Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Accueil du site > Actualités > International > Obama le grand enchanteur

Obama le grand enchanteur

UN HUMORISTE À DÉCOUVRIR

Qui l’eut cru  ? Obama, président des États-Unis d’Amérique est un grand enchanteur et un humoriste hors pair. Pendant que de nombreux commentateurs se demandent s’il vit sur la même planète que nous, s’il a tous ses esprits, etc., ce dernier ne peut s’empêcher de rire, tellement son art parvient encore à hypnotiser des millions de personnes aux Etats-Unis et dans le monde.

Obama n’est pas un malade mental pas plus qu’il ne vit sur une autre planète. Il a bien les deux pieds sur la terre et il sait comment en profiter. Il sait très bien ce qui se passe aux États-Unis et dans le monde. Il sait que la situation politique, économique et sociale qui ronge les fondements de son pays n’est pas à prendre à la légère et que pour y remédier il faudrait refonder l’État d’Union sur d’authentiques bases démocratiques faisant de la justice, de la vérité et de la solidarité le soc de ce nouvel État. Il sait également que les États-Unis ont perdu de leur ascendant sur le monde et que son leadership n’en est plus un que de façade et, encore là, grâce à beaucoup de corruption et de chantage sur les dirigeants et les pays les plus faibles. Il est bien conscient que la Russie, la Chine et leurs alliés dominent la pensée internationale avec leur vision de la multipolarité. Cette vision frappe de plein front les prétentions de l’Empire de dominer le monde. Il sait également que les centaines de milliards de dollars investis en armements n’arrivent plus à compétitionner avec la Russie, la Chine et d’autres pays, comme l’Iran, lesquelles disposent de très hautes technologies. Il n’est évidemment pas sans savoir tout le travail d’infiltration et de sabotage réalisé par la CIA et les autres agences dont la mission est de se subordonner les gouvernements. Il sait tout cela, mais ce qu’il a à dire doit répondre en tout point au grand rêve américain.

Que fait alors le prestigitateur et humoriste OBAMA devant un auditoire tous yeux et oreilles pour voir et entendre que de bonnes nouvelles. Il n’est tout de même pas pour dire que l’Empire dégringole et que le grand rêve américain sera bientôt du passé. C’est là que son art entre en action. Les mots, les phrases, les sujets traités, le mélange des rêves avec des certitudes, du mensonge avec des réalités, tout cela fait partie des ingrédients de son art. C’est ainsi, ajustant sa voix, ses gestes, jouant sur les silences et la vibration des tonalités, son discours devient une agréable histoire qui donne confiance, sécurité, paix et fierté. C‘est le « God bless America ».

 « Je vais vous dire : les États-Unis sont le pays le plus puissant de la planète. Point. Et nous ne sommes pas près de perdre ce statut. »

« Aujourd’hui, nous ne sommes plus menacés par des “empires du Mal” mais par des États en déroute. »

« Malgré le recul significatif de l’économie russe, la Russie dépense une immense quantité de ressources pour le soutien de l’Ukraine et de la Syrie — des pays-satellites qui quittent pourtant, sous nos yeux, sa sphère d’influence. »

« L’Amérique est la nation la plus puissante de la Terre, un point c’est tout. Et, quel que soit le problème dans le monde, les gens ne se tournent pas vers Pékin ou Moscou, c’est nous qu’ils appellent  ! Aujourd’hui, nous sommes moins menacés par des “empires du mal” que par des États en faillite. »

« Nous ne pouvons pas non plus prendre en main et reconstruire chaque pays en crise. Ce n’est pas cela être un leader. C’est juste la recette pour s’enfoncer dans un bourbier. C’est la leçon tirée du Vietnam, c’est la leçon de l’Irak, et nous aurions dû la comprendre depuis tout ce temps. »

N’est-ce pas beau le fait de savoir qu’ils sont toujours les plus forts, les plus sollicités pour résoudre les problèmes de nombreux pays, les plus à l’abri du terrorisme et surtout qu’il n’y a plus d’Empire du mal, mais des États en faillites. 

Évidemment, Il ne saurait être question d’entrer dans les détails de ce qui se cache derrière ces multiples situations. Par exemple il ne dira pas les sources et le pourquoi des problèmes qui hantent ces pays en faillite dont il parle. Il se gardera d’évoquer les évènements conduisant au renversement du gouvernement légitime en Ukraine tout comme cette guerre en Syrie. Ce n’est surtout pas le moment de mettre en évidence la montée en popularité de Poutine et de la Russie, toujours plus sollicités pour combattre le terrorisme en Syrie, en Libye et ailleurs dans le monde. 

Une fois son spectacle terminé, Obama, gonflé des applaudissements d’un auditoire conditionné et d’admirateurs d’un peu partout à travers le monde, se retrouve avec Michelle et quelques amis choisis parmi les plus intimes pour savourer cette magie du grand enchanteur..

On peut comprendre qu’un tel personnage n’ait que très peu d’attrait pour Poutine et l’inverse est également vrai. Pendant que Poutine avance avec des politiques claires et cohérentes, Obama dit une chose et en fait une autre. Par exemple, en 2014, lors d’une rencontre du groupe des 20, Obama déclare avec la plus grande assurance que les États-Unis ont un principe duquel ils ne dérogent pas dans leurs politiques internationales à savoir celui de la non-intervention dans les affaires internes des autres pays. Parvenir à dire cela devant des chefs d’État qui savent très bien que les États-Unis sont le pays qui met son nez partout et qu’ils ne manquent pas d’occasion pour y faire connaître ses volontés, il faut avoir un sens de l’humour particulièrement développé. Que peut faire Poutine avec un tel artiste qui fait apparaître et disparaître les réalités comme bon lui semble  ?

 

Oscar Fortin

Le14 janvier 2014

Sur la décadence des États-Unis 

Un article de Paul Craig Robert, lui-même un américain très engagé

Je me permets d’y ajouter un article récent portant sur la grande arnaque

Livre de l’Apocalypse de Saint Jean 21,8 

« Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les impudiques, les enchanteurs, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans l`étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort.  »


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Le p'tit Charles Le p’tit Charles 15 janvier 15:04

    Il « SAIT » et il « MENT »....c’est la pire des choses.. !


    • Pyrathome Pyrathome 15 janvier 18:53

      @Le p’tit Charles
       Au bas mot n’est qu’une marionnette avec un flingue sur la tempe.....


    • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 15 janvier 15:48

      Qui l’eut cru  ? 


      Il a fait un passage a vide à la Maison Blanche ! 


      Pour que la succession ait un sens et une utilité, nous devons voir un chef indien auréolé de ses plumes et bien installé derriere le bureau ovale : Hugh, j’ai dit !!! 

      • sarcastelle 15 janvier 16:54

        Hélas, Obama ou un autre, ce sera pareil. Les Etats-Unis n’arriveront jamais à la cheville des valeurs morales de leurs rivaux ; enfin je veux dire de ceux qui voudraient se faire passer pour tels. Et pourtant Obama a à sa porte les frères Castro qui dans l’intérêt général oublieraient volontiers le passé pour lui prodiguer d’utiles conseils. Mais Il n’aura pas l’humilité de les solliciter. 


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 15 janvier 21:21

          Bonsoir Oscar,
          Le rêve américain n’est plus, pour les 50 millions d’habitants qui vivent avec des bons alimentaires, ni pour ceux qui vivent déjà dans des bidonvilles autour des grandes cités comme Détroit, laminée par les délocalisations d’entreprises.

          Comme dit Paul Craig Roberts : « Une économie délocalisée n’est pas une économie ».
          Il a écrit un article : «  Pourquoi les USA prennent le chemin du Tiers monde ».


          Obama ment aussi sur le chômage, qui n’est pas 5%, mais de 23%.

          Les USA sont le pays du mensonge permanent.

          • Phoébée 15 janvier 23:24

            Visage pale à la langue fourchue .....


            • soi même 17 janvier 15:17

              Oscar , et si on parlait de votre myopie ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès