puissance de la technologie, ce que nous allons analyser dans cette contribution. Le marché des armes est de plusieurs centaines de milliards de dollars. Les dépenses en armement ont dépassé 1200 milliards de dollars dont près de la moitié pour le Pentagone. Pour éradiquer la faim, il faut 50 milliards de dollars d’après Jacques Diouf. Le G20 a difficilement rassemblé 25 milliards de dollars de « promesses » au dernier sommet de l’Aquila. Les pays vendeurs d’armes, malgré plusieurs résolutions de l’ONU sur l’interdiction de vente, prospèrent ; ils jouent aux pompiers-pyromanes. Tous les conflits actuels sont entretenus avec des armes des pays du Conseil de sécurité qui ont chacun leur sphère d’influence. Il faut y ajouter l’Allemagne et Israël.

Les pays développés se vendent mutuellement des armements de dernière génération. On apprend qu’Israël vend des armes aux Américains (Le Skylark 160 Drone israélien, une mine de devises, système radar...) Ce n’est évidemment pas les mêmes qu’elle vend en Afrique où elle place toujours ses mitraillettes Uzzi. Mieux : Israël a acquis d’Allemagne -autre grand vendeur- pratiquement gratuitement au nom de l’histoire, trois sous-marins et se permet même le luxe technologique de les faire construire selon ses propres paramètres. Le passage pour la première fois des sous-marins dans le canal de Suez avec l’assentiment des Egyptiens est un signe fort envers les potentats arabes du Golfe.

Entre 2001 et 2004, c’est la Russie qui s’est hissée au premier rang des exportateurs d’armes (26,9 milliards de dollars) suivie par les Etats-Unis (25,9 milliards de dollars), la France (6,3), l’Allemagne (4,8) et la Grande-Bretagne (4,4). Ces cinq pays assurent à eux seuls 81% du commerce mondial des armes. En 2005, les dépenses militaires ont atteint environ 1,81 trillion de dollars (en valeur actuelle). Dépenses militaires mondiales : Israël Mondialisation.ca, Le 1.08.006 Les Etats-Unis, premier pays en matière de dépenses militaires et jusqu’à récemment le premier pays exportateur d’armes, a besoin depuis la fin de la Guerre froide de se créer de nouveaux « ennemis » pour écouler ses productions d’armement.. Israël, qui talonne les USA en matière d’ingéniosité militaire mortifère, profite largement de ce boom de l’industrie de l’armement. (...)

Les dépenses militaires se concentrent de plus en plus dans certains pays. 15 pays sont actuellement responsables de 84% de la totalité de ces dépenses. Les Etats-Unis couvrent 48% de ces dépenses, suivis à distance par la Grande-Bretagne, la France, le Japon, la Chine avec 5 et 4% pour chacun. (...) La Chine et l’Inde, deux pays à l’économie émergente, ont également augmenté significativement leurs dépenses militaires. Toujours selon ce rapport, les USA, la Grande-Bretagne et la France sont engagés dans des opérations extérieures coûteuses tandis que les dépenses de la Chine s’expliquent par la modernisation de son « armée de libération du peuple ». Les dépenses militaires représentent 2,5% du GDP, soit 173 dollars par habitant. C’est aux Etats-Unis que les dépenses sont les plus élevées par tête d’habitant, soit 1604 dollars, suivis par Israël 1430 dollars par habitant (1)

Selon le Sipri (1997), la recherche et développement de la défense constituent la clé de voûte de la supériorité militaire. Aussi, les Etats industriels ont eu tendance à consacrer une part très importante de leurs financements publics de recherche à la défense. Les dépenses mondiales de recherche et développement militaires ont diminué de manière presque constante depuis bientôt sept années, de 60% en dollars réels depuis 1986. En 1995, elles représentent encore près de 50 milliards de dollars, dont les deux tiers financés par les seuls Etats. Les Etats-Unis consacrent 0,59% du PIB à la recherche contre 0,4% pour la France,0,65 pour la Russie. Des marchands d’armes israéliens parcourent le monde à la recherche d’acheteurs. Il n’y a pratiquement pas un seul conflit militaire, une seule confrontation ethnique ou guerre civile, où on ne trouve pas de trafiquants d’armes israéliens, mais aussi de consultants en sécurité, d’instructeurs et d’unités de protection (...) Une coopération étroite s’est aussi développée entre l’industrie de l’armement américaine et israélienne, avec des coproductions et/ou sous-traitances. Ainsi depuis 1995, les Etats-Unis et Israël ont activement développé une arme à infrarouge avancée, dans le cadre d’un programme commun « antimissile » programme connu sous le nom de Tactical High - Energy Laser (Thel). Le Thel est une arme laser chimique mobile et déployant une grande quantité d’énergie.(2)

La demande croissante de drones et d’équipements d’électronique militaire contribue aux records de recettes. Les exportations militaires de la petite nation du Moyen-Orient ont augmenté de 20% l’année dernière, passant à 3,3 milliards d’euros, et les fournisseurs d’armes israéliens ont signé de nouveaux contrats en 2006 pour la somme record de 3,9 milliards d’euros. En Israël, l’industrie de défense profite de la demande pour ses drones (UAV) et d’équipements de guerre électronique sophistiqués utilisés dans le conflit palestinien en cours et durant la guerre de l’été dernier au Liban. Environ 90% de toutes les ventes à l’exportation sont effectuées par quatre géants : Elbit Systems, et trois entreprises d’État, Israel Aerospace Industries (IAI), Rafael Armament Development Authority et Israel Military Industries (IMI). (3)

Les armes du futur

Les drones ou UAV (Unmanned aerial vehicles, « engins volants sans humains ») sont l’armement-vedette de la coalition internationale réunie en Afghanistan sous les couleurs de l’Otan et des USA. Des drones américains opèrent également au Pakistan, où ils ont été engagés ces derniers mois dans une campagne controversée « d’assassinats ciblés »...Derniers faits connus : l’élimination, il y a presque deux semaines, par un tir de drone, de Baïtullah Mehsud, considéré par Washington comme le principal « intermédiaire » entre Al Qaîda et les taliban pakistanais. (4)

Les drones font désormais partie de la panoplie « normale » des forces américaines, qui disposent aujourd’hui de 5500 engins d’observation ou de combat de type UAV, de tous types et volumes, soit trente fois plus qu’en 2001. Les caractéristiques de ces matériels - absence d’équipage embarqué, discrétion, endurance, observation tous temps, et attaque de cibles - sont en passe de provoquer une mutation profonde dans les techniques de guerre, et dans la structure des armées de l’air. Une noria de drones Predator et Reaper, armés de missiles Hellfire, opèrent dans le ciel afghan, à partir notamment des bases de Bagram ou Kandahar. Au total, l’US Air force et l’US Army disposent en Afghanistan comme en Irak d’une panoplie de trente-cinq types d’appareils. (...) En revanche, sur un plan plus « politique », l’usage de drones introduit des pratiques nouvelles et dangereuses. Ces engins sont manipulés à distance par des opérateurs plus assimilables désormais à des contrôleurs de vol, des spécialistes du renseignement, ou des informaticiens, qu’à de véritables pilotes. Ces opérateurs travaillent dans des locaux fermés, devant des écrans et consoles, dans une ambiance qui tient parfois du jeu vidéo, à des centaines, parfois des milliers de kilomètres : guerre à distance, par procuration, dans une quasi-clandestinité, sans faire face « humainement » à l’adversaire, avec un quasi-monopole de la décision sur la désignation de la cible, sur le niveau de « dommages collatéraux » acceptés unilatéralement (par la puissance actionnant les engins, bien sûr). « Il est incontestable, que la culture des jeux vidéo habitue les cadres et les futurs décideurs à une déshumanisation de la guerre. » Les victimes non plus ne sauront pas qui a frappé, pourquoi.(4)

« Apparemment c’est un job comme les autres, et vous survolez virtuellement l’Afghanistan en étant confortablement installé dans une base de l’armée de l’air climatisée du Nevada. Dans une interview accordée à CNN, le capitaine Matt Dean explique l’étrangeté de son travail : "Voir des méchants sur l’écran et peut-être les voir se faire descendre, et ensuite aller déjeuner au Taco Bell, c’est assez surréaliste." En fait, leur journée est très normale, avec des temps de repos pour éviter la fatigue. C’est un boulot très ordinaire. Du moins si le fait de voir des terroristes se faire tuer ne vous coupe pas l’appétit ».(5)

Une autre arme du futur la « plus prometteuse » concerne les robots ; Pascal Riché écrit à ce propos : Regardez déambuler cette étrange bête, qui n’est pas sans grâce. Ce n’est pas une oeuvre d’art, mais un auxiliaire militaire. Un robot, baptisé « BigDogs » (GrosChiens), que l’armée américaine a décidé de tester en Afghanistan. Il a été conçu par la société Boston Dynamics. Selon Boston Dynamics, cité par le site de FoxNews, il peut marcher à plus de 6 km/h, ou alors tout doucement, grimper des pentes à 35 degrés, coucher, inspecter les environs. Il peut transporter « 140 kilos d’équipements ». Y compris, j’imagine, des armes. Un soldat idéal : pas besoin de le nourrir ou de prévoir des temps de repos. Et s’il tue un jour, ce sera froidement.(6)

Dans une ville, les militaires ont besoin d’yeux pour détecter les dangers. J’ai assisté un jour à la présentation d’un de ces robots militaires, le « swords ». (...) « Au lieu d’avoir son arme à l’épaule, le soldat la manipule à 500 mètres en arrière, voilà tout. Il n’a pas le stress des balles qui sifflent autour de sa tête. » L’apparition de ces robots, selon de nombreux experts, est pourtant le prélude d’une inéluctable révolution dans « l’art » de la guerre, un tournant comparable à la découverte de la poudre. (...) (6)

Une autre invention : le laser. Les militaires rêvent de laser depuis son invention, en 1960. Cinquante ans plus tard, ce rêve devient réalité : le Pentagone a lancé des dizaines de programmes de recherche et développement d’armes au laser de tous calibres. Certains arrivent à maturité. (..) Démarré en 2002, le projet ATL (Advanced Tactical Laser) consiste à installer dans un Lockheed C-130 Hercules un laser chimique de 5,5 tonnes, d’une puissance estimée à une centaine de kW. L’avion pourrait ainsi zapper des cibles au sol jusqu’à 20 km de distance. En modulant la puissance du laser, l’ATL pourrait aussi bien crever un pneu d’une Jeep que la détruire. C’est à nouveau Boeing qui est derrière ce projet. Le premier test au sol de l’ATL a eu lieu en août 2008. Last but not least, il y a l’ABL (Airborne Laser). Du lourd. Ce projet lancé en 1994 a déjà coûté plus de 4 milliards de dollars. Il consiste à embarquer un laser chimique d’une puissance de l’ordre du mégawatt sur un Boeing 747. Sa mission : tuer des missiles, mais aussi des avions, voire des satellites en orbite basse. (...) (7)

A quoi ressembleront les guerres de 2018 ?

« Les USA prévoient une guerre contre la Chine à l’horizon 2018. » C’est notamment ce que révèle Giulietto Chiesa, député européen, dans un ouvrage paru en 2005. « Les prochains conflits viendront des USA lorsque les routes des matières premières, du pétrole, de l’uranium... ne pourront plus être sécurisées par leurs soins. La seule perspective de ne pas pouvoir assurer le leadership en matière de domination financière ou économique est insupportable pour une société qui veut répandre son mode de vie. »

Le laser au lieu des pétoires d’hier, un « progrès » pour qui ? Peut-être même que pour ceux qui seront du côté de la gâchette, le tir au laser sera plus rigolo. Même si elle n’est pas pour aujourd’hui, la question de l’autonomisation des robots finira par se poser. Et avec elle, celle de la programmation de « limites morales » à ses propres décisions. Au commencement, les robots auront une éthique rudimentaire : n’obéir qu’à des humains...Mais un jour, le robot pourra lui-même s’interroger sur ses propres décisions : « Si j’agis ainsi, est-ce mal ? » En face, est-ce que l’on saura « apprécier » à sa juste valeur le progrès accompli par l’humanité en remplaçant le plomb et la poudre par le rayon de la mort qui tue ?

« La vente d’arme est-elle éthique ? » Plus grave, la guerre moderne est-elle éthique ? Menée sur des écrans en appuyant sur des boutons. Le « théâtre des opérations » n’est qu’une infime partie du processus. Jamais l’être humain n’a été aussi éloigné des conséquences de ses actes. Que valent les lois de la guerre « classique » en face des guerres du XXIe siècle ? La possibilité d’une opération militaire « sans-douleur », soulève « une question d’ordre plus général ». « Est-ce que cela rend l’entrée en guerre trop facile, que ce soit ici ou partout ailleurs ? » L’armée américaine réfléchit, nous dit-on, à la façon dont les robots doivent être conçus et utilisés pour être conformes aux « lois de la guerre ».

Ce XXIe siècle sera caractérisé par des guerres de plus en plus asymétriques. D’un côté, la puissance technologique dévastatrice avec un postulat de zéro mort pour celui qui la possède, et de l’autre les damnés de la Terre qui tombent comme des mouches sans savoir d’où vient le tir et surtout sans voir son adversaire qui, lui, sirote son jus en manipulant son joysticks. « Périssent les faibles et les ratés » disait Nietzche. Nous sommes avertis, seul un enseignement supérieur de qualité et une recherche de qualité avec des priorités (autosuffisance, énergie, défense) permettra à l’Algérie d’exister dans ce XXIe siècle où l’incantation révolutionnaire et l’autosatisfaction appartiennent au passé.

(*) Ecole nationale polytechnique 1. Données du Sipri www.sipri.org

2.Source de certaines informations haaretz.com 17/05/06

3. Dans ces temps difficiles, le commerce d’armes israélien fleurit. Spyworld Actu. vendredi 25 mai 2007

4.Philippe Leymarie. Vol de drones sur l’Afpak mardi 18 août 2009,

5.Pilote de drone : la guerre à bonne distance [CNN]http://www.gizmodo.fr/2008/07/13/

6.Pascal Riché : Des robots quadripèdes américains testés en Afghanistan Rue89 23/03/2009

7.Pierre Vandeginste | blog Aïe La guerre au laser, c’est pour bientôt 14/02/2009

Pr Chems Eddine CHITOUR

Ecole Polytechnique Alger enp-edu .dz


Moyenne des avis sur cet article :  3.89/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

50 réactions à cet article    


  • abdelkader17 14 septembre 2009 10:34

    Pourquoi les cinq puissances qui ont droit de veto aux Nations Unies sont-elles intouchables ? Ce droit est-il d’origine divine ? Veillent-ils à la paix, ceux qui font des affaires avec la guerre ? Est-il juste que la paix mondiale soit à charge des cinq puissances qui sont les principaux producteurs d’armes ? Sans dédaigner les narcotrafiquants, ceci n’est-il pas aussi un cas de « crime organisé » ?


    • faxtronic faxtronic 14 septembre 2009 11:42

      « Ce droit est-il d’origine divine »

      Si je dis oui, tu me croira ?

      Non tout simplement parceque nous sommes les puissances de ce monde, les seules a pouvoir arbitrer, par notre force . Il faudrait d ailleurs que l on fusionne UK et France pour faire rentrer l Europe. 


    • abdelkader17 14 septembre 2009 11:47

      @Faxtronix
      il y a une différence entre l’arbitrage et le diktat ,on se sert de sa force et de sa puissance pour aller coloniser les terres fertiles et vous osez me parler d’arbitrage,il faudrait revenir à la raison l’ami.


    • Jurassix Jurassix 14 septembre 2009 12:06

      Parce que nous écopons du nouvel ordre mondial voulu au lendemain de la 2GM, où il y avait clairement, pour les fondateurs de l’ONU, les gentils et les méchants, une sorte de monde de Candy ou il fallait que les gentils de toujours puissent dire non, non pas d’une seule voix, mais uniquement de l’une d’entre elle.

      De De Gaulle, qui parlait du « machin », je pense qu’aujourd’hui, sa vision serait encore pire. La Tchéchénie, et plus généralement ses pays voisins, violés, ne seront jamais aidés pour 2 raisons, a vous de choisir :
      - La Russie est au CS de l’ONU
      - Personne ne veux se battre contre la Russie.

       L’ONU ne sert qu’a envoyer des troupes là ou ce n’est pas trop dangeureux...


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 14 septembre 2009 18:39

      @ Abdelkader17 : Pourquoi les grands sont intouchables. Parce qu’ils sont grands. Par droit de conquete. C’est le seul. Nécessaire et suffisant. La « paix » traditionnelle pour l’avenir repose sur la construction d’une « troisième force », qui ne peut être que l’Europe, incluant la Russie, l’Ukraine et le Belarus, entre l’Amérique et la Chine.


      http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/05/21/bien-plus-loin-que-loural/


      Je dis « paix traditionnelle » car il n’y aura plus de vrai paix. La fin de la guerre traditionnelle signifie probablement son remplacement par un état de quasi-guerre qui sera un nouveau moyen-âge.



      Une chance d’y échapper ... Peut-être, mais ce ne serait pas nécessairement une « chance ». Si on voit que l’on peut faire encore plus d’argent en gérant la santé et les médicaments que les armements et la guerre, le capital délaissera les armements et se réinvestira vers la pharmacie, en faisant sauter la mince frontière entre drogues et potions médicinales.

       
      Un pas vers moins de violence. Probablement. Moins mortifères ? Peut-être ; on en reparle au printemps...

      Pierre JC Allard

      N.B. Je ne prendrai pas l’habitude de mettre 5 liens dans mes commentaires. C’est un cas qui ne se représentera sans doute jamais. 



    • Jurassix Jurassix 14 septembre 2009 11:28

      Plusieurs points m’interpellent dans cet excellent article.

      Tout d’abord, vous avez raison de le préciser, les militaires de demain seront à comparer avec des adolescents perfusés aux jeux vidéo. Le « virtuel-réel » qui est en marche, où l’on appuie sur un bouton pour descendre des humains, un big-mac dans l’autre main, donne aujourd’hui l’illusion d’une future guerre propre, où les pertes humaines ne seront à compter que du côté des assiégés, les seules pertes de l’attaquant se résumant en quelques millions, voir milliards de dollars de matériel.

      Qu’est ce qui fait froid dans le dos des européens quand on parle de guerre ? Le fait de s’être battus entre eux durant 2 guerres, ou les millions de victimes de ces guerres ? Faire la guerre n’est pas envoyer des troupes dans un pays tiers, faire la guerre, c’est l’occupation (au sens général du terme), les pertes civiles, les pertes humaines.
      Combien de temps encore se souviendra t’on des 1,5 millions de français mort pendant la 1ere guerre, sur une population de 40 ? Imaginez, vous prenez 100 de vos amis/connaissances, vous en éliminez 4 ! C’est encore pire si l’on compte sur la tranche d’ages des hommes entre 20 et 50 ans, ou si l’on compte encore les 4 millions de blessés militaires, amputés, handicapés...
      Et c’est juste pour la France...

      Pour celà, nous avons, dans chaque petite bourgade du pays un monument, avec des noms qui s’alignent sous les dates. Quand le village ne compte que 400 habitants, voir une liste de 10-15 nom depuis notre plus jeune âge fait froid dans le dos.

      Maintenant, qui sont ses américains qui nous parlent de guerre ? Certes, oui, nous leur devons notre liberté, et leur concours dans les 2 guerres (sachant que pour la deuxième, leur neutralité n’a été libérée qu’avec Pearl Harbor) a été essentiel.
      Mais quid de leur connaissance de la guerre ?
      Ils n’ont eu que 2 guerres, ou du moins 2 aperçus, si je m’en tiens à ma définition :
      - Pearl Harbor justement, une attaque sur une ile lointaine.
      - 911, première vrais attaque (et l’attaquant n’était pas un pays) sur le sol américain, et première attaque avec des pertes civiles, innocentes.

      Leur faut il 10 millions de pertes pour se rendre compte où ils nous mènent ? Leur pire guerre, le Vietnam, n’a couté « que » 52000 vies je crois. Le traumatisme a t’il été trop faible ?

      Avons nous, nous européens, une mémoire tellement courte pour les suivre ?


      • faxtronic faxtronic 14 septembre 2009 11:46

        Si il y avait de l energie et des ressources faciles a avoir, il n y aurait plus de guerres. Les guerres sont TOUJOURS pour les ressources. Le reste n est que motivation pour la plebe.

        Le mouvment pacisfiste ne peut gagner que si il trouve un moyen d obtenir des ressources gratuites et quasiment infini.

        Fusion nucleaire par exemple...


      • Jurassix Jurassix 14 septembre 2009 12:08

        Je ne le dirait pas comme ça. Jusqu’a il y a quelques années, oui, vous avez raison. Aujourd’hui, la « guerre » d’AlQuaida, la guerre IsraeloPalestinienne, qui a créé de toute pièce justement la première citée, n’ont rien a voir avec des ressources.

        Ce sont des croisades, pour la religion, pas pour les ressources.


      • Jurassix Jurassix 14 septembre 2009 14:04

        « hola ! hola ! ne vous exitez pas trop quand même !

        pourquoi croyez vous que ces chers américains, défendeurs de la « liberté »,
        aient attendu 2 ans pour entrer en guerre ???

        Revoyez vos images d’Epinal,svp... »

        N’allez pas si loin, c’est exactement ce que je dis. Sans l’attaque Japonaise sur Pearl Harbor, quand est ce que les américains seraient entrés en guerre ? Si les allemands n’avaient pas eu à craindre un débarquement américo-alliés à l’ouest, n’auraient il pas gagné à l’est (sachant qu’à l’ouest, il n’y avait qu’un tiers des troupes Nazi, les russes se battant contre les 2/3) ?
        Et combien de temps fallait il aux Nazi pour avoir la bombe A ? Si la guerre avait duré 1 an de plus, quels innovation technologiques les Nazi auraient eu ?

        Vous ne pouvez pas dire que ce n’est pas en partie grace à leur aide que les Nazi ont été vaincus.

        Pourquoi ont ils attendu Pearl Harbor ? Je n’en sait rien, mais je vais me renseigner...


      • abdelkader17 14 septembre 2009 15:40

        @Jurassix
        vous vous trompez complètement
        La dernière agression de gaza répondait à l’accaparement par israel des énormes ressources gazières découvertes au large de la bande de Gaza par un consortium Anglais.
        De même que l’installation permanente des troupes état unienne au moyen orient répond aux mêmes impératifs,la guerres que se livrent les grandes puissances pour le contrôle des ressources du monde.La guerre au terrorisme religieux est une vaste farce,un écran de fumée.


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 14 septembre 2009 19:02

        @ faxtronic : La capacité de production de la planète dépasse nos besoins actuels. C’est ce qui rend la situation intolérable : la vie des uns est sacrifiée à ce qui n’est qu’un jeu pour les autres. C’est ce que cette crise va changer. Juste un mauvais moment à passer



      • appoline appoline 14 septembre 2009 19:58

        Vu la durée de vie d’une arme et vu une fabrication de plus en plus importante, dans un avenir proche celui ou celle qui ne sera pas armé passera allègrement pour un gogol. On finira tous par défourailler au moindre mot à voir même juste pour le fun. Comme disait Fugain « du champ de bataille sortit la moitié d’un con »


      • Ali 14 septembre 2009 20:34

        j’aime bien « 52 000 vie je croie »

        sans compter les 7 000 000 de viet-namiens !! mais eux ils sont viet-namiens...donc non comptabilisés
        mais les leçons du passé ne sont pas considérées aujourd’hui


      • Jurassix Jurassix 15 septembre 2009 08:23

        Je me met consciemment du côté de l’assaillant, dans ce cas les USA. On connait tous ici le carnage contre les civils qu’a été cette guerre.


      • JL JL 14 septembre 2009 11:33

        Cet article intéressant me parait un peu confus.

        On y lit en conclusion : « Ce XXIe siècle sera caractérisé par des guerres de plus en plus asymétriques ».

         Alors que l’article a commencé par : « Je ne sais pas avec quoi se battront les guerriers de la 3e guerre mondiale, mais ceux qui feront la 4e guerre mondiale se battront avec des pierres et des bâtons. »

        Par ailleurs, j’aimerais rebondir sur cette phrase qui me paraît incongrue : »Au commencement, les robots auront une éthique rudimentaire : n’obéir qu’à des humains...Mais un jour, le robot pourra lui-même s’interroger sur ses propres décisions : « Si j’agis ainsi, est-ce mal ?« 

        En effet, les guerres d’agression, les génocides ne sont possibles que si l’on »déshumanise" l’ennemi. Le pb avec les robots / armes ne sera pas de leur inculquer des notions de bien et de mal, notions dont ne s’embarrassent pas les combattants, mais de leur désigner qui est l’ennemi.

         


        • c.d.g. 14 septembre 2009 11:43

          Je pense que l auteur fait la meme erreur que l armee americaine : le tout technologique
          En Afghanistan (ou en irak, ou au liban pour les israelien) ce qu il faut ce ne sont pas des robots, des drones mais des soldats qui vont passer de maison en maison (et eventuellement tuer non pas au fusil mais a l arme blanche)
          Il y a tres peu de guerre classique avec 2 armees se faisant front. On a des guerres asymetriques avec d un cote des equipements sophistiques et peu de soldats et de l autre des gens nombreux, motives (voire fanatiques) utilisant des technique rudimentaires
          En general, les second gagnent (France/indochine & algerie, USA / Vietnam, URSS/Afghanistan). Ils ne gagnent pas tellement sur le plan miltaire mais par le fait que la guerre coute tellement cher qu il vaut mieux l arreter.

          Quand a la responsabilite des occidentaux dans les guerres, elle est quand meme limitee. Nous ne sommes pas les seuls a vendre des armes (Chine et coree du Nord) .
          De plus la plupart des guerres en Afrique sont causees par l avidite d une bande de crapule qui veulent deloger le tyran local pour simplement prendre sa place.
          Le tchad est un parfait exemple (Le gouvernement actuel doit sa survie aux francais et lybiens (Kadafi n est pas occidental il me semble))


          • abdelkader17 14 septembre 2009 11:57

            @c.d.g
            "De plus la plupart des guerres en Afrique sont causees par l avidite d une bande de crapule qui veulent deloger le tyran local pour simplement prendre sa place."
            et qui soutien ces tyrans à bout de bras ?si ce ne sont les chancellerie occidentales.
            On se fout bien de la dictature tant que le despote mange dans la main de son maitre.


          • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 14 septembre 2009 12:35

            à vilistia (xxx.xxx.xxx.2) 14 septembre 11:52 

            "Les dépenses en armement ont dépassé 1200 milliards de dollars dont près de la moitié pour le Pentagone. Pour éradiquer la faim, il faut 50 milliards de dollars d’après Jacques Diouf« .

            Comparaison éminemment démagogique : aucun rapport entre armement et sous-nutrition.

            Raisonnement tenu depuis 40 ans d’existence de l’Aide Publique au Développement Économique (APD) des pays du tiers-monde. Depuis 40 ans, échec patent de l’APD qui, année après année, engloutit des milliards de Dollars »d’investissements" (dépenses, gaspillages).

            L’APD est déjà, actuellement, aux environs de 50 milliards de Dollars par an. Pour quel résultat ?...


          • ASINUS 14 septembre 2009 11:54

            bonjour , wouff ! article touffu et interréssant les concept moraux dans un conflit méchappant je me bornerais à la technique , toutes les avancées que vous indiquez
            ainsi que les nouveaux concept stratégique US sont certes avérés et verifiés , mais à mon sens ils vont aller de déboires en déboires comme en afghanistant , sauf a ramener le pays a l age de pierre en le nuclearisant , gagner cela suppose controler et etre maitre du terrain il faut encore et faudra encore du fantassins pour faires les 200 derniers metres pour controler et tenir le pays. Nos pays occidentaux outres qu ils trouvent de moins en moins de fantassins n acceptent plus de les perdres
             or comme le font les talibans
            etre maitres du terrain a un cout !.
            Les robots pourront ils tuer ?
            certes et cela existeras rapidement reste le probleme soulevé par JL,
            pour un robot 
            la question n est pas comment ?
            ou quand ?
            mais QUI tuer,
             et j ai grand peur que dans un premier temps les concepteurs repondent
             : Le Vivant !


            • abdelkader17 14 septembre 2009 11:59

              @Vilistia
              c’est à dire,quel rôle ?celui de commissaire politique hahaha


              • abdelkader17 14 septembre 2009 12:19

                @Vilistia
                Merci au plaisir de vous revoir.


              • Ahlen Ahlen 14 septembre 2009 12:24

                Je suis identifié !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


                • Montagnais Montagnais 14 septembre 2009 13:03

                  La vision d’un monde totalement bi-polarisé, dualiste, est une erreur de perception naturellement induite par l’utilisation de concepts bien trop anciens, actuellement disqualifiés, comme par exemple : « Les pays occidentaux »..

                  Les définitions et les utilisations actuelles du mot Occident pose une foule de problèmes, insolubles.

                  Impossible de présenter en quelques lignes le nécessaire ouvrage de déconstruction, ou les recherches en épistémologie politique qui permettront d’y voir plus clair. Mais il est déjà possible de donner quelques repères.

                  Les états nations n’existent plus qu’à l’état de fantômes, formes menues maintenues pour distraire notre attention. Le politique n’est plus qu’un avatar de l’économique..

                  « Choc des civilisations »... Luttes irrémédiables des religions... Affrontement Nord-Sud... Autant de vieilles lunes, autant d’éléments de décor d’un thêatre d’ombres et de savantes mises en scène qui cachent les vrais enjeux. Pour combien de temps ?

                  Car, même pour les esprits les moins informés, des frontières et des lignes de partage nouvelles commencent à se dessiner.. Les guerres du XXIème siècle verront probablement s’affronter le « monde aliéné » (qu’on peut en gros assimiler au monde qui se qualifiait - et s’auto-proclamait - de « Libre », par antiphrase), autrement dit la centuple Entente du monde capitaliste, contre la centuple Alliance de l’Archipel de la Dissidence.

                  D’un côté le monde matérialiste du Veau, de la Technobnubilation, du scientisme, du développement prétendu infini, de la société de surconsommation, du cirque et des jeux, de la destruction de la planète... Fort du pouvoir de sa « haute finance », de son appareil industrialo-militaire, de son industrie médiatique, de son industrie du spectacle et de la réclame, de ses hordes d’esclaves fanatisés et lobotomisées, froids tueurs en puissance, éduqués à la guerre à distance.

                  De l’autre, l’Archipel de la Dissidence, ou se rassemble l’esprit et les efforts de recherche vers un monde et une humanité différents.. Des gueux aux fous de Dieu, des poètes aux adeptes de la simplicité volontaire, des écolos radicaux aux anarchistes, des Waldgänger aux refuzniks, des moines bouddhistes aux soufistes, aux mitnagddim..

                  Dans la perspective de cette recomposition, à la lumière des nouvelles perceptions, les alliances pourraient fort bien se renverser. Le grand héritage Islamo-Judéo-Chrétien pourrait fort bien être mis au service de la philosophie écologique et de la nouvelle pensée critique.

                  Mais on peut compter sur la puissance du monde du Veau pour entretenir les divisions au sein de l’Archipel de la Dissidence, continuer à fomenter et mener les guerres fratricides qui lui épargnent la seule, la grande, la vraie qu’il puisse craindre..

                  D’un autre côté, et pour parodier Tonton Ilitch, les choses peuvent s’arranger sans la guerre..

                  Le monstre monoculé paierait lui-même et tout seul sa propre mise en bière.


                  • L’Hermelise 14 septembre 2009 16:18

                    Tout est dit, Montagnais et AbdelKader, je partage entirement vos analyses. J’espere simplement que les « moutons » des sociétés occidentales ne sont pas totalement lobotomisés.

                    Cependant cela ne doit pas faire oublier que l’autre camp, celui des vrais humains, est celui de la barbarie et du fanatisme.

                    Quitte a choisir je prefere continuer a vivre dans un monde anesthesié et soumis...


                  • abdelkader17 14 septembre 2009 13:21

                    @Montagnais
                    Brillante et lucide contribution.
                    vous avez raison ces schémas de pensée n’ont plus lieu d’être,mais les modes de perception du monde ont la vie dure,nous en sommes à la fin de l’état nation,sa disparition effective dans les pays industrialisés alors qu"au sud celui -ci n’a pas fini de se consolider que ses institutions sont en pannes, voir inexistantes.
                    Il est bien évident que les populations du monde occidental qui ne contrôlent rien ni ne décident de rien ne sont pas à incriminer et que les factures au sein de ces sociétés sont de plus en plus visibles,les élites économiques tirent les ficelles d’un théâtre de marionnettes dont la représentation politique n’est que le simple instrument et la caution moral d’un ordre inique voir criminel.


                    • abdelkader17 14 septembre 2009 19:17

                      @Parkway
                      désolé erreur d’inattention il s’agit bien de la fracture chère à notre camarade Chichi.


                    • joelim joelim 14 septembre 2009 13:55

                      De plus, ils mettent en oeuvre la doctrine « zéro mort ». 

                      C’est ce qu’ils veulent faire croire. Ils ne sont pas assez idiots pour croire à ce gros mensonge. il suffit à chacun de regarder les faits.

                      • ASINUS 14 septembre 2009 14:14

                        « de plus , ils mettent en oeuvre la doctrine zero mort »


                        ce faisant ils se condamnent à perdre, le vainqueur est celui qui fait mal. Tant que pour la France 10 paras au tapis ça fait mal , nous perdons et ce conflit est vain.


                        • Montagnais Montagnais 14 septembre 2009 14:19

                          Le char du capitalisme, mené par des apprentis sorciers, partage quelques caractéristiques avec celui de Phaéton :

                          "Phaéton prit les rênes mais, effrayé par les animaux représentant les signes du zodiaque, il perdit la maîtrise de l’attelage qui sema un désordre indescriptible, menaçant de détruire la planète. Zeus le foudroya et il mourut sur le coup.

                          A force de pleurer sa mort, ses sœurs, les Héliades, furent transformées en peupliers et son frère de sang Cycnos métamorphosé en cygne."

                          Où l’on constate que les desseins des mythologies rejoignent celles de l’écologie.. Et que la guerre n’est pas qu’une affaire de robots.

                          L’Espoir n’est pas mort.


                          • eugène wermelinger eugène wermelinger 14 septembre 2009 16:13

                            Pourquoi parler des sabres, fusils, bombinettes A + H, alors que nous sommes à la veille d’une vaccination de masse qui devrait avoir pour résultat de diminuer de 90 % le nombre des terriens ? (Ici même sur AV vous êtes assez prévenus) Pour laisser à l’ELITE le pouvoir de profiter enfin du paradis sur terre.
                            Vite, VITE, OUVRONS Les YEUX !!!


                            Mektoub. 

                            • L’Hermelise 14 septembre 2009 16:20

                              Eugene merci de trouver un espace d’expression reservé aux illuminés si tu veux t’exprimer.


                            • abdelkader17 14 septembre 2009 17:02

                              @Kronfi
                              « la guerre est une activité essentielle de l’humanité. »
                              ça dépend de quel point de vue on se place,il faudrait un peu rectifier le tir,la guerre est une activité essentielle au développelment des multinationales occidentales qui en tirent tous les bénéfices,je ne vois pas ce qu’elle apporte à l’Afghan l’Irakien au palestinien à par la destruction et la mort.Elle sert surtout les intérêts particuliers des bandits qui contrôlent ces sociétés de la mort à distance.


                              • abdelkader17 14 septembre 2009 17:14

                                @Philbrasov

                                Michel Chossudovsky

                                • Mondialisation de la pauvreté
                                • Guerre et mondialisation

                                • abdelkader17 14 septembre 2009 17:40

                                  @Vilistia
                                  oui il a tendance à multiplier les identités.


                                • Montagnais Montagnais 14 septembre 2009 17:38

                                  A Kronfi, merci, mais..

                                  Vous nous envoyez sur un lien où l’on peut lire, sans rigoler : « Car la guerre est une activité essentielle de l’humanité, ne vous en déplaise. » (on apprécie le « ne vous en déplaise », qui exprime son pesant de complexe..)

                                  Resucée de la vieille formule de Tonton Benoit : « La guerre est la seule hygiène de l’humanité »

                                  Et vous démontrez ainsi combien il est difficile de se désengluer, d’avoir une pensée critique radicalement nouvelle, de sortir des truismes éculés..

                                  Autres vieilleries, Clausewitz, Thucydide... « (Et ce n’est pas un hasard, c’est la première référence citée par l’auteur) fournit aux délégués athéniens à Sparte, vers 400 av JC, l’explication de la guerre. Celle-ci obéit à une puisssante (sic) trinité : »La peur, l’honneur et l’intérêt« 

                                  Aucun de ces traits ne sera absent du XXI° siècle. »

                                  Thucydide ne connaissait pas les ADM, les IED... La catastrophe écologique, la « Haute finance », la guerre à distance, l’infini complexité du monde actuelle, les contentieux non liquidés.. Pour ne citer que quelques uns des mille facteurs nouveaux à considérer. Il ne cite même pas la nécessité.

                                  Manque plus que Sun Zi dans la panoplie des vieilleries.

                                  C’est pas du bisounours, c’est du bisoubeauf, le lien.

                                  Mais bon.. On va lire le « chef-d’œuvre » de Colin Gray, où manque pas un bouton de guêtre. Puisque c’est un pundit comme vous dites.

                                  NB : C’est quoi le « CID » à propos duquel l’enthousiaste rédacteur nous dit : « le CID c’est la guerre » ? Le Collège Interarmées de défense" ? .. Dans ce cas, bonjour les dégâts.


                                  • Montagnais Montagnais 14 septembre 2009 22:32

                                    Tout dépend du domaine.. Pour les questions métaphysiques, cadres et limites, analyse phénoménologique.. Très-certainement.

                                    Pour la guerre du XXIe siècle, mis à part peut-être l’histoire du cheval de Troie, l’art de la prophétie et du déguisement, nettement moins.

                                    La guerre est strictement le reflet de l’époque. Ceux qui ont le plus de chances de la gagner sont ceux qui sont « voyants ».. Ou ceux qui ont les Dieux dans leurs rangs ?

                                    Mais je ne professe pas.. Clisthène développera..


                                  • Clisthène Clisthène 14 septembre 2009 18:40

                                    @Vilista.


                                    Etant historien de l’antiquité de ma profession, évidamment, la réponse est non, le monde antique connaissait de nombreuses réalités qui ne sont plus les nôtre et on ne peut juger une époque à l’aune d’une autre comme le disait Raymond Aron. Mais les hommes sont encore et toujours aux proies aux mêmes démons et leurs erreurs présentent parfois d’« étranges » similitudes d’un siècle à un autre....

                                    • Marc Bruxman 14 septembre 2009 19:08

                                      Les USA auraient prévu de déclarer la guerre à la Chine en 2018. Alors la mort de rire.

                                      Les USA sont en déficit chronique. Et qui finance ce déficit ? La Chine.

                                      Il suffit donc que la Chine cesse d’acheter du dollar voir vendre froidement tous ses dollars sur les marchés pour que le dollar s’effondre. C’est une arme de destruction massive financière auquel les USA seront très sensible. Et donc ils ne feront pas la guerre.

                                      Parce que, si le dollar s’effondre, leur capacité à acheter du pétrole ou des matières premiéres va justement devenir très limitée. Or, un tank ou un porte avion ca consomme justement beaucoup de pétrole. Pire, l’impossibilité de vendre leur dette sur les marchés va les forcer à remettre leurs finances publiques à l’équilibre. Ce qui signifie globalement qu’il leur sera impossible d’assurer en interne les missions régaliennes de l’état. Et cela sera rapidement intolérable pour le peuple américain.

                                      Sans compter la présence sur leur sol d’une importante population d’origine chinoise souvent très bien intégrée et à des postes haut plaçés va être problématique dans ce cadre. Etant donné que les américains ont préférés que ce soient les européens et les asiatiques qui soient leurs ingénieurs, rien qu’une démission / grêve massive de ces ingénieurs les mettrait en grande difficulté. Sans compter que si ces gens se révoltent et font de vrais émeutes, leur armée va déja devoir servir à les contenir. Une mission difficile dans un pays ou la vente d’arme est libre. Or, autant on peut contenir des émeutes limitées à une ville, autant si il y a un soulévement simultané dans toutes les villes des USA, leur armée va se retrouver très vite désorganisée. Alors même que les villes risquent d’être bloquées et donc la productivité s’effondrer.

                                      Et puis ne l’oublions pas, la Chine comme les USA dispose de l’arme atomique ce qui rend cette option complétement inutile. Et de toute façon, l’employer détruirait l’économie mondiale et les usines qui alimentent les USA, renvoyant ce pays à l’age de Pierre.

                                      La mondialisation a eu ca de bien qu’elle transforme potentiellement tout conflit entre les nations industrialisées en guerre civile. Allez vous par exemple aujourd’hui faire la guerre à l’Algérie alors que vous êtes Français ? Vu la population algérienne présente en France, il est fort probable que le pouvoir y regarde à deux fois, sachant qu’il lui serait quasi impossible de controler une émeute simultanée ayant lieu dans tout le pays. Les mouvements de population rendent les guerres de plus en plus difficiles car dans la société moderne tout est liée. Et c’est pour cela que de plus en plus, le monde converge vers une gouvernance unique.


                                      • Marc Bruxman 14 septembre 2009 19:57

                                        "@ Bruxman : mort de rire ? Je te rappelle que tous les grands conflits mettent en jeu différentes nations liées par des traités...Donc une guerre entre blocs est possible .Et tu donnes toi même les raisons qui pourraient aboutir à un conflit ..."

                                        Je dis juste que pour être un agresseur il faut en avoir les moyens et dans la guerre moderne, ils sont économiques. Sinon, vous allez être écrasés comme une punaise. Les USA en s’étant adonné au déficit ont perdus tout moyens de mener une guerre contre une grande puissance. A fortiori contre la puissance qui les finance.

                                        "Raisons économiques , comme d ’habitude . Parce qu’un monde où la production est captée par une nation, ou une entité géographique, n’est pas viable , d’autant que nous voyons aujourd’hui que le tertiaire est aussi délocalisable (gestion) ."

                                        Bien sur que le tertiaire est délocalisable et ? Que vous soyez content ou pas la n’est pas le problème. Vous avez les moyens financiers et militaires de réagir ou pas. Si vous ne les avez pas vous fermez votre geule. Si vous les avez vous l’ouvrez et en général on vous écoutes. Si on ne vous écoutes pas vous passez au plan B. Concrétement les USA ne sont plus en position de force militaire face à la Chine. Et si ils commettaient une erreur d’appréciation cela sonnerait alors leur fin immédiate par l’effondrement de leur monnaie. 

                                        Quand au fantasme de la production évaporée, on délocalise depuis les années 70 et beaucoup de pays industrialisés étaient encore au plein emploi il y a un an. La production de biens ne créait que peu de valeur financière ici et elle a été délocalisée ailleurs. D’autres boulots ont remplacés ceux qui sont partis. Dans le tertiaire aussi il y a des boulots qui ne créent que peu de VA et on les délocalise quand on peut. Pendant ce temps, la Chine se modernise et elle commence à délocaliser à son tour. La richesse se propage en cascade.

                                        Et si l’on veut rester compétitif il faut le vouloir.


                                      • Marc Bruxman 14 septembre 2009 22:20

                                        "@ Bruxman : et alors ? Tu penses que l’Europe va vivre grâce à la finance (quand je dis l’Europe, je parle de la majorité des Européens ) ! Tu penses que le bloc US et européen vont attendre d’être un nouveau tiers monde pour réagir ?"

                                        Et toi, tu penses que l’on vivra un jour de nouveau de l’industrie ? La réponse est non. Et non on ne sera pas dans le tiers monde bien que sans usines.

                                        L’agriculture n’emploie aujourd’hui plus personne en Europe (ou presque) et pourtant on mange à notre faim. Et il en est de même avec l’industrie. Du jour ou l’on a su surproduire les biens de consommation, l’ère industrielle était terminée.

                                        Maintenant l’innovation continue de créer des richesses (cf Google, FaceBook, SFR, Free, ...), la finance continuera d’en créer car c’est un partenaire indispensable à l’innovation. Et les services continueront à se développer et créer des richesses.

                                        Non nous n’allons pas vers le tiers monde. Peut être votre age vous rend il pessimiste mais les jeunes ne le sont pas. J’ai embauché un jeune diplomé récemment et bizarrement toute la promo de son école d’informatique (pourtant pas une des meilleures) avait trouvé du boulot. Il m’a dit effet de la crise : nul.

                                        Maintenant tant qu’on aura pas compris qu’il faut arrêter d’être nostalgique de l’agriculture, la péche et l’industrie, on ne mettra pas des ressources pour développer ce qui gagne. Et dans ce cas la, on pourra larmoyer et menacer les chinois comme vous le faites, on ne sera que des roquets brailleurs.

                                        La seule réaction qui vaille si vous considérez que l’Asie est une menace c’est de rendre notre économie plus compétitive, de diminuer la dépense publique et désendetter l’état aussi vite que possible. Nous existerons quand nous serons désendettés et donc redevenus maitres de nos actions. Pour l’instant nous sommes comme un drogué face à son dealer. Il pleure que sa came est devenu trop cher, mais il paiera le prix qu’il faut. Tant qu’on ne se désintoxique pas de la dépense publique, il n’y a pas de salut à espérer.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès