Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Mali : la résolution de l’ONU permettra à la France d’occuper (...)

Mali : la résolution de l’ONU permettra à la France d’occuper le pays

Mali : la résolution de l'ONU permettra à la France d'occuper le pays {JPEG}

« À l’heure actuelle, les troupes africaines déployées au Mali par la CEDEAO (communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest - NDLR) constituent une force totalement incapable », a déclaré Michael Sheehan, le conseiller du secrétaire à la défense pour les opérations spéciales et les conflits de basse intensité. Ces propos ont été tenus le 9 avril devant la sous-commission du Sénat pour les forces armées.

Quelque 4.300 soldats, en provenance de pays membres de la CEDAO (Nigéria, Togo, Niger, Sénégal, Bénin, Burkina Faso, etc.), sont aujourd’hui déployés au Mali. Même le Tchad, qui n’est pas membre de la communauté, a envoyé 2.000 hommes pour combattre aux côtés des troupes maliennes et françaises. En comptant les troupes françaises (4.000 hommes), ce sont donc près de 10.000 soldats qui appuient les troupes maliennes.

Michael Sheehan a tenu malgré tout à remercier la France pour l’opération menée de façon « absolument excellente ». « Les Français ont réagi très vite et ont repoussé Aqmi au-delà du fleuve Niger. Ils ont repris le contrôle des villes du Nord ». Le responsable du Pentagone reconnaît que « nombre de leaders d’Aqmi n’ont pas été capturés ou tués, mais la France a démantelé leurs sanctuaires ». Toutefois, les rebelles islamistes, qui se sont réfugiés dans l’Adrar des Ifoghas, sont en train de donner du fil à retordre aux soldats français. 

Le responsable étasunien a également abordé la question des casques bleus. Pour le moment, une des deux options envisagées par Ban Ki-moon impliquerait une mission de stabilisation « en complément d’une force parallèle qui serait autorisée à utiliser tous les moyens nécessaires pour contrer les menaces susceptibles d’entraver son mandat ». Autrement dit, traquer les militants islamistes. Pour ce qui est du contingent onusien, pas moins de 11.500 casques bleus devraient être engagés dès le mois de juillet dans l’opération de maintien de la paix au Mali. Parmi eux, 150 seront français, À ce sujet, Washington a les idées claires. Selon Sheehan, les casques bleus devraient se cantonner à des missions de sécurisation : « ce type de forces devrait être en mesure de contrôler les villes et de permettre aux Français de concentrer son effectif réduit sur des objectifs ciblés  ». « Il incombera à la France de faire la chasse aux rebelles, peut-être avec notre soutien », a ajouté le responsable étasunien.

L’Algérie, quant à elle, s’est toujours montrée réticente à intervenir directement au Mali, visiblement consciente que cela pourrait réveiller de vieux démons chez les militants islamistes. Elle a seulement autorisé le survol de son territoire aux avions français tout en refusant de faire intervenir ses troupes. Hollande, Clinton et beaucoup d’autres s’étaient rendu à Alger pour convaincre Abdelaziz Bouteflika d’intervenir. Mais le président algérien a toujours soutenu la voie du dialogue sur la question malienne, et chacun d’entre eux était rentré bredouille dans son pays d’origine.

Sur le scénario qui devrait se jouer prochainement au Mali, Michael Sheehan a estimé que « la Somalie est un bon exemple de ce qu’il faut faire : déployée une force de l’ONU chargée d’une mission raisonnable. Débusquer Aqmi des montagnes et attaquer leur leadership est un boulot pour une force bien plus capable. L’ONU ne peut pas faire cela et nous ne devons pas attendre d’elle qu’elle le fasse. Ce sera aux Français, peut-être avec notre soutien, de s’en occuper  ».

La comparaison avec la Somalie est décidément très maladroite. Ce pays est en guerre depuis plus de vingt ans, et malgré le ton triomphal tenu par la communauté internationale, qui parle de la défaite d’al-Shabaab, les militants islamistes continuent de contrôler certaines parties du territoire tout en menant des attaques sporadiques contre le gouvernement fantoche imposé par les États-Unis.

Le discours de Michael Sheehan a été tenu le lendemain du retrait d’une centaine de soldats français, ce qui porte aujourd’hui à 3.900 le nombre de militaires français encore projetés au Mali. C’est donc un retrait bien symbolique. Paris exprime son intention de partir… mais reste militairement pour combattre. Dans le même temps, la presse locale malienne critique la décision de l’ONU justifiant la création d’une force parallèle dont la mission sera purement offensive. Soulignons que ladite force sera composée de mille hommes et que le projet de résolution autorisant son déploiement à partir de juillet prochain est actuellement en discussion à New-York. Mille hommes… C’est exactement le nombre de militaires que la France entend maintenir au Mali. En clair, l’ONU autorise la France à occuper le Mali pendant un certain temps.

Capitaine Martin

http://www.resistance-politique.fr/article-mali-la-resolution-de-l-onu-permettra-a-la-france-d-occuper-le-pays-117119452.html


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • soi même 16 avril 2013 12:59

    Bonne nouvelle en apparence qui légitime le retour de la France dans le clan des grands frères, mauvaise nouvelle pour les Maliens qui ne verront pas la couleur du flux financier tirer de leurs sous sols.
    Retour à la casse de départ du colonialisme, le comble c’est soit disant un socialiste qui chapeaute se retour aux veilles méthodes. C’est commue depuis Mitterrand le PS va de l’avant !


    • louphi 16 avril 2013 14:42

      Résistance

      « Mali : La résolution de l’ONU permettra à la France d’occuper le pays »

      L’ONU n’est là que pour fournir une couverture juridique internationale aux campagnes et trophées de chasse des grandes puissances impérialistes. Le Mali a toujours fait partie de la Françafrique. L’ONU ne peut pas y déroger sauf à repartager avec d’autres grandes puissances, les Etats-Unis d’Amérique par exemple qui semblent vouloir s’inviter au Mali pour partager avec la France. Mais la France toute seule a fait le boulot d’éloigner les chasseurs impérialistes mahométans. La seule question est de savoir si la France va se laisser impressionner par les Etats-Unis pour partager le repas du Mali.



      • lionel 16 avril 2013 17:10

        Louphi, 


        Il y a bien longtemps que les Zétazunis sont très présents au Mali. Les principales ONG présentes au Nord Mali ces quinze dernières années étaient World Vision et World Education. L’IFM de Gao a été financé par les zétazunis et alors que les Volontaires Français du Progrès, presque tous les acteurs Français du « développement » (sic)) étaient évacué en 2011, les « jeunes espions » du Peace Corps restaient tranquillement dans un pays menacé par les zislamistes, comme si, selon la narration de la Guerre au terrorisme (registered), ceux ci ne constituaient pas les cibles privilégiées. La France n’est qu’un supplétif de l’Empire. Quand au lien traditionnel de nombreux Français avec beaucoup de Malien par l’intermédiaire de projet locaux, avec la crise ici et l’insécurité là-bas, on n’est pas près de continuer ces amitiés. 

        Tout cela est très très triste.


      • kemilein 16 avril 2013 17:05

        une question
        les « islamistes » ils sont pas sensé être chez eux là bas ?
        les terroristes là bas il font que enlever (et exécuter des gens - qu’avait qu’a pas y aller non ?-) mais ils sont « chez eux »
        c’est pas sensé être une histoire de POLICE et non MILITAIRE ?
        encore moins d’une armé étrangère....

        ils sont pas capable de le faire eux même ?
        mais ce « ils » c’est qui aussi ?

        bref ca sent la merde a plein nez


        • lionel 16 avril 2013 17:21

          Probablement, les Takfiro-sionistes de l’empire, les mercenaires, ont quittés le Mali grâce à un pont aérien financé par leurs bailleurs Qataris ou Saoudiens. Ceux qui se font dégommer, ce sont les gens sincères, les Maliens et les Ouest Africains pensant sincèrement que leur religion est une alternative à la corruption économique, morale, sociale, écologique de la « démoncratie »...


          Pendant ce temps là, la stratégie du Choc continue à détruire la conscience des Maliens et les conditions de vie sont très durs. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès