Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Obama au pied du mur

Obama au pied du mur

Dans un discours très attendu sur le Moyen Orient, Obama a affirmé que les frontières d'Israël et d'un futur État palestinien devaient être fondées sur celles de 1967. C'est-à-dire inclure toute la Cisjordanie, actuellement en partie occupée, la bande de Gaza et Jérusalem-Est, annexé. Autant de territoires conquis pendant la Guerre des six jours. Il déclare « [...] avec des échanges sur lesquels les deux parties seraient d'accord, afin d'établir des frontières sûres et reconnues pour les deux Etats [...] devrait être coordonné dans l'idée d'une responsabilité de la sécurité palestinienne dans un État souverain [non-militarisé ». Mais en même temps il demande aux Palestiniens de reconnaitre l'existence d'Israël, ce qui est de bonne guerre si j'ose dire.

Patatras, voilà Netanyahu dans de beaux draps. Les USA également puisqu'il rappelle dans un communiqué qu'il n'en est pas question et fait référence aux engagements pris par écrit de George W. Bush en 2004, qu'Israël n'aurait pas à se replier en deçà des « lignes indéfendables de juin 1967 ». Bibi reproche au Président des Etats-Unis de ne pas se ranger de son avis en ce qui concerne le rapatriements des réfugiés et explique que pour qu'il y ait la paix, les Palestiniens devraient accepter certaines réalités fondamentales. Lesquelles ?

Et lorsqu'il dit que les juifs n'auront pas une seconde chance, il prend l'histoire en otage. Néanmoins, il faut constater que l’administration américaine ne voit pas d'un bon œil la décision des Palestiniens de faire valoir leur droit à la création de leur propre Etat en septembre à l'ONU.

Tout en cherchant à ménager l'Etat hébreu, Obama a estimé que les "Palestiniens ne supportent plus l’humiliation" Mais, rappelle "l’amitié profonde" entre les Etats-Unis et Israël, l’engagement de son pays "pour sa sécurité est inébranlable". On attend sa prestation ce dimanche devant congrès annuel du principal lobby américain pro-Israël, l'AIPAC.

Cela ressemble plus à des paroles verbales qu'à de réelles avancées, le lobby juif étant toujours aussi puissant. La solution ne viendra pas des USA et il ne m'étonnerait pas que veto soit opposé tôt ou tard à la création d'un Etat palestinien toujours aussi fantasmatique.

En Cisjordanie les autorités prennent note avec satisfaction de ces propos tandis qu'à Gaza on demande à Obama de faire pression sur Israël pour protéger les droits des Palestiniens

Et pendant ce temps-là une commission de planification du ministère de l'Intérieur à la construction autorise plus de 1500 nouveaux logements dans deux quartiers de colonisation juive et à Jérusalem-Est occupée et annexée.

L'eau

D'autre part on prend connaissance des conclusions du rapport de B'Tselem, (organisation des droits de l'homme) dans lequel il apparait qu’Israël exploite à fond les ressources en eau de la vallée du Jourdain au profit de quelque 9.400 colons qui développent une culture intensive avec des quotas octroyés, représentant un tiers des ressources en eau en violation du droit international bien entendu. Le restant est destiné aux autochtones, soit 2.5 millions de Palestiniens qui sont obligés donc de pratiquer une culture moins gourmande en eau donc moins rentable. Israël a pris de 77 % des parcelles de la vallée y compris sur les sites touristiques sur les bords de la mer morte et on nous parle d'un Etat palestinien ?

Cette bataille de l'eau dont on parle moins, tant elle est défavorable à la cause sioniste (tel est le mot dans cette circonstance) est au cœur du problème dont je me préoccupe à plusieurs reprises.

http://palestineconflit.hautetfort.com/archive/2009/10/09/la-segregation-institutionnelle.html

Le renoncement

Ce que l'on peut constater c'est l'abandon par les palestiniens de l'idée fondamentale d'un retour aux frontières proposée par l'ONU à la veille de la Nakba. Combien de ces enfants de paysans arabes chassés de leur arpents de terre ou poussait deux oliviers ne retrouveront jamais leurs propriétés. Les oliviers ne sont plus là, à la place une station d'essence ? Un parking ? Ou une piscine ?. "Jusqu‘à ce jour, nous ne pouvons pas vivre décemment, acheter une maison parce que nous sommes des réfugiés. La terre que les Israéliens sont heureux d’occuper depuis 1948 est notre terre. Nos parents ou grands-parents ont toujours la preuve que cette terre nous appartient  », explique un habitant de Ramallah.

Certains lecteurs peuvent en me lisant, la plupart du temps par hasard, s'imaginer avoir affaire à un obsédé antisioniste (anti-sémite primaire bien entendu), or il n'en est rien. Je répète que c'est justement durant cette Gerre des Six-jours que la situation m'a sauté aux yeux. Les enfants d'Israël, victimes et enfants de victimes de l'holocauste annexaient un territoire qui ne leur appartient que dans la Bible qui n'est pas, rappelons un plan cadastral. C'est à partir d'ici que je me suis penché sur les origines de ce conflit sans fin, en consultant un maximum de textes des deux bords pour en arriver à la conclusion que cette idée de retour vers Eretz Israël était une grave erreur historique, laquelle était annoncée . Lire la suite ici

http://palestineconflit.hautetfort.com/archive/2011/05/21/obama-au-pied-du-mur.html

Autant je soutiens la cause palestinienne malgré toutes les turpitudes reconnues de certains politiques ou combattants qui confondent terrorisme et résistance, (1) je dénonce de ma petite fenêtre, le non-respect d'Israël de pratiquement toutes les résolutions prononcées par l'ONU et cela depuis de trop nombreuses d'années, quel que soit les pays y siègeant.

Et j'en comprends les raisons, car une seule de ces résolutions acceptée et mise en œuvre, serait reconnaitre l'illégalité de son existence et l'arrêt de mort de l'Etat Hébreux et sioniste au grand malheur de ses citoyens. Un peuple berné par des aventuriers sionistes ne peut vivre dans ces conditions : utiliser la force sur le droit pour survivre y compris par des actes inqualifiables sans se perdre. Il serait donc urgent que la communauté internationale prenne des mesures négociées sinon coercitives, obligeant au nom de la justice, de la reconnaissance de la douloureuse histoire de la communauté juive, qu'un juste partage se fasse sur les propositions de l'ONU à la veille de l’auto-proclamation d'un Etat juif sur un sol islamique. Et qu'enfin la communauté juive puisse créer une nation et enfin selon leur veux, un peuple.

(1) Ce qui n'absout pas le terrorisme d'Etat pratiqué par les sionistes jusq'au-boutistes des gouvernenants successifs de l'Etat hébreu

 

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 23 mai 2011 11:20

    Bla-bla-bla-bla ... Obama va vite rentrer dans le rang.
    Pour cela, l’AIPAC est très certainement déjà en train de faire pression sur les élus de tous bord, sénateurs, députés et gouverneurs pour obtenir leur soutien inconditionnel. Et étant donné que leur ré-élection dépend du financement et soutien de l’AIPAC, quasiment tous vont s’opposer à cette idée, pour une fois équilibrée, d’Obama.
    Il y a bien longtemps déjà que cette organisation a pris les vrais rennes du pouvoir aux USA.


    • ZEN ZEN 23 mai 2011 11:32

      Comme Alpo
      Obama va entamer une campagne électorale et a absolument besoin de l’appui de l’AIPAC

      Netanyahu n’a aucune marge de manoeuvre
      "Il se maintient au pouvoir à la tête d’une fragile coalition appuyée sur plusieurs petits partis d’extrême droite . Il ne peut que répéter son refus d’un gel des constructions à Jérusalem-Est. Lors d’une visite à Washington en mars dernier, il a d’ailleurs redit dans ses grandes lignes le credo selon lequel « Jérusalem n’est pas une colonie de peuplement, mais la capitale d’Israël ». Et même si le ton est plus dur, il n’est pas éloigné, non plus, de la position sur ce point de la plupart de ses prédécesseurs depuis 1967, qu’ils soient travaillistes, du Likoud (droite) ou de Kadima (centre-droite).« 
      ....Même si  »la chef de l’opposition, Tzipi Livni, a accusé M. Netanyahu de faire «  payer un prix trop élevé à l’État hébreu pour sauver sa coalition et assurer sa survie (politique) », en se mettant à dos le président américain. « Le Premier ministre a porté atteinte sans nécessité impérieuse aux relations entre Israël et les États-Unis. Il a ainsi mis en danger la sécurité d’Israël et son pouvoir de dissuasion », a déploré la dirigeante du parti Kadima."
      En Israël, une vraie régression est dénoncée et des appels pressants se manifestent.


      • wesson wesson 23 mai 2011 22:42

        bonsoir l’auteur, à l’unisson des autres commentateurs je pense que l’Aipac va mettre rapidement bon ordre à tout ça, la preuve ce jour même Obama prononçait un discours à l’aipac ou il était façon « convocation préalable avant sanction », et comme par hasard la frontière de 1967 semble avoir un petit peu bougé ...

        bref, si ça calme les palestiniens un temps, c’est bien, mais je crois que dans le domaine ils en ont vu d’autres et son pas prêt à croire ce que on leur raconte.


        • teddy-bear teddy-bear 23 mai 2011 23:00

          Vos commentaires sont unanimes et près de la vérite, le lobby sioniste est encore plus puissant qu’on ne dit.
          Devant l’AIPAC Obama tombe le masque pour ne pas dire plus, sans être outrancier. Il déclare devant une salle qui l’acclame que ses propos ont été mal interprétés au sujet des frontières qui pourraient être négociées lors de la constitution d’un Etat palestinien. En vérité il veut dire que les deux parties devront négocier une frontière différente de celle qui existait le 4 juin 1967« , tenant compte des » actuelles réalités démographiques et des besoins des deux parties en la matière. Ce qui est clair veut dire que les besoins vitaux israéliens en Cisjordanie seraient pérennisés. Tout en annonçant que les Etats-Unis s’opposeraient à toute « tentative d’isoler Israël » aux Nations unies.


          • Emmanuel Aguéra LeManu 24 mai 2011 02:51

            Pas du tout d’accord sur votre CR du discours d’Obama à cette conférence. Le discours de la semaine dernière y a au contraire été rappelé.


          • vinvin 24 mai 2011 02:31

            Vous savez quoi ?.....



                     JE M’ EN FOUT !

            • Emmanuel Aguéra LeManu 24 mai 2011 02:53

              t’as raison mon gars, t’aurais même pu économiser une intervention inutilement fatigante...


            • Login Login 24 mai 2011 08:56

               Il est clair que les 2 histoires, celle que l’on raconte dans la presse, et celle qui se déroule sont si éloignées que la première ne sert plus à deviner la seconde mais simplement à amuser la galerie...

              • THOMAS 24 mai 2011 09:17

                Dans cette affaire « israélo-palestinnienne » les dés sont pipés d’avance.

                La Palestine en tant qu’état indépendant et souverain ne verra jamais le jour.

                Les USA ont besoin d’Israel dans cette région :

                Pour eux, ce n’est pas une question de droit ou de justice.

                C’est une question d’intérêt géo-politique.

                Les droits des palestiniens ne pèsent pas lourds dans la balance des USA.

                Et tant que personne ne remet en cause le fait que les USA soient dans cette affaire juge et partie., alors les palestiniens peuvent toujours attendre.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès